Archives pour la catégorie Chine

Le bouclier anti-missile de l’OTAN, déployé en Inde, risque d’alimenter la course aux armements en Asie du sud

Le bouclier anti-missile de l’OTAN, déployé en Inde, risque d’alimenter la course aux armements en Asie du sud


L’Inde prévoit d’acquérir pour 1 milliard de dollars de technologie anti-missile américaine, déjà déployée dans plusieurs pays membres de l’OTAN.


Par Andrew Korybko – Le 4 août 2018 – Source orientalreview.org

andrew-korybkoSputnik signale que le ministère de la Défense indien a approuvé un accord d’achat de systèmes de missiles sol-air (NASAMS-II [National Advanced Surface to Air Missile System-II, NdT]), dans le but de protéger New Delhi, la capitale, de possibles attaques en provenance du Pakistan ou de Chine. C’est la dernière annonce en date d’une série de pays établissant des infrastructures de défense anti-missiles, partout dans le monde. Il reste cependant à comprendre comment l’Inde envisage d’intégrer cet important investissement militaire auprès des USA avec ses forces armées, principalement équipées par la Russie, surtout si l’on considère son souhait, officiel, d’acquérir le système anti-missiles S-400 vendu par Moscou, qui en théorie pourrait se poser en redondance de cette acquisition. Mais si l’on s’abstrait de ces considérations techniques et que l’on considère les enjeux stratégiques, il est irréfutable que l’Inde fait tout son possible pour contrarier les anciens équilibres stratégiques établis avec le Pakistan, son voisin et rival, en diminuant le potentiel de réponse nucléaire d’Islamabad, visant ainsi à s’assurer l’avantage dans une éventuelle guerre entre les deux pays voisins.

Il s’agit donc d’un développement déstabilisant, qui ne peut se voir suivi que de montées dans la course aux armements dans cette région. Le Pakistan peut, bien sûr, répondre de manière symétrique et faisant ses propres acquisitions de systèmes anti-missiles, mais le seul équivalent comparable aux systèmes américains est le S-400 russe, que la Russie pourrait voir un inconvénient à vendre à Islamabad, alors que New Delhi honore ses engagements d’achat du même système. Et même si l’Inde reculait face à ce programme d’acquisition – les pressions CAATSA [Les lois de sanctions américaines, souvent extra-territoriales – [« Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act », NdT] par les USA sont immenses dans ce sens – New Delhi pourrait à mots couverts menacer de cesser d’autres acquisitions militaires auprès de la Russie au cas où celle-ci arme son rival, ce qui pourrait faire réfléchir Moscou à deux fois. Les options les plus réalistes pour le Pakistan sont donc un investissement dans des satellites de détection, ou une amélioration du volet sous-marin de son programme de dissuasion nucléaire, ou encore des recherches sur les technologies de missiles hypersoniques.

Agni-V, un missile balistique intercontinental, développé par l’Organisation indienne de recherche et développement de la défense

La Chine vient de lancer un nouveau satellite pour le Pakistan, le mois dernier, et il se murmure qu’elle construit actuellement huit sous-marins pour son partenaire clé de la route de la soie, ce qui fait deux réponses en cours d’élaboration, et l’on peut supposer que des travaux sont en cours sur la troisième, mais que ceux-ci mettront plus de temps à produire des résultats tangibles. Tant que l’équilibre nucléaire peut être maintenu entre le Pakistan et l’Inde, la paix militaire au sens conventionnel reste assurée entre les deux grandes puissances ; mais toute perturbation de cet équilibre de la terreur est dangereuse à l’échelle mondiale, en raison de l’encouragement que cela apporte à chacun des deux pays de frapper l’autre en premier. Pour la stabilité du monde, il faut espérer que la parité restera assurée entre ces deux parties, et la Russie ferait bien de considérer toutes les cartes à sa main, pour continuer d’assurer que cet équilibre reste en place.

Cet article constitue une retranscription partielle de l’émission radio context countdown, diffusée sur Sputnik News le vendredi 3 aout 2018

Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime (2015). Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.

Traduit par Vincent, relu par Cat pour le Saker francophone

http://lesakerfrancophone.fr/le-bouclier-anti-missile-de-lotan-deploye-en-inde-risque-dalimenter-la-course-aux-armements-en-asie-du-sud

 

Publicités

Caché à la vue de tous à Belgrade

Caché à la vue de tous à Belgrade


Par Vladimir Goldstein – Le 3 août 2018 – Source Off Guardian

Les deux églises – Photo Vladimir Goldstein

Juste en face de mon immeuble, caché derrière de hauts bâtiments de bureaux, se trouve la grande église Saint Marc. Et cachée à l’ombre de Saint Marc, il y a une petite église orthodoxe russe. L’église de la Sainte Trinité, connue simplement comme l’église russe, est célèbre pour contenir les restes du baron Piotr Nicolaïevitch Wrangel, le chef des Blancs dans la guerre civile russe. Elle est difficile à trouver, mais heureusement, un ami m’y a emmené.

Comme nous regardions autour de l’église, pas particulièrement intéressés par Wrangel, un couple de Russes m’a demandé de le photographier devant sa tombe. Alors que j’essayais de trouver un bon angle pour la photo, j’ai remarqué une petite plaque sur un mur à proximité. Elle portait la liste des noms des Russes morts en combattant pour les Serbes yougoslaves pendant le conflit avec les Albanais séparatistes du Kosovo puis le bombardement de la Yougoslavie par l’OTAN, en 1999.

En quittant l’église, nous avons pris un petit chemin vers le haut du parc. Là, nous avons observé un autre signe brutal de cette guerre : un bâtiment détruit près de la tour de la télévision. Il portait également une plaque. Elle criait : « Zachto » (Pourquoi ?). En dessous, se trouvaient les noms de tous les gens de la télévision tués lors de cette attaque. En tout, jusqu’à 2500 civils auraient été tués par l’OTAN, selon le gouvernement yougoslave de l’époque, même si on ne connaîtra peut-être jamais leur nombre.

D’une part, la question Zachto est à la fois oiseuse et provocatrice. Elle ravive les blessures et signifie un refus d’oublier et de repartir de zéro. D’autre part, il est à l’évidence nécessaire de trouver une réponse à cette question, simplement pour prévenir les destructions futures et les meurtres absurdes.

Nous ne trouverons pas de réponses à cette question dans les récits officiels qui nous racontent que la noble administration Clinton a décidé de mettre fin aux violations flagrantes des droits de l’homme dans la situation extrêmement complexe qui régnait dans la province yougoslave du Kosovo en bombardant les Serbes pour qu’ils respectent les minorités sur leurs propres territoires et sur les territoires voisins. (En fait, le grand exode des Albanais vers l’Albanie proprement dite n’a commencé qu’après que les bombes de l’OTAN ont commencé à tomber.)

Tester les limites

Une image beaucoup plus triste émerge derrière ces histoires officielles. Pourquoi ces gens sont-ils morts ? Pourquoi cette opération de l’OTAN s’est-elle déroulée sans autorisation du Conseil de sécurité des Nations unies et sans preuve de légitime défense, comme l’exige la Charte de l’ONU ? Était-ce pour satisfaire la soif de pouvoir des dirigeants des États-Unis et de l’OTAN, des interventionnistes libéraux comme Madeleine Albright, Bill Clinton et Susan Rice? Pour apaiser la culpabilité de l’administration pour son échec à répondre au génocide au Rwanda de 1994 ? Était-ce pour installer la plus grande base militaire américaine en Europe depuis la guerre du Vietnam, le Camp Bondsteel, au Kosovo ? Pour que les Américains aient accès aux vastes richesses minières du Kosovo et à d’autres occasions de faire des affaires, y compris pour Mme Albright? Ou était-ce pour tuer une expérience yougoslave, finalement assez réussie, de « troisième voie » entre l’Ouest et l’Union soviétique ?

Il semble que ces gens aient dû mourir pour toutes ces raisons et pour la mise en pratique des doctrines de la « responsabilité de protéger » (R2P) et de la suprématie totale, ou full spectrum dominance, doctrines concoctées par les interventionnistes libéraux et les néocons à Washington. Ceux qui sont morts étaient essentiellement les cobayes d’une expérience du Nouvel Ordre Mondial, dans le but de voir jusqu’où le monde pourrait être poussé à pratiquer la R2P, une politique qui pourrait être utilisée pour masquer des ambitions impériales.

Et ça a marché. La Yougoslavie a été incapable de résister à la puissance de l’OTAN opérant hors du mandat de sa charte obsolète : défendre l’Europe occidentale contre une supposée menace soviétique. En effet, on pourrait soutenir qu’avec la fin de la guerre froide, un autre motif pour attaquer la Yougoslavie était de fournir à l’OTAN une justification de son existence. (Elle irait plus tard encore plus loin en dehors de son théâtre légal d’intervention, en Afghanistan puis en Libye.)

La Russie n’a pas pu faire grand-chose pour aider les Serbes. Ensuite l’ambassade de Chine a également été touchée, un test semble-t-il, bien que le The New York Times ait écrit que c’était une erreur. Les Chinois n’ont rien fait.

C’est ainsi que la R2P a été mise en œuvre — sans protection pour les Serbes yougoslaves. Ils ont dû mourir dans l’expérience visant à explorer les limites de la puissance des États-Unis et les limites de leur résistance.

Vladimir Golstein, ancien professeur associé à l’université de Yale, il dirige le  Department of Slavic Studies at Brown University et est un commentateur sur les affaires russes.

L’article original a été publié par Consortium News

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Diane pour le Saker francophone

 

http://lesakerfrancophone.fr/cache-a-la-vue-de-tous-a-belgrade

 

 

 

Embargo en Corée du Nord: Washington sanctionne deux sociétés russe et chinoise

Embargo en Corée du Nord: Washington sanctionne deux sociétés russe et chinoise

Washington – Le Trésor américain a annoncé des sanctions financières mercredi contre deux entreprises russe et chinoise accusées d’avoir continué à entretenir des relations commerciales avec la Corée du Nord, malgré l’embargo contre Pyongyang.

Il est reproché au groupe chinois Dalian Sun Moon Star International Logistics Trading Co et à sa filiale de Singapour SINSMS, d’avoir exporté de l’alcool et des cargaisons de cigarettes vers la Corée du Nord en falsifiant les documents de livraison.

Ce commerce « illégal » de cigarettes en Corée du Nord pèse plus d’un milliard de dollars par an, précise l’administration américaine dans un communiqué.

Une société russe, Profinet, et son directeur général Vasili Kolchanov, sont également sanctionnés pour avoir fourni des services portuaires à des bâtiments nord-coréens.

Ces vaisseaux, parmi lesquels deux pétroliers qui font déjà eux-mêmes l’objet de sanctions, ont profité de ces prestations dans les ports russes de Nakhodka, Vostochny, Vladisvostok et Slavyanka.

Ces sanctions gèlent les éventuels avoirs de ces sociétés et individus aux Etats-Unis et leur interdit tout commerce avec une entité ou un ressortissant américains.

L’inscription de ces entités sur la liste noire du Trésor « renforce l’engagement des Etats-Unis à éviter tout flux financier vers les activités et le programme d’armements de destruction massive, en accord avec les décisions du Conseil de sécurité de l’ONU », dit le communiqué.

« Le Trésor va continuer à appliquer les sanctions existantes contre la Corée du Nord et fera ce qu’il faut pour bloquer et mettre à l’index les entreprises, les ports et les vaisseaux qui facilitent des livraisons illicites et fournissent des revenus à la Corée du Nord », poursuit l’administration.

Elle dénonce aussi « les tactiques des entreprises basées en Chine, à Singapour et en Russie pour détourner les sanctions » et ajoute que celles-ci « demeureront en place jusqu’à ce nous parvenions à une vérification complète de la dénucléarisation de la Corée du Nord ».

Après une escalade des tensions sans précédent en 2017, ponctuée par des tirs de missiles et un essai nucléaire majeur de la part du régime reclus de Pyongyang, ainsi que par des sanctions internationales de plus en plus strictes en retour, l’année 2018 a été marquée par un dégel spectaculaire avec Washington.

Il a abouti au sommet historique le 12 juin à Singapour entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Mais depuis ce sommet, Washington a déploré que certains pays, Chine et Russie en tête, aient commencé à relâcher la pression sur Pyongyang.

(©AFP / 15 août 2018 16h08)

https://www.romandie.com/news/Embargo-en-Cor-e-du-Nord-Washington-sanctionne-deux-soci-t-s-russe-et-chinoise/945650.rom

Ce que nous dit la crise turque

Ce que nous dit la crise turque

Ouverture libre

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

 

Ce que nous dit la crise turque

La Turquie, non européenne, vraiment ?

La Turquie ne fait pas partie de l’Union européenne, pas les mêmes ‘racines’ chrétiennes, Théodose le Grand  a proclamé le christianisme religion d’Etat à Constantinople le 28 févier 380, il restera majoritaire dans tout l’Orient arabe longtemps après l’arrivée de l’Islam. Pas assez démocratique, elle aurait encore à apprendre des techniques électorales de Viktor Orban pour être éligible. Bref, la Turquie n’est pas du tout comme il faut.

La chute spectaculaire de la lire turque la semaine dernière dans un contexte de déficit budgétaire, de déséquilibre de la balance des paiements et de tension politique a permis de réaliser que la Turquie est bien intégrée dans l’Union européenne mais d’une manière bien plus efficace que selon une admission officielle parmi les 27. Car elle se remettra quelle que soit l’issue de cette crise bien plus vite et mieux que la Grèce qui y est assujettie. Toutes les places boursières ont été secouées pendant que dégringolait la monnaie turque. Plusieurs banques européennes sont exposées aux risques liés à la Turquie, la BNP, le groupe Unicrédit italien et l’espagnole BBVA sont scrutés par la BCE.

En cas de défaut de paiement, des mécanismes de renflouement interviendront afin d’empêcher les faillites. Le citoyen européen paiera sans savoir que ses dépôts ont nanti des investissements en Turquie et que sa contribution sera sollicitée en cas de défaut de paiement de l’emprunteur.

Selon les statistiques de la Banque des Règlements Internationaux, les banques étrangères détiennent des demandes de remboursement fin mai 2018 pour 220 milliards de dollars US dont 60% sont le fait de secteurs privés non bancaires. L’exposition directe des banques serait moindre, de l’ordre de 50 milliards. Des garanties de contrats, des indemnités dérivées de crédit et d’autres produits dérivés représentent 78 milliards supplémentaires dans les comptes bancaires étrangers, avec ici aussi plus de la moitié inscrites auprès de banques françaises, espagnoles et italiennes.

D’après les analystes de JP Morgan les cinq pays plus gros exportateurs vers la Turquie et donc vulnérables à sa dépréciation monétaire sont la Chine, l’Allemagne, la Russie, les Usa et l’Italie. Mais lorsque l’on observe l’importance des exportations vers la Turquie sur le total des exportations, c’est l’Iran qui se trouve en tête avec plus de 11% !

La Banque Centrale turque affichait en mai 2018 pour 160 milliards d’actifs détenus par des investisseurs étrangers dont les ¾ sont des titres de créances. Les investissements directs étrangers s’élevaient à 140 milliards de dollars fin mai avec une exposition particulière des fonds d’investissements néerlandais.

Toutes ces formes de solidarité dissimulée et extorquée (un fonds d’investissements place l’épargne de retraités par exemple) fait mesurer l’inanité profonde des discours politiques qui dissertent de xénophobie, islamisme, ottomanisme et autre curieuse étrangeté bien exotique à laisser enfermée en dehors des frontières.

Affaissement naturel ou assaut concerté ?

La courbequi donne la cotation de la lire turque versus dollar américain avec en abscisses le temps sur vingt ans montre un premier décrochage quand Erdogan est passé de premier ministre à président en 2014, l’amorce d’un nouvel écart du taux de change en 2016 après la tentative du coup d’État manqué, enfin l’approfondissement de cet écart qui a amorcé la chute libre actuelle à sa réélection en juin et après adoption d’une nouvelle constitution qui a étendu le pouvoir de l’exécutif. Les taux d’inflation inscrits dans un intervalle entre 6,28 à 8,85 de 2009 à 2016 ont bondi à plus de 11% à partir de 2017. La politique des taux d’intérêt bas pratiquée par la Banque Centrale turque répond à l’orientation monétaire d’Erdogan pour lequel des taux d’intérêts élevés enrichissent les riches et appauvrissent les pauvres. Elle a facilité l’inflation et la spéculation immobilière. L’inflation élevée traduit que les emprunts et les crédits sont injectés dans l’économie ‘réelle’ contrairement à ce qui se passe aux Usa par exemple où les liquidités fournies par les banques s’engouffrent dans une activité spéculative financière.

La lire a perdu 40% de sa valeur depuis le début de l’année et 30% depuis la réélection d’Erdogan en juillet. Le Président dénonce une attaque concertée de la monnaie nationale qui met en danger la 18èmeéconomie du monde avec risque de contagion des émergents et de l’Europe. Comme pour lui donner raison, Trump a annoncé pendant le cataclysme le doublement des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium turcs, les portant respectivement à 50% et 25%. La valeur des exportations concernées est peu élevée, moins d’un milliard de dollars mais l’effet psychologique s’est traduit par une baisse supplémentaire de 9% de la lire turque.

Le scepticisme des investisseurs vis-à-vis d’une politique économique imprudente d’Erdogan qui a nommé comme ministre des finances son gendre pour remplacer un technicien réputé ne justifie pas une telle spirale qui conduit à l’anéantissement d’une monnaie, car en bon pays émergent, la croissance du PIB flirte avec les7 à 8 % annuels.

Panique des marchés ?

Quel en est l’inducteur ?

Réelle rétorsion à l’égard d’un ottomanisme qui prend ses distances par rapport à l’OTAN et son traditionnel allié étasunien ? Le repositionnement de la Turquie en Syrie, la demande qu’au sigle des Brics soit ajouté la lettre T, la décision d’acquisition des missiles russes S 400, l’attraction vers l’OCS, l’organisation de coopération de Shangaï, ont accompagné le refoulement de la Turquie aux portes de l’Union européenne et ont été des préludes à la tentative de coup d’État de 2016.  Ces éléments ont-ils concouru à l’affaissement monétaire de la lire turque ?

Ou tout simplement la crise turque est-elle le point d’entrée de l’éclatement d’une bulle financière latente reconstruite dès 2008 par la Fed avec sa politique d’assouplissement monétaire et de taux d’intérêts négatifs qui a de nouveau infiltré l’économie mondiale en raison de la structure des échanges mondiaux dominés par le dollar et ses circuits ?

Destruction et restructuration

La mesure prise ce dimanche de limiter les opérations de swap de monnaie n’a eu qu’un faible effet de ralentissement de la chute. Pour stopper l’hémorragie massive, deux possibilités ou leur combinaison s’offrent à la Turquie, la voie B, blocage des capitaux ce qui va accroître la panique ou la voie C relèvement des taux d’intérêts- solution empruntée par Mahathir en Malaisie en 1998.

Qu’Erdogan agisse ou non, les institutions financières impliquées seront purgées et il sera toujours temps après un passage difficile de remettre à plat un système plus sain, protégé d’opérations spéculatives. Ce qui semble certain à l’heure actuelle, c’est le refus du gouvernement turc de recourir au FMI.

Une réponse se profile, elle est politique. L’Allemagne dénonceles mesures douanières ‘destructrices’ de Trump qui affectent tout l’environnement économique mondial et le rendent incertain. Peu de temps auparavant, l’Allemagne a annoncé l’illégalité de la présence étasunienneen Syrie. La puissance germanique devenue colonie étasunienne en plein centre de l’Europe après le plan Marshal poursuivi sous la forme de la CEA puis CEA puis Union européenne se rebiffe.

La section d’un plan-en-100-jours élaborée par le Ministère de l’Economie et des Finances indique explicitement la nécessité de diversifierles ressources et les instruments financiers. La Turquie doit se tourner vers la Chine pour souscrire des emprunts. Une ligne de crédits de 3,6 milliards de dollars US a été ouverte pour soutenir les secteurs privés, bancaires et les institutions publiques. Deux banques chinoises s’activent in situ pour assurer les échanges en renminbi. La Chine va aider la Turquie à se doter de centrales électriques nucléaires. (*) Elle va également construire des lignes où circuleront des trains à très grande vitesse. (**)

Augmenter les échanges commerciaux avec la Chine, le Mexique, la Russie et l’Inde est une priorité affirmée par le gouvernement turc.

Décidément, l’orientation se fait vers l’Est.

Badia Benjelloun

 

Notes

(*) Le savoir-faire d’Areva est outrepassé.

(**) Où donc est Alsthom, disparu et vendu à General Electric par Macron ?

http://www.dedefensa.org/article/ce-que-nous-dit-la-crise-turque

L’Asian African Growth Corridor : dernier avatar de la course à la puissance en Asie

L’Asian African Growth Corridor : dernier avatar de la course à la puissance en Asie

En marge de la tournée impériale de Xi Jinping en Afrique, Narendra Modi s’est rendu au Rwanda, en Ouganda et en Afrique du Sud. Le choix de ces trois pays, tout autant que le moment choisi pour effectuer ces visites, révèle les ambitions géopolitiques indiennes sur le continent africain. Le projet « Asia-Africa Growth Corridor » (AAGC), conçu avec le Japon, doit permettre de contrecarrer l’influence grandissante de la Chine sur ce nouveau théâtre de la course à la puissance asiatique.    

La main mise de la Chine en Afrique 

Narendra Modi et Shinzo Abe

La Chine dispose d’une influence grandissante en Afrique. Tout d’abord ses besoins en matières premières en font une des principales importatrices des produits du continent. Elle compte ainsi pour 10% des exportations africaines. D’autre part, elle participe a des nombreux projets de création d’infrastructures. A titre d’exemple, elle a offert son siège à l’Union africaine en 2012. Enfin, son modèle économique est repris par de nombreux pays. Le Rwanda notamment s’est rallié au Consensus de Pékin qui défend une émergence économique grâce à un modèle politique autoritaire. L’Afrique symbolise donc la prise de poids géopolitique chinoise.

L’histoire du corridor 

Par conséquent, l’Inde et le Japon entendent concurrencer leur rival asiatique sur ce nouveau terrain de jeu. Le projet de l’Asia-Africa Growth Corridor est donc évoqué en 2017  afin de proposer une alternative à l’initiative OBOR chinoise. Il ambitionne de valoriser des routes maritimes, seule interface entre les puissances asiatiques et l’Afrique. Ainsi, les ports indiens et ceux en Asie du Sud-Est où l’Inde et le Japon détiennent des parts stratégiques seront reliés avec les ports africains sur la façade Pacifique. Pour cela, les deux puissances asiatiques proposent de financer des réseaux industriels en Afrique afin de mieux desservir les ports. Le projet concernerait en priorité l’agriculture, la santé et la gestion des risques.

Deux approches complémentaires 

La force du potentiel partenariat indo-japonais réside dans sa combinaison de deux apports stratégiques. Le Japon dispose d’une part d’un savoir faire reconnu pour la construction d’infrastructures. Il possède donc à la fois un savoir-faire et une importante capacité de financement. D’autre part, l’Inde connait particulièrement bien les marchés africains grâce à la diaspora indienne présente sur le continent. Elle utilise en outre un levier historique. L’Inde a en effet constamment soutenu la démocratie contre le colonialisme, ce qui lui assure un certain écho. Dès lors, les deux rivaux asiatiques de la Chine exploitent une opportunité : ils associent leurs forces afin de compter sur les marchés émergents africains.

Des projets concrets

L’AAGC s’appuierait ainsi sur plusieurs réalisations. Il concernerait d’abord les ports de Chabahar en Iran et de Dawai au Myanmar. Ces deux ports sont respectivement financés par des groupes indiens et japonais. Ils constituent, de fait, une réponse au « collier de perle » chinois. En outre, plusieurs corridors ferroviaires ont déjà été construits grâce à l’aide japonaise en Afrique. C’est notamment le cas du Nacala Corridor au Mozambique.

Si l’AAGC en est encore au stade de projet, il n’aura certainement pas la même ampleur que l’initiative OBOR du rival chinois. Toutefois, il témoigne de la volonté indo-japonaise de s’associer afin de compter dans la course à la puissance en Asie. Alors que le multilatéralisme semble en panne, ce type d’initiatives, centrées sur la connexion à l’aide d’infrastructures pourrait donc s’imposer comme l’avenir des relations commerciales.

 

About Hugo CARRIE

Étudiant à HEC Paris, en double diplôme à l’Ensae ParisTech, après deux années en classe préparatoire au lycée Sainte Geneviève. Européen convaincu, passionné par les enjeux géopolitiques de l’innovation technique et des infrastructures d’échange.

L’Amérique risque de perdre sa guerre commerciale, par Joseph E. Stiglitz

L’Amérique risque de perdre sa guerre commerciale, par Joseph E. Stiglitz

Joseph E. Stiglitz, 09-08-2018

Le déficit budgétaire américain atteint de nouveaux sommets ce qui signifie qu’il se creusera encore, quelle que soit l’issue de la guerre commerciale.

Ce qui apparaissait dans un premier temps comme une simple escarmouche commerciale – après l’imposition de droits de douanes par le président américain Donald Trump sur l’acier et l’aluminium – semble s’être rapidement changé en une guerre commerciale totale contre la Chine. Si la trêve convenue entre l’Europe et les États-Unis est maintenue, l’Amérique se retrouvera principalement en conflit avec la Chine, plus qu’avec le reste du monde (le litige commercial avec le Canada et le Mexique étant bien entendu voué à perdurer, compte tenu d’exigences américaines qu’aucun des deux pays ne peut ou ne devrait accepter).

La macroéconomie
l’emporte toujours.

Au-delà de l’assertion exacte, mais désormais commune, selon laquelle tous les acteurs risquent de finir perdants, que pouvons-nous affirmer quant aux conséquences potentielles de la guerre commerciale menée par Trump? Premièrement, la macroéconomie l’emporte toujours: si l’investissement intérieur de l’Amérique continue d’excéder son épargne, le pays sera contraint d’importer des capitaux et d’enregistrer un déficit commercial important. Pire encore, en raison des réductions d’impôts adoptées en fin d’année dernière, le déficit budgétaire américain atteint de nouveaux sommets – récemment estimé à plus de 1000 milliards de dollars d’ici 2020 – ce qui signifie que le déficit commercial se creusera très certainement, quelle que soit l’issue de la guerre commerciale. L’Amérique ne pourra y échapper que si Trump plonge son pays dans la récession, et que le revenu chute à tel point que l’investissement et les importations s’effondrent.

La «meilleure» issue de l’accent étroit placé par Trump sur le déficit commercial vis-à-vis de la Chine consisterait en une amélioration de la balance bilatérale, associée à une augmentation de même ampleur du déficit vis-à-vis d’un autre pays (ou de plusieurs autres). Les États-Unis pourraient vendre davantage de gaz naturel à la Chine et lui acheter moins de machines à laver, mais ils vendraient alors moins de gaz naturel à d’autres pays, et achèteraient davantage de machines à laver en Thaïlande ou dans un autre État ayant échappé à la colère instable de Trump. Or, l’Amérique ayant interféré avec le marché, elle est vouée à payer plus cher ses importations – et à obtenir moins pour ses exportations – que cela aurait pu être le cas dans d’autres circonstances. Autrement dit, même dans le meilleur des cas, les États-Unis se retrouveront dans une situation plus défavorable qu’aujourd’hui.

Le problème des États-Unis ne se situe pas du côté de la Chine. Le problème est d’ordre intérieur: l’Amérique n’épargne pas suffisamment. Comme un grand nombre de ses compatriotes, Trump adopte une vision de trop courte vue. S’il comprenait un tant soit peu l’économie et la nécessité d’une vision à long terme, il se serait efforcé d’accroître l’épargne nationale, ce qui aurait permis d’atténuer le déficit commercial multilatéral.

Une réduction véritablement conséquente
du déficit commercial bilatéral s’avérera difficile.

Des correctifs rapides et évidents existent: la Chine pourrait acheter davantage de pétrole américain, puis le revendre à d’autres. La différence produit serait infime, avec peut-être une légère augmentation des coûts de transaction. Mais Trump pourrait au moins se targuer d’avoir éliminé le déficit commercial bilatéral.

En réalité, une réduction véritablement conséquente du déficit commercial bilatéral s’avérera difficile. À mesure de la diminution de la demande en produits chinois, le taux de change du renminbi s’affaiblira – même sans aucune intervention du gouvernement. Ceci compensera partiellement les effets des droits de douanes américains, en renforçant dans le même temps la compétitivité de la Chine vis-à-vis des autres pays, et cela même si la Chine n’utilise pas les autres instruments dont elle dispose, tels que le contrôle sur les salaires et les prix, ou qu’elle n’œuvre pas activement pour des hausses de productivité. Comme celle des États-Unis, la balance commerciale globale de la Chine est déterminée par la macroéconomie.

Si la Chine intervient plus activement et riposte plus agressivement, l’évolution de la balance commerciale Amérique-Chine pourrait se révéler encore plus infime. La douleur infligée par un camp à l’autre est difficile à déterminer. La Chine exerce un plus grand contrôle sur son économie, et entend évoluer vers un modèle de croissance axé davantage sur la demande intérieure que sur l’investissement et les exportations. Les États-Unis ne font qu’aider la Chine sur cette voie. En revanche, les manœuvres américaines interviennent à l’heure où la Chine s’efforce de gérer son excès d’endettement et de capacité; à tout le moins dans certains secteurs, l’Amérique ne devrait pas lui faciliter la tâche.

Une chose est sure: si Trump entend empêcher la Chine d’appliquer sa politique «Made in China 2025» – adoptée en 2015 pour progresser dans son objectif sur 40 ans consistant à réduire l’écart de revenu entre la Chine et les pays développés – le président américain échouera très certainement. En effet, les démarches de Trump ne pourront que renforcer la volonté des dirigeants chinois consistant à dynamiser l’innovation et à atteindre la suprématie technologique, puisqu’ils réaliseront ne pas pouvoir compter sur autrui, et comprendront que l’Amérique leur est activement hostile.

L’incompétence de l’équipe économique de Trump
est sans équivalent au niveau mondial.

Lorsqu’un pays entre en guerre, qu’elle soit commerciale ou autre, il lui faut s’assurer de la présence de généraux compétents à ses côtés – aux objectifs clairement définis, à la stratégie viable, et recueillant le soutien de la population. C’est ici que les différences entre la Chine et les États-Unis apparaissent le plus manifestement. L’incompétence de l’équipe économique de Trump est sans équivalent au niveau mondial, et la plupart des Américains ne soutiennent pas la guerre commerciale.

Le soutien populaire diminuera encore davantage à mesure que les Américains réaliseront être doublement perdants dans cette guerre: des emplois disparaîtront non seulement en raison des mesures de représailles chinoises, mais également parce que les droits de douanes américains élèveront le prix des exportations américaines et les rendront moins compétitives, de même qu’augmenteront les prix des produits qu’achèteront les Américains. Ceci pourrait provoquer la chute du taux de change du dollar, et accentuer encore davantage l’inflation aux États-Unis, le tout suscitant toujours plus d’opposition. La Fed rehausserait alors probablement les taux d’intérêt, conduisant à moins d’investissement, moins de croissance et plus de chômage.

Nous savons désormais comment Trump réagit lorsque ses mensonges sont exposés, et que ses politiques échouent: il double la mise. À plusieurs reprises, la Chine a proposé à Trump des options permettant au président américain de quitter le champ de bataille sans perdre la face, et de proclamer la victoire. Il les a toutes refusées. Peut-être l’espoir réside-t-il dans trois de ses traits de personnalité: sa préférence pour le paraître plutôt que la substance, son imprévisibilité, et son amour pour la politique des «grands hommes». Peut-être qu’à l’occasion d’une rencontre majeure avec le président Xi Jinping, il déclarera le problème résolu, avec quelques ajustements mineurs ici et là en matière de droits de douanes, et quelque geste inédit en direction d’une ouverture du marché déjà annoncée dans les plans de la Chine, de sorte que chacun puisse rentrer satisfait chez lui.

Dans une tel scénario, Trump aura alors «résolu» de manière imparfaite un problème créé par le président américain lui-même. Mais le monde issu de cette guerre stupide n’en demeurera pas moins différent: plus incertain, moins confiant dans l’État de doit à l’international, et présentant des frontières plus dures. Trump a changé le monde de manière définitive, et pour le pire. Même dans le meilleur des cas, seul Trump en sortira gagnant – son égo surdimensionné encore un peu plus gonflé.

Traduit de l’anglais par Martin Morel

Copyright: Project Syndicate, 2018.

Source : www.project-syndicate.org, Ali News, Joseph E. Stiglitz, 09-08-2018

Nous vous proposons cet article afin d’élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s’arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]

https://www.les-crises.fr/lamerique-risque-de-perdre-sa-guerre-commerciale-par-joseph-e-stiglitz/

Lutte pour le Monténégro : États-Unis contre Chine

Lutte pour le Monténégro : États-Unis contre Chine


Par Andrew Korybko – 21 juillet 2018 – Source orientalreview.org

En début de semaine, Reuters publiait un article, qui alertait sur le montant important des dettes portées par le Monténégro, en raison du projet de faire construire par la Chine une autoroute reliant la ville côtière de Bar et la ville de Boljare, à la frontière avec la Serbie. Selon l’article, le petit État des Balkans, dont la population dépasse à peine les 600.000 personnes, s’est endetté à hauteur de 809 millions d’euros pour financer cet ambitieux projet – pour lequel la nature montagneuse du pays constitue un défi – projet adopté en dépit des études critiques indiquant qu’il serait très difficile d’honorer les remboursements de cette dette, l’autoroute risquant bien de ne pas apporter le niveau de bénéfices qui en serait attendu.

Les auteurs de l’article visent évidemment à soulever l’attention sur la montée silencieuse de l’influence de la Chine en Europe, au travers des Balkans, et d’établir des comparaisons entre le Monténégro et le Sri Lanka. Ce dernier pays est communément considéré comme pris dans un supposé « piège chinois de la dette », car il s’est massivement endetté auprès de la République populaire pour financer des projets considérés comme des « éléphants blanc » à Hambantota. À l’image de l’ancien président Mahinda Rajapaksa, qui aurait ignoré les conseils économiques en optant pour sa ville natale pour porter l’emplacement de ce projet de la route de la soie, le dirigeant monténégrin de longue date Milo Đukanović pourrait avoir des raisons personnelles d’en faire autant sur cette instance.

Notoirement connu pour des allégations de corruption, il ne serait pas surprenant que lui-même et ses sbires aient établi une méthode pour tirer un bénéfice personnel de ce projet controversé, financé par la nation, sans compter le coup de pouce politique que le lancement d’un projet aussi important peut constituer pour lui. Tout ceci pourrait expliquer ses raisons d’agréer ce projet, faisant fi des risques importants, qui pourraient à l’avenir déboucher sur une dépendance économique envers la Chine de ce membre de l’OTAN ; et faisant le jeu de la Serbie voisine, bien placée pour tirer bénéfice de cette autoroute – largement au delà de son ancienne république fédérée du Monténégro.

Autoroutes monténégrines – en rouge le projet d’autoroute Bar-Boljare

 

Il serait, d’un point de vue géostratégique, étrange et tristement joyeux de voir le gouvernement monténégrin, férocement pro-américain, se faire verrouiller institutionnellement dans la « sphère d’influence » multipolaire chinoise comme suite des conséquences financières du projet d’autoroute Bar-Boljare ; ce projet n’apporterait pas grand chose à ses habitants, mais pourrait servir une cause plus large à l’échelle de la région, constituant un nouvel accès maritime pour l’allié de Pékin que constitue la Serbie. Si une dispute sino-américaine devait commencer pour l’influence sur le Monténégro, il serait étrange de voir cette ligne de front de la nouvelle guerre froide rebattre les cartes : Washington pourrait lâcher Đukanović, son mandataire sur place depuis des dizaines d’années, et envisager un changement de régime « raisonnable », tandis qu’on verrait Pékin consolider l’homme au pouvoir.

Ce scénario ne constituerait pas tout à fait une première : un jeu similaire se produit actuellement au Rwanda, pays géopolitiquement important, avec le président Kagame, longtemps considéré comme l’un des plus solides piliers américains, mais qui se tourne rapidement vers la Chine, à mesure que Washington critique son approche du pouvoir oppressive et anti-démocratique. On pourrait facilement voir les mêmes séquences se produire avec Đukanović : le précédent de Kagame, après tout, concerne un homme qui a fait couler le sang pour faire progresser les intérêts occidentaux au Congo, même si le dirigeant monténégrin de longue date pourrait s’avérer ne pas être aussi talentueux à la pratique de la survie politique que ne l’est le seigneur de guerre africain.

Cet article constitue une retransciption partielle de l’émission radio context countdown, diffusée sur Sputnik News le vendredi 20 juillet 2018.

Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime (2015). Ce texte sera inclus dans son prochain livre sur la théorie de la guerre hybride. Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.

Traduit par Vincent, relu par Cat pour le Saker francophone

http://lesakerfrancophone.fr/lutte-pour-le-montenegro-etats-unis-contre-chine

 

 

 

 

 

Lancement d’un vol direct entre Canton et Israël

Lancement d’un vol direct entre Canton et Israël

© Chine Nouvelle (Xinhua)Xinhua, le 02/08/2018 21:23

Une nouvelle ligne aérienne a été lancée jeudi entre la ville de Guangzhou, dans la province chinoise du Guangdong (sud), et Tel Aviv, deuxième plus grande ville d’Israël.

Il s’agit du premier vol direct reliant Guangzhou à Israël.

Trois vols assurés par un Boeing 787 partiront chaque semaine, réduisant le trajet entre les deux villes à environ 11 heures, selon la compagnie Hainan Airlines.

La compagnie aérienne a respectivement lancé en 2016 et 2017 deux lignes reliant Tel Aviv à Beijing et à Shanghai.

Au cours des cinq premiers mois de 2018, le nombre de passagers ayant voyagé entre la Chine et Israël a atteint 80.000, en hausse de près de 100% par rapport à la même période en 2016, selon Rao Zhiteng, du département des ventes et du marketing de la compagnie aérienne. Ce nombre devrait atteindre 220.000 après l’ouverture de la nouvelle ligne.

https://chine.in/actualite/cn/lancement-vol-direct-entre-canton-israel_111886.html

Un tweet de destruction de masse de Trump attise les tensions avec l’Iran

Un tweet de destruction de masse de Trump attise les tensions avec l’Iran

L’objectif ultime de l’administration Trump est certes un changement de régime à Téhéran, mais s’agissait-il d’un contre-feu destiné à éteindre l’incendie médiatique de la « trahison » d’Helsinki, à l’approche des élections de mi-mandat aux États-Unis ? Ou voulait-il simplement déstabiliser les géants eurasiens et leur nouvelle Route de la soie ?

Le tweet nocturne de destruction de masse du président Trump, tout en majuscules, qui menaçait l’Iran mérite une place historique dans les annales de l’art de la diplomatie.

(Au président iranien Rohani : NE RECOMMENCEZ JAMAIS, JAMAIS A MENACER LES USA OU VOUS EN SOUFFRIREZ DES CONSEQUENCES COMME PEU EN ONT SOUFFERT AUPARAVANT AU COURS DE L’HISTOIRE. NOUS NE SOMMES PLUS UN PAYS QUI SUPPORTE VOS PROPOS DEMENTIELS DE VIOLENCE ET DE MORT. SOYEZ PRUDENT!)

Mais reprenons cette affaire depuis le commencement. Après s’être retiré unilatéralement de l’accord nucléaire iranien, l’administration Trump a publié ce qui équivaut à une déclaration de guerre économique contre l’Iran et emploiera tous les moyens pour expulser la République islamique du marché pétrolier mondial – par exemple en menaçant ses alliés européens de sanctions secondaires s’ils manquent à arrêter toutes leurs importations de pétrole iranien d’ici le 4 novembre.

Le week-end dernier, l’Ayatollah Khamenei, chef suprême de l’Iran, a déclaré qu’il soutiendrait le blocage de toutes les exportations de pétrole du Moyen-Orient par le détroit d’Ormuz si les partenaires commerciaux européens de l’Iran cèdent à la pression de Washington et cessent d’acheter du pétrole iranien.

Puis le président Hassan Rouhani a emboîté le pas à Khamenei et averti les États-Unis de ne pas « taquiner la queue du lion ».

Rohani, comme en témoigne son bilan politique, s’est toujours comporté comme l’incarnation de la diplomatie. Contrairement à ce qu’en dit la propagande prévisible des médias américains, il n’a jamais « menacé » d’attaquer les États-Unis. Téhéran était heureux d’offrir à Washington la « mère de toutes les paix ». Mais si Trump préfère attaquer l’Iran, alors (les italiques sont de moi) cela ouvrirait la voie à la Mère de toutes les Guerres.

L’objectif ultime : un changement de régime

Le fait est que l’administration Trump a abandonné un traité multilatéral parrainé par l’ONU et a lancé depuis de dangereuses opérations secrètes dans le but de renverser le régime en Iran.

L’explosion de rage de Trump, associée au discours du secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui a mis en avant les intérêts des « voix longtemps ignorées du peuple iranien », s’est heurtée à la dérision et au mépris de tout l’Iran.

Sur le plan géopolitique, les relations entre la Russie et l’Iran demeurent extrêmement solides, comme en témoigne la récente rencontre entre le président Poutine et le principal conseiller en politique étrangère de Khamenei, Ali Akbar Velayati. Comme me l’a dit le professeur Mohammad Marandi de l’Université de Téhéran : « La réunion Poutine-Velayati s’est très bien passée. Velayati prévoit d’aller à Pékin dans quelques semaines. Les Iraniens détestent Trump, et tous les partis et factions politiques iraniens sont devenus beaucoup plus unis. Le discours de Rohani a été largement regardé et très bien perçu. »

Khamenei et Rohani sont sur la même longueur d’onde — et c’est très important. Ils s’accordent sur le fait que dorénavant, toute négociation avec Washington est futile. Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a donné le coup de grâce en twittant que l’Iran était là depuis des millénaires et avait vu la chute de nombreux empires. Il a conclu en paraphrasant Trump, tout en majuscules : « SOYEZ PRUDENT ».

(CONSIDÉRÉZ QUE NOUS NE SOMMES PAS IMPRESSIONNÉS : Le monde a entendu des rodomontades encore pires il y a quelques mois. Et les Iraniens en ont entendues — même si elles étaient plus civilisées — pendant 40 ans. Nous sommes là depuis des millénaires & avons vu la chute d’empires, y compris le nôtre, qui avaient perduré plus longtemps que la durée de vie de certains pays. SOYEZ PRUDENT !)

Tout le feuilleton est parasité par des commentaires consternants, par exemple ceux d’une cohorte « d’experts » américains digressant sur deux résultats prévisibles pour l’Iran : la capitulation ou l’implosion du « régime ».

Quiconque imagine que Téhéran capitulera démontre une ignorance totale de l’ambiance générale de défi et de mépris parmi le peuple iranien, alors même qu’il est confronté à des difficultés économiques massives. Et quiconque affirme qu’il y aura un changement de régime à Téhéran ne fait que répéter comme un perroquet une ligne « politique » américaine qui relève du rêve éveillé.

Les néo-conservateurs américains qui ont apporté au monde la guerre ratée de plusieurs billions de dollars en Irak auraient dû être enterrés non pas à six pieds, mais à six kilomètres sous terre. Mais, comme les morts-vivants, ils n’abandonnent jamais.

Pourtant, au Moyen-Orient, en ce moment, il y a trois personnages qui chantent et dansent comme si tout se déroulait comme prévu : Mohamed ben Salmane (MBS) d’Arabie saoudite, son mentor, Mohamed ben Zayed des Émirats Arabes Unis et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou

Certainement, ils n’ont pas entendu les conseils experts de l’ancien chef du Mossad, Meir Dagan, qui a déclaré qu’une attaque militaire contre l’Iran était « la chose la plus stupide que j’aie jamais entendue ».

Un contre-feu ?

Il est toujours possible que les majuscules de Trump soient une ruse pour distraire les Américains du scandale de la trahison d’Helsinki. La théorie tient debout quand on pense aux élections de mi-mandat imminentes, ainsi qu’au besoin absolu de Trump d’avoir l’air d’un dur pour garder les Républicains sous sa coupe. Appelez ça une brillante manœuvre stratégique de Trump. Ou de Poutine?

Mais revenons à la réalité. Les options les plus sombres seraient soit que l’Iran devienne un satellite américain, soit qu’il ferme le détroit d’Ormuz – quelque chose qui, en pratique, détruirait l’économie mondiale.

On m’a assuré que le Corps des gardiens de la révolution islamique a les moyens technologiques de bloquer le détroit et qu’ils n’hésiteraient pas à le faire plutôt que de céder, si les choses se compliquaient. Le président Rohani ne peut pas s’opposer au CGRI.

L’administration Trump a, en fait, forcé Rohani à abattre ses cartes. Toutes les branches du gouvernement iranien sont désormais unies.

L’hystérie belliqueuse actuelle est totalement irresponsable. Dans le pire scénario du détroit d’Ormuz, la marine américaine serait impuissante, car les missiles SS-N-22 Sunburn de fabrication russe pourraient faire des ravages. Washington ne pourrait bombarder qu’à partir de la base aérienne d’Al Udeid au Qatar ou d’Incirlik en Turquie. Or, ni le Qatar ni la Turquie ne semblent disposés à contrarier l’Iran.

Le Pentagone devrait bombarder des sites de missiles côtiers iraniens sur les rivages du golfe Persique. Mais ceux-ci sont très bien camouflés ; les missiles sont mobiles et les USA ne disposent pas de renseignements fiables sur le terrain. L’Iran n’a besoin de tirer qu’un seul missile à la fois. Aucun pétrolier ne pourrait espérer passer.

Les choses n’ont même pas besoin de se dégrader jusqu’à une guerre ouverte. Téhéran n’a qu’à rendre la menace crédible. Les compagnies d’assurance cesseraient d’assurer les transporteurs de pétrole. Et aucun pétrolier ne naviguerait sans assurance.

En ligne de mire, l’axe Russie-Chine-Iran

L’enjeu géopolitique est encore plus complexe. Velayati était à Moscou quelques jours avant Helsinki. Selon des sources diplomatiques, l’Iran et la Russie sont synchronisés — et coordonnent étroitement leur politique. Si la stratégie actuelle de tension persiste, elle fera monter le prix du pétrole, ce qui est aussi bon pour la Russie que pour l’Iran.

Et puis, il y a la Chine. Tsunami de sanctions ou non, Pékin est susceptible d’augmenter ses importations de pétrole en provenance d’Iran. Les « experts » selon qui l’Iran est en passe de devenir un pion de la Russie et de la Chine sont désespérément myopes. La Russie, la Chine et l’Iran sont déjà fermement alignés.

À défaut d’une guerre, la priorité absolue de l’administration Trump est de perturber la nouvelle Route de la Soie – l’Initiative Belt and Road — entre la Chine et l’Europe. Or, son principal corridor de connectivité économique traverse l’Iran.

« L’ennemi » fondamental est la Chine. Mais pour qu’un plan de division-pour-régner fonctionne, encore faudrait-il tenter d’attirer la Russie dans une sorte d’entente cordiale. Et en parallèle, la déstabilisation de la Perse est un must. Après tout, c’est ce que le régime Cheney qualifiait de « grand prix ».

Par Pepe Escobar
Paru sur Asia Times sous le titre Tweet of Mass Destruction ratchets up tension on Iran
Traduction Entelekheia
Image Pixabay

http://www.afrique-asie.fr/un-tweet-de-destruction-de-masse-de-trump-attise-les-tensions-avec-liran/

 

 

Et si la politique de Trump profitait au final à la Chine ?

Et si la politique de Trump profitait au final à la Chine ?

Et si la politique de Trump profitait au final à la Chine  ?

Et si la politique protectionniste de Donald Trump servait avant tout les intérêts de la Chine ?  Selon Automotive News, la guerre commerciale lancée par le locataire de la Maison Blanche ventant les mérites de l’America  First offre en effet un avantage inattendu à l’industrie automobile chinoise.

Les États-Unis ont été de loin le plus gros marché d’exportation pour la Chine pendant de nombreuses années. Pour cette raison, la guerre commerciale que le président américain Donald Trump mène contre la Chine pourrait bien – au premier abord – saper la croissance de l’économie chinoise. Mais, selon le journal, l’industrie automobile chinoise a peu à perdre et beaucoup plus à gagner de la croisade menée par Trump … mais aussi de la riposte du gouvernement chinois qu’elle a engendrée. Chose que l’administration Trump n’avait probablement pas prévu ou du moins anticipé.

La Chine « riposte » en ouvrant la porte aux constructeurs étrangers

Face aux menaces et aux tarifs douaniers souhaités par le Président américain, Pékin a annoncé en mai dernier des plans visant à éliminer toutes les restrictions sur les constructeurs étrangers opérant en Chine d’ici 2022, y compris le plafond de 50 % concernant la propriété étrangère des coentreprises manufacturières dans le pays.

Au final, le mouvement de déréglementation, destiné initialement à désamorcer les tensions sur le commerce bilatéral entre la Chine et les États-Unis, devrait permettre aux constructeurs automobiles étrangers de prendre le contrôle d’entités locales et de mieux protéger leur technologie et leur propriété intellectuelle. Il a fait son chemin au sein des constructeurs automobiles mondiaux, et tout particulièrement des groupes allemands.

BMW développe sa production chinoise

BMW vient de signer début juillet un accord avec son partenaire local Brilliance Automotive Group pour augmenter la capacité  de production annuelle de sa coentreprise dans la ville de Shenyang à 520 000 unités en 2019. Cela fera de la coentreprise la plus grande base de production de BMW au monde, dépassant son usine d’assemblage US de Spartanburg.

Le constructeur allemand prévoit également de débuter la production chinoise de la BMW iX3 100% électrique en 2020 dans le cadre de la joint-venture, pour une commercialisation destinée aux marchés chinois et étrangers.

Volkswagen : implantations chinoises dans l’électrique

Le groupe Volkswagen a également convenu il y a quelques jours de créer un centre de R & D dans le cadre de son partenariat avec Jianghuai Automobile pour aider au développement de véhicules électriques pour la marque Seat en Chine.

En outre, VW a signé un accord avec un partenaire d’une autre coentreprise, China FAW Group, pour développer conjointement une infrastructure de recharge de batteries et des services connexes pour les véhicules électriques ainsi que des services de véhicules intelligents et de véhicules connectés.

Le géant allemand de l’automobile prévoit de déployer au cours des sept à huit prochaines années 40 véhicules électriques produits localement en Chine sous différentes marques, à travers ses joint-ventures avec JAC, FAW et SAIC Motor Corp.

VW s’est également engagé à investir quelque 15 milliards d’euros (117 milliards de yuans) dans la mobilité électrique, la conduite autonome, la numérisation et les nouveaux services de mobilité, avec ses trois partenaires chinois.

Effet Trump : investissements en Chine au lieu des Etats-Unis

En ciblant la Chine et son excédent commercial avec les États-Unis, Trump espère protéger les emplois américains et contraindre à davantage d’investissements sur le territoire US . Mais cela s’est avéré être un vœu pieux, même avec les constructeurs automobiles américains … comme Tesla.

Il est vrai que la Chine est le deuxième plus grand marché de Tesla après les États-Unis. En 2017, Tesla a tiré 17% de ses revenus annuels du marché chinois.

Rappelons que le 6 juillet dernier, l’administration Trump a imposé des droits de douane de 25% sur 34 milliards de dollars de marchandises chinoises. Le même jour, Pékin a riposté en imposant un niveau égal de droits sur les importations américaines. Les véhicules produits aux États-Unis sont depuis soumis à 40% de droits de douane à la frontière chinoise.

Pour éviter que le lourd tarif ne compromette les ventes, le PDG de Tesla, Elon Musk, a décidé de construire des véhicules en Chine plus tôt que prévu. Mardi dernier, il s’est rendu à Shanghai pour signer un accord avec le gouvernement de la ville afin d’établir une usine d’assemblage dans la banlieue de Shanghai.

L’usine, dont la production devrait débuter en 2020, devrait produire au final jusqu’à un demi-million de véhicules électriques par an. Ce sera la première usine d’assemblage de Tesla à l’extérieur des États-Unis.

Les constructeurs US poussés à s’implanter à Chine

Contre vents et marées, Trump se montre encore prêt à intensifier la guerre commerciale avec la Chine. Cette semaine, les États-Unis ont publié une liste de 200 milliards de dollars de marchandises chinoises qui seront assujetties à un tarif additionnel de 10 % plus tard d’ici la fin de l’année.

Certes, les tarifs prohibitifs souhaités par Trump à l’encontre des produits chinois ont réduit à néant les plans de certains constructeurs automobiles chinois, notamment Great Wall et Guangzhou de faire leur entrée aux États-Unis.

Mais comme parallèlement le Président américain a incité Pékin à assouplir les règles de propriété étrangère et à augmenter les tarifs sur les véhicules fabriqués aux États-Unis, les marques automobiles mondiales, y compris certaines marques américaines, suivront probablement les pas de BMW, VW et Tesla et développeront leurs implantations locales, estiment les analystes. Qui sera alors le vrai gagnant : la Chine ou les Etats-Unis ? That’s the big question !

Tout cela signifie que le différend commercial que les États-Unis ont déclenché sous l’administration Trump continuera de fonctionner en faveur de l’ensemble de l’industrie automobile chinoise, sinon de l’économie chinoise estime pour sa part Automotive News.

Sources : Automotive News

http://www.leblogfinance.com/2018/07/et-si-la-politique-de-trump-profitait-au-final-a-la-chine.html