Les enquêteurs de l’OIAC n’auraient trouvé “aucune preuve” d’armes chimiques dans les installations syriennes bombardées par les États-Unis

Les enquêteurs de l’OIAC n’auraient trouvé “aucune preuve” d’armes chimiques dans les installations syriennes bombardées par les États-Unis

Publié par wikistrike.com sur 26 Avril 2018, 09:27am

Catégories : #Politique internationale

Les enquêteurs de l’OIAC n’auraient trouvé “aucune preuve” d’armes chimiques dans les installations syriennes bombardées par les États-Unis

Par Tyler Durden
Zero Hedge

S’il faudra probablement des semaines, voire des mois, à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques pour publier son rapport final sur l’attaque au gaz présumée à Douma (attaque pour laquelle des journalistes et d’autres parties indépendantes n’ont pas trouvé de preuves), les enquêteurs de l’organisation se sont apparemment entretenus avec des responsables militaires russes après avoir visité le site du centre de recherche Barzeh à Damas, l’une des trois installations visées par les bombardements.

Le Centre de recherche et de développement de Barzah à Damas, en Syrie, avant qu'il ne soit frappé par les forces de la coalition samedi.

Cette image satellite, prise lundi matin, montre le Centre de recherche et de développement de Barzeh à Damas après avoir été frappé par les forces de la coalition.

À l’époque, nous avions noté la « question embarrassante » de Paul Craig Roberts aux bellicistes de Washington :

    Si c’était vrai, n’aurait-on pas libéré un nuage mortel qui aurait coûté la vie à beaucoup plus de personnes que ce qui a été déclaré lors de l’attaque chimique syrienne présumée contre Douma ?

    L’attaque de missiles étatsuniens ne serait-elle pas identique à une attaque d’armes chimiques et ne placerait-elle pas les États-Unis et leurs vassaux dans la même catégorie que Washington tente de placer Assad et Poutine ?

Et maintenant, selon Sputnik, les enquêteurs, qui se sont entretenus avec le général russe Sergey Rudskoy, ont révélé qu’ils n’avaient trouvé aucune preuve d’armes chimiques dans les vestiges des installations de recherche qui étaient censées faire partie intégrante du programme d’armes chimiques de l’armée syrienne.  Bien sûr, cela ne devrait pas être une surprise :  Après tout, si les États-Unis, la France et le Royaume-Uni avaient vraiment bombardé un bâtiment rempli d’armes chimiques, il y aurait eu des milliers – peut-être des dizaines de milliers – de corps à montrer. 

    « Immédiatement après les bombardements, de nombreuses personnes qui travaillaient dans ces installations détruites et qui n’étaient que des passants sans équipement de protection les ont visités. Aucun d’entre eux n’a été empoisonné par des agents toxiques« , a déclaré Rudskoy.

Rudskoy a déclaré qu’il n’y avait que peu de preuves de l’exposition aux armes chimiques à l’installation de Han Shinshar, située dans la province de Homs. La Russie n’a enregistré que sept missiles qui ont frappé l’installation, tandis que le Pentagone a affirmé qu’il avait tiré avec succès 22 missiles. La Russie a déjà affirmé que seuls 71 des 103 missiles lancés par la coalition ont dépassé les défenses aériennes désuètes de la Syrie.

    « Selon les déclarations des représentants du Pentagone, 22 missiles ont touché les installations de surface. Nous n’avons enregistré pas plus de sept impacts, ce qui est montré dans l’image satellite« , a-t-il déclaré lors d’une séance d’information.

En outre, le Centre de réconciliation russe pour la Syrie a déclaré que ses représentants avaient interrogé des médecins locaux et enquêté sur le lieu des bombardements. Les médecins ont confirmé qu’ils n’avaient pas traité récemment des patients présentant des signes d’exposition à des agents chimiques, et les enquêteurs qui ont fouillé la zone n’ont rien trouvé de suspect. Moscou a déclaré que l’attaque au gaz du 7 avril qui aurait eu lieu à Douma, une partie de la région de Ghouta orientale récemment reconquise à la suite d’une victoire militaire sur les dernières forces rebelles dans la région, a en fait été organisée par les Casques blancs, une ONG qui soutient les intérêts étatsuniens en Syrie sous le couvert d’un soit disant altruisme. Alors que les Etats-Unis ont refusé de partager les preuves supposées que le gouvernement syrien était derrière l’attaque, les autorités étatsuniennes et françaises ont cité les vidéos postées sur YouTube par les Casques blancs comme preuve suffisante d’une attaque.

Mais comme Ron Paul l’a soutenu dans une chronique récente, même si l’armée syrienne a mené l’attaque au gaz à Douma, les preuves de cela ne justifieraient toujours pas que les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France bombardent des cibles à l’intérieur d’un pays étranger.

La guerre civile syrienne a été sanglante. Des centaines de milliers de combattants (et des dizaines de milliers de civils) ont été détruits par des frappes aériennes, déchiquetés par des éclats d’obus ou mutilés et assassinés d’une autre manière grotesque. Le problème est que l’intervention étatsunienne n’était pas motivée par une volonté humanitaire – au contraire, l’indignation de Washington est très sélective et politiquement motivée.

Nous ne sommes pas les policiers du monde, a ajouté Paul. Les mauvais dirigeants font des choses terribles tout le temps – et c’est vrai même aux États-Unis. Les États-Unis n’ont ni l’autorité morale – ni l’argent – pour mener des bombardements à l’étranger. Surtout maintenant qu’il est devenu clair que l’administration Trump n’avait pas de preuves solides d’une attaque, la décision hâtive de recourir à la force était insensée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s