Archives pour la catégorie Chine

Le pétrole recule en Asie

Le pétrole recule en Asie

Singapour (awp/afp) – Les cours du pétrole reculaient mardi en Asie, les spéculations sur une hausse ou non des quotas de production lors d’une prochaine réunion de l’Opep allant bon train.

Vers 04H00 GMT, le baril de « light sweet crude » (WTI), la référence américaine du brut, pour livraison en juillet, reculait de 32 cents, à 65,53 dollars.

Le baril de Brent de la mer du Nord, principale référence sur le marché mondial, pour livraison en août, perdait 748 cents à 74,86 dollars.

Les représentants de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de ses dix partenaires, dont la Russie, se retrouvent vendredi et samedi à Vienne.

Ces Etats sont engagés depuis début 2017 et théoriquement jusqu’à la fin de l’année par un accord qui leur impose des quotas de production dans le but de faire remonter les prix dans un contexte d’offre surabondante.

Les débats devraient être agités.

Les deux géants de la production que sont l’Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait de sortir de ce carcan.

Mais certains pays ne sont pas en mesure de relancer leurs extractions et s’opposent déjà à une révision des objectifs de limitation de la production.

Au premier rang des récalcitrants, l’Iran, qui voit d’un mauvais oeil la possibilité d’une baisse des cours alors qu’il est pénalisé par les sanctions américaines, et ne pourra augmenter sa production.

« L’Opep est fracturé ou se fracture. Hier, nous avons entendu de la part de l’Iran qu’il allait, avec le Venezuela et l’Irak, chercher à mettre son véto à une hausse de la production », a commenté Greg McKenna, analyste chez AxiTrader.

Les marchés sont aussi inquiets des répercussions de la nouvelle escalade des tensions commerciales entre Washington et Pékin sur la demande mondiale de brut.

Pékin a promis mardi des « représailles » après des menaces la veille de Donald Trump d’imposer de nouvelles taxes à un niveau inédit sur les produits chinois importés.

Lundi, à Londres, le Brent a terminé à 75,34 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 1,90 dollar.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le WTI a pris 79 cents à 65,85 dollars.

str-ev/ib

(AWP / 19.06.2018 06h20)

https://www.romandie.com/news/Le-p-trole-recule-en-Asie/928784.rom

Publicités

Force de Sibérie, le gazoduc géant reliant la Russie à la Chine, en voie d’achèvement

Le pétrole monte, l’Opep prend le pas sur la guerre commerciale

Le pétrole monte, l’Opep prend le pas sur la guerre commerciale

Londres (awp/afp) – Les cours du pétrole remontaient lundi en cours d’échanges européens à quelques jours d’une réunion de l’Opep et malgré les craintes exacerbées d’une guerre commerciale entre Chine et Etats-Unis.

Vers 14H15 GMT (16H15 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 74,40 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 96 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour le contrat de juillet prenait 3 cents à 65,09 dollars une heure après son ouverture.

En cours d’échange asiatique (02H00 GMT), les cours se sont repliés pour atteindre 72,45 dollars pour le Brent, à son plus bas niveau depuis un mois et demi, tandis que le WTI a atteint son cours le plus bas depuis deux mois à 63,59 dollars.

« La demande mondiale de pétrole pourrait reculer dans le cas de sanctions chinoises sur la production américaine », a commenté Benjamin Lu, analyste chez Phillip Futures.

La confrontation commerciale entre la Chine et les Etats-Unis s’est aggravée vendredi quand Donald Trump a annoncé imposer de nouveaux droits de douane de 25% sur 50 milliards de dollars d’importations chinoises.

La Chine a répliqué en visant notamment des produits agricoles, mais a également annoncé vouloir taxer le pétrole et les produits pétroliers américains à une date ultérieure.

Les prix se sont toutefois repris alors que le marché se focalise sur les négociations de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui se réunira vendredi avant une réunion avec ses partenaires, dont la Russie, samedi.

L’avenir de l’accord de limitation de la production reste la principale cause d’inquiétude des marchés.

« La réunion s’annonce tendue entre d’un côté l’Arabie Saoudite et la Russie, favorables à un assouplissement des quotas et de l’autre côté l’Iran, l’Irak et le Venezuela qui devraient s’y opposer fermement », ont résumé les analystes de Saxo Banque.

L’Iran aurait ainsi annoncé dimanche compter opposer son droit de veto si le ministre saoudien Khaled al-Faleh proposait d’augmenter les objectifs de production, a rapporté l’agence Bloomberg.

Mais selon des sources citées par l’agence, les deux géants pétroliers que sont l’Arabie saoudite et la Russie voudraient proposer une augmentation modérée, de 300.000 à 600.000 barils par jour, et apaiser les mécontents en officialisant l’accord de l’Opep et des dix autres producteurs sur le long terme.

Le ministre russe de l’Energie, Alexandre Novak, avait émis samedi l’hypothèse d’une hausse nettement plus marquée, de 1,5 million de barils par jour.

js/ktr/LyS

(AWP / 18.06.2018 16h28)

https://www.romandie.com/news/Le-p-trole-monte-l-Opep-prend-le-pas-sur-la-guerre-commerciale/928630.rom

Washington et Pékin relancent leurs hostilités commerciales

Washington et Pékin relancent leurs hostilités commerciales

Les Etats-Unis et la Chine ont relancé leurs hostilités commerciales / © AFP/Archives / FRED DUFOUR

La trêve aura été de courte durée : Donald Trump a mis vendredi ses menaces à exécution en annonçant qu’il imposait de nouveaux droits de douane de 25% sur 50 milliards de dollars d’importations chinoises auxquels Pékin a immédiatement répliqué.

Les nouvelles taxes américaines, qui seront imposées sur des marchandises « contenant des technologies très importantes sur le plan industriel », doivent compenser cette fois le vol de la propriété intellectuelle et de technologies américaines.

« Ma formidable relation avec le président Xi de Chine et la relation de notre pays avec la Chine sont importantes pour moi. Cependant, le commerce entre nos nations est très inéquitable, depuis très longtemps », a fait valoir Donald Trump, moins d’un mois après que les deux pays ont annoncé une trêve dans leur conflit commercial.

La Chine a aussitôt annoncé qu’elle allait riposter à l’identique. « Nous allons immédiatement prendre des mesures en matière de droits de douane d’une ampleur équivalente », a annoncé le ministère du Commerce.

Le ministère chinois a en outre appelé les autres pays à une « action collective » contre cette conduite qualifiée de « dépassée et rétrograde ».

« Cette situation ne peut plus durer », a estimé Donald Trump, citant les objets du grief: des pratiques commerciales « déloyales », en particulier l’acquisition de la propriété intellectuelle et de technologies américaines. Et il a de nouveau martelé qu’avec des centaines de milliards de dollars de déficit, les Etats-Unis ne redoutaient pas une guerre commerciale perdue, selon lui, depuis bien longtemps.

Trois mois de crise entre Washington et ses partenaires / © AFP / Cecilia SANCHEZ

Le président, qui a déjà imposé en mars des taxes de 25% sur les importations d’acier chinois et de 10% sur celles d’aluminium, a prévenu que « les Etats-Unis imposeront de nouveaux droits de douane si la Chine engage des mesures de représailles ».

Sur ces 50 milliards de dollars de produits, 34 milliards seront taxés à partir du 6 juillet, a précisé de son côté le Représentant américain au commerce (USTR) Robert Lighthizer.

« Le second lot » de 16 milliards en valeur d’importations chinoises « sera soumis à un examen supplémentaire » qui comprendra une période de consultations et d’auditions publiques, a-t-il ajouté.

Ces annonces ne sont pas une surprise puisque fin mai, la Maison-Blanche avait annoncé qu’elle préparait toujours des mesures punitives contre la Chine, malgré un « consensus » trouvé le 19 mai à l’issue d’âpres négociations d’abord à Pékin, puis à Washington. Elle avait alors fixé le 15 juin comme date butoir pour annoncer ces nouvelles taxes.

Le 19 mai, les deux pays avaient pourtant annoncé un accord de principe pour réduire de manière substantielle le déficit des Etats-Unis avec la Chine et avaient suspendu leurs menaces de mesures punitives respectives.

Donald Trump à la Maison Blanche à Washington, le 8 juin 2018 / © AFP/Archives / NICHOLAS KAMM

Vendredi, Pékin a annoncé qu’elle allait invalider ces accords.

– Objectifs contradictoires –

Les nouvelles taxes annoncées relancent la crainte d’une guerre commerciale, qui pourrait compromettre la croissance économique de la planète toute entière.

D’autant que l’administration Trump a ouvert d’autres fronts contre l’Union européenne et ses partenaires au sein de l’accord de libre-échange nord américain (Aléna), le Canada et le Mexique. Ses alliés et partenaires commerciaux, frappés de taxes sur leurs importations d’acier et d’aluminium, ont d’ores et déjà annoncé des mesures de rétorsions et des recours auprès de l’OMC.

« La Chine ne souhaite certainement pas de guerre commerciale, mais en raison du comportement malveillant, nuisible et à courte vue des Etats-Unis, la Chine est obligée d’imposer des contre-mesures puissantes et de défendre de manière résolue ses intérêts nationaux », a argué le ministère chinois du Commerce.

Un cargo arrive au port de Qingdao, en mars 2018 / © AFP / –

« Nous prenons essentiellement des mesures défensives », a réagi ensuite un responsable de l’administration Trump sous couvert d’anonymat, qualifiant « d’erreur » les nouvelles annonces chinoises.

Cette nouvelle escalade intervient une semaine après que Donald Trump a préservé in extremis le géant chinois des télécommunications ZTE de sanctions américaines imposées en avril, qui ont mené ce groupe au bord de la faillite.

Ce revirement de l’administration avait provoqué l’indignation des Républicains au Congrès qui ont déploré que la Maison-Blanche s’en prenne à ses alliés plutôt que de viser la Chine.

La Maison-Blanche poursuit des objectifs contradictoires, observent des experts, puisqu’elle cherche à la fois un accord sur la Corée du Nord avec l’appui de Pékin et des concessions économiques chinoises pour réduire son déficit commercial.

« Le danger, si Donald Trump va trop loin, est que les Chinois finissent par lâcher leur pression sur la Corée du Nord », met en garde Nicholas Lardy, spécialiste de la Chine au Peterson Institute for International Economics (PIIE).

(©AFP / 15 juin 2018 18h22)

https://www.romandie.com/news/Washington-et-P-kin-relancent-leurs-hostilit-s-commerciales/928071.rom

Le refus américain de voir la menace Daech en Asie centrale ne fera que renforcer l’anneau d’or

Le refus américain de voir la menace Daech en Asie centrale ne fera que renforcer l’anneau d’or


Par Andrew Korybko – Le 30 mai 2018 – Source Oriental Review

Les États-Unis ont rejeté les avertissements de la Russie selon lesquels Daech se rassemblait dans le nord de l’Afghanistan et s’apprêtait à constituer une menace pour l’Asie centrale.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Oleg Syromolotov, a attiré l’attention sur cette menace lors d’un discours dans la capitale tadjike de Douchanbé pendant la conférence de deux jours sur le « contre-terrorisme et la prévention de l’extrémisme violent ». Le colonel Kone Faulkner l’a qualifié de « propagande » et a insisté sur le fait que la Russie « ne fait pas assez pour s’attaquer au problème de la radicalisation et du recrutement terroriste à l’intérieur de ses frontières », bien que Syromolotov ait parlé précisément de ces efforts anti-terroristes lors d’une autre conférence de l’OSCE sur le contre-terrorisme, il y a deux semaines.

L’approche américaine autour de la présence accrue de Daech en Afghanistan est restée cohérente, niant continuellement que le groupe grandit et tente de mettre le doute sur tous les avertissements de la Russie afin de montrer que Moscou manipule cette menace terroriste à des fins géostratégiques. Les États-Unis n’aiment pas que les États d’Asie centrale travaillent plus étroitement avec la Russie à travers le traité de défense mutuelle de l’OTSC et avec la Chine via l’OCS afin de contrer cette menace car Washington veut être le seul « fournisseur de sécurité » de cette région.

Les États-Unis tentent déjà de relancer leur partenariat stratégique avec l’Ouzbékistan après que son nouveau président s’est rendu aux USA pour rencontrer Trump la semaine dernière, mais le dirigeant pragmatique de Tachkent ne fera rien qui mettrait en péril les perspectives de connectivité régionale de son pays auxquelles il a travaillé si dur lors cette dernière année et demie pour permettre leurs développements. Cela conduit au scénario cynique où les objectifs stratégiques des États-Unis pourraient être mieux servis en voyant Daech fonctionner comme un moyen de diviser pour mieux régner et indirectement pour semer les graines du chaos régional en Asie centrale et du Sud, comme cela a été fait en Asie occidentale.

Pour l’expliquer plus en détail, l’un des objectifs fondamentaux de la guerre hybride est de provoquer des conflits identitaires sur quelque chose d’aussi polarisant que la religion, par exemple, pour perturber les initiatives connectives transnationales multipolaires telles que les institutions d’intégration comme l’OCS ou les infrastructures comme le projet chinois de corridor économique avec le Pakistan (CPEC). Cela a permis à Daech de se servir de l’Afghanistan comme base pour lancer des campagnes de déstabilisation axées sur le nord et le sud, respectivement, contre ces deux institutions. Tous les voisins de l’Afghanistan ainsi que la Russie sont bien conscients de cette menace, ce qui renforce leur suspicion à l’égard des motifs de l’Amérique d’en nier l’évidence.

10 membres de Daech et 5 membres des talibans capturés par les autorités afghanes.

 

Deux partenaires improbables se sont rendu compte du jeu et ont utilisé leurs intérêts communs pour contrecarrer le scénario chaotique des États-Unis comme base de leur rapprochement rapide et complet, la Russie et le Pakistan. Les deux pays ont depuis courageusement enterré leur relation de méfiance l’un envers l’autre dans une toute nouvelle ère de rapports stratégiques qui a commencé en Afghanistan. Depuis, des perspectives passionnantes se sont développées autour de ces implications continentales pour aboutir finalement à l’Anneau d’or des grandes puissances eurasiennes. L’axe russo-pakistanais avait jusqu’ici été le maillon le plus faible du grand consortium de ces deux pays plus la Chine, l’Iran et la Turquie, mais il est aujourd’hui l’un des plus prometteurs.

En niant la présence croissante de Daech en Asie centrale, les États-Unis ont involontairement renforcé l’Anneau d’Or qu’ils voulaient initialement voir perturbé par les terroristes. Les conséquences de ce retour en arrière sont même pires que ce que le « regretté » Brzezinski pouvait craindre. L’écrivant dans son livre de stratégie-planification maintenant tristement célèbre, le Grand Échiquier, il a dit que les États-Unis devaient faire tout leur possible pour empêcher la Russie et la Chine d’unir leurs forces contre l’Amérique, mais après la débâcle de Washington avec Daech dans sa guerre de l’information en Afghanistan, la patrie d’adoption du penseur polonais doit maintenant se confronter à la perspective de voir ces deux grandes puissances eurasiennes partenaires du CENTO multipolaire des musulmans en Turquie, en Iran et au Pakistan via l’Anneau d’Or.

Le post présenté est la transcription partielle du programme radio CONTEXT COUNTDOWN sur Sputnik News, diffusé le vendredi 25 mai 2018.

Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime (2015). Ce texte sera inclus dans son prochain livre sur la théorie de la guerre hybride. Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

http://lesakerfrancophone.fr/le-refus-americain-de-voir-la-menace-daesh-en-asie-centrale-ne-fera-que-renforcer-lanneau-dor

 

Trump a bombardé la Syrie pour impressionner la Chine

Trump a bombardé la Syrie pour impressionner la Chine

+

Au cours de l’interview qu’il a accordé à Sean Hannity à Singapour, le 12 juin 2018, le président Donald Trump a évoqué le premier bombardement de la Syrie auquel il a procédé.

Rappelant qu’il recevait alors le président chinois Xi Jinping dans sa résidence de Mar-a-Lago (Floride), il a déclaré lui avoir annoncé la frappe en lui servant le dessert. Interloqué, son homologue lui a demandé de répéter.

Il s’agissait selon Donald Trump de montrer qu’il n’hésiterait pas à faire usage de la force si nécessaire ; un message parfaitement compris par Xi Jinping qui serait ainsi devenu un allié dans l’affaire nord-coréenne.

Dans la nuit du 6 au 7 avril 2017, les Etats-Unis ont bombardé la base aérienne syrienne de Cheyrat, utilisant 59 missiles Tomahawks. Cette attaque n’avait pourtant fait que 6 morts et 7 blessés. Des carcasses d’avion utilisées pour leurs pièces détachées avaient été détruites. En réalité, la base avait été évacuée dans les heures précédentes et les avions déplacés.

(voir à partir de la 12ème minute)

http://www.voltairenet.org/article201480.html

Le Trumpisme se réduit en un Netanyahou-isme, ou un ‘Néo-Américanisme’. Par Alastair Crooke

14.juin.2018 // Les Crises

Le Trumpisme se réduit en un Netanyahou-isme, ou un ‘Néo-Américanisme’. Par Alastair Crooke

Merci 2
Je commente

J’envoie

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 21-05-2018

La déclaration présidentielle américaine du 8 mai (sur la sortie de l’accord sur le nucléaire iranien) exige que nous révisions fondamentalement notre compréhension du « Trumpisme ». Au début de son mandat, le « Trumpisme » a été largement compris comme reposant sur trois piliers clés : Que les coûts encourus par les États-Unis pour maintenir la totalité de l’Empire (c’est-à-dire le maintien par l’Amérique de l’ordre mondial, fondé sur des règles) étaient tout simplement trop onéreux et inéquitables (en particulier la fourniture du parapluie de défense) – et que d’autres doivent être contraints à partager ses coûts. Deuxièmement, les emplois américains ont été, en quelque sorte, volés aux États-Unis et devront être récupérés par le biais de modifications forcées des termes de l’échange. Et troisièmement, que ces changements seraient réalisés, par l’application des tactiques de « l’Art de la Négociation [NdT : traduit en français par Trump par Trump].

Cela semblait, à tout le moins, être clair (même si ce n’est pas nécessairement un plan entièrement réalisable). Mais nous pensions surtout que l’art ce la négociation était de menacer, de fanfaronner et d’augmenter le levier sur « quelle que soit contrepartie » – élever les tensions à des niveaux explosifs – et d’offrir « l’affaire » au point culminant de la crise avant, à la onzième heure. Et c’était le but (à l’époque) : Oui, Trump lançait des grenades verbales destinées à bouleverser les attentes conventionnelles, à prendre des mesures pour résoudre un problème – mais l’objectif (tel que généralement compris) était d’obtenir un accord : Un qui pencherait en faveur des intérêts mercantiles et politiques de l’Amérique, mais un accord, néanmoins.

Peut-être avons-nous mal compris le renforcement par Trump de la déjà très puissante armée américaine. Il semblait qu’il s’agissait d’un levier potentiel : quelque chose à offrir (sous la forme d’un parapluie aux États dociles), ou à retirer à ceux qui ne mettraient pas suffisamment la main à la poche.

Mais tout a changé avec la déclaration de Trump du 8 mai. Ce n’est pas seulement une « sortie » américaine qui a été évoquée, c’est une guerre financière en règle qui a été déclarée à l’Iran (formulée en « termes de reddition » en termes de changement de régime et de soumission totale aux États-Unis). Mais il ne s’agit plus de savoir comment parvenir à un « meilleur accord plus équitable » pour les États-Unis ; comment gagner plus d’argent. Le système financier devait plutôt servir de levier pour détruire la monnaie et l’économie d’un autre État. L’armée américaine est en train d’être encore renforcée, pour être utilisée : pour pouvoir faire pleuvoir le feu et la fureur sur les États non dociles.

Nahum Barnea, un commentateur israélien de premier plan, écrivant en hébreu dans Yediot Ahronoth, exprime le plan de manière concise : « Les aspirations israéliennes à long terme sont de grande envergure : conduire l’Iran à l’effondrement économique par le biais des sanctions américaines. L’effondrement économique entraînera un changement de régime. Le nouveau régime abandonnera l’option nucléaire et les plans de l’Iran de se développer dans toute la région. Ce qui a causé l’effondrement de l’Union soviétique à la fin des années 1980 entraînera l’effondrement de la République islamique. Le président Reagan l’a fait aux Soviétiques ; le président Trump le fera aux Iraniens. Trump s’est épris de l’idée ».

L’adoption du changement de régime à Téhéran, combinée avec le « cadeau » unilatéral de Jérusalem à Israël et le « feu vert » américain pour qu’Israël attaque les forces et les infrastructures iraniennes, partout et à tout moment en Syrie, est l’antithèse même de l’approche de l’art de la négociation. Il s’agit plutôt de faire s’effondrer – et physiquement – le modèle du Moyen-Orient par la coercition financière et militaire. C’est un autre projet utopique occidental par lequel les « défauts » humains perçus à l’encontre monde ordonné (c’est-à-dire ces « Ayatollahs » qui s’opposent perversement à la mission civilisatrice de l’Amérique) doivent être corrigés par la force ou par l’élimination.

Russell-Mead, professeur aux affaires étrangères des États-Unis, suggère que cette métamorphose du 8 mai du « Trumpisme » – tel que nous le comprenions auparavant – représente quelque chose de nouveau, un changement de direction, un cap maintenant tracé : « une ère néo-américaine dans la politique mondiale, plutôt qu’une ère post-américaine ». (D’une manière ou d’une autre, les initiatives de Trump paraissent si souvent motivées par la phobie d’Obama).

Ainsi, « l’administration veut élargir le pouvoir américain plutôt que de s’adapter au déclin. Pour l’instant au moins, le Moyen-Orient est la pièce maîtresse de cette nouvelle affirmation », anticipe Russell-Mead, expliquant que cette nouvelle impulsion de Trump est née de :

L’instinct de Trump qui lui dit que la plupart des Américains sont tout sauf avides d’un monde « post-américain ». Les partisans de M. Trump ne veulent pas de longues guerres, mais ils ne se résignent pas non plus à une acceptation stoïque du déclin national. Quant à la sagesse de s’accommoder de l’Iran, le camp Trump croit que le renforcement de l’autonomie de l’Iran est plus susceptible de conforter les tenants de la ligne dure que les modérés. Comme Franklin Roosevelt l’a dit un jour dans une conversation au coin du feu, « Nul ne peut transformer un tigre en chaton en le caressant ».

L’administration Trump croit que, loin de forcer les États-Unis à battre en retraite, l’arrogance iranienne et la surreprésentation de l’Iran au Moyen-Orient ont créé une occasion en or pour l’affirmation de la puissance américaine. Elle espère que l’alliance émergente des Arabes et des Israéliens donnera à l’Amérique des partenaires locaux prêts à supporter une grande partie des risques et des coûts d’une politique anti-iranienne en échange d’un soutien américain. La puissance aérienne israélienne et les forces arabes, combinées aux réseaux de renseignement et aux relations locales que les nouveaux alliés apportent à la table, peuvent mettre l’Iran sur la défensive en Syrie et ailleurs. Cette pression militaire, ainsi que la pression économique d’une nouvelle série de sanctions, affaiblira l’emprise de l’Iran sur ses mandataires à l’étranger et créera des problèmes politiques pour les mollahs dans le pays. S’ils réagissent en relançant leur programme nucléaire, les frappes aériennes israélo-américaines pourraient à la fois arrêter le processus et porter un coup humiliant au prestige du régime.

À ce moment-là, le camp Trump espère que l’Iran sera confronté à un type de négociation différent, où les États-Unis et leurs alliés seront en position de force. En plus d’accepter des limites sur ses activités nucléaires, des espoirs optimistes, l’Iran réduirait également ses ambitions régionales. L’avenir de la Syrie serait déterminé par les Arabes, l’Iran accepterait l’Irak comme un État tampon neutre entre lui et le monde arabe sunnite, et une paix précaire prévaudrait.

Ah… l’Utopie… pour Trump, refaire le Moyen-Orient. Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Russell-Mead ne le dit pas explicitement (préférant l’appeler « néo-américain »), mais ce que nous voyons est le mélange d’un Trumpisme initial avec le néo-conservatisme pur. Ou, pourrait-on dire, avec le Netanyahou-isme. Oui, l’approche caractéristique Trumpiste de prendre des décisions de politique étrangère spectaculaires qui semblent destinées à sa base (électorale) à court terme, (mais qui semblent souvent manquer d’une vision stratégique plus profonde ou d’appréciation des risques à long terme) est toujours évidente, mais l’accord a été remplacé par la recherche d’une soumission complète – à un « élargissement du pouvoir américain », comme l’écrit Russell-Mead.

La cérémonie marquant le transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem reflète précisément cette « campagne » sensationnelle continue parmi ses thèmes fondamentaux. En fait, Trump a d’abord repoussé les pressions républicaines juives pour déplacer l’ambassade à Jérusalem (comme le rapporte Haaretz), mais comme l’a noté le quotidien israélien, durant ce mois , tout cela a totalement changé : « La cérémonie d’ouverture de la nouvelle ambassade des États-Unis à Jérusalem était, essentiellement, un rassemblement de campagne de Trump sur invitation seulement » :

Ceux qui étaient présents avaient tous juré fidélité au président et appartenaient à l’un des groupes qui l’a salué comme un Cyrus le Grand des temps modernes : Les Juifs orthodoxes, les Israéliens de droite (y compris le Premier ministre Benjamin Netanyahou) et la base républicaine pro-Trump – en particulier ceux de la communauté évangélique.

Tout cela était affiché lors de la bénédiction d’ouverture de la cérémonie, par Robert Jeffress, pasteur de la super-église baptiste texane. Les paupières comprimées dans la prière, il a remercié Dieu pour « notre grand président, Donald Trump », a loué comment Israël « a béni ce monde en nous dirigeant vers vous, le seul vrai Dieu, à travers le message de ses prophètes, ses écritures et le Messie », et en priant pour Jérusalem « au nom de l’esprit du Prince de la Paix, Jésus notre Seigneur ».

Netanyahou s’est réjoui de ses succès. Ben Caspit dans le quotidien israélien Maariv, a décrit (en hébreu) l’état de Netanyahou : « Ça s’appelle de l’euphorie ». Les néoconservateurs ont le vent en poupe : déjà Eli Lake à Bloomberg fait le lien entre la déclaration sur l’Iran et la conduite des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine. Dans un article intitulé Trump’s Cave to China’s ZTE, Hurts His Iran Strategy [Les concessions de Trump à la société chinoise ZTE nuisent à sa stratégie en Iran, NdT], Lake cite l’un des architectes des sanctions paralysantes « Si vous commencez à échanger des mesures d’application des sanctions contre de meilleures conditions commerciales, le pouvoir dissuasif des sanctions américaines [sur l’Iran] se dilue très rapidement ».

Lake ajoute que son collègue David Fickling a fait une remarque similaire dans sa tribune lorsqu’il a observé que le recul sur ZTE de Trump introduit une dangereuse incertitude morale. « Tout gouvernement empêtré dans un différend avec Washington sait maintenant qu’il n’a qu’à menacer la ceinture agricole [du Midwest américain, NdT] qui vote pour Trump pour s’en sortir », a écrit Fickling, laissant entendre qu’une fois que l’on s’engage sur la voie néoconservatrice de la guerre financière armée, la position du « sans répit » doit être maintenue – même dans des négociations tout à fait distinctes, comme avec la Chine sur le commerce.

Précisément. Des néoconservateurs comme John Bolton désapprouvent traditionnellement la négociation et la diplomatie, privilégiant plutôt le pouvoir brut et l’influence sur les adversaires, afin de contraindre à des concessions ou à la soumission. Le fait est que, alors que la déclaration du 8 mai s’adressait spécifiquement à l’Iran, ses conséquences se font sentir sur l’ensemble du spectre de la politique étrangère. Si le fait de se concilier la Chine sur ZTE (un fabricant chinois de smartphones et de semi-conducteurs) « nuit à la stratégie iranienne », alors bien sûr, toute exemption ou assouplissement des sanctions pour les entreprises européennes implantées en Iran, nuira à la stratégie, plus directement. Toute concession à la Russie, aussi, nuit à la stratégie. Cela devient une stratégie très contagieuse du « tout ou rien ».

Et puis il y a le sommet avec la Corée du Nord. Une fonctionnaire européenne Laura Rozen, basée à Washington, a déclaré que l’administration Trump est convaincue qu’elle a une opportunité de conclure un accord nucléaire avec la Corée du Nord en raison de sa campagne de pression maximale. « Ils l’appellent le scénario de la Corée du Nord », a dit la fonctionnaire européenne. « Mettez la pression sur les Nord-Coréens. Mettez la pression sur les Iraniens… et ils feront la même chose que Kim Jong-un… se rendre ».

Mais la camp Trump – s’il croit vraiment que c’est la pression des sanctions qui a amené Kim Jong Un à prendre la décision de convoquer une réunion avec Trump – a peut-être mal interprété le terrain.

Jong Un, en fait, a précisément averti le secrétaire Pompeo lorsqu’il l’a rencontré que le sommet avait été organisé pour cette raison : « Nous avons perfectionné notre capacité nucléaire », c’est-à-dire que la Corée du Nord – en tant que puissance nucléaire à part entière – se sent maintenant en mesure de contraindre les Américains à quitter la péninsule et à emporter avec eux leurs menaces et leurs missiles. Jong Un a le soutien de la Corée du Sud sur ce point (qu’il soit suffisamment solide pour résister aux menaces de Washington, est discutable – d’où la colère de Jong Un contre la reprise par la Corée du Sud d’exercices militaires conjoints avec les États-Unis – contrairement à ce que l’on avait compris auparavant). Jong Un a ajouté l’avertissement à Pompeo, largement ignoré par Washington, mais tout à fait clair néanmoins, que « ce [sommet éventuel] n’est pas le résultat de sanctions qui ont été imposées de l’extérieur ».

Dans un sens, Trump a maintenant besoin de ce sommet – et d’une « victoire » rapide (à temps pour les élection de mi-mandat américaines) – plus que Jong Un a besoin de rencontrer Trump. Le dirigeant nord-coréen a déjà réussi à démontrer à Pékin, Moscou et Séoul qu’il est sincère dans sa tentative de parvenir à une Corée nucléaire, désarmée et réunifiée (les exigences de la Chine à son égard) – et que ce n’est pas lui qui pose problème, mais plutôt les exigences maximalistes des États-Unis. En bref, le sommet est un moyen pour la Corée du Nord d’améliorer ses relations avec la Chine et la Russie et de poursuivre l’ouverture avec le Sud. Ce n’est pas une fin pour Jong Un.

Quoi qu’il en soit, nous verrons ce qui se passera. Mais deux questions subsidiaires apparaissent : Maintenant que Trump a embrassé le nouveau néo-américanisme (selon Russell-Mead), quelle sera la stratégie américaine si ni la Corée du Nord ni l’Iran ne se soumettent ? Les frappes militaires sont-elles à l’ordre du jour ? Deuxièmement, cette stratégie est-elle susceptible de fonctionner ? Nous devrons, bien sûr, attendre et voir. Mais il y a un point important : nous ne sommes pas en 2012 (l’année où les États-Unis ont imposé des sanctions à l’Iran). Nous sommes en 2018 et beaucoup de choses ont changé.

Trump peut s’imaginer comme un équivalent moderne de Cesare Borgia du XVIe siècle, avec Bolton comme Machiavel, et Mattis comme Léonard, construisant des machines de guerre, assassinant des ennemis et imposant un siège punitif à des villes-États italiennes indociles.

La Chine, la Russie et l’Iran ne sont pas de simples villes-États assiégées à loisir, et sans conséquences. Et, tout comme la propre base de Trump exprime son dégoût pour le « marécage » de Washington – et l’exploitation financière, pratiquée par ses élites politiques et commerciales, et exige que le marais soit drainé – de même, l’axe Chine, Russie et Iran veulent que « l’ordre mondial » soit assaini – et que leurs souverainetés soient restaurées.

Ces derniers comprennent qu’ils font face à une guerre financière pour leur inobservance. Ils comprennent (comme le président Poutine l’a encore souligné ce mois-ci) que le monopole du dollar américain se trouve au centre même du marécage de « l’ordre mondial ». Et ils savent que seule l’action collective, en fin de compte, peut l’assainir. Qui sait, même l’Europe peut, en fin de compte, rejoindre les rangs de la non-observance – pour protester contre les sanctions américaines qui leur sont imposées.

Source : Strategic Culture, Alastair Crooke, 21-05-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d’élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s’arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]

 

https://www.les-crises.fr/le-trumpisme-se-reduit-en-un-netanyahou-isme-ou-un-neo-americanisme-par-alastair-crooke/

Bons baisers de Pékin

Bons baisers de Pékin

13 Juin 2018 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Extrême-Orient, #Etats-Unis, #Chine

Le Donald restera-t-il dans l’histoire comme le fossoyeur de l’empire américain ? Cette question que nous nous posons depuis son élection ressurgit après le sommet historique et surmédiatisé de Singapour entre Trump et Kim.

Pour bien comprendre les tenants et les aboutissants, jamais explicités dans la presse grand public ni dans la majorité des médias alternatifs, un petit rappel est nécessaire :

Nous sommes évidemment en plein Grand jeu, qui voit la tentative de containment du Heartland eurasien par la puissance maritime américaine. La crise coréenne ou les disputes territoriales autour des Spratleys, des Paracels ou des Senkaku/Dyaoshu ne concernent pas une quelconque volonté de mettre la main sur d’éventuelles ressources énergétiques ou routes stratégiques, ou alors seulement en deuxième instance. Il s’agit avant tout pour le Heartland, la Chine en l’occurrence, de briser l’encerclement US et de s’ouvrir des routes vers le Rimland et vers l’océan, exactement comme la Russie le fait sur la partie ouest de l’échiquier avec ses pipelines et ses alliances de revers.

La présence américaine en Extrême-Orient est l’héritage de l’immédiat après-guerre (tiens, tiens, justement la période des père fondateurs de la pensée stratégique états-unienne, MacKinder et Spykman). Japon (1945), Taïwan (1949), Corée (1950) : la boucle était bouclée et l’Eurasie cernée à l’est, comme elle l’était à l’ouest par l’OTAN, au Moyen-Orient par le CENTO et en Asie du sud et sud-est par l’OTASE. La guerre froide entre les deux Corées ou entre Pékin et Taïwan sont évidemment du pain béni pour Washington, prétexte au maintien des bases américaines dans la région.

Washington utilise habilement un conflit ancien et réel (crise coréenne : 1er niveau) pour placer ses pions sur l’échiquier (Grand jeu : 2nd niveau). Des batteries THAAD sur le territoire sud-coréen, surveillant officiellement la Corée du nord et officieusement la Chine, seraient évidemment un coup porté à la dissuasion nucléaire chinoise.

Ceux qui voyaient dans la dynastie des Kim des résistants à l’empire se mettaient le doigt dans l’oeil. Les multiples provocations nucléaires de Pyongyang ont toujours été du pain béni pour les Américains ; la pire chose qui puisse leur arriver serait la chute du régime et la disparition de la menace nord-coréenne, ce qui remettrait en question la présence militaire US au Japon et en Corée du Sud. A l’inverse, ce serait une bénédiction pour la Chine et la Russie car cela ôterait le prétexte dont use et abuse le système impérial afin de conserver ses bases dans la région. Kim III ou l’idiot utile de l’empire, nous l’avons expliqué à plusieurs reprises (ici, ici ou ici)…

A ce titre, ce qui vient de se passer à Singapour a dû faire se retourner dans leur tombe Mackinder, Spykman et Brzezinski. Le rapprochement inédit entre Pyongyang et Washington a poussé le Donald à annuler les futurs exercices militaires américano-sud-coréens, ce qui a mis en émoi non seulement Séoul mais le Pentagone lui-même.

Surtout, Trump a évoqué un possible rapatriement, graduel et à terme, des soldats américains présents au Pays du matin calme, en cas de dénucléarisation de la péninsule. Inutile de dire que cette décision serait très populaire dans l’opinion publique états-unienne qui, sur le dossier nord-coréen, soutient son président.

Or, tous ces développements – fin des kriegspiel, retrait militaire US – sont exactement ce que Pékin demande depuis des années. Les observateurs ne s’y trompent pas, qui voient dans ce sommet une grande victoire chinoise. On ne se frotte pas impunément à la patrie de Sun Tzu et des Trente-Six stratagèmes…

Le troisième – 借 刀 殺 人 (Assassiner avec une épée d’emprunt) – a de troublantes ressemblances avec notre affaire : faire travailler les autres, sans qu’ils en aient conscience, dans le sens de vos intérêts. Le Donald a-t-il été l’épée d’emprunt en question pour, une nouvelle fois, saper les intérêts de l’empire ? Ca y ressemble.

Bien sûr, nous n’en sommes qu’aux prémices et beaucoup d’eau peut encore couler sous les ponts. Nul doute que le Deep State fera tout pour torpiller le rapprochement, sèmera des obstacles sur le chemin de la négociation, tentera de circonvenir Trump pour qu’il revienne sur ses déclarations. L’Asie du Nord-est est une zone en devenir stratégique majeur et le Washingtonistan doit s’arracher les cheveux à la simple idée de voir les Etats-Unis s’en retirer.

Bien des péripéties et rebondissements nous attendent encore, mais les événements actuels pointent inexorablement du doigt ce que l’on constate partout ailleurs : le reflux de l’empire.

L’Union européenne hausse le ton face aux investisseurs étrangers

L’Union européenne hausse le ton face aux investisseurs étrangers

L’Union européenne est–elle prête à se doter d’un arsenal juridique à la mesure de sa puissance et des enjeux contemporains ? En soutenant le 29 mai la création d’un nouveau mécanisme de filtrage des investissements étrangers, les eurodéputés de la commission du commerce international font preuve de volontarisme. Si le projet de règles doit encore être approuvé par le Parlement (session du 11 au 14 juin) et attendre l’adoption d’une position commune du Conseil, nul doute que les récentes polémiques relatives aux prises de participation chinoises dans des entreprises stratégiques viendront confirmer la tendance au renforcement des cadres juridiques tant européen que nationaux. Sur fond de guerre commerciale déclarée par le Président des Etats-unis, l’Union européenne pourrait orchestrer par ce biais la sortie de son enfance stratégique.

La création d’un cadre juridique européen sous le contrôle des Etats

Les européens s’inquiètent de la montée en puissance des investissements chinois dans des secteurs stratégiques

Pour l’heure, l’Union européenne est la dernière grande puissance à ne pas avoir un mécanisme de contrôle des investissements en provenance de pays tiers, et seuls 12 des 27 États membres présentent des législations, bien que disparates, en la matière. L’adoption en commission le 29 mai du rapport du député chrétien-démocrate français Franck Proust s’inscrit dans une volonté claire. Il est temps de montrer que l’Europe n’est plus naïve dans la mondialisation en veillant à ce que “les investissements étrangers ne constituent pas une menace pour les infrastructures critiques, les technologies clés ou l’accès à des informations sensibles”. Le projet prévoit ainsi que si l’un des Etats membres use d’un mécanisme de filtrage il devra en informer dans un délai de 5 jours les Etats membres et la Commission. Dès lors qu’un tiers des États jugera l’investissement préoccupant, le pays cible devra entamer un dialogue. En outre, un groupe de coordination sur le filtrage des investissements entrants présidé par la Commission devrait être créé. Ces volontés viennent renforcer le paquet “commerce” prévu lors de l’état de l’Union de 2017. Le 13 septembre 2017, le président de la Commission Jean-Claude Juncker présentait une proposition de règlement par ces quelques mots : “L’Europe doit toujours défendre ses intérêts stratégiques. C’est pourquoi nous proposons aujourd’hui un nouveau cadre européen pour le filtrage des investissements. Si une entreprise publique étrangère veut acheter un port européen, une partie de notre infrastructure énergétique ou une entreprise de technologie de défense, cela doit se faire dans la transparence, moyennant contrôles et discussions. Il est de notre responsabilité politique de savoir ce qui se passe chez nous afin que nous puissions protéger notre sécurité collective si besoin est. »

Notons que ce nouveau cadre prévoit des avancées considérables. Premièrement, la création d’un cadre commun transparent qui respecte le principe d’égalité de traitement des investisseurs ainsi que le droit au recours. Secondement, un mécanisme de coopération entre les États membres et la Commission. Troisièmement, l’invention d’un filtrage exercé par la Commission dans le cas l’investissement étranger dans les États membres pourrait avoir une incidence sur des projets ou des programmes présentant un intérêt pour l’Union. (Horizon 2020, Galileo, réseaux transeuropéens de transport et d’énergie …)

Toutefois, il convient de remarquer que les  États restent souverains d’autant que ce nouveau cadre ne les oblige en rien à disposer d’une législation de contrôle des investissements étrangers (pour ceux qui n’en ont pas), et ne prévoit pas une convergence des législations nationales existantes.

Les investissements chinois ciblés

En marge de la visite d’Emmanuel Macron en Chine en janvier 2018, le ministre de l’Économie Bruno Lemaire avait assuré sans le moindre tabou avoir déjà refusé “beaucoup” de projets d’investissement chinois parce qu’ils s’apparentaient à du “pillage”. Dans la foulée, il affichait son ambition d’étendre le décret Montebourg (avril 2014) en ajoutant aux secteurs stratégiques dans lesquels son ministère pouvait émettre un veto le stockage des données numériques, l’intelligence artificielle, le spatial et les semis-conducteurs. Ambition confirmée par le Premier ministre Edouard Philippe le 16 février lors d’une visite dans une usine L’Oréal dans l’Oise : “Nous souhaitons muscler notre dispositif de veille et de protection stratégique […] sans aucune brutalité protectionniste”. Bis repetita outre-rhin quelques jours plus tard. Lors d’une conférence de presse à Berlin avec le Premier ministre macédonien, Angela Merkel s’inquiétait des investissements chinois dans les Balkans liés à des ambitions politiques. La chancelière allemande a renforcé cette position durant sa visite dans l’Empire du milieu le 24 et 25 mai dernier : “La Chine et l’Allemagne sont attachées aux règles de l’Organisation mondiale du commerce, mais nous parlerons aussi d’un accès réciproque dans les questions de commerce et de propriété intellectuelle. Et nous voulons renforcer le multilatéralisme”. La question est devenue essentielle pour l’Allemagne, puisque son premier partenaire commerciale est désormais la Chine ; partenaire avec lequel le commerce devrait continuer à s’accroître dans les prochaines années. Le rachat du joyaux allemand Kuka par le chinois Midea en août 2017 a définitivement alerté les industriels et autorités. Face à cette polémique, l’Allemagne a durci par un décret paru début juillet le contrôle des investissements étrangers.

On observe donc l’émergence d’un consensus européen en matière de filtrage des investissements étrangers. Le nouveau gouvernement italien et la montée des partis conservateurs dans l’est de l’Union européenne devraient venir renforcer cet arsenal protectionniste.

Assumer la puissance : le défi européen face aux influences américaines

Derrière le renforcement du cadre protectionniste se joue aussi la redéfinition des relations transatlantiques

Force est de constater que la Chine est la principale source d’anxiété commerciale en Europe. S’il est vrai que depuis 2014 les investissements chinois à l’étranger ont dépassé les investissements vers la Chine, il convient de rappeler deux éléments de contexte. D’une part, les entreprises européennes sous contrôle étranger ne représente qu’une faible part des entreprises. Il est vrai toutefois que ces investissements, en particulier chinois, se concentrent sur des secteurs stratégiques (ports, nouvelles technologies, aéroports, terres …) ce qui nécessite une veille stratégique accrue. D’autre part, il ne faut pas offusquer l’activité massive des américains qui représentaient en 2015 41% des investissements ; contre à peine 2% pour les chinois. Si ces derniers ont cru de 1000 % en 20 ans, la réalité de l’influence américaine vient d’être durement rappelée par le rachat controversé de la branche énergie d’Alstom et les menaces de sanctions extraterritoriales contre les entreprises européennes commerçant avec l’Iran. La redéfinition du multilatéralisme commercial devra certes tenir compte de la réalité chinoise mais aussi de la posture unilatérale impulsée par Washington.

Dans son dernier essai World Order paru en 2014, Henry Kissinger assénait cette cruelle vérité sur les relations transatlantiques : “L’Europe émergente deviendra-t-elle un participant actif dans la construction d’un nouvel ordre international, ou va-t-elle se s’effondrer sous le poids de ses affaires intérieures?  (…) Les États-Unis ont toutes les raisons de soutenir l’Union européenne et éviter qu’elle ne s’évanouisse en un vide géopolitique. Les États-Unis, s’ils étaient venus à être séparés de l’Europe sur les plans politique, économique et militaire, deviendraient « géopolitiquement » une île coupée du continent eurasiatique, et l’Europe elle-même pourrait se transformer en un simple prolongement de l’Asie et du Moyen-Orient.”  Le célèbre conseiller américain ébauche les trois stratégies auxquelles serait confrontée une Europe unifiée : renforcer les relations transatlantiques, adopter une posture neutre fluctuant au gré des circonstances, ou assumer un contrat tacite avec une puissance ou un groupement de puissances extra-européennes. Pour l’heure, les européens préfèrent la seconde option en tentant de ramener à la raison leur traditionnel allié américain tenté par l’isolationnisme belliqueux tout en essayant d’obtenir des gages de la part de l’ambitieuse Chine. Les pays membres restent cependant des Etats largement souverains, accentuant ainsi les risques de divisions face aux pressions intérieures (intérêts particuliers et risques populistes) mais aussi extérieures. Le Portugal a récemment annoncé ne pas vouloir s’opposer à la cession de l’opérateur électrique EDP, la plus grande entreprise du pays, au groupe China Three Gorges, tandis que la France place ses pions sur  l’inarrêtable nouvelle route de la soie chinoise. Le port de Marseille vient ainsi de signer un contrat de coopération avec le Port de Shangaï pour un projet d’investissement estimé à 100 millions d’euros. L’Allemagne, quant à elle, a profité de la rencontre fin mai entre Merkel et Xi Jinping pour obtenir de la Chine une baisse des droits de douanes sur ses automobiles. Gageons que le récent camouflet infligé par Trump lors du G7 à Charlevoix resserre les troupes du Vieux Continent.

Sources:

  • « China at the gates : A new power audit of EU-China relations », European council on foreign relations, le 1er décembre 2017
  • « Les investissements directs étrangers dans l’Union européenne : quels contrôle ? », Commission des affaires étrangères du Sénat, rapport no 115, le 27 novembre 2017
  • « Investissements étrangers : comment protéger les intérêts de l’UE », Parlement européen, le 26 janvier 2018
  • « For Merkel, some China investments are more welcome than others », Bloomberg, le 27 février 2018
  • « l’Union européenne doit acquérir l’instinct de puissance », Zaki Laïdi, Le Monde, le 6 juin 2018

About Yannis BOUSTANI

est étudiant à Sciences Po Paris en master de droit économique après une année d’échange au Liban. Passionné par la géopolitique, il développe un intérêt particulier pour le Monde Arabe, les nouvelles routes de la soie et le droit appliqué à l’intelligence économique.

Retour de la Russie en RCA : entre intérêts multiples et lutte d’influence

Retour de la Russie en RCA : entre intérêts multiples et lutte d’influence

Depuis une rencontre en octobre 2017 à Sotchi entre le président centrafricain Faustin Archange Touadéra, et le ministre russe des Affaires étrangères, Serguei Lavrov, la Russie renforce son soutien militaire au régime de Bangui. La présence de « russophones » est de plus en plus marquée dans le pays et reste bien perçue par la population. Cependant, en parallèle, la Russie n’hésite pas à passer des arrangements controversés avec des groupes armés « rebelles » afin de satisfaire ses intérêts économiques. Dans le cadre d’une stratégie globale visant à remettre les pieds sur le continent africain, le Kremlin accroit progressivement son influence en République centrafricaine (RCA) et semble affaiblir celle d’autres puissances, telles que la France.  

Appui militaire au gouvernement et bonne perception par les populations

Suite à la signature d’un accord -resté confidentiel- à Sotchi sous l’impulsion du directeur de cabinet du président centrafricain, Firmin Ngrabada[1], Moscou a fortement renforcé sa présence militaire en RCA. Tout d’abord, la Russie livre depuis mi-janvier de considérables dons d’armes à Bangui dans le but d’équiper les Forces armées centrafricaines (FACA). Conjointement, entre 200 et 300 conseillers militaires ont également été déployés à Bangui pour former les FACA. Pour certains, ces instructeurs seraient des « spetnasz » -forces spéciales russes-, pour d’autres il s’agirait de « mercenaires » employés par les sociétés militaires privées russes Lobaye Ltd et Sewa security Services[2]. Les instructeurs, dont le nombre excède considérablement celui qui avait été convenu tacitement avec les Nations unies, ont installé leur base dans l’ancienne propriété de l’empereur Bokassa à Bérengo. La résidence, qui s’étend sur plusieurs dizaines d’hectares, se situe près d’une ancienne piste d’atterrissage qui serait en train d’être agrandie[3].

Plusieurs accords de coopération ont été signés à Sotchi entre la Russie et la RCA.

Par ailleurs, depuis le 30 mars, une quarantaine de « spetnasz », menés Valeri Zakarov, ont été placés à la tête du dispositif de protection rapprochée du président Touadéra. Ces derniers ont marginalisé les Casques bleus rwandais de la MINUSCA qui la composaient quasi-intégralement jusque-là. Le président Touadéra, qui craint un hypothétique coup d’état orchestré par les Occidentaux suite à son rapprochement avec la Russie[4], pourrait rapidement augmenter le nombre de « russophones » dans la garde présidentielle.

Cette implantation militaire russe est légitimée par une situation sécuritaire très critique[5]. Alors que la réforme du système de sécurité (RSS) centrafricain menée par l’Union européenne prend du temps, les 13 000 Casques bleus de la MINUSCA se sont montrés incapables de protéger efficacement les populations civiles depuis le retrait de l’opération française Sangaris en 2016. Les dernières manœuvres de l’opération de paix contre les « criminels » du MK5 ont ravivé les tensions entre les groupes armés dans un pays où l’autorité étatique reste toujours quasi insignifiante. En avril 2018, alors que le président Touadéra a appelé à augmenter les effectifs de l’opération onusienne, une source diplomatique russe a d’ailleurs indiqué que son pays n’excluait pas la possibilité d’envoyer des Casques bleus sur le terrain[6].

Enfin il est intéressant de constater que malgré la barrière des langues, les soldats russophones bénéficient d’une bonne image au sein de la population centrafricaine. D’une part, la levée partielle de l’embargo a été bien perçue par les Centrafricains. D’autre part, selon plusieurs habitants de Bangui, la Russie serait aujourd’hui la seule puissance capable de les protéger. Moscou mène en outre des opérations humanitaires pour s’assurer la sympathie des populations[7]. Pour sa part, l’image de la France semble fortement détériorée dans le pays. Elle est accusée de néocolonialisme, d’être responsable de la situation actuelle de la RCA en raison de sa « mauvaise gouvernance »[8], voire même de pactiser avec les groupes de l’ex-Séléka.

La Russie ne ferme la porte à aucun acteur afin de satisfaire ses intérêts économiques

Si la Russie est fortement impliquée dans un soutien au gouvernement, elle ne ferme pas pour autant le dialogue avec certains groupes armés de l’ex-Séléka. Le Kremlin utilise comme intermédiaire le russophone et ex-leader de la Séléka, Michel Djotodia, aujourd’hui réfugié au Bénin[9]. Cependant, la présence de plusieurs médiateurs russes à Kaga-Bandoro début mai[10] ou dans le quartier musulman du Pk5[11] montre que Moscou négocie aussi directement sur le terrain. Si certains groupes armés semblent pour l’instant exclus des négociations -MPC- ou réticents à tout accord -UPC-, le Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC) de Nourredine Adam a déjà trouvé un terrain d’entente avec Moscou[12]. Afin de faciliter les négociations, l’ex-numéro 2 de la Séléka aurait touché d’importantes sommes d’argents, ainsi que quelques biens immobiliers au Tchad.

L’ouverture de discussions de la part des Russes avec ces groupes « rebelles » s’expliquerait principalement par la volonté de satisfaire des intérêts économiques. L’intérêt russe pour les ressources minières de la RCA n’est un secret pour personne et lors de l’entretien de Sotchi, le « potentiel significatif d’un partenariat en matière d’exploitation minière » avait été constaté par les deux parties. Or, le FPRC contrôle de riches zones minières (diamants, or, platine …) et quelques gisements de pétrole dans le nord du pays. Depuis fin avril, plusieurs dizaines de camions russes sont arrivés dans la région de Ndélé et de Birao depuis le Soudan, officiellement pour rénover des hôpitaux. Selon certaines sources, Nourredine Adam permettrait aux camions russes de prospecter librement le sous-sol de son territoire, à condition que Moscou lui fournisse des armes lourdes et qu’elle lui verse un taux de 30% sur les revenus liés à l’exploitation des ressources premières[13]. Les Russes ont pu profiter du retrait des entreprises chinoises à la fin de l’année 2017, alors qu’elles étaient présentes dans le nord du pays depuis 2003. Ces dernières ont été chassées de la région par Nourredine Adam, en raison d’une prise de position trop marquée de la Chine envers le gouvernement de Bangui[14].

Moscou s’affirme au milieu d’une lutte d’influence entre grandes puissances

En renforçant ses positions en RCA, la Russie marque des points dans un pays où plusieurs grandes puissances semblent se mener une lutte d’influence[15]. Selon Thierry Vircoulon, la RCA serait « un Etat à genoux et à vendre » et des puissances émergentes ou « revanchardes » -telles que la Chine et la Russie- sont accueillies à bras ouvert par Touadéra.

Tout d’abord, la Russie dépoussière son image de puissance anti-impérialiste et tente de réactiver les solides relations qu’avaient entretenues les deux pays de 1960 à 1980, en plein contexte de guerre froide. Au-delà de sa volonté de renforcer ses intérêts économiques et sa coopération sécuritaire, la Russie est bien consciente que la RCA, située sur un carrefour en plein cœur de l’Afrique subsaharienne, offre une position bien plus stratégique que le Soudan. Le chercheur de l’IRIS Arnaud Dubien[16] explique que cette implantation en RCA n’est pas un cas isolé puisqu’elle s’inscrit dans une large stratégie à l’échelle continentale lancée par Moscou depuis quelques années.

De surcroît, la Chine souhaite également renforcer sa coopération avec le pays. Principalement intéressée par les matières premières du pays, elle veut également renforcer ses intérêts en matière de coopération militaire. Tout comme la Russie, le refus d’ingérence de la Chine sur des questions politiques a toujours été bien perçu par le régime centrafricain. Pékin a effectué plusieurs gestes amicaux envers Bangui ces dernières années, dont le dernier en date est l’exemption partielle de dettes équivalentes à 17 milliards de franc CFA -soit 26 millions d’euros- en janvier 2018[17].

A contrario, l’influence des pays occidentaux semble légèrement sur le reculoir. La France, qui a mené sept interventions militaires en RCA depuis l’indépendance du pays, semble avoir de plus en plus de difficultés à dialoguer avec F.A. Touadéra. Le renouvellement de personnel au sein son ambassade à Bangui depuis mars 2018 témoigne de cette problématique. Contrairement aux Russes, Paris ne dispose sur place que de 81 formateurs militaires et de quelques drones. La France se serait en outre fait doubler par Moscou sur l’importante livraison d’armes adressée aux FACA. Enfin, des spécialistes russes de la désinformation seraient également arrivés dans le pays[18] afin de détériorer encore davantage l’image de l’ex-colonisateur. Néanmoins, cette perte d’influence reste relative et le « show of force » de Mirage 2000 au-dessus de Kaga-Bandoro mi-mai a montré que Paris avait encore son mot à dire.

Enfin, s’ils restent inquiets pas rapport à la mise en place progressive d’un axe Angola-Soudan par Moscou, les Etats-Unis de Donald Trump semblent porter peu d’intérêt pour l’Afrique centrale. Les Etats-Unis feraient pour l’instant confiance à la France sur ce dossier, qui se déroule dans ce qu’ils considèrent comme son « arrière-cour ». A noter qu’en réaction au don d’armes attribué par Moscou aux FACA, les Etats-Unis ont tout de même fait un don de 12,6 milliards de dollars destiné aux programmes de formation et d’équipement de l’armée centrafricaine.

En somme, l’accord signé à Sotchi en octobre 2017 a permis à la Russie de renforcer sa coopération militaire avec Bangui. Cette dernière se traduit par un soutien militaire de plus en plus important, officiellement dans le but soutenir le régime de Touadéra contre des groupes armés qui contrôlent 80% du territoire. Derrière cette généreuse aide militaire, Moscou espère potentiellement créer une base militaire sur une position géostratégique hors pair mais aussi se servir du cas centrafricain pour créer de nouveaux partenariats de défense avec d’autres acteurs continentaux -notamment pour vendre son matériel de défense. Moscou travaille également son image auprès des populations, dont le lien de confiance avec la MINUSCA semble quasiment rompu. Néanmoins, en parallèle, la Russie dresse son propre plan d’action qui diffère largement de celui des Nations-Unies. Afin de satisfaire ses intérêts économiques, le Kremlin n’hésite pas à passer secrètement des accords controversés avec des groupes armés afin d’exploiter le riche sous-sol centrafricain. L’influence montante de la Russie en RCA, mais aussi sur l’ensemble du continent africain, semble se faire au détriment de celle des grandes puissances occidentales. Si ces dernières ont encore une bonne longueur d’avance sur le continent, Moscou exploiterait néanmoins les opportunités qu’offrent leur dynamique de désengagement, caractérisée par un recentrage de leurs priorités stratégiques sur des questions migratoires et stricto-sécuritaires.

[1] Pacôme Pabandji , « Centrafrique : qui est Firmin Ngrebada, l’homme du rapprochement Moscou-Bangui ? », Jeune Afrique, 3 mai 2018.

[2] Rémy Ourdan, « Soldats, mercenaires et conseillers russes se multiplient dans la capitale centrafricaine », Le Monde, 23 avril 2018.

[3] Nicolas Beau,« Poutine s’installe en Centrafrique », Mondafrique, 4 mai 2018.

[4] Pacôme Pabandji, « Centrafrique : la garde rapprochée russe du président Touadéra », Jeune Afrique, 16 avril 2018.

[5] François Soudan, « Russafrique », Jeune Afrique, 22 mai 2018.

[6] Laurent Lagneau, « La Russie cherche à étendre son influence en Centrafrique », Opex 360, 27 avril 2018.

[7] « Centrafrique : La population de Ndélé dans la psychose suite à la présence russe », RJDH, 12 mai 2018.

[8] « [Reportage] RCA: à Berengo, la présence des militaires russes fait l’unanimité », RFI, 12 mars 2018.

[9]  « Centrafrique : Moscou sollicite l’ex-Séléka via Michel Djotodia », Jeune Afrique, 5 avril 2018.

[10] « RCA: une médiation russe à Kaga-Bandoro », RFI, 1er mai 2018.

[11]  « [Info RFI] Centrafrique : l’opération séduction des Russes au PK5 », RFI, 26 avril 2018.

[12] Pierrot Namsene, « L’ex-Séléka divisée sur la question russe », C.P.I, 17 mai 2018.

[13] Pierrot Namsene, « Nouredine Adam brade nos richesses », C.P.I, 14 mai 2018.

[14]China, Russia rise in C. Africa as Western influence shrinks”, AFP, 24 mai 2018.

[15] « La Centrafrique terrain d’une lutte d’influence diplomatique et sécuritaire », AFP, 19 mai 2018.

[16] Arnaud Dubien, « La Russie s’intéresse également à la nouvelle Afrique« , Le Point, 30 octobre 2017.

[17] Cyrille Yapendé, « Centrafrique : l’exemption partielle des dettes, la Chine vient de signer un protocole d’accord avec la RCA », CNC, 10 janvier 2018.

[18] Nicolas Beau, « La France muette face à Poutine », Mondafrique, 9 mai 2018.

About Clement LOBEZ

Clément Lobez, diplômé d’un master en relations internationales à l’UCO, a participé à plusieurs expériences en lien avec la consolidation de la paix en Afrique et a été assistant chercheur au GRIP dans la section « Conflits, sécurité et gouvernance en Afrique ».
Publicités

Revue de presse nationale et internationale.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :