Le Décès De L’ex-Président Égyptien Mohamed Morsi En Détention Risque D’aggraver Le Conflit Entre L’axe Ryad-Abou Dhabi-Le Caire Et L’axe Ankara Doha

Analysis

Le Décès De L’ex-Président Égyptien Mohamed Morsi En Détention Risque D’aggraver Le Conflit Entre L’axe Ryad-Abou Dhabi-Le Caire Et L’axe Ankara Doha

    
4.5
(121)

L’annonce par la télévision d’État égyptienne de la mort de l’ex-président Mohamed Morsi à l’issue de sa comparution devant une juridiction risque d’aggraver le conflit politique, idéologique, stratégique et géopolitique entre les deux grands blocs rivaux musulmans représentés d’un côté par l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et l’Égypte, et, de l’autre, par le Qatar et la Turquie.

Sur le plan purement interne spécifique à la crise politique égyptienne, le décès en détention de l’unique président civil de l’histoire de l’Égypte à l’issue d’élections plus ou moins régulières, risque d’avoir un impact fort négatif sur la stabilité fort précaire et relative d’un pays en guerre civile de basse intensité.

Mohamed Morsi, 67 ans, issu de la grande mouvance de la puissante organisation des Frères Musulmans, se serait effondré en plein tribunal après avoir délivré un plaidoyer politique devant le juge pendant une vingtaine de minutes. Il est détenu depuis 2013 après le putsch militaire conduit le 03 juillet 2013 par le Maréchal Abdel Fettah Sissi avec l’aide active de l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis et le soutien diplomatique du Bahrein, de la Jordanie et du Maroc. S’ensuivit alors l’une des plus grandes répressions contre les Frères Musulmans dans l’histoire de ce mouvement et de celui de l’Égypte contemporaine qui continue à ce jour.

7008.jpg

Cette répression sanglante et l’adhésion du Caire au bloc antagoniste de l’axe Ankara-Doha entraîna une très grave détérioration des relations entre l’Egypte et la Turquie. Le président turc Erdögan qualifie fréquemment le Maréchal Sissi de “Tyran illégitime et criminel” tandis que le Caire a monté les enchères jusqu’à vouloir reconnaître ce que l’on appelle le “Génocide Arménien” ou d’offrir l’asile à Fethallah Gülen, l’ennemi public numéro 1 en Turquie.

C’est en Libye où Ankara et Le Caire s’opposent par milices interposées. La chute de Tripoli a été évitée grâce à l’effort de guerre turc lequel a permis au gouvernement de Tripoli, quasiment assiégé dans sa capitale par les forces du Maréchal Haftar et ses soutiens égyptiens et émiratis, à reprendre l’initiative militaire et à déclencher de très astucieuses contre-offensives visant à stopper l’offensive adverse dans un premier temps puis à la harceler.  C’est également les Turcs qui ont bridé la violation continuelle de l’espace aérien libyen par des chasseurs-bombardiers égyptiens et l’ont rendue fort hasardeuse.

L’Égypte est prise en tenaille sur deux fronts chauds: à l’est, la péninsule du Sinaï est en feu et une guérilla solide, disposant de réel appuis au sein des populations bédouines locales, est en cours en dépit de l’appui militaire et technique israélien aux forces égyptiennes; à l’ouest, le désert de Libye est devenu le point de passage d’armes de contrebande et de bandes armées et il n’est pas rare que des postes frontaliers égyptiens sis sur la frontière occidentale subissent des raids plus ou moins meurtriers si les accords tacites passés entre les autorités frontalières et les barons de la contrebande ne sont pas respectés.

Ce n’est donc pas un hasard si le président turc Reçep Tayep Erdogan a qualifié l’ex-président égyptien Mohamed Morsi de “martyr de la foi” et que le très influent émir du Qatar ait réagi très promptement aux nouvelles faisant état du décès de Morsi en exprimant “sa profonde tristesse”.

Le Mouvement politico-militaire du Hamas assiégé dans l’enclave palestinienne de Gaza a également rendu un hommage appuyé à Mohamed Morsi.

L’ex-président égyptien était poursuivi dans plusieurs dossiers dont une pseudo affaire d’espionnage au profit de l’Iran, le Qatar et le Hamas palestinien.

La posture de l’Iran vis à vis des deux blocs antagonistes nés à l’issue du grand schisme au sein du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) après l’échec de la guerre en Syrie est assez intéressante à plus d’un titre. Des produits iraniens sont actuellement importés par le Qatar et la Turquie et Doha ne vilipende plus le soit-disant “danger Perse” ou “expansion Chiite” que répètent systématiquement les autres pays du Conseil.

Autre signe qui ne trompe pas sur la polarisation en cours: la Turquie est le Qatar tentent de se rapprocher de pays non-alignés comme l’Algérie, laquelle est assez mal perçue par les pays dominant le Conseil de Coopération du Golfe et de fait, Doha est en train de tourner totalement le dos aux égyptiens en leur préférant les Algériens.

Ceci est d’autant plus paradoxal que Ankara, Doha et les Frères Musulmans dans leur ensemble ont soutenu depuis le début le cycle des révolutions (colorées) dites du Printemps Arabe et qu’ils ont pesé de tout leur poids pour obtenir un changement de régime à Damas dans le cadre de la stratégie des néo-conservateurs US pro-israéliens. Or, par un singulier retournement de situation, les deux pays ont modifié une partie de leurs plans pour la Syrie, poussant l’axe d’en-face à réviser son hostilité à l’égard de Damas et à manœuvrer serré. Les deux blocs s’accusent mutuellement d’avoir le soutien d’Israël ou de jouer le jeu d’Israël.

Lorsqu’il fut à la tête de l’Égypte, Mohamed Morsi suivit les consignes générales des Frères Musulmans de soutenir les rebelles syriens à l’époque de l’administration Obama et de son tropisme vers cette mystérieuse organisation.

Dans tous les cas de figure et en dépit de l’assistance économique et financière de l’Arabie Saoudite et des Émirats Arabes Unis au Caire dont l’économie est à terre, l’Égypte du Maréchal Sissi risque de connaître de longues années d’instabilité.

https://strategika51.org/archives/63767

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s