Le sort des Empires et la recherche de leur survie 4/5

Le sort des Empires et la recherche de leur survie 4/5


Résultat de recherche d'images
Sir John Bagot Glubb par Boris Chaliapine

Par Sir John Glubb – 1977 – Source The Organic Prepper

25. L’idéologie politique

Aujourd’hui, nous attachons une grande importance à l’idéologie de notre politique intérieure. La presse et les médias publics des États-Unis et de la Grande-Bretagne déversent un mépris incessant sur tous les pays dont les institutions politiques diffèrent de quelque manière que ce soit de notre propre conception de la démocratie. Il est donc intéressant de noter que l’espérance de vie d’une grande nation ne semble en aucun cas être affectée par la nature de ses institutions. Les empires passés montrent presque toutes les variations possibles de système politique, mais tous passent par la même procédure depuis l’Âge des Pionniers jusqu’à la Conquête, le Commerce, l’Affluence puis le déclin et l’effondrement.

26. L’Empire mamelouk

L’empire des Mamelouks d’Égypte en fournit un bon exemple, car c’est l’un des plus exotiques jamais enregistrés dans l’Histoire. Il est également exceptionnel du fait qu’il a commencé un jour fixe et qu’il s’est terminé un autre jour, précisément, ne laissant aucun doute sur sa durée précise, 267 ans.

Dans la première partie du XIIIe siècle, l’Égypte et la Syrie étaient dirigées par les sultans ayyoubides, descendants de la famille de Saladin. Leur armée était constituée de Mamelouks, esclaves importés comme des garçons des steppes et entraînés comme des soldats professionnels. Le 1er mai 1250, les Mamelouks se mutinent, assassinent Turan Shah, le sultan ayyoubide, et deviennent les dirigeants de son empire.

Les cinquante premières années de l’Empire mamelouk furent marquées par des combats désespérés avec les Mongols jusque-là invincibles, les descendants de Gengis Khan, qui envahirent la Syrie. En battant les Mongols et en les chassant de Syrie, les Mamelouks ont sauvé la Méditerranée du sort terrible de la Perse. En 1291, les Mamelouks capturèrent Acre et mirent fin aux Croisades.

De 1309 à 1341, l’Empire Mamelouk était partout victorieux et possédait la plus belle armée du monde. Pendant les cent années qui suivirent, la richesse de l’Empire mamelouk fut fabuleuse, conduisant lentement au luxe, au relâchement de la discipline et au déclin, avec des rivalités politiques intérieures toujours plus amères. Finalement, cet Empire s’est effondré en 1517, à la suite de la défaite militaire contre les Ottomans.

Le gouvernement mamelouk nous paraît tout à fait illogique et fantastique. La classe dirigeante a été entièrement recrutée parmi de jeunes garçons, nés dans ce qui est aujourd’hui le sud de la Russie. Chacun d’eux était enrôlé comme soldat privé. Même les sultans avaient commencé leur vie en tant que soldats privés et étaient sortis des rangs. Pourtant, ce système politique extraordinaire a abouti à un empire qui a traversé toutes les étapes normales de la conquête, du mercantilisme, de la prospérité et du déclin et qui a duré à peu près la période habituelle.

27. La race des maîtres

Les gens des grandes nations du passé semblent généralement avoir imaginé que leur prééminence durerait toujours. Rome a paru à ses citoyens destinée à être pour toujours la maîtresse du monde. Les califes abbassides de Bagdad ont déclaré que Dieu les avait désignés pour gouverner l’humanité jusqu’au jour du Jugement. Il y a soixante-dix ans, de nombreuses personnes en Grande-Bretagne croyaient que l’empire perdurerait toujours. Bien qu’Hitler n’ait pas réussi à atteindre son objectif, il a déclaré que l’Allemagne gouvernerait le monde pendant mille ans. Que des sentiments comme ceux-là puissent être exprimés publiquement sans susciter la dérision montre qu’à tous les âges, l’ascension et la chute régulières des grandes nations sont passées inaperçues. Les statistiques les plus simples prouvent la rotation régulière d’une nation après l’autre, à intervalles réguliers.

La croyance que leur nation gouvernerait le monde pour toujours encourageait naturellement les citoyens de la nation dirigeante de n’importe quelle période à attribuer leur prééminence à des vertus héréditaires. Ils portaient dans leur sang, croyaient-ils, des qualités qui en faisaient une race de surhommes, une illusion qui les poussait à employer des travailleurs étrangers bon marché (ou des esclaves) pour accomplir des tâches subalternes et à engager des mercenaires étrangers pour combattre dans leurs batailles ou voguer sur leurs navires.

Ces peuples plus pauvres n’étaient que trop heureux d’émigrer vers les cités riches de l’empire, et ainsi, nous l’avons vu, d’altérer le caractère homogène et étroit de la race conquérante. Ses membres supposaient inconsciemment qu’ils seraient toujours les chefs de l’Humanité, finissaient par se disperser et passaient une partie croissante de leur temps à se distraire, à s’amuser ou à faire du sport.

Au cours des dernières années, l’idée s’est largement répandue en Occident que le « progrès » serait automatique, sans effort, que tout le monde continuerait à s’enrichir et que chaque année montrerait une « élévation du niveau de vie ». Nous n’avons pas tiré de l’histoire la conclusion évidente que le succès matériel est le résultat du courage, de l’endurance et du travail acharné – une conclusion pourtant évidente de l’histoire de l’élévation fulgurante de nos propres ancêtres. Cette assurance de sa propre supériorité semble aller de pair avec le luxe résultant de la richesse, sapant le caractère de la race dominante.

28. L’État providence

Lorsque l’État-providence a été introduit en Grande-Bretagne, il a été salué comme une nouvelle marque dans l’histoire du développement humain.

L’histoire, cependant, semble suggérer que l’âge du déclin d’une grande nation est souvent une période qui montre une tendance à la philanthropie et à la sympathie pour les autres races. Cette phase peut ne pas être en contradiction avec le sentiment décrit dans le paragraphe précédent, que la race dominante a le droit de gouverner le monde. Pour les citoyens de la grande nation, il s’agit de jouer le rôle de Lady Bountiful.

Tant qu’il conserve son statut dirigeant, le peuple impérial est heureux d’être généreux, même s’il est légèrement condescendant. Les droits de citoyenneté sont généreusement accordés à toutes les races, même celles qui étaient autrefois sujettes, et l’égalité de l’Humanité est proclamée. L’Empire romain a traversé cette phase, quand l’égalité citoyenne a été ouverte à tous les peuples, des provinciaux devenant même des sénateurs et des empereurs.

L’Empire arabe de Bagdad était également généreux, peut-être même plus. À l’époque des conquêtes, les Arabes de race pure avaient constitué une classe dirigeante, mais au IXe siècle, l’empire était complètement cosmopolite.

L’aide de l’État aux jeunes et aux pauvres était également généreuse. Les étudiants des universités recevaient des subventions du gouvernement pour couvrir leurs dépenses pendant qu’ils faisaient des études supérieures. L’État a également offert un traitement médical gratuit aux pauvres. Le premier hôpital public gratuit a été ouvert à Bagdad sous le règne de Haroun al-Rachid (786-809) et, sous son fils Mamoun, des hôpitaux publics gratuits ont vu le jour dans tout le monde arabe, de l’Espagne à l’actuel Pakistan.

L’impression qu’il sera toujours automatiquement riche fait que l’Empire en déclin dépense somptueusement pour sa propre bienveillance, jusqu’à ce que l’économie s’effondre, que les universités soient fermées et que les hôpitaux tombent en ruine.

Il est peut-être incorrect d’imaginer l’État-providence comme la marque supérieure des réalisations humaines. Cela peut simplement s’avérer être une étape assez normale dans la vie d’un empire vieillissant et décrépit.

29. Religion

Les historiens des périodes de décadence se réfèrent souvent à un déclin de la religion, mais, si nous étendons notre enquête sur une période couvrant les Assyriens (859-612 av. J.-C.) jusqu’à nos jours, nous devons interpréter la religion dans un sens très large. On peut lui donne cette définition : « le sentiment humain qu’il y a quelque chose, une puissance invisible, en dehors des objets matériels, qui contrôle la vie humaine et le monde naturel ».

Nous sommes probablement trop étroits et méprisants dans notre interprétation du culte des idoles. Les gens des civilisations anciennes étaient aussi sensibles que nous, et n’auraient guère eu l’imprudence d’adorer des bâtons et des pierres façonnés de leurs propres mains. L’idole n’était pour eux qu’un symbole, et représentait une réalité spirituelle inconnue, qui contrôlait la vie et exigeait l’obéissance humaine à ses préceptes moraux.

Nous savons tous trop bien que des différences mineures dans la visualisation humaine de cet Esprit sont fréquemment devenues la raison apparente des guerres humaines, où les deux parties prétendaient se battre pour le vrai Dieu. Mais l’absurde étroitesse des conceptions humaines ne devrait pas nous aveugler sur le fait que, très souvent, les deux parties ont cru que leurs campagnes avaient un fond moral. Gengis Khan, l’un des plus brutaux de tous les conquérants, prétendait que Dieu lui avait délégué le devoir d’exterminer les races décadentes du monde civilisé. Ainsi l’ère des conquêtes avait souvent une sorte d’atmosphère religieuse, ce qui impliquait un sacrifice héroïque de soi pour la cause.

Mais cet esprit de dévouement s’érode lentement à l’âge du commerce par l’action de l’argent. Les gens gagnent de l’argent pour eux-mêmes, pas pour leur pays. Ainsi, les périodes de prospérité dissolvent graduellement l’esprit de service qui avait provoqué la montée des races impériales.

En temps voulu, l’égoïsme imprègne la communauté, dont la cohérence est affaiblie jusqu’à ce que la désintégration menace. Puis, comme nous l’avons vu, vient la période du pessimisme avec l’esprit de frivolité qui l’accompagne et l’indulgence sensuelle, sous-produits du désespoir. Il était inévitable à ce moment-là que les hommes se remémorent les jours anciens de « religiosité »  quand l’esprit de sacrifice était encore assez fort pour que les hommes soient prêts à donner et à servir, plutôt qu’à arracher.

Mais tandis que le désespoir peut pénétrer la plus grande partie de la nation, d’autres réalisent une nouvelle prise de conscience du fait que seule la disponibilité au sacrifice de soi peut permettre à une communauté de survivre. Certains des plus grands saints de l’histoire vivaient en période de décadence nationale, élevant la bannière du devoir et du service contre le flot de la dépravation et du désespoir.

De cette manière, au sommet du vice et de la frivolité, les graines du renouveau religieux sont tranquillement semées. Après peut-être plusieurs générations (voire des siècles) de souffrance, la nation appauvrie a été purgée de son égoïsme et de son amour de l’argent, la religion reprend son cours et une nouvelle ère s’installe. « C’est bon pour moi que je sois affligé, dit le psaume, afin que j’apprenne ta loi. »

30. Nouvelles combinaisons

Nous avons tracé la montée en puissance d’une race obscure vers la renommée, à travers les étapes de la conquête, du mercantilisme, de la prospérité et de l’intellectualisme, jusqu’à la désintégration, la décadence et le désespoir. Nous avons suggéré que la race dominante, à un moment donné, communique ses principales caractéristiques au monde entier, en fin de course remplacée par un autre empire. Par ce moyen, nous avons spéculé que de nombreuses races se sont succédées en tant que superpuissances, et à leur tour, elles ont légué leurs qualités particulières à l’humanité en général.

Mais l’objection peut ici être soulevée qu’un jour viendra où toutes les races du monde auront à leur tour joui de leur période de domination puis se seront de nouveau effondrées dans la décadence. Quand toute la race humaine aura atteint le stade de la décadence, où trouveront-nous de nouvelles races conquérantes pleines d’énergie ?

La réponse est d’abord partiellement obscurcie par notre habitude moderne de diviser la race humaine en nations, que nous semblons considérer comme des compartiments étanches, une erreur responsable d’innombrables malentendus.

Autrefois, les nations nomades guerrières envahissaient les territoires des peuples décadents et s’y installaient. En temps voulu, elles se mélangeaient avec la population locale donnant lieu à une nouvelle race, bien que l’ancien nom soit parfois conservé. Les invasions barbares de l’Empire romain constituent probablement l’exemple le mieux connu aujourd’hui en Occident. On a d’autres exemples avec les conquêtes arabes de l’Espagne, de l’Afrique du Nord et de la Perse, les conquêtes turques de l’Empire ottoman ou même la conquête normande de l’Angleterre.

Dans tous ces cas, les pays conquis étaient à l’origine déjà habités et les envahisseurs étaient des armées qui, finalement, s’installaient et se mélangeaient en produisant de nouvelles races.

De nos jours, il reste peu de conquérants nomades dans le monde, qui pourraient envahir des pays plus peuplés avec leurs tentes et leurs troupeaux. Mais les facilités modernes de déplacement ont abouti à un mélange au moins égal, ou probablement même plus, des populations. L’extrême amertume des luttes politiques internes modernes produit un flux constant de migrants de leurs pays d’origine vers d’autres, où les institutions sociales leur conviennent mieux.

De même, les vicissitudes du commerce et des affaires font que beaucoup de personnes se déplacent vers d’autres pays, d’abord dans l’intention de revenir, mais finalement s’installent dans leur nouveau pays.

La population de la Grande-Bretagne a constamment changé, en particulier au cours des soixante dernières années, en raison de l’afflux d’immigrants venus d’Europe, d’Asie et d’Afrique et du départ de citoyens britanniques vers les dominions de l’Empire britannique et les États-Unis. Ce dernier est, bien sûr, l’exemple le plus évident de la montée constante de nouvelles nations et de la transformation du contenu ethnique des anciennes nations à travers ce nomadisme moderne.

Épisode Précédent Épisode Suivant

Sir John Glubb, mieux connu sous le nom de Glubb Pacha, est né en 1897 et a servi en France pendant la Première Guerre mondiale de 1915 à 1918. En 1926, il a quitté l’armée régulière pour servir le gouvernement irakien. De 1939 à 1956, il commande la fameuse légion arabe jordanienne. Depuis sa retraite, il a publié seize livres, principalement sur le Moyen-Orient, et a donné de nombreuses conférences.

Liens

Dépravation, frivolité et dissidence : assistons-nous à la fin d’un empire ?

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

http://lesakerfrancophone.fr/le-sort-des-empires-et-la-recherche-de-leur-survie-45

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s