Une histoire belge : le choix des Belges

Une histoire belge : le choix des Belges

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

1760

Une histoire belge : le choix des Belges

28 octobre 2018 – La pensée même de cet article m’épuise absolument, et je ne m’y mets, je vous l’avoue, qu’après avoir tant repoussé l’instant de m’y mettre : parler du JSF (F-35), de la Belgique, du choix que ce pays vient de nous annoncer (le F-35), du mécontentement discret mais un peu goguenard des Français, du “Je regrette” de Macron, – tant de médiocre bassesse repousse ma plume qui se refuse à se tremper d’une encre si médiocre. Je chancelle sous le poids de leur surhumaine sottise, avec presque de l’admiration dans mon exaspération : “Comment peut-on l’être autant, si longtemps, si complètement, si décidément, si joyeusement, si content-de-soi ?”

Car enfin, comment, aujourd’hui, avec tout ce que l’on sait hors des virements et donations mensuelles de Lockheed Martin, oui comment peut-on choisir cet incroyable fer à repasser et badigeonner sur son fuselage “avion de combat”, cela pour avertir les Russes qu’il s’agit bien d’un combat aérien qui s’engage ? Comment peut-on croire les Américains sur leurs promesses alors qu’ils se conduisent partout en pirates, faussaires, faux-frères, traîtres et parjures, scandaleux escrocs empilant leur montagne de faux talbins (*) ? Le plus fort, non le plus éclatant et le plus évident, c’est que les Belges ne sont pas de “mauvais Européens”, comme les Français le laissent entendre parce que ce qu’ils ont fait, qui est de faire leur petite commission face aux Yankees de façon à ce que se poursuive le tango transatlantique, eh bien il n’y a vraiment rien de plus “bon Européen” selon l’esprit de Notre-Europe. Tous leurs matamores de l’UE ne font pas autrement, et quant au Macron…

Ces gens sont totalement fermés, aveugles, absolument insensibles à la sagesse de l’expérience et à la mesure du bon sens, zombies postmodernes ouverts à toutes les modes subrepticement sataniques qui dissimulent l’hystérie derrière la gouvernance. Il en faut diablement pour acheter ce fer à repasser yankee qui ne fait “vroum-vroum” en lâchant un peu de vapeur que si les Yanks l’autorisent, alors que ces mêmes Yanks, sous la direction éclairée du président Trump, sont en train de fracasser le traité FNI qui va transformer l’Europe en champ de foire nucléaire, – et que les Européens, voyez-vous, s’en aperçoivent sans que cela ne produise autre chose que des cris d’orfraie. (**) Ce qui me terrorise, je l’avoue, c’est ce déversement, cet amoncellement, cette montagne océanique de sottise, tous ces ministres qui semblent croire que la sottise est un art et que l’art ça se respecte par simple génuflexion de bassesse.

Voilà pour les Belges… Quant aux Français !

Cela me ramène en 1986-1989,  – oui, il y a trente ans et plus dans ce monde qui va si vite ! – selon l’histoire de la première campagne du Rafale en Belgique dont j’ai déjà très-abondamment et diversement parlé pour en avoir été un commentateur presque-acteur (allez voir le 10 octobre 2009 et le 24 octobre 2014). A cette époque, les Belges étaient déjà des Belges mais ils gardaient le goût des frites nationales-souveraines et savaient deviner à la fois la bonne affaire et l’affaire qui peut vous tricoter une vertu en vous rapportant gros ; et puis, un peu moins à la lèche devant les Yankees, je me rappelle même en avoir rencontré certains qui cultivaient un petit coin d’audace gaullienne pour une Europe indépendante. C’est pour cette raison qu’à cette époque, le Rafale était sans concurrent, et parti pour une coopération et des commandes européennes (belge dans tous les cas) si l’on s’y prenait avec une certaine habileté dans les méandres des influences brusselaire.

Les Français, autant le gouvernement que Dassault, furent incroyablement mauvais, à la fois arrogants et naïfs, bousculant tout et n’y comprenant rien. Ils se coulèrent eux-mêmes par le fond dans un grand bruit d’autosatisfaction parisienne. Croyez-vous que cela leur ait servi de leçon ? Aux temps actuels de Macron avec Sarko-Hollande en toile de fond, on a suffisamment à faire pour s’affirmer à soi-même qu’on est excellents et excellemment européens, décrivant avec des clins d’yeux entendus les mirifiques marchés des États minuscules et pétroliers. Le goût des mirages pétroliers fait qu’il est plus glorieux de se prendre une veste aux Émirats qu’à Bruxelles, et puis finalement on enfile les deux.

Par des remarques et confidences de vieux amis du temps passé encore dans le circuit (je m’en suis extrait, leur quincaillerie me paraissant de plus en plus rouillée pour mon propos général), j’ai suivi de loin en loin la “campagne” française à Bruxelles pour ce marché, qui semblait ne pouvoir être que victorieuse ; mais je rectifie aussitôt : “qui semblait ne pouvoir être que victorieuse” certes, s’il y avait eu campagne… Il y a quelques mois, un ami bruxellois bien au courant de ces choses m’interrogeait encore, incrédule devant l’absence d’activité de mes compatriotes (!) dans le grand champ de la communication où tout se décide : “Mais qu’est-ce qu’attentent les Français ? Le terrain leur est complètement favorable”. Je lui répondis, d’instinct dirais-je, car je ne sais plus que penser des Français, alors et bien plus encore aujourd’hui au crépuscule des sombres temps présents : “C’est un remake de 1986-1989, en pire”…

J’en ai eu des échos, ces dix-huit derniers mois, de confidence comme quoi, “Ça y est, Dassault va lancer sa campagne d’influence, de relations publiques, d’actions dans la presse, d’interventions auprès de personnalités qui sont contre le JSF” (Il y en a beaucoup, énormément, il suffit d’entendre les protestations de l’opposition au Parlement, après l’intervention du Premier ministre, le nommé Charles Michel, annonçant son choix sans y rien comprendre.) Quant aux autorités françaises du temps de Macron, c’est “Paris et le désert français” qui aurait atteint lui-même (Paris) la désertification complète, – sans doute la crise climatique… Ainsi ont-ils laissé passer les occasions, assurés de leur “excellence”, de leur influence, de leur irrésistible suffisance. Pendant ce temps, la machinerie Lockheed-Martin tournait à plein régime, semant ses graines de corruption et de mésinformation-satisfaction répandant la narrative de la miraculeuse transmutation du JSF en F-35. Les Flamands ont joué leur rôle habituel de porteurs d’eau, cette fois sous les couleurs de la N-VA, ces flamboyants et sulfureux nationalistes-souverainistes qui, comme leurs homologues polonais incapables d’imaginer autre chose que Charybde et Scylla, croient qu’on défend les grands principes souverains en s’appuyant sur les Yankees contre les entreprises des pouvoirs européens.

C’est une bien triste histoire, dix fois, cent fois recommencée dans ces sombres temps présents… La seule idée qui me réconforte, c’est qu’en faisant ce qu’ils ont fait, tous, absolument tous, ils ont contribué à encore aggraver et accélérer la Grande Crise d’Effondrement du Système.

 

Notes

(*) “Billets de banque” en novlangue-Audiard, cf. Le cave se rebiffe.

(**) Des diplomates de l’UE, dotés d’une grande vision de l’avenir, ont confié à Pépé Escobar que « la décision des États-Unis [de quitter le traité FNI]  a été un “choc” et “la goutte d’eau qui fait déborder le vase pour l’UE, car elle met en péril notre existence même et nous soumet à la destruction nucléaire par des missiles à courte portée”, qui ne pourraient jamais atteindre les États-Unis. »

http://www.dedefensa.org/article/une-histoire-belge-le-choix-des-belges

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s