Le destin espagnol de Manuel Valls

Le destin espagnol de Manuel Valls

Les administrés du député de l’Essonne ont fini par comprendre. Les électeurs de Barcelone devraient se méfier.

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Manuel Valls se retrouve candidat à la mairie de Barcelone, après avoir mis fin à sa carrière française d’homme politique de gauche. Celui qui a tenté pendant tout le mandat de François Hollande de se présenter comme l’alternative tantôt social-libérale, tantôt sécuritaire à la gauche du parti socialiste, a gardé son mandat de député pour préparer sa nouvelle vie en Espagne.

Ses électeurs passés et futurs apprécieront d’avoir contribué à la carrière de ce professionnel de la politique qui, comme beaucoup de ses anciens camarades de l’UNEF, n’a jamais vécu autrement que d’argent public.

L’ancien Emmanuel Macron ?

Dans son dernier livre, Jean-Marc Daniel estime que Manuel Valls et Emmanuel Macron cherchaient à occuper le même créneau « social-libéral ». Seulement, Emmanuel Macron a réussi là où l’ancien Premier ministre a échoué, à savoir incarner la nouveauté en trahissant François Hollande au bon moment, là où Valls fit l’erreur de trahir au mauvais moment l’ancien président de la République, c’est-à-dire beaucoup trop tard.

Social certes, mais libéral ? Le propos est à nuancer. Si Manuel Valls choque l’aile gauche du PS en affirmant « aimer l’entreprise » à une université du Medef en 2014, la gestion d’Evry dont il est maire, tout comme ses initiatives sécuritaires, font de ce Sarkozy de gauche un socialiste autoritaire assez classique.

En 10 ans, la pression fiscale à Evry a explosé. Manuel Valls a réussi le tour de force de transformer la ville en l’une des plus imposées de France, sans toutefois boucler ses budgets qu’il doit financer par l’emprunt massif. Le gaspillage à tous les étages, l’inflation du personnel et même le clientélisme ont marqué les deux mandats de l’ancien premier flic de France.

Dans le domaine de la liberté d’expression, et au nom de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, l’héritage de Manuel Valls est tout aussi désastreux. Soucieux de construire son image d’homme de fer à la Sarkozy, il multiplie les mesures répressives et maladroites.

Victime de l’effet François Hollande

La popularité catastrophique de François Hollande à la veille de l’élection d’Emmanuel Macron a rejailli sur ses anciens collaborateurs. Celui qui fut son ministre de l’Intérieur, puis Premier ministre, n’échappe pas à la déconvenue du Parti socialiste qui finit par se choisir Benoît Hamon pour lui barrer la route de la présidentielle. Histoire classique au sein de la formation sociale-démocrate, les élus, cadres et militants se persuadent que la déconfiture annoncée vient du fait qu’ils n’ont pas été assez à gauche. Ils sanctionnent Valls pour son droitisme devenu objet de détestation universel. Résultat : les électeurs préféreront l’original à la copie en votant Mélenchon, et les plus modérés Macron — le Manuel Valls sans casseroles.

De Premier ministre à député LREM de secours

Manuel Valls sent le vent tourner et, malgré son implication dans la catastrophe du Hollandisme et sa rivalité personnelle avec Macron, s’humilie une dernière fois en redevenant simple député sous l’étiquette LREM. De Premier ministre, il redevient député lambda au sein d’un groupe politique sans vraiment de culture commune, qui se distingue surtout par son suivisme à l’endroit d’Emmanuel Macron à qui ils sont en tout point redevables.

Les contribuables au service de sa reconversion politique

Mais Manuel Valls n’a pas dit son dernier mot, et ne veut pas finir à Pôle Emploi, comme ses anciens camarades du PS qui le détestent désormais. Il se redécouvre Espagnol et s’investit dans la campagne de Barcelone, tout en restant député de l’Essonne sous l’étiquette LREM. Une dernière fois, les contribuables financeront la campagne de l’ancien ministre, qui pourtant ne s’intéresse plus guère à Evry. Ses administrés se sont fait une raison. Les Barcelonais sont prévenus.

 

Publicités

Une réflexion sur « Le destin espagnol de Manuel Valls »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Publicités

Revue de presse nationale et internationale.

Publicités