Docteur Jekyll et mister Hyde

Docteur Jekyll et mister Hyde

30 Octobre 2019

Décidément, les Anciens nous avaient prévenus. Un mortel ne peut prétendre s’élever trop haut sans que les Dieux, par une ironie malicieuse, ne rabaissent l’outrecuidant en lui faisant prendre des décisions calamiteuses.

Notre dernier billet gazier se demandait si le Danemark allait enfin autoriser la construction du Nord Stream II dans ses eaux territoriales, 147 petits kilomètres pour terminer le gazoduc qui apportera 55 Mds de m3 supplémentaires à l’Europe. Aussitôt dit, aussitôt fait. Le feu vert est tombé, au grand dam des médias impériaux qui appellent le Congrès US à voter des sanctions pour tenter de torpiller le projet.

En visite officielle à Budapest, Poutine s’est félicité de la (tardive) indépendance d’esprit du pays scandinave tandis qu’il préparait dans le même temps l’extension du Turk Stream vers la Hongrie. La bonne entente d’Orban avec Vladimirovitch rend notre bonne presstituée très nerveuse (témoin, cet invraisemblable fatras de RFI) tandis que l’avance inexorable des tubes russes vers le Vieux continent fait s’arracher les cheveux aux stratèges américains.

Tout irait donc pour le mieux du côté de Moscou si, une nouvelle fois, la faiblesse du tsar envers le sultan ne venait menacer le fragile édifice brillamment bâti en Syrie. Dans notre toute dernière livrée sur la Syrie, nous expliquions que la récré était finie dans le Nord :

L’aventure ottomane est terminée. L’accord de Sochi concocté par Vladimirovitch donne ses premiers fruits. Le cessez-le-feu est globalement respecté et les Kurdes, après deux jours d’hésitation, ont accepté le plan et commencé à battre en retraite de la frontière. Ils sont remplacés par l’armée syrienne qui se déploie à vitesse grand V pour contenir toute avance future des Turcs.

Notamment à l’Est de la zone d’invasion ottomane :

Rompant sans vergogne le relatif cessez-le-feu (précisons que les Kurdes ont leur part de responsabilité, ne s’étant pas retirés partout), les barbus pro-Ankara ont repris l’offensive en direction de Tall Tamir, tuant plusieurs soldats syriens, exécutant ou humiliant les prisonniers. Si, stratégiquement parlant, le fait est mineur, le dommage peut se révéler immense en terme de crédibilité et d’image.PUBLICITÉ

Crédibilité de Damas vis-à-vis des Kurdes, car les loyalistes sont obligés de battre en retraite et abandonner des postes qu’ils étaient venus occuper dans l’euphorie il y a quelques jours. Comment aborder les négociations futures, par exemple le démantèlement des SDF et leur intégration dans l’armée, en position de force si, sur le terrain, cette même armée fait déjà demi-tour ? Et crédibilité des Russes vis-à-vis de ses alliés, car il est incompréhensible pour beaucoup qu’ils laissent leurs protégés syriens, relativement désarmés en ce point, se faire tuer sans réagir. Où sont les Sukhois censés vaporiser les modérément modérés ? Où est le coup de poing sur la table de l’état-major russe vis-à-vis de son homologue turc ? 

Pire, il semble que les Russes aient demandé à Damas de ne pas envoyer d’équipement lourd ni de couverture aérienne à ses troupes sous le feu. Pour certains, il s’agit de ne pas indisposer le sultan au moment où les patrouilles russo-turques commencent leurs tournées et où, à la demande d’Ankara, les barbus rendent quelques villages au nord de Raqqa. Pour d’autres, les Américains, qui gardent encore le contrôle du ciel au-dessus d’une partie du Rojava n’autoriseraient pas les avions syriens à voler dans la zone. Toujours est-il qu’en termes d’image, tout cela est assez désastreux pour la Russie.

L’instant est pourtant capital. Les flip flop américains ont fait perdre à l’empire son crédit au Moyen-Orient alors que la solidité des alliances russes est louée. Pour Moscou, ce n’est pas le moment de se montrer pusillanime. La notoire mollesse de Poutine envers Erdogan risque, si elle perdure, de lui coûter très cher…Tag(s)

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/10/docteur-jekyll-et-mister-hyde.html#Russie#Gaz#Europe#Moyen-Orient

Partager cet article

Le retour des escadrons de la mort soutenus par la CIA en Afghanistan

Le retour des escadrons de la mort soutenus par la CIA en Afghanistan

ON: 31/10/2019  IN: ANALYSIS  WITH: 2 COMMENTS

Les publications reprennent.

Les disparitions forcées et les exécutions sommaires de civils afghans dans les zones rurales par des escadrons de la mort encadrés par la CIA alimentent la guérilla et renforcent le recrutement des Talibans.

La terreur n’est pas une stratégie fiable à long terme. L’usage des escadrons de la mort et de groupes de tueurs non identifiés dans des opérations d’intimidation de populations civiles vivant en milieu rural n’est pas une nouveauté. C’est une technique ancienne dont l’efficacité n’a jamais été prouvée.

La plupart des raids effectués par ces groupes paramilitaires secrets sont nocturnes et bénéficient des capacités de projection aérienne de la CIA. Les exactions et les atrocités commises à l’encontre des civils ont atteint un tel niveau que même Human Rights Watch commence à en parler publiquement.

Dans son dernier rapport, l’organisation non-gouvernementale Human Rights Watch évoque des crimes commis par des forces paramilitaires afghanes soutenues par la CIA, responsables d’exécutions sommaires et de graves violations « pouvant être assimilées à des crimes de guerre ».

L’usage de cette technique déjà utilisée par la CIA en Amérique latine (Honduras, Nicaragua, Bolivie, Colombie, etc. ) ainsi qu’en Irak n’a jamais permis de mettre un terme à une guérilla.

https://strategika51.org/2019/10/31/le-retour-des-escadrons-de-la-mort-soutenus-par-la-cia-en-afghanistan/

Le gouvernement au chevet de la Seine-Saint-Denis avec 23 mesures spécifiques

Le gouvernement au chevet de la Seine-Saint-Denis avec 23 mesures spécifiques

partagezRéagir

Chargement en cours
Edouard Philippe, à Paris, le 30 octobre 2019

Edouard Philippe, à Paris, le 30 octobre 20191/2© AFP, ludovic MARINA lire aussi

Village olympique: Gecina et BNP Paribas abandonnent leur candidature commune

ArticleVillage olympique: Gecina et BNP Paribas abandonnent leur candidature communeArticleRevue de presse du jeudi 31 octobreArticleCoup de pouce de 45 millions d’euros pour loger les sans-abri

AFP, publié le jeudi 31 octobre 2019 à 12h25

Edouard Philippe et plusieurs ministres de poids officialisent jeudi une batterie de 23 mesures pour la Seine-Saint-Denis, un département qui cumule d’importantes difficultés, en insistant sur l’attractivité pour les fonctionnaires, la sécurité, la justice et l’éducation.

Parmi les dispositifs retenus par le gouvernement figurent une prime de 10.000 euros pour fidéliser les fonctionnaires, le recrutement de 150 policiers ou encore le renforcement des contrôles des logements insalubres.

Ces annonces, très attendues, seront passées au crible par les élus qui réclament à cors et à cri un rééquilibrage des politiques publiques dans un territoire rongé par la pauvreté et des carences structurelles.

L’exécutif cherche aussi la bonne fréquence avec les quartiers populaires alors qu’Emmanuel Macron avait su trouver une résonance lors de la campagne présidentielle en promettant notamment de « lutter contre l’assignation à résidence ». Mais le plan Borloo de mai 2018, qui devait être un marqueur fort de sa stratégie, a été rapidement enterré.

Jeudi, le Premier ministre est précédé sur le terrain par les ministres de l’Intérieur Christophe Castaner et Laurent Nunez et du Logement Julien Denormandie, en visite à La Courneuve, pour vanter « un cap dans la durée » et non « que des mesures », dixit M. Castaner. Dans le même temps, la garde des Sceaux Nicole Belloubet se rend au tribunal de Bobigny, la ministre de la Santé Agnès Buzyn dans une association qui accueille les femmes malades du sida à Saint-Denis et le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer à Bobigny auprès d’aspirants professeurs.

Un déploiement qui montre une certaine volonté d’agir après un rapport accablant remis par deux députés en mai 2018 et intitulé « La République en échec », une consultation des maires et parlementaires répartis en groupes de travail, puis une synthèse du préfet en juillet 2019.

« Enfin un début de solution », s’est réjoui auprès de l’AFP un des deux co-rapporteurs, François Cornut-Gentille (LR). « Le chemin qui reste à parcourir est énorme, mais la Seine-Saint-Denis rattrape. »

La mesure la plus marquante concerne probablement l’attribution d’une prime de 10.000 euros aux fonctionnaires à condition de rester au moins cinq ans en poste. 

Car le rapport dresse un « constat très sévère sur la gestion des ressources humaines de l’Etat », souligne-t-on à Matignon en pointant notamment le « turn-over important ».

– 150 policiers supplémentaires –

L’objectif est donc de fidéliser les quelque 39.000 agents du départements même si Matignon réfléchit à établir d’éventuelles « distinctions » d’ici à la mise en place de ce bonus « dans le courant du premier semestre 2020 ».

Dans cette optique, les primes octroyées aux fonctionnaires du département seront alignées sur celles données aux agents des administrations centrales (sièges de ministères…) à Paris, afin d’attirer les meilleurs éléments.

Ce plan qui ne dit pas son nom – Matignon refuse d’évoquer une enveloppe globale – met l’accent sur le régalien.

Ainsi, 50 policiers supplémentaires se répartiront dans deux quartiers, à Saint-Ouen et la Courneuve, dans le cadre de la police de sécurité du quotidien. Et d’ici à 2021, 100 postes d’officiers de police judiciaire seront déployés.

Par ailleurs, pour accélérer une chaîne judiciaire embolisée, 35 postes de greffiers et 12 de magistrats seront créés.

Les commissariats d’Aulnay-sous-Bois et d’Epinay-sur-Seine seront rénovés d’ici 2023 avec un budget de 30 millions d’euros, tandis que le tribunal de Bobigny verra son extension réalisée à l’horizon 2026.

Mme Belloubet doit également prendre une circulaire de politique pénale pour « identifier les points-clés en matière d’action de la police et de la justice », explique-t-on à Matignon, en citant en premier lieu le « trafic de stupéfiants ».

Sur le volet éducation, 20 millions d’euros seront fléchés par la région pour des investissements immobiliers dans le cadre du dédoublement des classes de CP et CE1 en zones d’éducation prioritaire.De même, un dispositif de « pré-recrutement » de 500 enseignants sera mis en place. Il s’agit de financer les études d’étudiants boursiers de Seine-Saint-Denis qui s’engagent en retour à travailler dans le département. 

Sur l’aspect sanitaire – qui ne figurait pas dans le rapport parlementaire – cinq inspecteurs en charge du contrôle des logements indignes seront recrutés. Seulement deux sont officiellement en poste actuellement, alors que « potentiellement, 10% de l’habitat est insalubre ».

 https://finance.orange.fr/actualite-eco/article/le-gouvernement-au-chevet-de-la-seine-saint-denis-avec-23-mesures-specifiques-CNT000001kEqhY/photos/edouard-philippe-a-paris-le-30-octobre-2019-02c9ca54200a48264d4810366e38ef8d.html

En Corée du Sud, la course à la (haute) mer

En Corée du Sud, la course à la (haute) mer

Posted on  19 octobre 2019 by  admin

ETUDE – Séoul envisage la possibilité de se doter de véritables porte-avions et de sous-marins à propulsion nucléaire. Ces deux nouvelles au conditionnel – mais le seul fait que les Sud-Coréens s’interrogent est, en soi, une précieuse information – s’ajoutent à deux annonces à l’indicatif relatives à la construction d’un nouveau destroyer lourd et à la conception d’un porte-aéronefs léger.

Par Alexis Feertchak, membre fondateur de Geopragma*

Ambiance : l’actuel porte-hélicoptères sud-coréen, «Dokdo», porte le nom d’îles revendiquées par le Japon.

Précisons. Une semaine après que Pyongyang a testé un nouveau type de missile balistique mer-sol (SLBM) tiré depuis une plateforme sous-marine, la marine sud-coréenne (ROK) a envoyé le 10 octobre au Parlement un rapport dans lequel elle annonce la création d’une commission chargée d’examiner la pertinence pour la ROK de se procurer des sous-marins à propulsion nucléaire. C’est la première fois que la Corée du Sud évoque une telle possibilité. Seuls les cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni), mais également l’Inde possèdent de tels bâtiments. En pratique, des sous-marins nucléaires d’attaque permettraient aux Sud-Coréens de chasser beaucoup plus efficacement d’éventuels sous-marins lanceurs d’engins nord-coréens qui menaceraient Séoul de frappes depuis la haute mer. Mais ce n’est pas tout.

Les deux projets de porte-avions à catapultes

Le 15 octobre, un parlementaire sud-coréen, Choi Jae-ung, membre du Parti démocrate au pouvoir et proche du président Moon Jae-in, a remis au gouvernement un rapport préconisant que la Corée du Sud se dote d’un programme de porte-avions à catapultes. Ces deux derniers mots ne sont pas anodins. Faisons un pas de côté pour mieux comprendre. On distingue généralement trois sortes de porte-aéronefs :

  • STOVL (pour Short Take Off Vertical Landing) : les avions décollent grâce à l’aide d’un tremplin en bout de piste et atterrissent à la verticale, solution qui nécessite des avions spécifiques (équipés d’un réacteur supplémentaire, orientable verticalement), généralement moins performants (le décollage par tremplin exige des avions allégés, tant en armes qu’en carburant, tandis que l’atterrissage vertical brûle énormément de kérosène). Résultat, alors que la technologie est complexe et coûteuse, ces avions disposent d’une capacité d’emport en armes et d’un rayon d’action plus faibles que des avions traditionnels. Généralement, les STOVL sont des porte-aéronefs légers (de 20.000 à 40.000 t) servant aussi de porte-hélicoptères, de navires amphibies de débarquement et de navires de commandement. L’Italie, l’Espagne et les Etats-Unis disposent de tels «navires universels», déployant des F-35B. Dans les prochaines années, le Japon transformera aussi ses deux porte-hélicoptères Izumo pour qu’ils puissent emporter des F-35B. Cas particulier, le Royaume-Uni a quant à lui fabriqué deux porte-avions lourds (classe Elizabeth – 70.000 tonnes), mais qui, malgré leur fort déplacement, ne seront « que » des STOVL, choix qui s’explique surtout pour des raisons budgétaires.
  • STOBAR (pour Short Take Off But Arrested Recovery) : les avions décollent toujours au moyen d’un tremplin mais sont arrêtés par des brins d’arrêt. Solution intermédiaire, elle nécessite quand même des avions moins performants, non en raison de l’atterrissage, mais du décollage. La Russie (un navire en cours de modernisation), l’Inde (un navire en service, un en construction) et la Chine (un navire en service, un en essai) disposent de tels navires qui sont en général une première étape en attendant de l’introduction de véritables CATOBAR.
  • CATOBAR (pour Catapult Assisted Take Off But Arrested Recovery) : les avions décollent au moyen de catapultes et atterrissent grâce à des brins d’arrêt. C’est le système le plus cher, mais aussi le meilleur, qui permet de déployer des avions plus performants et de divers types, par exemple des avions de guet aérien «AWACS», essentiels pour qu’un groupe aéronaval dispose d’une véritable autonomie d’action. Parmi les CATOBAR, les porte-avions à propulsion nucléaire sont le graal, disposant d’une autonomie presque illimitée. Seuls les Etats-Unis (dix navires, tous nucléaires) et la France (un navire, nucléaire) en disposent. La Chine en construit deux (dont un à propulsion nucléaire). L’Inde envisage aussi une solution CATOBAR pour son troisième porte-avions, mais en est encore loin.

La Corée du Sud pourrait donc vouloir entrer dans ce tout petit club des propriétaires de CATOBAR. Rappelons qu’avec 1500 milliards de dollars, le PIB sud-coréen place Séoul entre l’Espagne et l’Italie (avec l’avantage, comme Rome d’ailleurs, d’être l’un des leaders mondiaux de la construction navale). Dans son rapport, Choi Jae-ung a présenté deux projets :

  • L’un de 41.500 tonnes de déplacement et de 240 mètres de long avec un seul ilot central. Un tel navire serait proche (à la propulsion nucléaire près) du Charles-de-Gaulle français, très compact pour sa catégorie.
  • L’autre de 71.400 tonnes de déplacement et de 298 mètres de long avec deux ilots centraux, à la façon des Queen Elizabeth britanniques, mais avec des catapultes et des brins d’arrêt en plus.

«Compte tenu du taux d’expansion militaire actuel dans les principaux pays d’Asie du Nord-Est, le futur champ de bataille de 2033 sera très différent de celui d’aujourd’hui. Vous devriez revoir vos changements de plan», s’est justifié le député sud-coréen pour justifier un tel saut capacitaire pour la marine sud-coréenne. Pour comprendre le message sous-jaçent, il faut savoir qu’en juillet, des rumeurs venant de l’Etat-major avait annoncé la construction prochaine de nouveaux porte-hélicoptères capables d’emporter des F-35B, ce qui ferait déjà entrer la Corée du Sud dans la catégorie STOVL. Séoul possède actuellement deux porte-hélicoptères de classe Dokdo (type LPX-I, déplacement de 19.000 tonnes) qui ne sont pas équipés pour des avions de chasse à décollage court et atterrissage vertical. Le projet consiste à produire une version agrandie de ceux-ci (environ 30.000 tonnes) et adaptée au F-35B, ce qui en feraient l’équivalent des deux Izumo japonais modernisés. Confirmant ces rumeurs, le chantier naval Hyundai Heavy Industries (HHI) a signé cette semaine un contrat pour la conception d’un tel navire amphibie universel de nouvelle génération (LPX-II).

Projet LPX-II de navire amphibie universel emportant des F-35B versus le porte-hélicoptères «Dokdo» (LPX-I).

Pour Choi Jae-ung, cette avancée ne serait pas suffisante en raison des limites inhérentes à la solution STOVL, idéale pour appuyer dans les airs des opérations amphibies, mais qui souffre de deux insuffisances. Première insuffisance si l’on observe que les logiques contemporaines de déni d’accès permettent de mettre en œuvre des défenses de plus en plus denses et de plus en plus étendues qui rendent le couple «porte-avions léger + chasseurs STOVL» vulnérable : de tels navires embarquent généralement une quinzaine de chasseurs armés trop légèrement et disposant d’un rayon d’action assez faible (869 km seulement pour le F-35B). Deuxième insuffisance si l’on se place dans une perspective océanique et dans l’optique du retour de combats navals en haute mer, ce couple apparaît là encore insuffisant, pour les mêmes raisons. Rappelons qu’historiquement, les porte-avions ne sont pas seulement un outil de projection contre un territoire ennemi, mais sont d’abord, si l’on observe par exemple les grandes batailles du Pacifique, un outil tant de supériorité aérienne que de frappes anti-navires.

L’argumentation du député sud-coréen rejoint celle qui sous-tend l’acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire, qui permet d’étendre substantiellement le rayon d’action d’une sous-marinade pour qu’elle acquière, là aussi, une dimension océanique (y compris dans l’optique de protéger un groupe aéronaval). D’un point de vue stratégique et étant donné que de tels projets sont une projection de ce que pourrait être la marine sud-coréenne dans dix voire plutôt quinze ans, tout semble indiquer que Séoul ne se place plus seulement dans la perspective d’un conflit localisé avec la Corée du Nord, mais bien dans celle d’un conflit régional de haute intensité dans lequel elle ne pourrait plus simplement reposer sur le soutien des Etats-Unis mais devrait acquérir un degré supérieur d’autonomie.

Un dernier élément qui va dans le sens d’une marine élaborée davantage dans une perspective océanique et dans l’optique d’un conflit à haute intensité concerne les navires de combat de premier rang. Cette semaine, Séoul a en effet passé commande auprès de HHI pour le premier exemplaire de trois nouveaux destroyers de classe Sejong The Great (ou KDX-III). Ces navires particulièrement imposants (10.600 tonnes de déplacement) et équipés du système de combat américain AEGIS associé à un grand nombre de missiles (128 ayant diverses missions) sont déjà au nombre de trois dans la marine sud-coréenne (entrés en service entre 2008 et 2012).

Destroyer KDX-III de classe «Sejong The Great»

Alors que les pays européens privilégient des frégates de 6.000 à 7.000 tonnes équipées d’une trentaine ou d’une quarantaine de silos verticaux (VLS) pour le lancement de missiles (16 missiles mer-air Aster et 16 missiles de croisière navals mer-sol pour nos FREMM par exemple), Chinois, Japonais et Sud-Coréens investissent, comme les Américains, dans des destroyers de plus fort tonnage, frôlant voire dépassant les 10.000 tonnes et disposant d’un nombre de silos de missiles proche voire supérieur à 100. Nul doute que ces navires sont pensés pour le combat de haute intensité en haute mer. Le tableau ci-dessous qui établit la liste de la plupart des frégates et destroyers dans le monde avec leur déplacement et leur nombre de silos de missiles est assez parlant : les pays européens sont absolument absents du haut du classement (la présence du Royaume-Uni devant être sérieusement relativisée – cf. note ci-dessous).

PaysClasseNombre (+ construction)DéplacementVLS
Corée du SudSejong the Great3 (+3)10.600 t128
Etats-UnisTiconderoga229.800 t122
ChineType 0551 (+5)12.000 t112
JaponMaya210.500 t96
JaponAtago210.000 t96
Etats-UnisArleigh Burke IIA399.200 t96
JaponKongo49.500 t90
Etats-UnisArleigh Burke I/II288.400 t90
Royaume-UniType 26(+2)7.600 t72*
ChineType 052D12 (+8)7.500 t64
Corée du SudChongmugong65.500 t64
RussieGorchkov-M(+2)5.400 t56
Royaume-UniType 4568.500 t48
ChineType 052C67.000 t48
ItalieOrrizzonte27.000 t48
FranceHorizon27.000 t48
EspagneAlvaro de Bazan56.300 t48
RussieGorchkov45.400 t48
JaponAsahi26.800 t32
JaponAkizuki46.800 t32
ItalieBergamini8 (+2)6.700 t32
FranceAquitaine (FREMM)5 (+3)6.000 t32

* Tous les VLS sont loin d’être semblables : certains disposent de silos de petites tailles, pouvant emporter des missiles anti-aériens de courte portée peu encombrants. Par exemple, la défense d’une nouvelle frégate de Type 26 britannique repose sur 48 Sea Ceptor, missile dont la portée ne dépasse pas les 25 km. Elle peut donc en emporter beaucoup plus qu’une FREMM n’emportera d’Aster 30, dont la portée dépasse les 120 km mais qui est beaucoup plus volumineux. Observer le nombre de VLS ne suffit donc pas.

Cette description purement quantitative ne permet donc pas de juger entièrement de la capacité réelle de ces navires. On sait par exemple que nos FREMM sont considérées comme étant parmi les meilleurs bâtiments du monde en matière de détection sous-marine. De même, si les destroyers chinois sont, sur le papier, l’égal des navires otaniens, on ne sait pas si cette égalité se maintiendrait sur le champ de bataille. Cet état des lieux permet en revanche de décrire une dynamique d’accroissement capacitaire à laquelle l’Europe ne semble aucunement participer. Ce n’est pas forcément un mal : il est vrai que le cœur de la menace est probablement en Asie, loin de la veille Europe, mais encore faut-il en avoir conscience pour adapter notre politique et notre stratégie à la réalité de nos moyens.

Pour la Corée du Sud, au-delà d’un conflit de voisinage avec le Nord, la première menace à moyen terme est bien entendu chinoise : elle est la plus sérieuse, la plus structurelle, et la seule à pouvoir donner lieu à un conflit régional de haute intensité. Mais il ne faut pas oublier non plus les tensions qui resurgissent entre Séoul et Tokyo. Remontant à l’invasion par le Japon impérial de la péninsule coréenne dans les années 1930, elles connaissent depuis un an de nouveaux développements, certes d’abord économiques et commerciaux, mais qui comportent aussi une dimension territoriale. Le Japon continue de revendiquer les îles Dokdo, que contrôle Séoul, en mer de Chine orientale. Il n’est pas anodin que les Sud-Coréens aient décidé de baptiser leurs porte-hélicoptères du nom de ces îles. Autre signe de ces animosités historiques : pour la revue annuelle de la flotte japonaise cette semaine, qui a finalement été annulée en raison du typhon, un très moderne destroyer chinois de Type 052D a fait le voyage, malgré les tensions géopolitiques du moment. Mais de navires sud-coréens, il n’y en avait point. Il ne fait pas de doute que Chinois et Japonais regarderont avec attention les développements à venir de la marine sud-coréenne. Autant que les Américains, qui se frottent les mains en anticipant de juteux contrats d’exportation, qu’ils concernent le F-35 ou les systèmes de missiles équipant les destroyers «Aegis», grands gagnants de ce climat d’anxiété.

* Passionné par la géopolitique et les questions de défense, diplômé de Sciences Po Paris et licencié en philosophie de l’Université Paris-Sorbonne, Alexis Feertchak est journaliste au Figaro, rédacteur en chef et fondateur du journal iPhilo et membre fondateur de Geopragma.

http://geopragma.fr/index.php/2019/10/19/en-coree-du-sud-la-course-a-la-haute-mer/

Quand Sentsov soutient les néonazis d’Azov contre le processus de paix en Ukraine : le début d’une carrière politique ? – par Karine Bechet-Golovko

Quand Sentsov soutient les néonazis d’Azov contre le processus de paix en Ukraine : le début d’une carrière politique ? – par Karine Bechet-Golovko

mercredi 30 octobre 2019, par Comité Valmy

Quand Sentsov soutient les néonazis d’Azov
contre le processus de paix en Ukraine :
le début d’une carrière politique ?

L’on se souvient de la rencontre organisée à Strasbourg au Conseil de l’Europe entre Macron et le réalisateur Sentsov, pris sur le fait et condamné pour terrorisme en Russie, qui a été échangé avec d’autres détenus contre des prisonniers politiques Ukrainiens. Ce même « grand réalisateur » – selon les médias occidentaux – vient, non pas d’annoncer un fantastique projet de film, mais simplement de déclarer avoir honte de Zelensky, lorsque celui-ci s’est confronté aux nationalistes d’Azov qui refusent le cessez-le-feu et être fiers de ces néonazis qui défendraient l’Ukraine. En tout cas, l’Ukraine de Sentsov et des néonazis. Les contours d’un nouveau projet politique prennent jour.

Sentsov a bénéficié d’un soutien total en Europe, sans aucun esprit critique. Le Parlement européen lui avait conféré le prix Sakharov ( voir notre texte ici), légitimant ainsi le recours aux moyens terroristes, qui n’ont rien à voir avec la liberté d’expression. Les médias se sont totalement engagés aussi allant jusqu’au Fake pour sensibiliser l’opinion publique ( voir notre texte ici), faisant de Sentsov un condamné aux travaux forcés (Cayenne n’existe plus non plus en Russie), victime de ses idées et non pas en raison d’actes terroristes. Ces mêmes médias passant totalement sous silence les déclarations d’un vétéran de l’opération armée ukrainienne dans le Donbass lors d’une conférence de l’OSCE reconnaissant lui avoir fourni les moyens techniques ( voir notre texte ici).

Pour le monde occidental, c’est bien une victime « du régime de Poutine » qui a été libérée en la personne de Sentsov. Comme l’écrit la presse française, « c’était un réalisateur prometteur » jusqu’à ce que son « engagement politique lors du soulèvement pro-européen du Maïdan » ne le conduise dans les prisons russes « suite à un procès stalinien » pour terrorisme.

La présentation est convenue, le Bien d’un côté, soutenu par « le monde libre », le Mal de l’autre côté, celui de la Russie. C’est pourquoi Macron a évidemment rencontré Sentsov au Conseil de l’Europe, lui réaffirmant tout le soutien du « monde libre » en sa personne. Au-delà du ridicule présomptueux de la chose, l’on notera que le journaliste ukrainien Vychinsky, lui réellement condamné en Ukraine en raison des publications et non pas pour des actes terroristes, n’a pas été convié après son échange au grand raout démocratique du Conseil de l’Europe et n’a pas pu recevoir le soutien du « monde libre », en la personne ou non de Macron. Mais peu importe, il paraît que préparer des attentats cela s’appelle de la « rébellion créative » – lorsque ces attentats sont dirigés contre la Russie :

Et les accrédités du « monde libre », je ne sais pas s’il s’agit de fanatisme ou d’idiotie, sont en pleine pâmoison : ils peuvent enfin se rassasier de leur « héros créatif », qui leur a été rendu en pleine possession de ses moyens. Décidément, le « FSB » n’est plus ce qu’il était …

Manifestement, ce « monde libre » et Macron ont un don particulier pour choisir leur clan. Zelensky s’embourbe dans le conflit du Donbass, les bataillons extrémistes (amis de Sentsov) refusent de rendre les armes et de mettre fin au conflit ( voir notre texte), organisant parallèlement des mouvements de foule dans le pays. Assez courageusement, il faut le reconnaître, il décide de se rendre sur place pour voir ce qui se passe.

La conversation fut menée « à la Zelensky », mais en substance  : arrête de me prendre pour un imbécile, je suis le Président, je ne suis pas venu négocier quoi que ce soit avec toi, rends les armes un point c’est tout.

Les radicaux en Ukraine ont mal pris la chose, qui pourtant s’inscrit totalement dans le cadre des accords défunts de Minsk. Cette démarche devrait donc être soutenue par le « monde libre » et toutes ses composantes, ses amis, ses soutiens et ses protégés. Puisque tous sont dans le clan du Bien.

Or, l’un des protégés vedettes, le réalisateur Sentsov, rappelez-vous, « prometteur », mis dans les geôles poutiniennes suite à un « procès stalinien » (ce qui veut dire « monté de toutes pièces »), vient justement de contredire ses défenseurs aveugles et de rendre raison à ses juges (manifestement pas staliniens) :

Ainsi, après avoir visionné la vidéo de Zelensky demandant aux groupes armés de déposer les armes, il déclare avoir honte de ce Président et être fier des bataillons (néonazis). Il veut simplement les remercier, grâce à eux les Ukrainiens ont encore leur pays.

Si Sentsov a une position « pro-européenne », c’est manifestement celle de l’Europe des années 30 …

Il semblerait que ces déclarations n’aillent pas tout à fait dans le sens d’une « victime » d’un procès monté. Il maintient et reconnaît ses positions et réitère son soutien aux groupes armés néonazis combattant dans le Donbass. Etrangement, la presse occidentale ne reprend pas ces déclarations. Il est vrai qu’elles n’entrent pas dans la configuration du monde bisounours. Quoi qu’il en soit, le projet politique « Sentsov » est plein de perspectives …

Karine Bechet-Golovko
lundi 28 octobre 2019

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article11522

La paix ou la lutte contre le CO2 : il faut choisir sa priorité par Thierry Meyssan

La paix ou la lutte contre le CO2 :
il faut choisir sa priorité
par Thierry Meyssan

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 29 octobre 2019

mercredi 30 octobre 2019, par Comité Valmy

Entrepreneur haut en couleur, Donald Trump s’est engagé à « Make America Great Again ! » en démantelant l’Empire américain. Il a favorisé la production d’énergie fossile aux USA et retire ses troupes du Moyen-Orient élargi ; une politique qu’il n’aurait pas pu mener sans retirer son pays de l’Accord de Paris.


La paix ou la lutte contre le CO2 :
il faut choisir sa priorité

Deux politiques sont menées au niveau mondial. La première vise à défendre l’avenir de l’humanité en mettant fin à la principale cause actuelle des guerres : l’accès aux sources d’énergie fossiles. La seconde entend défendre la planète en limitant la production de CO2, principalement imputable à l’usage des énergies fossiles. Ces deux politiques se contredisent. Il importe de choisir sa priorité.

Dans une note diffusée par la Maison-Blanche le 23 octobre 2019, le cabinet du président Donald Trump annonce que les États-Unis n’ont plus besoin de livrer des guerres pour s’approvisionner en pétrole [1].

Exit la « Doctrine Carter » qui répondit aux révélations sur les crimes de la CIA, à la défaite US au Vietnam, au scandale du Watergate et à la crise pétrolière mondiale de 1974. Pour redonner confiance en eux-mêmes à ses concitoyens, le président Jimmy Carter prononça coup sur coup une importante allocution télévisée [2] et le discours sur l’état de l’Union de 1980 [3]. Il déclara que l’approvisionnement énergétique de l’économie US imposait de qualifier l’accès au pétrole du Moyen-Orient de « question de sécurité nationale ». Son successeur, le président Ronald Reagan, créa le CentCom, c’est-à-dire le Commandement militaire US de la région centrale, comme si le Moyen-Orient devenait subitement une province de l’Empire US.

Durant 21 ans, la politique mondiale s’est organisée autour de cette invraisemblable prétention de Washington. La zone couverte par le CentCom a plusieurs fois changé. Elle comprenait au départ la corne de l’Afrique jusqu’à l’Égypte, le Levant sauf Israël et parfois la Jordanie et le Liban, la péninsule arabique et l’Asie du Sud-Ouest. Toutes les guerres de 1980 à 2001 ont été prioritairement des conflits de ressource énergétique (sauf celles des Balkans qui constituaient le « laboratoire » de ce qui allait suivre).

Depuis 2001, la fourniture d’énergie à l’économie US est devenue secondaire. Le capitalisme ayant évolué, la priorité a été mise à la fourniture d’énergie et de matières premières à l’ensemble de l’économie globalisée (et au détriment des régions du monde non-globalisées). C’était la « Doctrine Rumsfeld/Cebrowski ». L’armée des États-Unis ne défendait plus les intérêts de la population US, mais des multinationales globalisées.

Les États-Unis ayant joué un rôle d’influenceur dans la crise pétrolière mondiale de 1974, elle ne les affecta pas. Mais une seconde crise n’aurait pas manqué de les toucher. C’est pourquoi, Edward Luttwak, Lee Hamilton et Henry Kissinger inspirèrent la Doctrine Carter. Il se trouve qu’ils jouèrent tous les trois un rôle prépondérant dans l’élaboration de la Doctrine Rumsfeld/Cebrowski : c’est Luttwak qui fut le maître à penser des comploteurs du 11-Septembre [4], Hamilton qui popularisa le mythe d’attentats ourdis par des terroristes islamistes [5] et Kissinger [6] qui confia à son assistant Paul Bremer le pillage de l’Iraq par une société privée, l’Autorité provisoire de la Coalition.

En retirant ses troupes de Syrie, le président Donald Trump n’a pas subi une défaite militaire, mais a obtenu une victoire politique. Conformément à la philosophie jacksonienne et à son programme électoral de 2016, il a mis fin aux doctrines Carter et Rumsfeld/Cebrowski.

Plusieurs millions de morts après le discours sur l’état de l’Union de 1980, la principale source de guerre dans le monde vient de disparaître.

Avant d’entrer en politique, Barack Obama rédigea les statuts de la Climate Exchange Plc. Arrivé en 9 ans à la Maison-Blanche, il poursuivit les destructions de George Bush au Moyen-Orient élargi et commanda la destruction de la Libye. C’est un fervent « défenseur du climat » et un soutien d’Emmanuel Macron lors de son élection en France.<P/>


Mais, compte tenu de la pression exercée contre lui au travers des élus démocrates, ce n’est pas cet aspect de sa politique que le communiqué de la Maison-Blanche met en évidence. Il souligne plutôt l’accroissement de la production de pétrole et de gaz qui ont fait en quelques années des États-Unis le premier producteur mondial de ces deux sources d’énergie fossile.

Ces résultats sont exacts, mais ne seront pas durables. En effet, selon l’Agence internationale de l’Énergie (AIE), la production de pétrole et de gaz de schiste US commencera à décliner dès 2023 ou 2024. Nous avons déjà expliqué que la stratégie imaginée par Mike Pompeo visait à tirer le maximum d’avantages avant ce déclin ; qu’en définitive, les États-Unis entendaient conserver une place de leader dans le marché mondial de l’énergie [7].

La Maison-Blanche poursuit en plaçant en exergue le retrait de l’Accord de Paris sur le climat. Ici, la défense de l’humanité s’oppose à la « défense de la planète ». Il appartient à chacun de choisir sa priorité. C’est une question philosophique de première importance à laquelle nous invitons nos lecteurs à réfléchir.

Pour alimenter cette réflexion, rappelons que le climat n’est pas stable, il change, se réchauffe naturellement et refroidit tout aussi naturellement.

-


 La théorie astronomique des paléoclimats est utilisée pour expliquer les trois cycles simultanés des climats aux temps géologiques. L’un des plus grands astronomes modernes, le Serbe Milutin Milanković, démontra durant la Première Guerre mondiale que trois facteurs influent sur le climat à travers la position de la Terre face au Soleil : l’excentricité de l’orbite terrestre, l’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre et la rotation autour de cet axe ; théorie qui a été vérifiée depuis par l’étude des carottes glaciaires.

-


 En 1967, Emmanuel Le Roy Ladurie (professeur au Collège de France) publia sa célèbre Histoire du climat depuis l’an mil.

Ceci n’évacue pas l’hypothèse d’une responsabilité humaine dans les évolutions climatiques actuelles, mais elle ne peut être que marginale.

Emmanuel Macron avait promis lors de sa campagne électorale de « verdir la Finance ». Obligé du super-milliardaire US Kevin Kravitz qui finança sa campagne, il a poursuivi la politique de ses prédécesseurs contre la Syrie et réclame aujourd’hui une intervention de l’Otan. Simultanément, il a pris le leadership de la « défense de la planète » via l’Accord de Paris.


Le débat actuel est faussé par deux éléments :

-


 En premier lieu, on confond la « science » et le « consensus scientifique ». La science est une construction logique et vérifiable. Le consensus scientifique, c’est l’air du temps parmi les scientifiques, mais ce n’est que l’air du temps. C’est très différent. Ainsi, dans l’Antiquité, Aristarque de Samos émit l’hypothèse de la révolution de la Terre autour du Soleil. Au XVIème siècle, Nicolas Copernic démontra cette théorie, mais lorsque au XVIIème siècle Galilée l’affirma à nouveau, il se heurta au consensus scientifique et fut condamné par l’Église catholique.

– En second lieu, la Climate Exchange Plc a proposé un système visant à faire payer les émetteurs de CO2. Il s’agirait ainsi de lutter contre le réchauffement climatique, bien que le CO2 soit un gaz parmi d’autres qui puisse impacter le climat. Des bourses climatiques ont été ouvertes à Chicago, puis Londres, Montréal, Tianjin et Sydney. Il se trouve que la Climate Exchange Plc a été fondée par un ancien directeur de la banque Goldman Sachs et le vice-président des USA, Albert Gore. Ses statuts ont été rédigés par un juriste alors inconnu, le futur président des USA, Barack Obama [8]. Bref, la peur du réchauffement climatique permet à quelques personnes puissantes et à elles seules de s’enrichir.

En conclusion : les effets du retrait militaire US du Moyen-Orient sont vérifiables aussi bien pour l’économie US que pour la paix dans cette région. Les effets du CO2 sur le climat sont hypothétiques et de toute manière marginaux.

Thierry Meyssan

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article11526

Guerre : Les américains sont à l’ouest ! Par Guillaume Berlat

GÉOPOLITIQUE29.octobre.2019 // Les Crises

Guerre : Les américains sont à l’ouest ! Par Guillaume Berlat

OTANUSAMerci88Je TweetJe commenteJ’envoie

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat,

« Les États-Unis d’Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence sans avoir jamais connu la civilisation » (Oscar Wilde). Quel décalage abyssal entre l’image de puissance et de clairvoyance intellectuelle que projettent les États-Unis à l’extérieur de leur pays (« row » pour « the rest of the world » ainsi désigné de manière méprisante) et la réalité moins reluisante d’une certaine forme d’impuissance et d’aveuglement (avec une constance qui mérite louange) sur la compréhension des questions internationales ! Et, pourtant, l’Amérique exerce une fascination sans limite sur nos centres des recherche (« think tanks », cela fait plus chic et plus sérieux ») – sans parler de l’école néoconservatrice (« la secte » ou « la meute ») qui fait la pluie et le beau temps dans la diplomatie française – qui ont les yeux de Chimène pour tous les concepts provenant d’Outre-Atlantique. À tel point que l’on peut se demander si le pays des Lumières ne manquerait pas de bons esprits capables de réfléchir de manière indépendante sur les évolutions du monde d’aujourd’hui, voire de les anticiper. Et cela est d’autant plus préoccupant que les dernières décennies sont truffées d’exemples de la faillite intellectuelle américaine sur le plan géostratégique : Vietnam, Afghanistan, Irak, Libye, Yémen, Irak-Syrie … Un véritable inventaire à la Prévert. Notre Oncle Sam (démocrate ou républicain), qui ose encore se présenter comme l’inspirateur d’essence divine du ou des progrès de la planète, apparait de plus en plus comme un marchand d’illusions de haut vol auquel il est hasardeux de faire confiance.

VIETNAM : LA GROSSE CLAQUE ASIATIQUE

Il est indispensable de revenir au siècle dernier pour apprécier la constance dans l’erreur des États-Unis dans les crises où ils ont décidé de s’impliquer. Après s’être félicités de la débâcle de Dien Bien Phu en 1954, les Américains entendent reprendre la place laissée libre par la France – la nature ayant horreur du vide – en déroute de la Quatrième République en Indochine. Petit à petit, ils constatent que l’affaire est moins simple que prévu. Ils y dépêchent d’abord quelques conseillers militaires pour épauler les Vietnamiens du Sud (sorte de rempart de l’Occident) en proie à un harcèlement constant des Vietnamiens du Nord (sorte de cheval de Troie du communisme). Cela n’étant pas suffisant, ils y envoient un véritable corps expéditionnaire pléthorique censé infliger une véritable correction à ces pouilleux du général Giap. L’affaire tourne mal. En dépit d’une guerre sans merci, de l’utilisation à outrance de l’aviation, de défoliants et autres armes intelligentes, l’aventure tourne à la débandade pour l’invincible Amérique. Les accords de Paris signent la fin de la récréation et l’une des plus grandes défaites militaire et idéologique des États-Unis de l’après Seconde Guerre mondiale. On se souvient du départ en catastrophe de l’ambassadeur des États-Unis de Saïgon à l’arrivée des troupes du Viêt-Cong. Pas très glorieux de se faire rosser par plus petit que soi. Ce serait du genre humiliant à y regarder de plus près.

Après le séisme produit dans le pays profond par la guerre du Vietnam, l’on pensait l’Amérique vaccinée contre le mal des expéditions coloniales aventureuses pensées et conduites par le très célèbre lobby militaro-industriel dictant sa loi au Pentagone mais aussi et surtout à la Maison Blanche. Mais, c’était mal le connaître. Après une accalmie d’une vingtaine d’année, l’Amérique est rattrapée par ses vieux démons qui vont la conduire en Afghanistan d’où elle avait largement contribué à chasser l’occupant soviétique en armant le bras des Talibans (Cf. les livraisons des missiles Stingersaux Talibans). La fable de l’arroseur arrosé, du retour du boomerang, toutes choses qu’Américains mal dégrossis ne veulent ou ne peuvent pas comprendre tant l’Amérique ne veut entendre les critiques de ses alliés sur leurs aventures hasardeuses. Elle préfère faire la sourde oreille, au mieux, clouer au pilori l’intrépide qui se permet de la critiquer, au pire. C’est la diplomatie du silence dans les rangs serrés des idiots utiles, des courtisans serviles qui sont légions à Evere, le siège de l’église atlantiste qui a pour nom Alliance atlantique ou NATO dans la langue de Shakespeare.

AFGHANISTAN : LE CIMETIÈRE DES EMPIRES

L’histoire ne serait-elle qu’un éternel recommencement en Afghanistan où les puissances étrangères (Britanniques, Soviétiques et Américains, épaulés par leurs idiots utiles) subissent échec après échec comme si régnait une sorte de malédiction sur ce pays ? Après avoir été éliminés par la coalition des suppos de Washington, les Talibans sont aujourd’hui de retour à Kaboul et ailleurs dans le pays.

L’élimination des Talibans

Plus près de nous, après les évènements tragiques du 11 septembre 2001, l’administration républicaine se lance dans une « guerre contre le terrorisme » en Afghanistan, enrôlant au passage ses idiots utiles d’alliés – plutôt alignés – de l’OTAN pour bouter le barbare (ami de la veille) hors de Kaboul et des principaux centres stratégiques du pays. Une fois encore, elle met le paquet, pour employer cette expression triviale. L’ennemi abandonne ses positions mais pas son idéologie. Peu après, elle décrète que l’ennemi islamiste est terrassé et que l’Afghanistan va entrer dans une nouvelle ère de paix, de prospérité et de démocratie heureuse (la mise en place des équipes de reconstruction provinciales ou PRT). Tout va très bien madame la marquise mais à part çà un petit rien… Les choses ne tournent pas dans le sens souhaité.

Le retour des Talibans

Presque vingt après le début de l’intervention militaire, le bilan est catastrophique. Les Talibans chassés de leurs fiefs reprennent le terrain perdu en infligeant de lourdes pertes aux troupes de la coalition et en faisant à nouveau régner la terreur dans le pays. Les femmes sont les victimes expiatoires de ces fous furieux. Donald Trump, qui comprend que la force ne paie pas, négocie avec eux, se promettant de quitter ce « cimetière des empires » avant 2020, élections obligent1. Fait intéressant à noter, les États-Unis se montrent d’une grande magnanimité avec l’Arabie saoudite (son grand allié depuis le Pacte du Quincy) alors même que les terroristes impliqués dans les attentats du 11 septembre 2001 sont en majorité originaires de ce pays comme du reste leur cerveau Oussama Ben Laden et qu’elle diffuse dans le monde un islam rigoriste (le wahhabisme) mortifère qui inspire les apprentis terroristes de tout poil, y compris ceux qui vivent en Occident. En termes d’indignation à géométrie variable, les Américains sont hors compétition. Bien évidemment, les alliés de l’oncle Donald (y compris le gouvernement fantoche de Kaboul) ne sont pas conviés aux négociations secrètes entre Américains et Talibans. Ils seront informés le moment venu du résultat des discussions et n’auront pas leur mot à dire. Merci pour tous les morts inutiles qu’ils laisseront derrière eux et qui se seront battus pour le roi de Prusse. Mais, ne nous arrêtons pas à de pareils détails mesquins. Les fameux alliés ont l’habitude d’avaler des couleuvres, des boas sans coup férir. Ils seraient même du genre masochistes et auraient même tendance à en redemander à l’occasion. Tournons notre regard vers l’Irak, objet de toutes les attentions de l’administration républicaine.

IRAK : GUERRES SANS FIN

L’élimination de Saddam Hussein

Dans sa grande sagesse, l’Amérique décrète, au début des années 2000, qu’elle va faire du « Grand Moyen-Orient » une sorte de laboratoire de la démocratie et de la loi du marché qui va étendre ses effets bénéfiques, de proche en proche, à la région au sens large par effet de domino à l’envers. Mais, il existe dans la zone un fauteur de troubles (« trouble maker ») désigné à la vindicte publique qui aurait la fâcheuse tendance à occuper l’un de ses voisins (le Koweït) en violation du droit international (il en sera puni), à aider en sous-mains les terroristes Al-Qaeda (pour se venger de la défaite qui lui a été infligée après l’invasion du Koweït) et, pire encore, à se doter illégalement d’armes de destruction massives, les fameuses ADM ou WMD en anglais (que l’on a du reste jamais trouvées même en cherchant bien). Occasion rêvée de lui rendre gorge, une bonne fois pour toutes et au passage de mettre la main sur ses ressources pétrolières. Chose dite, chose faite. En un tournemain, en dépit de l’opposition française (Cf. le discours de Dominique de Villepin de 2003 devant le Conseil de sécurité de l’ONU) et de l’absence d’autorisation du machin (dont l’Amérique n’a que faire), on règle son compte au tyran Saddam Hussein, on élimine tout ce qui, de près ou de loin, a collaboré avec le parti Bath et la bataille est, une fois de plus gagnée. Au passage, toute l’infrastructure administrativo-politique est mise à terre. Le pays est un bateau ivre sans capitaine, si ce n’est quelques marionnettes désignées à et par Washington mais qui ne représentent pas le pays réel. Sunnites et Chiites, sans parler des Kurdes, s’en donnent à cœur joie en commettant attentats sur attentats, plus horribles les uns sur les autres. Une sorte de surenchère permanente dans l’atrocité.

Les bégaiements de l’histoire

Mais, l’histoire semble inexorablement bégayer : bataille gagnée signifie immanquablement guerre perdue. Force est de constater que l’Irak entre dans une période de chaos indescriptible dont elle ne s’est toujours pas remise. Où l’Amérique passe, la paix trépasse. Un vieux classique des relations internationales que notre clergé médiatique a trop tendance à perdre de vue… sans parler de notre élite dirigeante, La Caste qui ignore tout des fondamentaux de la diplomatie. Nos braves inspecteurs des Finances qui confondent les règles de Bercy et celles du Quai d’Orsay. Il est toujours plus facile d’instaurer la pagaille que de rétablir l’ordre dans un pays morcelé et fragmenté entre différentes obédiences de l’Islam qui traine comme un boulet, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, le problème kurde. Tous les ingrédients sont ainsi réunis pour rendre toute réconciliation impossible et l’insurrection possible, voire automatique. Nous n’apprenons décidément rien des leçons de l’expérience.

Non content de cette nouvelle déculottée, les masochistes américains en redemandent et tournent leur regard vers la Libye et le Yémen. Attention, les pyromanes sont de retour. Danger imminent en perspective. Et, c’est bien le cas à la lumière de ce qui se passe et non de ce qui se dit dans nos gazettes et dans nos chancelleries diffuseuses de « bobards » à jet continu. Et cela dans la plus grande indifférence.

LIBYE, YÉMEN : DEUX AFFREUX BOURBIERS

Prenons deux exemples tirés d’une actualité récente pour éclairer notre lanterne et mieux comprendre la politique extérieure américaine ! Les crises en Libye et au Yémen2 en disent long sur l’indigence de la pensée stratégique occidentale en ce début de XXIe siècle, sur l’incapacité de nos bons apôtres à ne pas tomber à pieds joints dans les pièges qu’ils ont eux-mêmes armés volontairement en pensant y piéger l’ennemi.

Libye, un État failli

Il n’est nul besoin de s’appesantir sur la pagaille monstre qui prévaut actuellement en Libye (dans le pays, au sud et au nord pour faire bonne figure) à la suite de l’intervention d’une coalition à laquelle les États-Unis ont prêté main forte même si la France du Petit Nicolas et du grand BHL a joué le rôle de mauvais génie. Une fois encore, bataille gagnée sur le très court terme, guerre perdue sur le long terme. Souvenons-nous des propos lyriques de Nicolas Sarkozy après la mise à mort du guide suprême (celui qui aurait financé sa campagne électorale). Nous en mesurons les multiples conséquences négatives aujourd’hui encore sur le continent africain mais aussi en Europe à travers la crise migratoire. Qu’est-ce que l’Occident a gagné dans cette guerre stupide que nous n’avions pas réfléchie autant qu’elle le méritait ?

Yémen, la « pire catastrophe humanitaire »

Il n’est pas plus besoin de s’arrêter sur l’aide logistique énorme fournie par l’Amérique à son grand allié saoudien3 pour écraser les rebelles houthis avec le succès que l’on sait4. Aujourd’hui, les Emirats arabes unis (EAU) prennent la poudre d’escampette, pour tenter d’échapper, un jour prochain qui sait, aux foudres de la Cour pénale internationale (CPI) en raison des crimes de guerre et autres crimes contre l’humanité (quelques peccadilles) commis dans cette « Arabie heureuse » par l’Arabie saoudite de MBS5. Pour sa part, la France éternelle n’est pas exempte de tout reproche dans cette sale guerre. Une fois n’est pas coutume, les Européens, Allemands en tête refusent de se laisser entraîner dans une improbable nouvelle coalition destinée à jouer les gendarmes du monde dans le détroit d’Ormuz comme le souhaitent les Américains pour punir les Iraniens6. Un sursaut de bon sens et d’orgueil de l’Europe est si rare pour être relevé. Il devrait se prolonger par une construction de sa puissance, condition de son autonomie stratégique. Mais, nous en sommes encore loin.

IRAK-SYRIE : LA FIN DE L’ÉTAT ISLAMIQUE

Après le temps de la guerre la fleur au fusil, vient le temps de la divine surprise, à savoir que la guerre n’aurait servi à rien en dépit des morts ayant donné leur vie pour la bonne cause. Mais, cela ne fait pas la une des grands quotidiens ou des actualités télévisées, ni même des réseaux prétendument sociaux.

La guerre la fleur au fusil

Dans la foulée des « révolutions arabes » au début de la deuxième décennie du XXIe siècle, l’EIIL s’empare d’une portion importante des territoires irakien et syrien pour y installer un califat, pour y faire régner une terreur sans précédent, pour s’accaparer des ressources pétrolières et financières, pour diffuser une propagande mortifère, pour semer la terreur dans la zone (en particulier contre les Kurdes et les Chrétiens) mais aussi en Europe (multiplication des attentats en particulier en France)… C’en est trop pour l’Amérique et ses fidèles affidés dont la France hollandaise et macronienne ! Il faut aller guerroyer pour bouter hors des villes et des campagnes la soldatesque de l’État islamique et ses nébuleuses bien aimées de Laurent Fabius obnubilé par le départ de Bachar Al Assad. Une fois encore, la bataille est rapidement remportée grâce à la supériorité technologique indiscutable occidentale. Les combattants, qui n’ont pas été éliminés, s’évaporent dans la nature. On les dit épuisés et peu désireux de reprendre le combat. Mais, c’est mal connaître les fanatiques de la région. Au début de l’année 2019, Américains, mais aussi nos Pieds Nickelés français (Macron-Parly-Le Drian), clament que la « bête immonde » a été vaincue. Alléluia ! Nous allons enfin pouvoir dormir sur nos deux oreilles. L’ordre occidental règne sur l’Orient compliqué en dépit d’une réinstallation de la Russie en Syrie. Comment en aurait-il pu être autrement tant nos élites sont certaines de leur fait ? La force l’a emporté contre le mal incarné par l’état islamique et sa folie destructrice. Tout va très bien dans le meilleur des mondes des bisounours que nous servent régulièrement nos perroquets à carte de presse qui sévissent quotidiennement sur les chaînes d’abrutissement en continu. Mais, patatras…

La divine-mauvaise surprise

Oh, surprise en ce début du mois d’août 2019, quelques informations aussi baroques qu’inquiétantes nous parviennent du Pentagone, une sorte d’usine à bobards. Tel Lazare, l’EIIL renaitrait de ses cendres, envisagerait de reprendre ses opérations militaires en Irak et en Syrie, de commettre quelques attentats en Europe pour bien démontrer qu’il n’a rien perdu de sa vigueur et de son audience en dépit de sa mise à l’écart des grands centres urbains. Dans la foulée, et comme un seul homme, la communauté du renseignement occidentale reprend les saintes écritures américaines en les psalmodiant à longueur de journée sur les chaînes d’abrutissement en continu. La peste islamiste pourrait de nouveau sévir dans nos villes et dans nos campagnes dès la rentrée de septembre. Qu’on se le dise ! Il est plus facile de gagner une bataille sur le terrain qu’une guerre idéologique.

Si nous comprenons bien, vérité de janvier ne serait plus vérité d’août ! Curieux. De deux choses l’une, soit la propagande officielle occidentale éhontée (pour une fois, les « fake news » ne viendraient pas ou plus du Kremlin) nous avait trompés en nous disant que la bataille contre l’EIIL avait été gagnée pour nous enfumer avec de bonnes paroles rassurantes, soit nos éminents stratèges avaient mal analysé la situation sur le terrain en dépit de leurs immenses capacités de renseignement, ce qui ne serait pas très glorieux pour la puissante Amérique. Dans tous les cas, tout ceci ne serait pas très rassurant en termes de garantie de notre sécurité. Le moins que l’on puisse dire est que la Syrie a été une défaite pour l’Occident dont les conséquences sont graves sur le plan mondial. Mais, en France, on préfère sanctionner le colonel Legrier qui a eu l’immense tort de dire ce qu’il pensait de l’alignement de la stratégie française sur celle des États-Unis en Irak et en Syrie que ceux qui encensaient Jupiter. Le militaire a dit la vérité, il doit être exécuté. Au passage, nous subissons les foudres de l’ONU pour renvoyer en Irak quelques illuminés7. La fessée est magistrale8. Décidément, le machin ne manquera pas de nous surprendre… en mal au moment même où il est incapable de s’acquitter de sa mission de maintien de la paix et de la sécurité internationales sur terre. Rôle qui serait d’autant plus opportun alors que les relations internationales sont basées sur la puissance. La force prime désormais le droit.

La suite au prochain numéro. C’est bien connu la puissante Amérique ne s’épanouit qu’en se trouvant de nouveaux ennemis que l’on va abattre définitivement sous le poids de bombes de plus en plus sophistiquées et intelligentes (« smart » pour les experts). C’est surtout bon pour les vendeurs d’armes qui n’ont rien à faire de la paix dans le monde9. Il lui a fallu de nombreuses années pour se remettre de la perte de l’ennemi héréditaire que fut l’Union soviétique après la chute du Mur de Berlin. Les terroristes ont fait et continuent de faire encore l’affaire. Mais, la liste s’est allongée depuis : Russie de nouveau, Chine qui découvre la fée sanction10 comme la Corée du nord et l’Iran punie d’avoir respecté ses engagements nucléaires souscrits dans l’accord de Vienne du 14 juillet 2015, déchiré par Donald Trump. Tout va très bien, le lobby des armes a des arguments pour vendre des armes manu larga et se remplir les poches. Drôle de conception de la paix dans le monde que celle qui nous vient d’Outre-Atlantique ! Au passage, la montée des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ainsi que les tensions artificielles dans le détroit d’Ormuz font monter les cours du baril de pétrole. Encore, une excellente occasion d’en tirer profit pour certains attirés par le lucre11.

« L’histoire se répète toujours deux fois, la première en tragédie, la seconde en farce »12. Et, c’est bien ce que nous constatons aujourd’hui à propos de nos amis et alliés d’Outre-Atlantique. L’Amérique est décidément indécrottable. Elle galope d’échec militaire en échec militaire sans qu’elle n’en tire les conclusions qui s’imposent. En dehors de ses questions intérieures (et l’on peut en douter à l’aune d’affaires récentes de toutes natures13, en particulier les récentes tueries14), l’Amérique ne comprend rien au monde extérieur. Il lui est tout à fait étranger, pour ne pas dire totalement étranger. Les Américains ne comprennent rien au passé, au présent et encore moins à l’avenir. Rappelons que l’éternité est faite de trois dimensions, celle du passé, celle du présent, celle de l’avenir !

Les Américains estiment, à tort, que le monde va se plier à leurs désirs, à leurs exigences de cowboys, de shérifs du monde. Mais, cela ne fonctionne pas ainsi. Ce serait plutôt le contraire. Ils sont contraints de tirer les conséquences de leurs défaites en laissant des États au bord du chaos généralisé. Mais, ils ne sont pas spécialement adeptes du retour d’expérience (« retex » chez les militaires) pour éviter de reproduire les mêmes erreurs. Cela leur éviterait de graves déconvenues.

Quand les Européens voudront-ils bien reconnaître que l’OTAN, c’est-à-dire les États-Unis, est une menace pour l’Europe parce qu’elle est un instrument de déresponsabilisation et un outil de maintien et de renaissance des tensions en Europe ?15 Ils e peuvent attendre la fin des divisions entre l’est et l’ouest pour agir. Mais, trêve de plaisanterie. L’honneur est sauf. L’Amérique est à l’Ouest géographiquement mais elle l’est aussi sur le plan géostratégique.

Guillaume Berlat
19 août 2019

1 Jacques Follorou, Afghanistan : les Américains pourraient partir fin 2020. Washington et les talibans sont engagés depuis onze mois à Doha dans des négociations de paix, Le Monde, 10 août 2019, p. 4.
2 Hélène Sallon, Yémen : des fissures dans le front antihoutistes, Le Monde, 13 août 2019, p. 3.
3 Renaud Girard, L’incroyable fiasco saoudien au Yémen, Le Figaro, 13 août 2019, p. 19.
4 Delphine Minoui, Yémen : le front anti-houthiste vole en éclats, Le Figaro, 12 août 2019, p. 8.
5 Trump parrain de la bombe saoudienne ?, Le Canard enchaîné, 7 août 2019, p. 3.
6 Norbert Röttgen, Dans la crise du détroit d’Ormuz, l’Europe doit se détacher des États-Unis, Le Monde, 11-12 août 2019, p. 27.
7 Inès Daif, L’ONU critique le traitement des djihadistes français, Le Figaro, 12 août 2019, p. 8.
8 Allan Kaval/Hélène Sallon, Transfert des djihadistes : l’ONU interpelle Paris, Le Monde, 13 août 2019, p. 2.
9 Alain Joxe, Les guerres de l’empire global, éditions La Découverte, 2012.
10 Claude Angeli, Course à la guerre froide entre Pékin et Washington, Le Canard enchaîné, 7 août 2019, p. 3.
11 Nabil Wakim, Le marché mondial de l’or noir au bord de la crise, Le Monde, 13 août 2019, p. 9
12 Régis Debray, L’Europe fantôme, Gallimard, 2019, p. 41.
13 Mathieu Bock-Côté, Les racines de la violence aux États-Unis, Le Figaro, 10-11 août 2019, p. 19.
14 États-Unis : plus de 250 tueries depuis janvier… Et Trump défend toujours les armés ricains !, Le Canard enchaîné, 7 août 2019, p. 1.
15 Général Desportes : « L’OTAN est une menace pour l’Europe », Le Figaro, 25-26 mai 2019, p. 20.

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 19-08-2019

Nous vous proposons cet article afin d’élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s’arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]

https://www.les-crises.fr/guerre-les-americains-sont-a-l-ouest-par-guillaume-berlat/

Washington envisage de sortir d’un traité autorisant la surveillance des mouvements militaires des pays signataires

Washington envisage de sortir d’un traité autorisant la surveillance des mouvements militaires des pays signataires

PAR LAURENT LAGNEAU · 10 OCTOBRE 2019

Après avoir dénoncé le Traité sur les forces nucléainres intermédiaires [FNI] au motif que la Russie en avait violé les dispositions en déployant un missile interdit [le Novator « 9M729 », en l’occurrence], l’administration Trump envisagerait d’en faire de même avec un autre texte négocié et signé à la fin de la Guerre Froide.

En 1992, à Helsinki, 34 pays membres de l’Otan et de l’ex-Pacte de Varsovie adoptèrent le traité dit « Open Skies », lequel autorise des vols d’observation non armés au dessus du territoire des signataires, afin de surveiller les éventuels mouvements militaires des uns et des autres. Ce texte est entré en vigueur 2002, après sa ratification par le Parlement russe.

Concrètement, chaque signataire doit accepter un certain nombre de survols de son territoire à des fins d’observation [on parle alors de quota passif]. En échange, il peut effectuer autant de vols qu’il en a reçus [quota actif], à la condition d’adresser un préavis de 72 heures aux autorités du pays concerné.

Outre le fait que ce traité permet de renforcer la confiance mutuelle entre les signataires, il peut aussi être utilisé à des fins plus politiques. Ainsi, par exemple, les États-Unis envoyèrent l’un de leurs deux avions OC-135B « Open Skies » survoler l’Ukraine afin de marquer leur soutien à Kiev après l’arraisonnement de navires ukrainiens par la garde-côtière russe dans le détroit de Kertch, en novembre 2018.

Seulement, selon CNN, qui cite un responsable américain, l’administration Trump a l’intention de dénoncer ce traité au motif que la Russie aurait manqué, là aussi, à ses obligations, notamment en restreignant les vols au-dessus de l’enclave – fortement militarisée – de Kaliningrad. Une annonce en ce sens devrait bientôt être faite.

« [Le président russe] Vladimir Poutine a violé le traité ‘Ciel ouvert’ pendant dans des années en continuer à bénéficier de vols de surveillance au-dessus des États-Unis. Le président [Trump] devrait s’en retirer et redéployer les centaines de millions de dollars que le Pentagone gaspille en vols d’observation pour accroître les capacités de combat des États-Unis », a par ailleurs résumé Tom Cotton, un sénateur républicain.

Cependant, des élus démocrates s’inquiétent du projet de M. Trump. Et cela d’autant plus que, pour le moment, Washington n’a nullement consulté ses alliés au sujet de ses intentions.

« Le retrait du Traité Ciel ouvert, un important accord multilatéral sur la maîtrise des armements, serait un cadeau supplémentaire de l’administration Trump à Poutine », ont ainsi estimé les sénateurs démocrates Bob Menendez et Jack Reed, ainsi que les représentants Eliot Engel et Adam Smith, dans un courrier [.pdf] adressé au chef du Pentagone, Mark Esper, et à Mike Pompeo, le secrétaire d’État.

« Non seulement il n’y a aucune raison de s’en retirer pour des raisons de sécurité nationale et il n’y a eu aucune consultation du Congrès ou de nos alliés au sujet de cette décision », affirment les parlementaires démocrates.

De son côté, un porte-parole du Pentagone a expliqué que la Russie n’avait pas respecté ce traité par le passé et que, en conséquense, les États-Unis avaient imposé des mesures [de restriction] lors du survol par les Russes du territoire américain [en 2017, ndlr]. « Nous continuerons à travailler avec nos partenaires pour faire pression sur la Russie afin qu’elle respecte le traité », a-t-il assuré.

Paradoxalement, les élus démocrates qui ont dénoncé le projet de l’administration Trump ont indirectement reçu le soutien de l’ambassade de Russie à Washington. « Nous considérons que le Traité Open Skies est un instrument important pour assurer la sécurité européenne au même niveau que le document de Vienne de 2011 sur les mesures de confiance et de sécurité », a-t-elle plaidé.

http://www.opex360.com/2019/10/10/washington-envisage-de-sortir-dun-traite-autorisant-la-surveillance-des-mouvements-militaires-des-pays-signataires/

Les forces turques et syriennes impliquées dans un accrochage sérieux dans la zone frontalière

Les forces turques et syriennes impliquées dans un accrochage sérieux dans la zone frontalière

PAR LAURENT LAGNEAU · 29 OCTOBRE 2019

Le 27 octobre, et conformément à ce qui leur avait été demandé dans le cadre de l’accord russo-turque conclu à Sotchi cinq jours plus tôt, les Forces démocratiques syriennes [FDS], dominée par les milices kurdes syriennes [YPG] ont annoncé leur redéploiement vers des positions éloignées de plus de 30 km de la frontière turco-syrienne, dans le nord-est de la Syrie.

Ce mouvement vise « à mettre un terme aux effusions de sang et à protéger les habitants de la région contre les attaques turques », ont expliqué les FDS, via un communiqué.

Pour rappel, suite à son offensive [appelée « Source de paix », ndlr], lancée contre les YPG pour établir une zone de sécurité d’une trentaine de kilomètres de profondeur à sa frontière, la Turquie a suspendu ses opérations après avoir consenti une trêve négociée par Mike Pence, le vice-président américain. Cette dernière a été prolongée grâce à un accord trouvé avec la Russie.

Selon les termes de cet accord, la Turquie garde le contrôle d’une bande de 120 km de long, située entre les villes de Tal Abyad et de Ras al-Aïn, pendant que la police militaire russe et les garde-frontières syriens doit faciliter le retrait des milices kurdes des zones bordant cette zone. Puis, à partir du 30 octobre, des patrouilles russo-turques seront menées dans ces secteurs.

L’annonce concernant le retrait des FDS a été saluée par le Damas, qui bénéficie, par ailleurs, de l’appui de Moscou. Ainsi, selon l’agence de presse officielle syrienne SANA, une source du ministère des Affaires étrangères a estimé que ce mouvement retrait « le principal prétexte d’une agression flagrante de la Turquie sur le territoire [syrien]. »

En outre, SANA a également rapporté que des affrontements entre l’armée syrienne et les forces turques [et leurs supplétifs syriens} avaient eu lieu près de Ras al-Aïn, ce qui n’a pas été confirmé immédiatement par Ankara. En revanche, le ministère turc de la Défense a fait état d’un soldat tué et de cinq autres tués, lors d’une attaque attribuée aux YPG dans ce même secteur.

Puis, ce 29 octobre, dans les colonnes du quotidien Sabah, le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a déclaré qu’il « semblerait que l’organisation terroriste YPG soit toujours dans le secteur de l’opération Source de paix. » Et d’ajouter : « Cette lutte (contre le terrorisme) n’est pas terminée. Nous sommes conscients que cela ne finira pas. »

C’est donc dans ce contexte que de violents accrochages entre forces syriennes et turqyes ont été signalés par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme [OSDH], qui dispose d’un réseau d’informateurs sur le terrain.

Ainsi, l’artillerie turque aurait visé des troupes syriennes. Puis des « combats à la mitrailleuse » ont éclaté aux abords du village d’Al-Assadiya, près de la frontière turco-syrienne. Il s’agit des premiers combats entre la Turquie et la Syrie depuis le lancement de l’opération « Source de paix ».

Selon un premier bilan donné par l’OSDH, au moins 5 syriens ont été tués lors des tirs d’artillerie et un autre aurait été « exécuté » par les rebelles soutenus par Ankara. Ce que tend à confirmer une vidéo publiée par l’organisation [et qui reste à authentifier].

Le 27 octobre, l’OSDH a également indiqué que des combats ayant eu lieu entre Tal Tamr et Ras al-Aïn et ayant opposé des forces pro-turques et les milices kurdes soutenues par l’armée syrienne avaient fait 15 tués, dont 9 rebelles syriens et six membres des FDS.

Les forces gouvernementales syriennes sont déployées à Tal Tamr depuis le 14 octobre dernier.

Photo : Un supplétif syrien de l’armée turque enlève un drapeau syrien dans le secteur de Ras al-Aïn

http://www.opex360.com/2019/10/29/les-forces-turques-et-syriennes-impliquees-dans-un-accrochage-serieux-dans-la-zone-frontaliere/

Les forces américaines empêcheront les troupes syriennes et russes de s’approcher des gisements pétroliers de Deir ez-Zor

Les forces américaines empêcheront les troupes syriennes et russes de s’approcher des gisements pétroliers de Deir ez-Zor

PAR LAURENT LAGNEAU · 29 OCTOBRE 2019

Envisagée il y a quelques jours, l’idée d’envoyer des troupes américaines dans l’est de la Syrie pour protéger les puits de pétrole qui s’y trouvent a pris de la consistance.

Lors de la réunion des ministres de la Défense des pays membres de l’Otan, la semaine passée, le chef du Pentagone, Mark Esper, a ainsi indiqué que les États-Unis étaient « en train de prendre des mesures pour renforcer » leurs positions dans la province de Deir ez-Zor « pour interdire l’accès aux champs pétroliers » à l’État islamique [EI ou Daesh]. Et cela « inclura des forces mécanisées », avait-il ajouté.

Plus tard, une source militaire a confié à Newsweek qu’il était envisagé l’envoi d’une unité blindée, dotée d’une trentaine de chars M1A2 Abrams et de véhicules Bradley, avec la mission de protéger les les champs pétroliers et gaziers de Deir ez-Zor, notamment ceux d’Al-Omar et de Conoco.

Le 28 octobre, lors d’une conférence de presse donnée à la suite de l’élimination d’Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de Daesh, M. Esper a abordé le sujet des champs pétroliers syriens, sans confirmer pour autant l’ampleur des renforts que le Pentagone prévoit de déployer pour cette mission.

« La situation sécuritaire en Syrie reste complexe tandis que de nombreux acteurs étatiques et non-étatiques se disputent le contrôle des territoires et des ressources de ce pays [la Syrie, ndlr] », a relevé Mark Esper.

Cela étant, le retrait américain des secteurs situés à la frontière turque, dans le nord-est de la Syrie, a donné un feu vert tacite à Ankara pour lancer une opération contre les milices kurdes syriennes [YPG], qui constituent une grande partie de l’effectif des Forces démocratiques syriennes [FDS], lesquelles ont tenu un rôle de premier plan dans la défaite du califat instauré par l’EI.

Le chef du Pentagone s’est expliqué sur ce point. La mission des forces américaines « n’est pas d’agir comme une force de police pour résoudre les litiges » mais de « permettre la défaite permanente de l’EO », a-t-il dit. Aussi, elles « continueront à mener des opérations anti-terroristes, en restant en contact étroit » avec les FDS qui « ont combattu nos cotés », a-t-il assuré.

Et, sans doute pour faire « avaler la pilule » de la décision de M. Trump ayant abouti à l’offensive turque contre les YPG dans le nord-est de la Syrie, les forces américaines garderont le « contrôle des champs pétroliers » car ils « fournissent une source de financement essentielle aux FDS, qui leur permet de sécuriser les camps de prisonniers de l’EI et de mener des opérations », a fait valoir M. Esper.

Lors d’un discours prononcé à Chicago, le président Trump a indiqué que ces puits de pétrole pouvaient rapporter jusqu’à 45 millions de dollars par mois.

Reste que la Russie a déjà vivement critiqué les intentions américaines. « Toutes les régions et installations pétrolières doivent être mises sous le contrôle du gouvernement syrien », fit en effet valoir Mikhaïl Bogdanov, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, le 23 octobre.

« Absolument aucun des gisements d’hydrocarbures […] situés sur le territoire de la République arabe syrienne n’appartient aux terroristes de l’Etat islamique et encore moins aux ‘défenseurs américains des terroristes de l’Etat islamique’, mais exclusivement à la République arabe syrienne », a insisté le ministère russe de la Défense.

Aussi, à la question de savoir si la mission des forces américaines consisterait à empêcher les forces russes et syriennes de prendre le contrôle des sites de production d’hydrocarbures situés dans la province de Deir ez-Zor, M. Esper a dit : « En bref, la réponse est oui. Et c’est le cas actuellement parce que nous voulons nous assurer que les FDS aient bien accès à leurs ressources pour sécuriser les prisons [où sont retenus les jihadistes de Daesh] et armer leur propres troupes pour nous aider dans notre mission contre l’EI. »

« Les troupes américaines resteront positionnées dans cette zone stratégique pour empêcher l’accès de ces ressources vitales à l’EI. Et nous réagirons avec une force militaire écrasante contre tout groupe qui menacerait la sécurité de nos forces », a également affirmé M. Esper.

En tout cas, ce déploiement militaire américain pour protéger les puits de pétrole de Deir ez-Zor ne pourra que bloquer l’avancée des troupes gouvernementales syriennes dans cette région. D’ailleurs, en février 2018, avec l’appui de mercenaires russes, elles tentèrent d’en forcer le verrou, au niveau de la localité de Khoucham, avant d’être défaites par les FDS et les frappes aériennes de la coalition anti-jihadiste.

http://www.opex360.com/2019/10/29/les-forces-americaines-empecheront-les-troupes-syriennes-et-russes-de-sapprocher-des-gisements-de-deir-ez-zor/