« Éric Zemmour — Itinéraire d’un insoumis », par Danièle Masson

« Éric Zemmour — Itinéraire d’un insoumis », par Danièle Masson

« Éric Zemmour — Itinéraire d’un insoumis », par Danièle Masson

Par Camille Galic, journaliste, essayiste ♦ Après avoir suscité tant de haines et d’attaques virulentes, Eric Zemmour inspire aujourd’hui une étude exhaustive, fine et pleine d’empathie *. Surprise : celle qui l’a rédigée est une intellectuelle catholique, familière d’Emile Poulat, préfacière de Gustave Thibon et biographe du maurrassien Jean Madiran — fondateur du quotidien Présent dans lequel elle écrit toujours.


Tout le monde aime ou déteste le polémiste Zemmour mais l’homme, le philosophe et l’historien sont souvent ignorés. Ce sont à l’évidence ces facettes qui ont intéressé Danièle Masson, elle-même agrégée de lettres classiques et auteur de Dieu est-il mort en Occident ? (éd. Guy Trédaniel, 1998). Une interrogation qui rejoint celles exprimées par Zemmour dans Mélancolie française (2010) et Le Suicide français (2014) : si les civilisations sont mortelles, qu’en sera-t-il demain de la nôtre, minée par la détestation de soi et d’un passé pourtant souvent glorieux comme par l’immigration ? La cause de la chute de l’Empire romain, note l’auteur, « c’était à la fois son déclin démographique et son impuissance à assimiler les populations barbares. Or, si l’on vante aujourd’hui le dynamisme démographique de la France, « la France est un borgne démographique au pays des aveugles européens » **. Surtout, « notre dynamisme est branché sur le moteur à explosion maghrébin et africain”. »

Une population française en exil intérieur

L’itinéraire de l’insoumis commence en 1958 dans une famille de juifs algériens installée à Montreuil —deuxième ville malienne après Bamako —, entre une mère qui lui passe tout, du moins « tant qu’il travaille bien », et un père qui encourrait actuellement les foudres de la loi car il n’hésite pas, en cas de manque, à lui flanquer des coups de ceinture. Traitement inhumain ? Au contraire, estime Danièle Masson, « ce rapport conflictuel est pour lui une manière de se construire ». Ce que confirme l’intéressé : « Quand on affronte son père, on devient un homme. Aujourd’hui, les hommes  n‘ont plus de père à tuer. En me confrontant au mien, je me suis endurci, c’est pour cela que j’aime la bagarre. »

C’est aussi pour celaqu’au rebours de pratiquement tous les intellectuels de sa génération, il déplore la féminisation croissante des sociétés occidentales, phénomène dépeint en 2006 dans Le Premier sexe. Un livre qui contribua à sa légende noire mais lui ouvrit grand les plateaux de télévision appâtés par l’odeur de scandale. Là, « face à la pensée unique qui sature l’espace médiatique, il sent aussi, écrit Danièle Masson, que la population française est en exil intérieur, qu’elle est en sécession mentale, qu’elle zappe les émissions, n’achète plus les journaux, se tourne vers les médias alternatifs. Quant le consensus soixante-huitard ne fait plus recette, vient l’heure d’Eric Zemmour. Il sait qu’il est “au cœur de la fabrication de l’idéologie dominante” et il veut la contester de l’intérieur, pour être “le porte-parole de ceux qui réagissent comme lui”… Cette étonnante performance, utiliser les médias dédiés au formatage des esprits pour les retourner contre eux-mêmes et libérer la parole des classes populaires en se faisant la voix des sans-voix, explique son succès ». Ainsi que les haines qu’il s’est attirées, notamment celles de Bernard-Henri Lévy, son exact contraire, et les nombreux procès qui lui furent intentés, par le biais d’associations et « d’élites autoproclamées conscientes de ne plus tenir en main le peuple français. […] L’“essentialisme” d’Eric Zemmour, qui articule nature et culture, est un péché grave aux yeux des existentialistes contemporains. »

La conjuration des trois D

Sous-titré « Ces quarante années qui ont défait la France » grâce à la conjuration des trois D (Dérision, Déconstruction, Destruction) léguée par Mai 68, Le Suicide français fut le plus grand succès de librairie en 2014. Dans ce massacre à la tronçonneuse, tout y passe : les successeurs de Charles de Gaulle, les héritiers et les profiteurs de  Mai 68 (dont l’imminent cinquantenaire donne actuellement lieu à un matraquage indécent), la technostructure à laquelle Zemmour faillit pourtant appartenir car, diplômé de Sciences Po, il se présenta par deux fois, d’ailleurs en vain, au concours de l’ENA, les associations dites humanitaires, les lois antiracistes et les lois mémorielles dont, au grand scandale des belles consciences, il demanda l’abolition en mars 2011 lors d’une convention UMP et sur lesquelles prospèrent, y compris financièrement, divers lobbies, ou encore l’Europe depuis que celle-ci, fondée à l’origine sur l’aire carolingienne, n’a cessé de s’élargir. Perdant en substance comme en importance politique et financière ce qu’elle gagnait en nombre d’habitants.

Pour Laurent Joly, jeune historien spécialiste de l’antisémitisme, « depuis Barrès et Maurras, aucun autre intellectuel, journaliste ou écrivain, n’avait eu ce statut de passeur des idées d’extrême droite auprès d’un très large lectorat » (et ce n’est pas un compliment dans sa bouche car Joly ne pardonne pas à Zemmour d’avoir exonéré le maréchal Pétain mais aussi le président Laval du péché mortel d’avoir prêté la main à « la folie criminelle de l’occupant », comme les en avait accusés Jacques Chirac en juillet 1995).

Pour Danièle Masson, c’est plutôt de Bainville que se rapproche Zemmour, en raison de son intérêt pour l’histoire et la  géopolitique. Toutefois, nuance notre auteur, « Bainville, qui achève son histoire de France sur les lendemains de la Première Guerre mondiale, garde espoir en une France apte à se redresser » alors que, « même quand il évoque la possibilité d’un sursaut populaire, Zemmour semble parier plus qu’espérer ».
Il est vrai qu’un siècle plus tard, résultat d’un ethnomasochisme camouflé en scrupuleux respect des droits de l’homme (étranger exclusivement, tandis que le bipède blanc et hétérosexuel est chargé de tous les maux), tout est fait pour empêcher ce sursaut, réprimer toute tentative de redressement. Mais, comme disait Bainville justement, citant Calderon, « le pire n’est pas toujours certain ». Riposteà la bombe que constitue la présence chez nous la présence de millions d’islamistes — car, pour Zemmour, l’islamisme est l’essence même de l’islam — et au tsunami migratoire qu’il entrevoyait dès 2008, la belle résistance à la décadence sous tout ses aspects manifestée de la Pologne à l’Italie  par certains pays européens, si justement attachés à leur identité menacée, devrait faire tache d’huile chez nous.  Espoir ou pari ?

Camille Galic
28/03/2018

* Danièle Masson : Eric Zemmour, itinéraire d’un insoumis, 262 pages avec de nombreuses notes. Editions Pierre-Guillaume de Roux. Paris, mars 2018.

** Les citations en italiques sont extraites de livres ou de déclarations de Zemmour lui-même.

Source : Correspondance Polémia – 24/03/2018

Crédit photo : Eric Zemmour – Par Thesupermat [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Camille Galic

Camille Galic

Diplômée des Langues orientales, directeur de l’hebdomadaire Rivarol de 1983 à 2010, Camille Galic a aussi collaboré à des publications comme Le Spectacle du monde et Le Crapouillot. Sous son pseudonyme Claude Lorne, elle a rédigé en 2012 Les Médias en servitude pour la Fondation Polémia, dont elle est une contributrice régulière depuis 2011. Chroniqueuse au quotidien Présent, elle a publié en 2013 un Agatha Christie (éd. Pardès, coll. « Qui suis-je ? »).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s