La fragilité de l’industrie minière aurifère

La fragilité de l’industrie minière aurifère


Équipement gigantesque, dépenses en capital massives et coûts en hausse


Par SRSROCCO – Le 18 octobre 2017 – Source SRSrocc REPORT via CassandraLegacy


L’industrie de l’or a été construite sur les capacités d’endettement et sur l’énergie. Les jours où on utilisait le travail humain et animal pour produire le précieux métal jaune sont révolus depuis longtemps. Alors que quelques mines d’or sont encore exploitées à l’ancienne, la grande majorité de la production se fait à l’aide d’équipements miniers de taille colossale, d’énormes quantités de capital, d’énergie et de matériaux. Ainsi, l’approvisionnement mondial en or provient d’une industrie très complexe avec beaucoup d’éléments mobiles. Lorsque l’une de ces parties critiques est insuffisante ou retirée, alors tout le système d’approvisionnement en or se désintègre.


La mine de Pueblo Viejo en République dominicaine, détenue par Barrick (60%) et Goldcorp (40%), qui a coûté 3,7 milliards de dollars à mettre en production, est un exemple de l’une des plus récentes mines d’or complexes au monde. La mine de Pueblo Viejo a démarré sa production en 2013 et fonctionne maintenant à pleine capacité. La production d’or à la mine Pueblo Viejo est supérieure à un million d’onces par année. Selon Barrick, le coût de revient à Pueblo Viejo était de 564 $ l’once en 2016. Toutefois, le coût de revient n’inclut pas « tous les coûts ». Nous devons également tenir compte des frais généraux et administratifs, d’exploration et d’évaluation, de la fermeture un jour de la mine et des impôts.

Ces dépenses supplémentaires ne sont pas inclues dans le coût initial de 3,7 milliards de dollars pour la construction de la mine. Selon les données, la mine de Pueblo Viejo possède environ 15,5 millions d’onces (Moz) de réserves d’or prouvées et probables. Même si d’autres découvertes d’or dans cette mine seront ajoutées à l’avenir, si nous supposons une période de récupération initiale de 15 ans, le coût en capital annualisé serait de 250 $ de plus par once d’or produite.

Ainsi, le coût de revient de 564 $ plus le coût en capital de 250 $ équivaut maintenant à 814 $ l’once. Mais cela n’inclut pas les dépenses supplémentaires qui feraient grimper le coût total réel de la mine de Pueblo Viejo à plus de 900 $ l’once. Ce n’est que mon calcul simple qui ne devrait pas être comparé à la comptabilité plus complexe de la valeur actuelle nette de cette industrie. Même si la mine Pueblo Viejo est la mine d’or la moins coûteuse de Barrick, le coût total de la production d’or de Barrick l’an dernier a été de 1 125 $ l’once, à mettre en perspective du prix mondial au comptant de 1 251 $. Encore une fois, c’est ma simple « analyse du seuil de rentabilité du revenu net ».

Quoi qu’il en soit, la mine Pueblo Viejo est une mine complexe très avancée qui a traité 7,5 millions de tonnes de minerai pour produire 1,1 Moz d’or l’année dernière. Selon le rapport sur le développement durable 2016 de Barrick, la mine Pueblo Viejo a consommé les éléments suivants en 2016 :

Pueblo Viejo Mine Matériaux et énergie consommés :

  • 4,9 milliards de gallons d’eau
  • 3 100 tonnes métriques de cyanure
  • 338 000 tonnes métriques de chaux
  • 18,7 millions de GigaJoules d’énergie (3,1 millions de barils d’équivalent pétrole)

Il y a beaucoup d’autres matériaux qui ne sont pas inclus dans cette liste, mais la capacité à produire de l’or à la mine Pueblo Viejo n’est possible qu’à partir d’une chaîne d’approvisionnement très complexe. La majorité des matériaux et de l’énergie consommés par la mine de Pueblo Viejo doivent être transportés vers l’île de la République dominicaine, dans les Caraïbes.

Par exemple, la flotte d’équipement minier de Barrick à la mine Pueblo Viejo comprend ce qui suit (info from OSIsoft Report) :

  • 34 camions de transport CAT 789
  • 2 pelles Hitachi 3600
  • 3 CAT 994F Chargeurs frontaux
  • 30 équipements de soutien

Le budget d’entretien estimé pour la flotte de camions de transport est de 18 millions de dollars. Et quand l’un des 34 camions est hors service, cela coûte un sacré paquet d’argent. Le coût d’immobilisation du camion est de 700 $ l’heure. Les six pneus utilisés par le camion CAT 789 Haul coûtent environ 30 à 40 000 $ pièce et durent un peu plus d’un an. Le camion CAT 789 Haul consomme environ 7,5 litres de gasoil tous les kilomètres.

CAT 797F transporté par une remorque Mercedes

Maintenant, l’image sélectionnée (ci-dessus) que j’ai utilisée pour cet article n’est pas le CAT 789 ; c’est le CAT 797. Le CAT 797 pèse deux fois plus que le CAT 789, utilisé à la mine Pueblo Viejo. Cependant, je voulais juste donner une idée de la taille de ces camions d’exploitation.

De plus, l’extraction, l’excavation et le transport du minerai hors de la mine de Pueblo Viejo sont contrôlés par des systèmes informatisés de haute technologie. Le transport du minerai par la grande flotte de camions est surveillé par une technologie de pointe qui conçoit la méthode la plus efficace pour extraire le minerai de la mine, de sorte que très peu de temps est gaspillé. Encore une fois, le temps c’est de l’argent.

Nous devons nous rappeler que plus une technologie est utilisée dans un système, plus elle devient complexe et fragile. Bien sûr, la technologie permet de faire fonctionner de grandes opérations de manière plus efficace et plus rapide, mais l’inconvénient est que si une ou plusieurs parties critiques sont supprimées, le système d’exploitation minier complexe se décompose. Qu’adviendrait-il de la production d’or à la mine Pueblo Viejo si le cyanure devient rare ? Sans le cyanure, le traitement du minerai d’or s’arrête.

Même si j’ai fourni un exemple du coût énorme et des quantités massives de capital nécessaires pour produire de l’or dans une mine, jetons un coup d’œil à ce qui se passe dans les huit plus importantes sociétés minières d’or au monde.

Coûts et augmentation des dépenses d’immobilisations du Top 8 des sociétés minières aurifères

Il est assez étonnant de voir combien il en coûte aujourd’hui pour produire une once d’or par rapport au début du siècle. L’énorme augmentation du coût total de production de l’or est la raison pour laquelle le prix est presque cinq fois plus élevé. Malheureusement, de nombreux analystes des métaux précieux suggèrent que l’augmentation du prix de l’or est due soit au sentiment du marché, soit à l’augmentation de la demande. J’ai déclaré dans plusieurs articles que l’augmentation considérable du prix de l’or était due à la hausse du prix du pétrole :

Cependant, d’autres facteurs influent également sur le coût de production de l’or. Par exemple, l’industrie minière aurifère doit maintenant déplacer beaucoup plus de minerai pour produire la même quantité d’or qu’en 2000 [Loi des rendements décroissants, NdT]. Le graphique suivant montre la chute du rendement dans la plus grande mine aurifère de 2005 à 2013 :

En huit ans seulement, les cinq premiers producteurs d’or ont connu une baisse de près de 30% du rendement moyen en or, passant de 1,68 g / t (grammes par tonne) à 1,2 g / t. Si nous revenions cinq années encore avant 2000, j’imagine que ce serait plus proche d’une baisse de 40% du rendement moyen. Ainsi, il faut maintenant traiter 40% de minerai de plus pour produire la même quantité d’or aujourd’hui. Ce qui signifie qu’il faut maintenant beaucoup plus d’énergie et de matériaux pour produire de l’or aujourd’hui qu’il y a 16 ans.

Le tableau suivant met en perspective l’augmentation du coût de production de l’or aujourd’hui par rapport à 2000 :


Ce graphique montre l’augmentation du « coût des marchandises vendues » pour la production d’or dans les huit plus importantes sociétés minières aurifères au monde. Même si de nombreuses entreprises ont vu leur « coût de marchandises vendues » chuter depuis le sommet atteint en 2013, le chiffre global reste encore beaucoup plus élevé qu’en 2000. Certaines entreprises figurant dans le tableau ci-dessus ont vu leur « coût de marchandises vendues » augmenter de manière significative car elles ont augmenté leur production d’or de manière substantielle. Cependant, Barrick n’avait pas cette excuse.

Barrick a produit 5,9 Moz d’or avec un coût de 553 millions de dollars comparativement à 5,4 milliards de dollars en 2016 pour une production d’or de 5,5 Moz. Ici, nous pouvons voir que le « coût de marchandises vendues » de Barrick a été multiplié par dix alors que la production est à peu près la même.

Selon les données de YCharts.com et les rapports annuels de ces entreprises, le coût total de l’or vendu en 2000 était de 4,9 milliards de dollars (4 953 millions de dollars) contre 23,6 milliards de dollars (23 588 millions de dollars) en 2016 :

Maintenant, ce qui est étonnant à propos des chiffres dans le tableau ci-dessus, c’est que le chiffre du « coût de marchandises vendues » a plus que quadruplé alors que la production totale d’or dans le groupe n’a augmenté que de 2 Moz. Le prix des marchandises vendues par les huit principaux chercheurs d’or est passé de 206 $ l’once en 2000 à 907 $ l’an dernier. L’énorme augmentation du coût de production de l’or est la raison même pour laquelle le prix est passé de 279 $ en 2000 à 1251 $ en 2016. Regardons la comparaison.

Coût des marchandises vendues par rapport à l’or

  • 2000 vs 2016 Coût des biens vendus = augmentation par 4,4
  • 2000 vs 2016 Prix de l’or = augmentation par 4,5

Donc, si nous supprimons toutes les forces de l’offre et de la demande de l’équation, il est assez surprenant que le prix de l’or soit en hausse du même montant que le coût de production de l’or. Cependant, nous devons également regarder la hausse des dépenses en capital. Au cours de la même période, les dépenses d’investissement totales des huit principaux exploitants de mines d’or sont passées de 1,7 milliard de dollars (1 723 millions de dollars) en 2000 à 6,1 milliards de dollars (6 088 millions de dollars) en 2016 :


Encore une fois, nous pouvons voir que le total des dépenses en capital (CAPEX) est passé de 72 $ l’once en 2000 à 234 $ l’once en 2016, alors que la production globale n’a augmenté que de 2 Moz. Les dépenses d’investissement du groupe n’ont augmenté que par 3,2 par rapport à 4,4 du « coût des marchandises vendues », mais cela montre qu’il en coûte beaucoup plus d’argent pour soutenir ou remplacer la production.

Si nous comprenons que la valeur actuelle de l’or est liée à son coût de production, alors nous nous rendrons compte qu’elle a un prix plancher. Bien sûr, le prix de l’or pourrait atteindre un sommet plus bas, mais son prix annuel moyen est resté proche (ou supérieur) de son coût de production depuis un certain temps.

Ce tableau représente mon « analyse du seuil de rentabilité nette rajustée » pour Barrick et Newmont, les deux plus importantes sociétés aurifères au monde. Comme je l’ai mentionné plus tôt, le coût de la production d’or de Barrick en 2016 était de 1 125 $, alors que le prix au comptant était de 1 251 $. Ainsi, le marché a valorisé l’or au-dessus de son coût de production (dans ces deux sociétés) depuis au moins 2000.

Enfin, l’industrie minière aurifère a besoin d’une grande quantité de matériaux, de pièces de rechange, d’énergie ainsi que d’un système de chaîne d’approvisionnement très complexe pour produire le précieux métal jaune. Si une partie de la chaîne d’approvisionnement tombe en panne, il devient alors extrêmement difficile ou impossible de produire de l’or. Bien qu’il existe de nombreuses fragilités dans l’industrie moderne de l’or high-tech, je crois que l’énergie est la plus cruciale.

Une fois que le monde commencera à connaître une baisse de la production mondiale de pétrole, le vaste système de la chaîne d’approvisionnement commencera à s’effondrer. Cela aura un impact sur les plus grandes mines. J’écrirai plus à ce sujet et aussi pourquoi un approvisionnement global de pétrole en baisse poussera le prix de l’or beaucoup plus haut.

Note de Ugo Bardi

Cet article illustre un thème typique du blog « Cassandra's Legacy », le fait que toutes les entreprises humaines sont dynamiques ; elles évoluent et s'adaptent aux défis générés par l'environnement.

En particulier, l'industrie minière suit un cycle dynamique typique d'exploitation généré par la baisse progressive des profits provenant de l'extraction de minerais de moins en moins concentrés. C'est vrai pour le pétrole brut et c'est aussi vrai pour l'or. Ce dernier est peut-être le minerai extrait aujourd'hui aux concentrations les plus basses possibles. Pour l'or, la concentration (ou la teneur du minerai, si vous préférez) est le paramètre crucial qui détermine le coût de production. En conséquence, l'industrie minière de l'or est particulièrement fragile et vulnérable à l'épuisement, couplé à l'oscillation du marché. La situation actuelle est expliquée en détail par Steve Rocco dans ce post passionnant et informatif.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

 

http://lesakerfrancophone.fr/la-fragilite-de-lindustrie-miniere-aurifere

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s