Vous reprendrez bien un Cuba libre…

Vous reprendrez bien un Cuba libre…

10 Juin 2018 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Amérique latine, #Russie, #Chine

Le Washingtonistan est en émoi. Une mystérieuse et ô combien perfide puissance a bâti une station d’écoute ultra-moderne au sud de La Havane, la cible n’étant ni plus ni moins que les Etats-Unis.

La salsa passant en boucle sur les ondes courtes de l’île est certes enivrante, mais l’on parle plutôt ici d’interception des communications, de traçage de missiles, d’espionnage électronique voire de brouillage des satellites (en 2003, les transmissions satellite de Voice of America version perse ainsi que d’une chaîne de l’opposition iranienne en exil avaient été bloqués par de puissants signaux originaires de Cuba).

A portée d’oreille : le commandement central US, diverses bases militaires, la capitale elle-même. Aux dernières nouvelles, McCain en a avalé son burger de travers… La question que tout le monde se pose est évidement de savoir qui est derrière. Et sans surprise, tous les regards se tournent vers les principaux adversaires de l’empire.

En octobre 2016, nous écrivions :

Moscou est en train d’étudier sérieusement la possibilité de rétablir ses bases de l’ère soviétique à Cuba et au Vietnam, avec évidemment l’accord des pays intéressés.

Hasta la putinación siempre ! semblent penser les Castro, apparemment peu émus par le rétablissement des relations américano-cubaines. La réouverture du centre d’espionnage électronique de Lourdes était dans les tuyaux depuis quelques temps. S’il n’est pas question de présence militaire, sa capacité d’écoute serait une grosse épine dans le pied impérial. Rappelons que grâce à ce centre, l’URSS, alors dans ses ultimes soubresauts, avait tout de même intercepté et connu à l’avance les plans US pour la première guerre du Golfe.

Moscou est-il derrière tout cela ? Possible, bien que Lourdes et Bejucal, le site de la nouvelle station d’écoutes, soient distants de quelques kilomètres. Il se pourrait également que les Chinois ne soient pas très loin…

Pékin est le principal bâilleur de fonds et partenaire commercial de Cuba. Ces dernières années, de gros investissements ont été réalisés sur l’île castriste par des compagnies chinoises et plusieurs accords de coopération, y compris militaire, ont été signés.

La Russie, la Chine, Cuba, ou tout simplement l’alliance des trois ? Au vu de leur complicité stratégique, la dernière hypothèse est loin d’être impossible. On peut également imaginer que quelques informations cruciales filtreront jusqu’à Téhéran et Caracas… au grand dam de l’empire, pris à son propre jeu dans son arrière-cour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s