Des scientifiques argentins découvrent le plus ancien reptile de l’Antarctique

Antarctique

Des scientifiques argentins découvrent le plus ancien reptile de l’Antarctique

CC0 / Pixabay
Sci-tech

URL courte
170

Des fossiles de plésiosaures (des reptiles aquatiques proliférant durant le Jurassique) ont été découverts dans la partie éloignée de la péninsule Antarctique par une équipe de chercheurs argentins. Il s’agit du plus ancien reptile enregistré sur ce continent.

Sous une carapace de glace dans la péninsule Antarctique, à deux heures de vol en hélicoptère de la base Marambio en Argentine, un groupe de chercheurs argentins du Conseil national de recherches a découvert des restes d’un plésiosaure datant de l’époque du Trias et dont l’âge s’élève à 150 millions d’années.Lors de leurs recherches, les paléontologues ont initialement découvert «une petite partie de corps», constituée de «quelques vertèbres dorsales et de côtes».

«Il s’agit d’un être vivant de six à sept mètres de long. C’est un plésiosaure de taille moyenne», a expliqué à Sputnik le spécialiste de l’Université de La Plata Juan Patricio O’Gorman, qui se spécialise en environnement aquatique du Jurassique.

expédition en Antarctique
© Photo. Instituto Antártico Argentino/José Patricio O’Gorman
expédition en Antarctique

Poursuivant leurs recherches après cette première découverte, ils ont trouvé, presqu’à la surface du gel éternel, le reste des os de cette bête préhistorique, qui se nourrissait probablement de poissons.

«C’était une grande joie. Nous savions que nous pourrions trouver beaucoup de reptiles aquatiques, mais ceci était vraiment extraordinaire», a-t-il conclu.
Selon lui, l’importance cruciale de cette découverte consiste dans le fait qu’ainsi la période de la présence des plésiosaures en Argentine s’élargit de 80 millions d’années.

Antarctique
© Sputnik. Alekseï Nikolskiï

Pendant un mois, quatre membres de l’équipe ont travaillé sur place, faisant de l’exploration paléontologique et effectuant la récolte d’informations pouvant, entre autres, servir pour détecter de nouveaux endroits intéressants pour de futures expéditions.
Comme l’explique M. O’Gorman tout ce travail accompli ne serait pas possible sans le soutien de l’Institut antarctique d’Argentine, qui fait partie de l’Agence nationale du ministère des Affaires étrangères de l’Antarctique.

«La campagne a été très productive, nous avons détecté une grande quantité de poissons fossiles du Jurassique qui améliorent considérablement nos connaissance sur la faune de cette période en Antarctique», a-t-il relaté.

Notons que l’Antarctique occupe une place particulière dans ce genre de recherche car elle fait quasiment partie des «zones non explorées». De plus, à l’époque du Mésozoïque, elle faisait partie du supercontinent formé à la toute fin du Néoprotérozoïque, le Gondwana, qui était relié à l’époque avec l’Australie, l’Afrique et l’Amérique du sud.

https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201712291034540584-reptile-antarctique-science/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s