Mauvais joueur, François Hollande dérape sur Emmanuel Macron

Mauvais joueur, François Hollande dérape sur Emmanuel Macron

AAwxk1W.imgUn an après l’élection de Macron et le naufrage de son camp, François Hollande cherche à revenir sur la scène politique avec son livre. Mais le résultat est désastreux. Aveuglé par son déni, il refuse de voir la réalité en face et d’assumer son inefficacité et tombe dans l’humour graveleux.

« Un ancien Président ne devrait pas dire ça » Même les plus proches de François Hollande ont détesté la vanne graveleuse balancée par l’ancien président de la République contre son successeur après le duo macho avec Donald Trump : « dans le couple, Emmanuel Macron est plutôt ce qu’on pourrait dire passif » Le sourire satisfait du comique Hollande ravi de son effet,  le public de l’émission le Quotidien riait grassement- soulignait encore davantage l’épaisseur du trait qui n’était plus d’esprit tant il visait bas. « Les Deux Anes » en avaient trouvé un troisième. Au point que les macronistes pouvaient accuser l’ancien Président « d’homophobie », lui qui en est pourtant tellement éloigné.

Mais la référence aux campagnes menées contre la prétendue homosexualité de l’ex-candidat gagnant à la présidentielle n’avait pu pour autant lui échapper. L’amertume égare, semble-t-il, mais plus encore fait parler l’inconscient, puisque l’ancien chef de L’État a, au fond, tenté de retourner contre celui dont l’action a été couronnée, l’accusation qui lui a fait le plus mal, et pour cause, celle de passivité.  Car c’est son inertie, son atonie, son incapacité d’avoir été à la hauteur qui, au fond, lui ont été fatales et qu’il ne peut que se reprocher, si ce n‘était intolérable pour lui. D’où son agressivité envers l’Autre.

Il en est ainsi du « passif-agressif », dont on retrouve en François Hollande nombre de symptômes répertoriés par la faculté : la victimisation. La tendance à blâmer les autres pour ses propres échecs, l’évitement de la compétition, le sarcasme, etc…  Le récent livre de Hollande (« Les leçons du pouvoir », éditions Stock) illustre d’ailleurs le processus de défausse de responsabilités auquel il tente de se livrer. Certes, rien de plus banal de tenter de rehausser son bilan, surtout quand ceux qui l’ont servi se défilent et que son successeur à l’Élysée s’abstient, cruellement, de lui rendre les mérites qui lui reviennent. Mais son incapacité à reconnaître ses erreurs n’en apparaît pas moins confondante de la part d’un analyste et commentateur, de lui-même comme de la politique, qu’on a connu plus aiguisé.

Pire encore , le chapitre à l’encre très noire et aigre qu’il consacre à l’autonomisation d’Emmanuel Macron,  le mot « trahison » n’est pas employé, il est partout sous entendu- est impressionnant de contorsion, de déni. Pour ne pas dire plus simplement que l’ancien Président se fiche de nous, de ses lecteurs, des Français.

« Je suis un sortant pas un perdant »
Selon le récit de ses relations si longtemps de très grande proximité avec son ancien collaborateur Macron, François Hollande n’aurait rien voulu entendre des mises en garde multiples de son entourage et compagnonnage, car il avait choisi de faire confiance, puisque c’est sa nature, et qu’il a toujours choisi l’unité au nom de l’intérêt général, celui du parti comme de la France. Et du sien donc, car ce que ne dit pas François Hollande, c’est qu’il n’imaginait pas que Macron, cet « amateur », ce « puceau politique », sans parti, sans expérience, sans parcours électoral, puisse lui faire ce magistral coup là. Il a bien tenté de l’utiliser contre Manuel Valls, et donc pour lui. Mais la créature a échappé à son créateur.

Pourtant, l’ancien chef madré du PS s’était déjà fait posséder en 2006, par son ex-compagne, Ségolène Royal, qui lui avait fait le coup de « coucou c’est moi et pas toi ». François Hollande avait ensuite pris sa revanche, en 2012 puisqu’il s’était fait élire, contrairement à la candidate malheureuse. Mais sans doute en a-t-il tiré un fatal supplément d’orgueil qui explique cet aveuglement doublement coupable. Car, non seulement il n’a rien voulu voir, mais il n’a pas non plus fait ce qu’il aurait pu faire pour (s’)attacher Emmanuel Macron, comme par exemple le nommer en temps et heure à Matignon. On ne refait pas l’histoire du passé, mais celle du futur ?

Pour tenter de se donner un avenir, François Hollande s’escrime à réécrire ce qui est arrivé. Avec cette formule fabriquée pour les besoins de sa cause : « je suis un sortant, pas un perdant ». Ce qu’il ne cesse de répéter aussi depuis des mois à ses amis : « moi, je n’ai pas été battu, contrairement à Giscard et Sarkozy » . Autrement dit, « je suis en situation de pouvoir revenir un jour, ce qu’ils ont été incapables de faire, puisque le verdict électoral leur avait tranché nuque et destin ». Et ce « Président » -le titre vaut à vie  de partir en tournée de librairies comme pour des fêtes de la rose de la reconquête. Sauf que s’il s’est retiré de la compétition, ce qui était inédit,  s’il s’est dérobé du grand prix « présidentiel 2017 », alors que, sortant, il était censé être mieux placé, c’est qu’il y était contraint. Obligé. Les Français l’avaient jugé. Exécuté. Ils ne voulaient plus de François Hollande. Ce peuple à la fois monarchique et régicide lui avait coupé la tête, symboliquement bien sûr, et ce n’est pas en se « payant » vulgairement celle de son successeur qu’il pourra remettre la sienne sur ses épaules.

https://legrenierdeforever.wordpress.com/page/1/

Publicités

Une réflexion sur « Mauvais joueur, François Hollande dérape sur Emmanuel Macron »

  1. Remarquez…Hollande peut être mauvais joueur. C’est de bonne guerre après les trahisons qu’il a vécu. Ses propos ne sont pas choquants. Il faudrait de la retenue pour un ancien Président alors qu’il n’y en a aucune en ce moment ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s