Archives pour la catégorie Afrique

Place désormais à la Russafrique

Place désormais à la Russafrique

By Nicolas Beau -24 octobre 201953PARTAGES467

Le sommet qui a réuni les dirigeants russes et quarante chefs d’état africain à Sotchi les 23 et 24 octobre témoigne des avancées spectaculaires de la Russie en Afrique

Du Congo Brazzaville à Madagascar, à la Libye ou à l’Egypte , l’offensive de Vladimir Poutine en Afrique se fait au pas de charge. L’ex Union Soviétique qui profite des foucades de la diplomatie américaine, des frilosités françaises et de la discrétion chinoise sur les dossiers purement politiques.

Lors de l’inauguration du sommet qui se tient à Sotchi, la complicité semblait totale totale entre le russe Poutine et l’Egyptien Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l’Union africaine. Le style Poutine passe bien chez les dictateurs africains. Voici un vrai chef, volontiers anti occidental, qui ne s’embarrasse ni de démocratie, ni des droits de l’homme.

Des accords sécuritaires à la pelle

A Sotchi, on aura parlé de l’essentiel. A savoir de business, d’armement et de lutte contre les terroristes. Lesquels englobent à peu près tous ceux qui veulent remettre en cause la grande confrérie des dictateurs.

Sur le terrain sécuritaire, la Russie a signé une vingtaine d’accords de coopération militaire avec des pays africains depuis 2017. Plusieurs d’entre eux appartiennent au pré carré français, qu’il s’agisse du Congo Brazzaville, du Burkina ou de la Centrafrique. La Russie a également aidé le maréchal Haftar en Libye dans sa tentative de s’emparer par la force des commandes du pays au grand dam de la France qui est favorable à une solution diplomatique sous l’égide de l’ONU, .

La mainmise militaire de la Russie sur la Centrafrique, réussie en à peine deux ans, témoigne plus que partout ailleurs de ce retour en force. Moscou a livré des armes à Bangui fin 2017. Quelques mois plus tard, le président centrafricain Touadera recrutait un conseiller russe pour les dossiers touchant à la sécurité. Dans la foulée, des dizaines de mercenaires russes débarquaient dans le pays pour former officiellement l’armée centrafricaine et sécuriser les activités minières. Enfin les Russes ont largement favorisé les accords à Khartoum entre le pouvoir centrafricain et les groupes armés du nord du pays.

Sur le terrain économique, le président russe souhaite « au minimum doubler » ses échanges économiques avec le continent africain d’ici à cinq ans. Pour l’instant, ces transactions qui ne s’élèvent qu’à 17,9 milliards de dollars, loin derrière la Chine (200 milliards) ou la France (quelque 50 milliards), portent notamment sur le secteur de l’armement. Dans le domaine du nucléaire civil en revanche, Vladimir Poutine a promis plus qu’il n’avait tenu

Des ex gangsters à la manoeuvre

Au regard des profils des intermédiaires russes, les héritiers de la Françafrique font figure de petits joueurs. L’homme clé des échanges de la Russie avec le continent n’est autre qu’un ancien gangster condamné à douze ans de prison dans le passé, Evgueni Prigojine, officiellement à la tète d’une entreprise de restauration collective. Son groupe travaille officiellement, à hauteur d’un milliard de chiffre d’affaires par an pour l’armée et les cantines scolaires. Les actions violentes dans lesquelles le nom de ce dernier apparait sont nombreuses, qu’il s’agisse du meurtre de trois journalistes russes trop curieux en Centrafrique ou de l’assassinat du mari d’une opposante au maitre de la Russie..

Or c’est ce même Prigojine qui dirige en effet en sous main le groupe de sécurité Wagner qui intervient aussi bien en Syrie et en Ukraine qu’en Afrique. C’est lui aussi qui envoie dans une vingtaine de pays des conseillers « media » ou des consultants politiques pour favoriser les intérèts russes. De là à prétendre que la présence russe dans ces pays sera durable, il y a un pas qu’il ne faut sans soute pas franchir. Les revers que la Russie a connu au Soudan et en Afrique du Sud doivent tempérer l’impression que la Russafrique irait de succès en succès.

En compagnie du très décomplexé Vladimir Poutine à Sotchi, les chefs d’état africains vieillissants connaissent une inespérée cure de viagra.

https://mondafrique.com/place-desormais-a-la-russafrique/

Publicités

L’oeil de Moscou au sein de l’Union Africaine


L’oeil de Moscou au sein de l’Union Africaine

By Nicolas Beau -19 octobre 2019

106PARTAGES979

D’après le site « Africa Intelligence », l’Algérien Smaïl Chergui, un des hommes forts de l’Union Africaine à la tète de la puissante commission « Paix et Sécurité « , est mis en cause par Djibouti pour ses liens avec la Russie.

Ancien ambassadeur de l’Algérie en Russie, Smaïl Chergui a conservé au sein de l’Union Africaine où il anime la puissante commission « Sécurité et Paix » des liens étroits avec Moscou. Les accusations du pouvoir de Djibouti ne sont pas une surprise. C’est Chergui qui dans les coulisses a favorisé encore récemment les accords de Khartoum où on a vu, sous l’égide de la diplomatie russe, les groupes armés centrafricains signer des accords avec le pouvoir de Bangui.PUBLICITÉinRead invented by Teads

L’offensive diplomatique russe

Malgré les mises en cause actuelles, ce diplomate brillant a peu de chances de voir sa position réellement menacée. Même affaiblis en raison des incertitudes politiques de leur pays, les Algériens feraient du départ éventuel du diplomate de l’Union Africaine un « casus belli ».

L’activisme récent de Vladimir Poutine en Afrique, de la Centrafrique au Mozambique, assure également à ce diplomate algérien une solide assurance vie au sein de l’Union Africaine. On peut imaginer que lors du sommet Afrique-Russie qui se réunit à Sotchi la semaine prochaine que Chergui sera encore omniprésent.

https://mondafrique.com/union-africaine-smail-chergui-critique-pour-ses-liens-avec-la-russie/

Kurdes, le président Erdogan contre attaque sur l’Afrique

Kurdes, le président Erdogan contre attaque sur l’Afrique

By La redaction de Mondafrique -23 octobre 2019

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a avancé que derrière une grande partie des crises et conflits qui éclatent en Afrique se trouvent les sociétés occidentales d’armes et de pétrole.

Le préisdent Erdogan a déclaré, samedi, lors du 3ème Sommet des Leaders religieux musulmans d’Afrique, que ceux qui imposent un embargo sur les armes à la Turquie en raison de l’opération Source de Paix, livrent des armes aux terroristes au Rwanda. 

42 ambassades en Turquie

Recep Tayyip Erdogan a d’abord voulu rappeler la vision de la Turquie en Afrique.Il a souligné que depuis l’arrivée de son parti au pouvoir en 2002, le nombre d’ambassades turques sur le continent africain est passé de 12 à 42, faisant de la Turquie l’un des pays les mieux représentés en Afrique.

Le président turc a également donné l’exemple des jeunes africains choisissant de poursuivre leurs études supérieures en Turquie. »10 480 étudiants qui ont étudié en Turquie travaillent aujourd’hui pour nos frères africains en tant qu’ambassadeurs de coeur de la Turquie », a-t-il dit.

Massacres, invasion et colonisation

Erdogan a également exprimé son souhait de voir le volume des échanges commerciaux Turquie-Afrique passé de 24 milliards de dollars aujourd’hui à 50 milliards de dollars dans les prochaines années. »Les pays occidentaux ne veulent pas le développement de l’Afrique, que son potentiel immense soit exploité et que l’ensemble du continent vive en paix », a-t-il lancé, ajoutant : « Ceux qui veulent nous donner des leçons aujourd’hui ont, pratiquement tous, un passé entaché de massacres, d’invasions et de colonisation ».

Pour Erdogan, nombre de malheurs en Afrique sont le résultat des politiques colonialistes des Occidentaux. Pour cela, il a rappelé la tragédie du Rwanda.

« Vous savez sans doute mieux que nous tous quels pays colonisateurs se cachent derrière le génocide au Rwanda. L’Occident et l’ONU se sont contentés, pendant exactement 3 mois, d’observer sans agir le massacre de 800 mille personnes au Rwanda », a-t-il dénoncé.

Pour le président turc, il ne s’agit là que d’un des tout derniers exemples. Car pour lui, « derrière une grande partie des crises et conflits qui éclatent en Afrique se cachent les sociétés occidentales d’armes et de pétrole ».

Le Chef de l’Etat turc a terminé son intervention en soulignant une nouvelle fois que la Turquie n’a jamais et ne partagera jamais cette approche des pays occidentaux.

« Notre pays et notre peuple n’ont jamais couru derrière le but de détourner les ressources d’un autre pays, quitte à faire couler le sang, pour sa propre prospérité », a-t-il conclu.

https://mondafrique.com/kurdes-le-president-erdogan-contre-attaque-sur-lafrique/

Sahel : une cécité volontaire ?

Sahel : une cécité volontaire ?

Partager sur

15 octobre, 2019
NoteLeslie Varenne

Au cours des quinze derniers jours, les événements dramatiques se sont succédé à une vitesse effrénée dans la Bande sahélo-saharienne (BSS). Paradoxalement, les communications officielles des gouvernements malien, burkinabè sont déconcertantes d’optimisme. Quant à celle du Conseil de sécurité, le 12 octobre, elle ne pourrait être plus lénifiante. Les populations, elles, ne sont pas dupes, l’inquiétude se lit sur les visages. Elles ont compris que la crise s’inscrivait dans un temps long. Elles ne comptent plus que sur leur propre force pour survivre et sécuriser leur famille, leur village, leur zone. Les échecs militaires assortis d’une absence de réponse politique les poussent à s’interroger sur les raisons de leurs malheurs et sur les agendas des acteurs nationaux et internationaux. Cette situation provoque également la colère des habitants de la BSS. La manifestation qui a tourné à l’émeute le 12 octobre à Sévaré contre la MINUSMA, co-accusée avec l’opération française Barkhane « d’inertie face à la situation sécuritaire dans le centre du pays », est un signal fort, exprimant le niveau d’exaspération et d’élévation de la température. Le même jour, à Ouagadougou était organisé, par plusieurs associations, une journée anti-impérialiste pour demander le départ des forces étrangères. La gronde pourrait se propager…   

Attaque du camp de la MINUSMA à Sévaré

Montée en puissance des forces djihadistes

D’après une source sécuritaire, lors de l’attaque de la base du G5 Sahel à Boulkessi et d’un camp des forces armées maliennes à Mondoro dans la nuit du 29 octobre, les soldats ont essuyé une pluie d’obus venant de tous les côtés puis les terroristes se sont rendus maîtres des lieux avant de s’enfuir. Cela prouve d’une part, le bon niveau de préparation militaire et la maîtrise du terrain ; d’autre part, cela confirme que les djihadistes maliens comptent désormais dans leurs rangs des éléments aguerris, parmi lesquels des étrangers ayant fait leurs armes au Moyen-Orient, comme l’IVERIS le notait dans un précédent article et comme le groupe des experts de l’ONU sur le Mali l’a écrit également dans son dernier rapport

Cette attaque a été revendiquée par le JNIM, de lyad AG Ghali. qui a déclaré que son organisation avait tué 85 soldats, fait deux prisonniers et saisi des pickup, des munitions et des matériels lourds.

Toujours au Mali, une semaine plus tard, les terroristes maliens ont signé une énième attaque contre les forces armées présentes sur le territoire, en tuant un casque bleu par l’explosion d’un engin lors du passage du véhicule de la MINUSMA dans la région d’Aguelhok.

Au Burkina Faso voisin, les quinze derniers jours ont été tout aussi violents, illustrant ainsi la désespérante dégradation sécuritaire. Les mêmes djihadistes qui opèrent au Sahel de part et d’autre de la frontière, adoptent une stratégie différente en poursuivant des objectifs distincts selon les pays. Dans cet Etat, ce sont les populations civiles qui sont les premières ciblées lors d’attaques non revendiquées par des hommes armés non identifiés. Ainsi, en moins de quinze jours, cinq attaques, dont celle d’un site d’orpaillage, ont fait au moins 48 victimes. Le mode opératoire est toujours le même les assaillants arrivent en moto, tuent, pillent, volent le bétail et incendient maisons et bâtiments publics, forçant ainsi les habitants à quitter leurs villages et à venir grossir le rang des déplacés à Ouagadougou.

Un débat nauséabond

Toujours au Burkina-Faso, le 11 octobre, la grande mosquée de Salmossi, près de Gorom-Gorom a été la cible d’hommes armés, 16 fidèles ont été froidement assassinés pendant leur prière. Cet acte n’a pas été revendiqué, mais il ne semble pas signé par les groupes armés de la zone qui ne s’en prennent pas aux mosquées. Cela s’inscrit plus vraisemblablement dans le cycle attaques de djihadistes/représailles sur des populations soupçonnées de collaborer avec les terroristes. Tout porte à croire que cette tuerie est l’œuvre d’une milice, comme celle des Koglweogos qui avait commis le massacre de Yirgou, de sinistre mémoire.

Par ailleurs, ce drame survient précisément au moment où un débat agite la société burkinabè sur l’utilité de créer des milices d’autodéfense. Loin d’être anodin, ce débat entérine la faiblesse de l’Etat et de son armée, ouvre la voie à des représailles aveugles, à la chasse aux boucs émissaires, aux massacres dit intercommunautaires comme celui d’Ogossagou…

Déconnectés du réel

C’est dans ce contexte que les gouvernements malien et burkinabé, ont cru bon de faire la promotion du tourisme en participant au salon IFTM-TOP Résa à Paris, alors qu’au moins un tiers de leur territoire respectif échappe au contrôle de leur Etat. Interrogé sur RFI, Amadou Maïga chargé de mission au ministère de l’Artisanat et du Tourisme du Mali a déclaré : « lorsqu’il y a du terrorisme, lorsqu’il y a de l’insécurité les gens ont peur, c’est vrai, mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas envoyer les gens à Tombouctou, les gens peuvent partir partout au Mali, mais il faut simplement organiser et les sécuriser… »  Cette saillie pourrait prêter à sourire si elle ne démontrait pas la déconnection des élites et leurs dénis des réalités.

Leurs pays sont en guerre et leurs dirigeants communiquent comme s’ils étaient en temps de paix. A ce titre, le communiqué du dernier conseil des ministres du Burkina Faso est édifiant. Hormis un décret pris sur le blanchiment et le financement du terrorisme, rien concernant la situation sécuritaire, humanitaire ou sur le sort des déplacés, en revanche il a été décidé qu’un projet de loi sur le… tourisme sera présenté aux députés !

Le communiqué du gouvernement malien après l’émeute de Sévaré où les populations ont saccagé les dépôts de la MINUSMA est tout aussi surprenant. « Le gouvernement appelle les manifestants au calme et à la retenue ; les invite à privilégier le dialogue dans les revendications sociales. Il souligne qu’il est important que les populations apprennent à revendiquer et à s’exprimer sans violence ni vandalisme. Nous devons étonner le monde, en lui montrant notre capacité à transformer la colère en débat et les revendications en solutions concrètes. » Ce communiqué « original » a été vite retiré pour faire place à un autre plus politiquement correct « Le gouvernement condamne avec la plus grande fermeté ces actes intolérables… »

En ce qui concerne les solutions concrètes, c’est précisément ce qu’attendent les populations. Quant à étonner le monde, le Mali le fait déjà.  Lors d’un récent voyage à Bamako, l’auteur de ces lignes a recueilli le commentaire d’un Bamakois : « Au Mali tout est inédit. C’est le seul pays qui achète des avions et reçoit des épaves, c’est le seul pays où l’opposition a le portefeuille de ministre des Affaires Etrangères, le seul pays où des groupes armés sont rebelles le jour, terroristes la nuit et trafiquants tout le temps ; le seul pays où la mauvaise foi politique et la corruption atteignent de tels sommets. »

Dans ces conditions, il est compréhensible que Burkinabè et Maliens doutent de la capacité et de la volonté de leurs dirigeants de les sortir de ce guêpier ; d’autant que ces Etats, et surtout le Mali, sont entrés dans une économie de guerre qui profite aux élites de toutes les parties au conflit. Ce ne sont sûrement pas, non plus, les grandes messes du type de celle qui a eu lieu le 14 septembre dernier à Ouagadougou où la CEDEAO se réunissait en session extraordinaire sur le terrorisme, qui permettront aux populations de retrouver la confiance. Le communiqué final n’étant qu’une longue suite de vœux pieux, dont aucun n’a vu le début d’un commencement de mise en œuvre.  

La crise de confiance touche aussi Barkhane. Pas un jour ne se passe sans que les médias maliens et burkinabè ne se fassent l’écho du mécontentement et des interrogations, avec parfois des arguments logiques « Pourquoi la France n’a-t-elle pas vu les colonnes de pick-up se dirigeant vers Boulkessi et Mondoro ? » et d’autres ahurissants : « Aussi longtemps que durera la crise, les forces françaises, onusiennes et le G5 Sahel se ravitailleront dans les stations Total ce qui est une aubaine pour le trésor français ! »

Si la France est soupçonnée d’avoir un agenda caché ce n’est pas seulement parce que la force Barkhane n’arrive pas à contenir les groupes terroristes, c’est aussi et surtout à cause de sa politique illisible qui laisse la place à tous les fantasmes. Après avoir beaucoup communiqué, fait preuve de volontarisme, affiché un optimisme béat en annonçant d’un air martial des victoires du G5 Sahel pour… 2018, Emmanuel Macron semble aujourd’hui tétanisé. Le Quai d’Orsay se tait. Lors de l’attaque sur les deux camps militaires, Jean-Yves le Drian a fait le service minimum en publiant un communiqué succinct. Les ministères de la Défense et des Affaires étrangères auraient commandé des rapports à des instituts privés pour trouver des pistes de sorties, preuve de leur désarroi. En soutenant des chefs d’Etats qui ont perdu la confiance de leurs peuples, en fermant les yeux sur leurs pratiques exécrables, comme la création de milices et les trafics en tous genres, les dirigeants français ont placé l’armée française dans une impasse. L’Opération Barkhane est désormais perçue par les opinions publiques comme une assurance tous risques pour des dirigeants corrompus et peu soucieux de leurs peuples.  Comment gagner une guerre lorsque l’on n’ouvre aucune perspective pour la paix ?

Un intellectuel malien décrypte : « La France, comme le G5 Sahel et la Minusma sont partis d’un postulat faux, ils n’ont pas fait une analyse fine de ce type de conflits qui est une superposition de crises qui ont conduit au délitement des Etats. Aujourd’hui la France ne connaît plus l’Afrique, ces élites s’abreuvent des livres d’histoire avec des clichés totalement dépassés. Du coup, le jeu est totalement faussé, tant qu’on ne fera pas la bonne analyse, on ne fera la paix ni au Sahel ni ailleurs. »

Persaverare diabolicum

Le pire serait que la France persiste dans ses erreurs en soutenant, quoiqu’elle en dise, la seule option militaire ; qu’elle ne prenne pas acte de l’échec du G5 Sahel, et qu’avec l’Allemagne, elle pousse à son élargissement à tous les pays de la CEDEAO. Alors que les djihadistes adoptent leur stratégie en fonction des spécificités locales, il est vain et illusoire de vouloir globaliser les solutions à toute l’Afrique de l’Ouest. D’autant que les Etats entrant dans cette nouvelle coalition deviendraient de facto la cible d’al-Qaida (JNIM) ou de l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS). En prime, ces deux organisations risquent fort d’être renforcées par les combattants de Daech qui ont réussi à fuir la Syrie à la faveur de l’intervention turque…

Comment sortir du tunnel et rendre l’espoir à la fois aux populations et à ceux qui s’en soucient ? La situation actuelle ne permet pas de conclure sur une ombre de solution, puisque perdure les dogmes et les pratiques qui ont conduit à cet échec. Au-delà des diagnostics sévères, l’IVERIS s’efforce toujours de donner des axes de réflexions, mais rien n’est possible dans une telle atmosphère. Rien ne pourra changer, aucune proposition ne sera efficace, aucune action ne pourra être entreprise tant que le mensonge et l’aveuglement régneront au Sahel : la situation est grave, mais elle n’est désespérée que si on ne veut pas la regarder.  

Leslie VarenneTags:
mali; bssburkina fasofranceterrorismesahel; afrique de l’ouest;

https://www.iveris.eu/list/notes/450-sahel__une_cecite_volontaire__

Boko Haram: des repentis témoignent sur le business du terrorisme

Boko Haram: des repentis témoignent sur le business du terrorisme

By Nicolas Beau -10 octobre 2019

47PARTAGES1235

Dans leur « voyage au coeur de Boko Haram » où des repentis de la secte terroriste témoignent, Sedik Abba et Lawaly Dan Dano se sont intéressés aux commerçants spécialisés dans les échanges économiques avec Boko Haram. Mondafrique publie des bonnes feuilles sur « le business du terrorisme »

Après sa création en 2002, Boko Haram a basculé dans la violence armée en 2009. Depuis, cette secte est devenue le mouvement djihadiste le plus meurtrier au monde, avec près de 27000 morts au Cameroun, au Niger, au Nigeria et au Tchad.

En écoutant ceux qui ont servi en première ligne dans la secte, le livre de Sedik Abba et Lawaly Dan Dano propose, pour la première fois, de voir la réalité de Boko Haram de l’intérieur.

Cette plongée dans la face cachée de la secte consiste à présenter les récits d’ex-combattants recueillis dans la ville de Goudoumaria, située à 1173 km au sud-est de Niamey, la capitale nigérienne. La particularité de Goudoumaria est d’abriter le premier centre nigérien de déradicalisation, de formation professionnelle et de réinsertion sociale des déserteurs de Boko Haram.

DES REPENTIS TEMOIGNENT DU BUSINESS DE LA GUERRE

Comme ailleurs en situation de conflit, une vraie économie de la guerre s’est installée dans les zones épicentres des activités de Boko Haram. Des citoyens camerounais, nigériens, nigérians ou tchadiens achètent à Boko Haram son butin de guerre et fournissent en retour au mouvement du carburant, des pièces détachées pour automobiles, de la nourriture et même des médicaments.

Moussa Sani : « Les morts aux combats n’ont pas droit au butin de guerre ».

Les attaques de Boko Haram font l’objet d’une préparation minutieuse et le choix de la cible est visiblement entouré du plus grand secret. À chaque opération, le butin de guerre est distribué selon une clé de répartition décidée par les commandants de la secte qui excluent les morts aux combats.

« Avant toute opération militaire sur le terrain, chaque commandant va prévenir le chef de section placé sous ses ordres : prépare-toi, nous allons attaquer une cible. Consigne est ensuite donnée aux chefs de section de ramener tel nombre de combattants, tel nombre de voitures à tel village qui est le point de ralliement. Le jour J, toute la troupe se rassemble sur le lieu choisi pour le briefing d’avant opération. Les éléments de langage du commandant de l’opération sont habituellement les mêmes : aujourd’hui nous allons mener une attaque d’envergure ; sachez que vous vous battez pour Dieu que vous irez au paradis en mourant. Ce n’est qu’à quelques kilomètres du village cible qu’on vous en révèle le nom, le lieu et souvent la caserne à attaquer. Il arrive que la consigne soit donnée de ne faire aucun mal aux habitants et de ne s’intéresser qu’au butin de guerre. En cas d’attaque d’une caserne militaire, les consignes sont différentes : il est alors demandé à chaque chef de section d’attaquer le cantonnement de l’armée par le nord, l’est, le sud et l’ouest afin de jouer totalement l’effet de surprise. C’est le commandant de l’opération qui donne l’estocade alors que le reste de la troupe avance sur trois fronts. On avance ainsi sous le déluge de feu. Deux cas de figure peuvent se présenter : les militaires de l’armée régulière plient sous notre puissance de feu et abandonnent leur position ; nous faisons face à une résistance farouche qui nous empêche de progresser.

Dans la première situation, nous occupons la position abandonnée par les militaires. En revanche, lorsque nous sommes mis en échec, nous replions en entendant la formule consacrée et connue de tous qui vaut ordre de prendre la fuite. En cas de succès militaire, le commandant évalue la valeur du butin sur lequel nous venons de mettre la main. Suivant une clé de répartition, les biens pris sur le champ de bataille sont distribués. Au début du mouvement, les biens, autres que l’argent, étaient rachetés par le commandant opérationnel. Ce qui permettait d’avoir des espèces à distribuer aux combattants. Mais cette pratique a été progressivement abandonnée parce qu’elle était devenue une pomme de discorde entre les chefs. Finalement, on est arrivé à la situation où on estime sur place le butin puis on le divise par le nombre de combattants qui ont pris part à l’attaque. Les morts ne sont pas pris en compte dans le partage, mais les blessés, y compris les plus graves, ont droit à une part ».

Moustapha Kollo Awiriri : « Boko Haram a développé une stratégie d’autosuffisance sur tous les plans ».

Boko Haram a instauré une division de travail dans ses rangs avec l’existence de différents corps de métier : infirmiers, mécaniciens, travailleurs agricoles, banquiers… .

Selon son objectif, une attaque de Boko Haram peut viser les médicaments, la nourriture, le carburant… Pour la secte, son autosuffisance en tout genre est un enjeu de toute première importance. À cela s’ajoute la volonté du mouvement djihadiste de disposer de tous les corps de métier dans ses rangs.

« Certaines attaques auxquelles j’ai participé sont purement thématiques. Par exemple, on monte une opération armée contre un village uniquement pour nous approvisionner en médicaments ou en nourriture. Pour l’approvisionnement en médicaments, on nous donne une consigne claire : n’attaquez que l’hôpital ou le dispensaire, mais ne touchez pas à la population. Nous avons ainsi des groupes spécifiquement affectés à l’attaque des dépôts de médicaments.

Quand il s’agit d’une opération de récupération de la nourriture, outre les véhicules des combattants, nous partons avec une ou deux voitures vides pour charger les produits alimentaires que nous aurons récupérés à la population. Dans ce cas précis, les éléments chargés d’attaquer les villages doivent en être des ressortissants. Ils connaissent les dépôts de nourriture dans les villages, comme ils connaissent aussi les maisons des hommes d’affaires qui sont dans le business de l’alimentation. En interne, nous pratiquons également des activités agricoles pour sécuriser l’alimentation de notre mouvement. Cette stratégie est complétée par le renforcement des corps de métier à l’intérieur de Boko Haram. Dans nos rangs, vous trouvez des infirmiers professionnels qui nous ont rejoints ou que nous avons formés ; des mécaniciens ; des chauffeurs-livreurs…

Pour assurer la relève de ces professionnels qualifiés, nous mettons à leur disposition des enfants auxquels ils transmettent leur savoir-faire. Quand on a un excellent infirmier ou un mécano professionnel, on met vingt enfants à sa disposition. Résultat, nous réparons nous-mêmes nos véhicules ; nous soignons nous-mêmes nos blessés. S’agissant des pièces détachées, nous avons des correspondants dans les villes qui nous aident à en acquérir. On indique à ces correspondants-là les types de véhicules, la nature de la pièce de rechange. À Maïduguri [capitale de l’État du Borno au nord-est du Nigeria], à Gaïdam-Tchoucou [ville moyenne du Nigeria sur la frontière avec le Niger], à Diffa [capitale de la région est du Niger], nos correspondants s’occupent de nous trouver les pièces dont nous avons besoin. Très souvent, nous utilisons ces pièces pour remettre en état de marche les véhicules que nous avons pris aux armées des pays du bassin du Lac Tchad [Cameroun, Nigeria, Niger et Tchad]. »

Abou Youssouf alias Ali Boulama Yassine : « Il y a un peu partout dans la région des gens spécialisés dans l’achat de notre butin de guerre ».

Une économie de la guerre s’est installée dans la région, permettant à la secte d’écouler facilement son butin de guerre.

Avec ses acteurs qui achètent à la secte son butin de guerre, l’économie de la guerre tourne à plein régime et fait le bonheur des grands chefs de la secte tout comme la satisfaction du combattant de base.

« J’étais à Gadira, village carrefour du lit du Lac Tchad, lorsque Boko Haram est arrivé. Moi, je n’étais ni dans l’apprentissage du Coran, ni dans la production agricole pour le mouvement, mais dans les batailles meurtrières. Nous avons une structure militaire bien établie : chaque commandant de section est à la tête d’un groupe de cinq à dix combattants. Ce sont ces groupes-là qui mènent les attaques contre les villes et les casernes. Voici comment s’organise l’attaque d’une ville : vous approchez de la ville en voiture ; ensuite vous en sortez pour avancer à pied en vous dispersant par petits groupes afin de prendre toute la ville en tenaille. Quand la bataille tourne mal, c’est le sauve-qui-peut général. En cas de victoire, on fait main basse sur tout ce qui a de la valeur. Si vous mettez la main sur du cash, le commandant vous le distribue immédiatement. Les autres biens sont vendus par les commandants à des opérateurs économiques connus. Dans la section à laquelle j’ai appartenu, le butin de guerre était divisé en cinq parts : une qui revient au commandant, les 4 autres revendus pour être redistribués aux assaillants. Selon ton profil, tu peux être affecté à la production agricole, à l’enseignement religieux, au commerce pour le groupe ou aux combats armés. Moi, j’étais un fantassin qui a participé à de nombreuses attaques.

Souvent directement ramené à Shekau ou Al-Barnawi, le butin de guerre de Boko Haram est partagé selon une clé de répartition bien précise.

Progressivement, j’ai pris conscience de l’impasse dans laquelle je m’étais enfermé. J’ai continué à être dans le mouvement tout en affinant mon plan d’évasion. En tendant l’oreille à l’extérieur, j’ai appris que le Niger avait proposé aux combattants le repentir contre le pardon en décembre 2016. Je dois préciser ici que Boko Haram a des informateurs habituels. Ce qui nous permet de nous tenir au courant quasiment en temps réel de ce qui se passe dans les pays que nous combattons. J’ai par ailleurs appris le lancement de ce programme à la radio. Et lorsque des avions sont passés au-dessus de la zone où je me trouvais pour larguer les tracts appelant à déserter le mouvement, j’ai fini par me convaincre que le moment était venu de partir.

Ma désertion s’est faite en deux étapes : j’ai d’abord quitté le mouvement en marchant la nuit pendant trois jours. Ensuite, un des nôtres qui s’est enfui avant moi est allé chez le chef de canton de Bosso pour lui dire que j’étais prêt à me rendre. Ensemble, ils m’ont appelé et m’ont conseillé de me rendre aux autorités à Bosso et non à Toumour comme je l’avais initialement envisagé. On est ainsi arrivé à Ngagam près de Bosso d’où on a finalement appelé le chef de canton de Bosso qui a demandé de rester là où nous sommes. Il est effectivement venu nous prendre à cet endroit-là pour nous convoyer à Diffa. Après notre interrogatoire d’identification à la police, nous avons été conduits au centre de transit pour repentis de Diffa. Quelques semaines plus tard, nous étions arrivés ici même à Goudoumaria. Je forme le vœu que le gouvernement nigérien nous libère et qu’il nous permette de retourner auprès des nôtres. Si j’étais libéré demain, je retournerai à N’Guigmi auprès des miens ».

Baba Gana : « J’étais le banquier de Boko Haram »

Avant l’arrivée de Boko Haram en 2015, Diffa connaissait une vraie prospérité économique portée par la culture du poivron et la pêche dans le lac Tchad.

Dans le cadre de la division du travail, Boko Haram a spécialisé ses combattants en producteur agricole, mécanicien automobile, infirmier, instructeur militaire, juge au tribunal islamique… Certains comme ce repenti ont pour mission de renflouer les caisses de la secte. Comme ailleurs, l’argent est ici aussi le nerf de la guerre.

« Je n’étais pas particulièrement porté sur le fait religieux. Je faisais mes cinq prières quotidiennes, sans plus ! Je tenais une boutique lorsque Boko Haram a conquis mon village. Les chefs du mouvement m’ont demandé de les suivre dans le maquis, ce que j’ai fait sans aucune hésitation. Moi, je n’avais aucune assignation aux combats. Ils m’ont demandé de continuer à faire mon commerce. Je partais acheter des biens au Niger et au Nigeria et je revenais ensuite les revendre dans les zones occupées par Boko Haram. L’argent que je faisais appartenait en réalité à Boko Haram. Les chefs venaient, puisaient dans ma caisse et disposaient à leur guise des recettes. Évidement que j’en profitais pour me servir, même si c’est contraire aux enseignements du Coran que l’on prétendait défendre. J’ai continué ce business jusqu’au jour où j’ai fait mon examen de conscience. Je m’étais en effet aperçu que tout ce qu’on faisait n’avait rien à voir avec ce que l’on prétendait défendre : on rançonnait de pauvres gens ; on pillait ; on tuait des innocents…

J’avais donc pris la décision de partir. En réalité, ce n’est pas décider de partir qui a été le plus difficile, mais comment partir, sachant que toute personne surprise en train de déserter est tuée sans aucune forme de procès[1]. Dans mon cas, comme j’étais le commerçant du mouvement, j’avais une mobilité plus aisée que celle des autres combattants. J’ai donc monté un plan, en prétextant un approvisionnement en marchandises. Après avoir emprunté un chemin détourné, je me suis retrouvé à Toumour chez le chef. C’est lui qui m’a remis aux autorités. Mon rêve, après cette expérience traumatisante, c’est de devenir transporteur. Transporter les gens d’un village à un autre, en demandant à chaque fois pardon à mes passagers pour ce que j’ai fait en rejoignant Boko Haram. Et comme j’ai été apprenti chauffeur dans une autre vie, je demande aux autorités de m’aider d’abord à passer mon permis de conduire ».


[1] Soupçonné d’avoir favorisé la désertion de plusieurs combattants, un chef traditionnel de Kanema, sur la frontière nigéro-nigériane, a été exécuté de nuit par Boko Haram. Un ex-combattant prénommé Abacar, Nigérien né au Cameroun, a subi le même sort de la part de la secte qui est sans pitié avec ses déserteurs et leurs complices présumés.

Les auteurs

Seidik Abba est journaliste et écrivain, ancien rédacteur en chef central à Jeune-Afrique, ancien chef du Bureau parisien de l’Agence Panapress et Chroniqueur au Monde Afrique. Originaire de Diffa au sud-est du Niger où se situe l’épicentre des activités de Boko Haram, il décrypte régulièrement l’actualité africaine sur France 24RFITV5 MondeBBC et Deutsche Welle.

Mahamadou Lawaly Dan Dano a été Gouverneur de Diffa d’avril 2016 à avril 2018. Il est l’artisan du programme nigérien Repentir contre Pardon. Lancé en décembre 2016, ce programme a permis de démobiliser plus de 233 combattants de Boko Haram. Ce diplômé en Sciences  de l’information documentaire et en Stratégie d’entreprise a été pendant ses deux ans de fonction à Diffa en lien direct avec Boko Haram.

https://mondafrique.com/boko-haram-des-repentis-temoignent-sur-le-business-du-terrorisme/

La restitution des œuvres d’art à l’Afrique en débat au Monde Festival

La restitution des œuvres d’art à l’Afrique en débat au Monde Festival

Des experts étaient réunis, samedi 5 octobre, au Théâtre des Bouffes du Nord pour confronter leurs points de vue sur la décision prise par Emmanuel Macron.

Par Sylvie Kerviel  Publié le 05 octobre 2019 à 17h28, mis à jour hier à 15h10

Temps deLecture 3 min.

  • Partage
  • Partager sur Facebook
  • Envoyer par e-mail
  • Partager sur Messenger
  • Plus d’options
Le Monde Festival, au Théâtre des Bouffes à Paris, le samedi 5 octobre. Au menu des discussions : le dilemme de la restitution des oeuvres d'art. De gauche à droite : Didier Claes, Marie-Cécile Zinsou, Maryline Beaumard, Didier Rykner, Samuel Sidibé.
Le Monde Festival, au Théâtre des Bouffes à Paris, le samedi 5 octobre. Au menu des discussions : le dilemme de la restitution des oeuvres d’art. De gauche à droite : Didier Claes, Marie-Cécile Zinsou, Maryline Beaumard, Didier Rykner, Samuel Sidibé. Laurent Van der Stockt pour Le Monde

Pourquoi et comment restituer aux pays africains les œuvres d’art collectées ou pillées pendant les conquêtes coloniales et conservées dans les musées français ? Cette question agite le milieu de l’art depuis que le 28 novembre 2017, lors d’un discours à Ouagadougou (Burkina Faso), Emmanuel Macron avait déclaré : « Je veux que d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique. »Verbatim : Le discours de Ouagadougou d’Emmanuel Macron

Le sujetétait au cœur d’un débat organisé dans le cadre du Monde Festival, samedi 5 octobre. Orchestré par la journaliste Maryline Baumard, responsable du Monde Afrique, celui-ci a réuni, au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris, trois experts favorables aux restitutions – Marie-Cécile Zinsou, entrepreneuse franco béninoise, créatrice, à Cotonou, de la Fondation Zinsou consacrée à l’art contemporain, Samuel Sidibé, historien de l’art et archéologue, ancien directeur du Musée national du Mali à Bamako, et Didier Claes, chercheur au musée de Kinshasa, marchand d’art africain, galeriste à Bruxelles – et un opposé à cette hypothèse, Didier Rykner, qui dirige le journal numérique la Tribune de l’art.

Samuel Sidibé, historien de l’art et archéologue, ancien directeur du Musée national du Mali à Bamako, samedi 5 octobre au Monde Fesival.
Samuel Sidibé, historien de l’art et archéologue, ancien directeur du Musée national du Mali à Bamako, samedi 5 octobre au Monde Fesival. Laurent Van der Stockt pour Le Monde

Un point a fait l’unanimité : la nécessité pour les peuples africains d’avoir accès, chez eux, à leur art patrimonial, pour qu’ils puissent s’inscrire dans une histoire, une culture et une identité. « Une donnée fondamentale », a insisté d’emblée M. Sidibé, pour lequel, de ce point de vue, la question des restitutions est « incontestable ». « L’Afrique a été vidée de son patrimoine, parfois à 100 %, la réalité est là et, pour son identité, elle a besoin de récupérer ses œuvres », a poursuivi M. Claes.

Comme l’a rappelé Maryline Baumard en préambule, Emmanuel Macron le disait dans son discours de Ouagadougou : « Je ne peux pas accepter qu’une large part du patrimoine historique africain soit en France. » C’était alors la première fois qu’un président de la République française prenait position sur la question des œuvres africaines conservées dans les musées français depuis la colonisation.

« La France n’est pas venue sauver des œuvres, elle les a prises »

Une position à l’opposé de celle défendue jusqu’alors : les collections nationales sont inaliénables et aucune restitution n’est donc possible. Une mission fut confiée par l’Elysée à deux universitaires, Bénédicte Savoy et Felwine Sarr, qui ont remis au président un rapport proposant de modifier le code du patrimoine pour favoriser les restitutions d’œuvres aux Etats subsahariens.

Deux ans après ces déclarations, il semble que rien n’ait vraiment bougé. Pourquoi ? « Le rapport est excessif, même les personnes favorables aux restitutions estiment que les rapporteurs sont allés trop loin », a avancé M. Rykner, qui défend l’idée d’une « circulation des œuvres » entre les musées plutôt que de procéder à des restitutions. Pour Mme Zinsou, il convient de construire un cadre juridique pour permettre le retour des œuvres et « ce temps-là n’est pas celui des réseaux sociaux ».Article réservé à nos abonnés Lire aussi  « La restitution annoncée de 26 objets au Bénin s’inscrit dans un processus de revendication aussi exemplaire que nécessaire »

Elle appelle à déplacer le regard du côté africain plutôt que de dire sur un ton affolé : « les musées français vont se vider ». Elle rappelle qu’en 2006, à Porto Novo, des œuvres béninoises venues du musée parisien du Quai Branly avaient été vues par 275 000 personnes en trois mois, « preuve d’un vif intérêt des populations pour leur art ». Et qu’au moment où les œuvres sont reparties pour la France, les gens n’ont pas compris. Mme Zinsou a vivement réagi à l’argument souvent avancé selon lequel les pillages effectués avaient protégé des pièces de la destruction : « la France n’est pas venue sauver des œuvres, elle les a prises », a -t-elle insisté, sous les applaudissements de la salle.

Didier Claes, chercheur au musée de Kinshasa, et Marie-Cécile Zinsou, entrepreneuse franco-béninoise, créatrice de la Fondation Zinsou consacrée à l’art contemporain, au Monde Festival, samedi 5 octobre.
Didier Claes, chercheur au musée de Kinshasa, et Marie-Cécile Zinsou, entrepreneuse franco-béninoise, créatrice de la Fondation Zinsou consacrée à l’art contemporain, au Monde Festival, samedi 5 octobre. Laurent Van der Stockt pour Le Monde

A la suite du rapport Savoy-Sarr, peu de pays ont fait la démarche de réclamer des œuvres, ont reconnu tous les intervenants, faute souvent d’avoir les structures pour les accueillir et les sécuriser. « Je salue d’ailleurs cette sagesse des pays africains », a souligné M.Claes qui fait confiance à ces Etats pour « prendre des initiatives, avec le temps ». « On n’a pas encore su créer un environnement pour permettre le processus de restitution, mais l’Afrique en a besoin », a ajouté M. Sidibé. M. Claes se félicitant que le discours d’Emmanuel Macron ait eu le grand mérite « de faire bouger les mentalités ».

https://www.lemonde.fr/festival/article/2019/10/05/la-restitution-des-uvres-d-art-a-l-afrique-en-debat-au-monde-festival_6014374_4415198.html

https://www.lemonde.fr/festival/article/2019/10/05/la-restitution-des-uvres-d-art-a-l-afrique-en-debat-au-monde-festival_6014374_4415198.html

Comprendre l’embrasement sahélien

mardi 1 octobre 2019

L’Afrique Réelle n°118 – Octobre 2019

Sommaire
Actualité : Zimbabwe : « Comrade Bob », dernier chef d’Etat marxiste et héros africain
Dossier : Le Sahel central à la dérive– Quelle est la vraie nature des guerres du Sahel ?- Les trois principaux groupes jihadistes régionaux- Burkina Faso : Le bloc mossi va-t-il tenir ?- Les Européens face à l’islam jihadiste africain : une totale incommunicabilité

Editorial de Bernard Lugan :
Comprendre l’embrasement sahélien
Dans le sahel centre-occidental, après le Mali et le Niger, le Burkina Faso se trouve désormais en première ligne face à des jihadistes-GAT (Groupes armés terroristes). La stratégie de ces derniers semble être de couper les villes de la brousse en jouant sur les fractures ethno-tribales. Tout en se plaçant à la confluence d’anciennes et mouvantes alliances rafraichies par de modernes apparentements.
Face à eux, les 4500 hommes de la force Barkhane, les 13 000 Casques bleus déployés au Mali et les fantômes de la force africaine G5 Sahel paraissent impuissants. Et, s’ils le sont, c’est parce que, coupés des réalités, leurs donneurs d’ordre appliquent des grilles d’analyse inadaptées :
Les « experts » parlent ainsi de combattre le terrorisme par le développement, la démocratie et la bonne gouvernance, tout en s’obstinant à minorer, ou parfois même, à refuser de prendre en compte l’histoire régionale et le déterminant ethnique.
La connaissance du milieu et des hommes, de leurs mentalités et de leur histoire, est pourtant indispensable à la compréhension des actuels évènements. C’est ainsi que dans les immensités sahéliennes, domaine du temps long, l’histoire nous apprend que l’affirmation d’un islamisme radical, a toujours été le paravent d’intérêts économiques ou politiques, le plus souvent à base ethnique. Aujourd’hui, le jihadisme prospère sur des plaies dont il n’est que la surinfection.Dans le sud du Mali, dans l’ouest du Niger, dans le nord et dans l’est du Burkina Faso, les massacres « communautaires » (traduction : ethniques), qui se multiplient, sont ainsi pour une grande part des résurgences de conflits anciens habilement réactivés par les GAT. 
Avant la colonisation, les sédentaires étaient en effet pris dans une double tenaille prédatrice, Touareg au nord et Peul au sud. Au Mali, les principales victimes étaient notamment les Bambara et les Dogon. Au Burkina Faso, la constitution de l’émirat peul du Liptako se fit par l’ethnocide des Gourmantché et des Kurumba[1]. Or, ce sont ces souvenirs qui constituent l’arrière-plan des actuels affrontements. Les ignorer conduit à l’impasse.
D’autant plus que leur connaissance ouvre la voie de la contre-insurrection. Aujourd’hui, si les jihadistes tirent des avantages tactiques de ces affrontements, en revanche, leur stratégie s’en trouve bloquée. En effet, même si des alliances de circonstance sont nouées, les énormes fossés ethniques séparant les protagonistes empêchent l’engerbage. C’est même un phénomène contraire qui est apparu. Le jihadisme affirmait en effet vouloir dépasser l’ethnisme en le fondant dans un califat universel. Or, tout au contraire, il s’est trouvé pris au piège d’affrontements ethno-centrés. Là est sa faiblesse. Mais encore faut-il être capable de l’exploiter[2].

[1] Le numéro de juillet 2019 de l’Afrique Réelle contient un dossier consacré à la question du Gourma-Liptako et à la région dite des « Trois frontières ».

[2] Pour en savoir plus : Les guerres du Sahel des origines à nos jours ainsi que mon cours en ligne sur le Sahel.

 Publié par Administrateur à 11:32

http://bernardlugan.blogspot.com/

Processus de sortie de crise : Pourquoi majorité et opposition devraient privilégier le dialogue

Processus de sortie de crise : Pourquoi majorité et opposition devraient privilégier le dialogue

Posté le 18/09/2019 par Koulouba.com

« Mon maître Tierno Bokar avait l’habitude de dire : il y a trois vérités : ma vérité, ta vérité, et la Vérité. Cette dernière se situe à égale distance des deux premières. Pour trouver la vérité dans un échange, il faut donc que chacun des deux partenaires avance vers l’autre, ou s’ouvre à l’autre. Cette démarche exige, au moins momentanément, un oubli de soi et de son propre savoir…», s’exprimait ainsi le vieux Sage Amadou Hampâté Bâ dans son livre intitulé “Jésus vu par un musulman”.

Le Dialogue n’est pas chose aisée en ce sens qu’il suppose une violence sur soi. Une certaine renonciation à quelque chose souvent à laquelle l’on tient tant. Il pourrait être envisagé comme un face à face, un rendez-vous du donner et du recevoir, une confrontation pouvant déboucher sur une décision, un consensus ou un accord. Dans le guide du facilitateur du dialogue entre partis politiques de l’”International Institute for Democracy and Electoral Assistance”, on peut lire ceci : « Le Dialogue n’est pas une invention moderne. À travers l’histoire et dans la plupart des sociétés, le fait de rassembler des personnes pour les aider à surmonter leurs différences et à résoudre leurs problèmes a toujours été une mission prestigieuse, généralement confiée à des individus expérimentés, à des anciens ou à des personnes respectées pour la qualité de leur jugement et leur sagesse. Certains éléments de méthodologie du Dialogue ont été et sont encore employés dans les sociétés traditionnelles et s’appuient sur des procédures et coutumes ancestrales (par exemple, les “jirgas”, les “shuras” et les conseils de village). Leur validité est d’ailleurs reconnue dans les processus de justice de transition, de gestion des conflits et de réconciliation (IDEA international, 2008b) ».

Ainsi, selon les situations de crise, on observe souvent des initiatives internes où les acteurs en présence peuvent accepter de se retrouver pour discuter des problèmes au nom de l’intérêt général. Tout comme on a recours également aux médiations, qu’elles soient nationales ou internationales. Les intérêts du peuple et l’opinion des citoyens doivent être les seules références, les seuls guides au Dialogue politique puisque c’est de cela qu’il s’agit. C’est dire qu’il n’y a de sujet tabou dans ce Dialogue que ce que le peuple souverain considère comme tel.

À priori, on pourrait dire que présentement le contexte est difficile voire hostile au Dialogue politique au Mali, malgré l’existence d’un Triumvirat considéré comme “politiquement” neutre. La Majorité et l’Opposition se regardent en chiens de faïence.

Le Dialogue, qu’il soit l’initiative du président de la République ou celle de la classe politique dans son ensemble, si les acteurs ne sont pas de bonne foi, s’ils sont animés par des attitudes « jusqu’auboutistes », le fiasco sera toujours au rendez-vous. Toutefois, si la Majorité et l’Opposition sont disposées à Dialoguer véritablement, il va falloir d’un côté, l’Opposition et la société civile acquise à sa cause formulent des doléances raisonnables ou du moins légales à défaut d’être réalistes. C’est ce que le principal parti politique de l’Opposition, Union pour la République et la Démocratie(URD) a compris. D’où sa participation à l’atelier national de validation des termes de référence du Dialogue politique inclusif de  trois jours (samedi 15 au lundi 16 septembre au CICB).

En tout cas, toute attitude contraire à l’esprit du Dialogue de la part de la Majorité ou de l’Opposition serait nuisible à notre pays qui a trop souffert des batailles partisanes débouchant sur des remises en cause des acquis de notre Peuple. Qui a intérêt que le Mali s’enlise aujourd’hui encore dans une crise politique ? À qui profitent les guéguerres politiciennes ?

Sambou Sissoko

Le Démocrate

https://koulouba.com/politique/processus-de-sortie-de-crise-pourquoi-majorite-et-opposition-devraient-privilegier-le-dialogue

L’Union européenne ne veut pas financer seule les soldats de l’AMISOM

17 SEPTEMBRE 2019

L’Union européenne ne veut pas financer seule les soldats de l’AMISOM

Emmanuelle Stroesser / ACTUALITÉ2CORNE DE L’AFRIQUESTABILISATION / PAIX / AMISOMfinancement européenSomalie / 0 Comments

(B2) L’Union européenne ne peut pas continuer à financer seule les primes des soldats de l’AMISOM. C’est le message martelé par la diplomatie française notamment aux Nations unies

Soldats ougandais de l’AMISOM, juillet 2018 (Crédit : AMISOM)

Les propos de Anne Gueguen, la numéro 2 de la représentation française à New York, lors d’une réunion du Conseil de sécurité à l’ONU le 21 août consacrée à la situation en Somalie sonnent comme un avertissement. Même s’ils ont été exprimés seulement par la représentante permanente adjointe française, ils sont partagés par d’autres pays, selon nos informations.

« L’Union européenne ne peut pas continuer à financer seule les primes des soldats de l’AMISOM », indique Anne Gueguen, représentante permanente adjointe. Il faut « envoyer un message clair aux autres partenaires de la Somalie sur la nécessité de contribuer au financement de l’AMISOM ». Et plus précisément des soldes des troupes de l’AMISOM. Un message en direction des pays du Golfe ou de la Chine.

Le soutien financier de l’Union européenne à la force de maintien de la paix africaine en Somalie (AMISOM) est en effet « significatif » : 400 millions d’euros pour la période 2019-2020 et un soutien de 20 millions d’euros au profit des forces de sécurité somaliennes. Soit plus de la moitié du soutien européen aux missions africaines de maintien de la paix (lire : 800 millions pour les tâches de maintien de la paix de l’Union africaine). L’Union européenne « entend poursuivre cet appui à l’AMISOM ». Mais pas toute seule et pas sans conditions. « Ce soutien doit s’inscrire dans le contexte de la transition et dans le cadre d’engagements mutuels que chaque partie doit respecter. »

(Emmanuelle Stroesser)

NB : Une résolution de l’ONU avait déjà lancé l’appel en juillet 2018. Et les Européens avaient averti l’Union africaine qu’ils ne voulaient plus maintenir un robinet de financement ouvert sans avoir encadrement plus strict de ces missions de maintien de la paix (lire : L’Europe veut bien s’engager pour la paix et sécurité en Afrique mais pas sans conditions).

Télécharger : discours + compte-rendu de la réunionFacebookTwitterLinkedInWhatsAppPrintFriendlyPrintPartager

Emmanuelle Stroesser

Journaliste pour des magazines et la presse, Emmanuelle s’est spécialisée dans les questions humanitaires, de développement, d’asile et de migrations et de droits de l’Homme

https://www.bruxelles2.eu/2019/09/17/lunion-europeenne-ne-peut-pas-financer-seule-les-soldats-de-lamisom/

L’Afrique Réelle n°117 – Septembre 2019

lundi 2 septembre 2019

L’Afrique Réelle n°117 – Septembre 2019

Sommaire
Actualité :– Algérie : la détresse économique- La tension entre le Rwanda et l’Ouganda- Libye, le général Haftar en difficulté
Archives :Faut-il abandonner l’Afrique à son destin ?

Editorial de Bernard Lugan

Avec certains des principaux patrons emprisonnés, des banquiers qui n’accordent plus de crédits et des transferts de fond problématiques, l’économie algérienne est en détresse. Les ¾ des entreprises sont ainsi incapables de verser les acomptes prévisionnels au titre de l’impôt sur les bénéfices pour l’année en cours. Quant aux faillites, elles ont eu pour résultat la mise au chômage de 200 000 travailleurs depuis le 1er janvier 2019… Dans un pays où le taux réel de chômage atteint déjà des records.
Seule source de revenus de l’Etat, le secteur des hydrocarbures décline année après année. Au 1er trimestre 2019, il a ainsi reculé de 7,7% en raison de la baisse de production due à l’épuisement des nappes pétrolières. Nous avons également là, la confirmation de ce que l’Afrique Réelle écrit depuis plusieurs années, à savoir que les réserves de l’Algérie ont été volontairement surestimées.
Résultat, les réserves de change n’étaient plus que de 72,6 milliards de dollars fin avril 2019, soit une baisse de 7,2% par rapport à décembre 2018 (source : Ministère des finances juillet 2019). Cette baisse est d’autant plus dramatique que le pays doit acheter à l’étranger les ¾ des matières premières et des équipements indispensables à ses entreprises, tant publiques que privées. Il doit également importer de quoi habiller, soigner et équiper ses 43 millions d’habitants.Avec une priorité qui est de les nourrir. Or, comme l’agriculture algérienne et ses dérivés ne permettant de satisfaire qu’entre 40 et 50% des besoins alimentaires du pays, il est donc nécessaire de faire de colossales importations. C’est ainsi que près de la moitié (40%) de la facture de tous les achats faits à l’étranger – soit le quart (!!!) des recettes tirées des hydrocarbures -, est consacrée à l’importation de produits alimentaires de base dont l’Algérie était exportatrice avant l’indépendance de 1962… N’en déplaise à l’ONM (Organisation nationale des Moudjahidine) qui, pour tenter de faire oublier sa colossale responsabilité dans la faillite de l’Algérie, ose demander le vote d’une loi criminalisant la colonisation française… (Voir mes communiqués des 18, 21 et 29 juillet 2019).
Vomis par la rue, les vampires du « Système » gavés de leurs détournements peuvent-ils encore refuser de reconnaître que si l’Algérie est désormais le premier importateur africain de biens alimentaires pour un total annuel moyen de 12 milliards de dollars (Centre national de l’informatique et des statistiques-douanes-CNIS), cela est la conséquence à la fois de leur incompétence et de leurs détournements ? 
Les millions de manifestants qui, vendredi après vendredi, battent la chaussée, en sont, eux, parfaitement conscients et ils attendent de pouvoir leur faire rendre gorge. Or, c’est précisément parce qu’il sait qu’il est face à une véritable révolution et que la survie de ses membres est en jeu, que le « Système » fait la « sourde oreille ».

 Publié par Administrateur à 14:30

http://bernardlugan.blogspot.com/