La Catalogne et la fragilité du monde

La Catalogne et la fragilité du monde

Ouverture libre

   Forum

Un commentaire est associé à cet article. Vous pouvez le consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

La Catalogne et la fragilité du monde

Selon une habitude bien établie, nous avons choisi un texte pour déblayer le terrain sur lequel doit s’exercer notre réflexion sur l’évolution de crise de la Catalogne en Espagne. Comme à l’habitude, nous cherchons, en convoquant certains éléments extérieurs pour les faire entrer dans le jeu de notre réflexion, à orienter cette réflexion vers le domaine le plus vaste possible par rapport au Système. Nous avons choisi un texte de WSWS.org datant d’hier dans sa version française, parce qu’il nous paraît décrire le mieux l’évolution de la situation.

Il s’agit d’une dramatisation et d’une aggravation évidentes de la situation de la crise catalane, du fait du gouvernement central espagnol, avec l’arrestation de deux dirigeants indépendantistes (Jordi Sanchez de l’Assemblée nationale catalane [ANC] et Jordi Cuixart d’Omnium Cultural) et l’imminente application de l’article 155 de la Constitution, c’est-à-dire le choix pour le gouvernement espagnol de l’option maximaliste. L’article 155, décrit souvent comme “l’option nucléaire”, c’est la “guerre ouverte” avec la dynamique indépendantiste au prix de l’abandon, pour cette phase, d’un arrangement autour du statut de l’autonomie.

La situation, du point de vue des indépendantistes est résumée par cette déclaration du porte-parole d’Omnium (l’un des deux partis dont le dirigeant a été arrêté), Marcel Mauri, à des manifestants lundi soir : « Même le régime de Franco n’avait pas osé envoyer les présidents d’Omnium et de l’ANC en prison. A partir d’aujourd’hui, nous allons donc descendre dans la rue pour exiger la libération des prisonniers politiques et la démocratie ». Le jugement général qui est désormais possible s’il veut rendre compte de la gravité de la situation est substantivé effectivement par une possibilité que l’“option nucléaire” soit agrémentée très précisément de sa dimension stratégique totale, impliquant rien de moins qu’un état de siège marqué par des mesures militaires de contrainte et quasiment d’“occupation” : « L’article 155 pourrait être invoqué en liaison avec l’article 116, qui établit le cadre juridique de la proclamation de l’état de siège impliquant la suspension des droits démocratiques et l’imposition d’un régime policier et militaire. » (Dans un texte de ce jour, 20 octobre, WSWS.org accentue son appréciation prospective selon laquelle Madrid préparerait l’installation d’un cadre militaire d’état de siège en Catalogne.)

Le choix du texte de WSWS.org se justifie dans ce cas parce que le sérieux de travail habituel de ce site, qui dispose de correspondants dans le pays (le trotskisme étant internationaliste par définition), n’est pas entaché par une prise de position partisane comme c’est souvent le cas. Le site est aussi hostile aux deux parties en présence : les trotskistes dénoncent aussi bien la “réaction bourgeoise” du gouvernement de Madrid que le “nationalisme anti-internationaliste” des indépendantistes. Les anathèmes idéologiques habituels n’ont dans ce cas pas d’influence sur le jugement puisqu’ils s’équilibrent. Le texte donne donc une image assez fidèle d’une situation à la fois bloquée, très intense, très risquée, pouvant déboucher sur une crise majeure.

Cette tension s’est reflétée dans la réunion des dirigeants des États-membres de l’UE, hier à Bruxelles, où le Premier ministre espagnol a retrouvé ses soutiens fidèles allemand et français (et britannique, dans leur drôle de position un pied-en-dedans, un pied-en-dehors) ; mais aussi, derrière un sourire de façade et une poignée de main glaciale, l’appréciation très critique à cause de la politique de contrainte de Madrid, exprimée publiquement et réaffirmée pour l’occasion hier (“Je persiste et signe”) par le Premier ministre belge, lequel a reçu le soutien explicite du Premier ministre luxembourgeois.

Ces deux petits pays sont effectivement petits, mais n’en font pas moins partie du noyau historique de l’Europe des Six du Traité de Rome de 1956 et par conséquent leurs paroles comptent plus que leurs poids nationaux spécifiques. Ainsi, avec les deux colosses allemand et français, également “européens historiques”, on trouve une situation symbolique impliquant le noyau historique d’une UE qui est, sur le problème espagnol, dans un état potentiel de division significative en cas d’aggravation de la situation espagnole.

Il y a une décade, après la déclaration du président de la Catalogne annonçant la décision de l’indépendance pour annoncer sa suspension dix secondes plus tard, on avait le sentiment que la porte était ouverte, pour le gouvernement espagnol et par le moyen de contacts et d’échanges tactiques, pour laisser “pourrir la crise” au détriment des indépendantistes qui avaient incontestablement effectué un demi-recul tactique. Il n’en a rien été : nous ne sommes plus au temps où l’on “laisse pourrir les crises” dans le but de les clore sous des arrangements divers, parce que nous ne cessons de faire le constat que nous sommes dans une époque où il est impossible de terminer une crise. Le fonctionnement de cette époque crisique est que les crises connaissent des paroxysmes entrecoupés de périodes de périodes de stagnation où rien ne se résout, ou bien le contraire (des périodes de stagnation entrecoupées de paroxysmes).

Dans l’affaire espagnole, le cas est beaucoup trop pressant, beaucoup trop sensible, et le gouvernement central semble évoluer comme s’il pensait qu’il se trouve sur un volcan proche de faire éruption, dans une situation où il est complètement question d’une menace de paroxysme et pas du tout d’une possibilité de stagnation. Il est vrai que la Catalogne et l’Espagne sont trop centraux en Europe, ils sont trop historiquement “européens”, pour qu’effectivement leur crise commune ne soit pas perçue comme une cause directe d’un bouleversement tellurique dans un tel environnement ; dans ce cas, Madrid semble agir comme si l’urgence de la situation obligeait à frapper vite et fort..

D’autre part, la situation européenne pèse sur les jugements. L’ironie est considérable et plutôt macabre, – ironie noire et sarcastique, – de voir l’Espagne agiter avec une pseudo-autorité et une légitimité en toc les arguments de l’unitarisme centraliste et de la souveraineté nationale. Il s’agit d’un pays qui, comme tous ses voisins et compères de l’UE, depuis dix ans-vingt ans, et de plus en plus vite, brade tous les attributs de sa souveraineté et de son pouvoir central au profit d’entités finalement indéfinies et insaisissables, – aussi bien le Corporate Power globalisé qu’une UE complètement ankylosée dans sa bureaucratie ; des entités qui sont elles-mêmes totalement impuissantes à exprimer quelque légitimité et quelque souveraineté que ce soit.

Entre le pouvoir national réduit à la peau de chagrin bien connue et le pouvoir supranational sans la moindre expression ni légitimité, c’est bien une situation du vide et du rien que nous percevons. La chose explique après tout aussi bien le maximalisme du gouvernement central espagnol : on est d’autant plus maximaliste, autoritariste et tranchant, que l’on dispose d’une autorité en constante délégitimation, que l’on est faible et peu assuré de ses “lendemains qui chantent”. Franco, totalement isolé de ses voisins lorsque l’Espagne était infréquentable et puante sous les quolibets méprisants des grandes âmes démocratiques et européennes, pouvait traiter à sa façon ses problèmes d’irrédentisme sans craindre de chuter lui-même ni de secouer l’Europe.

Effectivement, “la situation européenne pèse sur les jugements” parce qu’elle n’est pas brillante, allant de crise interne en crise interne, de contrecoup des crises extérieures en contrecoup des crises extérieures (avec la Russie, avec les USA). Finalement et malgré son langage militant qui n’est pas précisément léger, mais qui pourrait s’avérer juste pour ce cas, WSWS.org n’a pas tout à fait tort lorsqu’il écrit :

« L’Union européenne et les chefs d’autres gouvernements européens n’offrent aucune alternative à cette poussée vers un régime autoritaire. Au contraire, ils continuent à affirmer clairement qu’ils soutiennent la répression de Rajoy parce qu’ils partagent le même objectif : réprimer l’opposition sociale à la guerre, au militarisme et à l’austérité. »

L’Espagne n’est pas la Grèce, la crise espagnole de 2017 ne ressemble pas à la crise grecque de 2015, – pour se référer à l’épisode crisique intérieur à l’Europe qui a précédé la crise actuelle. Autant on avait vu venir la crise grecque et autant ses contours et son contenu étaient identifiables ; autant on n’a pas vraiment vu venir la crise grecque sinon comme un accident de parcours qui serait rapidement résolu et contourné. Ainsi la crise espagnole se révèle-t-elle finalement porteuse de potentialités et de possibilités bien plus dramatiques qu’une crise conjoncturelle comme la crise grecque. On dira que la crise grecque avait mis en évidence le caractère totalitaire, oppressif et intraitable de l’entité-UE sous influence de la finance et de l’Allemagne, effectivement dans ce domaine financier avec les effroyables conséquences sociales ; on dira également que la crise espagnole, elle, révèle de façon imprévue, au travers de réactions brutales notamment de la direction espagnole, une vulnérabilité et une fragilité (de l’Espagne, c’est-à-dire de l’Europe, c’est-à-dire du Système) qu’on n’attendait pas à ce moment, en ce lieu et de cette façon.

Étrange impression là-dessus… Alors que les cris d’avertissement de Cohn-Bendit il y a quinze jours concernant une “guerre civile” qui préparerait ses feux faisaient en général sourire, les gémissements furieux d’un Bernard Guetta, annonçant la même chose hier, font penser d’une façon bien différente. Ce n’est faire ni de Cohn-Bendit, ni de Guetta des foudres de guerre de la boule de cristal qu’ils ne sont certainement pas, – on peut avoir raison sans y rien comprendre… Non, c’est plutôt rendre compte au travers des emportements de la pensée de l’évolution du climat.

Ci-dessous, le texte de WSWS.org du 19 octobre 2017. Selon la formule consacrée dont la signification est limitée, le titre complet (« L’emprisonnement de dirigeants séparatistes déclenche des manifestations en Catalogne ») a été transformé pour des raisons techniques.

dedefensa.org

 

http://www.dedefensa.org/article/la-catalogne-et-la-fragilite-du-monde

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s