Revue de presse du 05/11/2017

La revue avec notamment un éclairage un peu de biais sur la crise catalane, un angle de vue original sur les crypto-monnaies, et une anecdote amusante ou au contraire révélatrice issue d’une visite du château de Versailles – “L’air du temps, vraiment j’applaudis”, comme le chante un ami. Merci à nos contributeurs, que vous allez peut-être enfin vous décider à rejoindre en postulant via le formulaire de contact du blog… Bonne lecture.

 

DÉMOCRATIE

La tendresse des peuples

Ce matin (hier donc), je suis tombé sur cette incise d’un billet de Mediapart : « Le parlement catalan légifère pour que les familles pauvres aient accès à la lumière, à l’eau et au gaz gratuitement, le Tribunal Constitutionnel espagnol invalide. Le parlement catalan crée une taxe pour chaque appartement vide, les recettes iraient au loyer social, le Tribunal Constitutionnel invalide. Le parlement catalan adopte des politiques d’égalité entre les hommes et les femmes. Idem. » Il m’a effectivement rappelé un article du Monde Diplomatique qui se trouve de ce fait dans le billet suivant et auquel j’en ajoute un autre trouvé en recherchant le premier. Ceci donne peut-être une vision un peu élargie de la crise catalane. Concernant l’indépendance en elle-même, je n’ai pas d’avis déterminé. Un ami d’origine espagnole m’a éclairé sur le côté en fait oligarcho-égoïste de la « volonté populaire » d’indépendance, l’agressivité des indépendantistes face à la presse (cf. rapport RSF qui ne m’a personnellement pas convaincu), et la brutalité sans surprise à ses dires du gouvernement espagnol de droite. L’intelligence à mon avis aurait voulu que la classe politique espagnole anti-indépendance aille faire campagne en défendant ses propres idées pour contrer démocratiquement celles des indépendantistes, qui peuvent parfaitement l’être. La population vivant sur le territoire catalan n’étant a priori pas forcément favorable à une indépendance, vu par exemple le taux d’abstention, le référendum aurait possiblement eu un autre résultat. Mais les choses ont pu changer avec le caractère uniquement répressif de la politique de Rajoy. Emmanuel Laurent, responsable des revues pour Les Crises.

Source : Blog Mediapart

Dans les villes rebelles espagnoles

« En Espagne, la jeune formation Podemos a manqué son objectif de « prendre le ciel d’assaut » : renverser le système politique par le biais des élections générales. De Barcelone à Madrid en passant par Valence ou Saragosse, les forces progressistes critiques de l’austérité ont toutefois conquis plusieurs municipalités-clés. Mais changer de maire permet-il de changer le monde ? »

Source : Le Monde Diplomatique

En Espagne, le changement par les villes ?

« Podemos a obtenu 20,6 % des voix lors des élections générales espagnoles du 20 décembre 2015, talonnant de près le Parti socialiste (PSOE). Si la nouvelle assemblée pourrait s’avérer ingouvernable (sans parti majoritaire, ni alliance évidente), un tel score constitue une bonne nouvelle pour le parti anti-austérité, qui enverra 69 députés au Parlement. Non seulement, il fragilise davantage un bipartisme moribond, mais il met en évidence de bons résultats là où la formation dispose d’un ancrage municipal, comme à Madrid et Barcelone. »

Source : Le Monde Diplomatique

EUROPE

Énergie, finance, agriculture… : quand les « lobbys bruxellois » sont français

« La dénonciation de l’influence excessive des lobbys économiques à Bruxelles est presque devenue une tarte à la crème. Dirigeants politiques et économiques savent en jouer pour rejeter la responsabilité de mesures impopulaires sur l’Union européenne. Pourtant, le lobbying qui s’exerce auprès des institutions communautaires est aussi le fait d’intérêts français, à commencer par ceux des grandes entreprises hexagonales, particulièrement dans des secteurs comme l’énergie, la finance, l’agriculture ou encore l’armement. Enquête sur ces lobbys français qui contribuent à dévoyer l’Europe.

Source : OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES

Les négociations achoppent et le fossé se creuse entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne

« Un projet de déclaration publié la semaine dernière, approuvé par le Conseil européen (CE) représentant les 27 autres pays membres, indique qu’aucun accord n’a été conclu avec le Royaume-Uni dans les trois domaines qu’il avait énoncés lors de la publication de sa stratégie de négociation en avril. Le CE a alors déclaré que pour progresser vers un accord sur une future relation commerciale avec le Royaume-Uni, les questions suivantes devaient être résolues: * Les droits de résidence des citoyens de l’UE et du Royaume-Uni après le Brexit * Le paiement britannique à l’UE dans le cadre de son règlement «du divorce». * Un accord évitant la création d’une frontière «dure» entre la République d’Irlande – qui est membre de l’UE – et l’Irlande du Nord. »

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

FRANCE

Climat ? La bataille du Premier ministre Edouard Philippe pour maintenir sa centrale à charbon

« Emmanuel Macron avait promis la fermeture des centrales à charbon, confirmée pour 2022 par le plan Climat de juillet. Problème : depuis des années, Édouard Philippe bataille ferme pour maintenir la centrale du Havre jusqu’au moins 2035. Récit d’une obsession énergétique. « Édouard Philippe tient à la centrale au charbon du Havre comme à ses premiers boutons de manchettes. » Cette formule, le conseiller municipal EELV Alexis Deck l’use à l’envi. Difficile de lui donner tort : depuis plusieurs années, l’actuel Premier ministre lutte coûte que coûte pour maintenir la centrale de son fief normand, dont il a été maire jusqu’en juin dernier. Quitte à la mettre à la pointe d’une technologie qui n’a de propre que le nom, à tirer le fer contre l’ancienne ministre de l’Environnement, et à être soupçonné par certains élus de rendre volontairement la ville dépendante du chauffage produit. Et ce, alors même que la mairie et les entreprises concernées voient leurs accords retoqués par le tribunal administratif de Rouen, et tentent sous un nouveau nom de récupérer le contrat. »

Source : REPORTERRE

Versailles : au château, prière de ne pas partager vos connaissances

« Une historienne de l’art en visite a été exclue d’une salle pour avoir expliqué la marqueterie de Boulle à trois amis américains. Attention, chasse gardée. Au château, comme dans nombre de musées et autres monuments, le « droit de parole » est strictement réglementé et nul ne peut commenter les œuvres comme bon lui semble… Surtout quand on sait de quoi on parle. Une règle poussée jusqu’à l’absurde, ce samedi au château de Versailles, lorsqu’une historienne de l’art a été contrainte de quitter les lieux pour avoir « expliqué le concept de la marqueterie Boulle à trois amis américains ». »

Source : LE PARISIEN

GÉOPOLITIQUE

Les peshmergas kurdes ont aidé des membres de l’EI à fuir Hawija, selon des responsables irakiens

« « Des combattants de l’État islamique ont fui Hawija via des positions des peshmergas et [avant le début de la bataille d’Hawija], les peshmergas ont reçu 160 dirigeants du groupe », a déclaré Mahdi Taki, commandant de la brigade 52 des Hachd al-Chaabi (forces paramilitaires des Unités de mobilisation populaire, soutenues par l’Iran). »

Source : MIDDLE EAST EYE

À la rencontre des enfants soldats du Yémen

« De nombreux enfants soldats ne sont pas motivés par la pauvreté mais la foi en leur cause – et souvent avec les encouragements de leurs parents et des politiques. Saeed passe ses vacances, chez ses parents. Leur domicile se situe dans le district d’al-Ma’afer, l’une des zones les plus pauvres du Yémen, et reflète la vie au village. »

Source : MIDDLE EAST EYE

LIBERTÉS

À Londres, votre visage et votre paume de main remplaceront le ticket de métro

« Pour limiter les files d’attente aux portiques, les passagers du métro londonien n’auront bientôt plus besoin de ticket ou de pass. Un nouveau système de billetterie à partir de la reconnaissance faciale et de l’analyse des veines palmaires y sera testé dès 2018. »

Source : We Demain

Un ex-agent du FBI affirme que les entreprises de technologie doivent « faire taire » les sources de « rébellion »

« Les hauts responsables des services juridiques et de sécurité de Facebook, Twitter et Google ont été entendus par la commission aux affaires judiciaires du Sénat mardi, lors d’une audition portant sur « le contenu extrémiste et de la désinformation russe sur l’Internet ». Pendant quatre heures, les sénateurs ont soutenu que « l’infiltration étrangère » est à l’origine de l’opposition sociale aux États-Unis, afin de justifier la censure des points de vue oppositionnels. »

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

MATIÈRES PREMIÈRES

L’électricité des crypto-monnaies

La valeur d’un bitcoin, de ~100 € (septembre 2013) est passée à 4820 € au 16 oct 2017. Bulle spéculative, valorisation ayant un fondement réel ? Un point interroge cependant, au 16/10/2017, le réseau informatique permettant les échanges de bitcoins et leur sécurisation consommerait selon digiconomist ~21TWh/an (21 terawattheures par an, soit 21 milliards de KWh/an). Notons que la consommation électrique est proportionnelle au cours avec un délai de quelques mois. La multiplication par 8 sur un an de la valeur du bitcoin se traduira donc par au moins un doublement de la consommation électrique à court terme pour atteindre ~40 TWh/an soit la consommation de … la Nouvelle Zélande. Si les 21 millions de bitcoins émis au maximum voyaient leurs valeurs augmenter pour égaler la valeur des billets en dollars en circulation (M0 = 1500 milliards $ en décembre 2016 (FED)), cela représenterait la consommation électrique française annuelle (468TWh en 2015). Le gros de la consommation est liée au mode de distribution (concours et preuve de travail entre les nœuds du réseau pour l’attribution des bitcoins et des commissions toutes les 10 minutes). Même si des recherches sont en cours, aucun autre système aujourd’hui n’a réussi à convaincre. La robustesse du bitcoin semble liée à l’impossibilité presque absolue de fabriquer un faux registre qui obligerait un éventuel faussaire à dépenser autant d’électricité que l’ensemble du réseau bitcoin mondial pour la période qu’il souhaiterait falsifier. A y regarder de près, il semble même que le mode de distribution soit irremplaçable pour garantir la solidité globale du protocole. Dès lors, donner naissance à une nouvelle monnaie internationale obligera probablement à renoncer à certaines propriétés de la monnaie mise en œuvre par Nakamoto.

Source : Complexités – Blog Pour la Science

Sous l’influence des industriels et de leurs lobbies, l’Europe s’enferme dans un carcan de gazoducs et de terminaux méthaniers

« Alors que le vieux continent s’apprête à accueillir une nouvelle fois la Conférence internationale sur le climat à Bonn, un rapport met en lumière la manière dont institutions européennes, États membres et industriels se sont entendus pour lancer un vaste programme de construction de nouvelles infrastructures gazières de la Baltique à l’Adriatique. Au risque de renier les engagements de l’Europe non seulement en matière de climat, mais aussi de démocratie et de droits de l’homme. En France, cette politique se traduit par de nouveaux projets de gazoducs comme MidCat et Éridan. Et les grandes entreprises tricolores comptent bien profiter elles aussi de l’aubaine. Dans quelques jours s’ouvrira la 23e Conférence des parties de la Convention des Nations unies sur le climat, ou COP23. Le pays hôte de l’événement est officiellement cette année l’archipel des Fidji, une nation en première ligne face aux conséquences du réchauffement des températures. Pour des raisons logistiques, cependant, la conférence aura lieu à Bonn, en Allemagne. Après Paris en 2015 et avant Katowice, en Pologne, l’année prochaine, l’Europe accueillera donc trois conférences internationales sur le climat en quatre ans. De quoi conforter son statut de garante de l’Accord de Paris, alors que les États-Unis de Donald Trump s’enfoncent dans le déni et que la Chine se concentre surtout sur ses propres défis. »

Source : OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES

RÉFLEXION

L’industrie de la terreur : aux origines du nazisme

« La violence génocidaire du nazisme est ancrée, depuis le XIXe siècle, dans l’histoire de l’Occident, du capitalisme industriel, du colonialisme, de l’impérialisme, de l’eugénisme, du darwinisme social et de l’essor des sciences et des techniques modernes. C’est la thèse d’Enzo Traverso, historien spécialisé dans l’histoire politique et intellectuelle du XXe siècle, qui démontre la généalogie européenne de l’entreprise exterminatrice du Troisième Reich. À la suite d’Hannah Arendt montrant, dans Les origines du totalitarisme, les liens qui rattachent le nazisme au racisme et à l’impérialisme du siècle des révolutions industrielles, Enzo Traverso affirme que sa particularité réside dans « la synthèse d’un ensemble de modes de pensée, de domination et d’extermination profondément inscrits dans l’histoire occidentale ». Dans La violence nazie : Une généalogie européenne, il analyse la façon dont les nazis, bien qu’haïssant profondément le libéralisme politique, se sont servis du progrès industriel et technique, du monopole de la violence étatique et de la rationalisation des pratiques de dominations, tous hérités du XIXe siècle, pour mettre en œuvre l’extermination d’une partie de l’humanité. »

Source : LE COMPTOIR

Le colibri et le sanglier : Faire sa part ou faire le nécessaire ?

« La légende Quechua qui illustre les valeurs du Mouve­ment Coli­bri, et est à l’ori­gine de son nom se déroule ainsi : « Un jour, dit la légende, il y eut un immense incen­die de forêt. Tous les animaux terri­fiés, atter­rés, obser­vaient impuis­sants le désastre. Seul le petit coli­bri s’ac­ti­vait, allant cher­cher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agita­tion déri­soire, lui dit : ‘Coli­bri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !’ Et le coli­bri lui répon­dit : ‘Je le sais, mais je fais ma part.’ » L’his­toire ainsi racon­tée est pour­tant incom­plète, et sa fin mérite d’être enfin dévoi­lée…  »

Source : LE PARTAGE

SOCIETÉ

Le travail, trop rarement incriminé dans les cancers

« La responsabilité du travail dans l’apparition de cancers reste largement sous-estimée. Le facteur professionnel est fréquemment incriminé dans les troubles musculo-squelettiquesliés aux gestes répétitifs ou dans les problèmes de santé mentale du type burn-out, mais il l’est trop peu dans les pathologies cancéreuses. Celles-ci constituent pourtant la première cause de mortalité en France. »

Source : THE CONVERSATION

ÉCONOMIE

Trump menace d’abandonner l’ALÉNA tandis que s’intensifient les disputes commerciales

« Faisant suite à une brève rencontre de Trudeau à la Maison-Blanche, qui fut éclipsée par les tensions commerciales grandissantes entre les États-Unis et le Canada, Trump a affirmé que si les négociations menées par son pays ne parvenaient pas à «moderniser» l’ALÉNA, son administration saborderait le traité vieux de 23 ans. «C’est possible que nous ne parvenions pas à un accord», a dit Trump, ajoutant «Je crois que Justin (Trudeau) comprend cela, si nous ne parvenons pas à un marché, il sera annulé et ce sera bien ainsi.» Trudeau, dont le gouvernement libéral s’est plié en quatre afin de développer une relation plus étroite avec l’administration Trump dans l’espoir de maintenir l’accès privilégié des grandes entreprises canadiennes au marché américain, a ensuite reconnu que l’ALÉNA est dangereusement près de s’effondrer. «Nous sommes prêts à tout», a-t-il affirmé à une conférence de presse plus tard mercredi de la semaine dernière. »

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

Le modèle suédois fait de la résistance

« La correction libérale du modèle suédois dans les années 1990 a fortement creusé les inégalités. Mais aujourd’hui, les Suédois essaient d’inverser la tendance. Le « modèle suédois » sert fréquemment de référence à Emmanuel Macron. A cause de la forte baisse des dépenses publiques enregistrée dans les années 1990 et de la place centrale du dialogue social sur le marché du travail suédois. La Suède a en effet connu une sérieuse correction libérale à cette époque. Elle a eu d’importantes conséquences négatives sur la société. Résultat : les Suédois cherchent désormais à inverser la tendance. Quant aux relations sociales, l’équilibre mis en place avec les ordonnances du gouvernement nous éloigne plutôt de la négociation collective à la suédoise. »

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

Le numérique détruit l’emploi : c’est faux

« Avec l’explosion du numérique renaît le spectre de la fin du travail. Etayé par une succession d’études déclinées à travers les pays, qui, les unes après les autres, prédisent la disparition de 30 à 40% des métiers. Au niveau des entreprises, ce discours fait mouche. L’automatisation numérique est déjà tangible : dans l’industrie, les machines sont de plus en plus autonomes et polyvalentes. Dans le transport, la perspective du véhicule autonome se rapproche. Dans les services, les algorithmes permettent de plus en plus de traiter la relation client à distance et remettent en cause les guichets physiques, les caisses dans les magasins, etc. »

Source : XERFI CANAL

16 réponses à Revue de presse du 05/11/2017

https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-05112017/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités

Revue de presse nationale et internationale.

Publicités