“Benallagate”, ou la théorie du complot de l’été

A propos…
Analyse Bloc-Notes Faits et commentaires Glossaire.dde Ouverture libre Journal dde.crisis de Philippe Grasset Les carnets de Nicolas Bonnal Le monde d’Orlov Les carnets de Patrice Hans Perrier Librairie dde La grâce de l’histoire Archives PhG Forum Brèves de crise Les Conversations

“Benallagate”, ou la théorie du complot de l’été

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 6 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

“Benallagate”, ou la théorie du complot de l’été

2 août 2018 – J’ai, avec la “théorie du complot” la même sorte de relations que j’ai avec le genre humain et je porte sur elle le même regard. Qu’il y ait des complots c’est assuré ; qu’ils réussissent c’est une autre paire de manches bien qu’il y ait des exceptions souvent dues à des circonstances imprévues ; croire qu’ils tiennent la clef de l’énigme du monde c’est croire au simulacre suprême échafaudé par la raison rationnelle, exactement comme l’espèce humaine. Voilà ma recette, qui permet de garder mes distances sans pour autant ignorer le phénomène, surtout dans cette époque où ceux qui dénoncent le “complotisme” sont pris d’une frénésie hypermaniaque de complotisme (Russiagate, populisme, etc.).

Là-dessus, l’ami Bonnal m’indique un article sur “l’affaire d’Etat/l’affaire de l’été” qu’il juge intéressant et que je vois signé du nom de Régis de Castelnau. Une consultation rapide du Wikipédia m’apprend que c’est un avocat d’un âge déjà respectable, largement engagé à gauche, un temps avocat du PCF ; qui plus est, pour corser l’affaire, petit-fils du général Edouard de Curières de Castelnau, catholique affirmé surnommé “Le capucin botté”, ce général fameux qui fut avec le Premier ministre Briand le véritable organisateur à l’origine de la volonté de résistance française à Verdun en février 1916, qui méritait le maréchalat autant que Lyautey, Joffre, Foch et Pétain, qui ne l’obtint pas à cause de ses convictions religieuses, qui s’opposa à Vichy et soutint la Résistance jusqu’à sa mort en 1944. Voilà donc un pédigrée acceptable.

Je lis l’article recommandé par Nicolas et le trouve effectivement d’un intérêt certain. Il s’agit d’une reprise argumentée, par un spécialiste du droit autant que par un connaisseur des choses politiques, de notre désormais fameux “Benallagate” : « Macron : une erreur de casting ? », sur son site Vududroit.com, le 27 juillet 2018. Il décrit une sorte de complot très dans l’air du temps de notre Vème République hébétée et rapiécée de partout. Il est assuré que lorsque l’on se trouve dans cet état, une des occupations qu’on doit mettre dans ses favorites est celle de comploter ; qui plus est, cela nous rapproche encore de notre cher “modèle américain”, jusqu’à l’effet de miroir puisque les complots et simulacres se font entre factions du Système. On imagine combien je goûte l’idée de ces luttes fratricides qui nous disent que la surpuissance du Système est la clef de son autodestruction.

C’est une thèse séduisante pour moi qui y voit un argument de plus pour mesurer l’« élargissement du domaine du “rien” », que de faire de Macron une sorte de créature fabriquée par le cabinet postmoderne des héritiers spirituels à plusieurs titres du docteur Frankenstein (les docteurs Pinault, Attali et Minc signale Castelnau) ; laquelle créature, comme c’est l’usage et comme l’original, aurait échappé à ses créateurs. Il va falloir commencer enfin une enquête intéressante, la recherche des boulons divers qui doivent parsemer le crane de notre jeune président Macron. Nous voilà soupçonneux jusqu’à l’extrême, jusqu’à nous exercer à penser que le “Bellanagate” n’est pas venu de “rien” même s’il contribue à “l’élargissement…” ; et qu’il est fait pour durer, c’est-à-dire pour nous revenir dans la chronique à la rentrée, avec entretemps quelques fuites ici ou là, pour pimenter notre canicule.

Ainsi donc, j’inscris l’article de Castelnau dans ce Journal-dde.crisis pour montrer l’intérêt personnel que je porte à notre chère République qui semble devenir, comme l’on dit aujourd’hui fort élégamment, une “démocrature”, et dans ce cas plutôt dans le genre caricatural. Du coup, prédisent les augures, il pourrait y avoir insurrection (Minc, cité par Castelnau, dans une interview peut-être prémonitoire, qui sait, le 8 juillet 2018 : « L’inégalité est trop forte, nous risquons une insurrection. »).

PhG

http://www.dedefensa.org/article/benallagate-ou-la-theorie-du-complot-de-lete

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s