La Russie peut couler tous les porte-avions US navigant à l’est du Groenland

La Russie peut couler tous les porte-avions US navigant à l’est du Groenland

Dans un article précédent, Valentin Vasilescu avait montré l’impossibilité pour le Pentagone d’établir un blocus anti-Russe en Méditerranée et, d’une manière plus générale, de procéder à quelque blocus naval que ce soit contre la Russie. Poursuivant son raisonnement, il montre aujourd’hui que les États-Unis n’ont plus la capacité de conduire une guerre navale contre la Russie à l’est du Groeland. Moscou a déjà démontré la supériorité de ses armes au sol, en Syrie. Même si l’affrontement entre les deux Grands a été évité avec précaution, il est clair aujourd’hui que la Russie ne craint plus une éventuelle attaque conventionnelle US.

| Bucarest (Roumanie)

+
JPEG - 35.3 ko

Les États-Unis ont une position géographique isolée et possèdent la force navale la plus puissante. Ils sont capables d’intervenir n’importe où dans le monde. Un blocus imposé à la Russie en mer Noire et en Méditerranée par les États-Unis, comme l’a déclaré le secrétaire à l’Intérieur, Ryan Zinke à Pittsburgh, lors de l’événement Consumer Energy Alliance, est presque impossible, étant donné que les nouveaux missiles hypersoniques Kh-47M2 Kinzhal et 3M22 Zircon peuvent neutraliser le groupe naval des États-Unis dès le détroit de Gibraltar.

Le Royaume-Uni a annoncé qu’elle allait envoyer au Nord de la Norvège 800 commandos pour faire face à une possible « agression » russe.

Au milieu du déploiement d’autres troupes supplémentaires de l’Otan dans les pays baltes et en Pologne, la marine états-unienne a annoncé la réactivation de la deuxième flotte, sept ans après sa désactivation, avec une zone de responsabilité dans le Nord, la Baltique et l’océan Arctique.

L’avant-poste de Kaliningrad dans la Baltique et le gazoduc Nord Stream sont les principales vulnérabilités de la Russie sur le flanc est de l’Otan. Les États-Unis, soutenus par l’Otan, pourraient-ils imposer un blocus naval contre la Russie avec la deuxième flotte dans l’Atlantique, la mer Baltique et l’Arctique ? Les porte-avions ne se hasardent pas dans l’Arctique, car ils peuvent rester bloqués dans la glace. Pour les deux autres zones, cela est possible, mais sans aucune chance de succès.

JPEG - 68.5 ko

La Russie peut attaquer le groupe naval qui organiserait le blocus avec des missiles hypersoniques contre les navires de surface, dès que ceux-ci entreront dans le détroit de Skagerrak (reliant la mer du Nord à la Baltique). En outre, les sous-marins russes à propulsion nucléaire, armés de missiles hypersoniques peuvent frapper un groupe naval US quand il sera à 1 000 kilomètres de la côte est de l’océan Atlantique, au sud de l’Islande. Les Russes peuvent également lancer des missiles hypersoniques KH-47M2 portés par des bombardiers à longue portée Tu-160 et Tu-23M3, si le groupe naval US parvient au sud du Groenland. Afin d’éviter d’être interceptés la trajectoire des avions passera au-dessus du pôle Nord.

JPEG - 63.4 ko

Quelles sont les chances de survie du groupe naval des États-Unis ? Le temps de réaction du Pentagone en cas d’attaque avec des missiles hypersoniques est très faible, en raison de la vitesse de déplacement élevée et du laps de temps minime nécessaire aux missiles hypersoniques pour entrer dans la zone de réaction des systèmes antiaériens. Le missile Kinzhal a une portée de 2 000 kilomètres, une vitesse de 12 250 km/h et un plafond de croisière 40 000 à 50 000 m au maximum. Le missile Zirkon a une portée de 1 000 km, une vitesse de 9 800 km/h et un plafond de croisière 40 000 m.

La probabilité de détruire un porte-avions avec les deux types de missiles hypersoniques, en perçant la défense AA est de 88 %. Ce qui signifie que, sur 100 missiles hypersoniques lancés, 88 perceront les défenses AA et détruiront leurs cibles. Dans le cas des États-Unis, si 11 missiles russes hypersoniques sont lancés contre les 11 porte-avions US existants, seuls 1,3 missiles ne toucheraient pas les cibles. Cela signifie qu’il ne resterait au Pentagone que deux porte-avions non coulés, dont un endommagé, après la première salve de missiles hypersoniques russes. Pour la flotte états-unienne, cela signifie une catastrophe incommensurable.

Valentin Vasilescu

Valentin Vasilescu Expert militaire. Ancien commandant adjoint de l’aéroport militaire d’Otopeni.

Traduction
Avic
Réseau International

http://www.voltairenet.org/article203445.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s