Le Trumpisme se réduit en un Netanyahou-isme, ou un ‘Néo-Américanisme’. Par Alastair Crooke

14.juin.2018 // Les Crises

Le Trumpisme se réduit en un Netanyahou-isme, ou un ‘Néo-Américanisme’. Par Alastair Crooke

Merci 2
Je commente

J’envoie

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 21-05-2018

La déclaration présidentielle américaine du 8 mai (sur la sortie de l’accord sur le nucléaire iranien) exige que nous révisions fondamentalement notre compréhension du « Trumpisme ». Au début de son mandat, le « Trumpisme » a été largement compris comme reposant sur trois piliers clés : Que les coûts encourus par les États-Unis pour maintenir la totalité de l’Empire (c’est-à-dire le maintien par l’Amérique de l’ordre mondial, fondé sur des règles) étaient tout simplement trop onéreux et inéquitables (en particulier la fourniture du parapluie de défense) – et que d’autres doivent être contraints à partager ses coûts. Deuxièmement, les emplois américains ont été, en quelque sorte, volés aux États-Unis et devront être récupérés par le biais de modifications forcées des termes de l’échange. Et troisièmement, que ces changements seraient réalisés, par l’application des tactiques de « l’Art de la Négociation [NdT : traduit en français par Trump par Trump].

Cela semblait, à tout le moins, être clair (même si ce n’est pas nécessairement un plan entièrement réalisable). Mais nous pensions surtout que l’art ce la négociation était de menacer, de fanfaronner et d’augmenter le levier sur « quelle que soit contrepartie » – élever les tensions à des niveaux explosifs – et d’offrir « l’affaire » au point culminant de la crise avant, à la onzième heure. Et c’était le but (à l’époque) : Oui, Trump lançait des grenades verbales destinées à bouleverser les attentes conventionnelles, à prendre des mesures pour résoudre un problème – mais l’objectif (tel que généralement compris) était d’obtenir un accord : Un qui pencherait en faveur des intérêts mercantiles et politiques de l’Amérique, mais un accord, néanmoins.

Peut-être avons-nous mal compris le renforcement par Trump de la déjà très puissante armée américaine. Il semblait qu’il s’agissait d’un levier potentiel : quelque chose à offrir (sous la forme d’un parapluie aux États dociles), ou à retirer à ceux qui ne mettraient pas suffisamment la main à la poche.

Mais tout a changé avec la déclaration de Trump du 8 mai. Ce n’est pas seulement une « sortie » américaine qui a été évoquée, c’est une guerre financière en règle qui a été déclarée à l’Iran (formulée en « termes de reddition » en termes de changement de régime et de soumission totale aux États-Unis). Mais il ne s’agit plus de savoir comment parvenir à un « meilleur accord plus équitable » pour les États-Unis ; comment gagner plus d’argent. Le système financier devait plutôt servir de levier pour détruire la monnaie et l’économie d’un autre État. L’armée américaine est en train d’être encore renforcée, pour être utilisée : pour pouvoir faire pleuvoir le feu et la fureur sur les États non dociles.

Nahum Barnea, un commentateur israélien de premier plan, écrivant en hébreu dans Yediot Ahronoth, exprime le plan de manière concise : « Les aspirations israéliennes à long terme sont de grande envergure : conduire l’Iran à l’effondrement économique par le biais des sanctions américaines. L’effondrement économique entraînera un changement de régime. Le nouveau régime abandonnera l’option nucléaire et les plans de l’Iran de se développer dans toute la région. Ce qui a causé l’effondrement de l’Union soviétique à la fin des années 1980 entraînera l’effondrement de la République islamique. Le président Reagan l’a fait aux Soviétiques ; le président Trump le fera aux Iraniens. Trump s’est épris de l’idée ».

L’adoption du changement de régime à Téhéran, combinée avec le « cadeau » unilatéral de Jérusalem à Israël et le « feu vert » américain pour qu’Israël attaque les forces et les infrastructures iraniennes, partout et à tout moment en Syrie, est l’antithèse même de l’approche de l’art de la négociation. Il s’agit plutôt de faire s’effondrer – et physiquement – le modèle du Moyen-Orient par la coercition financière et militaire. C’est un autre projet utopique occidental par lequel les « défauts » humains perçus à l’encontre monde ordonné (c’est-à-dire ces « Ayatollahs » qui s’opposent perversement à la mission civilisatrice de l’Amérique) doivent être corrigés par la force ou par l’élimination.

Russell-Mead, professeur aux affaires étrangères des États-Unis, suggère que cette métamorphose du 8 mai du « Trumpisme » – tel que nous le comprenions auparavant – représente quelque chose de nouveau, un changement de direction, un cap maintenant tracé : « une ère néo-américaine dans la politique mondiale, plutôt qu’une ère post-américaine ». (D’une manière ou d’une autre, les initiatives de Trump paraissent si souvent motivées par la phobie d’Obama).

Ainsi, « l’administration veut élargir le pouvoir américain plutôt que de s’adapter au déclin. Pour l’instant au moins, le Moyen-Orient est la pièce maîtresse de cette nouvelle affirmation », anticipe Russell-Mead, expliquant que cette nouvelle impulsion de Trump est née de :

L’instinct de Trump qui lui dit que la plupart des Américains sont tout sauf avides d’un monde « post-américain ». Les partisans de M. Trump ne veulent pas de longues guerres, mais ils ne se résignent pas non plus à une acceptation stoïque du déclin national. Quant à la sagesse de s’accommoder de l’Iran, le camp Trump croit que le renforcement de l’autonomie de l’Iran est plus susceptible de conforter les tenants de la ligne dure que les modérés. Comme Franklin Roosevelt l’a dit un jour dans une conversation au coin du feu, « Nul ne peut transformer un tigre en chaton en le caressant ».

L’administration Trump croit que, loin de forcer les États-Unis à battre en retraite, l’arrogance iranienne et la surreprésentation de l’Iran au Moyen-Orient ont créé une occasion en or pour l’affirmation de la puissance américaine. Elle espère que l’alliance émergente des Arabes et des Israéliens donnera à l’Amérique des partenaires locaux prêts à supporter une grande partie des risques et des coûts d’une politique anti-iranienne en échange d’un soutien américain. La puissance aérienne israélienne et les forces arabes, combinées aux réseaux de renseignement et aux relations locales que les nouveaux alliés apportent à la table, peuvent mettre l’Iran sur la défensive en Syrie et ailleurs. Cette pression militaire, ainsi que la pression économique d’une nouvelle série de sanctions, affaiblira l’emprise de l’Iran sur ses mandataires à l’étranger et créera des problèmes politiques pour les mollahs dans le pays. S’ils réagissent en relançant leur programme nucléaire, les frappes aériennes israélo-américaines pourraient à la fois arrêter le processus et porter un coup humiliant au prestige du régime.

À ce moment-là, le camp Trump espère que l’Iran sera confronté à un type de négociation différent, où les États-Unis et leurs alliés seront en position de force. En plus d’accepter des limites sur ses activités nucléaires, des espoirs optimistes, l’Iran réduirait également ses ambitions régionales. L’avenir de la Syrie serait déterminé par les Arabes, l’Iran accepterait l’Irak comme un État tampon neutre entre lui et le monde arabe sunnite, et une paix précaire prévaudrait.

Ah… l’Utopie… pour Trump, refaire le Moyen-Orient. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Russell-Mead ne le dit pas explicitement (préférant l’appeler « néo-américain »), mais ce que nous voyons est le mélange d’un Trumpisme initial avec le néo-conservatisme pur. Ou, pourrait-on dire, avec le Netanyahou-isme. Oui, l’approche caractéristique Trumpiste de prendre des décisions de politique étrangère spectaculaires qui semblent destinées à sa base (électorale) à court terme, (mais qui semblent souvent manquer d’une vision stratégique plus profonde ou d’appréciation des risques à long terme) est toujours évidente, mais l’accord a été remplacé par la recherche d’une soumission complète – à un « élargissement du pouvoir américain », comme l’écrit Russell-Mead.

La cérémonie marquant le transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem reflète précisément cette « campagne » sensationnelle continue parmi ses thèmes fondamentaux. En fait, Trump a d’abord repoussé les pressions républicaines juives pour déplacer l’ambassade à Jérusalem (comme le rapporte Haaretz), mais comme l’a noté le quotidien israélien, durant ce mois , tout cela a totalement changé : « La cérémonie d’ouverture de la nouvelle ambassade des États-Unis à Jérusalem était, essentiellement, un rassemblement de campagne de Trump sur invitation seulement » :

Ceux qui étaient présents avaient tous juré fidélité au président et appartenaient à l’un des groupes qui l’a salué comme un Cyrus le Grand des temps modernes : Les Juifs orthodoxes, les Israéliens de droite (y compris le Premier ministre Benjamin Netanyahou) et la base républicaine pro-Trump – en particulier ceux de la communauté évangélique.

Tout cela était affiché lors de la bénédiction d’ouverture de la cérémonie, par Robert Jeffress, pasteur de la super-église baptiste texane. Les paupières comprimées dans la prière, il a remercié Dieu pour « notre grand président, Donald Trump », a loué comment Israël « a béni ce monde en nous dirigeant vers vous, le seul vrai Dieu, à travers le message de ses prophètes, ses écritures et le Messie », et en priant pour Jérusalem « au nom de l’esprit du Prince de la Paix, Jésus notre Seigneur ».

Netanyahou s’est réjoui de ses succès. Ben Caspit dans le quotidien israélien Maariv, a décrit (en hébreu) l’état de Netanyahou : « Ça s’appelle de l’euphorie ». Les néoconservateurs ont le vent en poupe : déjà Eli Lake à Bloomberg fait le lien entre la déclaration sur l’Iran et la conduite des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine. Dans un article intitulé Trump’s Cave to China’s ZTE, Hurts His Iran Strategy [Les concessions de Trump à la société chinoise ZTE nuisent à sa stratégie en Iran, NdT], Lake cite l’un des architectes des sanctions paralysantes « Si vous commencez à échanger des mesures d’application des sanctions contre de meilleures conditions commerciales, le pouvoir dissuasif des sanctions américaines [sur l’Iran] se dilue très rapidement ».

Lake ajoute que son collègue David Fickling a fait une remarque similaire dans sa tribune lorsqu’il a observé que le recul sur ZTE de Trump introduit une dangereuse incertitude morale. « Tout gouvernement empêtré dans un différend avec Washington sait maintenant qu’il n’a qu’à menacer la ceinture agricole [du Midwest américain, NdT] qui vote pour Trump pour s’en sortir », a écrit Fickling, laissant entendre qu’une fois que l’on s’engage sur la voie néoconservatrice de la guerre financière armée, la position du « sans répit » doit être maintenue – même dans des négociations tout à fait distinctes, comme avec la Chine sur le commerce.

Précisément. Des néoconservateurs comme John Bolton désapprouvent traditionnellement la négociation et la diplomatie, privilégiant plutôt le pouvoir brut et l’influence sur les adversaires, afin de contraindre à des concessions ou à la soumission. Le fait est que, alors que la déclaration du 8 mai s’adressait spécifiquement à l’Iran, ses conséquences se font sentir sur l’ensemble du spectre de la politique étrangère. Si le fait de se concilier la Chine sur ZTE (un fabricant chinois de smartphones et de semi-conducteurs) « nuit à la stratégie iranienne », alors bien sûr, toute exemption ou assouplissement des sanctions pour les entreprises européennes implantées en Iran, nuira à la stratégie, plus directement. Toute concession à la Russie, aussi, nuit à la stratégie. Cela devient une stratégie très contagieuse du « tout ou rien ».

Et puis il y a le sommet avec la Corée du Nord. Une fonctionnaire européenne Laura Rozen, basée à Washington, a déclaré que l’administration Trump est convaincue qu’elle a une opportunité de conclure un accord nucléaire avec la Corée du Nord en raison de sa campagne de pression maximale. « Ils l’appellent le scénario de la Corée du Nord », a dit la fonctionnaire européenne. « Mettez la pression sur les Nord-Coréens. Mettez la pression sur les Iraniens… et ils feront la même chose que Kim Jong-un… se rendre ».

Mais la camp Trump – s’il croit vraiment que c’est la pression des sanctions qui a amené Kim Jong Un à prendre la décision de convoquer une réunion avec Trump – a peut-être mal interprété le terrain.

Jong Un, en fait, a précisément averti le secrétaire Pompeo lorsqu’il l’a rencontré que le sommet avait été organisé pour cette raison : « Nous avons perfectionné notre capacité nucléaire », c’est-à-dire que la Corée du Nord – en tant que puissance nucléaire à part entière – se sent maintenant en mesure de contraindre les Américains à quitter la péninsule et à emporter avec eux leurs menaces et leurs missiles. Jong Un a le soutien de la Corée du Sud sur ce point (qu’il soit suffisamment solide pour résister aux menaces de Washington, est discutable – d’où la colère de Jong Un contre la reprise par la Corée du Sud d’exercices militaires conjoints avec les États-Unis – contrairement à ce que l’on avait compris auparavant). Jong Un a ajouté l’avertissement à Pompeo, largement ignoré par Washington, mais tout à fait clair néanmoins, que « ce [sommet éventuel] n’est pas le résultat de sanctions qui ont été imposées de l’extérieur ».

Dans un sens, Trump a maintenant besoin de ce sommet – et d’une « victoire » rapide (à temps pour les élection de mi-mandat américaines) – plus que Jong Un a besoin de rencontrer Trump. Le dirigeant nord-coréen a déjà réussi à démontrer à Pékin, Moscou et Séoul qu’il est sincère dans sa tentative de parvenir à une Corée nucléaire, désarmée et réunifiée (les exigences de la Chine à son égard) – et que ce n’est pas lui qui pose problème, mais plutôt les exigences maximalistes des États-Unis. En bref, le sommet est un moyen pour la Corée du Nord d’améliorer ses relations avec la Chine et la Russie et de poursuivre l’ouverture avec le Sud. Ce n’est pas une fin pour Jong Un.

Quoi qu’il en soit, nous verrons ce qui se passera. Mais deux questions subsidiaires apparaissent : Maintenant que Trump a embrassé le nouveau néo-américanisme (selon Russell-Mead), quelle sera la stratégie américaine si ni la Corée du Nord ni l’Iran ne se soumettent ? Les frappes militaires sont-elles à l’ordre du jour ? Deuxièmement, cette stratégie est-elle susceptible de fonctionner ? Nous devrons, bien sûr, attendre et voir. Mais il y a un point important : nous ne sommes pas en 2012 (l’année où les États-Unis ont imposé des sanctions à l’Iran). Nous sommes en 2018 et beaucoup de choses ont changé.

Trump peut s’imaginer comme un équivalent moderne de Cesare Borgia du XVIe siècle, avec Bolton comme Machiavel, et Mattis comme Léonard, construisant des machines de guerre, assassinant des ennemis et imposant un siège punitif à des villes-États italiennes indociles.

La Chine, la Russie et l’Iran ne sont pas de simples villes-États assiégées à loisir, et sans conséquences. Et, tout comme la propre base de Trump exprime son dégoût pour le « marécage » de Washington – et l’exploitation financière, pratiquée par ses élites politiques et commerciales, et exige que le marais soit drainé – de même, l’axe Chine, Russie et Iran veulent que « l’ordre mondial » soit assaini – et que leurs souverainetés soient restaurées.

Ces derniers comprennent qu’ils font face à une guerre financière pour leur inobservance. Ils comprennent (comme le président Poutine l’a encore souligné ce mois-ci) que le monopole du dollar américain se trouve au centre même du marécage de « l’ordre mondial ». Et ils savent que seule l’action collective, en fin de compte, peut l’assainir. Qui sait, même l’Europe peut, en fin de compte, rejoindre les rangs de la non-observance – pour protester contre les sanctions américaines qui leur sont imposées.

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 21-05-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d’élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s’arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]

 

https://www.les-crises.fr/le-trumpisme-se-reduit-en-un-netanyahou-isme-ou-un-neo-americanisme-par-alastair-crooke/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s