L’Iran augmente l’enrichissement d’uranium et reproche à l’Europe de ne pas respecter ses engagements en matière nucléaire

 An Iranian security official, dressed in protective clothing, walks inside the Uranium Conversion Facility, just outside the city of Isfahan, 410 kilometers, (255 miles), south of the Iranian capital Tehran in this Wednesday, March 30, 2005

L’Iran augmente l’enrichissement d’uranium et reproche à l’Europe de ne pas respecter ses engagements en matière nucléaire

MONDE09:41 07.07.2019(mise à jour 11:01 07.07.2019) Obtenir une URL courte9  37  5

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré lundi que le pays avait dépassé la limite de stockage de 300 kilogrammes d’uranium enrichi fixée par l’accord de 2015, un fait confirmé par l’Agence internationale de l’énergie atomique. Comme l’a expliqué le président Rouhani, la démarche de l’Iran est une tentative de sauver l’accord nucléaire.

Les autorités iraniennes ont annoncé que l’enrichissement d’uranium dans le pays dépasserait les 3,6% « d’ici quelques heures », ce qui est au-dessus de la limite fixée par l’accord sur le nucléaire de 2015. Téhéran a également promis de réduire ses engagements dans l’accord nucléaire tous les 60 jours si le problème n’est pas résolu.

« Si ces opportunités ne sont pas utilisées, personne ne devrait douter de notre sérieux: la réduction de nos engagements [dans le cadre du JCPOA] se poursuivra tous les 60 jours », a souligné le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi.

Selon Araghchi, l’Europe n’a pas rempli ses engagements vis-à-vis du JCPOA, alors que « les portes de la diplomatie sont toujours ouvertes ».

Araghchi a souligné que la réduction des engagements de l’Iran dans le cadre de l’accord nucléaire allait « parallèlement à la sauvegarde du JCPOA, et non à sa destruction, cette tendance pourrait conduire à l’interruption de notre participation au JCPOA ».

De nouvelles initiatives sont toutefois nécessaires, a déclaré Araghchi lors d’une réunion conjointe du cabinet iranien et du porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Behruz Kamalvandi.

« Nous ne sommes pas prêts à rester à tout prix au sein du JCPOA. Aujourd’hui, toutes les mesures que nous prenons en matière d’enrichissement d’uranium visent à sauver le JCPOA. La préservation de l’accord nucléaire est un principe pour nous », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Ali Rabii, à l’adresse suivante: Dimanche.

Cette annonce intervient six jours après que le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a annoncé que Téhéran enrichirait son uranium au-delà du niveau de 3,67% décrit dans l’accord sur le nucléaire de 2015, et maintiendrait l’enrichissement à un niveau qu’il jugerait nécessaire.

Commentant cette décision, le président iranien Hassan Rouhani a expliqué que « la décision de l’Iran de réduire ses engagements ne vise pas à saper le JCPOA, mais aussi à tenter de le sauver; car nous pensons que si nous ne faisons rien, l’accord sera perdu. »

Suite à cette annonce, le président américain Donald Trump a averti l’Iran de « faire attention aux menaces  » dans un tweet. Washington a également exhorté l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à tenir une session extraordinaire consacrée aux problèmes liés à l’activité nucléaire iranienne, a annoncé vendredi le conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton.

L’UE a exprimé son ferme soutien à l’accord nucléaire. Samedi, le président françaisEmmanuel Macron a eu un appel téléphonique avec son homologue iranien dans lequel ils ont accepté de rechercher les conditions pour la reprise des négociations entre toutes les parties à l’accord nucléaire d’ici au 15 juillet.

La Russie, partie à l’accord nucléaire aux côtés des États européens, a également réagi à l’annonce de l’Iran. Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que l’Iran avait dépassé ses limites de stocks d’uranium enrichi en raison des sanctions américaines interdisant l’achat d’uranium en excès à Téhéran.

Le 8 mai, l’Iran a annoncé qu’il se désistait partiellement de ses obligations au titre du JCPOA . Cette décision intervient exactement un an après que les États-Unis se soient totalement retirés de l’accord sur le nucléaire et aient imposé de nouvelles sanctions sur l’Iran.

L’Iran a également lancé un ultimatum aux autres signataires de l’accord nucléaire – La Chine, l’Union européenne, la France, l’Allemagne, la Russie et le Royaume-Uni – en leur donnant 60 jours pour protéger Téhéran des sanctions imposées par Washington, sans quoi il risquerait de réduire encore ses engagements.

Un peu plus tôt, Donald Trump avait confirmé que le Pentagone déploierait 1 500 soldats supplémentaires au Moyen-Orient malgré les tensions avec l’Iran.

Les États-Unis ont abandonné leurs exemptions de sanctions sur le pétrole iranien en mai. Les dérogations ont été émises l’année dernière, après que le président Trump eut retiré les États-Unis de l’accord sur le nucléaire conclu avec l’Iran en 2015 et imposé des restrictions sévères aux banques, à l’énergie et à d’autres sources d’énergie.

https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://sputniknews.com/&prev=search

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s