Lait contaminé. Lactalis se défend et assure collaborer parfaitement avec l’État

Lait contaminé. Lactalis se défend et assure collaborer parfaitement avec l’État

  • Le leader mondial des produits laitiers a pris la parole, ce jeudi 11 janvier, afin de réagir aux derniers développements de l'affaire du lait infantile contaminé à la salmonelle.
    Le leader mondial des produits laitiers a pris la parole, ce jeudi 11 janvier, afin de réagir aux derniers développements de l’affaire du lait infantile contaminé à la salmonelle. | Ouest-France Thomas BREGARDIS

Ouest-France.

Le leader mondial des produits laitiers a pris la parole, ce jeudi 11 janvier, dans ses locaux parisiens afin de réagir aux derniers développements de l’affaire du lait infantile contaminé à la salmonelle. Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a sévèrement rappelé à l’ordre le groupe basé en Mayenne, dénonçant « une entreprise défaillante ». « Nous étions en parfaite collaboration avec les autorités », répond Lactalis, qui a présenté publiquement ses « excuses ».

Lactalis est sorti de son silence. Par la voix de son porte-parole, Michel Nalet, le géant laitier a réagi, ce jeudi 11 janvier, aux derniers développements de l’affaire du lait infantile contaminé à la salmonelle dans l’usine de Craon (Mayenne). « Je voudrais renouveler nos excuses à l’ensemble des parents. Nous ne nous excuserons jamais assez. Avant d’être des collaborateurs du groupe, nous sommes des parents et des grands-parents», a d’abord insisté Michel Nalet. Avant de tenter de défendre le groupe, sévèrement mis en cause par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire quelques heures plus tôt face à la presse.

« Cette affaire est grave, elle a donné lieu à des comportements inacceptables qui devront être sanctionnés. L’État s’est […] substitué à une entreprise défaillante dont je rappelle qu’elle est la seule responsable de la qualité et de la sécurité des produits mis sur le marché », avait dénoncé le ministre à la mi-journée.

« Un dossier difficile pour notre groupe »

« C’est un événement grave. Un dossier difficile pour notre groupe. On n’a jamais vécu d’événement de cette nature-là », a concédé en retour Michel Nalet. Mais le porte-parole l’a martelé au cours de son intervention face aux médias : « Nous n’avons pas cessé de travailler en collaboration avec l’État, d’accompagner les parents et nos clients. »

Ce midi, Bruno Le Maire avait particulièrement déploré de devoir signer lui-même, le 9 décembre, un arrêté demandant la suspension de la commercialisation des laits infantiles et le rappel de 600 lots, soit 11 000 tonnes de produits, dont 7 000 destinées au marché français, à la suite des constatations sur place, à Craon, des services ministériels. « Nous n’avions pas à l’époque l’ensemble des analyses », justifie, sans plus de précisions, le porte-parole de Lactalis. Malgré la présence avérée de la bactérie depuis plusieurs semaines, notamment dans une tour de séchage, le groupe a préféré procéder en trois vagues de rappel et de retrait, jusqu’au 21 décembre, pour « la totalité de ses produits infantiles et nutritionnels fabriqués ou conditionnés dans l’usine de Craon depuis le 15 février ».

« Mettre tout en œuvre pour redémarrer le site de Craon »

Michel Nalet met par ailleurs en avant la réaction du groupe, avec la mise en place d’un numéro vert et une présence sur le terrain auprès de ses clients. Avec « 6 700 visites chez les clients pour accompagner, pour expliquer » et « 58 000 appels de parents auxquels nous avons répondu en toute transparence », détaille le porte-parole.

Michel Nalet, le porte-parole de Lactalis.
Michel Nalet, le porte-parole de Lactalis. | AFP

Concernant le site mayennais de Craon mis en cause, il « est bien fermé depuis le 8 décembre au matin », souligne Michel Nalet. Quelque 250 salariés sont au chômage partiel. Mais « nous allons mettre tout en œuvre pour redémarrer ce site dans de bonnes conditions », assure-t-il. Il s’est aussi voulu rassurant pour les éleveurs qui travaillent avec Lactalis : « Nous n’avons pas arrêté la collecte du lait. Le lait traité à Craon est redispatché ».

Après la grande distribution convoquée ce jeudi soir pour avoir vendu des laits pourtant visés par le rappel de produits, Lactalis va être reçu vendredi par le ministre de l’Économie pour s’expliquer sur cette affaire. Car depuis, l’affaire a éclaboussé la grande distribution. Après Leclerc mardi, plusieurs grands distributeurs ont annoncé mercredi chacun à leur tour avoir vendu des produits issus de lots rappelés : 434 bouteilles de lait infantile et de préparations à base de céréales pour Carrefour, 384 boîtes de lait pour Système U et 52 pour Auchan.

Au 9 janvier, Santé publique France avait recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose et ayant consommé un lait ou un produit d’alimentation infantile de cette usine. Dix-huit nourrissons ont été hospitalisés, mais tous sont sortis de l’hôpital, selon la même source.

L'affaire du lait contaminé en dates.

https://www.ouest-france.fr/sante/nutrition/lait-contamine-lactalis-assure-collaborer-parfaitement-avec-l-etat-5494209?utm_source=neolane_of_newsletter-generale_mediego&utm_campaign=of_newsletter-generale&mediego_ruuid=5de18cce-940e-4106-9eb7-dbe8d85f6e22_0&mediego_campaign=20180112_email_html&utm_medium=email&utm_content=20180112&vid=1752223&mediego_euid=1752223

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s