Archives pour la catégorie Bioéthique

Bioéthique : l’intervention inspirée de Mgr d’Ornellas

Bioéthique : l’intervention inspirée de Mgr d’Ornellas

web2-ornellas-2-bioethique-kto.jpg

Capture KTOMgr Pierre d’Ornellas.PartagerAgnès Pinard Legry | 16 septembre 2019

Alors que l’Église de France organisait lundi soir une conférence au collège des Bernardins pour présenter ses positions sur les différentes questions de bioéthique ce lundi 16 septembre, Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes et responsable du groupe bioéthique au sein de la Conférence des évêques de France (CEF), a livré un message fort en adaptant le célèbre discours de Martin Luther King, « I have a dream ».

C’est un discours puissant qu’a prononcé ce lundi 16 septembre Mgr Pierre d’Ornellas au collège des Bernardins. S’exprimant dans le cadre de la soirée organisée par la Conférence des évêques de France (CEF) pour présenter ses positions sur le projet de loi bioéthique, l’archevêque de Rennes a convoqué la figure de Martin Luther King, « prophète de la fraternité ». « Moi aussi j’ai un rêve qui se nourrit de la foi en Dieu », a-t-il affirmé en préambule de son intervention. Reprenant le célèbre discours du pasteur américain, Mgr d’Ornellas a confié quel était son rêve en matière de bioéthique pour la société.

KTOTV@KTOTV

📺

#EgliseEtBioethique #PJLbioethique
Le « I have a dream » de Mgr d’Ornellas, archevêque de Rennes pour une #bioéthique « synonyme de gratitude »
http://www.ktotv.com/bioethique 8419:14 – 16 sept. 2019Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité74 personnes parlent à ce sujet

Bercé par la figure du Bon Samaritain, Mgr Pierre d’Ornellas a clamé avec force : « Je rêve que la bioéthique soit un mot en harmonie avec gratitude, […] Je rêve d’une bioéthique habitée par le respect de la dignité de la procréation humaine […] Je rêve d’une bioéthique élaborée à la lumière de la fraternité qui donne son vrai sens à la liberté et à l’égalité. […] Je rêve d’une bioéthique éclairée qui use de façon responsable des techniques ne contredisant jamais notre fraternité […] Je rêve d’une bioéthique qui ne soutienne pas le gigantesque marché de la procréation ».

KTOTV@KTOTV

📺

#EgliseEtBioethique #PJLbioethique
Mgr d’Ornellas : « Flirter avec le #transhumanisme n’augure pas d’un monde fraternel. »
http://www.ktotv.com/bioethique 4219:53 – 16 sept. 2019Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité31 personnes parlent à ce sujet

L’archevêque de Rennes s’est ensuite interrogé sur le virage que prenait notre société. « Prenons-nous le bon virage en laissant se développer un eugénisme libéral qui imprègne les mentalités et qui semble justifié puisque les techniques le permettent ? », s’est-il ainsi interrogé. « Prenons-nous le bon virage quand un choix politique non discuté oblige à des changements incertains et précipités sur la filiation humaine ? La révolution dans le droit de la filiation proclamé par la garde des Sceaux est-elle le bon virage à prendre pour le monde de demain quand ce droit établirait qu’il n’est plus vrai que la femme qui accouche soit la mère, quand celle-ci au sein d’un couple a un enfant grâce à la technique d’aide médicale à la procréation (AMP) avec tiers-donneur ? », s’est encore questionné Mgr d’Ornellas.

Lire aussi :Mgr d’Ornellas : « La fraternité induit des politiques où chacun respecte la dignité humaine »

Il a conclu en invoquant l’Esprit saint, « celui que nous appelons dans notre foi chrétienne le père des pauvres ». « Nous sommes des pauvres devant toutes ces problématiques de bioéthique. […] Tous ensemble nous pouvons dire : “Viens, Esprit saint, père des pauvres, conseilleur merveilleux, donne-nous la sagesse” ».

https://fr.aleteia.org/2019/09/16/bioethique-lintervention-inspiree-de-mgr-dornellas/?utm_campaign=Web_Notifications&utm_source=onesignal&utm_medium=notifications

Publicités

Bioéthique : « Plus on prend le temps de débattre, plus l’opinion s’interroge »

Bioéthique : « Plus on prend le temps de débattre, plus l’opinion s’interroge »

XAVIER BRETON

Partager

Député les Républicains de l’Ain et président de la mission d’information de l’Assemblée nationale sur la bioéthique, Xavier Breton réagit aux initiatives de députés LREM visant à accélérer le calendrier concernant l’ouverture de la PMA à toutes les femmes.

Aleteia : Après Richard Ferrand au congrès de Versailles le 9 juillet et François de Rugy en début de semaine, c’est au tour du député LREM Guillaume Chiche d’annoncer le dépôt d’une proposition de loi ouvrant la PMA à toutes les femmes. Qu’en pensez-vous ?
Xavier Breton : C’est indéniablement une question de calendrier. Après les propos de Richard Ferrand devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles et ceux du président de l’Assemblée nationale François de Rugy, l’initiative de Guillaume Chiche est très provocatrice : elle renvoie l’image d’une majorité parlementaire impatiente cherchant à passer en force sur ce sujet. Nous avons en face des militants, des idéologues qui improvisent alors que ces débats devraient être menés avec sagesse. Cela contraste avec le gouvernement qui affiche une grande prudence sur ce sujet et se rend compte qu’on est loin du consensus. On ne bricole pas des propositions de loi pour respecter un pseudo calendrier médiatique ! Heureusement que le gouvernement a sifflé la fin de la récréation en réaffirmant que ce sujet était intégré dans le projet de loi bioéthique et qu’il sera examiné en 2019. Il y a tellement de sujet liés à la PMA qu’il aurait été impossible de le sortir.

Pourquoi une telle précipitation de la part de certains députés LREM ?
Ceux qui sont pour l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, et qui seront d’ailleurs pour la GPA, craignent de prendre le temps de débattre sur ces sujets ! Plus on prend le temps de débattre, plus l’opinion est amenée à s’interroger. Au début l’opinion y est favorable pour différentes raisons. Mais quand le débat prend corps et qu’il s’agit de creuser les arguments, on touche des sujets très sensibles tels que l’enfant. Et là, l’opinion évolue, elle bascule. Par exemple, aborder la PMA pour des couples de femmes sous l’angle technique va relativement peu poser de questions. Mais il suffit de dire que cela revient à une privation de père pour l’enfant à naître pour faire basculer l’opinion. Prendre le temps de débattre revient à prendre le risque que l’opinion publique s’interroge.

Quel est le rôle de la mission d’information sur la bioéthique dont vous êtes à l’initiative et que vous présidez et dont Jean-Louis Touraine (LREM) est le rapporteur ?
Cette mission d’information a pour objectif de préparer l’examen du projet de loi. Nous devons arriver à poser les questions ensemble, quitte à avoir des réponses différentes. À l’image de la société, nous avons des opinions différentes… et c’est une bonne chose ! Il y a des réalités sociales qui sont là et qu’il faut prendre en compte. Notre rôle est de ne pas rentrer dans la polémique ni de se renvoyer la balle mais de réfléchir ensemble aux problématiques que posent l’ensemble des sujets présents dans la révision des lois de bioéthique. Et il y en a ! Intelligence artificielle, dons d’organe, médecine prédictive… Pour y arriver nous allons privilégier les auditions individuelles. Nous commençons ce jeudi avec le Conseil d’État qui a rendu son rapport ainsi que l’agence de biomédecine qui a également publié son avis.

 

Bioéthique : « Plus on prend le temps de débattre, plus l’opinion s’interroge »