Archives pour la catégorie Eau

Le cauchemar de l’eau dans l’industrie de la fracturation

Le cauchemar de l’eau dans l’industrie de la fracturation


Par Justin Mikulka – Le 18 septembre 2018 – Source DeSmog

Fosse à déchets non recouverte pour stocker les eaux usées de la fracturation en Californie. Crédit : Sarah Craig/Faces of Fracking, CC BY-NC-ND 2.0

L’Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis a clairement documenté  – malgré les obstacles répétés de l’industrie pétrolière et gazière – les multiples risques que pose la fracturation hydraulique pour les approvisionnements en eau potable. Cependant, les choses peuvent être en train de changer : l’eau elle-même pose maintenant un risque pour le modèle financier déjà défaillant de l’industrie américaine de la fracturation, et c’est quelque chose que l’industrie ne pourra pas ignorer.

Les États-Unis sont en train d’établir de nouveaux records de production de pétrole alors que les forages horizontaux et la fracturation ouvrent des gisements de schiste argileux dans des endroits comme le Dakota du Nord et le Texas.

La fragmentation est basée sur le processus « hydraulique » qui consiste à utiliser un liquide sous pression pour briser la roche de schiste afin de laisser s’échapper le pétrole et le gaz prisonnier à l’intérieur. Et bien que ce liquide soit un mélange de plusieurs produits chimiques dangereux, il contient surtout de l’eau. Et l’approvisionnement en eau, puis l’élimination appropriée des eaux usées toxiques produites par la fracturation, devient un problème important et coûteux pour l’industrie.

Gabriel Collins est membre du département énergie et environnement à l’Université Rice, et en août, il a fait une présentation lors de l’événement « Produced Water Society Permian Basin 2018 » à Midland, Texas. Collins y a évoqué une analyse de rentabilisation pour mettre en place des processus de traitement de l’eau pour desservir l’industrie de la fracturation.

Un signe que l’industrie de la fracturation se préoccupe de plus en plus de l’eau est qu’il existe maintenant des sociétés et des conférences consacrées au thème de l’« eau produite ». L’eau produite est le terme utilisé pour désigner l’eau toxique qui est « produite » au cours de la vie d’un puits de pétrole ou de gaz issu de la fracturation.

Dans un article de Bloomberg News, Collins a dit qu’il ne croyait pas que les investisseurs étaient conscients des risques que l’eau représente pour l’industrie de la fracturation dans le bassin Permien.

« Les investisseurs ne sont pas aussi bien informés de certains autres risques et défis qui pourraient être tout aussi importants, sinon plus », a-t-il déclaré à Bloomberg News. « Je mettrais l’eau en haut de la liste. »

Pourquoi l’eau devrait-elle être en tête de la liste des défis financiers potentiels auxquels l’industrie de la fracturation est confrontée ? Selon une étude réalisée par Wood MacKenzie et rapportée par le Wall Street Journal, le coût du traitement des eaux usées pour l’industrie de la fracturation pourrait ajouter $6 de plus par baril de pétrole produit.

Pour l’industrie américaine du pétrole et du gaz de schistes, qui a constamment perdu de l’argent au cours de la dernière décennie, l’ajout de $6 de plus par baril représente une sombre perspective.

L’eau gaspillée par la fracturation hydraulique : un vieux problème qui s’amplifie

Une nouvelle étude de l’Université Duke a conclu qu’entre 2011 et 2016, la quantité d’eau utilisée pour fracturer les puits de pétrole et de gaz a augmenté de 770 %. Mais la quantité d’eaux usées toxiques produites au cours de la même période a augmenté de 1 440 %.

L’industrie doit faire quelque chose avec toutes ces eaux usées, et cela coûte de l’argent. Pour réduire les coûts d’élimination des eaux usées, l’industrie de la fracturation a adopté de nombreuses approches dans le passé – qui ont presque toutes mis l’environnement en danger.

Parmi les efforts déployés par l’industrie pour se débarrasser des eaux usées à faible coût, mentionnons le déversement des eaux usées dans les rivières, l’arrosage des cultures, le dégivrage des routes, leur déversement dans le golfe du Mexique, leur évaporation, leur injection dans les aquifères d’eau potable et leur envoi dans des installations municipales de traitement des eaux non équipées pour traiter ce type de déchets. Et ce ne sont là que quelques-unes des façons « légales » d’y faire face. Ils ne comprennent pas les déversements illégaux qui ont également eu lieu.

En 2012, InsideClimate News a rapporté des preuves de déversement illégal de déchets de forage et de fracturation dans le Dakota du Nord, et en 2014, des déversements illégaux similaires d’eaux usées au Texas.

Le traitement des eaux usées toxiques a toujours été un problème pour l’industrie de la fracturation, menant parfois à des moyens de contournement  illégaux. La grande question qui demeure sans réponse pour les entreprises de schistes qui font de la fracturation est de savoir si elles pourront un jour gérer correctement la quantité d’eaux usées toxiques qu’elles produisent, quel qu’en soit le coût.

Où tout cela va-t-il nous mener ?

Un article paru en 2015 dans le Washington Post sur l’élimination des eaux usées issues de la fracturation met en lumière le problème principal en une phrase : « Actuellement, il n’y a aucun moyen de traiter, stocker et rejeter les milliards de gallons d’eaux usées en surface. »

Au lieu de s’attaquer à ce problème flagrant, la « solution » trouvée par l’industrie a été d’injecter l’eau toxique dans le sol dans ce qu’on appelle des puits d’injection. Et bien que les risques à long terme de cette pratique ne soient pas identifiés, ils sont largement reconnus par la forte augmentation des tremblements de terre dans les régions où elle a lieu.

Mais à mesure que la quantité d’eaux usées continue d’augmenter et qu’une plus grande quantité est injectée dans des puits souterrains, qu’est-ce que cela signifie pour les tremblements de terre qui en résultent ? Et que fera l’industrie (ou les collectivités où elle exerce ses activités) à leur sujet ?

Alors que le pionnier et milliardaire Harold Hamm, a minima, préférerait ignorer la question des tremblements de terre, les puits d’injection posent un autre problème auquel son industrie est très sensible. En essayant de forer et de fracturer autant de puits de pétrole et de gaz que possible dans une zone productive, les nouveaux puits semblent endommager les puits de production existants par un processus connu sous le nom de « frac hits ».

Et la même chose se produit maintenant avec les puits d’injection d’eaux usées.

Andrew Hunter, ingénieur en forage pour Guidon Energy, a récemment expliqué comment les puits d’injection peuvent endommager les puits de production, affirmant que la situation s’aggrave.

Il a également ajouté un autre point qui pourrait intéresser les investisseurs.

« Je pense que les gens ont peur de parler de ce problème », a dit M. Hunter lors d’une conférence à Houston sur l’eau. « Nous essayons de faire passer le mot pour que tout le monde sache à quel point c’est sérieux. »

En résumé : la solution privilégiée par l’industrie du schiste argileux pour l’évacuation de ses énormes quantités d’eaux usées endommage l’infrastructure de production pétrolière et gazière existante, tout en provoquant également des tremblements de terre. Ce n’est pas vraiment une option durable, et c’est l’une des raisons de l’opposition croissante aux puits d’injection d’eaux usées.

Bien sûr, sans les puits d’injection, l’industrie de la fracturation devrait ralentir ou arrêter la production de pétrole et de gaz. C’est la raison pour laquelle les puits d’injection restent en service.

Si vous ne pouvez pas faire d’argent, changez les règles

En septembre 2016, le candidat à la présidence de l’époque, Donald Trump, s’est adressé à un groupe de cadres travaillant dans le pétrole de schiste pour expliquer sa position sur la réglementation.

« Je pense qu’aucune autre entreprise n’a probablement été autant touchée par la réglementation que la vôtre », a dit M. Trump. « La réglementation fédérale reste une restriction majeure à la production du pétrole de schiste. »

Cependant, la principale restriction à la production de schistes est le fait que l’industrie perd de l’argent jusqu’à présent. Bien que le traitement des eaux usées soit un domaine coûteux pour l’industrie, ce n’est pas le seul.

L’administration Trump s’emploie à assouplir les règles fédérales régissant l’industrie de la fracturation, ce qui aura un effet positif sur les finances de l’industrie mais sera catastrophique pour le climat et l’environnement.

Récemment, l’EPA a proposé d’abroger la réglementation exigeant que l’industrie des combustibles fossiles surveille et répare les fuites de méthane (un important gaz à effet de serre) – et d’importantes économies sont prévues. Au Texas, l’industrie brûle actuellement pour un million de dollars de méthane par jour, ce qui contribue grandement à la pollution atmosphérique, car il n’y a pas assez de pipelines pour acheminer le gaz naturel vers le marché.

Pourquoi est-ce permis ? Parce qu’une récupération adéquate du méthane coûterait de l’argent à l’industrie et ralentirait la production.

Cette approche est semblable à celle que le Dakota du Nord a utilisée pour réglementer la quantité de radioactivité permise dans les déchets de fracturation. L’État a simplement assoupli les règles (et augmenté la radioactivité autorisée dans les déchets) pour faciliter la tâche des compagnies pétrolières travaillant à l’intérieur des frontières, qui pourraient alors cesser de transporter leurs déchets par camion vers des États dont les limites sont plus élevées.

Et, bien sûr, l’administration Trump cherche des moyens de faire reculer les règlements sur les eaux usées.

L’industrie du schiste argileux ne peut faire face aux problèmes financiers auxquels elle est confrontée – y compris sa crise de l’eau – sans modifier les règles existantes.

Le titre d’un article paru récemment dans le Dallas News sur la crise de l’eau dans le bassin Permien l’a qualifié de « cauchemar de l’élimination ». Et alors que l’article faisait référence au cauchemar logistique et financier de l’industrie de la fracturation – ce qui est certainement le cas – il y a un autre cauchemar.

À l’heure actuelle, l’industrie n’a aucun moyen réalisable d’éliminer ses eaux usées en utilisant des méthodes respectueuses de l’environnement… et pourtant, elle fonce à toute allure.

Justin Mikulka

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

 

Publicités

« Un désastre » : le nouveau barrage de la Turquie va submerger des milliers d’années d’histoire

Cette année, des villages et des sites antiques seront inondés par le nouveau barrage d’Ilısu, en Turquie. En Irak, il menace aussi l’un des plus grands sites culturels et écologiques de la planète

Un homme aide un enfant à marcher sur des planches pour rejoindre un « café » sur les eaux du Tigre, surplombé par Hasankeyf (AFP)
Kieran Cooke's picture
4 janvier 2019
Dernière mise à jour :
04 janvier 2019

Des milliers de personnes seront déplacées et leurs moyens de subsistance menacés. Certains des plus précieux trésors archéologiques du monde seront définitivement perdus. En Irak, les graves problèmes de pénurie d’eau vont encore s’aggraver.

Après des années de retards et, selon la rumeur, d’importants dépassements de budget, les ingénieurs achèveront prochainement les travaux du barrage d’Ilısu, dans le sud-est de la Turquie, à une courte distance de la frontière méridionale du pays avec l’Irak et la Syrie, et commenceront à remplir un réservoir de 400 km de long s’étendant le long du Tigre.

Les habitants de la zone, principalement des citoyens kurdes de Turquie, et ceux qui vivent de l’autre côté de la frontière, en particulier en Irak, observent la situation et attendent avec anxiété.

Le barrage d’Ilısu, d’une puissance de 1 200 mégawatts, large de près de deux kilomètres et d’une hauteur de 130 mètres, est une pièce maîtresse de ce qui est connu en turc sous le nom Güneydoğu Anadolu Projesi (GAP), ou projet d’Anatolie du sud-est.

Ankara affirme que le barrage est essentiel pour permettre le développement de l’une des régions les plus pauvres de Turquie. Il fournira de l’électricité pour les ménages, l’agriculture et l’industrie et créera des milliers d’emplois indispensables.

Dans un communiqué, le ministère turc des Affaires étrangères fait également état d’avantages pour l’environnement, notamment l’augmentation des réserves d’énergie propre et la réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre.

De plus, il assure que les militants ont exagéré le nombre de villages et d’habitants qui seront touchés par le projet.

Les responsables turcs ont également cherché à répondre aux préoccupations concernant l’impact du barrage sur l’approvisionnement en eau de l’Irak.

En juin et octobre dernier, des responsables avaient déclaré que les projets concernant le remplissage du réservoir avaient été retardés en réponse aux préoccupations exprimées par l’Irak.

Mais beaucoup s’inquiètent encore vivement.

« L’ensemble du projet est un tel désastre, c’est si terrible », confie à Middle East Eye Ulrich Eichelmann, PDG de Riverwatch, une ONG basée à Vienne qui participe depuis de nombreuses années à une campagne internationale contre le projet d’Ilısu.

« Dans le sud-est de la Turquie, il submergera des milliers d’années d’histoire et en Irak, il menace des régions telles que les marais du sud du pays, l’un des plus grands sites culturels et écologiques de la planète. »

« C’est incroyable de penser que cela se produit au XXIsiècle. »

Des sites antiques sous l’eau

La ville de Hasankeyf, à environ 80 kilomètres en amont du barrage d’Ilısu, a 12 000 ans et est l’une des plus anciennes colonies du monde, toujours habitée, jadis étape sur la célèbre route de la soie.

Une fois le réservoir du barrage rempli, une grande partie de Hasankeyf, ainsi que certains de ses monuments antiques et des grottes néolithiques creusées dans les rives du Tigre, se retrouveront engloutis sous plus de 30 mètres d’eau.

D’autres villages et colonies le long du fleuve risquent de disparaître.

Vue d’ensemble de la ville antique de Hasankeyf au bord du Tigre (Reuters)

Les 3 000 habitants de Hasankeyf sont invités à s’installer dans de nouvelles maisons construites au-dessus de la ville existante. De nombreux habitants s’y opposent, affirmant que non seulement leur maison, mais des revenus tributaires du tourisme disparaîtraient.

« Les personnes qui n’ont pas de passé ne peuvent pas déterminer leur avenir », a déclaré l’an dernier un membre local du groupe de campagne de l’initiative Save Hasankeyf à DW, le média allemand.

« Ils ne détruisent pas seulement notre passé, mais également notre avenir en nous privant de cette source de revenus et de ce patrimoine. »

Les autorités turques sont en désaccord, affirmant que le réservoir attirera de nouveaux touristes dans la région, parmi lesquels des plongeurs désireux d’explorer les ruines submergées.

Ils ont également relogé plusieurs bâtiments et monuments historiques. Plus tôt ce mois-ci, des travaux ont débuté pour déplacer la dernière section de la mosquée Eyyubi, construite il y a 600 ans, dans un nouveau parc culturel de Hasankeyf au-dessus du niveau de l’eau.

John MacGinnis, archéologue basé au British Museum de Londres, faisait partie d’une équipe internationale qui a travaillé pendant de nombreuses années sur les fouilles archéologiques de Ziyaret Tepe, à environ 160 kilomètres en amont du barrage d’Ilısu.

« D’un point de vue archéologique, ce qui se passe est un désastre »

– John MacGinnis, archéologue

La majeure partie du site de Ziyaret Tepe, autrefois connu sous le nom de Tushan, sera inondée lors du remplissage du réservoir d’Ilısu.

Dans l’antiquité – il y a 2 800 ans – la colonie était une capitale provinciale de l’empire assyrien, un royaume centré sur le dénommé « croissant fertile » entre le Tigre et l’Euphrate et le plus grand empire que le monde ait jamais connu à l’époque.

« Toute cette zone fait partie d’une région où la civilisation est née et où il y a tellement de sites à explorer et autant de matériaux à analyser et à mettre au jour », souligne MacGinnis.

« Le problème, c’est qu’une grande partie des travaux de construction assyriens était faite d’argile et de boue – qui ne survivront pas sous l’eau et seront perdus à jamais. D’un point de vue archéologique, ce qui se passe est un désastre. »

Crise monétaire

La région autour d’Ilısu et de son réservoir s’est militarisée. Des rumeurs circulent, selon lesquelles le gouvernement aurait l’intention de se servir du barrage afin d’exercer un contrôle accru sur la population locale, principalement kurde.

Par le passé, le président Recep Tayyip Erdoğan a accusé des opposants à des projets de construction de barrages de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation interdite que la Turquie considère comme terroriste.

Depuis le début des travaux sur le projet Ilısu en 2006, celui-ci est également sujet à controverse et à des retards considérables.

Des gouvernements étrangers ont refusé des crédits à l’exportation. En 2009, des entreprises étrangères se sont retirées du projet en raison du non-respect par la Turquie de divers critères contractuels en matière d’environnement et autres, et de la pression exercée par des ONG locales et internationales.

Les banques étrangères ayant refusé de soutenir le projet, le gouvernement a fait pression sur les banques turques pour qu’elles apportent des fonds.

Une crise sur le marché financier turc plus tôt cette année, avec la chute de la valeur de la lire, a entraîné des retards et des dépassements de coûts pour un certain nombre de projets gigantesques et prestigieux entrepris par le gouvernement d’Erdoğan.

Le coût du barrage d’Ilısu est officiellement évalué à 1,5 milliard de dollars, bien que des observateurs estiment que la facture finale pourrait être considérablement plus élevée. Ses détracteurs se plaignent de l’absence de transparence concernant le financement du projet et la manière dont les différents contrats ont été attribués.

« Puissance hydro-hégémonique »

L’année dernière, en plein milieu de la pire sécheresse qu’a connue l’Irak depuis 80 ans, les niveaux d’eau du Tigre en Irak, en aval du barrage d’Ilısu, ont atteint des gouffres sans précédent.

Pour la première fois de mémoire d’homme, les habitants de Bagdad ont découvert qu’ils pouvaient traverser la rivière à pied. Les niveaux de l’eau sur l’Euphrate ont également chuté de façon spectaculaire.

Une grave crise de l’eau s’est développée, l’agriculture dans le sud de l’Irak étant particulièrement touchée.

À eux deux, le Tigre et l’Euphrate fournissent plus de 90 % de l’eau en Irak. La pollution des deux fleuves augmente à mesure que les pesticides et les engrais utilisés dans les projets d’irrigation en Turquie et en Irak refluent dans le réseau hydrographique.

L’Irak n’a pas tardé à reprocher à la Turquie ses problèmes d’eau estivaux.

Chez les universitaires qui écrivent sur les conflits transfrontaliers liés à l’eau, la Turquie sert d’exemple de « puissance hydro-hégémonique », citant le projet GAP comme « exemple parfait » de « grande infrastructure permettant de capturer des ressources et de modifier de manière significative la nature de la rivalité concernant l’eau au profit du constructeur ».

Les responsables turcs ont toutefois souligné qu’ils souhaitaient s’assurer que l’eau soit partagée de manière « équitable, raisonnable et optimale ».

Ils soutiennent également que le barrage permettra de gérer et de contrôler le débit de l’eau de manière à ce que cela profite à la fois à la Turquie et à ses voisins.

Des enfants vont chercher de l’eau dans un affluent du Tigre, près de Mossoul, en 2017 (AFP)

Au cours de l’été, des responsables turcs ont déclaré que le gouvernement avait accepté de reporter le remplissage du barrage d’Ilısuen réponse aux préoccupations de l’Irak.

Fatih Yildiz, ambassadeur d’Ankara à Bagdad, a déclaré que la décision avait été prise par Erdoğan lui-même.

« À partir de ce moment, les eaux du Tigre sont transférées en Irak sans en toucher une goutte à Ilısu », a écrit Yildiz sur Twitter.

Mais les hydrologues soulignent qu’il s’agissait d’un geste vide de sens à maints égards : pendant les mois d’été, lorsque l’annonce a été faite, peu d’eau était disponible pour le remplissage.

À LIRE ► Hasankeyf, la ville de 12 000 ans que la Turquie veut engloutir

La Turquie ne devrait probablement commencer ses activités à Ilısu qu’après la fonte des neiges, au printemps, à la source du Tigre.

La cause de la sécheresse en Irak et du niveau excessivement bas du Tigre n’est pas imputable exclusivement au barrage d’Ilısu.

L’Iran a également construit un certain nombre de barrages sur des affluents qui se jettent dans le Tigre, détournant de l’eau pour ses propres projets agricoles.

L’Irak s’inquiète plus particulièrement de la construction en Iran du barrage à grande échelle de Daryan.

L’Irak est en guerre ou sous le coup de sanctions économiques paralysantes depuis près de 30 ans. Il est encore en train de se rétablir après avoir vu environ un tiers de son territoire, y compris le barrage de Mossoul, envahi en 2014 par des combattants du groupe État islamique (EI), en retrait depuis l’an dernier, mais qui continuent de menacer la sécurité.

Une grande partie de ses infrastructures, y compris les systèmes d’approvisionnement en eau, ont été détruites. La corruption et une mauvaise gestion chronique ont également contribué aux pénuries d’eau.

Le changement climatique pourrait rendre les barrages inutiles

Avec la perspective du changement climatique, toute la région risque d’être confrontée à un avenir dans lequel les températures vont probablement grimper et les précipitations diminuer, ce qui entraînera de nouvelles baisses du niveau des rivières.

L’Irak est considéré comme le pays du Moyen-Orient le plus vulnérable au changement climatique.

Une grande partie du sud du pays est déjà en train de s’assécher, notamment les célèbres marais autour de Bassora, qui abritent une civilisation unique et un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’augmentation de la salinité empoisonne les réseaux hydrographiques et les terres.

Pendant l’été 2018, l’Irak a connu, de mémoire d’homme, sa pire sécheresse (Reuters)

Les changements climatiques pourraient également avoir de graves conséquences sur le barrage d’Ilısu et sur l’ensemble du projet GAP en Turquie.

« Les barrages sont construits sur la base de certaines projections concernant les débits d’eau et les précipitations dans leurs bassins versants », explique un climatologue qui a souhaité rester anonyme en raison des sensibilités inhérentes aux recherches dans la région.

« Et si les chutes de neige diminuaient dans les montagnes du Taurus et du Zagros en Turquie, lesquelles alimentent les niveaux d’eau dans l’Euphrate et le Tigre ? Et si la température continue d’augmenter et que l’évaporation dans les réservoirs s’accélère ? »

« Alors, tous les bâtiments du barrage, les inondations de terres, les déplacements de population et la submersion de civilisations antiques – cela aura en grande partie été vain. »

 

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation.

https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/un-d-sastre-le-nouveau-barrage-de-la-turquie-va-submerger-des-milliers-d-ann-es-d

Le Grand Jeu. Chroniques géopolitiques de l’eau

Note de lecture

Le Grand Jeu. Chroniques géopolitiques de l’eau

Note de lecture rédigée par Thiago Goes Moraes, Étudiant à IRIS SUP’

par Franck Galland – Paris, CNRS Éditions, 2014, 192 p.

Le Grand Jeu désigne depuis le XIXe siècle la rivalité stratégique et les intérêts de puissances qui s’opposent pour le contrôle de l’Asie centrale. À la manière d’un Rudyard Kipling, dont le Grand Jeu a inspiré la nouvelle Kim, le nouveau livre de Franck Galland aborde la question de l’eau sous un angle peu traité et pourtant majeur. Ancien directeur de la sûreté de Suez Environnement, il a déjà écrit deux ouvrages sur les questions de sécurité liés à l’eau. Dans celui-ci, l’eau est perçue comme un enjeu sécuritaire et stratégique. Ainsi, de la Chine septentrionale aux conflits algéro-marocains, de l’Iran au Yémen, en passant par le bassin du Nil, l’on peut constater les perspectives sécuritaires et géopolitiques que recèle ce bien essentiel, qui en font un enjeu crucial pour l’avenir des relations internationales. Parler des enjeux actuels liés à l’eau c’est en effet parler aussi de la Chine. Une large place est ainsi faite à la deuxième puissance économique mondiale, car si la Chine est aujourd’hui le pays qui subit les plus fortes contraintes liées à l’eau, elle a a priori aussi la capacité et les moyens d’y répondre. F. Galland propose également un tour d’horizon de plusieurs situations de tensions, en différents endroits de la planète, autour de la question de l’eau. Le sujet est d’une actualité urgente : « nous pourrons difficilement analyser la géopolitique mondiale si nous n’avons pas aujourd’hui la capacité de connaître avec rigueur les véritables enjeux que l’eau comporte en ce début du XXIsiècle » (p. 31).

Partout, la consommation d’eau augmente, aussi bien pour satisfaire les besoin de l’agriculture qu’en raison de l’urbanisation et du fonctionnement de ses infrastructures. L’auteur soulève le problème des besoins en eau d’industries très consommatrices, comme le secteur minier, et plaide pour un changement de paradigme, qui se traduirait par une utilisation responsable et modérée des ressources disponibles. À l’heure de la mise à l’agenda de nouveaux objectifs de développement durable, les sociétés modernes, si elles se veulent durables, doivent abandonner leurs obsessions du « plus ». Les trois concepts-clés, étroitement interdépendants, sont « alimentation, énergie, eau ». Si, d’un côté, l’eau est source de tensions géopolitiques à cause des situations de stress hydrique des confins de la Chine septentrionale à la Méditerranée occidentale, elle peut aussi constituer un facteur de paix et de stabilité internationale. F. Galland plaide ainsi pour la mise en place d’une « hydro-diplomatie », dont il expose les contours théoriques. L’auteur cherche à montrer l’importance pour la paix et la sécurité internationales d’une administration conjointe de l’eau. Quelques cartes ponctuent cet ouvrage concis, clair et précis. En outre, ce livre explore également pour la première fois les conséquences du printemps arabe sur les infrastructures d’approvisionnement d’eau dans des pays qui manquent structurellement de cette ressource, comme la Libye, la Tunisie ou encore la Syrie.

Malgré les difficultés croissantes et les épreuves à venir, l’auteur conclut sur une note positive : que ce soit en termes sécuritaires, technologiques ou commerciaux, les pays confrontés à une situation de stress hydrique, voire à une pénurie, peuvent relever ces défis. Les problèmes de sécurité hydraulique ont souvent des configurations différentes, mais ils sont communs à une grande partie de l’humanité : l’intérêt de voir une « hydro-diplomatie » prendre le pas sur la logique du plus fort est donc d’autant plus important.