Archives pour la catégorie Chili

Pendant que vous dormiezLula, Chili et Bolivie : les informations de la nuit

Pendant que vous dormiezLula, Chili et Bolivie : les informations de la nuit

2 MINCOURRIER INTERNATIONAL (PARIS) 

Lula remonté à bloc contre Bolsonaro, devant ses partisans. Fraîchement sorti de prison, l’ancien président brésilien Lula s’est offert samedi un bain de foule et a offert à ses partisans un discours enflammé où il a dit tout le mal qu’il pensait de l’actuel président Jair Bolsonaro, rapporte El País. “Jair Bolsonaro a été élu démocratiquement (en 2018), mais pour gouverner pour le peuple brésilien, et non pour les miliciens de Rio de Janeiro”, s’est écrié Lula, rouge de colère, devant un bon millier de militants. Il faisait référence à la mort de la conseillère noire de Rio Marielle Franco en mars 2018, que beaucoup attribuent aux milices de Rio. Dans la matinée, Bolsonaro avait donné le ton en exhortant les Brésiliens, sur Twitter à “ne pas donner de munitions à la canaille” Lula, “qui est momentanément libre, mais lourd de culpabilité”.

Chili : Piñera prépare un projet de modification de la Constitution. Le président chilien Sebastián Piñera a annoncé samedi qu’il préparait un projet de modification de la Constitution, l’une des principales revendications des manifestants, qui s’opposent depuis trois semaines au gouvernement, selon La Nación. “Je crois que des changements de la Constitution sont légitimes et nous allons en discuter. En conséquence, nous préparons un projet de modification de la Constitution”, a déclaré le président. Parmi les modifications envisagées figurent “une meilleure définition des droits de la personne et les modalités pour faire respecter” ces droits. Les amendements prévus précisent également “les obligations de l’État” et établissent “de meilleurs mécanismes de participation” citoyenne, a ajouté le président. C’est une volte-face pour Piñera, qui avait enterré, lors de son accession au pouvoir, les projets de modification de la Constitution préparés par la présidente socialiste Michelle Bachelet, à qui il avait succédé.

Bolivie : Evo Morales lance un appel au dialogue. Au terme d’une nouvelle journée de manifestations et de démonstrations de force de l’opposition, le président Evo Morales a lancé un appel au dialogue, aussitôt rejeté par l’opposition, écrit La Razón. “Je lance un appel au dialogue avec les partis qui ont obtenu des sièges au Parlement lors des dernières élections générales, soit quatre partis”, a déclaré M. Morales, appelant également les policiers mutinés à mettre fin à leur mouvement. Quelques minutes après son allocution, Carlos Mesa, ancien président bolivien et principal rival de M. Morales lors du scrutin d’octobre, a rejeté sa proposition. “Je n’ai rien à négocier avec Evo Morales ni avec son gouvernement”, a-t-il déclaré. Les mutineries de policiers ont continué à se multiplier dans la nuit de vendredi à samedi, tandis qu’une foule de manifestants hostiles à M. Morales a occupé à La Paz les sièges de deux médias d’État, Bolivia TV et Radio Patria Nueva.

https://reveil.courrierinternational.com/#/edition/1948126/article/1948390

Publicités

Le rapprochement entre l´Alliance du Pacifique et le Mercosur

Le rapprochement entre l´Alliance du Pacifique et le Mercosur

Les pays membres de l´Alliance du Pacifique (Mexique, Colombie, Pérou et Chili) viennent de signer conjointement avec les Etats du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay)  un plan  d´actions concrètes. Celui-ci vise à renforcer l´intégration régionale et le libre-échange entre ces deux espaces. Ce rapprochement pourrait à terme créer un marché regroupant 79% de la population d´Amérique Latine et 85% de son PIB. Pour le moment, les négociations engagées entre les deux organisations restent embryonnaires. Malgré un contexte favorable dû à une convergence politique entre les 8 pays, les divisions idéologiques intrinsèques des deux structures ralentissent ce processus d´intégration.     

mercosur alliance du pacifique
Une future alliance continentale ?

L´Alliance du Pacifique (2011) et le Mercosur (1991) sont les deux organisations d´intégrations régionales les plus dynamiques du continent sud-américain. Ces dernières ont longtemps été opposées. La première reprochait à la seconde son côté trop politisé et son manque de dynamisme économique. Tandis que le Marché commun du sud considérait l´Alliance comme trop proche des positions nord-américaines. Paradoxalement, le contexte macroéconomique actuel est particulièrement favorable au rapprochement de ces deux entités. En effet, la guerre commerciale dans laquelle s´est engagée le président américain Donald Trump, a poussé les pays sud-américains à adopter diverses stratégies pour dépasser les conséquences du recul protectionniste. L´une d´entre elle est justement de renforcer ses liens de libre-échange et diversifier ses partenaires commerciaux. L’accommodement entre ces deux communautés s´inscrit dans ce mouvement.

Parmi les 8 pays engagés dans ces négociations, seul l´Uruguay est actuellement présidé par un gouvernement ouvertement socialiste. Andres Manuel Obrador, le président mexicain de gauche récemment élu ne prendra ses fonctions qu´en décembre prochain. Par ailleurs, celui-ci n´est pas opposé au  libre-échange, ce qui rompt avec la tradition anti-libérale de la gauche sud-américaine. Le Mercosur et l´Alliance du Pacifique expérimentent ainsi  pour la première fois une convergence politique. L´ouverture commerciale du marché commun sud-américain avaient été longtemps bloquée au nom du protectionnisme latino-américain prôné par l’Argentine de la Présidente Kirchner et le Brésil de la Présidente Rousseff. Or, les deux géants sud-américains, désormais présidés par Macri et Temer, embrassent des doctrines plus libérales. Ces derniers souhaitent attirer de nouveaux  investisseurs et diversifier leurs partenaires commerciaux afin de relever leurs économies en pleine crises structurelles.

Des avancées mais des limites idéologiques

Le document signé par les deux blocs est un plan d´action qui soutient le commerce des biens, la mobilité des personnes et les débouchés des start-ups et des entreprises moyennes. Celui-ci préconise notamment la suppression des barrières douanières et non douanières et davantage de coopération en matière de réglementation. Les négociations tournent actuellement autour de la question de l´abaissement des droits de douanes dans les secteurs sensibles du continent : l´agroalimentaire et l´automobile. L’objectif de ces discussions reste néanmoins clair,  il s´agit de renforcer le libre-échange et le multilatéralisme en Amérique latine.

Pour autant, les deux communautés ont encore beaucoup de chemin à faire pour parvenir à un accord total qui aboutirait à la création d´une zone de libre-échange commune. En effet, les deux blocs ne possèdent pas la même structure et ne se sont pas formées selon les mêmes paradigmes idéologiques. D´un côté l´Alliance du Pacifique est une entité apolitique fondée sur la promotion du libre-échange. Les pays qui composent cette communauté possèdent des accords commerciaux avec plus de 50% des pays du monde. D´un autre côté, le Mercosur est construit selon une idéologie protectionniste et possède des traités avec seulement 15% des Etats du monde. Cette communauté dispose d´une forte identité politique axée sur la défense des intérêts sud-américains. Ce manque de complémentarité intrinsèque pourrait ralentir ce processus de régionalisation. Malgré ces nombreux défis, les 8 Etats ont promis de se réunir tous les 6 mois pour se tenir au courant de leurs avancées et planifier de nouveaux plans. A terme, une zone d´intégration commune  réunissant la majorité des pays sud-américains pourrait voir le jour.

About Vincent VEAUCLIN

Vincent Veauclin est étudiant à Sciences Po Saint Germain en Laye. Passionné par la géopolitique latino-américaine. Il est rédacteur aux Yeux du Monde depuis 2018.