Le remaniement propulse trois nouveaux ministres dans l’arène européenne

Le remaniement propulse trois nouveaux ministres dans l’arène européenne

Les portefeuilles de l’Agriculture, de la Culture et de l’Intérieur ont changé de main lors du remaniement. Les nouveaux ministres seront aux premières loges des réformes de la PAC, du droit d’auteur et du système d’asile européen.

Deux semaines après la démission du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, le remaniement ministériel tant attendu a bien eu lieu. Dévoilé le 16 octobre, le nouvel exécutif voit plusieurs ministères en charge de réformes centrales au niveau européen changer de main.

C’est le cas du ministère de l’Intérieur, qui passe aux mains du délégué général de La République En Marche, Christophe Castaner. Secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement au sein du gouvernement précédent, ce pilier de LREM prend donc du gallon au sein du nouveau gouvernement d’Édouard Philippe.

Ancien socialiste, Christophe Castaner devra rapidement prendre à bras-le-corps le sujet de l’immigration, qui s’affiche au menu du prochain Conseil européen les 17 et 18 octobre à Bruxelles.

Dans les réformes à mener, le nouveau ministre devra donc défendre la position française dans la remise à plat du règlement de Dublin, qui fait échoir la responsabilité de l’accueil des réfugiés au premier pays d’entrée, faisant peser une responsabilité lourde sur les pays méditerranéens, notamment la Grèce et l’Italie.

Le Premier ministre français en première ligne sur l’immigration

Les ministres de l’Intérieur, dont le Premier ministre français qui occupe le poste par interim, peinent à convaincre l’Italie sur la gestion des réfugiés.

 

La question des relations avec l’Italie sur la question migratoire sera également un chantier de taille pour Christophe Castaner, qui a déjà dénoncé à plusieurs reprises la politique de « port fermé » mise en œuvre par le Premier ministre d’extrême droit du pays, Matteo Salvini.

La question du partage des responsabilités en matière d’accueil des réfugiés, après l’échec de la politique de quotas proposée par la Commission européenne, sera également au menu du nouveau ministre de l’Intérieur. Sur ce dossier, le refus des pays du groupe de Visegrad d’accepter un mécanisme de répartition sont toujours les mêmes, et le sujet peine à avancer au niveau européen.

Le sujet de l’immigration est devenu le cheval de bataille des populistes en Europe à l’approche des élections européennes de mai 2019. Mais aussi celui d’Emmanuel Macron, qui souhaite faire de la campagne électorale un affrontement entre les progressistes et les anti-européens.

Du côté du ministère de l’Agriculture,  le sénateur Didier Guillaume, ex-soutien de l’ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls, remplace Stéphane Travers, au moment charnière pour l’avenir de l’agriculture européenne. En effet, le nouveau ministre devra reprendre le fil des négociations sur l’avenir de la Politique agricole commune (PAC), dont la France est le premier bénéficiaire.

La refonte de la PAC sous le feu des critiques

Avec un budget en baisse et une latitude plus grande donnée aux capitales, la nouvelle version de la politique agricole commune (PAC) a provoqué de vives réactions.

Un dossier sensible puisque la Commission européenne a proposé de réduire l’enveloppe budgétaire dédiée à cette politique, au grand dam de Paris. Cette baisse d’environ 5 % des fonds dédiés à la PAC pour la période 2021-2027 fait l’objet de négociations dans le cadre du budget européen global, que Bruxelles souhaite boucler avant les élections de mai prochain.

Enfin, le ministère de la Culture échoit au député Franck Riester. Le chef de file du parti Agir a fait sécession avec son parti d’origine, Les Républicains, sur fond de désaccords sur la question européenne notamment.

La droite pro-européenne fait officiellement sécession avec Agir

Face à la dérive populiste et identitaire de la droite française, une poignée d’élus de droite lance le mouvement Agir. La participation du nouveau parti aux élections européennes  face à En Marche reste un point d’interrogation.

 

 

Celui-ci compte lancer son nouveau parti dans la bataille des élections européennes. Une alliance avec LREM, évoquée par certains, pourrait donc se dessiner dans la continuité de cette nomination.

Le portefeuille de la Culture est aux mains d’un spécialiste du sujet, puisque Franck Riester a été rapporteur en 2009 des deux projets de loi sur la propriété littéraire et artistique sur Internet, mais a aussi été entre 2009 et fin 2015 membre du collège d’Hadopi, la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet.

Un parcours qui devrait servir au nouveau ministre pour finaliser les négociations sur la directive sur le droit d’auteur, qui a été votée par le Parlement européen en septembre après un parcours chaotique, et doit maintenant faire l’objet de discussions interinstitutionnelles pour être définitivement adoptée.

Le Parlement européen approuve la réforme du droit d’auteur

Le Parlement européen a soutenu la réforme controversée de la directive sur le droit d’auteur le 12 septembre, déclenchant scènes de liesse et hurlements de désaccord.

https://www.euractiv.fr/section/politique/news/le-remaniement-propulse-trois-nouveaux-ministres-dans-larene-europeenne/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s