La question d’une possible ingérence russe dans le mouvement des gilets jaunes

La question d’une possible ingérence russe dans le mouvement des gilets jaunes

Et si le mouvement des gilets jaunes avait été parasité par une ingérence étrangère ? C’est en tout cas ce qu’affirme un récent article du Times qui soutient une thèse dangereuse: il y aurait une ingérence russe dans le mouvement des gilets jaunes visant à en exagérer l’ampleur. Cette thèse a été prise au sérieux par le gouvernement français car le SGDSN (Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale) a décidé d’ouvrir une enquête sur cette possible intervention russe sur les réseaux sociaux français.

Certains comptes twitter alimenteraient-ils une fausse grogne populaire ?
Certains comptes twitter alimenteraient-ils une fausse grogne populaire ?

Les origines d’une rumeur

C’est en réalité deux médias anglo-saxons qui accréditent cette thèse. C’est tout d’abord l’article du Times qui relate une analyse de la société spécialisée en cybersécurité New Knowledge. Selon cette étude, il y aurait 200 comptes Twitter qui seraient liés à la Russie et qui alimenteraient le réseau social de 1600 tweets et retweets par jour. On nomme ces comptes des « sock puppet ». En plus de déployer des innombrables tweet sur la toile, ces faux comptes seraient aussi à l’origine de photos et vidéos invérifiables. Cette thèse est, de plus, soutenue par l’organisme américain Bloomberg. En effet, celui-ci indique que, parmi les faux comptes recensés, le hashtag #giletsjaunes se retrouve en tête des recherches. Selon Bret Scafer, qui travaille chez Bloomberg, cela démontre qu’il y a « un intérêt à amplifier le conflit ». Cette théorie sert aussi à s’attaquer directement à la légitimité du mouvement en dénonçant une illusion de grogne et une ampleur factice.

Une théorie qui présente des incohérences

Au-delà d’études et autres prises de positions politiques et idéologiques, peut-on réellement affirmer qu’il existe une ingérence russe vis-à-vis du mouvement des gilets jaunes ? Tout d’abord, le Kremlin n’a pas tardé à réagir à ces accusations et à démentir fermement : tout cela serait de la « diffamation » selon le porte-parole Dmitri Peskov. Il déclarait, en effet, à ce sujet : « Nous ne nous sommes pas immiscés et ne nous ingérerons pas dans les affaires intérieures d’un pays tiers, dont la France ». Contacté par France 24, Baptiste Robert, un chercheur en cybersécurité, s’est attaché, sur 6 jours, à dresser un mapping virtuel de 256 000 tweets anglais pour déceler les principaux comptes influenceurs utilisant le hashtag #giletsjaunes. Il relève ainsi qu’ « aucun compte de ce top 10 ne s’affiche comme ouvertement russe ». De même, le compte qui gagne la première place sur le podium serait celle de Katie Hopkins, une britannique pro-Trump et pro-Brexit. Ainsi, même si des comptes russes s’intéressent au mouvement des gilets jaunes, ils ne sont en rien les plus influents sur la toile et, de fait, participent ainsi difficilement à la montée en puissance d’une grogne populaire, qui est, elle, bien réelle.

Distance et enseignements

Que cette ingérence soit vraie ou non, que peut-on en apprendre ? Il n’est plus à démontrer l’importance de l’effet des réseaux sociaux sur les mouvements populaires. Ceux-ci ont démontré, par exemple, leur efficacité pour déjouer les différentes propagandes ou censures lors des printemps arabes. De plus, encore une fois que la véracité de cette ingérence se confirme ou non, le fait même d’y poser une interrogation et d’y ouvrir une enquête gouvernementale, démontre l‘importance du levier de pouvoir et l’existence du combat entre les nations qui se joue sur les réseaux sociaux. Ils s’érigent ainsi comme véritable soft power (ou sharp power) et armes de pouvoir dans les différents combats sous-jacents qui existent et florissent entre les Etats. L’enjeu pour les puissances américaines comme russes est celui de montrer un Paris à feu et à sang : Trump en fait des gorges chaudes sur Twitter afin de démontrer que la question climatique divise la population et de ce fait qu’elle ne paraît pas si évidente que ce qu’en peuvent en dire les experts pro-climats du monde entier et les divers gouvernements qui soutiendraient cette « théorie ». Cependant, il n’est plus à prouver que définir le mouvement des gilets jaunes à la seule question de la taxe écologique est hors de propos. Enfin, comme pour tout mouvement, ceux-ci sont repris idéologiquement et de façon partisane en fonction d’intérêts collectifs ou individuels. Il n’en reste pas moins qu’en lui-même, et surtout par lui-même, le mouvement des gilets jaunes continue à faire entendre sa voix dans les mondes réels et virtuels et que les personnes qui ont battu les pavés pendant plusieurs samedi successifs, à tort ou à raison, obéissaient à une volonté plus grande que celle de l’intérêt des Etats : leurs volontés propres.

Sources :

https://les-yeux-du-monde.fr/actualite/actualite-analysee/38318

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s