Comment penser la suite du confinement de la planète ?

Comment penser la suite du confinement de la planète ?


L’époque appelle à agir en poètes plutôt qu’en politiciens


Par Pepe Escobar − Le 29 avril 2020 − Source Global Research

1 Crédit photo : Le Triomphe de la Mort, fresque, Palerme, Italie (artiste inconnu).

Entre l’irresponsabilité des élites et la fragmentation totale de la société civile, la Covid-19 en tant que coupe-circuit montre comment le roi – le système – est nu.

Nous sommes entraînés dans une danse macabre de multiples systèmes complexes « enchevêtrés », produisant toutes sortes de boucles de rétroaction pour la plupart négatives.

Ce que nous savons déjà avec certitude, comme Shoshana Zuboff l’a détaillé dans « The Age of Surveillance Capitalism« , c’est que « le capitalisme industriel a suivi sa propre logique shock and awe – choc et effroi » pour conquérir la nature. Mais maintenant, le capitalisme de surveillance « a la nature humaine dans sa ligne de mire ».

Dans « The Human Planet : How We Created the Anthropocene« , analysant l’explosion de la croissance démographique, l’augmentation de la consommation d’énergie et un tsunami d’informations « provoqué par les boucles de rétroaction positive du réinvestissement et du profit », Simon Lewis et Mark Maslin de l‘University College de Londres suggèrent que notre mode de vie actuel est le « moins probable » parmi plusieurs possibles. « Un effondrement ou un passage à un nouveau mode de vie est plus probable ».

Alors que la dystopie et la paranoïa de masse semblent être la loi du pays – ensauvagé – les analyses de Michel Foucault sur la biopolitique n’ont jamais été aussi opportunes, les États du monde entier prenant le contrôle du biopouvoir, le contrôle de la vie et du corps des gens.

David Harvey, une fois de plus, montre à quel point Marx était prophétique, non seulement dans ses analyses du capitalisme industriel mais, d’une certaine manière, dans « Grundrisse : Les fondements de la critique de l’économie politique – et même la prévision des mécanismes du capitalisme numérique :

Marx, écrit Harvey, « parle de la façon dont les nouvelles technologies et le savoir sont intégrés dans la machine : ils ne sont plus dans le cerveau de l’ouvrier, et l’ouvrier est poussé à côté pour devenir un appendice de la machine, un simple machiniste. Toute l’intelligence et tout le savoir, qui appartenaient aux travailleurs et qui leur conféraient un certain pouvoir de monopole vis-à-vis du capital, disparaissent ».

Ainsi, ajoute Harvey, « le capitaliste qui avait autrefois besoin des compétences de l’ouvrier est maintenant libéré de cette contrainte, et la compétence est incarnée dans la machine. Le savoir produit par la science et la technologie est intégré à la machine, et la machine devient l’âme du dynamisme capitaliste ».

Vivre en « psycho-déflation »

Un effet immédiat – économique – de la collision de systèmes complexes est l’arrivée de la Nouvelle Grande Dépression. En attendant, très peu de gens tentent de comprendre en profondeur le confinement de la planète – et cela vaut surtout pour l’après-confinement. Pourtant, quelques concepts ressortent déjà. État d’exception. Nécropolitique. Une nouvelle « brutalisme ». Et, comme nous le verrons, un nouveau paradigme viral.

Passons donc en revue certains des meilleurs et des plus brillants éléments à l’avant-garde de la pensée de la Covid-19. Une excellente feuille de route est fournie par Sopa de Wuhan (« Soupe de Wuhan »), une collection indépendante réunie en espagnol, comprenant des essais de, entre autres, Giorgio Agamben, Slavoj Zizek, Judith Butler, David Harvey, le Sud-Coréen Byung-Chul Han et l’Espagnol Paul Preciado.

Ces deux derniers, ainsi qu’Agamben, ont été cités en référence dans des essais précédents de cette série, sur les stoïciens, Héraclite, Confucius, Bouddha et Lao Tseu, et sur la philosophie contemporaine qui examine La ville sous la Peste.

Franco Berardi, une icône étudiante de 1968, aujourd’hui professeur de philosophie à Bologne, propose le concept de « psycho-déflation » pour expliquer notre situation actuelle. Nous vivons une « épidémie psychique … générée par un virus car la Terre a atteint un stade d’irritation extrême, et le corps collectif de la société souffre depuis un certain temps d’un état de stress intolérable : la maladie se manifeste à ce stade, dévastatrice dans les sphères sociale et psychique, comme une réaction d’autodéfense du corps planétaire ».

Ainsi, comme le soutient Berardi, un « virus sémiotique dans la psycho-sphère bloque le fonctionnement abstrait de l’économie, en y soustrayant des corps ». Seul un virus serait capable d’arrêter l’accumulation de capital mort sur ses traces : « Le capitalisme est dogmatique, il fonctionne sur un principe non vérifié : la nécessité d’une croissance illimitée qui rend possible l’accumulation de capital.
Toute concaténation logique et économique est cohérente avec cet axiome, et rien ne peut être tenté en dehors de lui Il n’y a pas de moyen politique de sortir du Capital dogmatique, il n’y a pas de possibilité de détruire le système », car même la langue est otage de cet axiome et ne permet pas la possibilité de quoi que ce soit « d’efficacement extra-systémique ».

Alors que reste-t-il ? « La seule issue est la mort, comme nous l’a appris Baudrillard ». Le regretté grand maître du simulacre prévoyait déjà un blocage systémique dans les années 80, à l’époque post-moderniste.

Le philosophe croate Srecko Horvat, en revanche, propose une hypothèse moins conceptuelle et plus réaliste sur l’avenir immédiat : « La crainte d’une pandémie est plus dangereuse que le virus lui-même. Les images apocalyptiques des médias de masse cachent un lien profond entre l’extrême droite et l’économie capitaliste. Comme un virus qui a besoin d’une cellule vivante pour se reproduire, le capitalisme s’adaptera à la nouvelle biopolitique du 21e siècle ».

Pour le chimiste et philosophe catalan Santiago Lopez Petit, le coronavirus peut être considéré comme une déclaration de guerre : « Le néolibéralisme s’habille sans complexe d’un état de guerre. Le capital a peur », alors même que « l’incertitude et l’insécurité invalident la nécessité d’un tel état de guerre« . Pourtant, il doit y avoir des possibilités créatives lorsque « la vie obscure et paroxystique, incalculable dans son ambivalence, échappe à l’algorithme ».

Notre exception normalisée

Giorgio Agamben a suscité une immense controverse en Italie et dans toute l’Europe lorsqu’il a publié fin février une chronique sur « l’invention d’une épidémie ». Il a dû ensuite expliquer ce qu’il voulait dire. Mais sa principale intuition reste valable : l’état d’exception a été complètement normalisé.

Et il y a pire encore : « Un nouveau despotisme, qui en termes de contrôles omniprésents et de cessation de toute activité politique, sera pire que les totalitarismes que nous avons connus jusqu’à présent ».

Agamben redouble ses analyses sur la science comme religion de notre temps : « L’analogie avec la religion est prise au pied de la lettre ; les théologiens ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas définir clairement ce qu’est Dieu, mais en son nom ils dictaient des règles de conduite aux hommes et n’hésitaient pas à brûler les hérétiques. Les virologistes admettent qu’ils ne savent pas exactement ce qu’est un virus, mais en son nom, ils prétendent décider de la façon dont les êtres humains doivent vivre ».

Le philosophe et historien camerounais Achille Mbembe, auteur de deux livres indispensables, « Nécropolitique » et « Brutalisme« , a identifié le paradoxe de notre temps : « L’abîme entre la mondialisation croissante des problèmes de l’existence humaine et le repli des États à l’intérieur de leurs propres frontières démodées« .

Mbembe plonge dans la fin d’un certain monde, « dominé par des dispositifs de calcul géants », un « monde mobile au sens le plus polymorphe, viral et quasi cinématographique », en référence à l’omniprésence des écrans – Baudrillard encore, déjà dans les années 80 – et à la lexicographie, « qui révèle non seulement un changement de langage mais la fin du mot ».

Ici, Mbembe dialogue avec Berardi – mais Membe va beaucoup plus loin : « Cette fin de la parole, ce triomphe définitif du geste et des organes artificiels sur la parole, le fait que l’histoire de la parole se termine sous nos yeux, c’est pour moi le développement historique par excellence, celui que la Covid-19 dévoile. »

Les conséquences politiques sont, inévitablement, désastreuses : « Une partie de la politique de puissance des grandes nations ne ment pas avec le rêve d’une organisation automatisée du monde grâce à la fabrication d’un Homme Nouveau qui serait le produit d’un assemblage physiologique, d’un assemblage synthétique et électronique et d’un assemblage biologique ? Appelons cela du techno-libertarianisme ».

Cette situation n’est pas exclusive à l’Occident : « La Chine y est aussi, de façon vertigineuse. »

Ce nouveau paradigme d’une pléthore de systèmes automatisés et de décisions algorithmiques « où l’histoire et la parole n’existent plus est en choc frontal avec la réalité des corps en chair et en os, des microbes, des bactéries et des liquides de toutes sortes, sang compris ».

L’Occident, affirme Mbembe, a choisi il y a longtemps « d’imprimer un cours dionysiaque à son histoire et d’emporter le reste du monde avec lui, même s’il ne le comprend pas. L’Occident ne connaît plus la différence entre le début et la fin. La Chine est également dans la course. Le monde a été plongé dans un vaste processus de dilacération dont personne ne peut prévoir les conséquences ».

Mbembe est terrifié par la prolifération des « manifestations vivantes de la partie bestiale et virale de l’humanité », y compris le racisme et le tribalisme.

Cela, ajoute-t-il, est conforme à notre nouveau paradigme viral.
Son analyse concorde certainement avec celle d’Agamben : « J’ai le sentiment que le brutalisme va s’intensifier sous la poussée du techno-libertarianisme, qu’il soit en Chine ou caché sous les oripeaux de la démocratie libérale. De même que le 11 septembre a ouvert la voie à un état d’exception généralisé, et à sa normalisation, la lutte contre le Covid-19 servira de prétexte pour déplacer le politique encore plus vers le domaine de la sécurité ».

Mais cette fois-ci, ajoute M. Mbembe, « il s’agira d’une sécurité presque biologique, avec de nouvelles formes de ségrégation entre les « corps immunitaires«  et les « corps viraux ». Le viralisme deviendra le nouveau théâtre du fractionnement des populations, désormais identifiées comme des espèces distinctes ».

On dirait bien du néo-médieval, une reconstitution numérique de la fabuleuse fresque Le Triomphe de la Mort à Palerme.

Des poètes, pas des politiciens

Il est utile d’opposer cette morosité à la perspective d’un géographe. Christian Grataloup, qui excelle dans la géo-histoire, insiste sur le destin commun de l’humanité, il fait ici écho à Xi Jinping et au concept chinois de « communauté de destin partagée » « Il y a un sentiment d’identité sans précédent. Le monde n’est pas simplement un système spatial économique et démographique, il devient un territoire. Depuis les Grandes Découvertes, ce qui était global se rétrécissait, résolvant beaucoup de contradictions ; maintenant, nous devons apprendre à le reconstruire, à lui donner plus de consistance car nous risquons de le laisser pourrir sous les tensions internationales ».

Ce n’est pas la crise du Covid-19 qui conduira à un autre monde, mais la réaction de la société à la crise. Il n’y aura pas de nuit magique – avec des performances de pop stars de la « communauté internationale » – où la « victoire » sera annoncée à l’ancienne Planète Confinement.

Ce qui compte vraiment, c’est un long et difficile combat politique pour nous faire passer à l’étape suivante. Les conservateurs extrêmistes et les techno-libertariens ont déjà pris l’initiative – du refus de tout impôt sur les riches pour soutenir les victimes de la nouvelle Grande Dépression à l’obsession de la dette qui empêche d’augmenter les dépenses publiques nécessaires.

Dans ce cadre, je propose d’aller au-delà de la biopolitique de Foucault. Gilles Deleuze peut être le concepteur d’une nouvelle liberté radicale. Voici une délicieuse série britannique que l’on peut apprécier comme s’il s’agissait d’une approche sérieuse de Deleuze à la manière des Monty Python.

Foucault a excellé dans la description de la façon dont le sens et les cadres de la vérité sociale changent au fil du temps, constituant de nouvelles réalités conditionnées par le pouvoir et la connaissance.

Deleuze, en revanche, s’est concentré sur la façon dont les choses changent. Le mouvement. Rien n’est stable. Rien n’est éternel. Il a conceptualisé le flux à la manière d’Héraclite

De nouvelles espèces, même le nouvel Übermensch créé par l’intelligence artificielle, évoluent en relation avec leur environnement. C’est avec Deleuze que nous pouvons étudier comment les espaces entre les choses créent des possibilités pour Le choc du Nouveau.

Plus que jamais, nous savons maintenant comment tout est connecté – merci, Spinoza. Le monde – numérique – est tellement compliqué, connecté et mystérieux que cela ouvre un nombre infini de possibilités.

Déjà dans les années 70, Deleuze disait que la nouvelle carte – le potentiel inné de la nouveauté – devrait être appelée « le virtuel ». Plus la matière vivante devient complexe, plus elle transforme ce virtuel en action spontanée et en mouvements imprévus.

Deleuze a posé un dilemme qui nous confronte tous aujourd’hui de manière encore plus brutale. Le choix est entre « le poète, qui parle au nom d’une puissance créatrice, capable de renverser tous les ordres et toutes les représentations pour affirmer la différence dans l’état de révolution permanente qui caractérise l’éternel retour : et celui du politicien, qui a surtout le souci de nier ce qui diffère, afin de conserver ou de prolonger un ordre historique établi, ou d’établir un ordre historique qui appelle déjà dans le monde les formes de sa représentation ».

L’heure est aux poètes plutôt qu’aux politiciens.

La méthodologie peut être proposée par le formidable ouvrage de Deleuze et Guattari, Mille plateaux sous-titré de façon significative « Capitalisme et schizophrénie », où le mouvement est non linéaire. Il s’agit de philosophie, de psychologie, de politique reliées par des idées qui courent à des vitesses différentes, un mouvement vertigineux et continu mêlant des lignes d’articulation, dans différentes strates, dirigées vers des lignes de fuite, des mouvements de dé-territorialisation.

Le concept de « lignes de vol » est essentiel pour ce nouveau paysage virtuel, car le virtuel est conformé par des lignes de vol entre les différences, dans un processus continu de changement et de liberté.

Mais toute cette frénésie doit avoir des racines – comme dans les racines d’un arbre de la connaissance. Et cela nous amène à la métaphore centrale de Deleuze ; le rhizome, qui n’est pas seulement une racine, mais une masse de racines qui jaillissent dans de nouvelles directions.

Deleuze a montré comment le rhizome relie les assemblages de codes linguistiques, les relations de pouvoir, les arts – et, de manière cruciale, la biologie. L’hyperlien est un rhizome. Il représentait autrefois un symbole de l’absence délicieuse d’ordre sur Internet, jusqu’à ce qu’il soit avili lorsque Google a commencé à imposer ses algorithmes. Les liens, par définition, devraient toujours nous conduire vers des destinations inattendues.

Les rhizomes sont les antithèses de ces traits standards de la « démocratie » libérale occidentale – le Parlement et le Sénat. En revanche, les pistes – comme celle de Ho Chi Minh – sont des rhizomes. Il n’y a pas de plan directeur. De multiples entrées et de multiples possibilités. Pas de début et pas de fin. Comme Deleuze l’a décrit, « le rhizome fonctionne par variation, expansion, conquête, capture, ramification. »

Cela peut servir de modèle pour une nouvelle forme d’engagement politique – lorsque la conception systémique s’effondrera. Il incarne une méthodologie, une idéologie, une épistémologie et c’est aussi une métaphore. Le rhizome est intrinsèquement progressif, tandis que les traditions sont statiques. En tant que métaphore, le rhizome peut remplacer notre conception de l’histoire comme linéaire et singulière, offrant différentes histoires se déplaçant à des vitesses différentes. Le concept TINA (« There Is No Alternative » [cf Margaret Thatcher, paraphrasant le philosophe libéral Herbert Spencer du XiXème siècle, NdT]) est mort : il existe de nombreuses alternatives.

Et cela nous ramène à David Harvey inspiré par Marx. Pour s’engager sur un nouveau chemin d’émancipation, il faut d’abord s’émanciper pour voir qu’un nouvel imaginaire est possible, à côté d’une nouvelle réalité de systèmes complexes.

Alors, détendons-nous – et dé-territorialisons. Si nous apprenons à le faire, l’avènement du New Techno Man en servitude volontaire, télécommandé par un État sécuritaire tout-puissant et visionnaire, ne sera pas un fait acquis.
Deleuze : un grand écrivain est toujours comme un étranger dans la langue à travers laquelle il s’exprime, même si c’est sa langue maternelle. Il ne mélange pas une autre langue avec sa propre langue ; il sculpte une langue étrangère inexistante dans sa propre langue. Il fait crier, bégayer, murmurer la langue elle-même. Une pensée doit s’élancer de manière rhizomatique – dans de nombreuses directions.

J’ai un rhume. Le virus est un rhizome.

Vous vous souvenez quand Trump a dit que c’était un « virus étranger » ?

Tous les virus sont étrangers – par définition.

Mais Trump, bien sûr, n’a jamais lu « Naked Lunch » du grand William Burroughs.

Burroughs : « Le mot est un virus. »

Pepe Escobar

Note du Saker Francophone

Pepe Escobar convoque à l'appui de ses envolées philosophiques des personnes telles que Deleuze, Guattari, Foucault, Baudrillard - il a zappé Derrida - soit toute la fine fleur à l'origine de l'émergence de la French Theory qui a connu un franc succès dans les Universités américaines à partir des années 80 - aboutissant au cortège sinistre des gay prides, des ayatollahs du genre, des féministes hystériques à la #Metoo, du racisme antiblanc, de l'intolérance etc. - et, pour finir, à la mort de la pensée.

Si c'est avec ça que Pepe veut faire un monde nouveau, non merci. Ou alors il faudra qu'il relise ces auteurs sérieusement.

PS : nous respectons profondément les penseurs cités ici dont le travail a été une révélation pour toute une génération. Mais comme il arrive souvent leurs découvertes ont été détournées, à l'instar de ce qui est arrivé avec la science de l'atome.

Derrida lui-même a souffert, sur le tard, à la vue du Frankenstein que ses théories avaient engendré. Il a expliqué qu'il ne pouvait pas se retenir de penser et d'écrire ce qu'il pensait, même s'il le regrette, une victime en somme !
https://youtu.be/qoKnzsiR6Ss

Traduit par Michel, relu par Hervé pour Le Saker Francophone

https://lesakerfrancophone.fr/comment-penser-la-suite-du-confinement-de-la-planete

2 réflexions sur « Comment penser la suite du confinement de la planète ? »

  1. Un article choc dont je viens d’en faire une copie pour l’analyser profondément et de m’instruire davantage sur des pensées nouvelles et inédites.
    Ceci dit, j’étais capté par une phrase de Deleuze : « Le rhizome fonctionne par variation, expansion, conquéte, capture et ramification »
    Je tenterais pour moi méme d’éxpliquer ces modes de fonctionnement. Cela demanderait du temps, de la réflexion, mais aussi de l’émancipation, terme qui apparait dans votre article.
    « Il faut d’abord s’émanciper pour voir qu’un nouvel imaginaire est possible à coté d’une nouvelle réalité qe systéme complexe »
    Mais mon cher, l’émancipation est propre aux seuls SAGES désinterssés de la notoriété,d’attraits matériels.et surtout des engagements idéologiques mais non doctrinales.
    Avec cette attitude, ils pourraient « voir qu’un nouvel imaginaire est possible… »Mais leur découverte n’aurait d’importance que pour eux mémes car elle ne pourrait pénétrer des esprits fermement hermétiques à toute nouvelle vue qui va à l’encontre d’une réalité universellement reconnue soit par contrainte psychique ou par volontariat moutonnier .
    Enfin, je vous remercie de vos articles qui réellement percent un nouvel imaginaire

    J'aime

    1. j’ai également noté la phrase concernant le rhizome et nous amène à la « métaphore centrale de Deleuze ;le rhizome , qui n’est pas seulement une racine mais une masse de racines qui jaillissent dans de nouvelles directions ».
      je vous rejoins en reprenant l « ‘idée qu’un nouvel imaginaire était possible ».

      Trés cordialement
      Bernard.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s