Vidéo. CSFRS Entre instabilité et chaos : hybridation des menaces

Vidéo. CSFRS Entre instabilité et chaos : hybridation des menaces

Par CSFRS, le 17 janvier 2018  Imprimer l'article  lecture optimisée  Télécharger l'article au format PDF

Propos recueillis par Pierre Verluise, fondateur du Diploweb.com. Images et son : Fabien Herbert et Selma Mihoubi. Montage : Fabien Herbert. Réalisation SAS Expertise géopolitique – Diploweb.

« Entre instabilité et chaos : hybridation des menaces » : c’est le titre de l’édition 2017 des Assises Nationales de la Recherche Stratégique, organisées par le Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégique (CSFRS). C’était le lundi 30 novembre 2017 à l’École Militaire, dans le 7ème arrondissement de Paris.

Cette vidéo présente une synthèse de quelques-uns des grands thèmes abordés lors de ces Assises, notamment l’hybridation, le commerce illégal, le rôle des médias dans les guerres asymétriques et la coordination du renseignement et de la lutte antiterroriste. On y entend dix des vingt-et-un intervenants de la journée des Assises.

Par ordre d’apparition :
. Olivier Caron, directeur général du CSFRS.
. Alain Bauer, président du CSFRS.
. Jean-François Gayraud, haut fonctionnaire de la police nationale.
. Mikhaïl Remizov (Russie), expert en Science politique.
. Xavier Raufer, criminologue.
. Louise Shelley (Etats-Unis), professeur en affaires internationales.
. Joseph Henrotin, chercheur à l’Institut de Stratégie Comparée.
. Olivier Zajec, maître de conférence en science politique à Lyon III.
. Renaud Girard, correspondant de guerre, grand reporter international.
. Pierre de Bousquet de Florian, coordinateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme.

L’événement est notable pour la participation d’intervenants russes et américains, dont les points de vue sont indispensables pour la réflexion stratégique française, bien que les échanges ne soient pas toujours simples et dépourvus de désaccords : c’est d’ailleurs ce qui justifie un événement comme celui-ci. L’objectif de cette diversité des regards et des expertises est de bouleverser les idées reçues et de distinguer le vrai du faux sur les enjeux sécuritaires et stratégiques auxquels nous faisons face.

Un des thèmes majeurs de ces VIIIe Assises est l’hybridation. Si le concept de guerre hybride n’est pas inédit, nous avons pris l’habitude, à tort, de catégoriser et cloisonner les différents types de criminalité (crime organisé, terrorisme, guérilla, guerres tribales, ou religieuses, etc.). Aujourd’hui, même l’hybridation s’évalue à différents degrés, de la réciprocité à la mutation en passant par la convergence. L’hybridation, ce mélange entre criminalité de droit commun et violence politique, est un phénomène qui doit être examiné avec beaucoup plus de finesse et d’attention. Les djihadistes des attentats de 2015 et 2016 en France en sont la preuve, puisqu’ils partageaient presque tous une similarité : un passé de criminel de droit commun. L’instrumentalisation des médias par le faible est un autre grand thème abordé, puisqu’elle permet de mobiliser l’opinion publique et trouver des alliés, mais surtout, elle donne lieu à des guerres asymétriques.

Parmi les concepts faux que la VIIIème journée des Assises de la CSFRS cherche à déconstruire, on retrouve celui de « la guerre contre le terrorisme », car le terrorisme est un mode d’action et non pas d’un ennemi que l’on peut combattre, comme le sont les groupes armés. C’est un changement de paradigme essentiel dans notre compréhension des enjeux sécuritaires. Par ailleurs, il est indéniable que la guerre a changé de forme, mais il est erroné de dire qu’elle a changé de nature : elle demeure ce point de tension de deux volontés opposées entre différents acteurs. Les nouveautés à observer sont les objectif, les représentations, et le « capital sacrificiel » de criminels hybrides au comportement autodestructeur et menaçant pour nos sociétés.

Tous ces points permettent de comprendre la coordination effective du renseignement et de la lutte antiterroriste, un thème abordé lors la conclusion de cette passionnante journée. Le renseignement est en effet produit, consolidé et enrichi pour obtenir une vision géopolitique plus large, afin de rendre compte d’un monde de plus en plus fragmenté et chaotique et ce, sans faire de raccourcis ou d’analyse superficielle.

Plus : le site du CSFRS

Copyright pour la vidéo : CSFRS 2018

Copyright pour le résumé Janvier 2018-Ménard/Diploweb.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s