Deux véhicules de police incendiés lors d’une manifestation de « gilets jaunes » à Bruxelles

Deux véhicules de police incendiés lors d’une manifestation de « gilets jaunes » à Bruxelles

Manifestation de « gilets jaunes » à Bruxelles, le 30 novembre 2018. / © BELGA/AFP / ERIC LALMAND

Deux véhicules de police ont été incendiés lors d’incidents vendredi à la fin d’une manifestation d’environ 300 « gilets jaunes » à Bruxelles, le premier rassemblement organisé dans la capitale belge par le mouvement de protestation, selon un correspondant de l’AFP sur place.

Les deux véhicules ont été brûlés en pleine rue en début d’après-midi. Auparavant, vers 13H30 locales (12H30 GMT), la police avait fait usage de canons à eau pour disperser des manifestants qui lançaient des projectiles.

Selon une porte-parole de la police de Bruxelles, les manifestants ont notamment jeté « des boules de billards et des pavés » pendant la manifestation.

Une soixantaine de personnes ont été interpellées parce qu’elles transportaient des objets interdits, comme des cutters, des fumigènes ou des bombes lacrymogènes.

Les premières arrestations ont eu lieu dès la matinée, au moment où des petits groupes convergeaient vers le principal point de rassemblement.

« Violences incompréhensibles à l’égard de la police qui fait chaque jour de son mieux pour protéger les citoyens et la société. Scandaleux », a protesté le ministre belge de l’Intérieur Jan Jambon sur Twitter.

La manifestation a commencé vers 10H30 (09H30 GMT) au carrefour Arts-Loi, non loin des institutions européennes et des bureaux du Premier ministre, où la police a rapidement recensé une centaine de « gilets jaunes ».

Le cortège a ensuite progressivement grossi, parcourant les rues du centre en tentant à plusieurs reprises de se rapprocher des bâtiments officiels défendus par des cordons de police. « Le peuple c’est nous, Charles Michel, t’es fini », scandaient certains manifestants à l’adresse du Premier ministre libéral.

Les « gilets jaunes », qui portent ces vestes fluorescentes que chaque automobiliste est obligé de détenir dans sa voiture afin de le rendre visible en cas d’accident, sont revenus vers 13H30 non loin du carrefour de départ et c’est à ce moment que les échauffourées ont éclaté.

Lancé il y a deux semaines en France pour protester contre la baisse du pouvoir d’achat et l’augmentation de la fiscalité sur les carburants, le mouvement des « gilets jaunes » avait essaimé en Wallonie, mais pas encore en Flandre, ni dans la capitale. Il s’agit de la première manifestation appelée à Bruxelles, via les réseaux sociaux, sans meneur revendiqué.

Lundi, un YouTubeur belge, Gary Ducran, avait décidé d’annuler un rassemblement autorisé par la ville pour vendredi. Il avait invoqué « un cahier des charges trop important » imposé par la police, et un service d’ordre selon lui impossible à constituer comme demandé.

En Wallonie, les « gilets jaunes » ont plusieurs fois été débordés par des casseurs la semaine dernière et la police a procédé à des arrestations par dizaines.

(©AFP / (30 novembre 2018 15h35)

https://www.romandie.com/news/ZOOM-Deux-v-hicules-de-police-incendi-s-lors-d-une-manifestation-de-gilets-jaunes–Bruxelles/975617.rom

Publicités

Les gilets jaunes : changement de cap ?

Accueil Le Journal Les gilets jaunes : changement de cap ? – Journal du jeudi…
https://chaine.tvlibertes.com/widget/les-gilets-jaunes-changement-de-cap-journal-du-jeudi-29-novembre-2018-1

Les gilets jaunes : changement de cap ? – Journal du jeudi 29 novembre 2018

Social / Les gilets jaunes : changement de cap ?

Tentative de récupération par la gauche, courtiser par les vedettes du show-biz, à quelques heures de la manifestation de samedi les gilets jaunes pourraient bien changer de couleur.

Immigration / Le pacte sur les migrations divise L’Europe

Approuvé en juillet par l’ensemble des pays de l’ONU à l’exception des Etats-Unis, le pacte mondial sur les migrations est de plus en plus contesté. Alors que les refus se multiplient, une ombre plane autour de son approbation le 10 décembre prochain.

Politique / LFI : les gauchistes mènent la danse

Djordje Kusmanovic, le conseiller pour l’international de Jean-Luc Mélenchon claque la porte de la France Insoumise. Il livre un constat implacable d’un mouvement gouverné par un groupe sectaire et anti démocratique, obsédé par les vieilles lunes d’extrême-gauche.

Ecologie / Menace sur le cèdre du Liban

 

https://www.tvlibertes.com/les-gilets-jaunes-changement-de-cap-journal-du-jeudi-29-novembre-2018

Les gilets jaunes et les « leçons de l’histoire »

Les gilets jaunes et les « leçons de l’histoire »

Dans une tribune publiée par le journal Le Monde (20/11/2018), le sociologue Pierre Merle écrit que « le mouvement des « gilets jaunes » rappelle les jacqueries de l’Ancien Régime et des périodes révolutionnaires ». Et il s’interroge: « Les leçons de l’histoire peuvent-elles encore être comprises ? »

Je suis convaincu, moi aussi, qu’une mise en perspective historique de ce mouvement social peut nous aider à le comprendre. C’est la raison pour laquelle le terme de « jacquerie » (utilisé par d’autres commentateurs et notamment par Eric Zemmour, l’historien du Figaro récemment adoubé par France Culture dans l’émission d’Alain Finkielkraut qui illustre parfaitement le titre de son livre sur « la défaite de la pensée ») ne me paraît pas pertinent. Dans mon Histoire populaire de la France, j’ai montré que tous les mouvements sociaux depuis le Moyen Age avaient fait l’objet d’une lutte intense entre les dominants et les dominés à propos de la définition et de la représentation du peuple en lutte. Le mot « jacquerie » a servi à désigner les soulèvements de ces paysans que les élites surnommaient les « jacques », terme méprisant que l’on retrouve dans l’expression « faire le Jacques » (se comporter comme un paysan lourd et stupide).

Le premier grand mouvement social qualifié de « jacquerie » a eu lieu au milieu du XIVe siècle, lorsque les paysans d’Ile de France se sont révoltés conte leurs seigneurs. La source principale qui a alimenté pendant des siècles le regard péjoratif porté sur les soulèvements paysans de cette époque, c’est le récit de Jean Froissart, l’historien des puissants de son temps, rédigé au cours des années 1360 et publié dans ses fameuses Chroniques. Voici comment Froissart présente la lutte de ces paysans : « Lors se assemblèrent et s’en allèrent, sans autre conseil et sans nulles armures, fors que de bâtons ferrés et de couteaux, en la maison d’un chevalier qui près de là demeurait. Si brisèrent la maison et tuèrent le chevalier, la dame et les enfants, petits et grands, et mirent le feu à la maison […]. Ces méchants gens assemblés sans chef et sans armures volaient et brûlaient tout, et tuaient sans pitié et sans merci, ainsi comme chiens enragés. Et avaient fait un roi entre eux qui était, si comme on disait adonc, de Clermont en Beauvoisis, et l’élurent le pire des mauvais ; et ce roi on l’appelait Jacques Bonhomme ».

Ce mépris de classe présentant le chef des Jacques comme « le pire des mauvais » est invalidé par les archives qui montrent que les paysans en lutte se donnèrent pour principal porte-parole Guillaume Carle « bien sachant et bien parlant ». A la même époque, la grande lutte des artisans de Flandre fut emmenée par un tisserand, Pierre de Coninck décrit ainsi dans les Annales de Gand : « Petit de corps et de povre lignage, il avoit tant de paroles et il savoit si bien parler que c’estoit une fine merveille. Et pour cela, les tisserands, les foulons et les tondeurs le croyoient et aimoient tant qu’il ne sût chose dire ou commander qu’ils ne fissent ».

On a là une constante dans l’histoire des mouvements populaires. Pour échapper à la stigmatisation de leur lutte, les révoltés choisissent toujours des leaders « respectables » et capables de dire tout haut ce que le peuple pense tout bas. D’autres exemples, plus tardifs, confirment l’importance du langage dans l’interprétation des luttes populaires. Par exemple, le soulèvement qui agita tout le Périgord au début du XVIIe siècle fut désigné par les élites comme le soulèvement des « croquants » ; terme que récusèrent les paysans et les artisans en se présentant eux mêmes comme les gens du « commun », Ce fut l’un des points de départ des usages populaires du terme « commune » qui fut repris en 1870-71, à Paris, par les « Communards ».

Les commentateurs qui ont utilisé le mot « jacquerie » pour parler du mouvement des « gilets jaunes » ont voulu mettre l’accent sur un fait incontestable : le caractère spontané et inorganisé de ce conflit social. Même si ce mot est inapproprié, il est vrai qu’il existe malgré tout des points communs entre toutes les grandes révoltes populaires qui se sont succédé au cours du temps. En me fiant aux multiples reportages diffusés par les médias sur les gilets jaunes, j’ai noté plusieurs éléments qui illustrent cette permanence.

Le principal concerne l’objet initial des revendications : le refus des nouvelles taxes sur le carburant. Les luttes antifiscales ont joué un rôle extrêmement important dans l’histoire populaire de la France. Je pense même que le peuple français s’est construit grâce à l’impôt et contre lui. Le fait que le mouvement des gilets jaunes ait été motivé par le refus de nouvelles taxes sur le carburant n’a donc rien de surprenant. Ce type de luttes antifiscales a toujours atteint son paroxysme quand le peuple a eu le sentiment qu’il devait payer sans rien obtenir en échange. Sous l’Ancien Régime, le refus de la dîme fut fréquemment lié au discrédit touchant les curés qui ne remplissaient plus leur mission religieuse, et c’est souvent lorsque les seigneurs n’assuraient plus la protection des paysans que ceux-ci refusèrent de payer de nouvelles charges. Ce n’est donc pas un hasard si le mouvement des gilets jaunes a été particulièrement suivi dans les régions où le retrait des services publics est le plus manifeste. Le sentiment, largement partagé, que l’impôt sert à enrichir la petite caste des ultra-riches, alimente un profond sentiment d’injustice dans les classes populaires.

Ces facteurs économiques constituent donc bien l’une des causes essentielles du mouvement. Néanmoins, il faut éviter de réduire les aspirations du peuple à des revendications uniquement matérielles. L’une des inégalités les plus massives qui pénalisent les classes populaires concerne leur rapport au langage public. Les élites passent leur temps à interpréter dans leur propre langue ce que disent les dominés, en faisant comme s’il s’agissait toujours d’une formulation directe et transparente de leur expérience vécue. Mais la réalité est plus complexe. J’ai montré dans mon livre, en m’appuyant sur des analyses de Pierre Bourdieu, que la Réforme protestante avait fourni aux classes populaires un nouveau langage religieux pour nommer des souffrances qui étaient multiformes. Les paysans et les artisans du XVIe siècle disaient : « J’ai mal à la foi au lieu de dire j’ai mal partout ». Aujourd’hui, les gilets jaunes crient « j’ai mal à la taxe au lieu de dire j’ai mal partout ». Il ne s’agit pas, évidemment, de nier le fait que les questions économiques sont absolument essentielles car elles jouent un rôle déterminant dans la vie quotidienne des classes dominées. Néanmoins, il suffit d’écouter les témoignages des gilets jaunes pour constater la fréquence des propos exprimant un malaise général. Dans l’un des reportages diffusés par BFM-TV, le 17 novembre, le journaliste voulait absolument faire dire à la personne interrogée qu’elle se battait contre les taxes, mais cette militante répétait sans cesse : « on en a ras le cul » , « ras le cul », « ras le bol généralisé ».

« Avoir mal partout » signifie aussi souffrir dans sa dignité. C’est pourquoi la dénonciation du mépris des puissants revient presque toujours dans les grandes luttes populaires et celle des gilets jaunes n’a fait que confirmer la règle. On a entendu un grand nombre de propos exprimant un sentiment d’humiliation, lequel nourrit le fort ressentiment populaire à l’égard d’Emmanuel Macron. « Pour lui, on n’est que de la merde ». Le président de la République voit ainsi revenir en boomerang l’ethnocentrisme de classe que j’ai analysé dans mon livre.

Néanmoins, ces similitudes entre des luttes sociales de différentes époques masquent de profondes différences. Je vais m’y arrêter un moment car elles permettent de comprendre ce qui fait la spécificité du mouvement des gilets jaunes. La première différence avec les « jacqueries » médiévales tient au fait que la grande majorité des individus qui ont participé aux blocages de samedi dernier ne font pas partie des milieux les plus défavorisés de la société. Ils sont issus des milieux modestes et de la petite classe moyenne qui possèdent au moins une voiture. Alors que « la grande jacquerie » de 1358 fut un sursaut désespéré des gueux sur le point de mourir de faim, dans un contexte marqué par la guerre de Cent Ans et la peste noire.

La deuxième différence, et c’est à mes yeux la plus importante, concerne la coordination de l’action. Comment des individus parviennent-ils à se lier entre eux pour participer à une lutte collective ? Voilà une question triviale, sans doute trop banale pour que les commentateurs la prennent au sérieux. Et pourtant elle est fondamentale. A ma connaissance, personne n’a insisté sur ce qui fait réellement la nouveauté des gilets jaunes : à savoir la dimension d’emblée nationale d’un mouvement spontané. Il s’agit en effet d’une protestation qui s’est développée simultanément sur tout le territoire français (y compris les DOM-TOM), mais avec des effectifs localement très faibles. Au total, la journée d’action a réuni moins de 300 000 personnes, ce qui est un score modeste comparé aux grandes manifestations populaires. Mais ce total est la somme des milliers d’actions groupusculaires réparties sur tout le territoire.

Cette caractéristique du mouvement est étroitement liée aux moyens utilisés pour coordonner l’action des acteurs de la lutte. Ce ne sont pas les organisations politiques et syndicales qui l’ont assurée par leurs moyens propres, mais les « réseaux sociaux ». Les nouvelles technologies permettent ainsi de renouer avec des formes anciennes « d’action directe », mais sur une échelle beaucoup plus vaste, car elles relient des individus qui ne se connaissent pas. Facebook, twitter et les smartphones diffusent des messages immédiats (SMS) en remplaçant ainsi la correspondance écrite, notamment les tracts et la presse militante qui étaient jusqu’ici les principaux moyens dont disposaient les organisations pour coordonner l’action collective ; l’instantanéité des échanges restituant en partie la spontanéité des interactions en face à face d’autrefois.

Toutefois les réseau sociaux, à eux seuls, n’auraient jamais pu donner une telle ampleur au mouvement des gilets jaunes. Les journalistes mettent constamment en avant ces « réseaux sociaux » pour masquer le rôle qu’ils jouent eux-mêmes dans la construction de l’action publique. Plus précisément, c’est la complémentarité entre les réseaux sociaux et les chaînes d’information continue qui ont donné à ce mouvement sa dimension d’emblée nationale. Sa popularisation résulte en grande partie de l’intense « propagande » orchestrée par les grands médias dans les jours précédents. Parti de la base, diffusé d’abord au sein de petits réseaux via facebook, l’événement a été immédiatement pris en charge par les grands médias qui ont annoncé son importance avant même qu’il ne se produise. La journée d’action du 17 novembre a été suivie par les chaînes d’information continue dès son commencement, minute par minute, « en direct » (terme qui est devenu désormais un équivalent de communication à distance d’événements en train de se produire). Les journalistes qui incarnent aujourd’hui au plus haut point le populisme (au sens vrai du terme) comme Eric Brunet qui sévit à la fois sur BFM-TV et sur RMC, n’ont pas hésité à endosser publiquement un gilet jaune, se transformant ainsi en porte-parole auto-désigné du peuple en lutte. Voilà pourquoi la chaîne a présenté ce conflit social comme un « mouvement inédit de la majorité silencieuse ».

Une étude qui comparerait la façon dont les médias ont traité la lutte des cheminots au printemps dernier et celle des gilets jaunes serait très instructive. Aucune des journées d’action des cheminots n’a été suivie de façon continue et les téléspectateurs ont été abreuvés de témoignages d’usagers en colère contre les grévistes, alors qu’on a très peu entendu les automobilistes en colère contre les bloqueurs.

Je suis convaincu que le traitement médiatique du mouvement des gilets jaunes illustre l’une des facettes de la nouvelle forme de démocratie dans laquelle nous sommes entrés et que Bernard Manin appelle la « démocratie du public » (cf son livre Principe du gouvernement représentatif, 1995). De même que les électeurs se prononcent en fonction de l’offre politique du moment – et de moins en moins par fidélité à un parti politique – de même les mouvements sociaux éclatent aujourd’hui en fonction d’une conjoncture et d’une actualité précises. Avec le recul du temps, on s’apercevra peut-être que l’ère des partis et des syndicats a correspondu à une période limitée de notre histoire, l’époque où les liens à distance étaient matérialisés par la communication écrite. Avant la Révolution française, un nombre incroyable de révoltes populaires ont éclaté dans le royaume de France, mais elles étaient toujours localisées, car le mode de liaison qui permettait de coordonner l’action des individus en lutte reposait sur des liens directs : la parole, l’interconnaissance, etc. L’Etat royal parvenait toujours à réprimer ces soulèvements parce qu’il contrôlait les moyens d’action à distance. La communication écrite, monopolisée par les « agents du roi », permettait de déplacer les troupes d’un endroit à l’autre pour massacrer les émeutiers.

Dans cette perspective, la Révolution française peut être vue comme un moment tout à fait particulier, car l’ancienne tradition des révoltes locales a pu alors se combiner avec la nouvelle pratique de contestation véhiculée et coordonnée par l’écriture (cf les cahiers de doléances).

L’intégration des classes populaires au sein de l’Etat républicain et la naissance du mouvement ouvrier industriel ont raréfié les révoltes locales et violentes, bien qu’elles n’aient jamais complètement disparu (cf le soulèvement du « Midi rouge » en 1907). La politisation des résistances populaires a permis un encadrement, une discipline, une éducation des militants, mais la contrepartie a été la délégation de pouvoir au profit des leaders des partis et des syndicats. Les mouvements sociaux qui se sont succédé entre les années 1880 et les années 1980 ont abandonné l’espoir d’une prise du pouvoir par la force, mais ils sont souvent parvenus à faire céder les dominants grâce à des grèves avec occupations d’usine, et grâce à de grandes manifestations culminant lors des « marches sur Paris » (« de la Bastille à la Nation »).

L’une des questions que personne n’a encore posée à propos des gilets jaunes est celle-ci : pourquoi des chaînes privées dont le capital appartient à une poignée de milliardaires sont-elles amenées aujourd’hui à encourager ce genre de mouvement populaire ? La comparaison avec les siècles précédents aboutit à une conclusion évidente. Nous vivons dans un monde beaucoup plus pacifique qu’autrefois. Même si la journée des gilets jaunes a fait des victimes, celles-ci n’ont pas été fusillées par les forces de l’ordre. C’est le résultat des accidents causés par les conflits qui ont opposé le peuple bloqueur et le peuple bloqué.

Cette pacification des relations de pouvoir permet aux médias dominants d’utiliser sans risque le registre de la violence pour mobiliser les émotions de leur public car la raison principale de leur soutien au mouvement n’est pas politique mais économique : générer de l’audience en montrant un spectacle. Dès le début de la matinée, BFM-TV a signalé des « incidents », puis a martelé en boucle le drame de cette femme écrasée par une automobiliste refusant d’être bloqué. Avantage subsidiaire pour ces chaînes auxquelles on reproche souvent leur obsession pour les faits divers, les crimes, les affaires de mœurs : en soutenant le mouvement des gilets jaunes, elles ont voulu montrer qu’elles ne négligeaient nullement les questions « sociales ».

Au-delà de ces enjeux économiques, la classe dominante a évidemment intérêt à privilégier un mouvement présenté comme hostile aux syndicats et aux partis. Ce rejet existe en effet chez les gilets jaunes. Même si ce n’est sans doute pas voulu, le choix de la couleur jaune pour symboliser le mouvement (à la place du rouge) et de la Marseillaise (à la place de l’Internationale) rappelle malheureusement la tradition des « jaunes », terme qui a désigné pendant longtemps les syndicats à la solde du patronat. Toutefois, on peut aussi inscrire ce refus de la « récupération » politique dans le prolongement des combats que les classes populaires ont menés, depuis la Révolution française, pour défendre une conception de la citoyenneté fondée sur l’action directe. Les gilets jaunes qui bloquent les routes en refusant toute forme de récupération des partis politiques assument aussi confusément la tradition des Sans-culottes en 1792-93, des citoyens-combattants de février 1848, des Communards de 1870-71 et des anarcho-syndicalistes de la Belle Epoque.

C’est toujours la mise en œuvre de cette citoyenneté populaire qui a permis l’irruption dans l’espace public de porte-parole qui était socialement destinés à rester dans l’ombre. Le mouvement des gilets jaunes a fait émerger un grand nombre de porte-parole de ce type. Ce qui frappe, c’est la diversité de leur profil et notamment le grand nombre de femmes, alors qu’auparavant la fonction de porte-parole était le plus souvent réservée aux hommes. La facilité avec laquelle ces leaders populaires s’expriment aujourd’hui devant les caméras est une conséquence d’une double démocratisation : l’élévation du niveau scolaire et la pénétration des techniques de communication audio-visuelle dans toutes les couches de la société. Cette compétence est complètement niée par les élites aujourd’hui ; ce qui renforce le sentiment de « mépris » au sein du peuple. Alors que les ouvriers représentent encore 20% de la population active, aucun d’entre eux n’est présent aujourd’hui à la Chambre des députés. Il faut avoir en tête cette discrimination massive pour comprendre l’ampleur du rejet populaire de la politique politicienne.

Mais ce genre d’analyse n’effleure même pas « les professionnels de la parole publique » que sont les journalistes des chaînes d’information continue. En diffusant en boucle les propos des manifestants affirmant leur refus d’être « récupérés » par les syndicats et les partis, ils poursuivent leur propre combat pour écarter les corps intermédiaires et pour s’installer eux-mêmes comme les porte-parole légitimes des mouvements populaires. En ce sens, ils cautionnent la politique libérale d’Emmanuel Macron qui vise elle aussi à discréditer les structures collectives que se sont données les classes populaires au cours du temps.

Etant donné le rôle crucial que jouent désormais les grands médias dans la popularisation d’un conflit social, ceux qui les dirigent savent bien qu’ils pourront siffler la fin de la récréation dès qu’ils le jugeront nécessaire, c’est-à-dire dès que l’audimat exigera qu’ils changent de cheval pour rester à la pointe de « l’actualité ». Un tel mouvement est en effet voué à l’échec car ceux qui l’animent sont privés de toute tradition de lutte autonome, de toute expérience militante. S’il monte en puissance, il se heurtera de plus en plus à l’opposition du peuple qui ne veut pas être bloqué et ces conflits seront présentés en boucle sur tous les écrans, ce qui permettra au gouvernement de réprimer les abus avec le soutien de « l’opinion ». L’absence d’un encadrement politique capable de définir une stratégie collective et de nommer le mécontentement populaire dans le langage de la lutte des classes est un autre signe de faiblesse car cela laisse la porte ouverte à toutes les dérives. N’en déplaise aux historiens (ou aux sociologues) qui idéalisent la « culture populaire », le peuple est toujours traversé par des tendances contradictoires et des jeux internes de domination. Au cours de cette journée des gilets jaunes, on a entendu des propos xénophobes, racistes, sexistes et homophobes. Certes, ils étaient très minoritaires, mais il suffit que les médias s’en emparent (comme ils l’ont fait dès le lendemain) pour que tout le mouvement soit discrédité.

L’histoire montre pourtant qu’une lutte populaire n’est jamais complètement vaine, même quand elles est réprimée. Le mouvement des gilets jaunes place les syndicats et les partis de gauche face à leurs responsabilités. Comment s’adapter à la réalité nouvelle que constitue la « démocratie du public » pour faire en sorte que ce type de conflit social – dont on peut prévoir qu’il se reproduira fréquemment – soit intégré dans un combat plus vaste contre les inégalités et l’exploitation ? Telle est l’une des grandes questions à laquelle il faudra qu’ils répondent.

Source : Le Blog de Gérard Noiriel

https://www.investigaction.net/fr/les-gilets-jaunes-et-les-lecons-de-lhistoire/

Les Gilets Jaunes commencent à bloquer les banques, les centres des impôts et demandent la dissolution de l’Assemblée Nationale

Les Gilets jaunes bloquent la Banque de France à Carcassonne

Ce matin, les Gilets jaunes de Carcassonne en colère ont poursuivi leur stratégie de blocages de représentations de l’Etat, en s’en prenant cette fois à la Banque de France, rue Jean Bringer.

Nouvelle opération ponctuelle ce matin, dans le centre-ville de Carcassonne, devant les grilles de la Banque de France. Même s’il ne reste plus que 6 salariés dans l’établissement, qui s’occupe notamment des dossiers de surendettement dans l’Aude, les Gilets jaunes ont voulu atteindre « un symbole ».

Mardi le même groupe d’une quarantaine de personnes était parvenu à bloquer et faire fermer la Cité administrative de la Trivalle et le Centre des finances publiques de l’avenue Pierre Sémard. « L’important c’est que le message remonte jusqu’à Paris » a expliqué le porte parole désigné du groupe Philippe Fougères. Dans l’après-midi les actions devaient se concentrer sur le péage Carcassonne-Est de l’A61.

Source: L’indépendant

Gilets jaunes : manifestation au centre des impôts de Gap

Ce mercredi 28 novembre, le mouvement se poursuit avec pour mot d’ordre « d’impacter directement l’État ». Une cinquantaine de personnes ont manifesté devant le centre des impôts, à Gap.

18 HEURES | MANOSQUE. Le barrage filtrant était bien reconduit, ce mercredi encore, pour les accès d’entrée/sortie de l’A51. Ils ont été de 70 à 80 manifestants dans la journée, avec un pic en soirée.

14 HEURES| GAP. Il y a finalement bien un rassemblement devant la préfecture des Hautes-Alpes : ils sont une vingtaine de Gilets jaunes postés devant l’entrée.

Source: Le dauphiné

GILETS JAUNES : LES CENTRES DES IMPÔTS PRIS POUR CIBLE DANS 55 DÉPARTEMENTS

Solidaires Finances Publiques, l’un des principaux syndicats du fisc, a recensé plus de 130 actes durs et violents à l’encontre des centres des finances publiques et de leurs agents.
Pas de sortie de crise en vue. Emmanuel Macron espérait certainement un estompement du mouvement, suite à la présentation de sa Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) et la réception des gilets jaunes par le ministre de l’Ecologie, François de Rugy. Il n’en est finalement rien. Les gilets jaunes gardent eux aussi le cap et les manifestations du week-end prochain seront maintenues, à Paris comme dans le reste de l’Hexagone. Si la plupart des actions observées sur le terrain sont des barrages filtrants, des opérations escargot et des occupations de péages, certains débordements ont encore été recensés ces derniers jours.

Solidaires Finances Publiques, l’un des principaux syndicats de la Direction générale des finances publiques (DGFIP), a ainsi relevé 134 actions violentes dans 55 département, à l’encontre des centres des impôts, sur les 10 jours de mobilisation. Le syndicat, qui exprimait ses craintes de voir ses agents devenir “les boucs émissaires des choix gouvernementaux” depuis le début du mouvement, déplore une multiplication des dérapages. Dans la nuit de mardi à mercredi, un feu provoqué devant un centre de Chalon-sur-Saône a engendré des dégradations matérielles. Aujourd’hui, un blocage devant un centre des finances publiques de Castres a par ailleurs obligé les forces de l’ordre à intervenir, pour évacuer les agents du fisc.

“On cible des centres des finances publiques, qui ne sont en rien responsables de la politique fiscale du gouvernement, regrette Anne Guyot-Welke, porte-parole du syndicat. Les agents ne sont en rien responsables du mécontentement et nous formulions d’ailleurs depuis longtemps un appel à la justice fiscale”. La syndicaliste rappelle qu’un certain nombre des fonctionnaires de la DGFIP partagent les revendication des gilets jaunes. Solidaires Finances Publiques exhorte maintenant la direction des finances publiques à prendre les mesures nécessaires pour assurer la protection de ses agents.

Source: Capital 

Certains gilets jaunes sont allés jusqu’à murer les portes de préfectures et centres des impôts:
Vidéo intégrée

Les médias nationaux ne vous diront pas que les ont muré de nombreuses préfectures et centres des impôts. À Limoges, à Mont-de-Marsan, etc.
Au lieu de bloquer nos compatriotes aux rond-points bloquons les services de l’État !

Centre des impôts de la Brelandière fermé, de la terre déversée devant l’entrée. Et ce message sur le rideau métallique : « nous ne sommes pas des vaches à lait »

🗣 « Nous sommes dans l’urgence, est dos au mur […] Nous attendons la dissolution de l’ nationale. » 📺 Christophe Chalençon, porte-parole des du , à , en duplex dans sur , .

3:58

Gilets Jaunes. Le jour où les oligarques lâcheront Macron…

Gilets jaunes. Le jour où les oligarques lâcheront Macron…

Gilets Jaunes. Le jour où les oligarques lâcheront Macron…

Par Jean-Yves Le Gallou ♦ Porté au pouvoir par les oligarques de la super-classe mondiale, le phénomène Emmanuel Macron est-il en train de s’écrouler face à la mobilisation des Gilets Jaunes ? C’est l’avis de Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia.


https://www.polemia.com/jean-yves-le-gallou-gilets-jaunes-france-blanche-souffre/embed/#?secret=1TKwqBfYcf

Les oligarques sont puissants

En 2017, les groupes de Davos et de Bilderberg ont jugé qu’il était temps de mettre fin à la liberté et à la neutralité d’internet. Aussi dit, aussitôt fait, les GAFA et les États mettent en place des algorithmes de propagande et de censure.

En 2011, Édouard Philippe est sélectionné pour le programme « Young Leaders » de la French-American Foundation. En 2016, il est invité du groupe Bilderberg. En 2017, il est choisi comme Premier ministre par son condisciple Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron est lui aussi recruté comme « Young Leaders » de la French-American Foundation en 2012. En 2014, il est invité par le groupe Bilderberg. Alors secrétaire général adjoint de l’Elysée, il débine son patron François Hollande, incapable, selon lui, de faire les réformes nécessaires dont Macron dessine les grands traits.

C’est le début de sa formidable ascension. Technocrate sans charisme, longtemps inconnu des Français, il devient président de la République à 38 ans après avoir bénéficié d’une propagande journalistique hors pair. Et à la suite d’un coup d’Etat médiatico-judiciaire plaçant hors-jeu ses adversaires les plus dangereux (Sarkozy, Fillon). Il réalise le casse politique du siècle (du « Siècle » aussi !).

Macron tient les engagements pris auprès des oligarques

Une fois élu, Macron met œuvre sans état d’âme le programme de ses mandants.

D’abord, adapter la France à toujours plus de mondialisation. Réformer le droit du travail, ouvrir toujours plus les services publics à la concurrence, supprimer l’ISF, redistribuer l’argent au profit de la superclasse mondiale : moins d’impôts pour les très riches, davantage pour les classes populaires et les classes moyennes (taxes pétrolières, CSG).

https://www.polemia.com/emmanuel-macron-et-le-pape-francois-les-memes-conseillers-immigrationnistes/embed/#?secret=7NQyiKwW6D

Soutenir la politique la politique migratoire d’Angela Merkel. Ouvrir davantage les frontières françaises à l’immigration : plus de 420 000 entrées d’étrangers recensées en 2017. S’apprêter, contrairement à de nombreux autres pays européens, à ratifier le pacte mondial de l’ONU sur les migrations. Déployer davantage de moyens  – notamment scolaires, avec par exemple des classes de 12 élèves en CP – dans les banlieues de l’immigration. Annoncer la réforme de la loi de 1905 sur la laïcité pour faciliter l’islamisation. Mettre en valeur de manière troublante des racailles (visite à Saint-Martin) et des minorités ethniques et sexuelles (concert à l’Elysée lors de la fête de la musique).

https://www.polemia.com/electro-elysee-defaite-musique/embed/#?secret=CNxG58KMNv

Poursuivre la politique de déconstruction. Mise en cause programmée des pensions de réversion des veuves. Extension de la PMA aux couples de lesbiennes. Et dans la foulée préparation du terrain pour la GPA, c’est-à-dire la marchandisation de la vie. Prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu comme étape vers l’abandon du système français fondée sur la prise en compte de la famille et les déductions fiscales.

Du passé faisons table rase ! Sacrifice du patrimoine français. Crédits en berne pour les monuments historiques et les musées. Suppression du rôle des architectes des bâtiments de France, si protecteur pour les villes et les bourgs historiques. Et, bientôt, saccage de tous les paysages français par le triplement du nombre d’éoliennes. Aliénation prévue du patrimoine artistique en commençant par la restitution d’objets aux pays africains.

Abaissement de la France sur la scène internationale. Multiplication des déclarations de repentance à l’étranger et de propos outrageants pour les Français. Attitude indigne dans les réunions internationales : propos insultants pour Poutine lors du sommet du Trianon ; attitude grotesque en Russie lors de la Coupe du monde de football ; propos bellicistes irresponsables sur la Syrie ; pelotage du président Trump, lors des cérémonies du 11 novembre 2018, et mise en avant en sa présence d’une chanteuse hostile au président américain.

Les oligarques qui ont mis en place Macron peuvent être satisfaits : en 18 mois il a abattu un travail considérable. Et mis en place les conditions d’une disparition pure et simple de l’identité et de la souveraineté française.

Macron ce n’est pas le président des nôtres, c’est le président des autres : des minorités financières, ethniques, culturelles, religieuses, sexuelles, des grands lobbys d’intérêt (bâtiment, pharmacie, éolien, etc.), et de grands intérêts étrangers aussi.

Et pourtant les oligarques vont devoir lâcher Macron.

https://www.polemia.com/pourquoi-chef-macron-deja-mort-rediff/embed/#?secret=NuPJ8zxXFl

Macron va dégager…

« Macron démission », « Macron dégage », c’est le slogan le plus repris par les Gilets jaunes. Normal Macron fait la guerre au peuple, le peuple lui fait la guerre. Poussez camarades, poussez camarades !

Évidemment les Gilets jaunes à eux tous seuls ne feront pas démissionner Macron.

https://www.polemia.com/2018-titanic-macronien-iceberg/embed/#?secret=HekjV9kldt

Mais sa cote de popularité ne cesse de baisser. Plus bas encore qu’Hollande.

À cette différence près qu’Hollandes avait montrer de l’empathie. Macron, lui, ne sait afficher que du mépris. Comme toute la bande de ministres et de députés en marche dont les éléments de langage sont de moins supportés. Au point que les avanies des anciens élèves d’écoles de commerce vont faire regretter la morgue des… Énarques.

Hollande suscitait de la sympathie ce qui était un bouclier protecteur pour lui. Macron et les macronistes périront de leur mépris qui suscite la haine.

Car la grande faiblesse des sondages c’est de ne pas mesurer l’intensité du rejet et de l’hostilité. Et celle-ci est immense.

Cela les journalistes le pressentent et les oligarques le savent. Le moment venu ils débrancheront Macron. Et le robot s’écroulera… dans un champ de ruines.

Jean-Yves Le Gallou
28/11/2018

Crédit photo : Remi Jouan [CC BY 4.0], via Wikimedia Commons

 

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou

Jean-Yves Le Gallou, ENA, inspecteur général de l’administration (ER), ancien député européen est le président de Polémia. Essayiste il a publié de nombreux ouvrages dont « La Tyrannie médiatique » et « Immigration : la catastrophe, que faire ? ». Jean-Yves Le Gallou présente chaque semaine sur TVlibertés i-média, émission d’analyse critique des médias

Le G20 s’ouvre à Buenos Aires, contesté de l’intérieur comme de l’extérieur

Le président américain Donald Trump arrive à Buenos Aires, en Argentine, le 29 novembre 2018 pour participer au sommet du G20 © AFP SAUL LOEB

International

Le G20 s’ouvre à Buenos Aires, contesté de l’intérieur comme de l’extérieur

le 30 novembre 2018

Le sommet du G20 s’ouvre vendredi à Buenos Aires, bousculé de l’intérieur par les tensions diplomatiques et commerciales, contesté à l’extérieur par les ONG et associations qui appellent à manifester.

Les chefs d’Etat et de gouvernement des vingt plus grandes puissances mondiales se retrouvent pour deux jours dans une capitale argentine sous très haute surveillance.

Les autorités argentines, critiquées pour leur incapacité à contenir les débordements autour du match de football River Plate-Boca Juniors à Buenos Aires samedi dernier, ont fait savoir qu’ »aucune violence » ne serait tolérée, un an après un G20 de Hambourg marqué par des affrontements.

Une grande manifestation est prévue samedi à Buenos Aires, à l’appel de nombreuses ONG et associations.

Au-delà de la critique du G20 lui-même, c’est tout le ressentiment d’un pays miné par une longue crise économique, et promis à une cure d’austérité, qui devrait s’exprimer à cette occasion.

Du ressentiment, il y en aura aussi, pour d’autres raisons, à l’intérieur du centre des congrès transformé en camp retranché où se retrouvent des leaders représentant 85% du PIB mondial.

Donald Trump, bousculé chez lui par une enquête toujours plus menaçante sur l’ingérence russe avant l’élection présidentielle de 2016, s’est employé à échauffer les esprits avant même son arrivée.

L’imprévisible président américain a pris tout le monde de court en annulant jeudi, via Twitter, une rencontre très attendue avec le président russe Vladimir Poutine, une heure après avoir confirmé qu’elle aurait lieu.

Il souffle aussi le chaud et le froid avant un entretien bilatéral avec le président chinois Xi Jinping, très attendu alors que l’escalade de représailles commerciales entre les deux titans pèse déjà sur la croissance mondiale.

Face à cet activisme d’un président américain qui dédaigne les usages diplomatiques, l’enjeu de ce sommet du G20 sera de rester fidèle au credo du multilatéralisme qui avait présidé à sa toute première édition en 2008, sur fond de panique financière.

« Autour de la table du G20, les doutes sont là, les formes d’agressivité ressortent, les fractures reparaissent », a dit jeudi soir le président français Emmanuel Macron.

– « Belliqueux, isolationnistes » –

« Beaucoup voudraient faire croire qu’on résoudrait mieux nos difficultés en étant belliqueux, isolationnistes et en refermant nos frontières », a-t-il poursuivi. Sans nommer son homologue américain, avec lequel les relations, très cordiales au début, se sont nettement rafraîchies.

Dans un contexte de montée du protectionnisme, la signature officielle prévue vendredi d’un nouvel accord commercial entre Etats-Unis, Canada et Mexique, fera presque figure d’anomalie.

Reste à savoir si les leaders du G20 parviendront eux mêmes à parapher, à l’issue de leurs débats samedi, un communiqué final réflétant un consensus même minime sur quelques grands défis internationaux.

La rédaction de ce texte à la portée surtout symbolique bute en particulier sur la question du libre-échange, et sur le sujet du changement climatique.

« Aurons-nous un communiqué? La question se pose vraiment », se demande Thomas Bernes, ancien haut fonctionnaire international devenu expert au Centre for International Governance Innovation.

Entre une photo de famille et une réunion de travail, les participants du G20 multiplieront aussi les rencontres en tête-à-tête, ou en petit comité.

Dans des formats parfois inédits: il est ainsi prévu que Donald Trump voie les Premiers ministres japonais Shinzo Abe et indien Narendra Modi, une première.

Vladimir Poutine quant à lui, cible d’intenses critiques après l’escalade militaire déclenchée par la Russie contre l’Ukraine en mer d’Azov, doit voir Xi Jinping et Narendra Modi.

Mais aussi Shinzo Abe, au moment où Moscou et Tokyo s’activent pour trancher un vieux différend territorial autour des îles Kouriles, qui empêche jusqu’ici les deux pays de mettre un point final à la Seconde Guerre mondiale.

Le président russe a aussi prévu vendredi de voir Emmanuel Macron. Ce dernier, qui a prévu une réunion de coordination entre Européens avant que le sommet ne commence vendredi, risque de se trouver un peu esseulé.

La chancelière allemande Angela Merkel va en effet rater l’ouverture des débats, contrainte de retarder son départ pour cause de panne de l’avion officiel. Elle pourrait prendre un vol commercial vendredi.

LNT avec AFP

https://lnt.ma/g20-souvre-a-buenos-aires-conteste-de-linterieur-de-lexterieur/

La Chine répond pour la première fois aux «menaces» du vice-président américain

La Chine répond pour la première fois aux «menaces» du vice-président américain


À propos du manque d’ouverture de la Chine.


Le 15 novembre 2018 – Source news.qq.com

Selon certaines sources étrangères, le vice-président américain a annoncé lors d’une interview accordée au Washington Post ce mardi 13 que, pendant le sommet du G20 en Argentine, les États-Unis et la Chine sont parvenus à un accord au sujet de l’ouverture de cette dernière, à condition que la Chine procède au préalable à des évolutions économiques, militaires et politiques : les États-Unis préconisent l’ouverture de la Chine et suggèrent qu’elle doit respecter les normes et les standards internationaux. À cette affirmation, Hua Chunying, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a répondu ce jeudi 15 aux journalistes du Global Times qu’en ce qui concerne l’économie et le commerce, la Chine « ne doit rien à personne, ne demande rien à personne, et plus encore n’a peur de personne ». Puis, au sujet du respect du droit international, elle précise que les personnalités publiques américaines devraient cesser de « se glorifier tout en critiquant les autres ».


Le même jour, lors d’une réunion organisée par le ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying a déclaré au Global Times : « J’ignore si le discours de Mike Pence représente son avis, ou même celui du gouvernement américain. »
Ensuite, elle a cité à plusieurs reprises les concepts de « respect mutuel » et d’« intérêts partagés » communs aux deux pays. Elle a indiqué que les relations sino-américaines ont atteint un moment crucial de leur histoire, et que chaque partie doit procéder à des choix appropriés. La Chine respecte la souveraineté, la sécurité et les intérêts économiques des États-Unis, ces derniers devraient en faire de même : respecter les choix du peuple chinois, et la feuille de route du développement de leur pays.

Hua Chunying déclare qu’au niveau des négociations commerciales, la position chinoise est très claire : le renfort de la coopération économique sino-américaine est dans sa nature propre, elle enrichit mutuellement les deux partenaires ; la seule base acceptable pour régler les problèmes économiques est la réciprocité du respect commercial mutuel et un statut égal. « La Chine ne doit rien à personne, ne demande rien à personne, et plus encore n’a peur de personne. »
À propos du respect du droit et des normes internationales, la porte-parole a précisé que la Chine s’est toujours montrée exemplaire. « J’ai par ailleurs récemment suivi un discours de Maria Zakharova, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, où elle passe quinze minutes à expliquer comment les États-Unis violent la loi ou abolissent des traités historiques. Alors je conseille sincèrement à quelques personnalités publiques américaines de cesser de se glorifier en critiquant les autres. »

Note du traducteur

QQ News est un média du groupe Tencent qui n’est plus à présenter : géant chinois de la télécommunication, il possède réseaux sociaux (Wechat, QQ), sites d’informations, studios d’animations et de films, studios de jeux vidéo, moyens de paiements, il est désormais impossible de passer à côté.

Traduit du Chinois par Rémi D, relu par Manuel H

http://lesakerfrancophone.fr/la-chine-repond-pour-la-premiere-fois-aux-menaces-du-vice-president-americain

 

Trump annule in fine sa rencontre avec Poutine au G20 à cause de l’Ukraine

Le président américain Donald Trump embarque dans Air Force One à la base militaire d’Andrews, près de Washington, le 29 novembre 2018 / © AFP / SAUL LOEB

Le président américain Donald Trump a finalement annulé sa rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine en marge du sommet du G20, qui s’ouvre vendredi à Buenos Aires, environ une heure après avoir estimé que leur entrevue se déroulerait à un « moment très opportun », sur fond d’escalade avec l’Ukraine.

« En partant du fait que les navires et les marins n’ont pas été restitués par la Russie à l’Ukraine, j’ai décidé qu’il serait mieux pour toutes les parties concernées d’annuler ma rencontre préalablement prévue en Argentine avec le président Vladimir Poutine », a tweeté M. Trump.

« J’ai hâte (de participer) de nouveau à un Sommet constructif (avec M. Poutine) dès que la situation sera résolue! », a-t-il ajouté.

Il a fait cette annonce quelques dizaines de minutes après avoir décollé en hélicoptère de la Maison Blanche pour embarquer à bord d’Air Force One, à destination de Buenos Aires.

Selon la porte-parole de l’exécutif Sarah Sanders, il a pris sa décision d’annuler cette rencontre après avoir discuté dans l’avion avec le secrétaire général de la Maison Blanche John Kelly et le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, et par téléphone avec son conseiller à la sécurité nationale John Bolton, qui se trouve actuellement au Brésil.

Juste avant de quitter la Maison Blanche, le milliardaire républicain avait estimé que le sommet du G20 représentait un « moment très opportun » pour discuter avec son homologue russe.

« Je vais probablement rencontrer le président Poutine. Nous n’avons pas annulé cette rencontre. J’y songeais mais nous ne l’avons pas fait », avait-il dit.

– Une « agression » –

Un peu plus tôt, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait fait savoir que Washington avait « confirmé la rencontre » bilatérale en marge du sommet du G20, précisant qu’elle était fixée à samedi « autour de midi » et « pourrait durer près d’une heure ».

M. Peskov avait énuméré les sujets qui auraient pu être abordés par les deux chefs d’Etat: « Les relations bilatérales, la sécurité stratégique, le désarmement et les conflits régionaux ».

La confrontation entre l’Ukraine et la Russie, réactivée par l’arraisonnement au large de la Crimée de trois navires militaires ukrainiens dimanche, menaçait d’avoir des répercussions sur le sommet de Buenos Aires.

« Je vais avoir un rapport complet dans l’avion sur ce qu’il s’est passé en la matière et cela déterminera ce que nous allons faire », avait relevé M. Trump jeudi avant son départ, qualifiant de « très importantes » les discussions avec M. Poutine.

Dans un entretien au Washington Post mardi, le président américain avait menacé d’annuler la rencontre avec le président russe. « Peut-être que je ne ferai pas cette entrevue », avait-il déclaré, soulignant « ne pas aimer cette agression » en Ukraine.

En revanche, a précisé Mme Sanders, M. Trump va participer à une réunion trilatérale avec les Premiers ministres japonais Shinzo Abe et indien Narendra Modi. Elle a également souligné que ces rencontres en tête à tête avec d’autres dirigeants, citant explicitement le président turc Recep Tayyip Erdogan, seraient des apartés en marge du sommet et non des bilatérales formelles.

(©AFP / (29 novembre 2018 19h33)

https://www.romandie.com/news/Trump-annule-in-fine-sa-rencontre-avec-Poutine-au-G20-a-cause-de-l-Ukraine/975374.rom

Perquisitions chez Deutsche Bank, rattrapée par les Panama Papers

Perquisitions chez Deutsche Bank, rattrapée par les Panama Papers

Des voitures de police garées devant le siège de Deutsche Bank à Francfort, le 29 novembre 2018 / © dpa/AFP / Boris Roessler

La justice allemande a ordonné la perquisition jeudi de locaux de Deutsche Bank, dont le siège du groupe à Francfort, dans une enquête pour blanchiment d’argent déclenchée par les révélations des « Panama Papers ».

La première banque allemande, qui peine depuis des années à redresser ses recettes, est soupçonnée depuis le mois d’août « d’avoir aidé des clients à créer des sociétés dans des paradis fiscaux », a expliqué à la presse Nadja Niesen, porte-parole du parquet de Francfort.

Si les structures « offshore » ne sont pas par elles-mêmes illégales, elles permettent « de blanchir de l’argent issu d’infractions pénales », ce qui contraint les banques à « signaler » aux autorités tout soupçon à ce sujet, précise le parquet.

Or Deutsche Bank « n’a pas communiqué les soupçons de blanchiment à l’égard de sociétés offshore pratiquant la fraude fiscale », avant la révélation en avril 2016 du scandale des « Panama Papers », manquant ainsi à son obligation légale, estime la même source.

Selon les magistrats de Francfort, la banque disposait pourtant « d’éléments suffisants dès le début de ses relations » avec les clients basés dans des paradis fiscaux.

Sur la seule année 2016, rappelle Nadja Niesen, une succursale de Deutsche Bank basée aux Îles vierges britanniques a ainsi pris en charge « plus de 900 clients représentant un volume d’affaires de 311 millions d’euros ».

– ‘Agir sérieusement’ –

Comme le droit allemand ne permet pas de poursuivre une entreprise pour blanchiment, les investigations visent « deux salariés de Deutsche Bank âgés de 46 et 50 ans, ainsi qu’un certain nombre de responsables non identifiés de l’entreprise », d’après Mme Niesen.

La justice allemande a ordonné la perquisition de six locaux de Deutsche Bank, dont le siège du groupe à Francfort / © AFP/Archives / DANIEL ROLAND

Quelque 170 magistrats, policiers et agents des services fiscaux ont entamé jeudi aux aurores la fouille de cinq locaux de la banque à Francfort, Eschborn et Gross-Umstadt, ainsi que d’un « domicile privé », saisissant « de nombreux documents écrits et électroniques ».

Le parquet n’a fait état d’aucune arrestation.

« Nous avons le sentiment d’avoir déjà fourni aux autorités toutes les informations utiles concernant les Panama Papers. Bien entendu, nous coopérerons étroitement avec le parquet », a de son côté promis Deutsche Bank.

Après la Société Générale, perquisitionnée en avril 2016, Deutsche Bank est la deuxième grande banque européenne rattrapée par les millions de documents confidentiels issus du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, détaillant plus de 214.000 sociétés offshore ainsi que leurs actionnaires.

La razzia opérée jeudi « est une surprise, parce que c’est la première fois que les autorités allemandes semblent agir sérieusement contre une banque » sur ces soupçons, commente auprès de l’AFP Markus Meinzer, directeur de l’association Tax Justice Network.

– Audit allemand –

Or « il était temps », estime M. Meinzer, « parce que les Panama Papers ont amplement illustré la coopération » entre banques et cabinets d’avocats « pour monter des structures avec un seul but: aider les clients à masquer leur identité ».

Des actionnaires de Deutsche Bank participent à une assemblée générale à Francfort, le 21 mai 2015 / © AFP/Archives / DANIEL ROLAND

Pour Deutsche Bank, qui dégringole depuis dix ans dans la hiérarchie des banques mondiales, est visé par des milliers de procédures judiciaires et souffre en Bourse, cette enquête s’ajoute à une longue liste de difficultés.

« Chaque fois qu’on peut trébucher sur quelque chose, Deutsche Bank le fait », résume un avocat d’affaires francfortois sous couvert de l’anonymat.

Fin septembre, le gendarme allemand des marchés avait pris la décision inédite de déclencher un audit pour évaluer les progrès du groupe dans la lutte contre la criminalité financière (blanchiment, financement du terrorisme ou du crime organisé).

En janvier 2017, la première banque allemande avait écopé d’une amende de près de 630 millions de dollars dans le cadre d’une enquête des autorités américaine et britannique pour blanchiment d’argent en provenance de Russie.

La semaine dernière encore, Deutsche Bank a été éclaboussée par les investigations visant la banque danoise Danske Bank, dont la banque allemande a été la correspondante pendant huit ans.

En Bourse, le titre de l’établissement francfortois lâchait 2,11% à 8,41 euros jeudi vers 13H30 GMT, après avoir déjà perdu près de la moitié de sa valeur depuis le début de l’année.

(©AFP / (29 novembre 2018 14h52)

https://www.romandie.com/news/Perquisitions-chez-Deutsche-Bank-rattrap-e-par-les-Panama-Papers/975268.rom

Confirmation de notre version de l’incident de Kertch

Confirmation de notre version de l’incident de Kertch

+

La Russie a rendu publics trois interrogatoires des marins ukrainiens faits prisonniers lors de l’incident de Kertch, le 25 novembre 2018, et un document (photo) saisi sur un des navires.

Selon ce document et ces vidéos, l’incident avait été planifié par l’Ukraine en coopération avec des puissances étrangères. Deux officiers des services de Renseignement militaires ukrainiens se trouvaient à bord pour coordonner les opérations. Ce sont eux qui ont interdit aux marins de répondre aux messages des Russes lorsque les navires de guerre sont entrés dans les eaux territoriales russes revendiquées par l’Ukraine.

Selon notre collaborateur Valentin Vasilescu, des avions de reconnaissance électromagnétique US et israélien ont survolé la zone avant l’incident afin de détecter les défenses russes [1].

Israël, n’est pas membre de l’Otan, mais dispose d’un bureau de liaison au siège de l’Otan à Bruxelles. Durant le coup d’État de Kiev, quatre officiers et trente et un soldats israéliens participaient aux combats de la place Maïdan pour le compte du parti ex-nazi Svoboda, dans le cadre du service secret stay-behind de l’Alliance.

L’opération de Kertch semble avoir été commanditée par l’Otan en vue de créer une « menace russe » qui justifierait l’adhésion de l’Ukraine à l’Alliance. Elle a été supervisée par l’ambassadeur Kurt Volker. Celui-ci a été recruté par la CIA lors de ses études à l’université de Georgetown. Après avoir travaillé au siège de l’Agence à Langley, il a incorporé le service diplomatique et est devenu « conseiller » de Richard Hoolbroke durant les guerres de Yougoslavie. Il devint l’assistant de Victoria Nuland lorsqu’elle était ambassadrice à l’Otan et lui succéda à ce poste. Il est aujourd’hui ambassadeur à Kiev.

[1] « À qui profite l’incident du détroit de Kertch ? », par Valentin Vasilescu, Traduction Avic, Réseau Voltaire, 29 novembre 2018.

http://www.voltairenet.org/article204151.html