Archives pour la catégorie ALLEMAGNE

Traité d’Aix-la-Chapelle: Une Assemblée parlementaire franco-allemande va voir le jour dans deux mois

Traité d’Aix-la-Chapelle: Une Assemblée parlementaire franco-allemande va voir le jour dans deux mois

Publié par wikistrike.com sur 24 Mars 2019, 17:30pm

Catégories : #Politique intérieure#Politique internationale

Traité d'Aix-la-Chapelle: Une Assemblée parlementaire franco-allemande va voir le jour dans deux mois

Deux mois après la signature du traité d’Aix-la-Chapelle par Emmanuel Macron et Angela Merkel, une assemblée parlementaire franco-allemande s’apprête à voir le jour. En quoi consiste cette chambre binationale ?

Présentée le 22 septembre 2018 par le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, la nouvelle assemblée parlementaire franco-allemande s’est depuis matérialisée et se réunit pour la première fois le 25 mars à Paris.

Cette instance binationale voit donc le jour deux mois après la signature par Emmanuel Macron et Angela Merkel le 22 janvier 2019 du traité d’Aix-la-Chapelle, dont le texte précise : «Le rôle essentiel de la coopération entre l’Assemblée nationale et le Deutscher Bundestag […] constitue une dimension importante des liens étroits entre les deux pays.»

Approuvée respectivement par les deux Parlements, cette nouvelle chambre commune sera composée de 100 parlementaires (50 députés français, 50 allemands) et sera amenée à siéger au moins deux fois par an, alternativement en France et en Allemagne, «pour veiller à l’application des décisions communes des exécutifs, suivre les affaires internationales d’intérêt commun et encore travailler à améliorer la vie des populations transfrontalières», comme le rapporte l’AFP.

Reste que ses attributions concrètes restent quelque peu imprécises. «La nouvelle chambre sera notamment chargée du suivi des questions de sécurité d’intérêt commun pour la France et l’Allemagne, ainsi que des questions internationales et européennes. L’Assemblée commune devra donc traiter, entre autres sujets, de questions économiques et fiscales», analysait l’économiste Lucas Chancel le 8 mars dans les colonnes de Libération.

La possibilité de déroger aux règles du droit national ?

La mission de cette nouvelle instance binationale consiste en tout cas à organiser «la convergence des droits français et allemand dans le but de favoriser la cohésion européenne», explique LCP avant de préciser : «C’est l’équivalent législatif du conseil des ministres franco-allemands, créé en 2003».

En outre, rappelant les liens étroits entre le traité d’Aix-la-Chapelle et la création d’une d’une chambre commune, la chaîne parlementaire explique que la nouvelle assemblée est «le fruit d’un accord préparé par des députés français et allemands» qui acte la possibilité de «déroger aux règles du droit national» dans les régions transfrontalières, une possibilité qui ne devrait toutefois pas conduire à abaisser «les standards en vigueur».

Le traité d’Aix-la-Chapelle évoque en effet, dans son chapitre consacré à la coopération régionale et transfrontalière, la création d’«eurodistricts de compétences appropriées, de ressources dédiées et de procédures accélérées permettant de surmonter les obstacles à la réalisation de projets transfrontaliers».

Si l’initiative correspond à une volonté des deux chancelleries de «renforcer» le projet européen, l’inauguration de cette nouvelle assemblée s’inscrit dans des contextes nationaux délicats alors que ni Emmanuel Macron, ni Angela Merkel n’ont pour l’heure réussi à endiguer les crises politiques auxquelles ils sont tous deux confrontés. En outre, les relations entre les deux pays traversent actuellement une phase de crispation, notamment à cause de leurs divergences quant au gazoduc Nord Stream 2 ou de leur approche sensiblement différente de l’agenda du Brexit.

Fabien Rives

Source

Publicités

Zone euro : quelle riposte face au risque de crise économique

12/03/201904:38

Le risque de récession est élevé aujourd’hui en Europe. Les prévisions pessimistes se succèdent. L’histoire n’est pas écrite pour autant. A première vue, le panorama des conjonctures nationales demeure hétérogène. Les pays du Sud sont encore dans une séquence de rattrapage, l’Espagne ou le Portugal notamment. Et plus de la moitié des pays de l’UE se maintiennent sur les rythmes supérieurs à 2% de croissance, notamment les PECO. La mayonnaise de la récession européenne, synchrone, n’a donc pas encore pris. En revanche, il est clair que le noyau dur, Allemagne, France et Italie, est à la peine. Et que son affaissement spectaculaire depuis un an risque d’embarquer l’ensemble de la dynamique européenne, si rien n’est fait.


Des choses vont dans le bon sens en Europe

C’est à ce moment que l’Europe peut jouer son rôle. Le président de la Banque centrale européenne ne s’y est pas trompé, lors ses annonces du 7 mars. Il sait que c’est lorsque la mer se retire que surgissent tous les problèmes bancaires et financiers. Il prend les devants côté bancaire en relançant le dispositif de refinancement à long terme, fléché sur les banques, et maintient les taux à leur plancher car il sait aussi que le coût d’un sauvetage sera collectivement bien plus élevé que celui d’une impulsion lancée à temps pour éviter que la dynamique récessive ne s’enclenche.


Alors l’Europe, aujourd’hui plus pragmatique, peut-elle être cette fois-ci au rendez-vous de l’histoire ? Peut-elle jouer son rôle protecteur capitalisant sur les erreurs du retard à l’allumage de l’ère Trichet ? Et mobiliser à temps l’arme budgétaire pour relayer l’arme monétaire ?


A priori, on se dit que les choses ne sont pas mal parties. Clairement, la solution est entre les mains du noyau dur. Et de ce côté, pour des raisons variées, les choses vont dans le bon sens. L’heure est plutôt au relâchement de la discipline budgétaire. En France, après l’inflexion socialo-fiscale mise en place en réponse au mouvement des gilets jaunes. En Italie, avec le changement de cap budgétaire initié par la coalition anti-système issue des élections de mars 2018. Et même en Allemagne, où le gouvernement a lâché du lest sur les fonctionnaires. Et a promis à partir du 1er janvier 2021 la suppression de l’impôt de solidarité finançant la réunification, pour 90% de la population imposable.


Recentrage des économies : le modèle allemand vacille


Mais est-ce suffisant ? Clairement l’Europe, ne réitère pas l’erreur de la pro cyclicité de ses politiques. Clairement, l’inflexion, légère certes, ce produit là où elle doit être opérée en priorité. Et a minima, elle devrait jouer un rôle amortisseur. Mais il faut s’interroger aussi sur les racines de la crise pour prendre la mesure d’un ajustement qui dépasse de beaucoup les simples considérations conjoncturelles.


Si l’Europe est à la peine, et si l’Allemagne est au cœur de son marasme, c’est que la donne de la mondialisation est en passe d’être bouleversée. L’heure est à la croissance autocentrée, c’est-à-dire au repli sur les zones de croissance régionales. Des États-Unis, à la Chine en passant par le Japon, il est clair que les grandes régions du monde jouent la préférence locale. Les États-Unis au premier chef, ne veulent plus être le consommateur en dernier ressort du reste du monde. Leur croissance, doit d’abord bénéficier à leur industrie nationale. Trump porte la croissance américaine, en étendard. Il tempère les tensions à la hausse du pétrole pour ménager le pouvoir d’achat de ses concitoyens. Il baisse les impôts. Et érige des barrières pour se protéger des intrusions étrangères. Et en lançant les hostilités, il oblige tous les autres modèles extravertis à se repositionner. Côté chinois, cela se traduit par un double impératif : la conquête du marché intérieur, et surtout, la conquête du ventre mou de la mondialisation que constitue le marché européen. Une Europe qui fait figure de nouveau consommateur en dernier ressort de l’offre du monde.


Et sous ces coups de butoir, le modèle allemand vacille. Il s’est tout entier bâti sur la constitution d’excédents colossaux pour le financement de ses retraites. Elle n’a eu de cesse d’œuvrer pour consolider sa compétitivité et celle de ses partenaires pour partir à la conquête des marchés extra-européens. Or le nouveau design de la mondialisation invalide toute la stratégie de long terme de la principale économie européenne. Et c’est bien plus qu’une politique de relance, encore balbutiante, qu’il lui faudra pour relever le défi de la nouvelle donne mondiale. Le risque, c’est que arrimée à sa quête d’excédent, l’Allemagne ne transforme l’Europe en champ de bataille de la guerre commerciale qu’elle livre à la Chine. Et que les économies qui demeurent arrimées à leur modèle social ne soient les grandes perdantes de la lutte à mort des grandes économies extraverties. 

En savoir plus

Mots clés :BCEAllemagneFranceMondialisationItalieEuropePolitique budgétaireRécession

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-Zone-euro-quelle-riposte-face-au-risque-de-crise-economique_3746973.html

L’Allemagne décroche quand le Royaume-Uni s’accroche malgré le Brexit !

20/03/201904:46

C’est un nouveau mystère : l’économie britannique, à qui presque tous les experts prédisaient l’enfer à la suite du referendum sur le Brexit, résiste toujours alors que l’Allemagne qui faisait figure de maître de l’Europe a frôlé la récession fin 2018. Ce n’est pas une simple histoire de décalage conjoncturel et il faut revenir sur l’ADN même de ces deux économies.

Si le Royaume-Uni résiste, c’est que le grand Londres (près du quart du PIB du pays) est en son cœur La City, tient toujours et reste le poumon financier européen. Bien entendu, des sociétés financières délocalisent mais les départs s’effectuent au compte-gouttes. Selon le cabinet de consultants EY qui interroge 222 entreprises de la City et qui tient le décompte, 7 000 emplois ont été ou vont être déplacés à court terme du centre financier londonien vers l’Union Européenne. En y ajoutant les 2 000 postes que ces sociétés ont créés localement dans les pays de l’UE, le total, de 9 000 personnes, représente seulement 2% des effectifs de la place londonienne. Quant aux actifs transférés, 800 milliards de livres, ils représentent moins de 10% du total. Pas de quoi mettre en péril la suprématie financière de la capitale britannique face à des places comme Paris ou Francfort.

Signe du flegme britannique, le marché de l’immobilier : à Londres, les prix restent suspendus à leurs sommets historiques. Il y a eu, certes un coup d’arrêt à la progression depuis deux ans mais pas de décrochage, pas de ventes paniques et au niveau national, ils continuent de progresser.

Le stoïcisme des habitants se retrouve également dans la résilience de la consommation : depuis le deuxième trimestre 2016, les dépenses des ménages progressent sur une base annuelle comprise entre 1,5 et 2% c’est proche voire au-dessus de la moyenne des 15 dernières années. Et si les Anglais consomment c’est parce les gains de pouvoir d’achat sont là : les hausses de salaires sont fortes et les créations d’emplois nombreuses. En outre, le taux de chômage est collé à 4%, au plus bas depuis février 1975, ce qui incite les ménages à puiser dans leur épargne pour consommer plus. Bref, le modèle de développement britannique que l’on peut qualifier de « globalo-financier », dont les deux clés de voute sont la force de la finance et la surpondération de la consommation, reste encore debout et chancèle à peine. Bien entendu, ce modèle génère des déséquilibres, extérieurs, courants et publics mais pour l’heure, le gouvernement britannique n’a pas de peine à trouver les financements et les taux à 10 ans restent contenus, légèrement supérieurs à 1%, ce qui compte tenu du niveau d’inflation (proche de 3%), est faible.

En revanche, le modèle « mercantiliste » et ultra-excédentaire allemand, qui tire sa force de son industrie ultra-compétitives, bat de l’aile. La thèse de l’accident conjoncturel ne tient plus. Ce n’est pas tant un problème de compétitivité que d’épuisement des débouchés extérieurs émergents, et notamment chinois et leur montée en gamme qui dépasse tous les pronostics. L’exemple de l’automobile est emblématique. Pour la première fois depuis 30 ans, les immatriculations sont en baisse en Chine, car le marché est en partie saturé. Il faut y voir certainement le marqueur du coup d’arrêt du développement de la classe moyenne, un phénomène qui touche tous les émergents, et qui ébranle toute la stratégie allemande de repositionnement sur cet eldorado. Cela a bien évidemment pesé sur le niveau d’activité des sites allemands dont les trois quarts de la production sont destinés à l’export.

Certes, il y a dans l’effondrement soudain de la production de véhicules les conséquences des difficultés de mise en place de nouveaux tests d’homologation imposés par Bruxelles, mais le rattrapage tant espéré n’a pas eu lieu. Tout simplement les automobiles allemandes se vendent moins. Or l’automobile c’est un cinquième de l’industrie allemande et 14% de son PIB, un secteur dans le collimateur de l’administration Trump. Et à cette menace s’ajoute le défi technologique de la révolution électrique. Or parmi les 20 modèles électriques les plus vendus dans le monde, aucun n’est allemand. La spécialisation internationale de l’Allemagne dans les biens d’équipement et l’automobile notamment adaptée aux pays émergents est devenue un handicap.

Résultat, l’industrie allemande est tombée en récession technique fin 2018 avec deux trimestres d’affilés dans le rouge. Ajouter à cela une société allemande de plus en plus fragmentée, le manque de bras, que le filon de l’immigration ne comble plus, le manque d’infrastructures, la fragilité du système bancaire, et maintenant la flambée des prix de l’immobilier qui grève le budget des ménages et l’on comprend mieux pourquoi le piège semble se resserrer sur l’économie allemande quand l’économie britannique, même bousculée par le Brexit, s’en libère.

Mots clés :Europe / Zone euroAllemagneRoyaume-UniMercantilisteGlobalo-financierBritannique

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Alexandre-Mirlicourtois-Resilience-britannique-defaillance-allemande-le-grand-mystere-306345382_3747012.html?utm_source=Mod%E8le%20diffusion%20Xerfi%20Canal&utm_medium=email&utm_campaign=XC210319

La claque d’AKK à Macron

La claque d’AKK à Macron

POSTÉ LE 19 MARS , 2019, 10:25

Emmanuel Macron n’a décidément pas de chance. Il vient d’écrire une lettre « aux citoyens d’Europe » (eh oui, la France, c’est trop petit pour lui !).

Cette lettre est, disons-le tout net, d’un style assez médiocre (le discours de la Sorbonne, l’année dernière, était aussi européiste, mais bien mieux composé) et n’a guère d’autre intérêt que de poser son auteur en chef de file d’une Europe « progressiste », par opposition au « danger populiste » représenté par Viktor Orban ou Matteo Salvini.

Cependant, dans cette étrange division de l’Europe que M. Macron prétend unir, celui-ci ne dispose que d’un unique allié : Angela Merkel, elle-même en fin de course et menacée par la progression de l’AfD.

Ironie du sort, c’est pourtant de l’entourage d’Angela Merkel qu’est venue la claque que vient de recevoir Emmanuel Macron.

Annegret Kramp-Karrenbauer, dauphine de Mme Merkel, qui vient de prendre la présidence de la CDU, a répondu par une lettre intitulée « Faisons l’Europe comme il faut ».

Cette lettre ne se prive pas d’enregistrer tous les abandons de souveraineté que propose M. Macron.

Beaucoup de médias disaient naguère que les critiques du traité d’Aix-la-Chapelle reposaient sur des « fake news ».

Mais « AKK » donne raison aux lanceurs d’alerte en disant que l’UE devrait obtenir un siège au conseil de sécurité de l’ONU – ce qui revient à demander à la France d’abandonner son siège.

Elle somme, à mots à peine couverts, la France d’abandonner toute politique autonome.

Naguère, Angela Merkel avait forcé Nicolas Sarkozy à abandonner son projet d’Union pour la Méditerranée en réclamant qu’y participent tous les États de l’UE. De même, aujourd’hui, la présidente de la CDU prie la France d’abandonner sa politique africaine ou sa politique de défense. On voit mal M. Macron résister à des « prières » qui correspondent si bien à ses vœux les plus chers.

Mais il est cocasse aussi qu’AKK refuse tout net les propositions de M. Macron en faveur du fédéralisme. Elle veut bien une politique étrangère européenne ou une politique européenne de défense, si cela permet à l’Allemagne de s’offrir à moindre coût un siège à l’ONU ou une dissuasion nucléaire. Elle réclame même une « solidarité européenne » pour la crise migratoire. Mais certainement pas de communautarisation des dettes ou d’européanisation de la protection sociale !

Et d’ajouter – et, cette fois, je serai d’accord avec elle : « Refonder l’Europe ne se fera pas sans les États-nations. » M. Macron ferait bien de méditer cela !

L’Italie courtise la Chine est un coup de maître du chaos

L’Italie courtise la Chine est un coup de maître du chaos

La visite du Premier ministre chinois Xi Jinping en Italie la semaine prochaine rendra presque tout le monde nerveux. La récente déclaration du chef du Mouvement des cinq étoiles, Luigi Di Maio, sur le fait que son pays est prêt à signer un mémorandum d’accord avec la Chine dans le cadre de la ambitieuse initiative de ceintures et de routes de la Chine, a déclenché une série de réactions de Donald Trump à Angela Merkel Le partenaire de la coalition de Maio, le chef de Lega, Matteo Salvini.

Mais, ne laissez pas le wrapper vous tromper à ce sujet. L’annonce de Di Maio Je ne pense pas que ce soit un aveugle, comme le suggère cet article de Reuters, autant que Merkel et Trump.

Bien que Geraci soit membre de la Ligue, le groupe a semblé aveugle lorsque la nouvelle d’un accord imminent a été annoncée la semaine dernière, le chef du parti Matteo Salvini mettant en garde contre la « colonisation » de l’Italie par la Chine. 
« Nous sommes en train de l’examiner », a déclaré jeudi Salvini, qui est vice-Premier ministre adjoint à Di Maio. « Avant de permettre à quelqu’un d’investir dans les ports de Trieste ou de Gênes, j’y penserais pas une fois, mais cent fois. »

En réalité, cette annonce est une initiative intelligente de Di Maio. Cela met Salvini un peu sur la défensive qui a récemment donné le ton à la coalition. Salvini a besoin de Trump de son bon côté pour l’aider à affronter Merkel et l’Union européenne.

Comme je l’ai mentionné dans un article récent, Merkel tente de jouer dur avec Trump sur les questions d’énergie en défendant le pipeline Nordstream 2 de l’agression américaine, afin de changer l’état de la géopolitique au sein du conseil d’administration.

Il est clair pour moi maintenant que les priorités de Merkel pour ce qui reste de son mandat sont les suivantes: 
1. Tracer une voie indépendante pour la politique étrangère de l’UE depuis les États-Unis par la création d’une armée de l’UE, évitant ainsi le besoin de l’OTAN et … 
2. Mettre fin à l’occupation américaine de l’Allemagne. 
3. Assurer l’avenir énergétique de l’Allemagne, qui assure également son avenir politique en tant que dirigeant de l’Union européenne, en assemblant le continent avec les artères énergétiques russes – Nordstream 2, Turkstream. 
4. Gérer l’abandon de l’OTAN en tant que force de contrôle dans les relations entre l’Europe et la Russie, qui ne sert pas les objectifs à long terme de l’Europe.

Ceci alors que Trump et Xi sont profondément enracinés dans un accord commercial dont le monde entier est préoccupé par le résultat. Astuce: Trump va se coucher.

L’ UE vient de différer ses discussions avec les États-Unis sur le même sujet , sans donner d’avis sur l’opportunité de rouvrir les négociations commerciales avec les États-Unis.

Lors d’un vote confus, le Parlement européen a adopté à une faible majorité une série d’amendements contre le début des négociations, mais a ensuite rejeté sa propre résolution sur le sujet, ce qui signifie qu’il n’a en réalité pas été pris en compte. 
La résolution n’aurait pas été contraignante, mais le Parlement devra approuver tout accord conclu et les gouvernements de l’UE ont déclaré qu’ils souhaitaient connaître le point de vue des législateurs avant de prendre une décision.

Parce que tout ce qui concerne l’UE est parfaitement clair un jour normal, n’est-ce pas?

Aujourd’hui, Di Maio entre et participe à une réunion importante avec Xi, à la recherche de milliards d’investissements chinois pour relancer les perspectives économiques de l’Italie.

Trump est déjà apoplectique par rapport à Nordstream 2 et menace de sanctionner certaines des plus grandes entreprises du monde pour leur participation au projet. Mais, ce navire a principalement navigué. Le pipeline est achevé à plus de 70%.

Tout ce que les États-Unis peuvent faire maintenant, c’est que le Parlement européen arrête le gazoduc qui achemine du gaz, gaspillant 11 milliards d’euros pour la construction de ce projet. Comme avec le Brexit ou la Crimée, il arrive un moment où les opposants à quelque chose dans le monde qu’ils n’aiment pas doivent être acceptés de facto.

Malheureusement, les aliénés qui pensent diriger le monde n’abandonneront pas tant qu’il y aura des avocats à déployer pour compliquer les choses.

C’est pourquoi j’aime le déménagement de Di Maio ici. Trump est engagé dans une guerre commerciale avec la Chine tout en se plaignant amèrement de l’Europe faisant des affaires avec la Russie. Il les menace même avec un projet de loi pour le logement de nos troupes que nous ne voulons pas supprimer.

Selon Di Maio, l’Italie conviendrait parfaitement au projet routier et routier de la Chine, que les États-Unis minent activement dans toute l’Asie et le Moyen-Orient.

En même temps, il fait un pied de nez à Merkel qui ne veut pas que l’Italie se sente investie d’un pouvoir à quelque niveau que ce soit alors qu’elle entre dans la saison des élections parlementaires européennes. Les eurosceptiques pourraient prendre jusqu’à un tiers des sièges, même sans un contingent britannique pris en otages.

De plus, Merkel tente toujours de parler avec les États-Unis des deux côtés de sa bouche:

Restez ferme sur Nordstream 2, essayez de sauver le JCPOA, d’une part, mais soutenez l’opération imbécile de changement de régime américain au Venezuela pour apaiser Trump.

C’est une déclaration d’indépendance forte de la part de l’Italie, qui rejoint la Hongrie, la Pologne, la Grèce et le Portugal, qui ont tous signé un protocole d’accord avec la Chine. Et ce n’est pas comme si la Hongrie et la Pologne figuraient en bonne place sur la liste des cartes de Noël de Merkel. Tous deux traitent de procédures au titre de l’article 7 pour les priver de leurs droits de vote de l’Union

Sous tous les angles, il jette un voile sur la scène internationale tout en faisant de la bonne politique sur le plan intérieur. Si Xi quitte Rome sans passer par un accord, cela ne signifie pas nécessairement que l’Italie cède aux pressions extérieures de Trump ou de Merkel, cela pourrait au moins indiquer que Xi a simplement demandé plus que ce que l’Italie était disposée à donner à ce stade.

Et les deux parties ont réalisé qu’elles étaient utilisées par l’autre comme moyen de pression auprès des personnes absentes. Quoi qu’il en soit, le fait que Xi vienne à Rome et rencontre ces étrangers de l’UE soit une excellente déclaration de ce que la Chine sait que le jeu impérial Merkel and the Gang à Bruxelles joue à long terme.


Rejoignez mon Patreon et abonnez-vous au bulletin d’informations Gold Goats ‘N Guns, où la géopolitique et la gestion de portefeuille se rencontrent pour vous aider à traverser une période très difficile de l’histoire.

Le retour de Marco Polo ou les complications d’un monde post-impérial

Le retour de Marco Polo ou les complications d’un monde post-impérial

Publié le 17 Mars 2019 par Observatus geopoliticus in EuropeChineEtats-UnisEconomie

Lorsque le 22 mars, le président chinois Xi Jinping débarquera à Rome pour une très importante visite, l’esprit de Marco Polo flottera dans l’air. S’il ne fut pas le premier Occidental à emprunter la route de la Soie, le célèbre Vénitien laissa à la postérité la description de la Chine et ses merveilles dans son Devisement du monde.

Sept siècles plus tard, le gouvernement italien lance un pavé dans la marre en voulant rejoindre les Nouvelles routes de la Soie, le tentaculaire projet de Pékin visant à intégrer économiquement l’Eurasie, hantise de l’empire américain. Sans surprise, Washington a déjà réagi, en affirmant sans rire que cela « dégraderait l’image internationale de l’Italie ».

Cette dernière n’est pourtant pas le premier pays européen à adhérer au projet chinois et le fidèle lecteur sait que la Hongrie du grand méchant Orban est sur les rangs depuis trois ans, rejointe ensuite par la Grèce ou encore le Portugal. Mais le poids de l’Italie est autrement important : membre du G7, quatrième pays européen en termes de population et d’économie, sa décision pourrait « briser la glace » pour les autres et entraîner plusieurs pays dans son sillage. D’autant que cette intégration aux routes de la Soie ferait bénéficier des prêts de la BAII, à propos de laquelle un petit rappel n’est pas inutile :

La fameuse Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (BAII) a été lancée en fanfare à Pékin cette semaine [juillet 2015, ndlr]. Plus de 300 délégués de 57 pays ont assisté à la signature. Rappelons que la BAII concurrencera la Banque mondiale sous influence américaine et sera la cheville ouvrière du cauchemar absolu des stratèges états-uniens : l’intégration de l’Eurasie. Elle financera – sans doute en coopération avec l’autre Goliath bancaire créé récemment, la banque des BRICS – les infrastructures liées au phénoménal projet continental de routes de la Soie visant à relier l’Europe à l’Extrême-Orient en évitant les mers, marginalisant considérablement les Etats-Unis.

L’entrée de Rome dans la danse serait une situation gagnant-gagnant, l’Italie pouvant ainsi financer la reconstruction de ses infrastructures vieillissantes (cf. catastrophe du pont de Gênes) et vendre son Made in Italy aux consommateurs chinois qui en sont friands. Un seul perdant dans cette affaire : Washington.

L’analyse pourrait s’arrêter là et conclure à une nouvelle baffe dans la tête impériale. Pourtant, si ce dernier point n’est pas discutable, les choses sont en réalité bien plus compliquées et entrent dans la lignée de ce que nous prédisions au lendemain de l’élection du Donald il y a plus de deux ans :

Le deuxième mandat d’Obama avait sans doute porté à son paroxysme l’affrontement des deux blocs. Entre 2013 et 2015, le système impérial américain, incluant ses dépendances européenne et médiatique, s’est arc-bouté, uni, resserré presque jusqu’à l’étouffement. Un objet trop compressé finit par se fissurer, puis éclater – simple loi physique. Géopolitiquement, cela nous a donné le Brexit et l’élection de Trump.

Nous entrons maintenant dans une ère aléatoire de recomposition, un nouvel ordre mondial que les tenants de l’ordre ancien voient avec horreur et qu’ils tentent désespérément, et avec de moins en moins de succès, de ralentir. Voici venue l’ère des électrons libres, de la restructuration internationale et des nouveaux paradigmes.

Le rapprochement italo-chinois est éclairant à cet égard et un excellent article de Tom Luongo l’analyse en détail. Résumons la complexité de la situation en quelques points :

  1. Le ralliement de Rome aux Nouvelles routes de la Soie est poussé par le Mouvement 5 étoiles et son leader, Di Maio.
  2. Cette annonce a été accueillie avec des cris d’orfraie par Trump, Merkel mais aussi par la Ligue de Salvini, autre composante essentielle du gouvernement italien, pourtant alliée à Di Maio.
  3. La position de Salvini recoupe grosso modo celle de l’anti-système « de droite » partout en Europe (Le Pen, Wildeers, UKIP etc.) : oui à la multipolarité russo-chinoise sur le plan géopolitique contre l’hégémonie américaine, mais non à l’invasion chinoise sur le plan économique.
  4. Merkel, qui ne veut pas voir l’Italie jouer un rôle important en Europe, s’oppose à l’accord Rome-Pékin. Ce faisant, elle se retrouve curieusement dans le même camp que Salvini, qu’elle déteste par ailleurs (migrants, fédéralisme européen etc.)
  5. Ironie du sort, elle se retrouve également dans le même bateau que le Donald, à qui elle s’oppose sur à peu près tous les autres sujets (gaz russe, paiement pour le stationnement des troupes US, protectionnisme vs libre-échange etc.)
  6. Dans ce maelstrom, l’euronouillerie est complètement perdue, ne sachant que faire avec la Chine. Elle est encore plus désemparée face aux Etats-Unis de Trump, comme le montre la délirante séance du Parlement européen d’il y a trois jours, au cours de laquelle les députés ont d’abord voté une série d’amendements contre la reprise des négociations commerciales avant… de voter dans la foulée pour annuler leur propre résolution !

Dans le nouveau monde aux recompositions complexes créées par le reflux impérial, Bruxelles est déboussolée. Vassal eurocratique cherche suzerain désespérément…

 

ONU. La France privée de droit de veto par l’Allemagne ?

En Bavière, comme ailleurs, intox et manipulation après les élections

ONU. La France privée de droit de veto par l’Allemagne ?

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère ♦ Selon les médias subventionnés, c’était hier encore une grossière “Fake news”. Aujourd’hui, la transformation du siège de la France au Conseil de sécurité de l’ONU en un siège partagé est ouvertement évoquée par l’Allemagne.


On connait depuis longtemps la perfide Albion, égale à elle-même ; mais voici maintenant la perfide Allemagne de Merkel.

Signé dans une discrétion suspecte, le traité d’Aix-la-Chapelle a été pour les médias du système un moyen d’attaquer les droites souverainistes françaises en les accusant de véhiculer des fake news.
Il est vrai qu’ annoncer la vente à l’Allemagne de l’Alsace et de la Lorraine au-delà même de la Moselle de 1870 était assez surréaliste.
Moins évident, le renforcement de l’Allemand sur cette terre française d’influence historique germanique, sur lequel règne un flou inquiétant.

Mais voila que le dernier point, c’est-à-dire la suppression du siège de sécurité donné à la France à la fin de la Seconde Guerre mondiale, revient en force. Et là, pas d’infox mais une offensive Merkel. Une OPA hostile sur notre statut de grande puissance. Certes, ce n’est pas l’Allemagne vaincue qui va remplacer la France soi disant victorieuse. Mais le siège cent pour cent français depuis 1945 deviendrait un siège européen à la demande de Berlin. Nous risquons de perdre la seule chose qui compte dans le « Machin », le droit de veto. On attend une réaction de Macron.

La chancelière allemande a en effet apporté le 11 mars son soutien à des propositions pour l’Europe de son parti conservateur, qui se démarquent de celles du président français, prônant notamment un siège européen unique au Conseil de sécurité de l’ONU.
Angela Merkel a souligné que ce siège devait avoir pour vocation de « réunir les voix européennes au Conseil de sécurité de l’ONU », et donc de faire disparaître le siège dont dispose la France pour elle seule ?
« Je pense qu’il s’agit d’un très bon concept pour l’avenir », a déclaré la chancelière à Berlin à propos des propositions de réformes de l’Union européenne publiées au cours du week-end par celle qui l’a remplacée en décembre à la tête du parti démocrate-chrétien allemand (CDU), Mme Annegret Kramp-Karrenbauer, surnommée AKK.

Cela ressemble à une gifle aux propositions européennes du président Macron qui ont été un bide absolu chez nos partenaires d’Ouest en Est. Sa lettre aux Européens démontre finalement que sa stratégie d’être le guide de l’Europe des progressistes est mort-née.

 

https://www.polemia.com/onu-la-france-privee-de-droit-de-veto-par-lallemagne/

 

» Dans la guerre USA-Chine sur la 5G, l’Europe est incapable d’inventer son indépendance face à Huawei

ATLANTICO-BUSINESS
Dans la guerre USA-Chine sur la 5G, l’Europe est incapable d’inventer son indépendance face à Huawei

Dans le domaine de la 5G, dont tous les experts nous expliquent qu‘elle va être incontournable pour le pilotage des objets connectés, la concurrence pour le contrôle des équipements s’annonceplus que redoutable. D’un côté, les Chinois de chez Huawei qui ont une avance technologique et des moyens considérables pour déployer des réseaux dans tous les pays du monde, de l’autre, l’Amérique de Donald Trump qui considère que les Chinois ont une stratégie politique d’hégémonie sur le monde occidental en prenant le contrôle de la gestion des données.

Cette semaine, l’ambassadeur des Etats-Unis à Berlin a transmis au ministère de l’industrie allemande une lettre obligeant le gouvernement allemand à choisir entre les équipements que propose le chinois Huawei et son maintien au partage d’informations sensibles que les Etats-Unis livrent à leurs alliés.Au terme de ce chantage, si l’Allemagne continue de travailler avec Huawei pour s’équiper en 5G,l‘Allemagne ne sera plus considérée comme un allié loyal. Comme l’écrit le WallStreetJournal, ce sera les antennes Huawei ou les câbles du Pentagone.

Donald Trump, qui a semble-t-il,décidé d’entamer une campagne auprès de tous ses alliéseuropéens, n’y va pas par quatre chemins.

La Grande Bretagne est depuis quelques jours également plongée dans l’incertitude la plus totale quant à la mise en œuvre de sa prochaine stratégie digitale. Selon le Times, Gavin Williamson, le ministre de la défense de Theresa May,se déclaretrès inquiet de l’influence du chinois Huawei dansl’architecture du prochain réseau 5G au Royaume-Uni.Son homologue américain, informé par les services de contre-espionnage,l’a mis en garde des risques d’espionnage que présentait le géant chinois dans une technologie aussi sophistiquée et stratégique que la 5G, et surtout dans la gestion des réseaux mobiles. Mais, réponse du gouvernement britannique : « il n’y a pas d’autres industrielsque les Chinois dans le monde, capables de mener à bien un tel projet d’équipement et notamment l’installation du premier réseau britannique ».

La France n’aurait pas officiellementreçu d’avertissement de Washingtonà propos de la 5G …mais il faut dire que la France est en retard dans le déploiement du réseau.Alors que l’on n’a pas fini de déployer le 4G sur l’ensemble du territoire,on ne fait qu’entamerles études administratives pour permettre aux opérateurs privés de commencer des expérimentations.Du coup, SFR semble travailler avec Nokia et a réalisé unepremière liaison très symbolique.

Bouygues Télécom collabore avec Huawei avec des tests àBordeaux, où les résultats sont satisfaisants.

Orange travaille sur plusieurs tests àMarseille,Lille et Douai ainsi qu’à Paris avec une technologie propre. Mais le montant des investissements n’est pas connu.Tout cela démontre qu’il existe un grand retard ou alors une grande prudence.

En Europe, le pays le plus en avance est la Finlande avec Nokia. L’opérateur Elisaa proposé une offre commerciale en 5G, avec différents forfaits, mais la performance doit encore faire des progrès. Le problème pour Elisa et Nokia, c’est qu’il n’y a pas de téléphone portable compatible. Ils ont donc dû faire les tests et les premières offres avec des mobiles prototype de chez Huawei qui va les mettre en commercialisation avant cet été. Mais Huawei, en Finlande comme ailleurs,soulève beaucoup d’interrogations.

Saint-Marin, micro Etat du nord-est de l’Italie, a indiqué qu’il était le premier Etat à se doter entièrement de la 5G en 2018. Mais Saint Marin est plus petit que Monaco.

L‘Italie auraitdéployé un réseauexpérimental dans les Pouilles fin 2018, mais l’Italie n’en a pas fait de publicité. Compte tenu de ses finances, l’Italie n’aguère les moyens d’aller plus loin.

La Belgiquedoit être capable de commercialiser et se lancer dans la course, mais pas avant 2020. Avec une interrogation, tout est possible mais avec quel équipement ?

 

Partout en Europe, on s’inquiète finalement de la pression américaine.Tout se passe comme si les Etats-Unis avaient déclaré la guerre àHuawei. Personne ne va donc pouvoir faire des affaires avec le Chinois.

Les services d’informationsaméricainsauraient acquis la conviction que la Chine utilisait les réseaux, les mobiles et la technologie Huaweià des fins d’espionnage.D’où les embargos et les arrestations de cadres de Huawei afin d’enquêter pour débusquer d’éventuels agissements malveillants.

Au delà de ce risque, l’Amérique s’avèretrès en retard dans la mise au point de la 5G.Alors même que l’Amérique a toujours été jusqu’alors leader mondial dans ce type de recherche. D‘où peut être la peur d’êtredépassé et déstabilisé.Toujours est-il que les patrons des Gafam sont en lien avec le Pentagone pour essayer de préparer une riposte.

 

La 5G prépare une deuxième révolution digitale qui aura des impacts sur l’ensemble de la vie quotidienne.

La 5G offre une vitesse remarquable de connectivité,à peine une seconde.Cette vitesse est absolument indispensablepour développer les objets autonomes et connectés.Lesvoitures sans chauffeur d’abord, mais tous les objets de mobilité, les bus, les avions, les bateaux, les engins de chantiers, les outils chirurgicaux,etc.Tous ces objets doivent réagir au « quart de seconde”, pour des raisons de performance et de sécurité.

Mais l’inquiétude se cristallise surtout sur le mode de gestion des réseaux et des serveurs.Comment imaginer ne pas être sur et certain à 100% de la bienveillance des systèmes lorsqu’il s’agira de réguler la circulation automobile dans une ville ou le contrôle aérien d’un aéroport ?

Sans tomber dans la science-fiction, les services américains ne sont pas loin d’imaginer qu’un système puisse tomber dans les mains d’une puissance étrangèreanimée de sentiments hostiles.Lesservices l’imaginent encore plus facilement si les équipements sont d’origine chinoise.

Tant qu’il n’y aura pas de systèmes concurrents àceux proposés par Huawei, le géant chinois sera toujours suspecté.

L’Europe, dans tout cela, n’a pas, une fois de plus, de plan B à soumettre à ses partenaires et clients.  Comme les Américains, les opérateurs de l’Union européenne sont assez désarmés.

Alors, faute de s’entendre, de mobiliser des fonds d’investissements colossaux et créer des géants de la 5G, les pays de l’Union européenne sont coincés entre les méthodes d’intimidation et de chantage américain et les pouvoirs hégémoniques ou démoniaques pour certains de Huawei.

Zone euro : quelle riposte face au risque de crise économique

12/03/201904:38

Le risque de récession est élevé aujourd’hui en Europe. Les prévisions pessimistes se succèdent. L’histoire n’est pas écrite pour autant. A première vue, le panorama des conjonctures nationales demeure hétérogène. Les pays du Sud sont encore dans une séquence de rattrapage, l’Espagne ou le Portugal notamment. Et plus de la moitié des pays de l’UE se maintiennent sur les rythmes supérieurs à 2% de croissance, notamment les PECO. La mayonnaise de la récession européenne, synchrone n’a donc pas encore pris. En revanche, il est clair que le noyau dur, Allemagne, France et Italie, est à la peine. Et que son affaissement spectaculaire depuis un an risque d’embarquer l’ensemble de la dynamique européenne, si rien n’est fait.


C’est à ce moment que l’Europe peut jouer son rôle. Le président de la banque centrale européenne ne s’y est pas trompé, lors ses annonces du 7 mars. Il sait que c’est lorsque la mer se retire que surgissent tous les problèmes bancaires et financiers. Il prend les devants côté bancaire en relançant le dispositif de refinancement à long terme, fléché sur les banques, et maintient les taux à leur plancher car il sait aussi que le coût d’un sauvetage sera collectivement bien plus élevé que celui d’une impulsion lancée à temps pour éviter que la dynamique récessive ne s’enclenche.


Alors l’Europe, aujourd’hui plus pragmatique, peut-elle être cette fois-ci au rendez-vous de l’histoire ? Peut-elle jouer son rôle protecteur capitalisant sur les erreurs du retard à l’allumage de l’ère Trichet ? Et mobiliser à temps l’arme budgétaire pour relayer l’arme monétaire ?


A priori, on se dit que les choses ne sont pas mal parties. Clairement, la solution est entre les mains du noyau dur. Et de ce côté, pour des raisons variées, les choses vont dans le bon  sens. L’heure est plutôt au relâchement de la discipline budgétaire. En France, après l’inflexion socialo-fiscale mise en place en réponse au mouvement des gilets jaunes.  En Italie, avec le changement de cap budgétaire initié par la coalition anti-système issue des élections de mars 2018. Et même en Allemagne, où le gouvernement a lâché du lest sur les fonctionnaires. Et a promis à partir du 1er janvier 2021 la suppression de l’impôt de solidarité finançant la réunification, pour 90% de la population imposable.


Mais est-ce suffisant ? Clairement l’Europe, ne réitère pas l’erreur de la pro cyclicité de ses politiques. Clairement, l’inflexion, légère certes, ce produit là où elle doit être opérée en priorité. Et a minima, elle devrait jouer un rôle amortisseur. Mais il faut s’interroger aussi sur les racines de la crise pour prendre la mesure d’un ajustement qui dépasse de beaucoup les simples considérations conjoncturelles.


Si l’Europe est à la peine, et si l’Allemagne est au cœur de son marasme, c’est que la donne de la mondialisation est en passe d’être bouleversée. L’heure est à la croissance autocentrée c’est-à-dire au repli sur les zones de croissance régionales. Des Etats-Unis, à la Chine en passant par le Japon, il est clair que les grandes régions du monde jouent la préférence locale. Les États-Unis au premier chef, ne veulent plus être le consommateur en dernier ressort du reste du monde. Leur croissance, doit d’abord bénéficier à leur industrie nationale. Trump porte la croissance américaine, en étendard.  Il tempère les tensions à la hausse du pétrole pour ménager le pouvoir d’achat de ses concitoyens. Il baisse les impôts. Et érige des barrières pour se protéger des intrusions étrangères. Et en lançant les hostilités, il oblige tous les autres modèles extravertis à se repositionner. Côté chinois, cela se traduit par un double impératif… la conquête du marché intérieur, et surtout, la conquête du ventre mou de la mondialisation que constitue le marché européen. Une Europe qui fait figure de nouveau consommateur en dernier ressort de l’offre du monde.


Et sous ces coups de butoir, le modèle allemand vacille. Il s’est tout entier bâti sur la constitution d’excédents colossaux pour le financement de ses retraites. Elle n’a eu de cesse d’œuvrer pour consolider sa compétitivité et celle de ses partenaires pour partir à la conquête des marchés extra-européens. Or le nouveau design de la mondialisation invalide toute la stratégie de long terme de la principale économie européenne. Et c’est bien plus qu’une politique de relance, encore balbutiante, qu’il lui faudra pour relever le défi de la nouvelle donne mondiale. Le risque, c’est que arrimée à sa quête d’excédent, l’Allemagne ne transforme l’Europe en champ de bataille de la guerre commerciale qu’elle livre à la Chine. Et que les économies qui demeurent arrimée à leur modèle social ne soient les grandes perdantes de la lutte à mort des grandes économies extraverties.

Mots clés :BCEAllemagneFranceMondialisationItalieEuropePolitique budgétaireRécession

https://www.xerficanal.com/economie/emission/Olivier-Passet-La-crise-structurelle-de-la-consommation_3746973.html?utm_source=Mod%E8le%20diffusion%20Xerfi%20Canal&utm_medium=email&utm_campaign=XC130319

La lettre européenne

Mediapart
La lettre européenne #20
Chaque lundi | 11/03/2019

Le parti pris du lundi,
par Ludovic Lamant
Isolé. La tribune d’Emmanuel Macron adressée aux « citoyens européens »s’avère bien moins ambitieuse que son discours fleuve prononcé à la Sorbonne sur l’avenir de l’Europe, à l’automne 2017 : on l’a déjà expliqué ici.

Mais elle a au moins eu un mérite, celui de lancer la campagne, à trois mois du scrutin : Laurent Wauquiez (LR) et Jean-Luc Mélenchon (LFI) y sont allés de leur réponse indignée les jours suivants (ici et ). Depuis Budapest, Viktor Orbán a ironisé sur un texte qui « pourrait marquer le début d’un débat européen sérieux », séduit, peut-être, par la volonté de Paris de « remettre à plat l’espace Schengen ».

À Bruxelles, la commission européenne a rappelé que nombre des propositions françaises, soit existaient déjà, soit avaient déjà été formulées par l’exécutif de Jean-Claude Juncker. Bref, que le chef de l’État était en train de réinventer la roue.

Mais la réponse la plus cinglante est venue de Berlin : une tribune signée de la main, non pas de la chancelière Angela Merkel, sur le départ, mais de celle présentée comme sa successeure, Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK, son portrait est ici), dans le Welt am Sonntag (ici, en allemand). Mais le porte-parole de Merkel a bien pris soin de préciser que les propositions d’AKK étaient « en harmonie » avec les convictions de la chancelière…

AKK s’en prend au « centralisme européen » comme à la « communautarisation des dettes », en passant par « l’européanisation du salaire minimum ». Alors même que Macron défendait, dans son « bouclier social », un salaire minimum européen. Affront pour Paris, AKK plaide aussi pour le regroupement du parlement européen à Bruxelles, aux dépens de Strasbourg – un dossier bloqué depuis toujours par les Français (lire notre enquête de 2014 sur ce vieux serpent de mer).

La réplique allemande confirme ce qu’on savait déjà : Berlin et Paris ne s’entendent pas sur les manières de renforcer l’Europe. C’est en partie pourquoi le bilan européen de Macron piétine depuis 2017. Elle illustre aussi à quel point Macron affronte son premier test électoral en restant très isolé, sans véritables alliés sur le continent.