Des décennies de laisser-faire en Europe ou la destruction de la classe moyenne

Des décennies de laisser-faire en Europe ou la destruction de la classe moyenne

Les élites européennes rendent hommage au laisser-faire du libéralisme. Ils déréglementent et «libèrent» le marché depuis 30 ans. Les gouvernements occidentaux suivent également cette philosophie et n’interviennent guère sur le marché. Une seule autorité pouvant intervenir efficacement dans l’UE: la BCE. La mondialisation depuis les années 1980, ainsi que la libération du commerce et du trafic humain, ont permis une augmentation violente du PIB mondial et l’enrichissement des entreprises. Pour les économies émergentes telles que l’Inde ou la Chine, c’était l’occasion de sortir de la pauvreté. Les libéraux, cependant, qui avaient un village planétaire et le bonheur humain sur leur bannière, étaient fondamentalement intéressés par l’ouverture des grands marchés asiatiques pour leurs produits. Les outils de ces élites, l’Organisation mondiale du commerce et le FMI, ont permis à la classe moyenne de se développer dans les pays émergents et, partant, aux marchés de vente des entreprises européennes. Leurs patrons diront probablement: il est dommage que l’Inde et la Chine ne soient pas autorisées à adhérer à l’UE.

Impressionnant! Quoi qu’il en soit, l’Occident a ainsi monétisé la main-d’œuvre bon marché de l’Asie. Dans le même temps, la classe moyenne en Chine, en Inde, en Corée du Sud et dans d’autres tigres a augmenté, mais aux dépens de la main-d’œuvre européenne et de la classe moyenne, pratiquement coupées des profits libéraux. Alors que les bénéfices des entreprises, et donc le PIB, ont monté en flèche, les salaires réels n’ont pas augmenté et la richesse a été concentrée parmi les élites et leurs lobbyistes. Ce processus a été accéléré par les réformes des années 2000: en Allemagne à cette époque, les réformes des coalitions de gauche étaient censées créer plus d’emplois pour les personnes par le biais de formes d’emploi inhabituelles (mini-emplois, travail intérimaire, contrats à durée déterminée, etc.). etc.), ce qui a conduit au fait qu’aujourd’hui encore, il y a de plus en plus de personnes à faible revenu dans des conditions de travail anormales. «La classe moyenne est passée de 48% en 1995-1999 à 41% en 2014-2015. 1)

Les dernières propositions de DOCUP (4 milliards pour le logement, 5 milliards pour les chômeurs de longue durée, etc.) n’arrêteront pas ce processus car elles proposent une redistribution en faveur de la classe inférieure. Macron, quant à lui, veut taxer encore plus la classe moyenne et ignore son noyau intelligent et sain – les enseignants. Impressionnant! Entre-temps, les deux pays mentionnés, l’Allemagne et la France, nagent dans l’argent selon les principaux médias. Aux États-Unis, les revenus de la classe la plus riche de la société (1%) ont atteint le niveau de 1929, soit avant la grande crise.

Les libéraux et la gauche étaient supposés créer l’égalité des chances pour tous. Mais le flot ininterrompu d’immigrants dont ils étaient responsables et qui étaient supposés enrichir les Européens signifiait que les salaires de la plupart des citoyens pouvaient être maintenus à un niveau bas par les entreprises. Les Européens indigènes de la classe moyenne ayant des attentes sociales «élevées» n’ont aucune chance sur le marché du travail avec les nouveaux arrivants, à qui tout a été donné par les gouvernements de «penseurs de la liberté» de la culture de l’accueil. En outre:
(i) La hausse des prix de l’immobilier au fil des ans, suivie d’un endettement encore plus important de la part la plus importante de nos sociétés d’Europe occidentale, la classe moyenne.
(ii) l’effondrement de l’État providence, qui a pour conséquence la montée des idéologies marxistes dans toute l’Europe.
(iii) La déflation, qui sert de prétexte à la BCE « décisive » pour assurer encore plus de profits aux entreprises par le biais de politiques de taux d’intérêt bas et pour mettre de l’ordre dans les yeux des petits investisseurs que la bulle immobilière dans les villes les plus populaires d’Europe durer longtemps (alors pourquoi laissez-vous votre argent à la banque? Insensé!).
(iv) Le système néolibéral de gauche, caractérisé par des taux d’intérêt bas, a entraîné une chute de la rentabilité des obligations d’État: tous les investisseurs prudents de la classe moyenne qui se tenaient à une distance raisonnable des actions de plus en plus chères et essayaient simplement d’économiser leur argent sur le marché. compte d’épargne ou au moyen d’obligations gouvernementales ont été mis à part.
(v) L’augmentation supposée faible du coût de la vie, décrite dans les principaux médias comme une inflation basse contre laquelle la BCE doit lutter, ne correspond pas à la hausse réelle du coût de la vie, car «le panier de les biens d’un citoyen normal contiennent beaucoup plus de services, de santé, de nourriture et d’énergie que le taux d’inflation officiel ne le suggère ». 2) Dans la vie

Les heureux connaisseurs du miracle économique des années 50 auraient-ils soupçonné, présumé, prévu tout cela? Non. Ils l’auraient qualifiée de folie, car après la Première et la Seconde Guerres mondiales, les politiciens ont eu tendance à recourir à l’interventionnisme des États pour redéfinir le cap pour les libéraux douces tous les 30 ans environ.

Après 30 ans, les partisans de la politique de protection, les Trumps, les Orbans, les Kaczynskis et les Salvini, qui souhaitaient depuis longtemps former une plate-forme pour un mouvement anti-libéral et pro-européen lors des prochaines élections législatives de l’UE, ont encore leur mot à dire. 3) La La question reste de savoir s’ils peuvent réellement offrir une alternative au système existant de destruction de la classe moyenne. Y a-t-il vraiment quelqu’un derrière le prétendu populisme qui peut soutenir le credo de l’école de Chicago: moins il y a d’état, plus le marché peut fournir un soutien significatif et durable?

Une chose est sûre: les élections au Parlement européen peuvent changer le statu quo. Les plaques tectoniques de la politique changent de plus en plus violemment, même si nous n’en ressentons pas encore les effets, comme ce fut le cas dans le cas du Brexit. Peut-être les changements dans la direction des gouvernements anti-mondialisation et autoritaires? Folie. Les citoyens en ont assez de l’incompétence des élites de la gauche libérale.

Références

1. Die Mitte bröckelt, Zeit en ligne 2017-08-04 .
2 En savoir plus sur ce sujet: Warum Ihr Geld est maintenant disponible , en tant que tel , Focus 2014-06-14 .
3 Salvini bring erneut Rechtspopulisten-Bündnis für EU-Wahl ins Spiel, Die Presse 2018-09-08 .

Un commentaire sur « Des décennies de laisser-faire en Europe ou la destruction de la classe moyenne »

  • “Une chose est sûre: les élections au Parlement européen peuvent changer le statu quo”

    Pouvez-vous me dire comment les élections au PE peuvent changer le statu quo?! EP est une illusion! La Commission européenne a un rôle décisionnel…

    gefira.org

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s