Le marché secret du pétrole iranien

Le marché secret du pétrole iranien

+

Alors que les États-Unis viennent de déclencher, le 5 novembre 2018, leurs sanctions contre les secteurs bancaire et pétrolier iranien, le président cheikh Hassan Rohani a assuré que son pays allait les « contourner fièrement ».

Selon les estimations US, l’Iran représente 2 % du marché pétrolier mondial. Le retour des sanctions devrait lui fermer 1,4 à 1,7 million de barils par jour. La simple annonce des sanctions a déjà retiré 800 000 barils par jour. Cependant, Washington a été contraint d’amender son plan et d’accorder six mois de transition à la Chine, à l’Inde, à la Grèce, à l’Italie, au Japon, à la Corée du Sud, à Taïwan et à la Turquie, de sorte que le prix du pétrole soit stabilisé aux environs de 70 dollars le baril.

Côté iranien, on a déjà commencé à utiliser le pipe-line de la compagnie nationale turque, BOTAŞ Petroleum Pipeline Corporation, reliant le champ pétrolier de Kirkuk en Iraq au port turc de Ceyhan. Ce même pipe-line qui avait été mis, en 2015, à la disposition de Daesh par le président Recep Tayyip Erdoğan.

Par ailleurs, tous les tankers iraniens ont coupé leur localisation satellitaire les uns après les autres depuis la mi-septembre, rendant particulièrement difficile leur suivi par les États-Unis [1]. Toutefois cette impossibilité de géolocalisation rend tout aussi difficile l’assurance de ces bateaux. Six gros tankers stationnent en mer, prêts à délivrer leur marchandise à des bateaux de passage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s