Renault : crise managériale à quelques jours d’un conseil d’administration crucial

Renault : crise managériale à quelques jours d’un conseil d’administration crucial

Par Nabil Bourassi  |   |  693  mots
Carlos Ghosn doit résoudre plusieurs problèmes managériaux afin de pérenniser l'Alliance avec les Japonais Nissan et Mitsubishi.
Carlos Ghosn doit résoudre plusieurs problèmes managériaux afin de pérenniser l’Alliance avec les Japonais Nissan et Mitsubishi. (Crédits : Reuters)
Thierry Desmarest aurait quitté ses fonctions d’administrateur indépendant du conseil d’administration du constructeur automobile français, selon Les Echos. Ce départ survient quelques jours avant un conseil d’administration important qui doit acter une très attendue réforme de gouvernance chez Renault, et qui aurait déjà provoqué le départ de Stefan Mueller, l’un des favoris au poste de numéro deux de Renault…

Quelques jours avant un conseil d’administration très attendu sur l’évolution de sa gouvernance, Renault traverse une crise managériale en toute discrétion. En l’espace de quelques jours, la presse a dévoilé plusieurs départs dont celui de Stefan Mueller, directeur délégué à la performance, mais également de Thierry Desmarest, administrateur indépendant de Renault.

L’Etat préférait un Français

Le premier faisait figure de favori, en concurrence avec Thierry Bolloré, directeur délégué à la compétitivité, pour devenir le numéro 2 du groupe automobile français, dont le nomination doit être votée jeudi prochain, la veille de la présentation des résultats financiers du groupe Renault. De son côté, Thierry Desmarest est l’un des capitaines d’industrie les plus respectés et influents de France en vertu de son titre d’ancien PDG de Total. Selon Les Echos, plusieurs administrateurs auraient critiqué l’opacité du processus de nomination du dauphin de Carlos Ghosn, PDG de Renault.

Le nom de Thierry Bolloré était pourtant l’un de ceux les plus fréquemment cités pour succéder au charismatique patron du groupe automobile. De plus, l’Etat français (15% du capital) aurait milité pour que le successeur désigné soit français.

Les entourages des deux protagonistes ont néanmoins tenté de dédramatiser l’enjeu de leur décision. Ainsi, Stefan Mueller aurait décidé de quitter le groupe pour « raisons personnelles », tandis que Thierry Desmarest aurait de toute façon prévu de quitter le conseil d’administration juste après cette réunion, et ce, en dépit de son mandat qui court jusqu’en 2020.

La méthode

Il est également possible que le conseil d’administration ait divergé sur la méthode choisie. Pour l’heure, on ignore quelle forme prendra la nouvelle gouvernance qui sera entérinée cette semaine. Carlos Ghosn se contentera-t-il de nommer un numéro deux. Ou va-t-il se désengager en confiant les manettes opérationnelles de Renault à Thierry Bolloré tout en restant président du conseil d’administration, comme il l’a fait il y a un an chez Nissan? Ce scénario est largement préféré par les marchés comme par le gouvernement français.

L’autre enjeu de la réforme de la gouvernance est de savoir qui sera propulsé successeur de Carlos Ghosn pour diriger l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Carlos Ghosn et Bruno Le Maire, ministre des finances, aurait longuement discuté par téléphone vendredi pour évoquer ces sujets. L’Etat français aurait ainsi exigé une feuille de route plus précise et plus ambitieuse pour l’intégration des différents participants de l’alliance.

L’Etat veut une fusion, pas Carlos Ghosn

Mais cette question épineuse revêt des aspects stratégiques et politiques contradictoires. On sait que l’Etat français pousse pour que Renault prenne le contrôle de l’alliance, tandis que les Japonais veulent un rééquilibrage managérial en leur faveur, conformément à leur taille économique au sein de l’Alliance. De son côté, Carlos Ghosn a toujours expliqué que l’avenir n’était pas dans une fusion mais dans la consolidation de l’alliance, seule à même de préserver les identités de marques et l’indépendance de chaque entité. Carlos Ghosn observe que nombre de fusions ont échoué dans l’industrie automobile en raison de chocs culturels insurmontable. C’est pourquoi, il a œuvré pour poursuivre les partenariats industriels (direction des achats, plateforme commune, partage de R&D…) afin de rendre l’alliance « indétricotable », pour utiliser son néologisme.

Lire aussi: Carlos Ghosn ou les limites du PDG « jupitérien »

Mais pour les marchés, l’alliance doit donner une meilleure visibilité managériale pour garantir sa pérennité, c’est à dire un plan de succession de Carlos Ghosn. Ils estiment que l’alliance repose encore trop sur sa personnalité, et tout l’enjeu est de faire en sorte que l’alliance lui survive. C’est pourquoi certains investisseurs réclament une réforme en profondeur de la gouvernance avec plus de contre-pouvoirs. Le mandat de Carlos Ghosn à la tête de Renault venant à échéance à la prochaine assemblée générale des actionnaires, cette réforme de la gouvernance ne pouvait plus attendre…

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/renault-crise-manageriale-a-quelques-jours-d-un-conseil-d-administration-crucial-768115.html#xtor=EPR-2-[l-actu-du-jour]-20180212

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s