Syrie : la Turquie «ne stoppera pas» son opération, malgré les «menaces» prévient Erdogan

Syrie : la Turquie «ne stoppera pas» son opération, malgré les «menaces» prévient Erdogan

9 oct. 2019, 15:16

Syrie : la Turquie «ne stoppera pas» son opération, malgré les «menaces» prévient Erdogan

© STRINGER Source: ReutersEN CONTINUUn convoi militaire turc près de la frontière turco-syrienne, le 9 octobre.

Le président turc a ordonné le lancement d’une opération militaire contre la milice kurde en Syrie des YPG, comme Ankara l’avait annoncé quelques jours plus tôt. De nombreux Etats, pour la plupart occidentaux, se sont indignés de cette décision.Mise à jour automatique

  • Samedi 12 octobre21h38 CET«La France a décidé de suspendre tout projet d’exportation vers la Turquie de matériels de guerre susceptibles d’être employés dans le cadre de l’offensive en Turquie», ont annoncé le 12 octobre les ministère français des Armées et des Affaires étrangères.«Cette décision est d’effet immédiat», ont précisé les deux ministère dans un communiqué. «Le conseil des Affaires étrangères de l’UE qui se réunira le 14 octobre à Luxembourg sera l’occasion de coordonner une approche européenne en ce sens», ont-ils poursuivi..
  • 17h18 CETLes forces kurdes en Syrie ont appelé ce 12 octobre Washington à «assumer ses responsabilités morales» et à «respecter ses promesses», les Etats-Unis étant accusés d’avoir abandonné leurs alliés, sous le coup d’une offensive de la Turquie.«Nos alliés nous avaient garanti leur protection […] mais soudain […] ils nous ont abandonnés avec une décision injuste de retirer leurs troupes de la frontière turque», ont indiqué les Forces démocratiques syriennes (FDS) dans un communiqué lu devant des journalistes.
  • 16h18 CETL’Allemagne a annoncé ce 12 octobre stopper la livraison à la Turquie d’armes «qui pourraient être utilisées dans le nord-est de la Syrie» contre les Kurdes.«Dans le contexte de l’offensive militaire turque dans le nord-est de la Syrie, le gouvernement ne délivrera aucun nouveau permis (de vente) pour tous les équipements militaires qui pourraient être utilisés en Syrie par la Turquie», a précisé ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, dans le quotidien Bild, sans préciser le type d’armements concernés, ni leur montant.
  • 15h14 CETLe Pakistan a apporté le 11 octobre son soutien à l’offensive menée par la Turquie contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie. Le Premier ministre Imran Khan s’est entretenu par téléphone avec le président Recep Tayyip Erdogan, lui assurant que «le Pakistan comprend tout à fait les inquiétudes de la Turquie liées au terrorisme» et lui apportant «son soutien total et de sa solidarité», d’après les services du Premier ministre pakistanais. «Nous prions pour que les efforts de la Turquie pour promouvoir la sécurité, la stabilité régionale et une résolution pacifique de la situation en Syrie soient couronnés de succès», a-t-il ajouté.
  • 12h43 CETCe 12 octobre, la Turquie a annoncé avoir pris possession de la ville frontalière de Ras al-Aïn. «Au terme d’opérations couronnées de succès dans le cadre de l’opération Source de Paix, la ville de Ras al-Aïn est passée sous contrôle» des forces turques et leurs alliés locaux, a déclaré le ministère turc de la Défense dans un communiqué.Néanmoins, un responsable des Forces démocratiques syriennes (FDS) cité par l’AFP a fermement démenti l’information quelques heures après l’annonce. «Ras al-Aïn résiste toujours et les affrontements se poursuivent […] Les forces des FDS ont partiellement reculé en raison de la violence des bombardements, mais elles ont lancé une contre-attaque pour obliger les Turcs à battre en retraite. Il y a des combats actuellement», a-t-il assuré.Un correspondant de l’AFP sur place a lui affirmé que les forces turques et des supplétifs syriens avaient conquis une zone industrielle située à la périphérie de Ras al-Aïn, sans toutefois réussir à prendre le contrôle de toute la ville. «Nous avons conquis la zone industrielle et nous avons fermé les routes principales qui mènent à Ras al-Aïn. Il y a une résistance féroce des YPG […] Il y a un nombre très élevé de tireurs embusqués, ce qui ralentit notre progression», a précisé un responsable des supplétifs syriens à l’AFP, sous couvert d’anonymat.
  • https://francais.rt.com/international/66651-erdogan-annonce-debut-operation-turque-contre-milice-kurde-en-syrie?utm_source=browser&utm_medium=push_notifications&utm_campaign=push_notifications

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s