Archives pour la catégorie Christianisme

L’Ukraine au bord d’une guerre de religion qui semble servir certains intérêts

samedi 29 septembre 2018

L’Ukraine au bord d’une guerre de religion qui semble servir certains intérêts

Ukraine, région de Ternopol, septembre 2015
Le rythme des agressions contre l’Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou s’est accéléré depuis le Maïdan en 2014. En 4 ans, 50 églises ont été transférées par la violence et en toute illégalité du Patriarcat de Moscou à l’Eglise renégate de Filaret. En ce sens, les démarches du Patriarche de Constantinople ne peuvent qu’aggraver la situation, ce que vient de démontrer cette dernière prise par la violence, hier, de l’église orthodoxe de la région de Ivano-Frankovsk, faisant plusieurs blessés au passage. Dans tous les cas de ce genre, l’on note une collusion entre le groupe extrémiste Secteur droit, les forces de l’ordre et les renégats. Et aucune réaction sérieuse de la communauté internationale, qui laisse ces crimes se dérouler dans la plus grande indifférence. A moins que cela ne corresponde à certains intérêts.

Hier, en pleine journée, à 13h, les croyants ont aperçu un groupe d’hommes musclés et des villageois sont arrivés pour tenter d’empêcher les membres de Secteur droit de s’emparer de l’église de la Sainte Trinité dans la région de Ivano-Frankovsk, en Ukraine. Mais les radicaux sont passés par une porte latérale qui mène à l’école de musique, ont brisé les fenêtres et les portes, ont pénétré dans l’église et agressé physiquement les croyants, faisant plusieurs blessés, dont un violemment à la tête, et le prêtre a le bras cassé. Tous les croyants ont été mis dans la rue et les radicaux ont changé les serrures, s’appropriant de facto l’église, dans la plus pure tradition des bandits ou des mafieux. Cela s’est passé tellement vite, qu’il n’a pas été possible de le fixer en images.
Rappelons que cela intervient alors que le Métropolite de Kiev Onufrii a refusé de rencontrer les envoyés américains et canadiens du Patriarche de Constantinople. Ce qui est certainement une coïncidence.
Mais voici d’autres cas en vidéo:
Depuis 4 ans, 50 églises ont été de prises de cette manière à l’Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou et transférées aux renégats de Filaret. Entre mai et août 2018, l’on recense 6 cas, dont deux seulement ont donné lieu à l’ouverture d’une enquête pénale – qui n’a débouché sur rien à ce jour.
Un rapport a été remis à l’OSCE par l’ONG Public Advocacy sur les persécutions subies par l’Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou, rapport qui lui non plus n’a débouché sur rien:

Durant cette période (2013-2015), il a enregistré plus de 120 attaques, dont 36 contre des églises du Patriarcat de Moscou, 13 incendies volontaires d’églises et 13 agressions contre des ecclésiastiques de la part des radicaux.

Dans tous les cas, les gros bras sont prêtés par les groupes extrémistes au profit de cette « Eglise nationaliste » que le Patriarche de Constantinople, avec l’appui des Etats-Unis et du Canada ont la folie de vouloir reconnaître.

Voici quelques vidéo illustrant leurs crimes.

Tourk, région de Lvov, septembre 2014

Village de Pyichié, décembre 2015
Septembre 2015, région de Ternopol: ici il y a eu 15 blessés, suite à l’action commune de la police, de la Garde nationale et des renégats
Toujours dans cette région le 26 avril, dans le village de Kolossov: les croyants et les habitants se sont battus contre plus de 60 radicaux de Secteur droit et ont réussi à garder leur église après toute une journée d’affrontements
Parfois aussi les uniates tentent, eux aussi avec l’aide de Secteur droit, de prendre possession des églises orthodoxes du Patriarcat de Moscou, ressortant les mêmes « arguments » que les radicaux, dont le principal est que tout prêtre de cette Eglise ne peut être qu’un agent des services spéciaux russes, voir la vidéo ci-dessous dans le village de Kolomy:
Pour les russophones, voici un reportage sur la tragédie de la persécution menée contre l’Eglise orthodoxe ukrainienne et donc contre les gens, tous ceux qui simplement croient, viennent prier et sont victimes d’agression, dans leur pays, uniquement en raison de leur croyance.
Et tout cela se passe dans l’indifférence internationale la plus totale, parce que la communauté internationale a pris le parti de l’Ukraine, sans recul, sans réflexion, simplement parce que dans un jeu géopolitique atlantiste, cela était alors « nécessaire » vue son allégeance. Et maintenant, comment reconnaître que l’on a soutenu – et que l’on soutient – des fanatiques, des extrémistes sans remettre en cause les choix qui ont été fait il y a quatre ans?
L’Europe va-t-elle laisser une guerre de religion se développer à ses portes, en Ukraine, briser totalement un pays déjà à l’agonie pour simplement ne pas révéler sa propre turpitude? A moins qu’elle ne couvre volontairement des mouvements qu’elle approuve?

2 commentaires:

  1. L’Union européenne couvre volontairement ces mouvements parce qu’elle les approuve, tout ce qu’elle pourra faire contre la Russie elle le fera, sinon elle aurait condamnée toutes ces violences il y a longtemps.

    Répondre

  2. Plus large que cela; le Christianisme primitif, malgré l’édulcoration par le protestantisme, et même avant par la religion-institution de Constantin, est si puissant, qu’il faut le détruire pour la possession du monde. Les francs-maçons, faux socialistes, droites classiques, faux antifas etc. bref la raison toute puissante ou « Satan » sont à l’oeuvre; idem de la création du dieu de croyance, d’assujétissement de l’islam.

https://russiepolitics.blogspot.com/2018/09/lukraine-au-bord-dune-guerre-de.html

Publicités

Société L’araméen, quand la langue de Jésus renaît dans le New Jersey

Société L’araméen, quand la langue de Jésus renaît dans le New Jersey

Fuyant le Moyen-Orient et installés aux États-Unis, les exilés syriaques apprennent à leurs descendants la langue araméenne, quasi disparue.

Un centre commercial, à un quart d’heure de Manhattan. Voilà bien le dernier endroit où je m’attendais à entendre parler la langue du Christ. Et pourtant, c’est là, dans le nord du New Jersey, que des chrétiens syriaques, chassés du Moyen-Orient par les violences et les persécutions, sont venus poser leurs valises il y a quelques décennies. Si Jacob Hanikhe voit son vœu exaucé, cela restera aussi l’un des rares endroits où l’araméen, langue ancienne que l’on retrouve tout au long du Talmud [un ouvrage fondamental du judaïsme rabbinique] et des Évangiles, est une langue vivante.

Les chrétiens syriaques, assyriens et chaldéens (le nom qu’ils se donnent peut varier mais la plupart reconnaissent appartenir au même groupe ethnique) sont originaires du Moyen-Orient au départ, où leurs dialectes araméens furent un temps dominants. Poussés à la diaspora par des conflits à la fois ethniques et religieux, les chrétiens syriaques du New Jersey, soit environ 2 000 familles, pour la plupart membres de l’Église orthodoxe syriaque, se sont dotés de structures propres, comme des écoles de langue ou des restaurants.

Je retrouve Jacob Hanikhe dans un marché aux bijoux grouillant, où l’on entend parler presque autant araméen qu’anglais, dans la ville de Paramus. Joaillier de métier, il est aussi le fondateur et le directeur de l’école araméenne Saint Gabriel de Haworth, un borough du comté de Bergen, dans le New Jersey. Le fond d’écran de son ordinateur est une photo d’Eavardo, son village natal, dans la région du Tur Abdin, dans l’est de la province de Mardin, en Turquie. Le Tur Abdin, étymologiquement “la montagne des serviteurs de Dieu”, est au cœur de la vie syriaque depuis des siècles. Mélancolique, le joaillier nous montre sa maison natale et l’église dans laquelle il a été baptisé.

Les chrétiens syriaques de Turquie, des souffre-douleur

Minorité religieuse visible dans un pays à majorité musulmane, les chrétiens syriaques de Turquie ont longtemps été des souffre-douleur. “Nos affaires tournaient nettement mieux, mais on n’avait aucun droit”, raconte Jacob Hanikhe. Selon un article publié dans la revue Ethnic and Racial Studies, la communauté chrétienne de Turquie a fondu, pour ne plus représenter que 0,1 % de la population, contre près d’un cinquième au début de la Première Guerre mondiale.

Les pires attaques perpétrées contre la communauté syriaque datent de la boucherie mécanisée que fut la Grande Guerre. À l’approche du conflit, l’Empire ottoman – qui englobait alors l’essentiel de ce qui est aujourd’hui le Moyen-Orient – a redoublé d’hostilité à l’égard des communautés arméniennes et syriaques situées sur son territoire. À l’effondrement de la dynastie, à la fin de la guerre, les troupes turques et les milices kurdes ont massacré près de 2 millions de civils chrétiens, dont plusieurs centaines de milliers de Syriaques.

Bien que plusieurs groupes kurdes se soient excusés pour le rôle joué par les Kurdes [dans les tueries], la loi turque interdit de qualifier de “génocide” “l’année de l’épée”, Shato d’Sayfo en araméen. Des familles et des villages ont d’ailleurs été rebaptisés pour effacer leur histoire. Le village d’Eavardo, par exemple, est appelé Gülgöze sur les cartes officielles. Si la langue araméenne attire, c’est en partie du fait de l’histoire du peuple syriaque, qui remonte à l’époque biblique, confie Melek Yildiz, diacre de l’église orthodoxe syriaque Mor Gabriel de Haworth.

Une langue internationale sous l’Empire perse

Langue sémitique au même titre que l’arabe et l’hébreu, l’araméen trouve son origine dans les villes-États des environs de Damas, près de mille ans avant Jésus-Christ. Son usage s’est propagé à travers le Croissant fertile (aujourd’hui la Syrie et l’Irak) sous l’Empire assyrien, jusqu’à devenir une langue internationale sous l’Empire perse et rester prédominante pendant une bonne partie de l’époque islamique.

Après que les successeurs d’Alexandre le Grand ont imposé le grec comme la langue des affaires et de l’administration dans le bassin méditerranéen, l’homme de la rue a continué à parler araméen dans la vie de tous les jours. Certains noms et passages des Évangiles – comme “Eloï, Eloï, lama sabachthani” (Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Marc 15:34) – figurent tels quels, en araméen, dans le texte grec. Au Moyen-Orient, chrétiens, juifs et mandéens (disciples de Jean-Baptiste) se sont mis à parler des dialectes araméens distincts les uns des autres, et même les zoroastriens (les “mages”) se sont servis d’une écriture inspirée de l’araméen pour la langue perse.

Après la diffusion de l’islam et la montée en puissance du califat des Omeyyades, l’araméen s’est vu supplanter par son cousin arabe. Les nouveaux convertis à l’islam jugeaient à la fois politiquement et culturellement plus approprié d’adopter la langue du Coran, dont l’apprentissage ne pose guère de difficultés quand vous parlez déjà une autre langue sémitique. C’est ainsi que les dialectes syriaques de l’araméen sont devenus, jusqu’à nos jours, le symbole de l’identité chrétienne. Comme Jacob Hanikhe prend soin de me le rappeler, l’araméen est la “langue du Christ”.

Laissés libres de s’autogouverner – du moment qu’ils restaient subordonnés aux souverains musulmans –, les chrétiens de langue araméenne ont forgé des identités distinctes, syriaque, assyrienne ou chaldéenne. Pendant ce temps, bon nombre des textes grecs antiques recueillis par la “Maison de la sagesse”, l’équivalent médiéval, à Bagdad, de ce que serait une université de l’Ivy League [prestigieuses universités américaines], entraient dans la tradition littéraire arabe grâce aux traductions de moines de langue araméenne.

“On n’a pas d’État, on n’a que notre Église”

Certaines populations ont adopté la langue et l’identité arabes sans pour autant se convertir à l’islam (et quelques communautés de Syrie ont conservé l’araméen même après leur conversion à l’islam), mais pour les chrétiens syriaques, l’héritage araméen et la foi chrétienne sont indissociables. “Notre histoire est différente de toutes les autres [communautés du Moyen-Orient]. On n’a pas d’État, on n’a que notre Église”, observe Melek Yildiz. Ces liens entre la langue, l’origine ethnique et la religion syriaques leur ont valu d’être opprimés sur plusieurs fronts. Les fondamentalistes musulmans se sentaient menacés par la langue araméenne, associée à une religion extérieure à leur tradition, et les ultras turcs et arabes voyaient d’un mauvais œil les Églises de langue araméenne, expressions d’une identité ethnique à part.

C’est en Irak que l’hostilité fut la plus forte. À la répression d’État orchestrée par Saddam Hussein et son régime nationaliste panarabe ont succédé des violences religieuses aveugles après 2003, l’occupation américaine, mal gérée, ayant déclenché une guerre civile religieuse. Pendant que les milices chiites et sunnites s’écharpaient, la plupart des chrétiens, n’étant pas armés, étaient exposés aux enlèvements et aux meurtres perpétrés par des extrémistes religieux ou des gangs opportunistes. Quand ils ont proclamé la formation de l’État islamique en 2014, les salafistes ont dévasté la plaine de Ninive, le berceau historique des Syriaques en Irak, déplaçant des villages entiers et détruisant des églises séculaires.

Les archives officielles de l’archevêché syriaque de la région est des États-Unis révèlent qu’un diacre de Mossoul du nom de Micha Al-Nakkar “s’est sans doute installé à Boston ou dans les environs” dans les années 1840. De nombreux Syriaques lui ont emboîté le pas, dont des tisserands du Tur Abdin s’installant au Rhode Island pour travailler dans les soieries locales. Les archives de l’archevêché montrent que leurs enfants ont souvent fait des études de droit ou d’ingénieur.

Melek Yildiz précise que la communauté syriaque du New Jersey remonte au milieu du XIXe siècle et qu’elle a laissé sa marque. Taw Mim Semkath, une école assyrienne de Beyrouth, au Liban, refondée par des migrants du New Jersey, est ainsi “le plus vieil établissement syriaque orthodoxe encore en activité”, selon l’archevêché.

Naum Faiq, grande figure du monde littéraire néoaraméen et penseur nationaliste assyrien, est arrivé dans le New Jersey en 1912, où il a créé et alimenté plusieurs publications araméennes. L’une d’elles, appelée Huyodo, est toujours publiée par la diaspora en Suède sous le nom d’Hujådå. Cependant, beaucoup de Syriaques ont embrassé la foi d’un conjoint américain et la communauté syriaque a fondu comme neige au soleil, relève Melek Yildiz.

Akram Fouad Khater, de l’université de Caroline du Nord, évalue à environ 100 000 le nombre de sujets de l’Empire ottoman ayant émigré aux États-Unis entre 1889 et 1919. Une immense majorité d’entre eux étaient des chrétiens, dont bon nombre de Syriaques. Mais, coincés entre des nativistes hostiles et des bons samaritains paternalistes, les immigrants du Moyen-Orient ont souvent été contraints de troquer une culture jugée “peu civilisée” contre “les normes d’une classe moyenne majoritairement protestante, blanche et anglo-saxonne”.

La jeune génération est aussi celle qui a le plus soif d’apprendre

Aujourd’hui, la chain migration [à rapprocher de notre regroupement familial], qui permet à des familles entières d’obtenir un titre de séjour permanent, fait débat aux États-Unis. Pourtant, c’est ce type d’immigration qui a permis à des immigrés durs à la tâche comme Jacob Hanikhe et Melek Yildiz, de faire du New Jersey un haut lieu de la renaissance araméenne. Six mois seulement après l’ouverture de classes d’araméen, les cours de Melek Yildiz étaient pris d’assaut, et l’afflux de nouveaux arrivants a permis à la communauté de fonder plusieurs églises.

Tous les vendredis de l’année scolaire, quelque 500 enfants de la congrégation de Mor Gabriel consacrent quatre heures à l’apprentissage à la fois des dialectes syriaques et de l’araméen littéraire des textes sacrés (il existe également un dialecte assyrien, mais Jacob Hanikhe explique qu’il n’est pas très différent du syriaque). À quoi il faut ajouter les cours de catéchisme dominicaux, prodigués en araméen, et un camp d’été qui associe loisirs et enseignement religieux.

Jacob Hanikhe m’explique que la plupart des structures syriaques ne touchent aucune aide de l’État et que la revitalisation de la religion chrétienne syriaque dans le New Jersey a été autofinancée par la communauté. Le retour en force de l’araméen bénéficie également du soutien de Suroyo TV, une chaîne satellite qui diffuse des émissions en araméen dans le monde entier.

L’arrivée dans me New Jersey

Jacob Hanikhe, qui parle également anglais, turc, arabe et kurde, confie qu’il ne “déteste aucune langue” mais qu’il préfère l’araméen. Il regrette qu’il soit si difficile de toucher les jeunes Américano-Syriaques qui “tournent le dos à leur culture”, mais se réjouit de constater que la jeune génération est aussi celle qui a le plus soif d’apprendre.

Cet enthousiasme s’explique en partie par la longue histoire de cette langue, mais aussi par le fait que c’est une question de survie pour les Syriaques. Quand les générations précédentes se sont détournées de la culture araméenne au cours de leur processus d’intégration, il se trouvait encore des communautés syriaques prospères au Moyen-Orient : les atrocités à répétition du XXe siècle sont venues renforcer le rôle de la diaspora dans la préservation de leur culture.

Une vague d’immigrés syriaques en provenance de Palestine est arrivée dans le New Jersey après qu’Israël a pris la Cisjordanie et Gaza lors de la guerre des Six-Jours, en 1967, suivie par un nouvel exode de Syriaques pendant la guerre civile libanaise dans les années 1980. Melek Yildiz précise que ces Syriaques avaient déjà abandonné l’araméen au profit de l’arabe. Beaucoup d’immigrés originaires d’autres pays, comme la Turquie et l’Iran, ont également adopté les langues nationales de ces pays. Certaines familles n’ont pas parlé l’araméen pendant des générations, mais leur participation à la vie de la communauté syriaque américaine amène leurs enfants à revenir vers la langue de leurs ancêtres.

Pour autant, la tournure que prend la situation politique aux États-Unis plonge de nombreux Syriaques dans l’incertitude. Si Donald Trump s’est posé en protecteur des chrétiens du Moyen-Orient, il n’en a pas moins été élu grâce à une vague d’hostilité anti-immigrés, et les Syriaques ont compris que le discours nativiste [s’opposant à toute nouvelle immigration] du président américain ne les distinguait pas forcément des autres peuples du Moyen-Orient.

Cela dit, quelle que soit la politique migratoire des États-Unis, la communauté syriaque américaine n’est sans doute pas près de disparaître. Malgré les persécutions et les affres de l’immigration. “Si vous pensez que c’est facile, ça ne l’est pas, observe Jacob Hanikhe, mais on n’a pas le choix.”

Cet article a été publié dans sa version originale le 26/01/2018

Le pape combien de divisions ? Par Guillaume Berlat

19.août.2018 // Les Crises

Le pape combien de divisions ? Par Guillaume Berlat

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 02-07-2018

« Il faut, comme Dumersais l’observe après plusieurs écrivains, distinguer avec soin la cour de Rome, le pape et le Saint-siège » (Jean Le Rond d’Alembert). Il est vrai qu’il est difficile, parfois impossible pour le béotien de distinguer des concepts qui lui apparaissent voisins mais en réalité ne sont pas si proches qu’il n’y paraît à première vue. D’où vraisemblablement, la difficulté qui existe à porter un jugement objectif sur le bilan de l’action d’un pape. La tâche est d’autant plus ardue que le descendant de Saint Pierre est une personnalité aussi atypique et non conformiste que l’est celle du pape François, Jorge Mario Bergoglio né en 1936 à Buenos Aires (Argentine). Cinq ans après son élection (13 mars 2013) par le conclave, quels sont les premiers enseignements que l’on peut tirer du pontificat du 266e pape de l’Église catholique dans un monde aussi complexe qu’imprévisible ?

Rarement en manque d’imagination, nos perroquets à carte de presse ne font pas dans la mesure, sombrant dans l’excès alors que la prudence s’impose pour juger de son action à l’intérieur et à l’extérieur de la Cité dont il est le chef d’État. Comment juger sérieusement l’action d’un souverain pontife sur la base de sondages d’opinion (volatils par nature) alors que son action se place dans le temps long de l’intemporel (celui de l’éternité) et dans la dimension spirituelle (celle de la religion catholique) ?1 Ne dit-on pas dans les couloirs feutrés du Vatican que « le diplomate séduit, le gestionnaire déçoit » !

VOLONTÉ AFFFIRMÉE ET ASSUMÉE DE RÉFORME EN PROFONDEUR

La critique est aisée, l’art est difficile, y compris lorsque l’on sait que les voies du Seigneur sont impénétrables. Après une longue période de papamania, les critiques se font jour à l’intérieur et à l’extérieur du Vatican. Qu’en est-il des projets de réforme du pape François tant en ce qui concerne les structures que les esprits ? Que dire de la sévérité des médias ?

Une réforme des structures par les mentalités : le plaidoyer pour la « dignité humaine »

Si l’on en croit les sondages des cœurs et des âmes, les Chrétiens plébiscitent « en même temps » sa volonté de secouer le conservatisme de la Curie romaine2, voire ses excès d’apparat, en un mot son progressisme tout en critiquant sa gestion du scandale de la pédophilie (Cf. les réactions hostiles lors de son dernier déplacement en Amérique latine et, plus particulièrement, en Argentine)3. Les experts du Vatican considèrent que s’est ouverte, avec ce voyage en pays de connaissance, la crise la plus violente de son pontificat, cinq ans après son élection, le 13 mars 2013. Ce que l’on découvre au fil des ans est que le pape François met constamment l’accent sur la défense des faibles, des démunis, des méprisés face aux forts et aux puissants.

De Lampedusa, où il fulmine contre la « mondialisation de l’indifférence » qui laisse périr les migrants en mer, au discours de Santa Cruz (Bolivie) qui enrôle l’Église aux côtés des « mouvements populaires », des prisons qu’il ne cesse de visiter aux « esclaves sexuels » dont il prend la défense, le pape argentin tonne comme le « Dieu argent », les trafiquants d’êtres humains et les fabricants d’armes. N’est-il pas tenté de donner de plus crédit à la parole d’un hiérarque chilien qu’à de simples fidèles ? Ne prête-t-il pas le flanc à l’accusation de cléricalisme ? Voilà pour les critiques actuelles ! Même si les choses ont évolué dans le bon sens.

Mais, notre jugement ne peut être que balancé tant il saisit l’occasion de chacune de ses rencontres annuelles avec la Curie romaine pour critiquer administration dysfonctionnelle minée par les conflits internes. Il est le premier pape à s’exprimer avec vigueur contre les forteresses du conservatisme au Vatican. Entre la parole et l’action, il existe toujours un grand pas à franchir. Cinq ans, c’est long mais c’est court. La France est bien placée pour le savoir. Le dossier noir, qui est mis à son débit, porte sur la lutte contre la pédophilie qu’il qualifie la « plus grande des désolations que l’Église est en train de subir ». Ceci le conduit à reconnaître ses « graves erreurs d’appréciation » sur le dossier des scandales de la pédophilie touchant des ecclésiastiques au Chili4 et à prendre les mesures qui s’imposent5. Ceci mérite d’être relevé et médité par nos dirigeants politiques bonimenteurs.

Une réforme des esprits par les pratiques : la querelle des anciens et des modernes

Ouvrant le pré-synode des jeunes, en présence de 285 représentants de la jeunesse du monde entier au Vatican le 19 mars 2018, le pape François, qui vient de publier un ouvrage sur la jeunesse6, affiche un ton incisif en les encourageant à parler « sans gêne » ni peur d’énoncer des « vérités crues ». Il leur rappelle que l’éducation doit permettre de conserver une « capacité d’étonnement » et « d’ouverture au mystère de l’autre ». Il ajoute que « pour avoir une éducation complète, il faut les trois langages : celui de la tête, pour bien penser, celui du cœur pour bien sentir, et celui des mains pour bien faire »7. Lors de son message pascal (1er avril 2018), le pape François fait des jeunes sa priorité (les écouter), axe d’action structurelle pour l’Église mais aussi pour le souverain pontifical.

Ne souhaitant pas s’attaquer frontalement au dogme et à son intangibilité, le souverain pontife préfère faire évoluer les pratiques en poussant le Vatican à abandonner l’entre-soi et en s’ouvrant vers l’extérieur, vers l’avenir et la jeunesse. Pour lui, il faut que les jeunes s’engagent dans « la marche de l’Église »8. Ceci relève d’une habile stratégie de contournement. À ses yeux, le prochain synode sera le temps d’un appel lancé à l’Église pour qu’elle « retrouve un dynamisme jeune et renouvelé » et cela contre « la routine » et « on a toujours fait comme ça ». L’Église doit rester en « mode créatif » dans « l’authentique tradition chrétienne », ce qui « comporte des risques ».

Une intransigeance des médias à l’égard du pape : le manque de charité chrétienne

Les médias ne laissent rien passer. Chaque erreur est stigmatisée comme l’affaire du floutage des remarques acides du pape émérite, Benoît XVI qui conduit à la démission au puissant « ministre » de la communication du Vatican, Monseigneur Dario Vigano9. Face à la polémique qui grossissait, le Vatican a été contraint de publier tout le document accompagné d’une note qui récuse toute « manipulation »10. Il est vrai que ces mêmes médias font preuve d’une bienveillance particulière lorsqu’il s’agit des bobards, des mensonges, des contre-vérités que nous servent, à longueur de journée, nos dirigeants de droite, de gauche comme de la République en marche arrière. C’est que le pape François dérange par ses saillies régulières contre « la pétrification mentale », contre la « mondanité spirituelle ». « Faire des réformes à Rome, c’est comme nettoyer le Sphinx d’Égypte avec une brosse à dent » s’exclame-t-il ! Il agace par la tendance à faire la morale à ses troupes et même à terroriser ses collaborateurs. À quand, quelques plaintes pour « burn out » pontifical ? En un mot, il dérange par son non conformisme dans un environnement conformiste, parfois traditionnaliste.

Il est difficile d’être fort à l’extérieur avec des fragilités à l’intérieur. Ce sont ces deux voies parallèles que suit le pape François depuis plus de cinq ans. Surtout dans la mesure où « le pape est le premier dont le pontificat se déroule à l’échelle du monde »11.

VOIX SINGULIÈRE ET FORTE SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE

Il y aurait beaucoup à dire de la diplomatie vaticane tant elle est complexe, souvent entourée d’un halo de mystère, les voies du Seigneur étant par nature impénétrables12. Essayons de replacer l’action du Saint-Siège dans sa dimension absolue et dans sa dimension relative !

La diplomatie vaticane dans l’absolu : une action en dehors et au-dessus des Nations

Une diplomatie ancienne. La diplomatie vaticane est bel et bien adossée à un héritage multiséculaire, mais elle doit constamment faire face à l’inattendu. Usant du réseau planétaire de ses nonciatures, la diplomatie vaticane entend œuvrer discrètement mais utilement dans le champ du temporel. Dans son discours devant l’ONU, le 4 octobre 1965, Paul VI renonce à jouer la compétition entre les Etats souverains. Il ne se dit « investi que d’une minuscule et quasi symbolique souveraineté temporelle : le minimum nécessaire pour être libre d’exercer sa mission spirituelle et assurer ceux qui traitent avec lui qu’il est indépendant de toute souveraineté dans ce monde ». Le Saint-Siège est présent dans les grandes agences et enceintes internationales. Personne ne remet en question cette présence sur la scène mondiale, ni ne conteste le fait que le Saint-Siège est un acteur incontournable des relations internationales. Après l’ouverture de relations diplomatiques avec la Russie en 2009 (Cf. visite de Vladimir Poutine au Pape le 25 novembre 2013), le Vatican a des relations avec 174 Etats, soit plus du double de ce qui existe au début du pontificat de Jean-Paul II.

Une diplomatie de l’efficacité. Pour mener sa mission, le micro-État (44 hectares) qu’est le Vatican possède un appareil doté d’une solide expérience. À la manœuvre, le cardinal Pietro Parolin décrit par un vaticaniste comme « un diplomate courtois, à l’écoute, qui joue un rôle essentiel sur les grands dossiers internationaux, notamment dans la négociation avec les FARC, la rencontre avec Kirill, le réchauffement Cuba/États-Unis »13. Même si la structure dirigée par Richard Gallagher, prélat britannique est modeste (l’équivalent d’une direction du Quai d’Orsay), elle tire sa force de la quasi-universalité de son réseau (ses nonciatures) que l’on retrouve dans 195 États dans le monde. Seuls une dizaine n’entretient pas n’entretiennent pas de relations avec le Saint-Siège, les trois plus importants étant l’Arabie saoudite, la Chine et le Vietnam. Avec son statut d’observateur, le Vatican peut faire entendre sa voix au Conseil de l’Europe (Strasbourg), à l’OSCE et à l’AIEA (Vienne) et à l’ONU (New-York). Constant sur le sujet du désarmement, il est le premier État à avoir signé le traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN) en juillet 2017.

Une diplomatie des marges. La diplomatie du Vatican est astucieuse dans la mesure où elle échappe aux critères courants. Par sa nature même, le dirigeant du plus petit État au monde ne peut jouer dans la Cour des grands, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et détenteurs de l’arme nucléaire. Sa diplomatie, pour être efficace, se doit d’être une diplomatie des marges fondée sur une parole prophétique, sur un regard distancié. La diplomatie du Vatican excelle dans la discrétion et dans l’ombre, ce qui la rend d’autant plus efficace. Elle sait effectuer une distinction entre les conflits sur lesquels elle a prise et sur les autres, en ne dispersant pas inutilement. Elle essaie de faire preuve de clairvoyance dans le diagnostic des nombreux maux du XXIe siècle. Clairvoyance qui fait sérieusement défaut à nos dirigeants l’œil rivé sur le très court terme et sur le buzz.

Une diplomatie engagée. Ne redoutant pas de quelconques représailles sur le plan économique et commercial, la diplomatie du Vatican se réclame d’une diplomatie des valeurs. L’environnement14, les migrants… sont ses chevaux de bataille. Certains lui font parfois le reproche d’être un dirigeant d’ONG humanitaire, rompant avec certaines conceptions archaïques du message pontifical. Peu importe, en ces temps tourmentés, le pape François n’hésite pas à choisir ses combats à l’occasion des fêtes de Pâques 2018, en appelant à la fin de « l’extermination en cours » en Syrie ou à « la réconciliation en Terre sainte ». Il stigmatise le « génocide arménien ». Pour l’instant, il reste silencieux sur la question kurde. Pourquoi ? Jusqu’à quand ? Le pape François, c’est la force de la parole contre les dérives de notre époque, la force et la simplicité du message, la parole singulière qui appelle à revenir à l’essentiel qui fustige « la globalisation de l’indifférence ». En un mot, sans faire de mauvais jeu de mots, un « homme qui a choisi de faire de sa parole une arme contre les défis de notre temps »15. Une approche originale qui sied parfaitement à une autorité spirituelle.

La diplomatie vaticane dans le relatif : la médiation entre États16

La qualité de l’information. La force principale de la diplomatie du Saint-Siège tient à la qualité des informations qu’elle recueille aux quatre coins de la planète. Elle est informée en temps réel par son réseau irremplaçable d’informateurs discrets mais attentifs que sont les évêques, les cardinaux, les prêtres, les religieux, les missionnaires qui sont les témoins oculaires de ce qui passe partout, y compris dans les zones de crise et de guerre. Leurs rapports n’ont rien à envier à certains des télégrammes diplomatiques façon Norpois du Quai d’Orsay. Un véritable réseau d’espions en soutane, maugréent certains ! La diplomatie vaticane se déploie tous azimuts. Information à la source que le pape François tient des nombreuses visites que les chefs d’État et de gouvernement lui rendent régulièrement à Rome (Cf. celle d’Emmanuel Macron du 26 juin 2018). « Le défilé ne cesse jamais, le rythme est très soutenu », constate un diplomate européen. Certains vont jusqu’à dire que « le pape est l’aumônier les chefs d’État et de gouvernement » tant certains d’entre eux sont des visiteurs réguliers.

La spécificité du message. Délaissant le « centre », ce pape des « périphéries » est à Lampedusa, à Lesbos, en Albanie, en Géorgie, en Azerbaïdjan… Il se veut la conscience du monde. Le souverain pontife se place résolument du côté des humbles, des discriminés. Il incite les catholiques à aider les plus pauvres et accueillir les migrants (il met un bémol ces dernières semaines) tout en les appelant à faire chaque jour leur examen de conscience17. Son activité internationale est volontairement ciblée sur une quinzaine de dossiers et sur des endroits précis. Une action internationale articulée avec sa vision du monde. Autre axe de son pontificat, « l’écologie intégrale » qu’il défend dans son encyclique « Laudato Si’ » (2015). Comme le souligne Hubert Védrine : « cette encyclique, même si elle présente des côtés trop systématiques, a un impact profond. Elle conforte un mouvement ‘d’écologisation’, avenir de l’humanité et de l’économie ; c’est une contribution extraordinaire, tranquille, sans tapage, à une évolution des mentalités ». Le pape souhaite s’en tenir à la « sagesse du peuple ; le salut ne vient pas des experts qui cogitent dans leurs bureaux ». D’où sa critique marquée des élites. Il sait communiquer à la perfection. Une parole relayée chaque jour jusqu’aux confins de la planète par les 350 personnes de Radio Vatican, rebaptisée Vatican News depuis le 1er janvier 2018, sur tous les supports en 40 langues. Ce qui permet de « porter le pape au cœur du monde ». Un journaliste va même jusqu’à dire que Vatican News se situe dans « une logique de promotion de la marque pape François ».

La pertinence et l’actualité de son action. Le premier mouvement du Pape François sur le terrain géopolitique est la dénonciation de l’éventuelle intervention militaire en Syrie. Le grand mérite de François est d’avoir repris le flambeau du pape diplomate, que ce soit pour resserrer les liens avec l’orthodoxie, pour défendre la cause des chrétiens d’Orient, particulièrement menacés en Syrie, ou pour inviter Israéliens et Palestiniens à prier pour la paix au Vatican. Son voyage en Jordanie, Israël et Palestine (24-26 mai 2014) signe le retour de la diplomatie vaticane. Deux thématiques dominent son action : l’attention portée aux crises immédiates (Syrie, conflit israélo-palestinien, RCA) et un intérêt accru pour les questions sociétales (climat, environnement, économie, social, immigration avec sa visite à Lampedusa). Il porte à la une de l’actualité la cause des Rohingyas, minorité musulmane de Birmanie.

En Afrique, il joue les intercesseurs pour la paix au Mozambique, en Centrafrique et en RDC et projette de se rendre au Soudan du sud, ce que lui déconseille son entourage pour des raisons de sécurité. Avec en toile de fonds, la volonté d’être une « conscience dans la mondialisation ». Il stigmatise les marchés financiers, décrits comme des machines à enrichir un tout petit nombre au détriment de tous les autres, dans un document, qu’il n’a pas écrit, mais qu’il a approuvé : Oeconomica et pecuniariae quaequestiones18. Sa voix comme cette voie sont prises au sérieux. Sans être un diplomate de formation, il se révèle fin géopoliticien. A la diplomatie normative des traités, il préfère la diplomatie des mains jointes : « la prière possède une force politique à exploiter ». À la diplomatie de l’exclusion, particulièrement en vogue chez les dirigeants occidentaux, il préfère la diplomatie inclusive, jouant d’une grande habileté pour ménager tout le monde.

La déclaration d’amour de Jupiter à l’église catholique. De manière surprenante, alors qu’on l’attendait sur le thème de la laïcité, Jupiter se rend au Collège des Bernardins, le 9 avril 2018, pour y discourir (plus d’une heure comme à l’accoutumée) sur la relation entre l’État et l’église dont il veut réparer le lien19. Il rencontre le pape François à Rome le 26 juin 2018. Cette première visite se déroule sous de meilleurs auspices que celle de son prédécesseur qui fut lamentable et qui se déroula dans un contexte de polémique sur la personnalité de l’ambassadeur désigné pour représenter la France auprès du Saint-Siège20. Après un an de vaines polémiques, François Hollande retirera cette candidature inopportune. Le plus fort n’est pas celui que l’on croit.

« Le véritable doute consiste à douter de tout, y compris du bienfondé de ce doute » nous rappelle Descartes. Le défi, que doit relever le pape François, se situe aussi bien en interne qu’externe avec des évènements qui viennent de loin et les « sombres temps » (Hannah Arendt) d’un monde aux repères brouillés. Il veut en finir avec le temps des hypocrisies, des fausses pensées, de la bienpensance, du dogme mortifère et d’une liturgie désuète tout cela embrumé de langue de bois. Tout en ne récusant pas de traiter les problèmes du court terme, il place son action dans une vision à long terme. Il se méfie de l’impuissance du pouvoir. Pendant ce temps, la colère des peuples gronde. Le pape François cherche à regarder le réel en face. Son message prophétique est parfois dérangeant à l’instar des lanceurs d’alerte21. Comme le rappelle Marivaux « il faut avoir du jugement pour sentir que nous n’en avons point ». Alors que les cartes de la géopolitique sont rebattues et que les régimes autoritaires se multiplient, la force de la diplomatie du pape François tient à sa vertu, ne cherchant à vendre ni armes, ni à conquérir des marchés ou à gagner de l’influence par la force si ce n’est celle de ses idées. Ce qui lui procure une liberté de manœuvre indéniable et réelle bien que l’on puisse toujours dire, comme aurait dit Staline à Pierre Laval en 1935, le pape, combien de divisions ?

Guillaume Berlat
2 juillet 2018

1 Jean-Marie Guénois, La popularité du pape François faiblit chez les catholiques, Le Figaro, 13 mars 2018, pp. 1-2-3.
2 Cécile Chambraud, Les embarras du C9, le cénacle chargé de transformer la curie, Le Monde, 11-12 mars 2019, pp. 2-3.
3 Cécile Chambraud, La réforme du pape à l’épreuve de la pédophilie, dans Les cinq ans de François au Vatican, Le Monde, 11-12 mars 2018, pp. 1-2-3.
4 Cécile Chambraud, Le pape confesse ses « erreurs » sur la pédophilie au Chili, Le Monde, 13 avril 2018, p. 5.
5 Cécile Chambraud, Le pape accable l’église du Chili à propos de la pédophilie. Le Monde, 20-21-22 mai 2018, pp. 1-2.
6 Pape François, Dieu est jeune, Robert Laffont, 2018.
7 Marie Malzac, Le pape exhorte les jeunes au « courage » de parler sans fard, La Croix, 20 mars 2018, p. 18.
8 Jean-Marie Guénois, Le pape engage les jeunes dans la marche de l’Église, Le Figaro, 2 avril 2018, pp. 1-2-3.
9 Cécile Chambraud, Quand le Vatican « floute » les remarques acides de Benoît XVI, Le Monde, 23 mars 2018, p. 5.
10 Jean-Marie Guénois, Comment le Vatican a tronqué une lettre de Benoît XVI, Le Figaro, 19 mars 2018, p. 13.
11 Dominique Wolton rencontre avec le pape François (un dialogue inédit), Politique et société, éditions de l’Observatoire, 2017.
12 Constance Colonna Cesari, Dans les secrets de la diplomatie vaticane, Seuil, 2016.
13 Jérôme Cordellier, À quoi joue le pape François ? Géopolitique, Le Point, 5 avril 2018, pp. 44-45-46-47.
14 Pape François, Le souci de la Maison commune. Lettre encyclique Laudato Si’, Collège des Bernardins, 2015.
15 Céline Rouden, Wim Wenders, le pape et la force de la parole, La Croix, 14 mai 2018, p. 20.
16 Guillaume Berlat, François, un pape diplomate. Le passé recomposé, www.association-desinternationalistes.org , 15 septembre 2014.
17 Jean-Marie Guénois, L’appel du pape François pour tendre vers « la sainteté », Le Figaro, 10 avril 2018, p. 10.
18 Habemus pas d’âme, Le Canard enchaîné, 23 mai 2018, p. 8.
19 Cécile Chambraud, Macron veut réparer le lien » entre Eglise catholique et Etat, Le Monde, 11 avril 2018, p. 10.
20 François Hollande, Au Saint-Siège dans Les leçons du pouvoir, Stock, 2018, pp. 93-94.
21 Étienne de Montety, Lanceur d’alerte, Le Figaro, 13 mars 2018, p. 1.

Pour aider le site Proche & Moyen-Orient c’est ici

Source : Proche & Moyen-Orient, Guillaume Berlat, 02-07-2018

Nous vous proposons cet article afin d’élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s’arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]

https://www.les-crises.fr/le-pape-combien-de-divisions-par-guillaume-berlat/

Deux croix sciées sur des sommets dans les Pyrénées-Orientales

Deux croix sciées sur des sommets dans les Pyrénées-Orientales


La date où ces deux croix ont été sciées n’est pas précisée. Je lis sur le forum de discussion  Pyrénées Team que la croix installée au sommet du mont Cambre d’Aze avait disparu avant le 10 octobre  2017. S’agit-il de la même que celle dont l’évêque signale la disparition ? Rappelons que les maires des communes sur le territoire desquelles les croix étaient érigées depuis 2015 avaient donné leur accord : Hélène Josende, maire d’Angoustrine-Villeneuve-les-Escaldes pour celle du Carlit, et Jean-Luc Molinier, maire de Saint-Pierre-dels-Forcats pour celle du Cambre d’Aze. Voici le communiqué indigné de Mgr Norbert Turini, évêque du diocèse de Perpignan-Elne en date du 24 juillet.

Absent de Perpignan pour quelques jours, j’ai été mis au courant par mes collaborateurs et par la presse locale de la gravité des faits qui se sont produits aux sommets du Carlit et du Cambre d’Aze où des individus n’ont rien trouvé de mieux que de scier ces croix plantées en 2015.

Ce sont les militaires du CNEC [Centre national d’entraînement commando] qui les avaient payées, qui avaient fourni tout le matériel pour leurs poses et obtenu les autorisations du Conseil Départemental, du Parc naturel et des municipalités concernées.

Certains, au nom du respect de la laïcité avaient déjà demandé que ces croix plantées sur les sommets de nos montagnes, soient retirées, en faisant appel à la puissance publique au moyen d’une pétition.

Si la république se sent offensée par ces croix, je lui en demande pardon.Mais qui va demander pardon aux catholiques et plus largement à tous les chrétiens qui reconnaissent dans la Croix le symbole de leur foi ?
Je me demande si l’on n’est pas en train de se tromper de combat !
C’est une tradition très ancienne que des croix soient plantées au sommet de nos montagnes, pas seulement en pays catalan, mais ailleurs.

Ceux qui plantaient ces croix avant 1905 étaient dans la tradition. Et ceux qui les plantent après ne le sont plus, voire sont dans l’illégalité ? Comme si les lois de 1905 avaient supprimé toute tradition.

Il y a dans ce département et dans d’autres des gestes naturels, spontanés, qui font partie de notre culture locale et qui sont posés, non par provocation ni pour contrevenir à la loi, mais parce qu’ils sont reliés à notre propre histoire. Et, je tiens le préciser il y a des croyants mais aussi des incroyants qui s’associent à la pose de ces croix.

Je connais de fervents défenseurs de la laïcité qui n’hésitent pas pour la saint Jean-Baptiste à apporter leurs fagots de bois à la Croix du Canigou plantée en 1943. Sont-ils en contradiction avec leurs principes ? Je pense qu’ils ne se posent même pas la question, parce que c’est une tradition qui fait partie de leur culture.
Quant aux auteurs de ce délit, je suis indigné est triste pour eux.
Aujourd’hui les croix ne sont pas plantées que sur le sommet de nos montagnes mais dans la vie des migrants, des chômeurs, des malades, des handicapés, des gens de la rue, des familles sans ressources, des jeunes en grande précarité, des croyants persécutés, etc. C’est pour ces croix-là qu’il nous faut mener le vrai combat afin de faire valoir leur dignité.
Monseigneur Norbert Turini,  évêque de Perpignan-Elne

Source : diocèse de Perpignan-Elne, 26 juillet

 

Japon : douze sites chrétiens inscrits au patrimoine mondial

Japon : douze sites chrétiens inscrits au patrimoine mondial

NAGASAKI CHRISTIANS

© Nagasaki Préfecture
L’église d’Egami.
Partager

Douze sites chrétiens cachés dans la région de Nagasaki (Japon) ont été ajoutés ce week-end à la liste du Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. Ils sont d’authentiques témoignages de la foi des premiers chrétiens de l’Archipel à la fin du XVIe et du miracle catholique qui s’est joué sur ces terres pendant plusieurs siècles.

Dans la région de Nagasaki, dans la partie nord-ouest de l’île de Kyushu, douze sites ont été ont été ajoutés samedi à la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco : ils comprennent dix villages, le château Hara et la cathédrale d’Oura, construits entre le XVIIe et XIXe siècle. Présent depuis le XVIe siècle au Japon, le christianisme n’a réellement émergé qu’à partir de l’inauguration de la cathédrale d’Oura en 1865, accordée par le gouvernement de Tokyo aux missionnaires français. Avant cette date, et depuis 1549 — date à laquelle le missionnaire jésuite espagnol François-Xavier est venu évangéliser la région avec deux compagnons — les chrétiens restaient relativement cachés, les dirigeants militaires du Japon voyant d’un mauvais œil l’influence croissante des missionnaires sur le territoire.

Pus de 250 ans de persécutions

Dès 1589, les chrétiens japonais sont victimes de persécutions terribles. En 1597, 26 chrétiens appelés les « 26 martyrs de Nagasaki » refusent d’abjurer et sont crucifiés. Ce premier supplice collectif ne sera que le début. En 1622, 23 chrétiens sont brûlés et 22 décapités, toujours à Nagasaki. Pendant plus de 250 ans, les chrétiens japonais vont être ainsi persécutés au fils des gouvernements successifs.

Les sites classés apportent un témoignage culturel unique de cette longue période où les chrétiens, obligés de se cacher, ont continué malgré tout à transmettre de génération en génération la foi qui les nourrissait au quotidien. Sans prêtre, ils baptisaient eux-mêmes leurs enfants à la naissance et les éduquaient dans l’amour du Christ. La fin de la politique isolationniste japonaise en 1853 permet aux prêtres catholiques de retourner au Japon. Le 17 mars 1865, vient enfin l’heure de la délivrance. Un petit groupe de chrétiens cachés rencontrent Louis Furet et Bernard Petitjean, deux prêtres français des Missions étrangères de Paris venus au Japon dans le désir de rallumer la flamme du christianisme au Japon.

Cette année-là, les deux prêtres décident de construire l’église d’Oura, considérée comme la plus ancienne église du Japon, et la dédient aux 26 premiers martyrs exécutés. Désignée trésor national par le gouvernement en 1933, elle a malheureusement été endommagée par l’explosion de la bombe atomique larguée par les États-Unis sur Nagasaki le 9 août 1945. En 2015, le diocèse de Nagasaki a célébré le 150e anniversaire de la découverte des chrétiens cachés. Une histoire incroyable que le pape François a qualifié « d’exemplaire » et qui a inspiré le grand cinéaste Martin Scorsese pour son film Silence sorti en 2016.

Pour découvrir les 10 villages, le château et la cathédrale classés au Patrimoine mondial de l’humanité, cliquez sur le diaporama :

Après le gel de mesures israéliennes, le Saint-Sépulcre a rouvert ses portes

Après le gel de mesures israéliennes, le Saint-Sépulcre a rouvert ses portes

Des fidèles prient le 27 février 2018 devant le Saint-Sépulcre, lieu le plus saint du christianisme à Jérusalem, après sa fermeture dimanche / © AFP / Thomas COEX

Le Saint-Sépulcre, le lieu le plus saint du christianisme, a rouvert ses portes mercredi à Jérusalem après trois jours de fermeture dans un bras de fer entamé avec les autorités israéliennes.

A 04H00 locales (02H00 GMT), les larges portes en bois ont été ouvertes par deux gardiens et des pèlerins se pressaient pour visiter le site sacré.

Les Églises grecque orthodoxe, arménienne et catholique avaient annoncé mardi soir dans un communiqué conjoint que le Saint-Sépulcre serait « rouvert aux pèlerins » mercredi matin.

« Nous remercions Dieu pour le communiqué diffusé plus tôt par le Premier ministre et exprimons notre gratitude à tous ceux qui ont travaillé sans relâche afin de conserver la présence chrétienne à Jérusalem », ont-elles ajouté.

Quelques heures plus tôt, le gouvernement de Benjamin Netanyahu avait annoncé la suspension de la collecte des taxes ainsi que de l’examen d’une proposition de loi qui avaient entraîné la colère des Eglises.

Les chefs de ces églises, qui partagent la garde du site, avaient fait fermer dimanche le Saint-Sépulcre, construit sur les lieux présumés de la crucifixion et du tombeau du Christ.

Depuis lors, des milliers de pèlerins et voyageurs du monde entier, pour lesquels la visite s’annonçait comme le temps fort de leur séjour, ont trouvé portes fermées, exprimant leur dépit ou improvisant des prières sur le parvis.

– ‘Négocier une solution’ –

La mesure n’a que de rarissimes précédents au cours du quart de siècle écoulé et est à la mesure de la crispation qu’entendent exprimer les chefs des Églises.

Ces derniers dénoncent la décision récente de la municipalité israélienne de Jérusalem de leur faire payer des impôts sur une partie de leurs biens immobiliers. Les taxes ne porteraient pas sur les lieux de culte comme le Saint-Sépulcre, mais sur les biens qui génèrent des revenus, des loyers par exemple, selon la municipalité.

Les arriérés sont chiffrés par la mairie à quelque 150 millions d’euros. Autant d’argent qui ne financerait plus leurs importantes oeuvres sociales, disent les Eglises.

Elles s’insurgent aussi contre une proposition de loi qui permettrait à l’Etat israélien d’exproprier des terres vendues par l’Eglise orthodoxe à des investisseurs privés, un texte dans lequel les Eglises voient une atteinte à leurs droits de vente et donc de propriété.

M. Netanyahu et le maire de Jérusalem Nir Barkat se sont entendus sur la création d’un groupe de travail « qui négociera avec les Eglises une solution » sur les impôts, ont dit mardi les services du Premier Ministre.

Ce dernier, à la demande des Eglises, a aussi chargé un de ses ministres de se pencher sur la question des ventes de terrains, ont-ils ajouté. En attendant, « toute activité législative sur ce sujet est suspendue ».

La proposition de loi vise selon ses promoteurs à rassurer les habitants de Jérusalem qui craignent de voir les investisseurs auxquels l’Eglise aurait vendu des terres les expulser pour des programmes plus rentables.

Au-delà des impôts et du texte parlementaire, les Eglises s’alarment d’agissements visant selon elles à amoindrir la présence chrétienne à Jérusalem.

– ‘Soutenir notre Eglise’ –

Dans une ville comme Jérusalem, proclamée par les Israéliens leur capitale indivisible mais revendiquée par les Palestiniens pour capitale de l’Etat auquel ils aspirent, le soupçon d’hégémonisme au détriment des minorités n’est jamais loin.

« Nous sommes ici pour soutenir notre Eglise », a dit l’un des participants à une manifestation de soutien devant le Saint-Sépulcre, Bishara Sahwani, 48 ans, un Palestinien soutenant une immense croix.

« En imposant les biens des Eglises, les Israéliens cherchent à terme à s’approprier les terrains dans une ville où la propriété foncière reste, avec la persistance du conflit israélo-palestinien, une affaire éminemment politique », a-t-il ajouté.

Les quelque 50.000 chrétiens de Cisjordanie et de Jérusalem partagent largement avec les musulmans palestiniens une vision nationale de Jérusalem.

Le Saint-Sépulcre se trouve dans la Vieille ville à Jérusalem-Est, annexée par Israël. L’annexion est considérée comme illégale par la communauté internationale.

Les Eglises s’étaient opposées en décembre à la déclaration du président américain Donald Trump reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël.

(©AFP / 28 février 2018 09h14)

https://www.romandie.com/news/ZOOM-Apres-le-gel-de-mesures-israeliennes-le-Saint-Sepulcre-a-rouvert-ses-portes/894400.rom

Madagascar : terre de mission

Madagascar : terre de mission

Madagascar, île d’Afrique de l’Est tournée vers l’Asie, est une terre de diversité. Une diversité qui résulte en partie des 18 groupes ethniques qui la peuplent, de leurs cultures et de leurs religions.

Si près de 45% des 25 millions de malgaches sont chrétiens dont 25% de catholiques (source diplomatie.gouv.fr), la majorité des habitants pratique encore la religion traditionnelle basée sur le culte des ancêtres.

Sur place, l’Eglise catholique est une force de développement social, économique et humain. Une église locale qui grandit, soutenue par la présence de prêtres missionnaires des MEP qui vivent avec les Malgaches en ville et dans les brousses.

Dans les pas du père Bertrand et de sa mission de Tsarahasina au nord de l’ile, ou sur le chantier d’un hôpital avec le père Jean-Yves à Mananjary au sud-est, dans le développement d’un jeune diocèse à Port Bergé ou avec les jeunes volontaires en mission , ces quatre reportages vous proposent un bref aperçu de cette richesse et de cette diversité.

Les défis d’un jeune diocèse malgache

 

C´est en 1993 que naissait le tout nouveau diocèse de Port-Bergé, au nord de Madagascar. Aujourd´hui, si près de 2% de ses 700 000 habitants sont catholiques, les défis sont nombreux pour ce jeune diocèse. Dans ce territoire rural et très étendu, seuls 28 prêtres sont présents. Face au manque d´infrastructures, l´évêque du diocèse, Mgr Georges Varkey Puthiyakulangara, a défini quatre priorités : l´éducation, la formation à la foi, le développement des adultes et les vocations. Le diocèse a construit une école, des églises et a ouvert un Petit Séminaire. Mais au-delà des constructions, c´est toute la vitalité de la foi de ce diocèse qui grandit.

Prêtre missionnaire en brousse

 

Le père Bertrand de Bourran des Missions Etrangères de Paris est en mission à Madagascar depuis plus de 20 ans. Il y a 7 ans, il a démarré une nouvelle mission au Nord du pays dans le village de Tsarahasina. Dans la brousse, il construit petit à petit une église locale en rendant visite aux communautés éloignées, en construisant des écoles et des dispensaires, en vivant tout simplement avec et au milieu des malgaches. Une mission de rencontre et de partage.

Volontaires MEP à Madagascar : au service de la mission

 

Clotilde, Jeanne et Matthieu sont trois jeunes français qui ont décidé de s’engager avec les Missions étrangères de Paris en tant que volontaires. Ils sont partis pour 1 an à Madagascar pour se mettre au service des malgaches. Que ce soit dans une école, un orphelinat ou dans le projet de construction d’un hôpital, ils témoignent de cette expérience de service et de rencontre de l’autre, au nom de leur foi.

l’hôpital missionnaire de Mananjary

 

Depuis presque 10 ans, le Père Jean-Yves Lhomme, prêtre des Missions Étrangères de Paris, s’est lancé dans un projet ambitieux : la construction de l´Hôpital Saint-Anne à Mananjary, une ville côtière de Madagascar, située à 12h de route de la capitale Tananarive. Le défi : construire un hôpital qui réponde à un besoin à la fois sanitaire et missionnaire, dans un diocèse qui compte 1 000 000 d’habitants.

http://www.ktotv.com/madagascar-terre-de-mission

Comment les chrétiens font entendre leur voix à l’Unesco ?

Comment les chrétiens font entendre leur voix à l’Unesco ?

SERGE ATTAL I ONLY FRANCE
Partager

66
Commenter
0

Quand la pensée chrétienne éclaire l’Unesco. Créé en 1947, le Centre catholique international de coordination (CCIC) est une organisation présente à l’Unesco pour y porter la voix d’associations chrétiennes et de particuliers qui œuvrent pour bâtir un monde meilleur. Découverte.

« L’espérance, une conviction intérieure qui nous permet de tenir dans l’épreuve et d’avancer malgré les ténèbres ». Ce témoignage, celui du cardinal Philippe Barbarin, a été recueilli il y a quelques semaines à l’occasion des 70 ans du Centre catholique international de coordination (CCIC) auprès de l’Unesco, un organisme influent mais quasi-inconnu du « grand public ». « Le CCIC est une plateforme de réflexion, d’information, d’échange et de formation fondée sur les valeurs chrétiennes de solidarité et d’engagement, commence Christine Roche, sa présidente depuis 2012. Elle agit dans les domaines de compétences de l’Unesco, à savoir la culture et l’éducation, l’information et la communication, les sciences exactes et naturelles et les sciences humaines et sociales. » Ce qui lui confère un rôle bien particulier auprès de l’organisation des Nations unies.

Jugez-plutôt. Le CCIC compte une cinquantaine d’ONG chrétiennes membres dont l’Association internationale des Charités (AIC), la Confédération internationale saint Vincent de Paul (CSVP), Fondacio, l’Union internationale chrétienne des dirigeants d’entreprises (UNIAPAC), le mouvement international des intellectuels catholiques, l’Oeuvre d’Orient… « À la différence des ONG chrétiennes qui s’expriment directement à l’UNESCO au nom de leur foi et selon leur charisme, le CCIC se joint à la réflexion de toute la société civile », détaille Christine Roche.

La voix des chrétiens dans le monde

Mais alors quel(s) lien(s) entretient le CCIC avec le Saint-Siège ? « Nous entretenons de bonnes relations. Mgr Follo, observateur permanent du Saint-Siège à l’Unesco, est au courant de tout ce que nous faisons, nous travaillons en bonne intelligence et il n’hésite pas à nous donner des conseils. Mais le CCIC n’est pas la voix du Saint-Siège, elle est celle des chrétiens dans le monde. Nous disposons d’une liberté de ton et d’action que n’a pas le Vatican. Le CCIC pourrait s’apparenter à un trait d’union entre l’Unesco et le Saint-Siège », indique la présidente. Pour mémoire, c’est en janvier 1947 que le CCIC a été créé par Mgr Rupp, assisté de Jean Larnaud et avec l’appui de Mgr Roncalli, nonce apostolique en France. En janvier 2010, soit 63 ans plus tard, le CCIC a été officiellement établi par l’Unesco comme partenaire de consultation.

Concrètement, son action se fait en deux temps : le CCIC mène d’abord une réflexion propre en s’appuyant sur le savoir-faire et l’expérience terrain de ses membres. Dans un second temps, l’organisme lance et anime des groupes d’étude prospective en lien avec les objectifs de l’Unesco, organise des colloques et des rencontres au siège de l’organisation sur des thèmes majeurs de la société et interpelle les États membres ainsi que le secrétariat général quand la situation l’exige. En 2013, le CCIC a par exemple contribué à préparer la conférence de la famille dans le cadre de l’Année internationale de la Famille. L’occasion pour l’organisme de souligner la disparition du terme “famille” dans les différentes directives de l’Unesco… et sa réapparition progressive depuis la conférence. En 2015, au regard de l’actualité, le CCIC a également réfléchi sur la protection des biens culturels en cas de conflit armé. Plus récemment, l’organisme a constitué un groupe de travail autour de la thématique « Révolution numérique, transhumanisme et devenir humain » afin d’être présent et pertinent sur ces sujets qui vont occuper le débat public dans les prochains mois.

« Pas un lobby mais une parole »

« Le CCIC à une voix d’observateur, elle est consultative mais pas délibérative », rappelle la présidente. Ancienne professeur et chef d’établissement, Christine Roche choisit ses mots avec précision. Si ses yeux témoignent d’une grande vivacité, elle n’hésite pas à prendre quelques instants de réflexion avant de répondre. « Nous ne sommes pas un lobby mais une parole et une présence à l’Unesco. Il faut que la pensée chrétienne soit présente au sein des organismes internationaux. Et elle l’est », affirme-t-elle. Le CCIC travaille par exemple actuellement sur la journée internationale de la fille qui aura lieu le 11 octobre. « Nous sommes en train de préparer un certain nombre d’événements à destination de la communauté internationale ainsi que des presses locales afin de les sensibiliser sur les mariages précoces, les mutilations génitales, l’accès à l’école… ».

Le CCIC intervient également dans la mise en œuvre des programmes de l’Unesco. « Parce que l’Unesco n’a pas assez de fonds pour appliquer ses programmes, elle fait appel aux organisations partenaires, dont nous faisons partie, pour les financer (l’Unesco en compte près de 400 au total ndlr). On a donc notre mot à dire sur la manière dont les appliquer ». Mais plus l’aspiration est belle, plus les limites peuvent être rudes. Par exemple, le CCIC ne peut agir directement – ou indirectement – sur les résolutions concernant le conflit israélo-palestinien. « Le CCIC ne porte pas de parole politique, rappelle ainsi la présidente. Concernant le statut de Jérusalem, je reprendrais simplement les mots d’Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco : “Il est toujours dangereux de remettre en cause un équilibre historique très sensible” ».

Le levain dans la pâte

« Pour résumer l’action du CCIC, j’aime évoquer l’image du levain dans la pâte ou de la goutte d’eau dans l’océan. Si elle ne se voit pas directement, elle est pourtant indispensable au débat d’idées, rappelle avec justesse Christine Roche. Car c’est dans ce débat que se perçoit la richesse – et la beauté – humaine. Et c’est aussi cela la richesse du christianisme : le Christ est donné à tous et à chacun, en conscience. Il porte une parole de paix, d’amour, que chacun reçoit et entend à sa manière. C’est le levain dans la pâte. »

https://fr.aleteia.org/2018/01/30/comment-les-chretiens-font-entendre-leur-voix-a-lunesco/?utm_campaign=NL_fr&utm_source=daily_newsletter&utm_medium=mail&utm_content=NL_fr

Unesco/Jérusalem-Est : le Saint-Siège et le Grand rabbinat s’associent

Unesco/Jérusalem-Est : le Saint-Siège et le Grand rabbinat s’associent

© DR
Partager

0
Commenter
0

Contre la négation politique et polémique de l’histoire biblique.

Il y a un mois et demi, le conseil exécutif de l’Unesco adoptait formellement une nouvelle résolution sur les lieux saints à Jérusalem-Est, classée au patrimoine de l’humanité, provoquant un tollé en Israël où le gouvernement a aussitôt suspendu ses relations avec l’organisation. Selon cette nouvelle résolution – entérinant une précédente résolution, adoptée en avril dernier, – Jérusalem est reconnue comme une ville essentiellement arabe ou musulmane, gommant de facto aussi bien le passé et le présent juif de Jérusalem, que le passé et le présent chrétien de Jérusalem.

La résolution, censée viser entre autres à « sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de Jérusalem-Est », avait suscité une vive protestation des évêques de France. Mgr Vincent Jordy, le président du Conseil pour l’Unité des Chrétiens et les Relations avec le judaïsme, avait adressé une lettre à Mme Irina Bokova, lui rappelant que « la reconnaissance explicite de chaque communauté de croyants, le respect de cette histoire, est non seulement une question de justice mais aussi une condition de paix « . Ce que ne fait pas l’organisme,  en « semblant ignorer le lien du peuple juif et, en conséquence, de la tradition chrétienne, avec Jérusalem ».

Cette résolution, sous l’intitulé général « Palestine occupée », proposée par plusieurs pays arabes, et soutenue par la France, efface purement et simplement tout « lien entre les juifs, le Mur occidental et le Mont du Temple à Jérusalem ». Le président de la Fédération protestante de France, François Clavairoly avait également fait part de son « étonnement », et regretté une « absence de référence qui méconnaît l’histoire et efface la mémoire de plusieurs siècles ».


Lire aussi : l’Unesco efface 3000 ans d’histoire judéo-chrétienne à Jérusalem


Respect universel des lieux saints

Jusqu’ici le Saint-Siège ne s’était pas positionné. Il a attendu de rencontrer les représentants du Grand Rabbinat d’Israël, fin novembre, à Rome, pour le faire, mais en restant sur «  le général », c’est-à-dire en évitant de citer l’Unesco, « par sobriété diplomatique » affirme-t-on dans l’entourage des discussions. À l’issue de sa 14e rencontre bilatérale, la commission a néanmoins réaffirmé « le principe du respect universel pour les lieux saints de chaque religion ». Dans un document, signé par les présidents des délégations et intitulé « La paix au nom de la religion », rapporte l’Osservatore Romano du 1 décembre, la commission a « pris position avec force contre la négation politique et polémique de l’histoire biblique, exhortant toutes les nations et les religions à respecter ce lien historique et religieux ».

Urgence éducative

Devant les défis et les tragédies humaines de notre époque, elle rappelle également le rôle « indispensable » des « guides religieux » dans l’enseignement de « la tolérance et du respect » aux jeunes générations, et pour « persuader le plus efficacement possible » les autorité de leurs nations  à agir avec plus de tolérance et humanité, envers autrui et envers les plus faibles ».

Et de réitérer alors expressément l’exhortation du pape François à l’audience interreligieuse du 3 novembre dernier au Vatican : « Que soient rejetés les chemins sans but de l’opposition et de la fermeture. Qu’il n’arrive plus que les religions, à cause du comportement de certains de leurs disciples, transmettent un message qui sonne faux, en désaccord avec celui de la miséricorde », et que face aux atrocités, justifiées au nom d’une religion ou de Dieu lui-même, « que soient condamnés de façon claire ces comportements iniques qui profanent le nom de Dieu et qui polluent la recherche religieuse de l’homme (…) », favorisant au contraire, partout, « la rencontre pacifique entre les croyants et une réelle liberté religieuse ».

Après plus d’un demi-siècle de réconciliation et de dialogue fructueux entre juifs et catholiques, conclut la commission, « juifs et chrétiens sont appelés à œuvrer ensemble pour contribuer à créer la paix dans la famille humaine tout entière », en éduquant notamment «  les nouvelles générations à promouvoir la paix et le respect réciproque « .

 La France

En mai dernier, le premier ministre français, Manuel Valls, avait regretté le vote de la France à l’Unesco, soulignant devant l’assemblée nationale : « Il y a dans cette résolution de l’Unesco des formulations malheureuses, maladroites, qui heurtent et qui auraient dû être incontestablement évitées, comme ce vote ». Il faut dire que cette question tombe à un moment où la France tente de relancer le processus de paix israélo-palestinien, toujours au point mort.

https://fr.aleteia.org/2016/12/02/unescojerusalem-est-le-saint-siege-et-le-grand-rabbinat-sassocient/

Le pape François ne prononce pas le mot Rohingyas… mais appelle à agir

Le pape François ne prononce pas le mot Rohingyas… mais appelle à agir

Le pape François est arrivé jeudi 30 novembre au Bangladesh après quatre jours en Birmanie. S’il ne prononce pas le mot « Rohingyas », suscitant les critiques de la presse internationale, il ne cesse d’évoquer le drame de cette minorité musulmane persécutée.

Au palais présidenteil de Dacca, le pape François a rencontré les représentants de la société civile et les diplomates. 

ZOOM

Au palais présidenteil de Dacca, le pape François a rencontré les représentants de la société civile et les diplomates.
/ Max Rossi/REUTERS

Dire le mot. Ou pas. Tout au long de son séjour birman, la question aura été de savoir si le pape François prononcerait, ou non, le mot « Rohingyas ». Et, jeudi après-midi encore, à Dacca, capitale du Bangladesh, où sont réfugiés 900 000 Rohingyas chassés de Birmanie, le pape n’a pas prononcé le mot fatidique, tout en évoquant une nouvelle fois, et de façon très précise, leur situation.

Devant les autorités bangladaises, il a en effet félicité le Bangladesh pour son « esprit de générosité et de solidarité » et « son élan humanitaire en faveur des réfugiés arrivés en masse par l’État Rakhine, leur procurant un abri temporaire et les premières nécessités pour vivre ». « Ce résultat a été obtenu avec beaucoup de sacrifices. Cela a aussi été fait sous les yeux du monde entier », a-t-il souligné.

Le pape en Birmanie et au Bangladesh, posez vos questions à l’envoyé spécial de la Croix

« Musulmans de l’État Rakhine »

Il a insisté sur le fait qu’« aucun d’entre nous ne peut manquer d’être conscient de la gravité de la situation, de l’immense coût imposé par les souffrances humaines et les conditions de vie précaires de si nombreux de nos frères et sœurs, dont la majorité sont des femmes et des enfants, entassés dans des camps de réfugiés ».

Car François n’a pas attendu cet été que le monde s’émeuve du drame des Rohingyas. Dès février dernier, au cours d’une audience générale au Vatican, il avait invité à « prier avec lui un Notre-Père pour nos frères et sœurs rohingyas », ces « gens bons et pacifiques (…) torturés, tués, simplement pour avoir mis en avant leurs traditions, leur foi musulmane ». Une déclaration faite alors dans une indifférence quasi générale.

Sur le sol birman, comme tout chef d’État en visite, il a certes pris soin, par respect pour ses hôtes, de ne pas prononcer le mot « Rohingya ». Ce terme est très controversé pour les Birmans, pour qui il fait fi des habitants autochtones et bouddhistes de l’État Rakhine, où les musulmans ne sont arrivés que tardivement du Bengale voisin. Dès avant le départ de François de Rome, le cardinal Charles Bo, archevêque de Rangoun, avait d’ailleurs soulevé cette difficulté, conseillant au pape de parler plutôt des « musulmans de l’État Rakhine ».

Reportage À Rangoun, le pape demande aux jeunes d’être « messagers de la Bonne Nouvelle »

Le soutien du pape à Aung San Suu Kyi

Mais, sans employer le mot, François ne s’est pas privé de parler directement des Rohingyas. Ainsi, mardi à Naypyidaw, répondant à Aung San Suu Kyi qui avait, d’elle-même, évoqué la complexité de « la situation dans le Rakhine », il a souligné que « l’avenir de la Birmanie doit être une paix fondée sur le respect de la dignité et des droits de tout membre de la société ». Il a insisté sur « le respect de tout groupe ethnique et de son identité » et encouragé le gouvernement à « tenter de mettre fin à la violence, construire la confiance et garantir le respect des droits de tous ceux qui considèrent cette terre comme leur maison ». Une allusion directe – et bien comprise comme telle – aux Rohingyas qui s’estiment chez eux dans une Birmanie qui les considère comme apatrides.

L’Église catholique locale a fortement apprécié le soutien du pape à Aung San Suu Kyi, pourtant critiquée en Occident pour son relatif silence dans la crise des Rohingyas, certains appelant même à lui retirer son prix Nobel. « Elle a souffert et s’est sacrifiée pendant des années non pour elle, mais pour son pays », l’a défendu, mercredi soir, Mgr John Hsane Hgyi, vice-président de la conférence épiscopale. Le père Marino Soe-Naing, porte-parole des évêques, a estimé que « nous ne pouvons pas trahir le sang versé dans ce combat, en abandonnant celle qui l’incarne ».

Les catholiques birmans savent bien que la situation politique du pays reste tendue, même deux ans après le début de la transition démocratique. Les généraux, qui continuent à contrôler l’armée et la police, n’attendent qu’une faute de sa part pour se débarrasser d’Aung San Suu Kyi, ce que la constitution leur permettrait de faire légalement.

Le pape préfère l’action, souvent dans la discrétion

Les chrétiens ont tout à fait conscience qu’un retour de la junte signerait une nouvelle période très difficile pour les minorités. Pour les Kachins (au Nord) et les Karens (à l’Est), la situation est encore loin d’être réglée, même si la communauté internationale s’en émeut moins que des Rohingyas. « Il n’y a pas de solution facile au problème des réfugiés », reconnaît le père Soe-Naing pour qui « le sort de la nation tout entière » est en jeu dans cette crise.

« On ne peut pas attendre des gens qu’ils règlent des problèmes impossibles », explique de son côté Greg Burke, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège. « Les réfugiés sont l’un de ses plus grands sujets de préoccupation. Il en parle tous les jours. Mais le voyage n’a pas été conçu autour d’eux ».

Il s’est refusé à divulguer la teneur des discussions privées du pape, lundi soir, avec le chef de l’armée birmane. « Le pape est un homme très libre », a-t-il seulement déclaré, laissant entendre que la discussion a sans doute été franche.

De fait, plutôt que des mots, le pape préfère l’action, souvent dans la discrétion. Et c’est à cette même action en faveur des Rohingyas, dont il a survolé les camps entre Rangoun et Dacca, qu’il appelle la communauté internationale. « Il est nécessaire que la communauté internationale mette en œuvre des mesures décisives face à cette grave crise, non seulement en travaillant pour résoudre les questions politiques qui ont conduit à ce déplacement massif de personnes, mais aussi en offrant une assistance matérielle immédiate au Bangladesh dans son effort pour répondre efficacement aux besoins humains urgents », a-t-il rappelé, jeudi, lors de sa rencontre avec les autorités bangladaises, à laquelle participait aussi le corps diplomatique. Des actes plutôt que des mots : telle a toujours été la philosophie du pape François.

–––––––––––––––____________________

« Le nom de Dieu ne peut jamais être invoqué pour justifier la haine »

Extraits du discours du pape François aux autorités bangladaises, jeudi 30 novembre à Dacca.

« Le Bangladesh est connu pour l’harmonie qui a traditionnellement existé entre les adeptes de diverses religions. Cette atmosphère de respect mutuel et un climat grandissant de dialogue interreligieux permettent aux croyants d’exprimer librement leurs plus profondes convictions sur la signification et sur le but de la vie. (…) Dans un monde où la religion est souvent – scandaleusement – mal utilisée pour fomenter des divisions, ce genre de témoignage (…) est plus que jamais nécessaire. Celui-ci s’est manifesté d’une manière particulièrement éloquente (…) dans le message clair envoyé par les autorités religieuses de la nation pour qui le saint nom de Dieu ne peut jamais être invoqué pour justifier la haine et la violence contre les autres êtres humains, nos semblables. »

Nicolas Senèze, à Rangoun (Birmanie) et Dacca (Bangladesh)
Publicités

Revue de presse nationale et internationale.

Publicités