Regard sur l’“attaque du vendredi-13”

Regard sur l’“attaque du vendredi-13”

Ouverture libre

   Forum

Il y a 4 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

Regard sur l’“attaque du vendredi-13”

On connaît dans ces colonnes le colonel Pat Lang, ancien officier de la DIA, qui tient sa boutique sous le nom de Sic Semper Tyrannis, ou STT. Lang fait ici une de ses rares escapades hors-SST, – dans UNZ.com, ce 25 avril 2018, – pour nous donner son évaluation complète du résultat de “l’attaque de la nuit du vendredi-13” (heure de Washington), en avril 2018 contre la Syrie. Le titre est explicite : « Faut-il croire les Russes ? » (notre adaptation de “Are the Russians Correct?”, reprise d’une phrase de Lang), et sa réponse se fait sous la forme une explication de divers points dont on comprend qu’ils suggèrent indirectement pourquoi c’est la version russe (71 cruise missiles abattus sur 103) qui est la bonne, – par conséquent qu’il faut “croire les Russes” parce que “les Russes sont correct” (dans le sens d’une évaluation “correcte”, c’est-à-dire “juste”). On se doutait déjà de sa position, comme nous le constations le 16 avril 2018, en suggérant en même temps pourquoi sa position était intéressante à connaître, venant d’une plume réputée pour sa tenue, ses sources et ses positions fermes sans être complètement engagé (« ancien officier de la DIA, qui abhorre la bureaucratie et la politique washingtoniennes mais ne se classe pas pour autant antiSystème », écrivions-nous le 15 février 2018).

En fait, d’un point de vue sacrifiant aussi bien à l’évidence qu’à l’habileté, Lang ne prend même pas la peine de répondre directement à la question posée, – ou bien pourrait-on dire qu’il prend grand soin de ne pas “répondre directement à la question posée”, puisqu’on sait combien est grande la sensibilité des sentinelles de la moraline postmoderne et censureuse. De même, il ne discute même pas le fait de savoir si l’“attaque chimique” du 7 avril était un montage ou pas, il s’emploie simplement à expliquer comment l’opération a été montée par une unité du MI6 britannique désigné comme le 77èmerégiment , chargée de la “guerre de l’information” (de la communication) et travaillant aux frais de l’Arabie Saoudite. Finalement, le thème réel du texte n’est pas de savoir s’il y a bel et bien eu un ratage, mais de constater que ce ratage mémorable soulève de graves questions et invite à des changements importants dans l’orientation des équipements et des répartitions budgétaires au Pentagone. Lang présente plusieurs points intéressants :

• D’abord son affirmation, qu’il n’explicite pas et qui est tout à fait étonnante, voire stupéfiante pour qui n’est pas informé du désordre, selon laquelle le secrétaire à la défense Mattis n’était pas au courant de l’opération de cette fausse “attaque chimique” du 7 avril montée par le MI6. Cela explique (?), disons d’une façon invertie, sa déclaration étonnante de franchise du 12 avril au Congrès, selon laquelle “on” ne disposait pas de preuves de la responsabilité-Assad (marque déposée) dans cette attaque.

• Le constat de la grande qualité d’organisation et de coordination de la défense aérienne syrienne, sous l’impulsion pédagogique des Russes. Son estimation selon laquelle les vieux missiles du temps de l’URSS qui équipent l’essentiel des forces syriennes valent bien les plus récents est par contre discutable. Ce n’est pas un hasard si la plus formidable performance des systèmes impliqués, selon le décompte des Russes qui semble devoir être pris en compte sans risquer le bûcher, est celle des Pantsir-S1, un des systèmes russes de l’ère post-soviétique, qui ont tiré 25 missiles et abattu 24 cruise missiles, selon les données officielles russes, – garanties FakeNews par conséquent, mais sans un signe de découragement à notre adresse chez Lang.

• Lang insiste sur l’obsolescence des matériels US, notamment les cruise missiles, qui ont été complètement négligés depuis quinze ans à cause des priorités de la “Guerre contre la Terreur”, et qui n’ont pas reçu les modernisations et mises à niveau nécessaires pour cette sorte de matériel. Lang assure qu’il devrait y avoir des changements importants de priorités au Pentagone, mais il reste à voir si le Pentagone est encore capable d’assumer une telle révision, de la mener à bien, et dans quel laps de temps, etc. Il nous semble que Lang croit un peu trop aux vertus des orientations budgétaires, notre approche étant que le Pentagone, qui dispose de sommes énormes, est écrasé par la bureaucratie, les redondances, les gaspillages, la corruption, etc.

« Quoi qu’il en soit, termine Lang, la plupart des missiles ont échoué et cette défaillance doit être résolue. » C’est en effet le grand enseignement de cette attaque, qui est la mise en cause du fondement même des capacités de la puissance US, si l’on accepte l’hypothèse que ce ratage, loin d’être une exception, confirme d’autres mésaventures du genre et sert d’indicateur à une grave crise structurelle affectant la puissance militaire US. Il ne s’agit pas d’une question quantitative, budgétaire, etc., de notre point de vue, mais bien d’une question organisationnelle demandant la souplesse et la volonté de réactions réformistes radicales à une énorme organisation (le Pentagone) qui en est totalement dépourvue.

dde.org

http://www.dedefensa.org/article/regard-sur-lattaque-du-vendredi-13

Publicités

Une réflexion sur « Regard sur l’“attaque du vendredi-13” »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s