Les gendarmes financiers de l’UE dénoncent les dangers du bitcoin

Les gendarmes financiers de l’UE dénoncent les dangers du bitcoin

Les récentes montagnes russes du cours du Bitcoin. Les trois autorités financières européennes mettent surtout en garde les consommateurs contre l’absence de protection en cas de faillite ou d’arrêt des activités des platefomes d’échanges de monnaies virtuelles ou des fournisseurs de wallets numériques pour les stocker. [Coindesk]

Les autorités européennes de la finance ont mis en garde contre l’achat « très risqué » de cryptomonnaies, dont la valeur a fortement fluctué ces derniers mois. Un article de notre partenaire, La Tribune.

C’est suffisamment rare pour être relevé : les trois gendarmes européens de la finance, l’Autorité bancaire européenne (ABE ou EBA en anglais), l’Autorité européenne des marchés financiers (Esma en anglais) et l’Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (Eiopa) ont lancé le 12 février un avertissement destiné au grand public sur les risques liés à l’achat et à la détention de monnaies virtuelles, « des produits hautement risqués et non réglementés, et qui ne conviennent pas aux investissements, à l’épargne ou à la préparation de la retraite ».

« Les trois autorités européennes de supervision sont préoccupées par le fait qu’un nombre croissant de consommateurs achètent des monnaies virtuelles en particulier dans l’attente d’une hausse continue de leur valeur sans avoir conscience des risques très élevés de perdre l’argent investi »,déclarent-elles dans un communiqué commun.

L’EBA, l’Esma et l’Eiopa soulignent que les cryptomonnaies « comme le Bitcoin, le Ripple et l’Ether et de nombreuses autres ont été très volatiles récemment », autrement dit leur cours ont connu des montagnes russes, à la hausse comme à la baisse.

« Par exemple, la valeur du Bitcoin a fortement augmenté en 2017 de 1 000 euros en janvier à plus de 16 000 à la mi-décembre puis a chuté de près de 70% à 5 000 euros début février. Plus récemment, elle a remonté de 40% et se traite actuellement à 7 000 euros » détaillent les trois autorités, qui rappellent que la capitalisation totale des 100 premières monnaies virtuelles s’élève à environ 330 milliards d’euros.

Ceci dit, les marchés d’actions ont connu également des mouvements très brutaux ces dernières semaines.

La France veut pousser le G20 à réguler le bitcoin

Difficile à réguler, la cryptomonnaie, qui entretiendrait un risque de bulle financière, servirait également à financer les réseaux mafieux. Bruno Le Maire souhaite que le sujet soit débattu au G20 en avril.

 

 « Ne pas investir l’argent que vous ne pouvez perdre »

Les gendarmes insistent en particulier sur le fait que les crypto-monnaies « ne sont pas réglementées par les lois de l’UE », ce qui a pour conséquence l’absence de protection des consommateurs et des garanties habituelles.

« Les plateformes où s’échangent les monnaies virtuelles et les porte-monnaie numériques utilisés pour en détenir, conserver ou transférer ne sont pas réglementés non plus. Cela signifie que si vous achetez ou détenez des monnaies virtuelles, vous ne bénéficierez pas des garanties et protections associées aux produits financiers réglementés. Par exemple, si une plate-forme d’échange de monnaies virtuelles ou un fournisseur de wallets digitaux fait faillite, arrête son activité ou fait l’objet d’une cyberattaque, d’un détournement de fonds ou d’une confiscation d’actifs à la suite de mesures d’application de la loi, le droit de l’UE n’offre aucune protection spécifique sur la couverture de vos pertes ou l’accès à vos actifs. Ces risques se sont déjà matérialisés en de nombreuses occasions dans le monde entier » soulignent les trois autorités.

Le manque de transparence des prix, le risque d’interruptions de service des plateformes sont d’autres dangers cités par les superviseurs.

Surtout, l’EBA, l’Esma et l’Eiopa veulent faire comprendre que les consommateurs européens qui voudraient tout de même acheter des crypto-monnaies doivent le faire en connaissance de cause, à leurs risques et périls.

« Si vous décidez d’acheter des monnaies virtuelles ou des produits financiers donnant une exposition directe [à celles-ci], vous devriez comprendre leurs caractéristiques et les risques que vous prenez. Vous ne devriez pas investir de l’argent ne peut pas se permettre de perdre ».

« Vous devriez vous assurer que vous maintenez un niveau de sécurité adéquat et à jour sur les appareils et matériels que vous utilisez pour accéder à vos monnaies virtuelles ou pour acheter, stocker ou transférer des monnaies virtuelles. En outre, vous devez savoir que l’achat de monnaies virtuelles auprès d’une entreprise réglementée de services financiers n’atténue pas les risques. »

« L’UE doit laisser la blockchain se développer avant de légiférer »

Les législateurs débattent de la meilleure manière de régir les monnaies virtuelles et la technologie innovante qui les sous-tend: blockchain. Pour Patrick Murck, cofondateur de Bitcoin foundation, l’attitude actuelle de laisser-faire est la bonne..

https://www.euractiv.fr/section/economie/news/les-gendarmes-financiers-de-lue-denoncent-les-dangers-du-bitcoin/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s