Donald Trump se paie Angela Merkel, dont l’avenir est en sursis en Allemagne

Donald Trump se paie Angela Merkel, dont l’avenir est en sursis en Allemagne

Donald Trump s’est invité par un tweet dans la crise politique en Allemagne, marquée par la fronde d’une partie de la droite contre la chancelière Angela Merkel sur la question migratoire.

Nouveau duel entre Angela Merkel et Donald Trump, ici le 13 juin au G7 canadien.
Nouveau duel entre Angela Merkel et Donald Trump, ici le 13 juin au G7 canadien. (Reuters)
Partager sur :

En grande difficulté en Allemagne, Angela Merkel a reçu en prime une leçon de Donald Trump lundi. Elle est arrivée par un tweet du président des Etats-Unis. « Le peuple allemand est en train de se retourner contre ses dirigeants alors que l’immigration secoue la coalition déjà fragile de Berlin. La criminalité en Allemagne est très en hausse. Grosse erreur dans toute l’Europe que de laisser entrer des millions de personnes qui ont si fortement et violemment changé leur culture! », a tweeté le dirigeant républicain. « Nous ne voulons pas que ce qui se passe avec l’immigration en Europe se passe avec nous! », a-t-il ajouté.

Lire aussi – Angela Merkel va-t-elle perdre son poste de chancelière?

Cette ingérence de la part du président américain intervient alors qu’Angela Merkel joue son avenir sur cette question des migrants. La chancelière subit une fronde sans précédent de l’aile la plus à droite de sa coalition gouvernementale, emmenée par le ministre allemand de l’Intérieur Horst Seehofer. Ce dernier, à la tête de la CSU bavaroise, a menacé lundi de fermer les frontières de l’Allemagne « en juillet » aux migrants s’il n’y avait pas d’accord entre les dirigeants européens lors de leur sommet des 28 et 29 juin à Bruxelles. Il envisage ainsi de refouler aux frontières tous les demandeurs d’asile ayant été enregistrés dans un autre pays de l’UE, le plus souvent l’Italie ou la Grèce, soit la quasi-totalité d’entre eux.

Deux semaines décisives d’ici au sommet européen

L’ultimatum a aussitôt été rejeté par la conservatrice, figure de la CDU qui est l’alliée historique à la CSU. Angela Merkel, qui avait accueilli plus d’un million de demandeurs d’asile en 2015 et 2016, a expliqué qu’il n’y aura aucune fermeture « automatique » aux demandeurs d’asile mais elle a promis de tout faire pour trouver d’ici-là des accords bilatéraux et européens sur la question. « Nous ne voulons pas agir de manière unilatérale, non-concertée et dommageable pour des tiers », a-t-elle dit. La Commission européenne a elle aussi soutenu que « seule une solution européenne » pouvait être apportée au défi migratoire qui divise l’UE.

Les deux semaines qui viennent s’annoncent donc décisives et compliquées pour Angela Merkel, car il semble improbable qu’elle puisse trouver une solution satisfaisante à la fois pour ses alliés bavarois et pour l’Italie, qui réclame pour sa part la répartition des demandeurs d’asile en Europe. Angela Merkel reçoit justement lundi soir son homologue italien Giuseppe Conte, dont le pays refuse désormais l’accès à ses ports aux navires d’ONG secourant des migrants en Méditerranée. La chancelière doit aussi s’entretenir mardi le président français Emmanuel Macron et celui de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Une réunion de dirigeants européens avant le sommet de l’UE est aussi évoquée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s