L’omniprésence de Bannon irrite à une semaine du scrutin européen

L’omniprésence de Bannon irrite à une semaine du scrutin européen

EPA-EFE/CLAUDIO PERI

L’ancien conseiller de Donald Trump a publiquement apporté son soutien à l’extrême-droite française lors d’une série d’interview. Le parti de Macron dénonce une ingérence dans la campagne électorale.

À une semaine des élections européennes, les médias français se sont précipités pour interviewer Steve Bannon, ex-conseiller politique de Donald Trump, qui s’est juré de soutenir Marine Le Pen et l’extrême droite européenne.

Entre une interview dans Le Parisien vendredi, puis dans le JDD dimanche, l’Américain était aussi sur les ondes de RMC et BFM TV lundi matin, pour dire tout le bien qu’il pense de Marine Le Pen et du Rassemblement national, et assurer que « Marine Le Pen finira par gagner ».

Pourquoi Steve Bannon veut la peau de l’Europe

L’ex-stratège de Trump fait de l’œil aux partis d’extrême droite en Europe et ouvre une fondation à Bruxelles pour faire émerger un « super-groupe » et paralyser les institutions européennes. Un article de notre partenaire Ouest France.

Selon Nicolas Bay, Steve Bannon n’aurait « jamais interféré de quelque manière que ce soit » dans le projet politique du Rassemblement national. Lui assure les avoir aidé sur le financement de leur campagne, en les incitants à demander à leur électorat de répondre à une souscription – ce qui a effectivement fonctionné.

LREM dénonce « une atteinte à la souveraineté ».

« Il ne se cache absolument pas de son envie de s’ingérer dans notre scrutin », a dénoncé la tête de liste LREM Nathalie Loiseau.

Plusieurs députés et sénateurs de différents bords, y compris LREM, ont réclamé une commission d’enquête sur les liens entre le RN et Steve Bannon, après la diffusion d’un reportage d’Envoyé spécial dans lequel on voit les dirigeants du parti Louis Aliot et Jérôme Rivière proposer à Steve Bannon d’assister à des réunions entre Marine Le Pen et des hauts fonctionnaires français.

Steeve Bannon y évoque aussi les besoins financiers du RN. « Ils veulent rembourser cet emprunt aux Russes (pour la présidentielle, NDLR) et obtenir d’autres financements », dit l’ancien conseiller.

Comme le Rassemblement national, Bannon n’a eu de cesse de répéter que les élections européennes étaient un « referendum anti-Macron ». Une rhétorique également utilisée par l’extrême gauche, qui brouille un peu plus le message sur les élections européennes alors que les Français avouent déjà manquer d’informations sur le fonctionnement des institutions européennes.

Comme l’a montré l’élection de 2014, l’élection européenne a logiquement des conséquences au niveau du Parlement européen, mais pas au niveau national. Ainsi, l’élection d’une majorité d’eurodéputés de l’ancien Front national en 2014 n’a eu pour seule conséquence nationale de faire baisser l’influence de la France en Europe, mais n’a pas fait bouger la politique ou l’opinion en France. Pour preuve, les Français ont au contraire élu un président pro-européen 3 ans plus tard.

Bannon tente de «trumpiser» la politique européenne

L’ancien conseiller de Trump veut unir les partis populistes et de droite de l’UE. Son organisation, « Le Mouvement », tentera d’influencer les élections européennes de mai 2019.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s