La Bourse dans le rouge, la Chine pourrait arrêter d’acheter de la dette américaine

investir.fr | |

La Chine envisage de diminuer voire d’arrêter ses achats de dette aux Etats-Unis, selon l’agence Bloomberg. L’information a envoyé les marchés d’actions dans le rouge, à Paris comme à Wall Street.

image: https://investir.lesechos.fr/medias/2018/01/10/1732272_1515571418_paris6_565x377p.jpgPalais Brongniart

La séance de Bourse du 10 janvier | Crédits photo : Shutterstock

En fin de matinée ce mercredi 10 janvier, l’agence financière Bloomberg déclaré dans cet article que la chine envisagerait de diminuer, voire d’arrêter, ses achats d’obligations du Trésor américain. Bloomberg cite des sources « proches du dossier » sans les nommer. Le rendement de l’emprunt américain à 10 ans est monté jusqu’à 2,5917% dans la foulée. Il s’agit de son plus haut niveau depuis mars 2017.

Selon ces sources, des représentants du gouvernement chinois auraient conseillé d’arrêter ou de diminuer les achats de dette américaine lors d’un passage en revue des positions nationales sur le marché des changes.

La Chine détenait fin 2017 près de 1.200 milliards de dollars de Treasuries, selon les chiffres du Département du Trésor. Cela en fait le premier détenteur d’emprunts d’Etat américains. Si certains traders prennent l’information sortie par Bloomberg avec prudence, ils soulignent néanmoins que la récente série de bons indicateurs macroéconomiques dans le monde et la hausse des cours des matières premières expliquent pour une bonne part les tensions sur les taux. Cela fait en effet plusieurs jours que les taux montent. L’emprunt américain à deux ans avait dépassé le rendement moyen du S&P 500 la semaine dernière.

Les seules qui en profitent ? Les banques et les assurances

Cette tension des taux d’emprunt s’inscrit également dans un contexte de normalisation des politiques monétaires des grandes banques centrales. La plus accommodante d’entre elles, la Banque du Japon, a annoncé hier qu’elle allait réduire ses achats de bons du gouvernement nippon de très longue échéance.

Ce mouvement est favorable aux actions du secteur financier, mais pèse sur les actions en général, et en particulier les valeurs de rendement comme les opérateurs télécoms ou l’immobilier. Pour peu qu’ils prodiguent un rendement suffisant, les investisseurs institutionnels préfèrent les emprunts d’Etat aux actions. Ils sont moins risqués. La baisse du jour est liée à des dégagements basés sur ce raisonnement. Sur les 19 indices sectoriels Stoxx 600, seuls ceux des banques et de l’assurance ont progressé mercredi.

Le Cac 40 a perdu 0,35% à 5.504,68 points mercredi, dans un volume d’affaires de 4,3 milliards d’euros. Alors que le Dax a plus baissé que le Cac 40, le Footsie londonien a gagné un peu de terrain. Au moment de la clôture des marchés européens, les trois principaux indices américains (Dow Jones, S&P 500 et Nasdaq) s’inscrivaient dans des replis similaires à celui de l’indice français.

La prudence est par ailleurs de mise dans l’attente du début de la saison des résultats trimestriels aux Etats-Unis, avec notamment les banques. Bank of America doit ouvrir le bal jeudi 11 janvier, avant d’être suivie vendredi par JP Morgan Chase et Wells Fargo. Les opérateurs se veulent optimistes. Selon le consensus Reuters, les bénéfices des sociétés du S&P 500 sont attendus en hausse de 11,8% au quatrième trimestre 2017, contre une progression de 8% un an plus tôt.

Air France-KLM reste plombé par le pétrole malgré les chiffres du jour

Sur le front des matières premières, le baril de Brent de la mer du Nord est repassé sous le seuil des 69 dollars, les stocks hebdomadaires de pétrole ayant moins diminué que ne le laissaient espérer les chiffres publiés hier soir par l’American Petroleum Institute. Selon les données officielles du Département de l’Energie, les stocks de brut ont diminué de 4,95 millions de barils la semaine dernière, tandis que ceux d’essence ont augmenté de 4,14 millions d’unités. Le marché tablait sur une baisse de 3,44 millions de barils des premiers et sur une hausse de 3,03 millions des seconds.

Air France-KLM reste malgré tout en recul, dans le sillage de la hausse des cours du pétrole de la veille, après les chiffres publiés par l’Institut américain du pétrole (API).

Au chapitre des analystes, principaux market movers en Bourse depuis le début de l’année, Goldman Sachs a abaissé sa recommandation sur Veolia Environnement à « neutre », contre « achat » auparavant. Le même broker a initié la couverture de Suez à « neutre ». A l’inverse, Bénéteau est soutenu par un conseil d’achat de Kepler Cheuvreux.

Airbus est également entouré. Emmanuel Macron a déclaré qu’une commande de la Chine portant sur 184 A320 sera bientôt finalisée. Un contrat qui représente plus de 18 milliards de dollars au prix catalogue.

La plus forte baisse du SRD revient à Derichebourg. Le holding familial a cédé 10% du capital du groupe au prix de 8 euros par action.

VB

En savoir plus sur https://investir.lesechos.fr/marches/actualites/cac-petrole-resultats-trimestriels-la-seance-du-10-janvier-a-la-bourse-de-paris-1732272.php#MFZtu5mbqkpxDpOc.99

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s