Mathématiques : qui a inventé le zéro ?

Rare intervention de ma part ,cet article m’a permis de me souvenir d’un livre que j’ai lu dans les années 1970, et qui m’avait beaucoup intéréssé,le titre était  » l’architecture du zéro  » , le nom de l’auteur ne me revient pas en mémoire, je vous remercie de me rajeunir et c’est avec plaisir que je porte ainsi connaissance à mes fidéles blogueurs, un article très différent de de ceux que je publie habituellement.Bonne lecture et trés cordialement.

bernard felli administrateurdu blog : https://ombre43.wordpress.com

Mathématiques : qui a inventé le zéro ?

Question/RéponseClassé sous :Mathématiques , aimer les mathématiques , Zero
Lire la bio

Hervé Lehning

Normalien, agrégé de mathématiques

Indispensable pour écrire les nombres mais aussi pour compter, le zéro a pourtant une date et un lieu de naissance. Lesquels ? Et que compte-t-il ?

Le zéro a été inventé plusieurs fois. Tout d’abord par les Babyloniens pour montrer une absence dans l’écriture d’un nombre comme dans 102 où le zéro signifie l’absence de dizaines. On nomme ce zéro, le zéro de position. De façon indépendante, il a été réinventé par les Mayas, un peuple d’Amérique centrale.

Les Indiens ont réinventé le zéro de position vers le Ve siècle avant d’en faire un vrai nombre qu’on peut additionner et multiplier, comme les autres, au VIIe siècle. Cette invention indienne a été largement diffusée ensuite par les Arabes.

La tablette d’argile babylonienne nommée « Plimpton 322 » (car elle porte le numéro 322 dans la collection « G. A. Plimpton », a été découverte au XIXe siècle. © Domaine public

Le zéro, un nombre comme les autres

Nous devons l’apparition de zéro en tant que nombre au mathématicien indien Brahmagupta (598-668). Dans le Brahmasphutasiddhanta, ce qui signifie « l’ouverture de l’Univers », écrit entièrement en vers, il donne les règles régissant zéro, ainsi que les nombres positifs ou négatifs, en termes de dettes et de fortunes :

  • Une dette moins zéro est une dette.
  • Une fortune moins zéro est une fortune.
  • Zéro moins zéro est zéro.
  • Une dette soustraite de zéro est une fortune…

Il continue ainsi et chacun reconnaîtra dans ces lignes une version ancienne de la règle des signes, dont un extrait de La vie de Henry Brulard, le roman autobiographique de Stendhal (1783-1842) semble un écho humoristique : « Supposons que les quantités négatives sont des dettes d’un homme, comment en multipliant 10.000 francs de dette par 500 francs, cet homme aurait-il ou parviendra-t-il à avoir une fortune de 5.000.000, cinq millions ? ».

L’usage des termes mathématiques hors contexte peut donner des résultats amusants.

En savoir plus sur Hervé Lehning

Normalien et agrégé de mathématiques, Hervé Lehning a enseigné sa discipline une bonne quarantaine d’années. Fou de cryptographie, membre de l’Association des réservistes du chiffre et de la sécurité de l’information, il a en particulier percé les secrets de la boîte à chiffrer d’Henri II.

À découvrir également : L’univers des codes secrets de l’Antiquité à Internet, paru en 2012 chez Ixelles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Publicités

Revue de presse nationale et internationale.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :