BREAKING NEWS – Les « gilets jaunes » passent à l’action (1 mort, 16 blessés)

BREAKING NEWS – Les « gilets jaunes » passent à l’action (1 mort, 16 blessés)

Publié par wikistrike.com sur 17 Novembre 2018, 11:01am

BREAKING NEWS - Les « gilets jaunes » passent à l’action  (1 mort, 16 blessés)

Bilan: 1 mort

16 blessés dont une personne en urgence absolue

La femme qui a renversé mortellement une manifestante, Isère emmenait son enfant en urgence chez le médecin, elle aurait paniqué. Des gilets jaunes tapaient sur sa voiture.

Le ministère de l’Intérieur annonce également qu’un piéton a été renversé, à Arras, dans le Nord, il est en urgence absolue. Il a été percuté par une voiture forçant un barrage.

Depuis ce matin, plusieurs incidents ont été signalés, ici et là, entre « gilets jaunes » et automobilistes en colère, parfois même des échauffourées.

De multiples accidents se sont produits aux quatre coins de la France.

Les « gilets jaunes » ont commencé à se rassembler samedi 17 novembre à l’aube pour bloquer les routes et points stratégiques à travers le pays. Cette « mobilisation générale » citoyenne inéditecontre la hausse des prix des carburants est à suivre en direct sur franceinfo.

 Environ 1 500 actions sont attendues sur le territoire, dont seules une centaine auraient été déclarées : des blocage de routes, de supermarchés, de stations essence…

Près du périphérique parisien, porte Maillot, des manifestants munis de quelques pancartes se sont regroupés avant 7 heures du matin.

Les trois-quarts des Français soutiennent le mouvement et 15% projettent d’y participer, d’après un sondage Odoxa réalisé pour franceinfo et Le Figaro.
Les motifs de grief se sont élargis au-delà de la hausse des prix des carburants à une dénonciation plus globale de la politique du gouvernement en matière de taxation et à la baisse du pouvoir d’achat.

Publicités

La fin de la paix et de la sécurité en Europe

La fin de la paix et de la sécurité en Europe


Par Martin Sieff – Le 30 octobre 2018 – Source Russia Insider

s258

J’ai couvert la signature du Traité sur les forces nucléaires intermédiaires (INF) en décembre 1987 lors du sommet de Washington DC, entre le président américain Ronald Reagan et le dernier président soviétique Mikhail Gorbatchev. C’était un bon moment à vivre de couvrir la diplomatie entre les superpuissances nucléaires. Il y avait un sentiment palpable d’optimisme sur le fait que les deux parties étaient résolues à détruire des milliers d’armes thermonucléaires – ce qu’elles ont fait – et à réduire les tensions en Europe.

The Death of Peace and Security in Europe

En quelques années, Gorbatchev devait également accepter la dissolution du pacte de Varsovie. L’Union soviétique a été démantelée de manière pacifique par ses pays membres, dirigés par la Russie peu de temps après.

La négociation et la signature du traité INF était un préalable indispensable à la fin de la guerre froide. Cela a inauguré deux générations de paix et de stabilité en Europe. Suite aux déclarations du président Donald Trump le 20 octobre 2018, le traité est maintenant mort debout. Le président semble déterminé à s’en retirer. Il semble être totalement sous l’influence de son troisième conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, dont la haine pour l’INF comme pour tous les accords de contrôle des armements, à l’instar de ses collègues néo-conservateurs, a toujours été plus qu’incompréhensible.

Les Démocrates au Sénat ne feront pas non plus la moindre tentative de défense, de préservation ou de restauration de l’INF. John Kerry, dernier sénateur à prendre au sérieux les accords importants sur le contrôle des armements, a présidé sans aucune objection publique à l’encontre les États-Unis et de l’Union européenne, au renversement, par une révolution violente, d’un gouvernement élu démocratiquement et pacifiquement en Ukraine en février 2014.

La subordonnée de Kerry, Victoria Nuland, alors secrétaire d’État adjointe aux Affaires européennes et eurasiennes et épouse du chef du clan néo-conservateur Robert Kagan, a littéralement distribué des biscuits dans les rues de Kiev pour assurer, aux révolutionnaires violents qui subvertissaient le processus démocratique, que l’administration Obama était avec eux.  Ni Kerry ni son propre président, Barack Obama, n’ont levé le petit doigt pour contrecarrer le comportement d’une haute responsable qui, dans n’importe quelle autre administration de l’histoire américaine, aurait été virée sommairement et bannie de toute discussion sérieuse et de la conduite des affaires publiques à vie.

Aujourd’hui, tous les sénateurs démocrates de Capitol Hill cherchent passionnément à diaboliser la Russie pour des crimes imaginaires et paranoïaques qui auraient fait rougir Joe McCarthy.

La moisson actuelle de sénateurs démocrates au Congrès, dirigée par des personnalités telles que Ben Cardin du Maryland, semble au contraire déterminée à provoquer une guerre thermonucléaire à grande échelle avec la Russie. Ils ont non seulement soutenu, mais insisté, pour une nouvelle série de sanctions financières féroces à l’encontre de la Russie, qui ont clairement pour objectif de ruiner l’économie du pays et la mettre en condition pour le type de changement de régime révolutionnaire que les administrations successives ont pris pour acquis de droit divin depuis que Ronald Reagan est entré à la Maison Blanche.

Les jours actuels sont bien différents de ceux qui ont vu Washington célébrer la signature du traité INF en 1987. À cette époque lointaine, les décideurs américains faisaient au moins semblant de consulter leurs « alliés » européens et les membres de l’OTAN qu’ils prétendaient protéger.

Jusqu’à présent, dans les déclarations de Trump sur la suppression du traité INF, rien n’indique que les Européens aient eu voix au chapitre dans cette décision de Washington qui met en jeu leur survie même. Bonjour pour l’idée que l’OTAN est un « partenariat » !

Le respect mutuel prudent que Washington entretenait encore pour Moscou dans les années 1980 – ou du moins le prétendait occasionnellement – est maintenant révolu. L’idée que supprimer les armes nucléaires et renforcer la confiance et le dialogue entre les puissances nucléaires soit une bonne chose est maintenant considérée comme risible, tant par les néo-libéraux que par les néo-cons. Toutes les voix contraires sont ridiculisées et font ricaner les couards se présentant comme des patriotes intrépides. Ils n’ont aucune considération pour ceux qu’ils ciblent avec leur tactique d’intimidation. Ils seront les premiers à hurler de terreur lorsque leurs propres fantasmes seront réalisés et que les missiles nucléaires décolleront. Mais alors, il sera trop tard.

Martin Sieff

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

http://lesakerfrancophone.fr/la-fin-de-la-paix-et-de-la-securite-en-europe

EXCLUSIF – 17 novembre: – Gilets jaunes L’armée placée en alerte

EXCLUSIF – 17 novembre: – Gilets jaunes L’armée placée en alerte

Publié par wikistrike.com sur 16 Novembre 2018, 13:20pm

Catégories : #Politique intérieure, #Social – Société

EXCLUSIF - 17 novembre: - Gilets jaunes L'armée placée en alerte

Selon un informateur militaire en service en région parisienne, sa caserne a ce matin été placé en alerte, ce qui signifie que l’ensemble des effectifs doivent être présents. « On nous a bien dit de nous tenir prêts, mais que nous ne sortirons pas que si la situation devait l’exiger » nous a-t-il confié.

 

Opération « gilets jaunes » ?

Dans l’incertitude complète autour de la mobilisation citoyenne et face à de probables blocages sauvages, Emmanuel Macron et le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ont donc préféré ne prendre aucun risque quant à la sécurité des français. Répression ou non, les chars sont prêts à prendre position.

Dans la matinale de J.J. Bourdin, C. Castaner l’a bien précisé; « S’il faut envoyer l’armée pour empêcher le blocage, nous enverrons l’armée. »

Par ailleurs, des milliers de policiers vont être mobilisés partout en France, et certains d’entre eux soutiennent le mouvement, une raison de plus pour alerter l’armée.

 

Un mouvement qui s’inscrit dans la durée ?

De plus, le conflit pourrait s’étendre sur plusieurs jours, selon les dires des « gilets jaunes » eux-mêmes, et engendrer une paralysie de l’économie française. Visiblement, le gouvernement ne souhaite en aucun cas qu’il s’inscrive dans la durée.  Ce qui est certain, dans ce flou artistique total, c’est qu’un climat insurrectionnel gagne l’Hexagone. Ni syndicalisé, ni politique, mais venu des français lambda, l’on peut effectivement parler d’un mouvement pré-révolutionnaire, une grogne qui peut vite dégénérer.

 

Un mouvement européen ?

Après la France, la Belgique passe à son tour à la mode jaune où des blocages sont déjà répertoriés, ce, sur tout le territoire. Le danger d’un débordement frontalier est réel, après la Belgique, il existe des mouvements embryonnaires dans divers pays d’Europe comme en Italie, qui n’est pas réputée activiste. Plus que la France, l’UE est aujourd’hui sous la menace .

 

 

Joseph Kirchner pour WikiStrike

Impuissance de Washington face aux défis que la Chine lui pose en Amérique centrale

Impuissance de Washington face aux défis que la Chine lui pose en Amérique centrale


Par Andrew Korybko – Le 27 octobre 2018 – Source orientalreview.org

andrew-korybkoMike Pompeo, secrétaire d’État des USA, était en déplacement en Amérique Centrale en fin de semaine dernière, d’où il a critiqué l’influence croissante de la Chine en s’interrogeant sur les intentions derrières les activités d’investissements du pays. Les médias chinois lui ont répondu cette semaine sur le ton de la colère, mettant les USA au pilori pour leurs tentatives de « semer l’opprobre » dans les relations entre l’empire du milieu et l’Amérique latine.

Carlos Castaneda, ministre des affaires étrangères du Salvador, serre la main de Wang Yi, son homologue chinois, à Pékin, le 21 août 2018.

Washington s’inquiète du glissement progressif en cours de l’Amérique centrale hors de son contrôle hégémonique, après que le petit État du Salvador a rompu ses liens avec Taïwan au mois d’août 2018, et reconnu Pékin comme gouvernement légitime de Chine, en échange d’un soutien économique, dont certains craignent qu’il ne déclenche une réaction en chaîne dans cette partie du monde où l’État auto-proclamé compte un certain nombre de soutiens – dont le total est en déclin.

Du point de vue des USA, l’influence économique chinoise qui monte présente des conséquences politiques claires, qui pourraient un jour se manifester dans ces pays qui se détournent peu à peu de Washington, comme le révèle la position de quelques-uns d’entre eux sur Taïwan. Les USA pourraient perdre leur contrôle unipolaire sur la zone, que jusqu’alors ils ont considéré avec condescendance comme leur « arrière-cour ». On a vu jusqu’à Juan Orlando Hernandez, président du Honduras, souligner ce qu’il considère comme l’« occasion » que le rôle diplomatique chinois en croissance dans la région pouvait représenter, malgré le fait qu’il ait lui-même pu rester au pouvoir jusqu’à présent lors d’élections contestées mais reconnues par les USA, ce qui avait ouvert des polémiques.

Et c’est bien une nouvelle opportunité qui vient de s’ouvrir : suite aux menaces de Trump de suspendre les aides que son gouvernement verse aux trois pays du « Triangle du Nord » que constituent le Honduras, le Guatemala et le Salvador dans le cadre de la dénommée « Alliance pour la prospérité », sur fond du fait que ces pays n’avaient pas empêché des milliers de leurs ressortissants de prendre part à la dernière crise de la Caravane, la voie est royalement ouverte à la Chine d’intervenir économiquement et de soutenir ces pays à la condition que les deux autres suivent la voie ouverte par San Salvador dans la reconnaissance de Pékin à la place de Taipei. Ce basculement potentiel offrirait à la Chine un levier de contrôle indirect sur la sécurité aux frontières américaines, rendant la Chine responsable de la stabilité de ces pays en remplaçant le pourvoyeur d’aides américain.

Il est déjà reconnu que pour nombre de ces migrants, les raisons de l’exil relèvent de poussées au départ puissantes, telles qu’une mauvaise gestion systématique, la corruption, les drogues, le chômage, et les gangs violents, sujets que l’« Alliance pour la prospérité » américaine devait au départ traiter. Il se pourrait bien que ce soit en fin de compte la Chine qui adresse ces problèmes, si Trump se retire de ces programmes comme il semble être sur la voie de le faire, et si Pékin s’avance pour prendre sa place. Tout aussi perturbateur pour les USA que ce scénario, la possibilité que ces événements aient comme répercussion une augmentation de l’influence chinoise au Mexique, après l’investiture d’AMLO, président de gauche qui prendre ses fonctions début décembre 2018… Cela constituerait un défi sans précédent pour la dominance politique des USA sur l’ensemble de l’hémisphère occidental.

La spirale sans fin dans laquelle les USA se retrouvent réside en ceci : s’ils voulaient répondre par leurs leviers de guerre hybride à cette situation, cela ne ferait qu’aggraver les crises de migrants ; il est impossible de prédire ce que l’Amérique pourrait faire pour maintenir son hégémonie sur la région.

Le présent article constitue une retranscription partielle de l’émission radiophonique context countdown, diffusée sur Radio Sputnik le vendredi 26 octobre 2018.

Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime (2015). Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.

Traduit par Vincent, relu par Cat pour le Saker Francophone

La redoutable stratégie des Rothschild pour 2019

La redoutable stratégie des Rothschild pour 2019

Publié par Brujitafr sur 16 Novembre 2018, 04:41am

Catégories : #ACTUALITES, #POLITIQUE, #ECONOMIE – FINANCE

L’étrange message vidéo de Netanyahu : “Nous nous préparons aux prochaines étapes”

L’étrange message vidéo de Netanyahu : “Nous nous préparons aux prochaines étapes”

Publié par Brujitafr sur 16 Novembre 2018, 05:43am

Catégories : #ACTUALITES, #POLITIQUE, #3 ème guerre mondiale

L’étrange message vidéo de Netanyahu : “Nous nous préparons aux prochaines étapes”

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est désolidarisé jeudi de son ministre de la Coopération régionale, Tzahi Hanegbi, qui a minimisé les attaques dans le sud.

“Suite aux propos scandaleux entendus ce matin, je me dois de rétablir la vérité. Il n’y a pas de différence entre Sderot et Tel Aviv à mes yeux. La sécurité des habitants du sud est toute aussi importante que celle des habitants des autres régions d’Israël”, a déclaré le dirigeant israélien dans un message vidéo diffusé à l’issue d’une réunion avec les maires des conseils régionaux du sud du pays.

Une guerre à Gaza n’était pas conforme avec l’agenda des sionistes.

Ils ont évité de s’engager dans plusieurs semaines de combats inutiles.
C’est le signe que quelque chose de plus important se prépare..

Qu’en pensez vous ?

Message codé de Netanyahu aux israéliens : “Nous nous préparons aux prochaines étapes »

Je vous avais bien dit que quelque de gros se prépare. Ce n’est pas ce que vous croyez, c’est pire !
Et bombarder Gaza est un luxe qu’ils ne peuvent plus se permettre ….

 

 

“Suite aux propos scandaleux entendus ce matin, je me dois de rétablir la vérité. Il n’y a pas de différence entre Sderot et Tel Aviv à mes yeux. La sécurité des habitants du sud est toute aussi importante que celle des habitants des autres régions d’Israël”, a déclaré le dirigeant israélien dans un message vidéo diffusé à l’issue d’une réunion avec les maires des conseils régionaux du sud du pays.

https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FBenjaminNetanyahou%2Fvideos%2F265712227477070%2F&show_text=1&width=560

“Nous sommes au coeur d’une opération. Nous devons faire preuve de patience, de sang-froid et de détermination. Nous nous préparons aux prochaines étapes”, a-t-il ajouté.

“Les tirs de roquettes du Hamas étaient mineurs et principalement concentrés sur les localités du sud du pays, près de Gaza”, a déclaré Hanegbi à la radio militaire jeudi matin.

Selon le ministre, bien que les souffrances des Israéliens dans les zones proches de Gaza aient été “un cauchemar” et “non-négligeables”, la situation aurait été “différente” si le Hamas avait tiré sur Tel Aviv ou l’aéroport Ben Gourion.

Hanegbi s’est ensuite excusé pour ses propos.

Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Ain : Affaire des bébés sans bras (màj : La piste des pesticides se précise)

 

Alors que Santé Publique France a démarré son enquête sur le cas de 18 bébés nés sans bras entre 2000 et 2014, la piste des pesticides se précise. L’investigation de l’institution va notamment porter sur le cas de veaux également nés mal formés à la même époque.

Qu’est-ce qui a pu causer l’agénésie des membres supérieurs de 18 nouveaux nés dans l’Ain ?
La question anime depuis quelques semaines les experts, les familles de victimes et les institutions depuis qu’Emmanuelle Amar, l’épidémiologiste du Remera (registre des malformations en Rhône-Alpes) a lancé l’alerte.

Parmi les pistes examinées : la contamination via les pesticides. La découverte de cas de veaux nés avec des malformations dans la même région et à la même période semble renforcer cette piste. L’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) s’est d’ailleurs emparée du dossier et a fait appel à son un observatoire des maladies bovines pour examiner la corrélation des données.

Pourquoi les malformations de veaux sont similaires aux agénesies chez les humains ?

Dès 2011, lorsqu’elle a commencé à répertorier les cas de malformations dans la région, Emmanuelle Amar a comparé la situation des différentes familles pour tenter de dessiner les premiers contours du scandale sanitaire.

Résultat: « l’un des points communs entre toutes les victimes est d’être originaire d’un milieu rural », affirme Emmanuelle Amar à l’Usine Nouvelle. Un constat qui ouvre grand la porte à la piste de la contamination aux pesticides.

Le mécanisme physiopathologique chez tous les êtres vivants étant similaires, le Dr. Michel Vekemans, professeur de génétique médicale et chef du Pôle de biologie et produits de santé à l’hôpital Necker à Paris suggère de faire le point sur l’état des troupeaux dans les régions contaminées.

« La malformation peut aussi survenir à cause d’un agent tératogène, c’est-à-dire un agent chimique, physique ou biologique, qui n’entraîne pas de mutation dans l’ADN mais qui déclenche des malformations pendant la grossesse. Dans ce cas, le même genre de malformations pourrait survenir à la naissance d’animaux dans les fermes aux alentours, » explique le spécialiste dans une interview accordée à l’Usine Nouvelle.

Des cas confirmés dans l’Ain

Or, Emmanuelle Amar est catégorique: des cas d’agénésie de queues et de cotes ont été constatés chez les veaux de la région à la même période. « Dans un email de mars 2015, les services vétérinaires (DDPP) de la région confirment qu’il y avait bien eu des signalements de malformation dans les troupeaux » affirme la lanceuse d’alerte.

Contactée par l’Usine Nouvelle, la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) de l’Ain n’a, pour le moment, pas souhaité confirmer ses informations.

Mais interrogée sur le sujet, le directeur général de l’ANSES, Roger Genet a confirmé l’information et a indiqué avoir mis en place une approche interdisciplinaire en s’appuyant sur l’observatoire des maladies bovines et une plateforme d’épidémiologie en santé animale pilotée par le min de l’agriculture pour trouver des corrélations dans les zones impactées.

« Nous connaissons les maladies animales qui provoquent ce type de conséquences. Aujourd’hui, il ne faut pas simplement chercher les causes les plus fréquentes d’agénésies dans les livres de médecine mais avoir une approche interdisciplinaire.

Si un animal est malade, il y a des causes qui peuvent aussi avoir un impact sur l’homme » explique le dirigeant, qui par ailleurs affirme qu’aucun produit tératogène n’est aujourd’hui autorisé en France.

Les premiers résultats de l’ANSES devraient être connus en janvier 2019 et les conclusions définitives en juin prochain.

L’Usine Nouvelle


29/10

Malgré le soutien affiché de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, les six salariés du registre lyonnais des malformations vont perdre leur travail après l’affaire des bébés sans bras de l’Ain.

L’autoproclamée lanceuse d’alerte dans l’affaire des bébés sans bras de l’Ain, accusée par plusieurs épidémiologistes d’être une « irresponsable » manipulant l’opinion, sera au chômage en janvier.

Emmanuelle Amar, la directrice du registre des malformations en Rhône-Alpes (Remera), a reçu sa lettre de licenciement vendredi. La mesure, qui prendra effet le 31 décembre, frappe aussi cinq de ses collègues, tous salariés de l’association lyonnaise connue pour avoir révélé le scandale de la Dépakine.

« Notre employeur, les Hospices civils de Lyon, n’a plus les moyens de débourser les 250.000 euros annuels qui permettaient de payer nos salaires et notre loyer, se désole Emmanuelle Amar. Je suis d’autant plus choquée qu’Agnès Buzyn avait annoncé dimanche dernier que le registre n’était pas menacé. »…

Espionnage et cybersécurité : des dizaines d’agents de la CIA arrêtés ou exécutés… sur simple clic Google !

Info

© TV5MONDE

Au moins 30 agents « neutralisés », des dizaines d’autres démasqués. La CIA a payé un lourd tribut au renseignement entre 2009 et 2013. L’Agence américaine possédait des serveurs de communication « cachés » sur Internet. Les services iraniens et chinois avaient trouvé la « formule magique » pour récupérer leurs adresses. Explications

dans

L’information n’est révélée qu’aujourd’hui par deux journalistes de Yahoo News, Zach Dorfman and Jenna McLaughlin, mais elle reste énorme par ses conséquences. L’affaire s’est déroulée entre 2009 et 2013 : un système de communication par serveur Internet de la CIA, utilisé par des agents infiltrés à l’étranger, a été compromis durant toute cette période par les renseignements iraniens, puis chinois. Des dizaines d’agents et de sources ont été démasqués en Iran et enfermés, 30 autres ont été exécutés en Chine. Le système pour permettre les échanges via Internet était basé sur le principe du « web caché », ce qui pour une agence de renseignement frise l’amateurisme le plus complet.

Une requête Google pour faire « apparaître » l’adresse du serveur

Le principe que la CIA avait décidé d’appliquer pour permettre à des agents en Iran ou en Chine d’échanger des informations était le suivant : des serveurs web étaient activés de façon temporaire, et pas indexés pour n’être affichables par le moteur de recherche Google qu’avec une certaine méthode et certains mots clés dans la recherche avancée. Ce que le spécialiste en cybersécurité Philippe Laquet résume par la sentence suivante : « C’était une sorte de « formule magique » dans la barre de recherche google, ce qu’on appelle un « dork », pour pouvoir rechercher les seveurs non indexés ».

Ces serveurs permettaient à des sources à l’étranger d’échanger avec la CIA après avoir tapé la requête avancée Google leur donnant un lien url (adresse du serveur web) sur lequel ils venaient se connecter. Une fois les échanges effectués, le serveur était désactivé et d’autres pouvaient s’activer temporairement dont l’adresse différente était néamoins toujours récupérable via cette fameuse méthode de recherche avancée sur le moteur Google. « Quiconque utilisait la « formule magique » de recherche pouvait retrouver les dits serveurs », précise le cyberspécialiste.

En 2009, un agent double iranien  a utilisé l’un de ces sites web temporaire. Les services dont il dépendait en Iran ont très vite compris la méthode utilisée, ce qui leur a permis de trouver d’autres sites web d’échanges entre la CIA et ses sources…
Et C’est ainsi que la plupart des sources de la CIA en Iran ont été identifiées et arrêtées en 2011.

Des serveurs utilisés par la Chine

Ces accès aux serveurs de communication avec les sources de la CIA à l’étranger n’ont pas seulement permis les arrestations iraniennes, bien que les services iraniens les aient utilisé aussi pour se rapprocher d’agents américains afin de les recruter comme agents double. Entre 2011 et 2012, la Chine a elle aussi accédé à ces serveurs web temporaires afin d’identifier les sources ou agents américains utilisant ce système, ce qui a mené — selon les confidences reçues par les journalistes de Yahoo news — à l’exécution de 30 personnes par le gouvernement. Il est possible que les services iraniens aient partagé des informations avec les services chinois, que ce soit sur l’identité de sources en Chine ou en leur donnant la méthode utilisée pour trouver les adresses de serveurs. Les 11 anciens responsables de l’agence américaine de renseignement (et d’anciens proches du gouvernement américain) qui ont parlé aux journalistes de Yahoo news estiment qu’il est possible que la compromission ait été mondiale. La CIA aurait probablement été forcée de retirer ses agents présents dans le monde entier.

Comment la CIA a-t-elle pu imaginer permettre à des agents exposés à l’étranger de communiquer par des serveurs web repérables grâce à une simple recherche avancée dans Google ? Le mystère à ce niveau là reste entier…

https://information.tv5monde.com/info/espionnage-et-cybersecurite-des-dizaines-d-agents-de-la-cia-arretes-ou-executes-sur-simple-clic

Démission du ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman

Démission du ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman

+

Le ministre israélien de la défense, Avigdor Lieberman, a démission de ses fonctions, le 14 novembre 2018, après la signature du cessez-le-feu avec le Hamas.

M. Lieberman est entré en confrontation avec le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, lors de l’accord israélien autorisant le Qatar à approvisionner en fuel et à transférer des liquidités au Hamas. Il s’est également opposé au cessez-le-feu avec le Hamas.

Partisan de la séparation physique des juifs et des arabes, M. Lieberman considère comme une folie de donner un pouvoir illégitime au Qatar à Gaza et des moyens au Hamas. Selon lui, il ne fait aucun doute que si cette décision fait tomber la tension à court terme, elle permettra un regain des activités terroristes des Frères musulmans à long terme.

Contrairement à la présentation qui en est faite par la presse internationale, Avigdor Lieberman est intéressé à la paix, tandis que l’appareil militaire entend maintenir le statu quo et que Benjamin Netanyahu poursuit le projet de Grand Israël de Zeev Jabotinsky.

Le sioniste religieux Naftali Benett, beaucoup plus extrémiste que M. Lieberman, a posé un ultimatum au Premier ministre, menaçant de sortir de la Coalition gouvernementale et de la faire chuter s’il n’obtenait pas le ministère de la Défense.

Selon un sondage réalisé dans la journée, près des trois quart des Israéliens soutiennent l’analyse de M. Liberman. De nombreux Israéliens résidant à moins de 30 kilomètres de la Bande de Gaza —région cible de roquettes depuis la prise de pouvoir du Hamas à Gaza, en 2006— ont manifesté à l’annonce du cessez-le-feu, réclamant une politique de sécurité à long terme.

On ne dispose pas de sondage sur l’opinion des Gazaouis. Les dirigeants du Hamas, quant à eux, se sont félicités de la démission d’Avigdor Lieberman, saluant une victoire pour leur mouvement.

L’Autorité palestinienne n’a pas encore réagi.

http://www.voltairenet.org/article203930.html

La livre britannique chute en plein chaos sur le Brexit

La livre britannique chute en plein chaos sur le Brexit

Londres (awp/afp) – La livre lâchait prise jeudi face à l’euro et au dollar, perdant 1,5% par rapport à la veille au soir, alors que les démissions de plusieurs ministres britanniques jettent une ombre sur le projet d’accord sur le Brexit.

Vers 15H00 GMT, la livre valait 1,2787 dollar, contre 1,2992 dollar mercredi soir vers 22H00 GMT.

La monnaie européenne, de son côté, s’échangeait à 88,37 pence pour un euro, contre 87,05 pence mercredi soir.

Face au billet vert, l’euro baissait légèrement à 1,1300 dollar pour un euro, contre 1,1310 dollar mercredi à 22H00 GMT.

« Je ne peux soutenir l’accord proposé pour deux raisons », liées notamment au futur statut de l’Irlande du Nord après le Brexit, a expliqué l’ex-ministre chargé du Brexit, Dominic Raab, dans sa lettre de démission publiée sur son compte Twitter, faisant chuter la livre.

Son départ a été suivi par celui de la ministre du Travail et des Retraites, Esther McVey, puis par la secrétaire d’Etat britannique chargée du Brexit, Suella Braverman. Avant eux, c’était le secrétaire d’Etat britannique pour l’Irlande du Nord, le conservateur Shailesh Vara, qui avait annoncé son départ du gouvernement.

« Il y a surtout toujours une bonne chance (disons 50-50) d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne sans accord », ont estimé les analystes de Capital Economics.

L’intervention de la Première ministre britannique, Theresa May, devant le Parlement pour défendre l’accord qu’elle a obtenu n’a pas permis à la livre de se relever, mais ne l’a pas envoyé plus bas non plus.

« Le plus inquiétant pour la livre serait qu’un vote de défiance s’ensuive », a jugé Miles Eakers, analyste pour Centtrip, alors qu’un député conservateur pro-Brexit a justement réclamé une telle procédure.

La veille, la livre avait oscillé entre pertes et gains, au gré des rumeurs sur de possibles démissions de ministres, sur un éventuel vote de défiance à l’encontre de Theresa May au Parlement ou sur l’accord en lui-même. Elle avait néanmoins terminé la séance en légère hausse, rassurée par l’aval donné alors par le gouvernement.

Ajoutant aux déboires de la livre, « les chiffres des ventes au détail au Royaume-Uni (pour octobre) sont un complet désastre avec la plus forte baisse depuis sept mois », a souligné Naeem Aslam, analyste pour Think Markets.

Les ventes au détail au Royaume-Uni ont ainsi reculé de 0,5% en octobre sur un mois, après avoir déjà fléchi en septembre. C’est une mauvaise surprise alors que les économistes interrogés par Bloomberg tablaient sur un rebond de 0,2%.

Pour le mois de septembre, l’ONS a révisé le chiffre, avec une baisse qui s’établit désormais à 0,4% (contre 0,8% précédemment).

Parmi les autres devises, le dollar était en baisse face au yen, à 113,25 yens pour un dollar jeudi contre 113,63 mercredi soir.

L’euro valait 127,97 yens jeudi, contre 128,51 mercredi.

Le franc suisse progressait face à l’euro, à 1,1358 franc suisse jeudi pour un euro, contre 1,1381 la veille, tout comme face au billet vert à 1,0052 franc suisse pour un dollar, contre 1,0069 mercredi.

L’once d’or valait 1.212,35 dollars, contre 1.210,85 dollars mercredi à 22H00 GMT.

La monnaie chinoise dévissait à 6,9392 yuans pour un dollar jeudi contre 6,9505 yuans mercredi vers 15H30 GMT.

Enfin, le bitcoin s’échangeait pour 5.229,14 dollars, contre 5.551,06 dollars mercredi, selon des chiffres compilés par Bloomberg.

Cours de jeudi Cours de mercredi

———————————-

15H00 GMT 22H00 GMT

EUR/USD 1,1300 1,1310

EUR/JPY 127,97 128,51

EUR/CHF 1,1358 1,1381

EUR/GBP 0,8837 0,8705

USD/JPY 113,25 113,63

USD/CHF 1,0052 1,0069

GBP/USD 1,2787 1,2992

afp/rp

(AWP / 15.11.2018 16h22)

https://www.romandie.com/news/La-livre-britannique-chute-en-plein-chaos-sur-le-Brexit/971822.rom

Publicités

Revue de presse nationale et internationale.

Publicités