Archives pour la catégorie Analyse

Les insolubles contradictions de Daesh et du PKK/YPG

Les insolubles contradictions de Daesh et du PKK/YPG

par Thierry Meyssan

Nous ne connaissons ce qui se passe au Levant qu’au travers de la propagande de guerre du pays dans lequel nous vivons. Nous ignorons les autres points de vue et, plus encore, comment nos armées se sont comportées. Pour démêler le vrai du faux, les historiens devront examiner les documents disponibles. Or, ce que nous dit la documentation militaire occidentale contredit les déclarations des politiciens et la narration des journaux. Ce n’est qu’en prenant conscience de l’existence de la stratégie du Pentagone depuis 2001 que l’on pourra comprendre ce qui s’est vraiment passé et pourquoi on en arrive aujourd’hui à de telles contradictions.RÉSEAU VOLTAIRE | DAMAS (SYRIE) | 12 NOVEMBRE 2019 عربيENGLISHESPAÑOLITALIANOPORTUGUÊSROMÂNĂTÜRKÇEΕΛΛΗΝΙΚΆРУССКИЙ

+
JPEG - 47.6 ko

Le remodelage du Levant selon l’état-major du Pentagone au Levant. Cette carte a été décrite par le colonel Ralph Peters dans un article, le 13 septembre 2001, mais il ne l’a publié qu’en 2006.

Nous ne comprenons pas ce qui se passe au Nord de la Syrie parce que nous croyons a priori qu’un combat y opposait les méchants jihadistes de Daesh aux gentils Kurdes du PKK/YPG. Or, c’est absolument faux. Cette lutte n’existait que pour limiter leurs territoires respectifs ou par solidarité ethnique, jamais pour des raisons idéologiques ou religieuses.

Par ailleurs, nous ne voyons pas le rôle qu’a joué Donald Trump. La presse passant son temps à insulter le président élu des États-Unis, on ne peut compter sur elle pour analyser et comprendre sa politique au Moyen-Orient élargi. Il a pourtant une ligne directrice claire : la fin de la doctrine Rumsfeld/Cebrowski, héritage du 11-Septembre. Il s’oppose en cela à ses généraux —tous formés sous les mandats Bush Jr et Obama à régenter le monde— et à la classe politique ouest-européenne.

Pour comprendre ce qui se passe, il faut prendre les faits en amont et non pas en aval. Revenons au plan élaboré par le Pentagone au début de l’administration Bush, en 2001 et révélé, deux jours après les attentats du 11-Septembre, par le colonel Ralph Peters dans Parameters [1], la revue de l’Armée de Terre US : le « remodelage » du monde, à commencer par le Moyen-Orient élargi. Ce plan fut confirmé un mois plus tard, par le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, qui nomma son principal concepteur, l’Amiral Arthur Cebrowski, directeur du Bureau de Transformation de la Force. Il fut explicité par l’assistant de ce dernier, Thomas Barnett, en 2005, dans The Pentagon’s New Map [2]. Et illustré par le même Ralph Peters lorsqu’il en publia, en 2006, la carte dans l’Armed Forces Journal du premier épisode : ce que devait devenir le Moyen-Orient élargi [3]. Compte tenu des difficultés rencontrées sur le terrain, elle fit l’objet d’un amendement publié par une chercheuse du Pentagone, Robin Wright, dans le supplément dominical du New York Times [4], en 2013.

Selon ces documents cinq États devaient être démembrés en quatorze entités : la Syrie et l’Iraq, le Yémen, la Libye et l’Arabie saoudite.

JPEG - 24 ko

Carte publiée par Robin Wright en 2013, c’est-à-dire un an avant la transformation de Daesh et avant celle du PKK/YPG.

Concernant la Syrie et l’Iraq, ces deux États devaient être divisés en quatre. La carte publiée en 2013 dessine les contours d’un « Sunnistan » et d’un « Kurdistan », tous deux à cheval sur les deux États actuels. L’année suivante, le premier a été créé par Daesh, le second par le YPG. Au moment où cette carte a été publiée, Daesh n’était qu’une minuscule organisation terroriste anti-syrienne parmi des centaines d’autres ; tandis que le YPG était une milice pro-gouvernementale dont les salaires des combattants étaient payés par la République arabe syrienne. Rien sur le terrain ne permettait de prévoir la création du Califat et du Rojava voulue par le Pentagone.

Le quotidien kurde turc Özgür Gündem [5] a publié le relevé de décision de la réunion au cours de laquelle la CIA a préparé la manière dont Daesh envahirait l’Iraq depuis Raqqa. Ce document indique que Masrour « Jomaa » Barzani, alors chef du Renseignement du gouvernement régional du Kurdistan iraquien, participait à cette réunion de planification, le 1er juin 2014, à Amman (Jordanie). Il est devenu le Premier ministre du gouvernement régional du Kurdistan iraquien en juillet dernier.

Il importe de retenir que, selon la carte de Robin Wright, le « Kurdistan » US devait inclure le Nord-Est de la Syrie (comme le « Kurdistan » français de 1936) et la région kurde d’Iraq (ce que les Français n’avaient pas envisagé).

Le soutien du gouvernement régional du Kurdistan iraquien à l’invasion de l’Iraq par Daesh est incontestable : il a laissé les jihadistes massacrer les Kurdes de religion yazidie au Sinjar et réduire leurs femmes en esclavage. Ceux qui ont été sauvés l’ont été par des Kurdes turcs et syriens venus spécialement sur place leur prêter main-forte sous l’œil goguenard des peshmergas, les soldats Kurdes iraquiens.

Daesh a commis quantité d’atrocités, imposant son règne par la terreur. Il a pratiqué un nettoyage religieux contre les Kurdes yazidis, les Chrétiens assyriens, les Arabes chiites etc. Ces « rebelles » ont bénéficié de l’aide financière et militaire de la CIA, du Pentagone et d’au moins 17 États, ainsi que l’ont rapporté, documents à l’appui, les quotidiens bulgare Trud [6] et croate Jutarnji list [7]. Avec un personnel dûment formé à Fort Benning (USA), Daesh a prélevé des impôts et ouvert des services publics jusqu’à se constituer en « État » bien que nul ne l’ait reconnu comme tel.

Nous ne savons pas comment le PKK s’est transformé en 2005 d’un parti politique marxiste-léniniste pro-soviétique en une milice libertaire et écologiste pro-atlantiste. Et encore moins comment le YPG syrien a opéré sa mue, en 2014. Il est passé sous le commandement opérationnel d’officiers turcs du PKK et de l’Otan. Selon le côté de la frontière turco-syrienne, le PKK-YPG est internationalement qualifié différemment. S’il est positionné en Turquie, c’est « une organisation terroriste », mais s’il se trouve en Syrie, il devient « un parti politique d’opposition à la dictature ». Pourtant jusqu’en 2014, il ne voyait pas de dictature en Syrie. Il se battait pour la défense de la République arabe syrienne et le maintien du président Bachar el-Assad au pouvoir.

Le YPG a respecté les lois de la guerre et n’a pas commis d’atrocités comparables à celles de Daesh, mais il n’a pas hésité à nettoyer ethniquement le Nord-Est syrien pour créer le « Rojava », ce qui constitue un crime contre l’humanité. Il a spolié et expulsé des centaines de milliers d’Assyriens et d’Arabes. Il croyait se battre pour son peuple, mais il ne faisait que réaliser les rêves du Pentagone. Pour cela, il a publiquement bénéficié de l’armement du Pentagone ainsi que l’hebdomadaire britannique des marchés militaires Jane’s [8] et le quotidien italien Il Manifesto [9] l’ont montré, et de la France, ainsi que François Hollande l’a révélé. Le Rojava n’a pas eu le temps de fusionner avec la région kurde d’Iraq.

Après la chute du Califat, entre autres sous les coups du PKK/PYG, celui-ci a demandé l’autorisation du gouvernement de Damas de traverser les lignes de l’armée arabe syrienne pour voler au secours des Kurdes du Nord-Est menacés par l’armée turque. Ce qu’il a obtenu. Mais lorsque le PKK/YPG s’est déplacé, il faisait transiter des officiers de Daesh en fuite qui ont été arrêtés par la République arabe syrienne.

Ces documents et ces faits ne nous disent pas quels protagonistes ont raison ou tort, c’est une autre question. Nous voulons juste relater comment des hommes ont été manipulés et conduits à faire ce qu’ils n’auraient pas dû.

Sur le terrain, il est impossible d’être à la fois contre Daesh et pour le PKK/YPG sans tomber dans d’irréconciliables contradictions.

Les actes de Donald Trump ont consisté à détruire les pseudos-États fabriqués par le Pentagone : le Califat et le Rojava ; ce qui ne signifie ni la fin de Daesh, ni celle du PKK/YPG.

Thierry Meyssan

<img src="https://www.voltairenet.org/rien.gif" alt="
Facebook
Delicious
Twitter
Seenthis

[2The Pentagon’s New Map, Thomas P. M. Barnett, Putnam Publishing Group, 2004.

[3] “Blood borders – How a better Middle East would look”, Colonel Ralph Peters, Armed Forces Journal, June 2006

Digg

[4] “Imagining a Remapped Middle East”, Robin Wright, The New York Times Sunday Review, 28 septembre 2013.

RSS

[5] « Yer : Amman, Tarih : 1, Konu : Musul », Akif Serhat, Özgür Gündem, 6 juillet 2014.

[6] “350 diplomatic flights carry weapons for terrorists”, Dilyana Gaytandzhieva, Trud, July 2, 2017.

[7] “TAJNA LETOVA JORDANSKIH AVIONA S PLESA Sirijski pobunjenici dobivaju oružje preko Zagreba !”, Krešimir Žabec, Jutarnji list, 23 veljača 2013. « TRANSFER HRVATSKOG ORUŽJA POBUNJENICIMA U SIRIJI Sve je dogovoreno prošlog ljeta u Washingtonu ! », Krešimir Žabec, Jutarnji list, 26 veljača 2013. “VIDEO : JUTARNJI OTKRIVA U 4 mjeseca za Siriju sa zagrebačkog aerodroma Pleso otišlo 75 aviona sa 3000 tona oružja !”, Krešimir Žabec, Jutarnji list, 7 ožujak 2013. “PUT KROZ ASADOVU SIRIJU Nevjerojatna priča o državi sravnjenoj sa zemljom i njezinim uništenim ljudima : ’Živote su nam ukrali, snove ubili…’”, Antonija Handabaka, Jutarnji list, 9 ožujak 2013.

[8] “US arms shipment to Syrian rebels detailed”, Jeremy Binnie & Neil Gibson, Jane’s, April 7th, 2016.

[9] “Da Camp Darby armi Usa per la guerra in Siria e Yemen”, Manlio Dinucci, Il Manifesto, 18 aprile 2017. Version française : « De Camp Darby, des armes US pour la guerre contre la Syrie et le Yémen »,

Traduction Marie-Ange Patrizio, Réseau Voltaire.

https://www.voltairenet.org/article208272.html

Publicités

LA LIBYE VUE D’ALGÉRIE


TRIBUNE LIBRE N°84 / SEPTEMBRE 2019

LA LIBYE VUE D’ALGÉRIE

LAURENCE AÏDA AMMOUR

Sociologue et analyste en sécurité et défense pour l’Afrique du Nord-Ouest, associée au Centre d’études stratégiques de l’Afrique (Washington D.C.), au Groupe d’analyse JFC-Conseil (France) et membre de la communauté du Centre des hautes études de Défense et de Sécurité (Dakar, Sénégal)[1].

Lorsqu’en 2011, à l’instigation de la France, et en vertu de la résolution1973 du Conseil de sécurité de l’ONU, les forces de l’OTAN bombardent la Libye, l’Algérie s’oppose à cette intervention qu’elle considère comme le prélude à l’éclatement du pays et à une instabilité régionale incontrôlable.

Dans un premier temps, l’Algérie affiche une position de neutralité et de non-ingérence dans les affaires intérieures de la Libye. Elle compte sur la feuille de route proposée par l’Union africaine (UA), acceptée par le régime libyen, prévoyant la cessation immédiate des hostilités, l’acheminement facilité de l’aide humanitaire, le lancement d’un dialogue entre les parties libyennes et le remplacement de Mouammar Kadhafi par son fils Saïf al-Islam en vue d’amorcer une transition politique. Maisla France refuse catégoriquement cette option.

Bien que les relations d’Alger avec le leader libyen n’aient jamais été sereines, dans la mesure où il était un rival influent en Afrique subsaharienne et au Sahara, les autorités algériennes le soutiennent jusqu’au dernier moment. Après tout le régime libyen relevait de la même parenté idéologique et politique et demeurait un Etat autoritaire garantissant la stabilité au Maghreb et au Sahara. En mai 2011, Sadek Bouguetaya, membre du comité central du Front de Libération Nationale, est dépêché à Tripoli pour représenter l’Algérielors d’une « réunion de soutien des chefs de tribus à Kadhafi, durant laquelle il a clairement exprimé le soutien de son pays auguide libyen » et qualifié l’opposition de « pion des Occidentaux »[2].

Quand Alger accueille certains membres de la famille Kadhafi, de nombreuses personnalités politico-militaires et tribales libyennes lui refusent un rôle dans le processus de sortie de crise. Mais vu son statut de puissance régionale, la participation de l’Algérie s’imposera d’elle-même.

Après plusieurs mois d’attentisme, le pouvoir algérien se résout à reconnaître le Conseil National de Transition (CNT) créé le 27 février 2011[3], avec toutefois des réserves sérieuses sur cette entité faible qu’il considère comme une émanation d’Etats désireux de contrôler le processus de transition libyen.Pour Alger, le vide de pouvoir créé par l’effondrement de la gouvernance autoritaire ne peut pas être comblé par deux sources de légitimité antinomiques : celle issue des armes et celle d’un leadership auto-proclamé bénéficiant du soutien occidental et incapable de s’imposer comme sphère du pouvoir. Les relations algéro-libyennes s’enveniment encore quand le CNT accuse les autorités algériennes de livrer des armes, du carburant et de l’équipement militaire aux forces loyales au leader libyen. 

Vue d’Alger, l’intervention occidentale a entraîné la militarisation à grande échelle de la société libyenne et la déstabilisation en chaîne de toute la zone sahélo-saharienne. Les impératifs sécuritaires et stratégiques deviennent alors des éléments déterminants de la position algérienne. Alger doit en effet composer avec plusieurs Etats faibles ou inexistants ainsi qu’avec le djihadisme islamiste dans son voisinage immédiat. Ces nouvelles menaces vont conduire l’Algérie à renforcer considérablement la surveillance de ses frontières et à infléchir sa doctrine de non-intervention lorsque son intégrité territoriale et ses intérêts stratégiques seront directement menacés.

En conséquence, Alger se fixe deux priorités : préserver sa sécurité nationale par l’endiguement du champ d’action terroriste, et sauvegarder l’unité de la Libye par le dialogue politique inclusif. Comme le dit l’ancien ambassadeur algérien Abdelaziz Rahabi : « C’est toute la différence entre le reste du monde et l’Algérie : nous sommes en faveur d’un accord politique entre toutes les parties parce que nous en serons les premiers bénéficiaires. Nous sommes les premiers à avoir besoin d’une Libye forte. »[4].

Les autorités algériennes ont conscience que le territoire national sera affecté par les retombées sécuritaires de la guerre civile libyenne et de ses prolongements. La suite des événements confirmera les appréhensions de l’Algérie : fragilisation de la frontière algéro-libyenne longue de près de 1000 km ; explosion des trafics ; et champ libre pour l’installation et le transfert de djihadistes. L’enjeu pour l’Algérie est d’éviter que son territoire ne devienne la base arrière des milices libyennes et/ou de groupes terroristes, et ne soit submergé par les flux d’armes provenant des arsenaux libyens[5].

En 2012 la frontière avec la Libye est fermée, alors que certaines milices chargées de sa surveillance sont affiliées à l’ancien Groupe islamique combattant libyen (GICL), dont des éléments avaient combattu durant la guerre civile en Algérie au côté du Groupe islamique armé (GIA), avant de se dissocier de ce dernier.

Malgré l’échec du processus de transition qui avait engendré deux gouvernements rivaux, l’Algérie continue de prôner la réconciliation nationaleen dialoguant aussi bien avec les Frères musulmans (que l’Egypte et les Emirats arabes unis considèrent comme des terroristes) qu’avec des responsables ayant soutenu Kadhafi, mais excluant les entités terroristes comme Ansar al-Charia ou Da’ech qui rejettent tout processus électoral. « La diplomatie(…) de l’Algérie consiste à travailler avec et à exercer un effet de levier sur les factions libyennes non-djihadistes pour les empêcher de recourir à l’affrontement violent à ses frontières« [6].

Pour Alger, la voie institutionnelle demeure la seule à même de stopper la propagation du jihadisme violent. En visite à Rome en 2015, le Premier ministre Abdelmalek Sellal réitère que« Faute d’accord politique entre toutes les parties, les groupes terroristes finiront par créer un abcès de fixation (…) la démarche est simple et consiste à aboutir à une solution politique inclusive (…) Le terrorisme peut être vaincu par la force, mais on a aussi besoin d’opérations de réconciliation pour l’éradique »[7].

PRÉSERVER L’UNITÉ DE LA LIBYE

Dans son environnement régional, l’Algérie a toujours eu une préférence pour les Etats forts et centralisés – qui vont de pair avec la stabilité autoritaire – au vide sécuritaire aspirant groupes terroristes locaux, combattants islamistes étrangers, trafiquants et mercenaires. L’enjeu est de contrer toute velléité de partition[8] et de combattre la fragmentation grandissante de la Libye, issue de légitimités concurrentes[9].

L’Algérie est accoutumée à traiter avec ses voisins dans une position de leader régional reconnu, même si en coulisse elle a souvent tenté de contrôler certains acteurs non-étatiques, sans succès – par exemple Ansar-eddine au Mali[10]. Fondamentalement, ce qui inquiète Alger c’est l’absence d’interlocuteur étatique véritablement légitime. Comme l’explique en 2014 le ministre algérien chargé des Affaires maghrébines, Abdelkader Messahel : « L’Etat y est quasiment inexistant, contrairement à la Tunisie ou à l’Egypte. Lorsque vous [à savoir l’OTAN et les rebelles libyens]avez aboli le régime, vous avez aboli l’Etat ; c’était un effondrement de régime, pas un changement de régime. Et il n’y a pas eu d’efforts systématiques pour reconstruire l’Etat depuis la chute de Kadhafi« [11].

Durant la première médiation de l’ONU entre parlementaires libyens à Ghadamès (septembre 2014), l’Algérie tente en vain de les convaincre de boycotter laChambre des représentants de Tobrouk (élue en juin 2014) et d’opter pour la formation d’un gouvernement d’unité nationale afin de poursuivre la transition bloquée deux mois plus tôt.

Conformément à sa doctrine de politique extérieure en vigueur depuis l’indépendance[12], Alger défend le principe de non-interventionnisme militaire, de souveraineté territoriale et d’auto-détermination, comme au Mali ou en Libye, deux pays où elle encourage le dialogue politique inclusif et favorise la distribution d’une aide humanitaire sous l’égide de l’ONU et des organisations internationales. Elle tente de promouvoir cette vision chez ses partenaires au sein des organisations régionales, continentales (Union africaine) ou internationales (ONU, Ligue arabe). Mais cela exige d’avoir plusieurs fers au feu sans perdre la main sur des dossiers complexes dans lesquels interviennent de multiples acteurs dont l’action ne fait qu’aggraver la situation. Lorsqu’une nouvelle intervention militaire est envisagée par la France, l’Egypte, les Emirats Arabes Unis (EAU) et l’Italie, elle s’y oppose fermement, voyant dans cette perspective le risque d’un effondrement encore pire que celui de 2011.

L’Algérie connaît bien la Libye. Les réseaux de l’ancien patron du DRS, Mohamed Médiène, qui fut attaché militaire à Tripoli dans les années 1970, sont encore actifs à la fois chez les partisans de Kadhafi et chez les opposants du leader déchu[13].

La solution politique telle que la conçoit l’Algérie doit aller dans le sens de ses intérêts sécuritaires. Pour cela, elle orchestre des rapprochements politiques et communautaires à travers ses réseaux d’influence qui visent la mise en œuvre d’un processus de réconciliation nationale, une solution peu appréciée par certains acteurs internationaux. S’inspirant de l’accord appliqué à la crise malienne[14], Alger convie aussi des acteurs locaux non institutionnels. Parmi eux, les principales tribus de l’ouest (Warchafana, Ghaddaffa, Warfalla, al-Megharha), longtemps marginalisées pour leur loyauté à l’ancien régime. Leur rôle pourrait être décisif dans la formation d’un gouvernement d’unité nationale dans un pays où les institutions tribales jouissent d’un poids social formel et informel non négligeable et restent un facteur de stabilité. C’est aussi le cas de la tribu des Zintan, qui détenait Saïf al-Islam. Pour Alger, le fils de Mouammar Kadhafi, nommé chef du Conseil suprême des tribus libyennes en 2015, pourrait être une figure de la réconciliation.[15]En avril 2015, l’Algérie réussira même à convaincre les Libyens, toutes tendances confondues, à se parler de manière officieuse, lors d’une rencontre avec les partisans de l’ancien régime.

Parallèlement, Alger collabore avec les représentants spéciaux successifs des Nations unies pour la Libye, en accueillant les négociations entre les différents partis politiques libyens sous l’égide de l’ONU.Elle reconnaît l’accord inter-libyen de Skhirat (Maroc), de décembre 2015, comme seule base de travail équitable.

Associée aux cinq pays voisins de la Libye (Tunisie, Tchad, Niger, Soudan et Egypte), elle privilégie les actions émanant de la région. Ainsi, la reconstruction d’une armée nationale et l’unification des forces de police font l’objet d’un dialogue tripartite organisé par Alger, Le Caire et Tunis. Ce qui ne l’empêche pas d’être en désaccord avec l’Egypte qui soutient politiquementet militairement le général Haftar[16]. Notamment quand Le Caire demande une levée partielle de l’embargo sur les armes, en vigueur depuis 2011, et les EAU – ainsi que d’autres pays – violent cet embargo[17]. Dans un récent rapport, le Comité des experts de l’ONU chargé de contrôler l’embargo a indiqué enquêter sur l’implication possible des EAU dans le lancement en avril 2019 de missiles sur des unités fidèles à Tripoli.[18]

Par ailleurs, l’assistance française à la coalition Haftar par l’envoi de conseillers, d’agents clandestins et de forces spéciales sur le terrain, indispose Alger qui craint que la France et ses alliés arabes ne gagnent en influence au Maghreb et au Sahel[19].

SANCTUARISER LE TERRITOIRE NATIONAL

Le 13 janvier 2013, le complexe gazier de Tinguentourine (In Amenas) est attaqué par le groupe « Signataires par le sang » de Mokhtar Belmokhtar. Ce groupe, implanté en Libye dès 2011, avait rallié à sa cause certaines brigades locales.

Cette surprise stratégique a mis en lumière la vulnérabilité du territoire algérien pourtant bien quadrillé par l’Armée Nationale Populaire (ANP). Cette attaque de grande ampleur a ébranlé la politique jusque-là défensive de l’Algérie, démontrant que les djihadistes implantés dans les pays voisins avaient la capacité de frapper le cœur de l’économie algérienne. Jusqu’alors, habituée à lutter contre les menaces internes, essentiellement dans le nord du pays, l’Algérie a du étendre son champ d’action pour faire face aux menaces transnationales sur l’ensemble de son territoire. Elle a aussi contraint le commandement militaire à réévaluer le principe de non-intervention et à combiner diplomatie régionale et opérations militaires ponctuelles.

– D’une part, en déployant des forces terrestres supplémentaires aux frontières algériennes appuyées par des forces aériennes (100 000 hommes au total), en fermant les points de passages vers la Libye et le Mali, et en exigeant un laissez-passer militaire pour l’entrée en Algérie.

– D’autre part, en intervenant militairement hors de son territoire dès lors que son intégrité territoriale et ses intérêts étaient directement mis en cause. En mai 2014, Alger envoie 3 500 parachutistes conjointement aux forces spéciales françaises et américaines au sud du bassin de Ghadamès, « avec pour mission de traiter des positions potentielles des groupes terroristes, dans un rayon de 100 km ». Du côté libyen, l’opération se déroule avec l’aide du maréchal Haftar. Les commandos algériens ciblent Mokhtar Belmokhtar[20]. La zone d’intervention concernée correspond en effet à l’itinéraire emprunté par les djihadistes qui ont attaqué le site de Tiguentourine[21].

Puis, quand son ambassade est menacée par le groupe de Mokhtar Belmokhtar au printemps 2014, les forces spéciales algériennes interviennent à Tripoli et déjouent la prise d’otages[22].

En février 2019, l’Algérie redoute que la prise de contrôle du Fezzan et du champ pétrolier al-Charara par le maréchal Haftar ne soit le prélude à une offensive sur Tripoli, menaçant du même coup la zone située aux confins de l’Algérie, du Niger, du Tchad et du Soudan.  Ces craintes sont confirmées en avril 2019 lorsque l’Armée Nationale Libyenne (ANL) entame son avancée sur Tripoli. Deux semaines plus tard, en guise d’avertissement, l’ANP effectue pour la première foisun exercice à balles réelles dans le secteur opérationnel nord-est d’In-Amenas, à quelques encablures de la frontière libyenne.

CONTRECARRER LA MENACE HAFTAR

En septembre 2018, Haftar accuse l’armée algérienne de mener des incursions sur le territoire libyen et menace d’exporter la guerre en Algérie[23]. Paradoxalement, « ces propos confortent la solution prônée par la diplomatie algérienne, soit une ‘solution politique’ inclusive (…). Ils offrent à la diplomatie algérienne un argument supplémentaire pour discréditer, du moins officieusement, le maréchal Haftar« [24].

Alger sait bien que la légitimité de Haftar dépend surtout de ses soutiens étrangers[25], parce qu’il prétend mener la guerre aux terroristes – alors que des milices salafistes constituent une partie de ses troupes-, règne sur les terminaux pétroliers et contrôle près des trois-quarts du pays. Après son AVC en avril 2018, c’est Le Caire qui choisit son successeur, le général Abdessalam Hassi, en accord avec les EAU. Alger perçoit ainsi Haftar comme le dépositaire de la puissance égyptienne alors que l’Algérie craint de voir l’Égypte s’implanter dans l’Ouest libyen.

Les EAU qui appuient l’avancée des troupes de Haftar vers Tripoli, se rangent du côté de l’Egypte et de la France, comme l’illustrent les propos du chef de la diplomatie émirienne: « Les groupes Islamistes et djihadistes se sont tous alliés pour soutenir Sarraj (à Tripoli)ce qui pose la question comme l’a déclaré Jean-Yves Le Drian récemment de l’ambiguïté qu’entretiennent certains groupes liés à l’islamisme politique avec des groupes djihadistes (…) Les EAU agiront toujours (…) avec des partenaires comme la France, qui partagent la même vision, afin de protéger au mieux les intérêts de la région et de ses peuples« [26].

Après avoir admis le principe d’élections présidentielles pour décembre 2018 sur l’insistance du Président français (accord de la Celle-Saint-Cloud en juillet 2017, puis conférence de Paris en mai 2018), Haftar rejette tout cessez-le-feu lors de sa visite à Paris le 22 mai 2019. Le GNA fait de même considérant « cette guerre comme une lutte existentielle« [27].

Sceptiques sur un agenda électoral jugé improbable et décidé unilatéralement par des acteurs extérieurs, l’Italie et l’Algérie accordent peu de crédit à cette solution. Alger considère que sans réconciliation nationale préalable, les élections se réduiraient à un processus technique formel, sans traiter les causes du conflit. Elles pourraient au contraire devenir un vecteur de polarisation, ainsi que le démontrent de nombreux exemples de scrutins en Afrique.

L’Italie, ancienne puissance coloniale, a d’autres préoccupations : la réactivation des voies de migrations en Méditerranée qu’elle avait réussi à contenir au prix d’accords bilatéraux avec Kadhafi. Rome propose alors une autre conférence internationale à Palerme en novembre 2018 à laquelle l’Algérie participe.

Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée algérienne, voit d’un très mauvais œil l’implication de la France aux côtés du maréchal Haftar, qui veut s’imposer par la force et, de facto, internationalise le conflit. Le soutien français est perçu comme une manœuvre de déstabilisation de l’Algérie visant à compromettre ses efforts de médiation. Aux yeux de Gaïd Salah comme des autres généraux algériens, la percée de Haftar menace sérieusement la Libye mais aussi la Tunisie. Paradoxalement, en soutenant Haftar, la France ne fait que « compliquer la lutte déjà ardue (qu’elle mène) contre la menace djihadiste dans la région« [28].

Pour Alger, Haftar est le fossoyeur de l’accord inter-libyen de Skhirat (qu’il avait qualifié de caduc et avec lui le gouvernement de M. Al-Sarraj en décembre 2017), et l’obstacle principal à la médiation onusienne[29], pour justifier ses ambitions de restauration autoritaire[30].. Ce qui va à l’encontre de la stratégie algérienneconsistant « à faire barrage à toute entité qui chercherait à imposer la ‘stabilité’ dans l’Ouest libyen par la force militaire et par une politique d’exclusion« [31].

QUELLES PERSPECTIVES ?

On ne compte plus le nombre d’initiatives, de sommets, de conférences et de réunions initiées par les voisins de la Libye et les parrains étrangers qui cherchent une issue qui leur serait politiquement favorable et économiquement profitable. Du point de vue algérien, la somme de ces interférences politiques et militaires exacerbe les divisons locales et cristallise les rivalités inter-arabes et européennes[32]. L’escalade militaire actuelle ne fait qu’intensifier la livraison d’armement aux deux camps rivaux par les soutiens étrangers[33]. A tel point que l’ONU a récemment renouvelé l’embargo sur les armes[34]. Dans un tel contexte la stratégie algérienne est quasi inaudible. 

A l’heure où la contestation populaire algérienne a jusqu’ici réussi à modifier l’agenda politique, l’Algérie conservera-t-elle son statut de puissance régionale et par la même celui de médiateur dans la crise libyenne ? Quel pourra être le rôle de l’armée algérienne garante de la sécurité intérieure[35] ? Certes l’ANP est une armée professionnelle, moderne et puissante et ses capacités de renseignement sont importantes en matière de contre-terrorisme[36]. Mais encore faut-il qu’elle puisse poursuivre sa mission dans le cadre d’une transition politique pacifique et qu’elle accepte de se retirer de la sphère politique. Pour l’instant, il est illusoire de l’envisager. En « dirigeant sans gouverner » l’armée a toujours su se préserver des turbulences politiques et demeurer le véritable détenteur du pouvoir[37].

*

Un changement de régime en Algérie pourrait avoir une incidence sur le contrôle des frontières et sur la lutte contre les groupes djihadistes. Un repli sur les affaires intérieures pourrait bouleverser la donne au niveau de la géopolitique et de la sécurité régionales. En particulier au Sahel où Alger est très sollicitée et souvent incitée à s’investir militairement. L’enjeu n’est donc pas seulement intérieur, puisque les politiques extérieure et de défense restent le domaine exclusif des militaires et des services de sécurité. Mais les puissances étrangères seront prêtes à tout pour éviter la déstabilisation de l’Algérie. La France, l’Union européenne et les Etats-Unis savent que l’Algérie est un pays pivot dans la région, malgré leurs ingérences concurrentes en Libye : « rien ne se réglera au Sahel sans l’Algérie. On ne peut pas concevoir la paix et la stabilité de cette immense région sans l’Algérie (et son armée)(…) L’Algérie a joué un rôle positif quand elle a autorisé le survol de son territoire par des avions de guerre français, quand elle a livré de l’essence, quand elle a parrainé les accords d’Alger en 2015. (…)Pas plus l’Algérie que la France ne souhaitent que les troupes françaises s’éternisent dans la bande sahélo-saharienne. Il faut donc travailler à une collaboration plus active avec l’Algérie« [38].

Il est trop tôt pour direquelle forme prendra la transition politique en Algérie et quelle place l’ANP occupera dans cette transition. Aujourd’hui, l’armée se retrouve l’arbitre de l’étape actuelle par la voie de son chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah, très contesté par les manifestants, qui se pose unilatéralement comme interlocuteur du « hirak ». Tout dépendra des rapports de force internes au sein de l’armée et des services de sécurité, et de la capacité de la société civile et des forces politiques à mettre en œuvre une stratégie de sortie de crise concertée et pacifique.

[1]Une version de cet article est parue en italien en juillet 2019 sous le titre « L’Algeria vuole riunire la Libia » dans la revue LIMES, Rivista Italiana di Geopolitica, no. 6/2019, Rome, pp. 71-79.

[2]José Garçon, « Le soutien trouble de l’Algérie à la Libye de Kadhafi « , Libération, 31 août 2011.

[3]Adoubé « par la communauté internationale » selon l’expression consacrée, ainsi que par l’Union européenne, la Ligue arabe, l’ONU et l’Union africaine

[4]Mélanie Matarese, « Alger sur tous les fronts pour la Libye », Middle East Eye, 29 janvier 2016.

[5]Depuis 2011, des convois d’armes sont régulièrement interceptés par l’ANP et par la gendarmerie algérienne dans la région d’Illizi et dans le Tassili n’Ajjer ; voir « Libye : Tunis, Alger et Le Caire dénoncent les flux « continus » d’armes et de « terroristes », TV5 Monde, 13 juin 2019 ; Jérôme Tubiana et Claudio Gramizzi, Lost in Trans-Nation, Tubu and Other Armed Groups and Smugglers along Libya’s Southern Border, Small Arms Survey, Genève, décembre 2018.

[6]Jalel Harchaoui, Too Close for Comfort. How Algeria Faces the Libyan Conflict,Briefing Paper, Security Assessment in North Africa, Small Arms Survey, Genève, juillet 2018, p. 15.

[7]« Sellal: Le temps est compté », El Watan (Algérie), 28 mai 2015.

[8]Le 6 mars 2012 est créé un Conseil provisoire de Cyrénaïque à Benghazi.

[9]Laurence-Aïda Ammour, « La Libye en fragments », Annuaire Français des Relations Internationales(AFRI), Vol. XIV, Paris, 2013, pp. 653-678.

[10]Laurence-Aïda Ammour, « Algeria’s Role in the Sahelian Security Crisis », Stability: International Journal of Security and Development, Ontario, Canada: 2(2), 28, 2013, pp. 1-11.

[11]Cité par International Crisis Group, L’Algérie et ses voisins, Rapport Moyen-Orient et Afrique du Nord, n°164, 12 octobre 2015, p. 16.

[12]L’article 26 des Constitutions de 1989 et 1996 stipule que « l’Algérie se défend de recourir à la guerre pour porter atteinte à la souveraineté légitime et à la liberté d’autres peuples. Elle s’efforce de régler les différends internationaux par des moyens pacifiques. »

[13]Mélanie Matarese, op. cit : « En réalité, l’Algérie a entretenu de très bonnes relations avec la Libye dès la guerre de libération (1956-1962) (…) (Le pays) a servi de base logistique pour l’armement de l’est algérien. Certaines personnalités féodales entretenaient des liens avec les révolutionnaires. En grande partie parce que le roi Idriss Senoussi (roi de Libye de 1951 à 1969) était d’origine algérienne (par son grand-père, Mohammed ben Ali El-Senoussi, né près de Mostaghanem). Et puis les familles touarègues des deux côtés des frontières ont toujours été entremêlées. Si bien que les Algériens sont les seuls à pouvoir intervenir pour apaiser les tensions lors des affrontements entre les milices touarègues et les milices toubous dans le sud de la Libye. »

[14]Il s’agit des pourparlers tenus à Alger entre legouvernement malien et les factions rebelles du nord, pour stabiliser le pays et empêcher la sécession du pays qui ont abouti aux accords d’Alger de 2015.

[15]Laurence-Aïda Ammour, « Vers un retour en politique de Saïf Al-Islam Kadhafi ? », Huffpost-Maghreb, 8 février 2018.

[16]Laurence-Aïda Ammour, « In the Libyan conflict, Algiers stands up to France and Egypt », Middle East Eye, 27 mars 2015.

[17]Olivier Fourt, « Libye : un embargo de l’ONU violé sous le nez des marines européennes », RFI,19 mai 2019 : « La France, qui perd à l’été 2016 trois membres de la DGSE en Libye, est forcée de reconnaître son implication dans le conflit aux côtés de (Haftar). Puis, c’est au tour de la Russie qui, en 2017, commence à fournir des pièces détachées de chasseurs Mig-23 (…) Encore récemment, des drones d’origine chinoise Wing Loong auraient conduit des missions dans la région de Tripoli. (…) Le 18 mai dernier une trentaine de véhicules blindés en provenance de Turquie sont arrivés au port de Tripoli« .

[18]Conseil de sécurité : « La Libye sur le point de sombrer dans la guerre civile », selon le Représentant spécial qui plaide pour un retour au processus politique, CS/13816, 21 mai 2019. Voir aussi « Libya arms embargo must be enforced – UN chief Antonio Guterres », Al Jazeera, 11 juin 2019 ; « L’ONU renouvelle l’embargo sur les armes en Libye », BBC Afrique, 11 juin 2019

[19]Rappelons que les EAUont participé aux bombardements de l’OTAN.L’Egypte et les EAU avaient aussi bombardé la Libye en 2014 ciblant des positions tenues par des milices islamistes libyennes, notamment la coalition Fajr Libya, pour soutenir les forces du général Khalifa Haftar.

[20]Akram Karief, « L’Algérie a commencé les opérations commando », El Watan(Algérie), 6 juin 2014.

[21]Cette opération n’a jamais été reconnue officiellement par le gouvernement algérien, de crainte qu’elle ne soit perçue par l’opinion publique comme un alignement de l’Algérie sur l’agenda militaire occidental.

[22]Il s’agissait de prendre en otage le personnel de l’ambassade et de l’échanger contre les trois terroristes faits prisonniers lors de l’opération de Tiguentourine.

[23]« Libye : réactions de colère en Algérie après les menaces de Haftar », Middle East Eye, 9 septembre 2018; Abla Chérif, « Qui manipule la carte Haftar ? », Le Soir d’Algérie,11 septembre 2018.

[24]Lynda Abbou, « Raouf Farrah décrypte les motivations du Maréchal Haftar et la situation en Libye », Maghreb Emergent, 11 septembre 2018.

[25]Egypte, EAU, France, Russie et Arabie saoudite. Pour le GNA : Turquie et Qatar.

[26]Interview de Anwar Gargash, « Notre solution pour la Libye », Le Journal du dimanche, 18 mai 2019.

[27]Claudia Gazzini, pour l’International Crisis group, « Libya’s warring rivals in ‘existential fight’ for Tripoli. Forces locked in stalemate at the gates of the city », AFP, 4 juin 2019.

[28]Jean-Pierre Filliu, « Déjà deux mois de nouvelle guerre civile en Libye », Le Monde, 2 juin 2019.

[29]Conseil de sécurité : « La Libye sur le point de sombrer dans la guerre civile », CS 21 mai 2019; Lisa Watanabe, UN Mediation in Libya: Peace Still a Distant Prospect,CSS Analysis in Security Policy, no. 246, juin 2019.

[30]Antoine Malo, Interview du maréchal libyen Khalifa Haftar : « Nous sommes aux portes de Tripoli et nous continuons d’avancer »,Le Journal du Dimanche, 29 mai 2019.

[31]Jalel Harchaoui, op. cit.

[32]Karim Mezran et Arturo Varvelli, Foreign Actors in Libya’s Crisis, ISPI-The Atlantic Council, Milan, juillet 2017.

[33]« Libya: Haftar forces launch airstrike near Tripoli », Middle East Monitor, 9 juin 2019.

[34]« L’ONU renouvelle l’embargo sur les armes en Libye », BBC Afrique, 11 juin 2019.

[35]Depuis la démission du Président Bouteflika, l’armée et le renseignement militaire ont repris la main sur les services de renseignement qui avaient été accaparés par la Présidence.

[36]Laurence-Aïda Ammour, « Algeria », The Military Balance, The International Institute for Strategic Studies, Londres, 2014, pp. 307-313.

[37]Selon le mot de Steven A. Cook, Ruling but not Governing. The Military and Political Development in Egypt, Algeria and Turkey, John Hopkins University Press, Baltimore, 2007.

https://www.cf2r.org/tribune/la-libye-vue-dalgerie/

Décomposition impériale

Décomposition impériale

9 Novembre 2019

Moins spectaculaire que les guerres américaines ratées, moins médiatique que les tentatives de putsch qui ne prennent plus, le mouvement tectonique du reflux de l’empire suit son cours, inexorable. Le schéma est classique, presque mécanique…

Années 90 : après l’éclatement de l’URSS, le système impérial est à son apogée. Il est alors pris d’une véritable folie des grandeurs qui finira par causer sa perte.

Années 2000 (ère Bush) : victime d’hybris, il s’engage dans un certains nombre de fiascos coûteux et retentissants (Irak, Afghanistan), et provoque la résurgence de ses rivaux (Russie, Chine, OCS).

Années 2000-2010 (ère Obama) : sentant le vent tourner, ils s’arc-boute sur ses fondamentaux (Europe totalement vassalisée, presstituée noyautée comme jamais) pour tenter de durer, au risque d’imploser.

A bien des égards, la géopolitique ressemble à la physique pure. Plus un corps, soumis à une pression intense, se comprime, plus il est instable et susceptible de provoquer des réactions en chaîne. C’est ce qui finit par arriver

Qui aurait imaginé, même dans ses rêves les plus fous, voir le système impérial US se décomposer aussi rapidement ? Certes, il y avait eu des signes avant-coureurs : crise grecque, montée des «  »populismes » » (entre huit guillemets) en Europe, multiplication des voix discordantes concernant la politique anti-russe (Hongrie d’Orban, Italie, Slovaquie, République tchèque, Grèce, industriels allemands etc.), record d’impopularité des hommes de paille de Washington (Flamby Ier rejoignant les rois fainéants mérovingiens dans le palmarès des dirigeants les plus détestés de l’histoire de France)…

Mais l’année 2016 restera comme l’apothéose de ce détricotage. En mai dernier, avant le sommet du G7 à Tokyo, un eurocrate envisageait le « scénario de l’horreur » :

Imaginez si, au lieu de Barack Obama, François Hollande, David Cameron et Matteo Renzi, nous avons Donald Trump, Marine Le Pen, Boris Johnson et Beppe Grillo.

Un mois plus tard, le scénario tant honni commençait à se mettre en place, au grand dam de Washington, Bruxelles et de leurs relais médiatiques. Le Brexit envoya des ondes de choc (…) Ce n’était pourtant rien en comparaison de ce qui allait se passer trois mois plus tard, au cœur même de l’empire, la deuxième étape du « scénario de l’horreur », le changement tectonique représenté l’élection du Donald.

2016 fut en effet le début de la fin : Brexit, Trump, guerre pétrolière américano-saoudienne, perte ou trahison des alliés, dédollarisation, fiasco ukrainien, dégringolade de la branche médiatique… Ce qui avait été patiemment bâti au cours de longues décennies se défaisait à vue d’œil. Et si le Deep State réussissait à sauver quelques meubles, par exemple en récupérant partiellement le Donald, plus rien ne serait comme avant. Comme la marée basse laisse sur le sable les traces de son passage, le reflux de l’empire mettait à jour ses contradictions criantes et ses dysfonctionnements inhérents.

Les éléments, auparavant maintenus sous la chape (de plomb) du manteau américain, étaient désormais livrés à eux-mêmes. Certains comme les euronouilles, complètement perdus, couraient dans tous les sens comme des poulets sans tête. D’autres, tel le sultan, jouaient les électrons libres et se rapprochaient dangereusement de l’autre camp. Partout, l’unité faisait place à la dissension. Sur le Vieux continent :

L’Europe américaine sera-t-elle mise à mort par ceux-là même qui étaient censés la régénérer ? L’on peut sérieusement se poser la question quand on voit le divorce grandissant entre l’UE et les pays d’Europe centrale et orientale, fers de lance de la « Nouvelle Europe » si chère aux néo-cons. Le pied droit de Washington donne des coups au pied gauche et c’est tout le système vassalique européen qui risque de tomber.

Rappelons d’abord que la construction européenne fut, dès le départ, un projet américain. Des archives déclassifiées montrent que les soi-disant « pères de l’Europe » – Schuman, Spaak ou le bien-nommé Monet – travaillaient en réalité pour les Etats-Unis. Pour Washington, il était en effet plus aisé de mettre la main sur le Vieux continent par le biais d’une structure globale noyautée de l’intérieur que de négocier pays par pays avec des dirigeants indépendants.

La chute du Mur et l’intégration à l’UE des anciennes démocraties populaires n’étaient que le cache-sexe de l’avancée de l’OTAN vers la Russie. Mieux encore, ces pays nouvellement libérés de la tutelle soviétique et férocement anti-russes pour des raisons historiques compréhensibles étaient susceptibles d’établir un nouveau rapport de force très favorable aux Etats-Unis au sein de l’UE face à certaines poussées de fièvre frondeuse toujours possibles de la « vieille Europe » (De Gaulle, Chirac et Schroeder…)

Or, au moment où les institutions européennes sont noyautées et soumises comme jamais aux désidératas US, le château de cartes est en train de s’écrouler… Ce sont d’abord les sanctions anti-russes qui ont créé une brèche. Si elles furent accueillies avec des transports de joie par la Pologne et les pays Baltes, leur réception en Hongrie, en Slovaquie et même en République tchèque fut bien plus mesurée, c’est le moins qu’on puisse dire. Première cassure au sein de la « nouvelle Europe ».

Et maintenant, la question des réfugiés pourrait bien sonner l’hallali. La Pologne, pays ô combien pro-US, refuse tout à fait d’obéir aux injonctions des institutions elles aussi ô combien pro-US de Bruxelles. Diantre, Brzezinski n’avait pas prévu ça…

Il n’avait pas non plus prévu ce qui allait se passer dans le Golfe en juin 2017 :

La grande affaire très commentée de ces derniers jours est la mise au ban du Qatar par l’Arabie saoudite et ses quelques affidés de circonstance. Si c’était dans les tuyaux depuis une bonne semaine, c’est un véritable séisme dans la région, les précédentes querelles n’ayant jamais conduit à une rupture des relations diplomatiques (…)

Le Conseil de Coopération du Golfe est la pierre angulaire de l’empire américain dans la région – un peu comme l’UE en Europe – et il est aujourd’hui au bord du gouffre. Après le Brexit, le Qatarxit ? A Washington, les stratèges impériaux ne doivent pas être aux anges… Le Koweït et Oman ont en tout cas refusé de suivre leurs collègues et de rompre leurs relations avec Doha, ce qui fissure encore un peu plus l’organisation  (…)

Deux piliers du pétrodollar et soutiens du djihadisme en conflit, CCG en crise, Turquie ballotée, Etat profond US divisé… Il faut prendre la rupture saoudo-qatarie pour ce qu’elle est : une énième convulsion du « camp du Bien », un émiettement supplémentaire de l’empire.

Il n’en fallait pas plus à CNN pour accuser… les hackers russes ! Audiard nous avait prévenu : les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. Derrière cette nouvelle dégénérescence de la presstituée se cache tout de même une réalité : c’est Noël au Kremlin, qui se garde toutefois de tout triomphalisme.

Les groupies de l’hégémonie américaine ne peuvent maintenant que constater les dégâts :

Un mélancolique article du Jerusalem Post intitulé « Les sommets d’Asie centrale qui montrent que Washington perd prise » nous rappelle une nouvelle fois, si l’en était besoin, que derrière les strass et paillettes de l’événementiel, l’empire américain est inexorablement engagé sur la pente descendante.

A Bichkek, au Kirghizstan, a eu lieu la grand-messe annuelle de l’Organisation de Coopération de Shanghai, incluant désormais l’Inde et le Pakistan. On y a vu Modi et Khan échanger des blagues, Xi et Rouhani renforcer leur coopération, Poutine rencontrer ses homologues chinois, iranien, indien ou pakistanais. Si le président iranien, Etat observateur, s’est fait remarquer en critiquant vertement l’unilatéralisme US et en offrant des privilèges économiques aux membres de l’OCS qui investiraient en Iran, il n’a pas été le seul. A Bichkek, on a parlé multipolarité, Routes de la Soie et intégration de l’Eurasie, pour le plus grand malheur de qui vous savez…

Le jour suivant, au Tadjikistan voisin, le sommet CICA (Conférence pour l’Interaction et la Confiance en Asie) a réuni du beau monde. Les représentants d’une trentaine de pays y participaient dont Poutine, Xi (qui a fêté son 66ème anniversaire avec le président russe), Rouhani, Erdogan ou encore Al Thani, l’émir du Qatar. On sait que ce dernier, depuis la rupture avec l’Arabie saoudite, a une furieuse tendance à se rapprocher de Téhéran et des géants de l’Eurasie. Ses multiples rencontres bilatérales d’hier sont là pour le prouver, notamment avec la Chine et l’Iran, qui a par ailleurs également reçu le soutien turc face au harcèlement américain.

L’hybris impériale – sanctions contre la Russie et l’Iran, guerre économique contre la Chine, menaces contre la Turquie, sanctions saoudiennes contre le Qatar – tend naturellement à rapprocher ces pays et accélère l’inévitable mouvement d’intégration du grand continent, bientôt irrigué par le gaz russe et les Routes de la Soie chinoises. Le monde multipolaire du XXIème émerge sous nos yeux…

Ce qui nous amène aux délectables nouvelles de ces derniers jours, qui remuent encore un peu plus le couteau dans le cœur des petits génies de Washington. Au Royaume-Uni, l’énième report du Brexit par les manigances des députés a poussé le Premier ministre Johnson à organiser des élections générales, prévues dans cinq semaines. Sans surprise, elles mettront aux prises les conservateurs de ce même Johnson et le Labour de Jeremy Corbyn. Si certains articles versent allègrement dans l’hyperbole, parlant de « lutte pour l’âme britannique », un aspect fondamental n’est pourtant jamais abordé : l’accélération du détricotage de l’empire.

Johnson est en effet favorable à l’OTAN mais ne peut, on le sait, voir en peinture l’Union européenne et fut l’un des principaux leaders de la campagne du Leave. A l’opposé, Corbyn est un de ces européistes indécrottables mais a toujours été très critique vis-à-vis de l’impérialisme américain et favorable à un rapprochement avec la Russie. S’il ne réclame plus l’abolition de l’Alliance atlantique, comme c’était encore le cas en 2012, nul doute que la politique étrangère de Londres prendrait un tour nouveau s’il était élu.

OTAN contre UE, alors que ces deux piliers de l’hégémonie américaine en Europe étaient auparavant synonymes, Brexit ou OTANxit (ou du moins une sérieuse prise de distance). Heureusement que McCain n’est plus là pour voir ça…

Et puisqu’on parle d’elle, les déclarations tonitruantes de Macron affirmant que l’OTAN est « en état de mort cérébrale » ont jeté un énorme pavé dans la mare, provoquant les cris d’orfraie de Berlin et de Bruxelles, la fébrilité dans les salles de rédaction et l’amusement de Moscou, qui a d’ailleurs tout lieu de se réjouir des appels du même à « rouvrir un dialogue stratégique avec la Russie ».

Ce n’est pas la première fois que l’actuel président français s’écarte de la ligne vassale de son prédécesseur. S’il n’a pu s’empêcher d’y retomber en certaines occasions, par exemple lors du false flag chimique n°3, l’occupant de l’Elysée est capable de faire montre d’une relative indépendance, comme nous le relations il y a plus de deux ans :

Alerte dans les officines du système impérial, la plaque européenne commence à dangereusement se rapprocher de sa consoeur russe et nos hypothèses se voient une nouvelle fois confirmées. Après la réception de Poutine par Macron à Versailles, nous écrivions :

D’abord, pourquoi inviter Poutine, dans les fastes de Versailles qui plus est ? Notons que, mis à part le traditionnel voyage du 15 mai à Berlin pour retrouver Merkel, c’est le premier dirigeant étranger que rencontre Macron dans un format bilatéral (les discussions avec Trump, Trudeau, Erdogan & Co ayant eu lieu en marge des sommets de l’OTAN et du G7). Relevons également que la somptueuse réception du « tsar de toutes les Russie » au château du roi-soleil n’a pas été du goût des habituels thuriféraires du système impérial.

Ainsi, le président français était demandeur, ce que l’enguirlandement médiatique fanfaron tente d’occulter (…)

Un reset franco-russe, qu’évoque également le peu russophile Financial Times, serait donc dans les tuyaux à la demande de Paris. Ceci pourrait expliquer pourquoi, au-delà des pathétiques flonflons médiatiques et du sauvetage de face macronien sur des questions aussi existentielles que les LGBT de Tchétchénie ou les méchants médias russes, on a furieusement l’impression que Bobobankster s’est aligné sur Poutine.

Sur la Syrie, « l’objectif absolu est la lutte contre le terrorisme, l’éradication des groupes terroristes, en particulier Daech ». Tiens, il y aurait des modérés pas si modérés que ça finalement et Assad ne doit plus partir… Plus intéressant encore, la fameuse phrase sur les armes chimiques que toute la MSN saoudisée a rapportée, persuadée qu’elle est dirigée contre Damas, mais que personne n’a pris la peine de décrypter :

« J’ai indiqué qu’une ligne rouge très claire existe de notre côté : l’utilisation d’une arme chimique par qui que ce soit fera l’objet de représailles et d’une riposte immédiate. »

Les mots importants sont en gras. Ainsi, Assad ne serait pas le seul à disposer et à être susceptible d’utiliser des armes chimiques… Est-ce une reconnaissance en creux du false flag de Khan Cheikhoun ? A noter que le soir même, Vladimirovitch a répété dans une interview destinée au public français qu’il n’y avait aucune preuve de l’implication du gouvernement syrien dans cette attaque. Pour mieux appuyer ce qu’il a dit, voire prouvé, quelques heures plus tôt à Macron sous les lambris versaillais ?

Concernant l’Ukraine, Poutine a pris le bâton, déclarant que c’était une affaire intérieure à ce pays et qu’il fallait tenir Kiev pour responsable des atteintes aux accord de Minsk, le tout sans être contredit par son hôte. Et je ne mentionne pas les formules répétées sur « le rôle indispensable de la Russie »…

Assiste-t-on à un changement de direction de l’euronouillerie, désormais orpheline de son maître américain ? Si Macron dit tout haut ce que Merkel pense tout bas – et il y a de bonnes raisons de croire que le premier est le porte-parole de la seconde -, on est peut-être en train d’assister à un rééquilibrage du Vieux continent. L’avenir nous le dira… Mais on comprendrait mieux alors la flagornerie de la caste médiatique, cachant sous les épithètes dithyrambiques une redirection peu glorieuse pour elle.

On en prend le chemin… Dans la foulée de la visite du réaliste Le Drian à Moscou, c’est en effet une véritable bombe qu’a lancé Macron dans un entretien à huit quotidiens européens paru aujourd’hui. Dans le texte :

Le vrai aggiornamento que j’ai fait sur ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar el-Assad était un préalable à tout. Personne ne m’a présenté son successeur légitime. Assad est un ennemi de son peuple [tous les éléments de langage n’ont pas disparu du jour au lendemain, ndlr] mais pas de la France. Mes lignes sont claires. Un : la lutte absolue contre tous les groupes terroristes. Ce sont eux, nos ennemis. Deux : la Syrie ne doit pas devenir un Etat failli [failed State]. Nous avons besoin de la coopération de tous pour éradiquer les terroristes, en particulier de la Russie.

Dios mio, McCain, Barack à frites, Flamby, l’hilarante, le Seoud et autres joyeux lurons de la clique impériale doivent s’arracher les cheveux. L’imMonde est vert de rage et la presse israélienne rapporte l’info pour le moins fraîchement.

Le président Macron semble en passe de devenir nettement plus sage que le candidat Macron. Un Trump inversé en quelque sorte… Si le Donald a tout le mal du monde à contrer le Deep State, c’est néanmoins son élection qui a permis le détricotage de l’empire dont les composantes s’égaillent maintenant dans la nature.

En plein dans le mille. Le reflux américain a laissé sur la grève les composantes du système impérial qui, nouvellement autonomes, s’éparpillent et prennent des directions inimaginables il y a peu encore.

Pire ! les propres pions de Washington arrivés fraîchement au pouvoir se mettent eux aussi à tourner casaque, notamment en Amérique latine. Au Brésil, Bolsonaro a fait un flip flop digne d’une grande patineuse en allant courtiser les investissements chinois. Ce n’est pas une surprise pour le fidèle lecteur de nos Chroniques, car certains signes étaient annonciateurs :

Un mot encore sur le traditionnel sommet des BRICS en marge du G20. Il était intéressant de voir le comportement de l’américanolâtre néo-président brésilien dans cette structure de facto opposée à Washington. Les bruits alarmistes et peut-être inventés sur une possible exclusion du Brésil ne se sont pas traduits dans les faits et les oreilles de Bolsonaro ont dû quelque peu sursauter en entendant Poutine appeler à la dédollarisation ou défendre le Venezuela, point sur lequel le leader brésilien a préféré éviter de polémiquer avec son homologue russe. Bolsonaro, que d’aucuns pensaient il y a quelques mois qu’il mettrait des bâtons dans les roues des BRICS, a même partiellement épousé les discours sur le multilatéralisme en critiquant le protectionnisme unilatéral d’un certain pays…

Entre un Bolsonaro qui met de l’eau dans son maté et un Lula qui vient de sortir de prison et pourrait reprendre le chemin du pouvoir, l’expérience « américaine » du Brésil a peut-être tourné (très) court. L’occasion de redonner un regain d’énergie aux BRICS, d’autant que le grand voisin argentin pourrait à nouveau être de la partie. Nous l’expliquions en août :

En Argentine, le président Mauricio Macri, gentil toutou des USA, vient de se prendre une volée aux élections primaires, répétition générale de l’élection présidentielle du mois d’octobre. Pour Washington, c’est une bien mauvaise nouvelle, d’autant que le grand vainqueur est le parti de l’ancienne présidente Cristina Kirchner, elle aussi bien connue des lecteurs. Nous en parlions entre autres dans un billet consacré à l’établissement d’une base radar chinoise dans la pampa :

L’accord sino-argentin avait été signé en 2015, du temps de Cristina Kirchner, égérie de la multipolarité. Ironie du sort, l’objet de l’accord se réalise sous son successeur et adversaire, pion de l’empire comme nous l’expliquions il y a deux ans :

Macri, dans la plus pure tradition des leaders latino-américains dévoyés, est l’homme de paille des Etats-Unis en Argentine, permettant l’installation de deux bases US dans son pays, plaçant sa fortune chez son maître, s’attirant les louanges de son suzerain.

… et acceptant avec gloutonnerie tout accord avec le FMI visant à esclavagiser un peu plus son pays. Sans surprise, la Cristina, maintenant sénatrice, s’y oppose résolument et préfère les prêts de la banque des BRICS ou de la Chine. D’où la base radar, facilité donnée au dragon contre des espèces sonnantes et trébuchantes à un moment où l’Argentine était étranglée financièrement. Le combat continue entre la pasionaria et le vassal. Macri est largement devancé par C.K dans les projections du premier tour (39%-30%). Quel que soit le résultat, la base chinoise est là pour rester, l’accord ayant été signé pour 50 ans.

C’était l’année dernière et les sondages étaient en deçà de la réalité. Si Cristina ne s’est pas présentée elle-même, son parti a gagné par 47% contre 32%. Un retour du clan Kirchner à la Casa Rosada apporterait à coup sûr un regain d’activité au processus de multipolarité en Amérique du Sud, un temps mis à mal par la destitution de Dilma au Brésil et l’élection de Macri. On se rappelle que l’Argentine de Cristina, bien que ne faisant pas officiellement partie des BRICS, y faisait souvent figure de membre associé, ce qui sera sans doute à nouveau le cas dans deux petits mois…

Bingo. Le 27 octobre, Alberto Fernández, protégé de Cristina, a gagné dès le premier tour, renvoyant Macri à ses chères études. Si sa prise de fonction se fera en décembre, les stratèges américains commencent déjà à se ronger les ongles. Dans un geste ô combien symbolique, Fernández a accordé sa première interview internationale à Correa, l’ancien président équatorien et bête noire de l’imperium US, sur la chaîne russe RT.

Le renouveau de la multipolarité qui se prépare en Amérique du Sud va de pair avec le rôle jamais vu qu’y joue Moscou, au grand dam du Deep State dont les think tanks sonnent le tocsin :

« Il est clair que la Russie est en Amérique latine pour y rester et qu’elle étend son influence – notamment en essayant d’assurer les moyens de menacer les USA au sein même de l’hémisphère occidental. Le désarroi de la politique étrangère américaine a clairement facilité cette évolution. Etant donné l’actuel chaos à Washington [ ! ], il faudra un temps considérable avant que les Etats-Unis ne puissent établir une stratégie coordonnée visant à contrer ou, au moins, atténuer ces menaces. L’Amérique latine est devenue un théâtre d’opérations réel pour les Russes à cause de la négligence des Etats-Unis et de leurs politiques erronées. »

Au-delà de l’alarmisme peut-être exagéré de l’establishment impérial, trop longtemps habitué à l’hégémonie et qui voit surgir avec horreur son rival là où il ne l’attendait pas, une chose est sûre : en Amérique, comme en Europe ou au Moyen-Orient, l’empire US recule terriblement…Tag(s) : #Etats-Unis#Europe#Amérique latine#Russie

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/11/decomposition-imperiale.html

Pendant ce temps, dans la steppe…

Pendant ce temps, dans la steppe…

5 Novembre 2019

Elle n’est pas sous les feux de l’actualité mais l’intégration du continent-monde continue, inexorable, au grand dam du Washingtonistan.

Les stratèges états-uniens ont dû se ronger quelques ongles en apprenant que l’Ouzbékistan allait rejoindre L’UEE. Le dernier « e » est d’importance : il ne s’agit évidemment pas de l’attirail d’euronouilles sis à Bruxelles mais de l’Union Economique Eurasienne. Il y a un mois, la nouvelle est tombée :

La présidente du Conseil de la Fédération de Russie a déclaré que le président ouzbek Chavkat Mirzioïev avait pris la décision d’engager la procédure d’entrée de son pays dans l’Union économique eurasiatique. Jusqu’alors, l’Ouzbékistan s’était toujours refusé à rejoindre l’union douanière. C’est un revirement de taille et rapide. Le président de l’Ouzbékistan a pris une décision et travaille sur la question de l’adhésion du pays à l’UEE.

Ce revirement n’est pas tout à fait une surprise, comme le fidèle lecteur de nos Chroniques en avait été averti dès septembre 2016 :

Commençons par la mort d’Islam Karimov, satrape de l’Ouzbékistan depuis son indépendance en 1991. Personnage rusé et retors, il était le symbole de ces potentats centre-asiatiques issus du soviétisme. Comme son collègue turkmène au nom imprononçable (Gourbangouli Berdimoukhamedov) et aux mesures originales, Karimov était extrêmement sourcilleux sur l’indépendance de son pays, bien plus que les leaders des trois autres -stan. Aussi a-t-il mené une politique de relatif équilibre entre la Russie et les Etats-Unis.

Connaissant parfaitement le byzantinisme de la région et sachant ménager les susceptibilités locales, Poutine procéda par petites touches afin de ne pas se mettre à dos ce pays-clé de l’Asie centrale. Moins fin, tonton Sam et ses gros sabots se prit une volée de bois vert quand, en 2005 et après avoir utilisé durant des années la base aérienne de Karshi Khanabad pour son opération afghane, l’administration Bush se permit une critique suite à la répression des émeutes d’Andijan. La réponse ne se fit pas attendre : les Américains étaient invités à quitter leur base dans les plus brefs délais, perdant une occasion unique de s’implanter durablement dans le Heartland.

Rien n’a changé depuis et la mort de Karimov risque même d’accélérer le rapprochement avec Moscou au détriment de Washington. Vladimirovitch a fait les choses comme il faut, envoyant Medvedev aux funérailles et faisant lui-même un stop au retour du sommet du G20 en Chine afin de présenter ses condoléances, geste que l’on apprécie dans les steppes. La chaleureuse réaction du Premier ministre ouzbek et vraisemblable futur président, Shavkat Mirzyoyev, donne une indication intéressante. Il se pourrait même qu’à terme, Tachkent entre dans l’Union Eurasienne, chose qu’avait toujours refusée l’ombrageux Karimov.PUBLICITÉ

Bingo ! C’est désormais en passe de se réaliser et le président, sans doute bien accommodé par Vladimirovitch, a eu de la suite dans les idées. L’Ouzbékistan prépare son entrée dans l’organisation qui avait provoqué l’ire de l’hilarante Clinton, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, en son temps (2012) : « Cela ne portera pas le nom d’URSS. Cela portera le nom d’union douanière, d’Union économique eurasiatique, mais ne nous y trompons pas. Nous en connaissons les buts et nous essayons de trouver le meilleur moyen de le ralentir ou de l’empêcher. »

On se rappelle d’ailleurs que c’est l’éventuelle adhésion de l’Ukraine qui avait précipité le putsch du Maïdan :

Pièce centrale du Grand jeu, l’Ukraine était déjà en difficulté financière en 2013. L’ancien président Yanoukovitch (démocratiquement élu faut-il le rappeler) décida d’abandonner le partenariat oriental de l’Union Européenne pour se rapprocher de l’Union Eurasienne proposée par la Russie. La raison en était simple : loin d’être un pion pro-russe comme trop souvent répété, Yanoukovitch est allé voir Bruxelles et Moscou pour faire, assez cyniquement d’ailleurs, monter les enchères. Bruxelles proposa une aide de 500 millions d’euros, Moscou de 15 milliards. Le calcul était vite fait…

Ce rapprochement avec la Russie déclencha l’opposition de la partie occidentale de ce pays très polarisé. C’est le premier Maïdan ou l’euro-Maïdan (novembre-décembre) : des manifestations pacifiques, bon enfant, de gens représentant vraiment une partie de la population ukrainienne. Ce mouvement était évidemment soutenu en sous-main par les Etats-Unis, dont la poltique depuis vingt ans consiste à arracher l’Ukraine à la sphère russe et à la faire entrer dans l’OTAN après y avoir installé un gouvernement pro-occidental, isolant la Russie de l’Europe et de la Méditerranée. Tout l’appareil US se retrouvait sur cette ligne, de Victoria « Fuck l’UE » Nuland à Brzezinski en passant par les officines néo-cons ou encore le NED qui finance les ONG dans les pays qu’il veut déstabiliser.

2012, 2014 : les Américains assurent qu’ils lutteront de toutes leurs forces contre l’intégration eurasiatique, organisent même un coup d’Etat en Ukraine pour l’empêcher d’y accéder. Depuis, on mesure la dégringolade de l’empire…Tag(s) : #Asie centrale#Russie

Les banlieues subventionnées brûlent, les campagnes délaissées crèvent

 Les banlieues subventionnées brûlent, les campagnes délaissées crèvent

Les banlieues subventionnées brûlent, les campagnes délaissées crèvent

10 NOVEMBRE 2019 | POLÉMIA

Par Julien Dir, contributeur à Breizh-Info ♦ Les récentes émeutes urbaines n’en finissent pas de faire parler. Une contribution récente à Polémia en témoigne. Ces phénomènes sont pourtant paradoxalement courants en France. Mais il semblerait que la multiplication et l’intensification de ces événements dramatiques soit également parallèle à une autre hausse, celle de l’exaspération des Français. La preuve avec cette tribune virulente et virile de Julien Dir.
Polémia


La misère en Bretagne, oubliée par Paris

Il y a des matins où j’aimerais attraper un chargé de communication de l’Élysée par le col, lui mettre quelques claques, et le traîner de force dans la ruralité. En Centre-Bretagne, dans la Creuse, dans ces territoires oubliés, méprisés par les élites, souvent abandonnés à la merci de petits barons locaux qui y font la pluie et le beau temps.

Un chargé de communication (« Mais qui vous dit que c’est un homme ? »), ou bien un de ces élus qui vient pleurer des larmes de crocodile à propos des pauvres banlieusards qui seraient des victimes du système, du racisme, de la pauvreté, du système.

Mais bon sang, venez une journée dans la campagne de Pontivy ! Venez une journée à la rencontre de ces anciens qui crèvent en silence dans la campagne de Carhaix, dans des fermes dont les sols, encore en terre battue, témoignent de l’abandon qu’ils subissent.

Venez une journée, une seule, dans la campagne de Gourin, à la découverte d’une jeunesse elle aussi abandonnée, à qui aucun plan emploi n’est proposée à la sortie de l’école, à qui aucun conseiller en aides sociales n’est dédié. Et qui plonge parfois, dans la drogue, dans l’alcoolisme. Venez découvrir ces logements sociaux pas rénovés depuis plusieurs décennies. Ou ces maisons insalubres dans lesquelles des familles viennent habiter à la recherche d’un calme et d’une sécurité qu’elles ne trouvaient plus à proximité des grandes villes.

Des familles qui finalement, ont troqué la sécurité de leurs enfants contre la mérule, la mauvaise isolation, les fuites diverses et variées. Venez sentir cette puanteur dans certains logements. Ces conditions de vie qui rappellent parfois Germinal, sauf que plus de 100 années ont passé.

En Bretagne, pauvreté ne rime pas avec émeutes

Quand j’entends Édouard Philippe annoncer des mesures pour la Seine-Saint-Denis, département le plus criminogène de France, département dont même les autorités ne sont pas capables de recenser le nombre exact d’habitants tant la pression migratoire y est forte, j’ai envie de sortir ma fourche et de monter à Paris lui apprendre la vie. Ce ne sont pas des millions qu’il faut déverser dans les banlieues qui se moquent éperdument de l’État. Ce sont des soldats en armes qui terroriseraient les islamistes. Ce sont des « Bope » françaises qui mettraient rapidement fin au règne des dealers.

Dans notre ruralité à nous, les déserts médicaux ne se fabriquent pas parce que les médecins y fuient les violences et les caillassages. Ils existent, parce que les autorités n’ont rien fait depuis des années au niveau de la médecine pour inciter à s’installer chez nous. Où est le Mélenchon de la ruralité qui ferait de certains médecins, de certains spécialistes, des fonctionnaires mutés dans la ruralité qui crève ?

Dans nos campagnes à nous, la jeunesse ne crame pas des voitures, alors même qu’elle n’a pas les moyens financiers des incendiaires de banlieue. Notre jeunesse n’attaque pas non plus les postiers, les pompiers, les policiers, les héros qui maintiennent un minimum de service public dans ces territoires abandonnés. Abandonnés par des autorités et des élus qui les méprisent y compris électoralement, le nouveau Dieu métropole étant désormais un réservoir à électeurs suffisamment important pour délaisser paysans et exclus de la ruralité.

Édouard Philippe qui parle d’aider la Seine-Saint-Denis pendant que nos anciens crèvent dans leurs maisons sans chauffage, pendant que certaines familles n’osent pas allumer la lumière à 18h parce que l’électricité coûte trop cher, c’est presque une invitation à le remettre en place dans un octogone. Et encore, eu égard au nombre d’individus en France qui commencent à être énervés (doux euphémisme) contre ces élus qui font le choix d’autres peuples, d’autres communautés, contre le propre peuple dont ils sont issus, l’octogone afficherait complet pendant plusieurs siècles, et le visage d’Édouard Philippe ne ressemblerait plus à grand chose.

Compromission et lâcheté

C’est un pari que font nos décideurs politiques. Celui de récompenser, avec notre argent (celui de nos impôts), des territoires gérés par des caïds, par des factieux, par des assassins (les dealers sont des assassins). Des salles de sport et des médiathèques toutes neuves, pour la troisième fois en dix ans, pendant que le peuple des campagnes peut bien crever. De toute façon il vieillit, il faut le remplacer n’est-ce pas ? Et puis « ce sont des illettrés » comme dirait un certain Emmanuel Macron…

Ce mépris des villes pour les campagnes, des décideurs des métropoles pour le reste du territoire, se paiera toutefois un jour ou l’autre. Ce clientélisme vis-à-vis de groupes criminogènes qui contrôlent certains territoires se paiera aussi, d’une façon ou d’une autre.

« Ne surtout pas opposer la France périphérique à la France des banlieues » disent-ils à longueur de journée sur les plateaux TV, tremblotant dans leurs fauteuils douillets. Bien sûr que si ! Ces deux mondes n’ont rien à voir. N’ont pas les mêmes valeurs, les mêmes cultures, les mêmes langues, les mêmes comportements. Nous n’avons rien en commun, et nous ne voulons pas vivre ensemble !

Les Gilets jaunes étaient un avertissement douillet, un premier cri de révolte d’un peuple qui commence à en avoir marre d’être tenu à la gorge pendant qu’on lui urine sur les pieds. Le message n’a visiblement toujours pas été entendu là-haut, à Paris.

Des millions pour la Seine-Saint-Denis pendant que les miens crèvent dans leurs campagnes ? Bonnets rouges, Gilets jaunes, et demain, colère noire ?

Julien Dir
10/11/2019

Source : Breizh-Info

Crédit photo : Domaine public

https://www.polemia.com/banlieues-subventionnees-brulent-campagnes-delaissees-crevent/

EGYPTE AMBIGUË, MAIS PAYS-PIVOT…


EGYPTE AMBIGUË, MAIS PAYS-PIVOT…

Le Caire, 2 novembre 2019.

Deux événements dominent l’actualité égyptienne récente : la découverte – dans la Vallée des Rois à Louxor – de 30 sarcophages vieux de trois mille ans et le réveil d’un conflit opposant l’Egypte à l’Ethiopie depuis une vingtaine d’années : la construction du « Grand barrage de la Renaissance » sur le Nil Bleu, près de la frontière entre l’Ethiopie et le Soudan. Depuis toujours, Le Caire affirme que ce barrage hydro-électrique géant va poser d’énormes problèmes d’approvisionnement et de régulation du grand fleuve nourricier. Quant au Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, pourtant tout juste nommé Prix Nobel de la Paix, il affirme que son pays pourra « mobiliser des millions de jeunes » en cas de conflit armé avec l’Egypte.

Spécialisé dans les questions sécuritaires liées à l’eau, le chercheur Franck Galland nous dit : « le Nil Bleu prend sa source en territoire éthiopien. La construction de ce barrage est revendiquée par le peuple éthiopien mais reste source d’inquiétude pour les pays de l’aval : le Soudan et l’Egypte. 95% de l’eau consommée en Egypte est issue de ce fleuve. (…) La première pierre de ce barrage a été posée en pleine ‘révolution égyptienne’, le 2 avril 2011, par le président éthiopien.  Les autorités d’Addis-Abeba ont profité du chaos de la ‘révolution égyptienne’ pour accélérer le développement de ce barrage. L’Ethiopie affirme avoir besoin de cet ouvrage qui sera, une fois terminé, la plus grande retenue d’eau d’Afrique, et le 13e barrage du monde en termes de capacités hydro-électriques ». La grand-messe hydraulique n’est pas dite…

Et rien de ce qui peut arriver en Egypte et aux Egyptiens ne peut nous laisser indifférent parce que la trentaine de dynasties pharaoniques – quelques trois mille ans d’histoire et de culture avant J-C – a tout inventé : l’enfer, le paradis, la Sainte Trinité, le culte religieux, l’Etat, la subversion, les mathématiques, l’architecture, l’artisanat d’art, la musique… Début 2011, l’Egypte a été le deuxième pays, après la Tunisie, à s’enflammer, s’inscrivant dans la séquence des mal – très mal – nommées « révolutions arabes » ou « Printemps arabes ». Depuis la mort de Nasser (28 septembre 1970), la question sociale ressurgit, de manière récurrente, comme une bombe à retardement1. En septembre dernier encore, différentes manifestations ont réclamé la démission du maréchal-président Sissi.

Quand l’on remonte le quartier du Caire dit islamique de Bab El-Foutouh – l’une des trois portes restantes de l’enceinte de la vieille ville – jusqu’à l’université Al-Azhar, les uniformes blancs des policiers tranchent, tous les deux ou trois cents mètres, avec l’agitation multicolore du souk et des vendeurs ambulants. Sans être en état de siège, on sent bien que la ville respire sous ventilation mécanique-assistée. Mais en deçà et au-delà des certitudes droits-de-l’hommistes, il s’agit de rappeler et de réévaluer le poids politique et géopolitique de l’Egypte qui demeure centrale dans l’arc de crises proche et moyen-orientales.

Du renversement du roi Farouk par la révolution des Officiers libres (juillet 1952), à la nationalisation du canal de Suez qui provoque l’intervention militaire conjointe de la France, de la Grande Bretagne et d’Israël en 1956 ; de la défaite de la guerre de juin 1967 aux accords de Camp David (1978) qui provoqueront l’assassinat d’Anouar al-Sadate (6 octobre 1981) ; du lâchage d’Hosni Moubarak par les Etats-Unis à la présidence du Frère musulman Mohamad Morsi (30 juin 2012 – 3 juillet 2013) et jusqu’au retour au pouvoir de l’armée incarnée par le maréchal Abdel Fattah al-Sissi le 3 juillet 2013 – élu président de la République le 28 mai 2014 et réélu en 2018 : l’Egypte demeure l’une des clefs de l’évolution du monde arabe.

POINTE DE LA PYRAMIDE INDO-PACIFIQUE

Avec plus de 95 millions d’habitants en 2018, l’Egypte est le troisième pays le plus peuplé d’Afrique derrière le Nigeria et l’Ethiopie. « Commentant le spectacle de l’allée des Sphinx à Louxor, Hegel disait que les mystères de l’Egypte étaient des mystères pour les Egyptiens eux-mêmes »2. Autrement dit, l’Egypte reste ambiguë, profondément ambiguë, comme l’écrivait en 1957 l’anthropologue Georges Balandier de l’Afrique : « l’Afrique, elle, sait ce qu’elle est. Elle l’a toujours su, mais nous en Occident, et beaucoup d’autres aussi, avons simplifié sa complexe réalité, ignoré sa force d’être et de maintenir ce qu’elle est, par notre incapacité peut-être, par paresse et calcul surtout »3.

« Les forces navales égyptiennes et françaises ont mené, le 28 octobre dernier, un exercice naval commun en mer Rouge, avec la participation d’une unité de la classe Loire4 et du bâtiment de ravitaillement égyptien Halayed, dans le cadre des directives du commandement général des Forces armées pour l’amélioration du niveau d’entraînement et l’échange d’expertise avec les forces des pays amis. Il s’agit de l’exécution d’exercices dont les divers types d’appareillage, l’entraînement du droit de visite et d’inspection des navires suspects et des ravitaillements en pleine mer. Cet exercice s’inscrit dans le cadre de la coopération entre les Forces armées égyptiennes et françaises, et l’échange d’expériences dans les systèmes de combat naval, ainsi que le soutien aux efforts de sécurité et de stabilité maritime dans la région »5.

Ce dernier exercice illustre l’importance d’une « coopération maritime en profondeur » – intégrant un suivi de maintenance – entre la France et l’Egypte. Celle-ci ne se réduit pas à l’achat par l’Egypte des deux porte-hélicoptères amphibies que l’ex-président François Hollande avait promis à la Russie6. Payés rubis sur ongle par l’armée égyptienne, ces deux bâtiments sont régulièrement engagés au cœur d’exercices communs « Cléopâtra » visant à consolider la coopération navale entre les deux nations en renforçant l’interopérabilité de leurs forces.

Depuis l’arrivée au pouvoir du maréchal Sissi, la Marine militaire est devenue un enjeu majeur afin de lutter contre l’immigration illégale, la piraterie en mer Rouge et surtout afin de protéger le canal de Suez et les gisements de gaz en Méditerranée. « Non seulement les réserves prouvées de l’Egypte ont en partie permis de financer les projets de modernisation de sa Marine, mais ces découvertes ont obligé le gouvernement Sissi à se doter de moyens opérationnels pour protéger ce qui devrait, à terme, constituer l’une des trois premières sources de devises de l’Etat », explique un diplomate européen en poste au Caire ; « à terme, l’Egypte ambitionne de devenir le grand ‘hub méditerranéen’ de liquéfaction du gaz naturel, pour les pays producteurs : Chypre, Israël et, peut-être un jour, le Liban lorsque le contentieux de Zone économique exclusive (ZEE) qui l’oppose aux autorités de Tel-Aviv sera réglé ».

Plus largement, cette coopération navale franco-égyptienne représente la pointe d’une pyramide stratégique « Indo-Pacifique » qui instaure un continuum entre la Méditerranée, le canal de Suez, la mer Rouge (Djibouti), l’océan Indien (Mayotte et La Réunion) et la Polynésie française (océan Pacifique). Destinée à endiguer les prétentions civilo-militaires des Routes de la soie chinoises, cette stratégie inclut non seulement l’Egypte, mais aussi l’Inde, l’Australie et le Japon. « Avant se s’approfondir sur les plans diplomatiques et économiques, ce grand dessein est, pour l’instant, une affaire de marins, de vente de matériels, de maintenance et de coopérations approfondies », ajoute la même source, « l’Egypte et son canal, qui demeure l’un des passages les plus stratégiques du monde, constitue le point d’entrée, sinon d’appui, d’un axe de stabilité maritime et de liberté de navigation qui se prolonge jusqu’aux extrémités de l’Asie ».

LA BOMBE SOCIALE

Qui pourrait reprocher au maréchal Sissi de vouloir replacer son pays au cœur du jeu proche et moyen-oriental, comme ce fut le cas du début des années 1950 à la guerre de juin 1967 ? Notre diplomate européen ajoute : « toute proportion gardée, le maréchal Sissi tente de faire de l’Egypte ce que le président Poutine a réussi à réaliser pour la Russie : faire retour sur l’échiquier mondial. Cherchant à réaliser cette ambition à marche forcée, l’un comme l’autre prennent quelques libertés avec les droits de l’homme et la démocratie bien-sûr. Mais, dans le cas de l’Egypte, les conséquences de cette marche forcée, sinon armée, sont d’autant plus inquiétantes parce que la géographie aura le dernier mot. L’Egypte demeure le pays pivot qui devrait montrer la voie d’un monde arabe sunnite en pleine transition, pour l’instant soumis au leadership de l’Arabie saoudite… ce qui n’est pas brillant, c’est le moins que l’on puisse dire ».

En septembre et octobre dernier, la jeunesse égyptienne est à nouveau descendue dans la rue, défiant les forces de l’ordre. D’autres manifestants plus âgés ont rejoint le mouvement parti des bidonvilles : chauffeurs de taxi, menuisiers, comptables, vendeurs de téléphones, chômeurs et mendiants… tous appartiennent à cette nouvelle génération contestataire mue par la détresse économique et dont la colère est plus forte que la peur. « les jeunes et moins jeunes qui descendent dans la rue sont frustrés de ne pas gagner assez pour survivre, pour se marier et se loger. La colère vient de là », explique un diplômé de la faculté de commerce, marié et père de deux enfants ; « ce n’est pas les fins de mois que l’on n’arrive pas à boucler, mais les premières semaines. Le système nous suce le sang et nous n’en pouvons plus. A partir du seuil de l’intolérable, nous n’avons plus rien à perdre, pas même la vie… ».

Cette contestation, qui n’est pas la simple répétition des événements de la place Tahrir (février 2011), critique désormais les fondements même d’un système économique, social et politique où les plus pauvres et même les classes moyennes – de moins en moins moyennes – n’ont plus leur place. Depuis la dévaluation de la livre égyptienne (fin 2016), l’Egypte est entrée dans une crise structurelle. Elle a dû prendre des mesures d’austérité drastiques en échange d’un prêt du Fonds monétaire international. L’inflation, la coupe sèche des subventions à l’énergie et aux biens de première nécessité, le chômage, les salaires minables des enseignants, des classes surchargées et des locaux délabrés ouverts aux intempéries… tout a convergé pour prendre à la gorge une majorité de la population égyptienne. Selon les statistiques officielles, 32% de la population vit sous le seuil de pauvreté et, selon la Banque mondiale, plus d’un tiers est considéré en « situation vulnérable ».

Le 29 septembre dernier – dans un tweet – le président Sissi a reconnu que davantage doit être fait pour « protéger les droits du peuple ». Le ministère de l’Approvisionnement a annoncé que 1,8 million de personnes seraient réintégrés aux listes des bénéficiaires des subventions aux produits de base, accordées à 60 des 100 millions d’Egyptiens. Face à cette contestation de fond, le président Sissi a dû changer de ton, d’autant qu’après avoir bricolé la constitution il brigue un troisième mandat.

Après avoir fait fortune grâce à lui, l’homme d’affaire Mohamad Ali accuse maintenant nommément le président Sissi et plusieurs généraux de l’armée de « corruption structurelle ». Le fait est que les critiques commencent à fuser de l’intérieur même du système d’une économie où l’armée prend de plus en plus de place7. Issu des milieux du renseignement et de la sécurité militaire, le maréchal-président aurait de plus en plus tendance à favoriser cette « caste » au détriment d’autres officiers généraux et supérieurs de l’armée. Position et promotion privilégiées du fils du maréchal-président auraient également suscité passablement de critiques en provenance de l’intérieur même de la technostructure militaro-économique. Dans ces conditions, Abdel Fattah al-Sissi doit désormais – même pour ses pairs – démontrer qu’il garde la situation en main et, surtout, qu’il incarne toujours l’avenir de l’Egypte.

PHARAON AUX PIEDS D’ARGILE

Associée à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis (EAU) pour exclure le Qatar du Conseil de coopération de Golfe (CCG) et placer l’émirat sous sanctions économiques, en raison notamment du soutien de ce pays à la Confrérie des Frères musulmans, l’Egypte n’a pas intégré un seul de ses soldats à la coalition sunnite dirigée par Riyad pour reprendre le contrôle du Yémen. Après un an du pouvoir » frériste” de Mohamad Morsi, les caisses de l’Etat égyptien étaient vides, Le Caire se retrouvant sous la perfusion financière de Riyad.

Par conséquent, le 24 juin 2017, le président Sissi a ratifié le transfert des îles de Tiran et Sanafir – deux petites îles de la mer Rouge – à l’Arabie saoudite. Ce transfert est présenté comme une rétrocession par le président. Il a toujours mis en avant le fait que les deux îles stratégiques ont été placées sous la protection de l’Egypte en 1950 par Riyad, dans un contexte de tensions arabo-israéliennes. Mais, lorsque l’accord scellé avec le roi Salman d’Arabie saoudite, en avril 2016, a été rendu public, les Egyptiens y ont vu une atteinte à la souveraineté nationale.

En échange de son aide financière, Riyad a exercé de multiples pressions pour que le pacte soit entériné. Le Caire semble désormais avoir obtenu, en contrepartie, des promesses d’aide économique accrue. Selon la presse égyptienne, le transfert a aussi reçu la bénédiction d’Israël qui y voit un garant de démilitarisation de la zone. Malgré les démentis de Riyad, la cession pourrait en effet avoir des conséquences sur un rapprochement entre Israël et l’Arabie saoudite, qui n’ont pas de relations officielles.

« Ces différents dossiers convergent vers l’ambition centrale de la diplomatie égyptienne qui est de redevenir la grande facilitatrice, sinon médiatrice dans les différents conflits de la région, notamment en Syrie », explique un autre expert en poste au Caire ; « dans la filiation de cette volonté régulièrement affichée, Le Caire prend soin de ne pas jeter de l’huile sur les feux iraniens, n’excluant pas de jouer un rôle important dans un rétablissement des relations entre la monarchie wahhabite et la Perse éternelle ». A cet égard, il faut aussi rappeler que l’Egypte accueille plus de trois millions de réfugiés en provenance de Syrie, du Yémen, du Sud-Soudan et d’Ethiopie.

On l’a vu avec l’Ethiopie, cette approche pragmatique et modérée dans sa politique étrangère n’exclut pas une défense active des intérêts nationaux de proximité. Celle-ci est particulièrement affirmée sur le dossier libyen où – depuis le début – Le Caire joue la carte du maréchal Haftar, qualifié par la presse égyptienne de « Sissi libyen ». Les deux militaires partagent la même conception du pouvoir militaire et leur opposition radicale aux Frères musulmans. Le président Sissi vise essentiellement trois objectifs : la sécurité du sud de la Libye et de la frontière commune avec l’Egypte ; l’endiguement d’un gouvernement de Tripoli qui laisserait trop de place aux Islamistes ; et enfin, la reprise d’une étroite coopération économique. Avant l’implosion de la Libye – provoquée par l’intervention militaire de Nicolas Sarkozy, David Cameron et Barack Obama – plus de deux millions d’Egyptiens travaillaient en Libye.

A cela, il faut ajouter que la plupart des cadres de l’armée libyenne, dont une bonne partie a rejoint les unités du maréchal Haftar, ont été formés dans les écoles militaires du Caire. Envers l’extérieur plus lointain, le président Sissi prend bien soin de ne pas trop mécontenter Washington, tout en achetant des chasseurs russes Soukhoï. De manière métronomique, il se rend une fois par an en Chine pour rendre hommage au pouvoir, lui-aussi très militarisé, de Xi Jinping.

Mais le talon d’Achille du pharaon ramène aux libertés civiles et politiques des Egyptiens. En effet, à trop jouer la lutte anti-terroriste et la chasse aux Frères musulmans pour décapiter toutes espèces d’opposition, le maréchal-président Sissi risque bien d’affaiblir, sinon de mettre en péril la créativité, la recherche d’équilibre et les avancées de la diplomatie égyptienne.
Si cet article vous a plu, aidez-nous et faites un don !

Fascinante autant qu’ambiguë, l’Egypte éternelle n’a pas dit toutes ses ruses et ses mystères. Une certitude est partagée par la plupart de nos interlocuteurs : un jour à venir, elle redeviendra le pays-pivot du monde arabe sunnite…

Richard Labévière

1 L’Egypte dans le siècle : 1901 – 2000. Egypte-Monde Arabe, numéro 4 et 5. Editions Complexe/CEDJ, avril 2003.
2 François Sureau : Sans la liberté. Editions Gallimard, collection « Tracts », numéro 8 – septembre 2019.
3 Georges Balandier : Afrique ambiguë. Editions Plon, collection Terre humaine, 1957.
4 La classe Loire ou bâtiments de soutien et d’assistance métropolitains, nommés bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers jusqu’en janvier 2019, est une classe de bâtiments de soutien non armés de la marine nationale française, développée et produite par Kership, coentreprise créée en 2013 par Piriou et DCNS.
5 Le Progrès Egyptien (quotidien francophone fondé en 1893), édition du 29 octobre 2019.
6 Depuis 2014, Naval Group a vendu à l’Egypte – hormis les deux porte-hélicoptères –  quatre corvettes pour environ 1 milliard d’euros et une frégate FREMM (1 milliard d’euros). La livraison de deux autres corvettes est en discussion.
7 « Egypte : l’armée, agent trouble économique », Le Monde des 20 et 21 octobre 2019.

https://prochetmoyen-orient.ch/egypte-ambigue-mais-pays-pivot/

Guerre : Les américains sont à l’ouest ! Par Guillaume Berlat

GÉOPOLITIQUE29.octobre.2019 // Les Crises

Guerre : Les américains sont à l’ouest ! Par Guillaume Berlat

OTANUSAMerci88Je TweetJe commenteJ’envoie

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat,

« Les États-Unis d’Amérique forment un pays qui est passé directement de la barbarie à la décadence sans avoir jamais connu la civilisation » (Oscar Wilde). Quel décalage abyssal entre l’image de puissance et de clairvoyance intellectuelle que projettent les États-Unis à l’extérieur de leur pays (« row » pour « the rest of the world » ainsi désigné de manière méprisante) et la réalité moins reluisante d’une certaine forme d’impuissance et d’aveuglement (avec une constance qui mérite louange) sur la compréhension des questions internationales ! Et, pourtant, l’Amérique exerce une fascination sans limite sur nos centres des recherche (« think tanks », cela fait plus chic et plus sérieux ») – sans parler de l’école néoconservatrice (« la secte » ou « la meute ») qui fait la pluie et le beau temps dans la diplomatie française – qui ont les yeux de Chimène pour tous les concepts provenant d’Outre-Atlantique. À tel point que l’on peut se demander si le pays des Lumières ne manquerait pas de bons esprits capables de réfléchir de manière indépendante sur les évolutions du monde d’aujourd’hui, voire de les anticiper. Et cela est d’autant plus préoccupant que les dernières décennies sont truffées d’exemples de la faillite intellectuelle américaine sur le plan géostratégique : Vietnam, Afghanistan, Irak, Libye, Yémen, Irak-Syrie … Un véritable inventaire à la Prévert. Notre Oncle Sam (démocrate ou républicain), qui ose encore se présenter comme l’inspirateur d’essence divine du ou des progrès de la planète, apparait de plus en plus comme un marchand d’illusions de haut vol auquel il est hasardeux de faire confiance.

VIETNAM : LA GROSSE CLAQUE ASIATIQUE

Il est indispensable de revenir au siècle dernier pour apprécier la constance dans l’erreur des États-Unis dans les crises où ils ont décidé de s’impliquer. Après s’être félicités de la débâcle de Dien Bien Phu en 1954, les Américains entendent reprendre la place laissée libre par la France – la nature ayant horreur du vide – en déroute de la Quatrième République en Indochine. Petit à petit, ils constatent que l’affaire est moins simple que prévu. Ils y dépêchent d’abord quelques conseillers militaires pour épauler les Vietnamiens du Sud (sorte de rempart de l’Occident) en proie à un harcèlement constant des Vietnamiens du Nord (sorte de cheval de Troie du communisme). Cela n’étant pas suffisant, ils y envoient un véritable corps expéditionnaire pléthorique censé infliger une véritable correction à ces pouilleux du général Giap. L’affaire tourne mal. En dépit d’une guerre sans merci, de l’utilisation à outrance de l’aviation, de défoliants et autres armes intelligentes, l’aventure tourne à la débandade pour l’invincible Amérique. Les accords de Paris signent la fin de la récréation et l’une des plus grandes défaites militaire et idéologique des États-Unis de l’après Seconde Guerre mondiale. On se souvient du départ en catastrophe de l’ambassadeur des États-Unis de Saïgon à l’arrivée des troupes du Viêt-Cong. Pas très glorieux de se faire rosser par plus petit que soi. Ce serait du genre humiliant à y regarder de plus près.

Après le séisme produit dans le pays profond par la guerre du Vietnam, l’on pensait l’Amérique vaccinée contre le mal des expéditions coloniales aventureuses pensées et conduites par le très célèbre lobby militaro-industriel dictant sa loi au Pentagone mais aussi et surtout à la Maison Blanche. Mais, c’était mal le connaître. Après une accalmie d’une vingtaine d’année, l’Amérique est rattrapée par ses vieux démons qui vont la conduire en Afghanistan d’où elle avait largement contribué à chasser l’occupant soviétique en armant le bras des Talibans (Cf. les livraisons des missiles Stingersaux Talibans). La fable de l’arroseur arrosé, du retour du boomerang, toutes choses qu’Américains mal dégrossis ne veulent ou ne peuvent pas comprendre tant l’Amérique ne veut entendre les critiques de ses alliés sur leurs aventures hasardeuses. Elle préfère faire la sourde oreille, au mieux, clouer au pilori l’intrépide qui se permet de la critiquer, au pire. C’est la diplomatie du silence dans les rangs serrés des idiots utiles, des courtisans serviles qui sont légions à Evere, le siège de l’église atlantiste qui a pour nom Alliance atlantique ou NATO dans la langue de Shakespeare.

AFGHANISTAN : LE CIMETIÈRE DES EMPIRES

L’histoire ne serait-elle qu’un éternel recommencement en Afghanistan où les puissances étrangères (Britanniques, Soviétiques et Américains, épaulés par leurs idiots utiles) subissent échec après échec comme si régnait une sorte de malédiction sur ce pays ? Après avoir été éliminés par la coalition des suppos de Washington, les Talibans sont aujourd’hui de retour à Kaboul et ailleurs dans le pays.

L’élimination des Talibans

Plus près de nous, après les évènements tragiques du 11 septembre 2001, l’administration républicaine se lance dans une « guerre contre le terrorisme » en Afghanistan, enrôlant au passage ses idiots utiles d’alliés – plutôt alignés – de l’OTAN pour bouter le barbare (ami de la veille) hors de Kaboul et des principaux centres stratégiques du pays. Une fois encore, elle met le paquet, pour employer cette expression triviale. L’ennemi abandonne ses positions mais pas son idéologie. Peu après, elle décrète que l’ennemi islamiste est terrassé et que l’Afghanistan va entrer dans une nouvelle ère de paix, de prospérité et de démocratie heureuse (la mise en place des équipes de reconstruction provinciales ou PRT). Tout va très bien madame la marquise mais à part çà un petit rien… Les choses ne tournent pas dans le sens souhaité.

Le retour des Talibans

Presque vingt après le début de l’intervention militaire, le bilan est catastrophique. Les Talibans chassés de leurs fiefs reprennent le terrain perdu en infligeant de lourdes pertes aux troupes de la coalition et en faisant à nouveau régner la terreur dans le pays. Les femmes sont les victimes expiatoires de ces fous furieux. Donald Trump, qui comprend que la force ne paie pas, négocie avec eux, se promettant de quitter ce « cimetière des empires » avant 2020, élections obligent1. Fait intéressant à noter, les États-Unis se montrent d’une grande magnanimité avec l’Arabie saoudite (son grand allié depuis le Pacte du Quincy) alors même que les terroristes impliqués dans les attentats du 11 septembre 2001 sont en majorité originaires de ce pays comme du reste leur cerveau Oussama Ben Laden et qu’elle diffuse dans le monde un islam rigoriste (le wahhabisme) mortifère qui inspire les apprentis terroristes de tout poil, y compris ceux qui vivent en Occident. En termes d’indignation à géométrie variable, les Américains sont hors compétition. Bien évidemment, les alliés de l’oncle Donald (y compris le gouvernement fantoche de Kaboul) ne sont pas conviés aux négociations secrètes entre Américains et Talibans. Ils seront informés le moment venu du résultat des discussions et n’auront pas leur mot à dire. Merci pour tous les morts inutiles qu’ils laisseront derrière eux et qui se seront battus pour le roi de Prusse. Mais, ne nous arrêtons pas à de pareils détails mesquins. Les fameux alliés ont l’habitude d’avaler des couleuvres, des boas sans coup férir. Ils seraient même du genre masochistes et auraient même tendance à en redemander à l’occasion. Tournons notre regard vers l’Irak, objet de toutes les attentions de l’administration républicaine.

IRAK : GUERRES SANS FIN

L’élimination de Saddam Hussein

Dans sa grande sagesse, l’Amérique décrète, au début des années 2000, qu’elle va faire du « Grand Moyen-Orient » une sorte de laboratoire de la démocratie et de la loi du marché qui va étendre ses effets bénéfiques, de proche en proche, à la région au sens large par effet de domino à l’envers. Mais, il existe dans la zone un fauteur de troubles (« trouble maker ») désigné à la vindicte publique qui aurait la fâcheuse tendance à occuper l’un de ses voisins (le Koweït) en violation du droit international (il en sera puni), à aider en sous-mains les terroristes Al-Qaeda (pour se venger de la défaite qui lui a été infligée après l’invasion du Koweït) et, pire encore, à se doter illégalement d’armes de destruction massives, les fameuses ADM ou WMD en anglais (que l’on a du reste jamais trouvées même en cherchant bien). Occasion rêvée de lui rendre gorge, une bonne fois pour toutes et au passage de mettre la main sur ses ressources pétrolières. Chose dite, chose faite. En un tournemain, en dépit de l’opposition française (Cf. le discours de Dominique de Villepin de 2003 devant le Conseil de sécurité de l’ONU) et de l’absence d’autorisation du machin (dont l’Amérique n’a que faire), on règle son compte au tyran Saddam Hussein, on élimine tout ce qui, de près ou de loin, a collaboré avec le parti Bath et la bataille est, une fois de plus gagnée. Au passage, toute l’infrastructure administrativo-politique est mise à terre. Le pays est un bateau ivre sans capitaine, si ce n’est quelques marionnettes désignées à et par Washington mais qui ne représentent pas le pays réel. Sunnites et Chiites, sans parler des Kurdes, s’en donnent à cœur joie en commettant attentats sur attentats, plus horribles les uns sur les autres. Une sorte de surenchère permanente dans l’atrocité.

Les bégaiements de l’histoire

Mais, l’histoire semble inexorablement bégayer : bataille gagnée signifie immanquablement guerre perdue. Force est de constater que l’Irak entre dans une période de chaos indescriptible dont elle ne s’est toujours pas remise. Où l’Amérique passe, la paix trépasse. Un vieux classique des relations internationales que notre clergé médiatique a trop tendance à perdre de vue… sans parler de notre élite dirigeante, La Caste qui ignore tout des fondamentaux de la diplomatie. Nos braves inspecteurs des Finances qui confondent les règles de Bercy et celles du Quai d’Orsay. Il est toujours plus facile d’instaurer la pagaille que de rétablir l’ordre dans un pays morcelé et fragmenté entre différentes obédiences de l’Islam qui traine comme un boulet, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, le problème kurde. Tous les ingrédients sont ainsi réunis pour rendre toute réconciliation impossible et l’insurrection possible, voire automatique. Nous n’apprenons décidément rien des leçons de l’expérience.

Non content de cette nouvelle déculottée, les masochistes américains en redemandent et tournent leur regard vers la Libye et le Yémen. Attention, les pyromanes sont de retour. Danger imminent en perspective. Et, c’est bien le cas à la lumière de ce qui se passe et non de ce qui se dit dans nos gazettes et dans nos chancelleries diffuseuses de « bobards » à jet continu. Et cela dans la plus grande indifférence.

LIBYE, YÉMEN : DEUX AFFREUX BOURBIERS

Prenons deux exemples tirés d’une actualité récente pour éclairer notre lanterne et mieux comprendre la politique extérieure américaine ! Les crises en Libye et au Yémen2 en disent long sur l’indigence de la pensée stratégique occidentale en ce début de XXIe siècle, sur l’incapacité de nos bons apôtres à ne pas tomber à pieds joints dans les pièges qu’ils ont eux-mêmes armés volontairement en pensant y piéger l’ennemi.

Libye, un État failli

Il n’est nul besoin de s’appesantir sur la pagaille monstre qui prévaut actuellement en Libye (dans le pays, au sud et au nord pour faire bonne figure) à la suite de l’intervention d’une coalition à laquelle les États-Unis ont prêté main forte même si la France du Petit Nicolas et du grand BHL a joué le rôle de mauvais génie. Une fois encore, bataille gagnée sur le très court terme, guerre perdue sur le long terme. Souvenons-nous des propos lyriques de Nicolas Sarkozy après la mise à mort du guide suprême (celui qui aurait financé sa campagne électorale). Nous en mesurons les multiples conséquences négatives aujourd’hui encore sur le continent africain mais aussi en Europe à travers la crise migratoire. Qu’est-ce que l’Occident a gagné dans cette guerre stupide que nous n’avions pas réfléchie autant qu’elle le méritait ?

Yémen, la « pire catastrophe humanitaire »

Il n’est pas plus besoin de s’arrêter sur l’aide logistique énorme fournie par l’Amérique à son grand allié saoudien3 pour écraser les rebelles houthis avec le succès que l’on sait4. Aujourd’hui, les Emirats arabes unis (EAU) prennent la poudre d’escampette, pour tenter d’échapper, un jour prochain qui sait, aux foudres de la Cour pénale internationale (CPI) en raison des crimes de guerre et autres crimes contre l’humanité (quelques peccadilles) commis dans cette « Arabie heureuse » par l’Arabie saoudite de MBS5. Pour sa part, la France éternelle n’est pas exempte de tout reproche dans cette sale guerre. Une fois n’est pas coutume, les Européens, Allemands en tête refusent de se laisser entraîner dans une improbable nouvelle coalition destinée à jouer les gendarmes du monde dans le détroit d’Ormuz comme le souhaitent les Américains pour punir les Iraniens6. Un sursaut de bon sens et d’orgueil de l’Europe est si rare pour être relevé. Il devrait se prolonger par une construction de sa puissance, condition de son autonomie stratégique. Mais, nous en sommes encore loin.

IRAK-SYRIE : LA FIN DE L’ÉTAT ISLAMIQUE

Après le temps de la guerre la fleur au fusil, vient le temps de la divine surprise, à savoir que la guerre n’aurait servi à rien en dépit des morts ayant donné leur vie pour la bonne cause. Mais, cela ne fait pas la une des grands quotidiens ou des actualités télévisées, ni même des réseaux prétendument sociaux.

La guerre la fleur au fusil

Dans la foulée des « révolutions arabes » au début de la deuxième décennie du XXIe siècle, l’EIIL s’empare d’une portion importante des territoires irakien et syrien pour y installer un califat, pour y faire régner une terreur sans précédent, pour s’accaparer des ressources pétrolières et financières, pour diffuser une propagande mortifère, pour semer la terreur dans la zone (en particulier contre les Kurdes et les Chrétiens) mais aussi en Europe (multiplication des attentats en particulier en France)… C’en est trop pour l’Amérique et ses fidèles affidés dont la France hollandaise et macronienne ! Il faut aller guerroyer pour bouter hors des villes et des campagnes la soldatesque de l’État islamique et ses nébuleuses bien aimées de Laurent Fabius obnubilé par le départ de Bachar Al Assad. Une fois encore, la bataille est rapidement remportée grâce à la supériorité technologique indiscutable occidentale. Les combattants, qui n’ont pas été éliminés, s’évaporent dans la nature. On les dit épuisés et peu désireux de reprendre le combat. Mais, c’est mal connaître les fanatiques de la région. Au début de l’année 2019, Américains, mais aussi nos Pieds Nickelés français (Macron-Parly-Le Drian), clament que la « bête immonde » a été vaincue. Alléluia ! Nous allons enfin pouvoir dormir sur nos deux oreilles. L’ordre occidental règne sur l’Orient compliqué en dépit d’une réinstallation de la Russie en Syrie. Comment en aurait-il pu être autrement tant nos élites sont certaines de leur fait ? La force l’a emporté contre le mal incarné par l’état islamique et sa folie destructrice. Tout va très bien dans le meilleur des mondes des bisounours que nous servent régulièrement nos perroquets à carte de presse qui sévissent quotidiennement sur les chaînes d’abrutissement en continu. Mais, patatras…

La divine-mauvaise surprise

Oh, surprise en ce début du mois d’août 2019, quelques informations aussi baroques qu’inquiétantes nous parviennent du Pentagone, une sorte d’usine à bobards. Tel Lazare, l’EIIL renaitrait de ses cendres, envisagerait de reprendre ses opérations militaires en Irak et en Syrie, de commettre quelques attentats en Europe pour bien démontrer qu’il n’a rien perdu de sa vigueur et de son audience en dépit de sa mise à l’écart des grands centres urbains. Dans la foulée, et comme un seul homme, la communauté du renseignement occidentale reprend les saintes écritures américaines en les psalmodiant à longueur de journée sur les chaînes d’abrutissement en continu. La peste islamiste pourrait de nouveau sévir dans nos villes et dans nos campagnes dès la rentrée de septembre. Qu’on se le dise ! Il est plus facile de gagner une bataille sur le terrain qu’une guerre idéologique.

Si nous comprenons bien, vérité de janvier ne serait plus vérité d’août ! Curieux. De deux choses l’une, soit la propagande officielle occidentale éhontée (pour une fois, les « fake news » ne viendraient pas ou plus du Kremlin) nous avait trompés en nous disant que la bataille contre l’EIIL avait été gagnée pour nous enfumer avec de bonnes paroles rassurantes, soit nos éminents stratèges avaient mal analysé la situation sur le terrain en dépit de leurs immenses capacités de renseignement, ce qui ne serait pas très glorieux pour la puissante Amérique. Dans tous les cas, tout ceci ne serait pas très rassurant en termes de garantie de notre sécurité. Le moins que l’on puisse dire est que la Syrie a été une défaite pour l’Occident dont les conséquences sont graves sur le plan mondial. Mais, en France, on préfère sanctionner le colonel Legrier qui a eu l’immense tort de dire ce qu’il pensait de l’alignement de la stratégie française sur celle des États-Unis en Irak et en Syrie que ceux qui encensaient Jupiter. Le militaire a dit la vérité, il doit être exécuté. Au passage, nous subissons les foudres de l’ONU pour renvoyer en Irak quelques illuminés7. La fessée est magistrale8. Décidément, le machin ne manquera pas de nous surprendre… en mal au moment même où il est incapable de s’acquitter de sa mission de maintien de la paix et de la sécurité internationales sur terre. Rôle qui serait d’autant plus opportun alors que les relations internationales sont basées sur la puissance. La force prime désormais le droit.

La suite au prochain numéro. C’est bien connu la puissante Amérique ne s’épanouit qu’en se trouvant de nouveaux ennemis que l’on va abattre définitivement sous le poids de bombes de plus en plus sophistiquées et intelligentes (« smart » pour les experts). C’est surtout bon pour les vendeurs d’armes qui n’ont rien à faire de la paix dans le monde9. Il lui a fallu de nombreuses années pour se remettre de la perte de l’ennemi héréditaire que fut l’Union soviétique après la chute du Mur de Berlin. Les terroristes ont fait et continuent de faire encore l’affaire. Mais, la liste s’est allongée depuis : Russie de nouveau, Chine qui découvre la fée sanction10 comme la Corée du nord et l’Iran punie d’avoir respecté ses engagements nucléaires souscrits dans l’accord de Vienne du 14 juillet 2015, déchiré par Donald Trump. Tout va très bien, le lobby des armes a des arguments pour vendre des armes manu larga et se remplir les poches. Drôle de conception de la paix dans le monde que celle qui nous vient d’Outre-Atlantique ! Au passage, la montée des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ainsi que les tensions artificielles dans le détroit d’Ormuz font monter les cours du baril de pétrole. Encore, une excellente occasion d’en tirer profit pour certains attirés par le lucre11.

« L’histoire se répète toujours deux fois, la première en tragédie, la seconde en farce »12. Et, c’est bien ce que nous constatons aujourd’hui à propos de nos amis et alliés d’Outre-Atlantique. L’Amérique est décidément indécrottable. Elle galope d’échec militaire en échec militaire sans qu’elle n’en tire les conclusions qui s’imposent. En dehors de ses questions intérieures (et l’on peut en douter à l’aune d’affaires récentes de toutes natures13, en particulier les récentes tueries14), l’Amérique ne comprend rien au monde extérieur. Il lui est tout à fait étranger, pour ne pas dire totalement étranger. Les Américains ne comprennent rien au passé, au présent et encore moins à l’avenir. Rappelons que l’éternité est faite de trois dimensions, celle du passé, celle du présent, celle de l’avenir !

Les Américains estiment, à tort, que le monde va se plier à leurs désirs, à leurs exigences de cowboys, de shérifs du monde. Mais, cela ne fonctionne pas ainsi. Ce serait plutôt le contraire. Ils sont contraints de tirer les conséquences de leurs défaites en laissant des États au bord du chaos généralisé. Mais, ils ne sont pas spécialement adeptes du retour d’expérience (« retex » chez les militaires) pour éviter de reproduire les mêmes erreurs. Cela leur éviterait de graves déconvenues.

Quand les Européens voudront-ils bien reconnaître que l’OTAN, c’est-à-dire les États-Unis, est une menace pour l’Europe parce qu’elle est un instrument de déresponsabilisation et un outil de maintien et de renaissance des tensions en Europe ?15 Ils e peuvent attendre la fin des divisions entre l’est et l’ouest pour agir. Mais, trêve de plaisanterie. L’honneur est sauf. L’Amérique est à l’Ouest géographiquement mais elle l’est aussi sur le plan géostratégique.

Guillaume Berlat
19 août 2019

1 Jacques Follorou, Afghanistan : les Américains pourraient partir fin 2020. Washington et les talibans sont engagés depuis onze mois à Doha dans des négociations de paix, Le Monde, 10 août 2019, p. 4.
2 Hélène Sallon, Yémen : des fissures dans le front antihoutistes, Le Monde, 13 août 2019, p. 3.
3 Renaud Girard, L’incroyable fiasco saoudien au Yémen, Le Figaro, 13 août 2019, p. 19.
4 Delphine Minoui, Yémen : le front anti-houthiste vole en éclats, Le Figaro, 12 août 2019, p. 8.
5 Trump parrain de la bombe saoudienne ?, Le Canard enchaîné, 7 août 2019, p. 3.
6 Norbert Röttgen, Dans la crise du détroit d’Ormuz, l’Europe doit se détacher des États-Unis, Le Monde, 11-12 août 2019, p. 27.
7 Inès Daif, L’ONU critique le traitement des djihadistes français, Le Figaro, 12 août 2019, p. 8.
8 Allan Kaval/Hélène Sallon, Transfert des djihadistes : l’ONU interpelle Paris, Le Monde, 13 août 2019, p. 2.
9 Alain Joxe, Les guerres de l’empire global, éditions La Découverte, 2012.
10 Claude Angeli, Course à la guerre froide entre Pékin et Washington, Le Canard enchaîné, 7 août 2019, p. 3.
11 Nabil Wakim, Le marché mondial de l’or noir au bord de la crise, Le Monde, 13 août 2019, p. 9
12 Régis Debray, L’Europe fantôme, Gallimard, 2019, p. 41.
13 Mathieu Bock-Côté, Les racines de la violence aux États-Unis, Le Figaro, 10-11 août 2019, p. 19.
14 États-Unis : plus de 250 tueries depuis janvier… Et Trump défend toujours les armés ricains !, Le Canard enchaîné, 7 août 2019, p. 1.
15 Général Desportes : « L’OTAN est une menace pour l’Europe », Le Figaro, 25-26 mai 2019, p. 20.

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 19-08-2019

Nous vous proposons cet article afin d’élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s’arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]

https://www.les-crises.fr/guerre-les-americains-sont-a-l-ouest-par-guillaume-berlat/

Fin de la récré au nord, calife mort et Deir ez Zoor

Fin de la récré au nord, calife mort et Deir ez Zoor

28 Octobre 2019

La Syrie se retrouve une nouvelle fois sous les feux de l’actualité. Si nos bons médias font, comme de bien entendu, leurs gros titres sur l’écume événementielle, à savoir la mort d’Al Baghdadi, d’autres choses autrement plus importantes, donc passées sous silence, s’y déroulent.

Ainsi, le calife aurait été tué lors d’un raid américain. Passons sur le fait que c’est la cinquième ou sixième fois qu’on annonce son élimination ; le fait qu’il se soit réfugié à Idlib, fief de ses frères ennemis d’Al Qaeda, est fort étrange. Peut-être s’est-il rabiboché avec ses ex-compagnons de djihad, peut-être les Turcs l’ont-ils imposé à leurs protégés (tout en donnant sa localisation aux Américains lors du troc Erdogan-Trump), peut-être tout cela n’est-il qu’une opération de communication de Washington. Peu importe au final. Daech est finie et son leader n’avait plus aucune influence sur le cours des événements.

Pour Donaldinho, c’est un scoop médiatique qui lui donnera du prestige auprès du public américain gavé à la sauce hollywoodienne. La mort du grand méchant empêchera celui-ci de réfléchir aux aléas de la politique impériale. Reagan avait créé Al Qaeda dont le chef fut tué sous Obama, lui-même coproducteur de l’EI dont le chef est tué sous Trump. Une vraie affaire de famille…

A cette occasion, les remerciements de l’occupant de la Maison Blanche à la Russie (qui doute d’ailleurs de la véracité de l’opération) et à la Syrie ont une nouvelle fois provoqué une réaction épidermique d’hystérie collective dans le Deep State.

Au-delà des paillettes de l’actualité, des tendances profondes se dégagent. Au Nord, l’aventure ottomane est terminée. L’accord de Sochi concocté par Vladimirovitch donne ses premiers fruits. Le cessez-le-feu est globalement respecté et les Kurdes, après deux jours d’hésitation, ont accepté le plan et commencé à battre en retraite de la frontière. Ils sont remplacés par l’armée syrienne qui se déploie à vitesse grand V pour contenir toute avance future des Turcs.

A l’Ouest…

au Sud…

et à l’Est…

Game over, sultan, tu n’iras pas plus loin. Erdogan pourra toujours s’amuser avec ses quelques arpents de sable entre Tell Abyad et Ras al-Ain mais l’aventure s’arrête là. Les Kurdes sont sauvés et les loyalistes remettent la main sur une frontière qu’ils avaient quittée il y a des années. Pas étonnant que la MSN préfère passer à autre chose et faire ses gros titres sur la mort possible/probable/certaine (barrez la mention inutile) du calife impuissant et dépassé de Daech…

Tout irait pour le mieux si le Donald n’avait, une énième fois, succombé aux pressions de son Etat profond et n’était revenu, partiellement, sur sa décision de quitter la Syrie. La perte du Nord du Rojava est actée mais, dans les territoires méridionaux contrôlés par les SDF, les troupes US reviennent en force. Deir ez Zoor et Al Bukamal, les vraies raisons de la guerre syrienne comme nous l’avons expliqué à de nombreuses reprises.

Pour l’empire, il ne s’agit évidemment pas ici de voler le pétrole syrien comme on peut trop souvent le lire dans une certaine presse alternative, mais d’avoir un prétexte pour continuer à barrer l’arc chiite voulu par Téhéran. Si, à l’occasion, ça peut également empêcher Assad de reconstruire son pays, malgré l’aide chinoise, Washington ne va pas cracher dessus.

Tout ceci ne fait pas les affaires de l’Iran, comme nous le prévoyions début août :

Une invasion turque du Rojava repousserait en effet les Kurdes plus au Sud, vers la frontière syro-irakienne, interface de l’arc chiite. Cette concentration de troupes hostiles, cornaquées par Washington, près du noeud stratégique d’Al Bukamal rendrait la situation explosive et ne serait pas du tout bien reçue à Téhéran…

Nous n’en sommes pas encore là et n’y serons peut-être jamais, même s’il convient de ne pas en écarter tout à fait la possibilité. Les premiers éléments de réponse commenceront à tomber dans les jours/semaines à venir.

Si Poutine a tué dans l’œuf l’invasion générale du Rojava par les Turcs et si les encouragements de Trump aux Kurdes à aller plus au Sud ont été reçues avec un grand éclat de rire, le redéploiement américain à l’Est de Deir ez Zoor montre que rien n’est fini. L’Iran reste, plus que jamais, l’ennemi à abattre.Tag(s) :

 #Moyen-Orient

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/10/fin-de-la-recre-au-nord-calife-mort-et-deir-ez-zoor.html

POUTINE D’ARABIE : DIPLOMATOR, TERMINATOR, IMPERATOR !

POUTINE D’ARABIE : DIPLOMATOR, TERMINATOR, IMPERATOR !

« Les gens importants ont souvent la mémoire courte » (proverbe chinois). Qui se souvient encore des quolibets adressés par un Occident sûr et dominateur, il y a peu encore, au nouveau Tsar, Vladimir Poutine lorsqu’il décidât, en 2015, d’engager ses troupes en Syrie pour sauver le soldat Bachar mais, au passage, pour réimplanter la Russie dans la zone ? Qui se souvient encore des propos du comique ministre des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI), Laurent Gaffius d’août 2012 annonçant la fin prochaine du régime du bourreau de Damas ? Qui se souvient encore des ratés (dans un premier temps, une sorte d’incrédulité) et des bourdes occidentales (dans un second temps, une guerre héroïque pour éliminer le tyran Kadhafi…) lors des premiers balbutiements des mal nommés « printemps arabes » fin 2010-début 2011 ? Qui se souvient des armes distribués manu larga par ces mêmes Occidentaux aux groupes terroristes (les petits gars qui faisaient du bon boulot sur place, pour reprendre la formule célèbre de Laurent Fabius) pour qu’ils chassent Bachar Al-Assad du pouvoir et y installe un régime démocratique, laïc, attaché au libéralisme et aux fameuses valeurs occidentales ?

Un constat d’évidence s’impose : le monde a profondément changé depuis, et plus particulièrement en cette année 2019. Certains experts évoquent la fin d’un monde, en particulier pour l’Occident. Une page qui vient d’être définitivement tournée. L’Occident qui a désormais tout loisir de méditer sur les raisons de sa défaite cuisante dans la région : « l’étrange défaite », pour reprendre le titre de l’ouvrage de Marc Bloch. Voudra-t-il en tirer toutes les conséquences qui s’imposent pour éviter que la défaite ne se transforme en débâcle ? La Russie peut, elle au contraire, savourer sa victoire incontestable. Un retour en arrière s’impose pour comprendre l’étendue de la défaite occidentale et la portée de la victoire russe opérée en quatre années d’intenses activités de toutes sortes. Comme souvent, on ne comprend le présent qu’à travers une connaissance du passé – surtout dans l’Orient compliqué – et on anticipe l’avenir qu’à travers une réflexion libre qui combine histoire et géographie. Exercice vain et inutile pour Jupiter et toute sa clique de courtisans qui confondent les lois de la finance et celles de la diplomatie qui n’ont pourtant rien à voir, qui confondent stratégie et communication.

UNE DÉFAITE CONSOMMÉE DE L’OCCIDENT

« On apprend peu par la victoire, mais beaucoup par la défaite » (proverbe japonais)

Aujourd’hui, le résultat de cette diplomatie occidentale de Gribouille de l’Occident, États-Unis et France en tête de gondole, est pour le moins piteux, pour ne pas dire catastrophique. Le tableau clinique est clair : l’Occident a largement contribué à déstabiliser durablement une région, qui n’en avait pas besoin, par une politique erratique, incohérente et inconstante. Par ailleurs, il a creusé sa propre tombe en se discréditant d’une manière impensable à l’occasion de l’opération turque dans le nord de la Syrie, visant à éliminer les « terroristes » kurdes. Petites causes, grands effets, pourrait-on dire. La défaite est lamentable.

Un Proche et Moyen-Orient au bord du précipice

Le tableau est inquiétant. Et les Occidentaux n’ont pas de quoi pavoiser. L’implosion de la Libye provoque une onde de choc de déstabilisation pérenne dans le Sahel et pousse des millions de migrants vers l’Europe. La Tunisie va de crise en crise institutionnelle. Le Yémen est à feu et à sang grâce à la générosité légendaire de l’ébéniste saoudien, MBS. L’Égypte a retrouvé un militaire fort qui tient le pays d’une main de fer. Israël peine à trouver un successeur à Benjamin Nétanyahou1. L’Irak peine toujours à se remettre de l’intervention américaine de 2003, connaissant une nouvelle vague de violences et de répression. La Jordanie, le Liban2 (les mesures annoncées par le gouvernement ne semblent pas convaincre la rue3) et la Turquie ont dû accueillir des millions de réfugiés syriens sur leur sol, provoquant une catastrophe humanitaire de grande ampleur. Il aura fallu plusieurs années à la coalition occidentale pour démanteler l’EIIL. Mais peut-on définitivement gagner la guerre contre une idéologie ? En Syrie, Bachar Al Assad, avec le soutien sans faille des Iraniens et des Russes, regagne petit à petit le terrain perdu. Aujourd’hui, les Kurdes honteusement abandonnés à leur triste sort par une Amérique isolationniste et par une Europe inexistante, sont contraints de négocier avec lui pour éviter d’être laminés par le nouveau Sultan d’Ankara. Qui sème le vent, récolte la tempête ! Toutes choses que les Occidentaux ne semblent toujours pas comprendre en dépit de leurs multiples défaites sur les champs de bataille aux quatre coins de la planète, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Ils excellent dans le rôle d’excellents pyromanes mais aussi de piètres pompiers, ce qui est particulièrement savoureux lorsque l’on se permet de donner, chaque année à l’occasion de l’Assemblée générale de l’ONU, des leçons de diplomatie à la terre entière comme le fait Emmanuel Macron4.

Un Occident durablement discrédité

Durant ce temps de troubles structurels, Américains et Européens se contentent d’un strapontin de spectateur dans la recomposition actuelle du Moyen-Orient. Ils n’avaient pas vu le coup venir. Encore une nouvelle « surprise stratégique », pourtant très prévisible à condition d’ouvrir les yeux. Iraniens, Turcs (puissance régionales) et Russie (puissance extrarégionale) apparaissent comme les grands gagnants du nouveau mercato oriental. À ces trois pays revient le rôle d’architecte de la nouvelle Maison régionale. Aux Occidentaux revient le rôle d’imprécateur. Comme les faits sont têtus, les mouches ont changé d’âne. Au moment où elle envisage de quitter l’Afghanistan après deux décennies de guerre stériles5, l’Amérique ne fait plus la pluie et le beau temps dans la région surtout après son retrait rapide du nord de la Syrie pour laisser la place à la Turquie6. Elle laisse désormais à la Russie le soin de jouer en même temps sur le registre de la diplomatie (rôle dans lequel elle excelle, y compris dans le rôle de médiateur) et des armes (rôle dans lequel elle sait mettre le paquet en cas de besoin). Les faits sont têtus. Une sorte de revanche de l’Histoire qui risque de ma finir !7 La déroute de Paris et de Bruxelles est éclatante8. Désormais, on y boit le calice jusqu’à la lie et on va à Canossa/Moscou/Brégançon9 pour tenter de se réinsérer sur l’échiquier syrien alors que les carottes sont cuites10. Nous apprenons qu’Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont entretenus le 21 octobre 2019 de l’Ukraine et de la Syrie11. Où sont donc passées les leçons de morale à géométrie variable de nos « hémiplégiques de l’indignation » (Natacha Polony) qui passent tous ses caprices au prince saoudien à la tronçonneuse, MBS qui commet des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité au Yémen avec des armes américaines, britanniques et françaises. Pas très glorieux lorsque l’on brandit en permanence ses (fausses) valeurs qui n’impressionnent que quelques énergumènes fréquentant les cafés du faubourg Saint-Germain. C’est la fable de l’arroseur arrosé qui n’a rien vu venir du tuyau d’eau. La France, comme ses alliés, s’est discréditée en en respectant pas sa parole (Cf. ses déclarations, ses gesticulations et ses décisions symboliques). À tout le moins, elle ne devrait pas demander que la Turquie quitte l’OTAN, elle devrait quitter cette organisation, survivance de la Guerre froide12.

Quel rôle joue désormais la Russie dans cette région dont elle était presqu’absente depuis la fin de l’URSS ?

UNE VICTOIRE INCONTESTABLE DE LA RUSSIE

« Il n’y a qu’une réponse à la défaite, et c’est la victoire » (Winston Churchill).

En cet automne 2019, presqu’une décennie après le début des « révolutions arabes », le moins que l’on puisse dire est que les temps ont bien changé. Même si dans les relations internationales, rien n’est jamais acquis pour l’éternité, quelques conclusions – fussent-elles provisoires – s’imposent. Les dernières péripéties (turco-kurdes) traduisent un retour gagnant de la Russie en Syrie et au Moyen-Orient, voire en Afrique13 (on l’y accuse même de l’emploi de procédés qui feraient penser à la défunte, mais toujours vivace, Françafrique14)15. Moscou est devenu, lentement mais sûrement, un interlocuteur incontournable dans la région. Vladimir Poutine est devenu l’ami de tous, y compris de certains des meilleurs alliés des États-Unis dont l’Arabie saoudite. Quel retour de bâton, impensable il y a peu tant ceci paraissait invraisemblable !

Un retour gagnant en Syrie

De 2015 à 2019. En 2015, lorsque Vladimir Poutine décidait d’engager ses troupes en Syrie dans la défense du régime de Bachar el-Assad, il laissait entendre que sa priorité consistait à sauvegarder la base navale de Tartous, la seule que possédait la Russie en Méditerranée. Quatre ans plus tard, le président russe est en passe de devenir, sinon le nouveau roi du Moyen-Orient, tout au moins le faiseur de rois de la région. Manifestement, sa communication est aussi minimale que sa stratégie de long terme est gagnante. La Russie est le vainqueur stratégique de l’épisode en grande partie en raison de l’inconséquence, de l’incohérence des Occidentaux.

Du retrait américain au coup de maître de Sotchi. Depuis que Donald Trump a, par ignorance ou conviction isolationniste, ce n’est pas très clair, retiré les troupes américaines du nord de la Syrie et favorisé l’offensive militaire turque, le président russe a parfaitement illustré la manière dont il conduit la politique étrangère qui lui a permis de reprendre pied au Moyen-Orient : résolution et flexibilité, un cadre stratégique global mis en œuvre grâce à un opportunisme forcené. En quelques jours, Vladimir Poutine a permis au régime syrien de se réinstaller dans un territoire qu’il ne contrôlait plus depuis des années, il a favorisé la réintégration des Kurdes de Syrie et, même s’il n’y est pas pour grand-chose, il a offert au président turc Recep Tayyip Erdogan ce qu’il convoitait depuis longtemps : une zone tampon en Syrie débarrassée de ses ennemis kurdes16 qui va lui permettre de renvoyer les réfugiés syriens dans leur pays à défaut de chez eux. Le 22 octobre 2019, les présidents turc et russe se retrouvent à Sotchi pour conclure un accord de coopération (après six heures de négociation) sur le contrôle de la frontière nord-est de la Syrie, prenant le contrôle commun de cette zone après le retrait des forces kurdes17. Ils ont décidé de déployer des patrouilles militaires russe et turques dans cette bande frontalière. Ces patrouilles auront pour objectif de « faciliter » le retrait des forces kurdes YPG et leur désarmement dans une zone « profonde de 30 km » le long de la frontière syro-turque. Puis, « 150 heures » plus tard, des patrouilles communes, cette fois russo-turques, évolueront dans la zone. La Turquie gardera néanmoins la haute main sur la zone située entre la ville de Tal Abyad, qu’elle a prise au début de l’offensive, et celle de Ras al-Aïn, dont les derniers combattants kurdes se sont retirés dimanche. Soit une zone de sécurité d’une longueur de 120 kilomètres sous son contrôle direct, sur les 440 qu’elle réclamait à l’origine. Quel bel exercice de diplomatie conduit dans la plus grande discrétion ! Les deux présidents n’intervenant que pour conclure l’accord au grand jour et à la face d’un Occident médusé. Une fois encore ! Une belle leçon de diplomatie. Discrétion et efficacité.

De la transparence du soldat Sénémaud. Où se trouve l’excellent François Sénémaud, représentant personnel du président de la République française, Emmanuel Macron pour la Syrie ? Il suit vraisemblablement les développements de cette affaire sur son smartphone, comme vous et moi. Bravo, une fois encore, à la diplomatie de l’esbrouffe et de la culotte baissée de Jupiter dans la zone. Continuons à ne pas vouloir rouvrir notre ambassade à Damas pour continuer à rester sourd et aveugle à ce qui se passe dans le pays et nous continuerons à nous enfermer dans une impasse, sans parler de nos contradictions dans notre diplomatie proche-orientale18 !

Une débandade américaine. Plus généralement, Vladimir Poutine a eu l’immense satisfaction de voir les forces spéciales américaines débarrasser le plancher, penaudes et sans tirer le moindre coup de feu, remplacées dans leurs bases par des fantassins et mercenaires russes, « une victoire telle que la Russie n’en avait pas connu depuis le départ des GI’s du Vietnam en 1975 », s’est réjouie la presse russe. Quelle revanche inespérée ! Qui aurait-cru possible un tel retournement à la faveur des développements de la crise syrienne ? On ne pourra l’ignorer encore longtemps sous réserve d’un réveil particulièrement douloureux dans les mois, les années à venir. Mais, les somnambules sont un grand classique de l’Histoire surtout en Europe depuis la Première Guerre mondiale.

Un interlocuteur incontournable dans la région

N’en déplaise aux antisoviétiques primaires et il n’en manque pas dans les allées du pouvoir19, même le cessez-le-feu temporaire, officiellement proposé par et signé sous l’égide du vice-président américain Mike Pence le jeudi 17 octobre 2019, porte la marque de Vladimir Poutine. Les négociations définitives visant à régler le partage des territoires et les lignes de démarcation entre les belligérants seront d’ailleurs conduites à Sotchi, en Russie, à compter du 22 octobre, et leur issue dépendra de deux personnes : Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine. Il est difficile de savoir si en 2015, lorsque le chef du Kremlin décide de voler au secours du dictateur de Damas qui voit son pays lui échapper, il décèle déjà l’occasion considérable qui s’offre à lui. Ce qui est sûr, par contre, c’est que Vladimir Poutine est mû par sa volonté constante de regagner l’influence et le prestige que l’ex-URSS a perdus depuis la chute du mur de Berlin. C’est sa matrice, sa ligne directrice. L’ancien agent du KGB n’en a jamais fait mystère et c’est aussi la raison pour laquelle les Russes continuent de lui faire majoritairement confiance, près de vingt ans après son accession au pouvoir. Vladimir Poutine entend redonner à la Russie le rôle de grande puissance qu’elle avait sous l’ère soviétique. Sa décision de s’impliquer dans le conflit syrien est donc stratégique : il souhaite reprendre pied dans une région où Moscou ne pèse plus beaucoup depuis deux décennies. Qui plus est, il entend faire ravaler leurs commentaires humiliants aux États-Unis, qui, par la voix de Barack Obama, ont parlé de la Russie comme d’une « puissance régionale », qui allait au-devant de « l’enlisement dans un bourbier ».

Un ami de tous les Etats de la région

En caricaturant à peine, on pourrait presque dire que la Russie est l’amie de tout le monde dans la région, ce qui n’est pas d’un Occident qui joue les Sunnites (Arabie saoudite) contre les Chiites (Iran). Lors des révolutions arabes de 2011, Moscou avait pris le parti des pouvoirs en place, contrairement aux Américains et Européens, qui avaient lâché Moubarak et Kadhafi, et n’a jamais donné de leçons de morale aux tyrans moyen-orientaux – il aurait été bien en peine. « La politique étrangère de Poutine est peut-être brutale et impopulaire vue d’occident, mais elle est parfaitement réaliste et cohérente. On connaît ses intentions et il n’hésite pas à les appuyer par la force si nécessaire, juge un diplomate européen. Surtout, Poutine se saisit de la moindre opportunité pour la transformer à son avantage, en particulier les hésitations et les tergiversations occidentales ». La Grande-Bretagne a très tôt abandonné le dossier syrien, la France n’a jamais voulu y aller seule, et les États-Unis ont progressivement réduit leurs ambitions et leur empreinte dans la région, jusqu’à la décision radicale de Donald Trump de laisser tomber d’un seul coup ses alliés kurdes, mais également ses partenaires de la coalition antidaech sans même les informés au préalable20. Ils ont l’immense plaisir de découvrir la décision américaine dans un tweet de l’homme à la mèche blonde. Dans le même temps, Moscou, qui avait déjà facilité le traitement du dossier nucléaire iranien, s’est rapproché de Téhéran en refusant d’appliquer les sanctions américaines. L’inimitié qui existait entre les nations arabes du golfe Persique et la Russie est également en voie de se dissiper au nom d’un intérêt commun : un prix du pétrole plus élevé. Cela s’appelle la géopolitique, discipline que nos élites autoproclamées ont trop tendance à négliger superbement. Emmanuel Macron l’aurait confessé à des proches : « La Turquie, la Russie et l’Iran en sortent gagnants ». Confession terrible, s’il en est pour un narcissique qui pensait avoir tout compris d’un Orient de plus en plus compliqué. Bravo à Jupiter et à toute sa cellule diplomatique (quatorze brillants sujets qui n’ont rien compris ni aux fondamentaux de la diplomatie, ni aux véritables rapports de force au Proche et au Moyen-Orient.

Un nouvel ami particulier dans la zone

L’Arabie saoudite et ses voisins ont toujours eu besoin d’un « protecteur » qui, depuis 70 ans, s’avère être Washington. Or, le choc de voir Donald Trump hausser les épaules après l’attaque iranienne sur ses installations pétrolières, puis la trahison des Kurdes de Syrie ont ébranlé Riyad : les Américains ne sont plus fiables. Par conséquent, la récente visite de Vladimir Poutine en Arabie saoudite (l’hymne russe y a été massacrée par quelques musiciens de pacotille) et aux Émirats arabes unis à la mi-octobre s’apparente à la fois à un démarchage commercial et à une tournée de victoire. L’ambassadeur saoudien au Royaume-Uni, qui n’est autre que le prince Khalid ben Bandar ben Sultan de la famille régnante, a confirmé cette nouvelle donne récemment, lors d’une discussion publique : « La Russie devient un acteur important de la région – qu’on apprécie cela ou pas, c’est la réalité. D’une certaine manière, les Russes comprennent mieux l’Orient que les occidentaux. » Il est évident que Moscou n’a aucune intention de donner des leçons de démocratie ou de défense des droits humains aux pays du Moyen-Orient, et que cela est apprécié. Par contre, étant donné les bonnes relations que Moscou entretient avec l’Iran, il semble clair que Vladimir Poutine pourrait/devrait servir de médiateur entre Riyad et Téhéran. « Quel que soit l’avenir de la Russie au Moyen-Orient, et il faut rester très prudent avant de proclamer que Poutine est le nouveau maître de la région, étant donné les soubresauts perpétuels qui agitent ces pays et le nombre d’acteurs régionaux aux intérêts divergents, mais il est évident qu’il est parvenu à ses fins », estime un autre diplomate européen, qui a servi en Russie et en Iran21. L’esprit du Pacte du Quincy semble bien lointain. Un air du vieux monde qui n’a plus cours en ce début de XXIe siècle où la grammaire des relations internationales est en pleine réécriture. Saurons-nous tenir la plume (être « penholder » comme on le dit à New York au Conseil de sécurité du l’ONU) ou bien laisserons-nous à d’autre le soin de la tenir à notre place ? Là est la question cardinale que pose le réveil de la Russie au Proche et au Moyen-Orient.

LE DÉCLIN DE L’OCCIDENT

« Les hommes parlent de la victoire comme d’une chance. C’est le travail qui fait la victoire » (Ralph Waldo Emerson). Et, la Russie a travaillé à sa victoire par une diplomatie discrète, efficace basée sur une stratégie de long terme mise en œuvre par le meilleur diplomate du circuit, Serguei Lavrov. Contrairement aux Occidentaux, elle n’a jamais joué la carte de la communication, de l’émotion, du rêve. Aujourd’hui, Vladimir Poutine peut se réjouir de l’évolution du rapport de forces dans la région. Il est parvenu à replacer la Russie au centre du jeu géopolitique international. Il a déstabilisé son vieil ennemi l’OTAN22, une sorte de désalliance atlantique23. Il a mis en évidence l’inertie de l’Union européenne, une sorte de roi nu. Il questionne la crédibilité de la France24, une sorte de leader en carton-pâte. Il a tissé de nouvelles alliances avec la Turquie, l’Iran et l’Arabie saoudite, et même avec Israël, ce qui n’est pas peu dire. Et, au passage, il retire le bénéfice de son investissement de 2016 sur le candidat Donald Trump. En Syrie, l’abandon des forces kurdes et le départ des troupes américaines décidé par le président américain signe la défaite de l’Occident dans la région, et cela pour un long moment. La Russie est ainsi redevenue une « puissance mondiale »25.

Après les perdants, les gagnants. En effet, dans le même temps, ce dernier épisode du feuilleton syrien signe la victoire de la Russie grâce à une constance et une volonté dans l’adversité qui méritent louange, au nom du réalisme le plus cynique. Les clairvoyants observateurs du quotidien de référence Le Monde en sont contraints à dresser, aujourd’hui, ce constat implacable ! Le clairvoyant ex-ambassadeur de France à Damas, Michel Duclos incite nos dirigeants à traiter avec ceux qu’il vomissait hier (« Il faut tenter de faire avec la Turquie ce que nous tentons par ailleurs avec la Russie, d’autant que nos différends sont moindres »). Ces commentateurs de l’actualité diplomatique nous rappellent ceux qu’Honoré de Balzac qualifie de « rienologues » en 1843 : « La page a l’air pleine, elle a l’air de contenir des idées ; mais, quand l’homme instruit y met le nez, il sent l’odeur des caves vides. C’est profond, et il n’y a rien : l’intelligence s’y éteint comme une chandelle dans un caveau sans air ». Tout change pour que rien ne change.
Si cet article vous a plu, aidez-nous et faites un don de 5 euros !

En cette fin d’année 2019, Vladimir Poutine au Moyen-Orient, c’est un subtil cocktail de guerre et de paix, de Diplomator, de Terminator et d’Imperator !

Guillaume Berlat
28 octobre 2019

1 Claire Bastier, Nétanyahou renonce à former un gouvernement, Le Monde, 23 octobre 2019, p. 3.

2 Benjamin Barthe/Laure Stéphan, Liban : peuple dans la rue contre ses dirigeants, Le Monde, 22 octobre 2019, p. 4.

3 Benjamin Barthe, Au Liban, des annonces ambitieuses, mais qui ne convainquent pas, Le Monde, 23 octobre 2019, p. 3.

4 Guillaume Berlat, 74ème Assemblée générale de l’ONU : minilatéralisme !, www.prochetmoyen-orient.ch , 30 septembre 2019.

5 Adam Baczko/Gilles Dorronsoro, En Afghanistan, les dommages d’une politique étrangère américaine chaotique, Le Monde, 24 octobre 2019, p. 28.

6 D.F., Donald se Trumpe de combat…, Le Canard enchaîné, 23 octobre 2019, p. 8.

7 Nathalie Guibert, Trump ouvre une nouvelle ère entre politiques et militaires, Le Monde, 25 octobre 2019, p. 26.

8 Marc Semo, La déroute turque de Paris et Bruxelles, Le Monde, 22 septembre 2019, p. 27.

9 Guillaume Berlat, Que restera-t-il du sommet franco-russe de Brégançonwww.prochetmoyen-orient.ch , 26 août 2019.

10 Guillaume Berlat, Notre nouvel ami Poutine : c’est pas gagné !, www.prochetmoyen-orient.ch , 16 septembre 2019.

11 Agence Reuters, Poutine et Macron ont parlé de l’Ukraine et de la Russie, 21 octobre 2019.

12 Jack Dion, Plutôt que la Turquie, c’est la France qui doit quitter l’OTAN, Marianne, 25-31 octobre 2019, p. 58.

13 Benoît Vitkine, Poutine met en scène le retour russe en Afrique, Le Monde, 23 octobre 2019, p. 5.

14 Benoît Vitkine, Prigojine, homme des bases œuvres russes sur le continent, Le Monde, 23 octobre 2019, p. 5.

15 Vladimir Poutine réunit pour la première fois, les 23 et 24 octobre 2019, un sommet Russie-Afrique à Sotchi en la présence de 40 chefs d’Etat et de gouvernement africains pour définir les grandes lignes d’action entre Moscou et le continent africain.

16 Allan Kaval, Dans le désespoir et la peur, l’exil irakien des Kurdes de Syrie, Le Monde, 24 octobre 2019, p. 5.

17 Marie Jégo/Benoît Vitkine, À Sotchi, Poutine se porte garant du retrait des forces kurdes, Le Monde, 24 octobre 2019, p. 5.

18 Voir le dossier de Mediapart intitulé : « Proche-Orient : les contradictions françaises », http://www.mediapart.fr , 24 octobre 2019.

19 Isabelle Mandraud, Françoise Thom, la procureure de Poutine, Le Monde, 22 octobre 2019, p. 27.

20 Claude Angeli, Trump s’essuie encore les pieds sur ses alliés, Le Canard enchaîné, 23 octobre 2019, p. 3.

21 Thomas Cantaloube, La victoire de Poutine au Moyen-Orient, http://www.mediapart.fr , 20 octobre 2019.

22 Stéphane Breton/Patrice Franceschi, Il faut exclure la Turquie de l’OTAN, Le Monde, 22 octobre 2019, p. 25.

23 Nathalie Guibert/Jean-Pierre Stroobants, L’OTAN en crise face à Trump et Erdogan, Le Monde, 26 octobre 2019, p. 2.

24 Nathalie Guibert (propos recueillis par), Bernard Bajolet, « Le lâchage des Kurdes, une question pour la crédibilité de la France », Le Monde, 22 octobre 2019, p. 25.

25 Alexis Feertchak (propos recueillis par), Jean de Gliniasty : Comment la Russie est redevenue une « puissance mondiale », www.lefigaro.fr , 23 octobre 2019.

https://prochetmoyen-orient.ch/poutine-darabie-diplomator-terminator-imperator/

« Opération Diane Kruger »

« Opération Diane Kruger »

RÉSEAU VOLTAIRE | 28 OCTOBRE 2019 

+

Le 27 octobre 2019, le président Donald Trump a triomphalement annoncé l’exécution d’Abou Bakr al-Baghdadi, calife de l’État islamique [1].

Selon les éléments divulgués, le calife aurait été localisé dans le gouvernorat d’Idleb (Nord-Ouest syrien) grâce à des informations recueillies par l’Iraq. Les Forces spéciales US auraient monté depuis Erbil (capitale du Kurdistan iraquien), l’« opération Diane Kruger » (du nom de la jeune allemande violée par le calife). Sept ou huit hélicoptères auraient traversé la Syrie. Deux se seraient posés pour débarquer les soldats US, tandis que les autres auraient couvert l’opération depuis les airs. Le calife se serait enfui par un tunnel emportant trois de ses enfants comme boucliers humains. Rattrapé par les chiens de l’armée US, il se serait fait exploser avec ses enfants. Neuf de ses gardes du corps et un autre enfant auraient été tués durant l’assaut. Sa mort aurait été confirmée par l’analyse de l’ADN des restes de son corps. Aucune perte ne serait à déplorer côté US.

Ainsi se termine cette belle histoire. Force reste à l’Amérique !

Dans cette super-production, le rôle du Calife était tenu par un descendant en ligne directe du prophète Mohammed. Celui-ci était né à Falloujah, bastion de la Résistance à l’occupation US de l’Iraq. Il avait été emprisonné dix mois dans les camps de Bucca et d’Adder, où la CIA et la Navy ont procédé à des expériences de conditionnement, mais on ignore s’il en a fait l’objet. Il avait solennellement proclamé le califat à Mossoul, dix ans plus tard, en juillet 2014. Une fois cette performance réalisée, il ne semble pas avoir eu aucune responsabilité dans l’État islamique sinon de lire quelques communiqués.

Dans les narrations précédentes, Diane Kruger n’avait pas été violée par le calife. Depuis octobre 2015, c’était sa seconde épouse. Les services secrets allemands la décrivaient comme une fanatique. On la présentait comme la directrice du département ministériel responsable des femmes de Daesh et plus particulièrement comme responsable de la formation des femmes-suicide. Elle se serait enfuie.

Le calife se serait caché dans le village syrien de Barisha. Celui-ci est situé dans le gouvernorat d’Idleb, zone abritant les combattants d’Al-Qaïda et de Daesh qui ont fuit devant la reconquête syrienne. Cette zone est assiégée au Sud et à l’Est par l’armée arabe syrienne et protégée par l’armée turque. Ce village est lui-même situé à la frontière turque. Donner cette précision revient à accuser l’armée turque d’avoir protégé le calife en personne.

Le président Donald Trump a tenu à remercier pour leur assistance la Russie, la Turquie, la Syrie, l’Iraq et aussi les Kurdes syriens. On ignore pour le moment le rôle que tous ces alliés auraient joué, on relève juste que, pour la première fois depuis bien longtemps, les États-Unis remercient la Syrie. Manque de chance pour le président-candidat, l’état-major russe a fait immédiatement savoir que ses radars n’avaient pas capté de déplacement d’une escouade d’hélicoptère dans la région, ni samedi, ni les autres jours de la semaine. Il a en outre précisé ne pas savoir pourquoi on le remerciait.

<img src="https://www.voltairenet.org/rien.gif" alt="

[1] “Donald Trump on the Death of Abu Bakr al-Baghdadi”, by Donald Trump, Voltaire Network, 27 October 2019.

https://www.voltairenet.org/article208139.html

Facebook
Twitter
Delicious
Seenthis
Digg
RSS