Trump et Zelensky veulent la paix avec la Russie…

Trump et Zelensky veulent la paix avec la Russie…


…les fascistes s’y opposent


2015-05-21_11h17_05

Par Moon of Alabama − Le 14 novembre 2019

NBC News n’est pas impressionné par le premier jour du cirque de destitution de Trump,  animé par les démocrates. Mais il manque de noter en quoi consiste réellement le conflit :

C’était substantiel, mais pas dramatique.

A la manière réservée des anciens diplomates diplômés de Harvard, Bill Taylor et George Kent ont ouvert mercredi la phase publique de la procédure de mise en accusation du président Donald Trump en témoignant d’un stratagème qu’ils ont décrit comme étant non seulement extrêmement peu orthodoxe, mais aussi directement contraire aux intérêts américains.

« Il est clairement dans notre intérêt national de dissuader toute nouvelle agression russe », a déclaré Taylor, ambassadeur par intérim des États-Unis en Ukraine et ancien combattant de la guerre du Vietnam, en expliquant pourquoi la décision de Trump de suspendre l’aide convenue par le Congrès, pour contrer la cible la plus immédiate de l’expansionnisme russe, ne s’alignait pas sur la politique américaine.

Mais à un moment où les démocrates sont simultanément désireux d’influencer l’opinion publique en faveur de l’éviction du président, tout en craignant que leurs audiences ne piétinent, ou se retournent contre eux, ce premier tour ressemblait davantage à une répétition générale de costumes pour une pièce en un acte, qu’à la soirée d’ouverture d’une comédie musicale à succès de Broadway.

« En violation directe des intérêts américains », déclare NBC, citant un membre de l’État profond qui déclare « qu’il est clairement dans notre intérêt national » de donner des armes à l’Ukraine.

Mais est-ce vraiment dans l’intérêt national des États-Unis ? Qui l’a défini comme tel ?

Le président Obama était opposé à l’idée de donner des armes à l’Ukraine, et n’en a jamais donné malgré les pressions de certains milieux. La décision d’Obama était-elle contre l’intérêt national américain ? Où est-il accusé par les démocrates ou les membres les plus profonds de l’État ?

Ce qui nous amène au point vraiment critique de toute la question. Qui définit ce qu’est « l’intérêt national » en matière de politique étrangère ? Voici un point sur lequel, pour une fois, je suis d’accord avec la revue de droite National Review où Andrew McCarthy écrit :

Sur la question cruciale des intérêts de l’Amérique dans la dynamique Russie / Ukraine, je pense que la communauté politique a raison et que le président Trump a tort. Si j'étais président, même si je résisterais aux provocations gratuites, je ne m'associerais pas publiquement à l'illusion qu'une amitié stable est possible (ou, franchement, souhaitable) avec la dictature anti-américaine de Poutine, qui dirige son pays comme une famille de la mafia et agit en fonction de ses ambitions revanchardes.

Mais voyez-vous, tout comme la communauté des politiciens, je ne suis pas le président, Donald Trump l'est.

Et c’est là que la communauté des politiciens et moi nous divergeons. C'est le président, et non la bureaucratie, qui a été élu par le peuple américain. Cela le place - pas le Conseil de sécurité nationale, le département d'État, la communauté du renseignement, les militaires et leurs experts en la matière - en charge de l'élaboration des politiques. Si nous voulons rester une république constitutionnelle, c’est ainsi que cela doit fonctionner.

Nous avons fait le même diagnostic :

La Constitution des États-Unis "autorise le président à proposer et à négocier lui-même les accords entre les États-Unis et d'autres pays".

La Constitution ne donne aucun pouvoir à la "communauté politique gouvernementale", ni à "l'administration", ni à la "vision consensuelle des diverses agence" et certainement pas au seul Lieutenant-Colonel Vindman pour définir les intérêts stratégiques des États-Unis et leur politique étrangère. C'est le président dûment élu qui fait cela.

et :

Le président n'aime pas la manière dont la "politique américaine" a été élaborée. Il croit à juste titre qu'il a été élu pour la changer. Il avait exprimé son opinion sur la Russie pendant sa campagne et avait remporté les élections. Ce n'est pas une "influence maligne" qui le pousse à vouloir de bonnes relations avec la Russie. C'est sa propre conviction, légitimée par les électeurs. ...
 
C'est le président qui établit les politiques. L'essaim bourdonnant des exécutants autour de lui - qui servent "à son gré" - est là pour les mettre en œuvre.

Il y a un autre point à souligner concernant les affirmations de NBC. Il n’est pas dans l’intérêt de l’Ukraine d’être un substitut de l’antagonisme profond des États-Unis à l’égard de la Russie. Le baron voleur Iber Kolomoisky, qui, après le coup d’État du Maidan, avait financé les fascistes de l’ouest de l’Ukraine qui se sont battus contre l’est du pays, a déclaré ce qui suit directement dans son entretien avec le NYT :

M. Kolomoisky, largement considéré comme la personnalité la plus puissante de l’Ukraine en dehors du gouvernement, compte tenu de son rôle de parrain du président nouvellement élu, Volodymyr Zelensky, a connu un retour d'affection remarquable, il a dit : "Il est temps que l'Ukraine renonce à l'Ouest et retourne vers la Russie."
 
"Ils sont plus forts dans tous les cas. Nous devons améliorer nos relations", a-t-il déclaré, comparant le pouvoir de la Russie à celui de l'Ukraine. "Les gens veulent la paix, une bonne vie, ils ne veulent pas être en guerre. Et vous, les américains, vous nous nous obligez à être en guerre et ne nous donnez même pas l'argent pour cela" ...

M. Kolomoisky [..] a déclaré au Times, lors d’une discussion profanatrice que l’Occident avait échoué en Ukraine, ne fournissant pas assez d’argent et n'ouvrant pas suffisamment ses marchés.

Au lieu de cela, a-t-il ajouté, les États-Unis utilisent simplement l'Ukraine pour tenter d'affaiblir leur rival géopolitique. "La guerre contre la Russie, a-t-il déclaré, jusqu'au dernier Ukrainien." La reconstruction des liens avec la Russie est devenue nécessaire pour la survie économique de l'Ukraine, a déclaré M. Kolomoisky. Il a prédit que le traumatisme de la guerre passera. ...
 
M. Kolomoisky a déclaré qu'il cherchait fébrilement les moyens de mettre fin à la guerre, mais il a refusé de divulguer des détails, car les Américains "vont tout gâcher et se mettre en travers de la route".

L’interview de Kolomoisky est évidemment un ballon d’essai pour les politiques que Zelensky veut poursuivre. Comme Trump, il a fait campagne pour travailler à de meilleures relations avec la Russie. Il a reçu près de 73% des votes.

L’Ambassadeur Taylor et les autres participants au spectacle de clown d’hier à la Chambre, seraient certainement en mesure  «de pourrir la situation et d’entraver  l’action» si Zelensky poursuivait ouvertement la politique qu’il avait promise à ses électeurs. Ils sont associés aux fascistes ouest-ukrainiens avec lesquels ils ont organisé le coup d’État du Maidan :

La décision de Zelensky d’accepter des pourparlers avec la Russie sur l’avenir de l’est de l’Ukraine, au début du mois d’octobre, a suscité un tollé de la part d’une minorité relativement petite mais très forte d’Ukrainiens opposés à tout accord avec la Russie. Les manifestations ont été relativement de courte durée, mais les perspectives d'une fin négociée de la guerre dans la région du Donbass oriental sont devenues plus lointaines à la lumière de cette opposition interne. ...
 
Les partisans de la guerre avec la Russie sont l'ex-président Porochenko et deux factions parlementaires, European Solidarity et Voice, dont les soutiens se trouvent principalement dans l'ouest de l'Ukraine. Mais surtout, ils peuvent également compter sur des groupes paramilitaires de droite composés d’anciens combattants de la phase la plus chaude de la guerre dans le Donbass en 2014-5.

Environ 20% seulement des Ukrainiens sont favorables à la poursuite de la guerre contre les séparatistes de l’est, que la Russie soutient. Lors de l’élection présidentielle, Porochenko n’a recueilli que 25% des suffrages. Son parti, European Solidarity, a remporté 8,1% des voix lors des élections législatives. Voice a atteint 5,8%.

En poursuivant le conflit avec la Russie, l’État profond des États-Unis veut ignorer les souhaits non seulement des électeurs américains, mais aussi ceux de l’électorat ukrainien. Cet état d’esprit non démocratique est un autre point qui les unit aux fascistes ukrainiens.

Zelensky devrait ignorer les fauteurs de guerre de l’ambassade américaine à Kiev et intenter une action en justice pour une paix immédiate avec la Russie – il devrait également enquêter sur l’influence indue de Biden. La reprise des relations avec la Russie est également la mesure la plus simple et la plus efficace que l’Ukraine puisse prendre pour redresser son économie ruinée.

C’est dans l’intérêt national de l’Ukraine et des États-Unis.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

https://lesakerfrancophone.fr/trump-et-zelensky-veulent-la-paix-avec-la-russie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s