Archives pour la catégorie Europe

La stratégie européenne en intelligence artificielle : un acte manqué ?

La stratégie européenne en intelligence artificielle : un acte manqué ?

Tribune19 février 2020Par Charles Thibout

Ce mercredi 19 février 2020, Thierry Breton, au nom de la Commission européenne, dévoile son Livre blanc sur l’intelligence artificielle, point d’orgue d’une longue série de documents censés cadrer l’approche européenne en IA.

Trois axes se détachent assez nettement de ce texte : 1) la volonté de « préserver » le leadership technologique de l’Union européenne ; 2) fondé sur les « valeurs communes » de l’Europe ; 3) suivant « une approche en termes de régulation et d’investissement ».

Très vite, sa lecture soulève de nombreuses questions, moins d’ailleurs par son contenu que par ses carences. D’abord, le document admet à mots couverts que le cadre européen en matière d’IA peine à se structurer ; la faute à la fragmentation de l’Europe sur ce sujet : les États membres jouent une partition solitaire, chacun déployant de son côté des plans de développement de l’IA selon ses propres normes et son agenda…

C’est prendre le problème à l’envers : ces divisions autour de l’IA sont avant tout le symptôme d’une incapacité à « faire Europe », c’est-à-dire à identifier des intérêts communs. En faisant prévaloir la « défense des valeurs européennes » (« liberté », « dignité humaine », « protection de la vie privée », etc.), la Commission semble occulter la dimension agonistique des relations interétatiques, y compris intra-européennes : la priorité des États est moins la défense des valeurs communes que la lutte pour la puissance.

À ce stade de notre histoire commune, les Européens demeurent moins des partenaires que des adversaires ou, à tout le moins, des concurrents. C’est là que réside tout le problème : comment réussir à identifier des points de convergence, des intérêts communs, en termes de puissance ?

Une stratégie d’investissement ou de dilapidation de l’argent public ?

Le Livre blanc se structure selon deux axes : accroître les investissements en faveur du développement de l’IA et compléter l’architectonique réglementaire.

L’importance accordée aux financements se comprend aisément : les dépenses de la Chine dans le domaine de l’IA sont estimées à 70 milliards de dollars ; celles des États-Unis entre quatre et cinq milliards de dollars ; pendant que l’UE, elle, n’a déboursé que 1,5 million d’euros ces deux dernières années.

Toutefois, la multiplication des investissements n’a pas aucun sens s’ils ne sont pas adossés à des objectifs clairs, des missions précises dont les résultats sont susceptibles d’être finement évalués. Les méthodes doivent être revues : les pesanteurs bureaucratiques bruxelloises doivent être surmontées et l’on doit cesser de financer des projets dans le simple but de satisfaire toutes les parties (États, entreprises, universités, etc.) dans chaque pays.

Par ailleurs, la Commission manque de clarté quand elle déclare que 20 millions d’euros par an seront investis dans le secteur de l’IA au cours de la prochaine décennie. Aucun détail n’est donné quant à la provenance de tels financements. Ils pourraient donc tout à fait être extra-européens, ce qui impliquerait de renforcer la dépendance technologique de l’Europe vis-à-vis des principales puissances, notamment en facilitant le transfert de propriété intellectuelle des technologies développées en Europe, et en plaçant les entreprises et les centres de recherche européens ainsi financés dans le giron du droit américain ou chinois — par des contrats ad hoc ou simplement par le recours à leurs devises qui constituent, notamment dans le cas des États-Unis, un vecteur d’extraterritorialité de leur droit national.

Les investissements publics que la Commission appelle de ses vœux posent aussi question, notamment parce qu’à aucun moment la nécessité de contrôler ces investissements n’est rappelée. D’abord, il n’est pas précisé quels secteurs bénéficieraient de ces financements, ce qui révèle le manque de convergence autour d’intérêts et d’objectifs communs aux États membres. Ensuite, rien n’est dit de la nationalité des entreprises concernées par ces investissements : aidera-t-on tout autant les entreprises européennes et étrangères ? Les entreprises européennes seront-elles privilégiées par rapport aux entreprises à participation étrangère ? Enfin, aucun mécanisme de contrôle n’est prévu pour maintenir ces investissements en Europe.

En théorie, rien n’empêcherait un groupe étranger de faire main basse sur une entreprise européenne financée sur fonds publics, ce qui est régulièrement le cas des startups de haute-technologie. Par ailleurs, rien n’est prévu pour retenir les chercheurs et les ingénieurs en Europe ; or l’on sait que les niveaux de rémunération et les conditions de travail offerts aux États-Unis, mais aussi en Chine, sont le principal facteur du brain drain depuis des décennies.

La régulation au nom des « valeurs européennes » : utopie d’une puissance déchue ?

Le second axe de ce Livre blanc concerne la régulation. La Commission entend ériger ses principes éthiques en standards normatifs pour la conception des technologies d’intelligence artificielle vouées à être utilisées sur le territoire européen.

Plus encore, la Commission ambitionne d’imposer ses normes et ses valeurs dans la conception des systèmes d’IA à tous les acteurs internationaux. Par là même, l’UE se comporte comme si elle était une puissance. Voire, vanitas vanitatum, qu’elle serait en mesure par la raison d’influer sur le comportement des acteurs du monde entier en exhibant sa supériorité éthique.

Cette stratégie est vaine : elle s’illusionne ou feint de croire que la morale aurait sa place dans les affaires internationales. Le système international est un espace éminemment conflictuel. C’est une arène dont les gladiateurs sont les États, les firmes transnationales et les entrepreneurs de violence (terroristes, pirates informatiques, mafias, etc.). Tous les coups sont permis, les principes éthiques n’étant là que pour rendre cette lutte plus acceptable.

Un coup d’épée dans l’eau

L’impression qui ressort à la lecture de ce Livre blanc est celle d’un immense gâchis. Les faibles réponses juridiques apportées à un tel enjeu contournent le cœur du problème. La véritable question est celle de la maîtrise de la chaîne de valeur des technologies d’IA. Dans un contexte de guerre économique où la frontière entre l’allié et l’adversaire tend à s’estomper, il est nécessaire de contrôler l’approvisionnement en matières premières (notamment les métaux rares, essentiels dans la production des technologies émergentes), la conception des algorithmes, la collecte et le stockage des données, la production des instruments de calcul, et ainsi de suite. Le risque est de rendre les technologies européennes et leur utilisation dépendantes de systèmes juridiques étrangers, et même de voir ces technologies utilisées contre les intérêts européens.

C’est la souveraineté technologique de l’Europe qui est en jeu. Or, bien qu’elle soit affichée comme une priorité par les pouvoirs publics, le document n’apporte aucune solution claire pour la garantir. L’Europe n’aura pas voix au chapitre technologique tant qu’elle ne maîtrisera pas totalement ses chaînes d’approvisionnement, ses technologies, et tant qu’elle ne sera pas en capacité de mettre en œuvre des mesures de rétorsion contre les États et les entreprises qui contreviennent à ses intérêts.

Encore faut-il que les États membres se reconnaissent des intérêts communs. Or, les pressions américaine (OTAN), chinoise (Nouvelles routes de la soie) et russe ont l’effet d’un écartèlement stratégique qui dissout la cohérence géopolitique du continent.

Mais, au-delà, la défiance des populations à l’égard de leurs représentants, les tentations insurrectionnelles et l’essor des mouvements autoritaires sont d’une gravité suffisamment manifeste pour briser les conservatismes. Faire le choix du statu quo reviendrait à condamner l’Europe au rôle de spectateur immobile de son pillage technologique et de son propre délitement. Le salut de l’Europe ne trouvera sa voix qu’en garantissant la souveraineté de cet espace politique. Cela commence par la technologie

https://www.iris-france.org/144431-la-strategie-europeenne-en-intelligence-artificielle-un-acte-manque%e2%80%89/

Cette souveraineté industrielle que l’Union européenne laisse s’effriter face aux assauts

Décryptages » Cette souveraineté industrielle que l’Union européenne laisse s’effriter face aux assautsEUROPE03 février 2020© LUDOVIC MARIN / AFPBOUCLIER EUROPÉEN

Cette souveraineté industrielle que l’Union européenne laisse s’effriter face aux assauts

Les Etats-Unis veulent acheter une partie de notre industrie de défense, la Chine veut le contrôle de la 5G en Europe… Les prédateurs se multiplient. L’Europe ne se soucie pas suffisamment de sa souveraineté industrielle.AJOUTER AU CLASSEURLECTURE ZEN3128Avec Les Arvernes

Atlantico.fr : Les USA veulent acheter une partie de notre industrie de défense (Photonis et Latécoère), les sanctions du DOJ américain continuent à l’encontre de nos géants (après Areva, c’est au tour de Airbus de payer un lourd tribut). Dans le même temps, la Chine veut le contrôle de la 5G en Europe, au risque une nouvelle fois, de sanctions américaineS tandis que l’arrivée prochaine des Nouvelles Routes de la Soie promet de bouleverser le marché européen. Côté armement, après l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas, la Pologne vient d’acheter des avions de combats américains, sans considérer d’offre européenne et notamment française. 

Les prédateurs semblent se multiplier : L’Europe ne se soucie-t-elle pas suffisamment de sa souveraineté industrielle ? 

Les Arvernes : Le principe même de souveraineté est contraire à l’ADN de la construction européenne. La colonne vertébrale de la construction c’est le « doux commerce » au sens de Montesquieu. Pour l’Union européenne, il n’a longtemps été pas de concurrents ou de rivaux : seuls des partenaires commerciaux qui s’ignorent. C’est la raison pour laquelle elle a toujours été profondément libre-échangiste, et a enchainé les erreurs, la première, emboitant le pas à l’Amérique de Bill Clinton, étant de laisser entrer la Chine dans l’OMC à des conditions trop favorables pour cette dernière.

Bien sûr, elle commence à changer, sous deux réalités qui la dérangent, et après laquelle elle court. La première réalité, c’est le renfermement du monde, le retour des frontières, la remise en avant des intérêts nationaux, dont la politique de Donald Trump est une manifestation spectaculaire. La seconde, c’est que l’Europe, selon le mot de Montalembert, conçoit le libéralisme comme celui du « renard libre dans le poulailler libre ». Il est très facile d’être libre échangiste quand on est le plus fort. Maintenant que dans le poulailler l’Europe s’aperçoit qu’il y a un dragon chinois, un tigre indien etc. elle se préoccupe tout d’un coup de se défendre. En ce sens, la résurgence de la souveraineté industrielle est d’abord la prise de conscience de la fragilité industrielle d’une Union européenne qui s’est trompée sur la réalité des relations économiques et politiques internationales.

La création d’un géant des batteries franco-allemand peut-elle être le point de départ d’une souveraineté retrouvée ? 

Le projet est politique au moins autant qu’économique. Sa symbolique n’est pas à sous-estimer.

Cela dit, quand l’on regarde de plus près, le sujet pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Quelles ressources, sachant que l’Europe ne dispose pas de lithium ou de cobalt sécurisé, tout étant aux mains des chinois ? Quelle compétitivité, sachant que, là encore, les chinois produisent environ 75% du marché avec des prix sur lesquels l’Europe ne pourra pas s’aligner, à part quelques marchés de niche ? Quelle gouvernance, la seule entreprise qui tienne vraiment la route étant SAFT (Groupe Total), l’Allemagne, très en retard, acceptera-t-elle un rôle de second rang ? On peut en douter quand on voit la mauvaise volonté mise Outre-Rhin pour ce qui concerne le futur avion de combat SCAF, alors même qu’il est politiquement acté que la France (et donc Dassault Aviation) est tête de file. Etc.

L’Europe est-elle vouée à rester coincée entre Est et Ouest ? 

Les notions d’Est et Ouest européens pourraient faire penser qu’il existe un bloc d’intérêts ou de perception des enjeux à l’Ouest, un autre à l’Est. Ce n’est que partiellement vrai.

Il est vrai qu’en matière de défense, et donc d’industrie de défense et d’achat de matériel, l’Est européen, n’en déplaise à Paris, ne conçoit pas sa sécurité hors de l’Otan, donc des Etats-Unis. L’achat récent d’avions de chasse F35 par la Pologne n’est, exemple parmi d’autre, que le dernier avatar d’une habitude bien prise de la part de polonais.


Cela dit, l’idée qu’il existerait un « bloc de l’Ouest » ne résiste pas à l’analyse. Sur le plan militaire, rappelons que la Belgique a – de fait – récemment écarté le Rafale de la compétition pour la modernisation de sa flotte de combat aérien. Le fait majeur dans le domaine militaire, c’est que l’Europe de la défense que Paris entrevoit est une ineptie pour la plupart de ses partenaires, y compris l’Allemagne. Sur un plan économique plus global, parler de division Est/ Ouest, c’est faire bon marché du fait que l’Allemagne a progressivement reconstitué une Mitteuleuropa en délocalisant massivement ses industries dans les ex pays de l’Est.

La France a-t-elle les moyens d’être le moteur de l’Europe en matière de souveraineté industrielle ? 

Si la France veut être le moteur de quoi que ce soit en Europe, qu’elle commence à se réformer elle-même. Quand on a 80% de l’ensemble du déficit budgétaire cumulé de la zone euro en 2019, quand on n’est pas capable de fixer l’âge de la retraite à 64 ans alors que beaucoup de nos partenaires sont à 67 ans, quand on a un l’un des taux de chômage les plus élevés, quand on a un déficit chronique de son commerce extérieur, on n’est pas en position de proposer quoi que ce soit avec l’espoir d’être écouté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-aprèsLe sujet vous intéresse ?Mots-clés :Etats-UnisWashingtonDéfensearmeChineeurope5gPologneventestratégiecommerceThématiques :EUROPE

https://www.atlantico.fr/decryptage/3587011/cette-souverainete-industrielle-que-l-union-europeenne-laisse-s-effriter-face-aux-assauts-des-etats-unis-et-de-la-chine-les-arvernes

Quel avenir pour le charbon à l’horizon 2040-2050?

Quel avenir pour le charbon à l’horizon 2040-2050?

Quentin PARES 30 janvier 2020 EnergieGéoéconomieMondialisation et enjeux Leave a comment

Avec 38 % de la production d’électricité, le charbon reste en 2019 la première source d’énergie utilisée dans le monde. Pourtant, depuis quelques années, le ciel s’est assombri sur une filière fortement émettrice en CO2. Déjà, l’accord de Paris et son objectif de limiter à 2°C la hausse des températures d’ici à 2050 font du charbon la cible idéale des politiques environnementales. À cela se sont rajoutées les annonces d’investisseurs importants comme BlackRock ou les fonds souverains qataris et norvégiens. Ces derniers ont indiqué vouloir mettre fin à leurs engagements dans l’industrie charbonnière. Dans ces conditions, le charbon a-t-il encore un avenir à l’horizon 2040-2050 ?

Le déclin inexorable du charbon en Europe et aux États-Unis

Au moment où la production décline en Europe et aux États-Unis, le charbon continuera à jouer un rôle important pour alimenter la demande d’énergie sur le continent asiatique.
Selon l’Agence internationale de l’énergie, l’Asie représentera près de 80 % de la demande de charbon en 2024.

En Europe et aux États-Unis, l’avenir du charbon est plutôt morose. Connaissant un déclin continu depuis 2010, l’industrie devrait subir dans ces deux régions une diminution annuelle de 2,5 % de la demande d’ici 2025. Puis cette dernière se maintiendrait à ce plateau historiquement bas jusqu’en 2040.

En Europe, le charbon devrait avoir disparu du mix énergétique dans 16 pays de l’UE d’ici 2025. L’Allemagne a quant à elle fixé à 2038 la fin de sa production charbonnière. Même la Pologne, longtemps réticente à abandonner une industrie vitale pour son indépendance énergétique, s’est engagée à réduire la part du charbon dans son mix électrique. Varsovie s’est ainsi conformé aux objectifs de neutralité carbone d’ici à 2050 pris par la Commission européenne.

Cependant, ce déclin ne doit pas être interprété comme étant simplement le fruit de régulations administratives. Au contraire, les maux du charbon sont à trouver dans un manque de compétitivité générale face à la baisse des coûts du renouvelable et surtout du gaz naturel. Les prix se sont en effet effondrés depuis 2014 pour cette source d’énergie. Aux États-Unis, par exemple, ce ne sont pas les régulations environnementales qui sont à l’origine du déclin charbonnier mais bien l’arrivée massive de gaz de schiste. Ainsi, malgré les politiques favorables de l’administration Trump, le charbon ne cesse de perdre des parts de marché dans le mix énergétique américain.

Un charbon résilient en Asie d’ici à 2040

Contrairement à l’Europe ou aux États-Unis, l’Asie devrait voir le charbon jouer un rôle important à l’avenir. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), le continent devrait représenter près de 80 % de la demande de charbon dans le monde en 2024. Surtout, la production charbonnière devrait continuer à augmenter jusqu’en 2030 puis décliner légèrement jusqu’en 2040. Ceci s’explique par la relative jeunesse des centrales à charbon asiatiques. Mises en exploitation seulement au début des années 2010, elles ne devraient amorcer leur déclin qu’entre 2030 et 2040. À cela il faut ajouter le fait que le continent asiatique continue encore aujourd’hui d’ouvrir de nouvelles centrales.

Le Pakistan et le Bangladesh, par exemple, ont tous deux récemment mis en service des capacités charbonnières. De même, l’Australie a ouvert une mine gigantesque dans la région du Queensland. Cette orientation pro-charbon s’explique par la forte demande en énergie d’un continent en plein rattrapage économique. Bien qu’étant en augmentation constante, les renouvelables n’ont ainsi pas la capacité de répondre complètement à cette hausse de la demande. De même, ils souffrent de problèmes liés à l’intermittence de la production (solaire et éolienne) ainsi qu’à la maîtrise des chaînes de valeur. À l’inverse, le charbon est une source fiable dont la production ne requiert pas un savoir-faire technologique conséquent. Enfin, les pays asiatiques considèrent qu’arrivés tardivement au stade du développement, ils ne sont pas responsables du taux de concentration de CO2 dans l’atmosphère. Par cet argument “historique”, ils justifient ainsi le maintien de leurs capacités en charbon.

Un déclin lent et progressif pour la Chine jusqu’en 2050

De tous les pays de la planète, la Chine est incontestablement la première puissance charbonnière. Commandant près de la moitié de la production mondiale, le pays est donc clé pour l’avenir de la filière. Or, selon l’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA), la consommation de charbon a atteint son pic en 2013. Elle devrait ensuite baisser significativement d’ici à 2050 (près d’1/3 de baisse en volume par rapport au niveau de 2013). Cette baisse s’explique d’une part par la transformation de l’économie chinoise davantage centrée sur les services et la consommation intérieure. D’autre part, la Chine est sur le point de maîtriser les chaînes de valeur des énergies renouvelables rendant le charbon moins utile en matière d’indépendance énergétique.

Pourtant, cette diminution sera lente et progressive. Selon l’EIA, le charbon continuera ainsi à fournir près de 30 % de l’électricité du pays en 2050. Pour Pékin, en effet, l’industrie charbonnière est considérée comme indispensable à la stabilité sociale. Un argument qui importe particulièrement dans les provinces sinistrées du Nord-Est du pays. La montée en puissance des technologies de capture et de stockage du CO2 permet également à la Chine de réduire significativement la pollution de l’air engendrée par les centrales à charbon. Or, ce résultat rend d’autant plus attractif le maintien de cette source dans le mix énergétique.

Déclinant en Europe et aux États-Unis, résilient en Asie, telle sera au fond la nouvelle géographie du charbon dans les années à venir. Loin d’être insignifiante, cette transformation aura sans nul doute des conséquences majeures sur les négociations climatiques en cours.

Sources :

Sylvie Cornot-Gandolphe, « Status of global coal markets and major demand trends in key regions », Études de l’IFRI, juin 2019.

Agence international de l’énergie (AIE), World Energy Outlook 2019, Flagship report, novembre 2019.

AIE, Coal 2019, Executive summary, décembre 2019.

Agence américaine d’information sur l’énergie (IEA), International Energy Outlook 2019 with projections to 2050, 24 septembre 2019.

https://les-yeux-du-monde.fr/actualite/geoeco/42816-quel-avenir-pour-le-charbon-a-horizon-2040-2050

UNE EUROPE CONVALESCENTE ?

UNE EUROPE CONVALESCENTE ?


François CHAUVANCY

FRANÇOIS CHAUVANCY9 JUILLET 2019

François CHAUVANCY

ABOUT THE AUTHOR

FRANÇOIS CHAUVANCY

Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014.
Il est expert des questions de doctrine sur l’emploi des forces, sur les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, à la contre-insurrection et aux opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012.
Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone.
Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence dans plusieurs universités.
Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d’influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque.
Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale.
Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde depuis août 2011, il a rejoint depuis mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.

DES DISPARITIONS

Helmut Kohl, un des symboles de la construction européenne, est décédé le 16 juin 2017. Il rappelait fréquemment l’anecdote suivante. Jeune écolier au lendemain de la guerre, il arrachait les poteaux frontières entre le Palatinat et la France ! Le couple franco-allemand Mitterrand-Kohl se créa donc aisément notamment sur la question de la défense de l’Europe et sur son unité.

Helmut Kohl défendra la position américaine dans la crise des euromissiles, c’est à dire du déploiement de missiles de croisière et de fusées Pershing-II en réponse à l’installation des missiles SS-20 soviétiques pointés sur l’Europe occidentale. En janvier 1983, à l’occasion du 20ème anniversaire du traité de l’Elysée, François Mitterrand lui apporte son soutien et déclare : « Les missiles sont à l’Est et les pacifistes à l’Ouest ». En 1984, F. Mitterrand saisit la main d’Helmut Kohl à l’ossuaire de Douaumont devant un cercueil recouvert des drapeaux français et allemand. La photo restera gravée dans les mémoires.

Le 9 novembre 1989, survient un autre événement : la chute du Mur de Berlin. La question de l’unité allemande est de nouveau d’actualité. Le 28 novembre, H. Kohl présente au Bundestag un programme en dix points pour le dépassement de la division de l’Allemagne et de l’Europe. Malgré la défiance de ses alliés européens, il obtient le soutien des Douze au Conseil européen de Strasbourg présidé par François Mitterrand. En contrepartie, il accepte la mise en route de l’Union économique et monétaire qui débouche sur la création de l’euro. Helmut Kohl a été donc au cœur de la construction de l’Europe d’aujourd’hui.

Le 30 juin 2017, Simone Veil disparaissait à son tour. Figure emblématique de la classe politique française, rescapée des camps de la mort, première présidente du parlement européen, elle a été un exemple pour les Français et leur classe politique. La France lui a rendu hommage aux Invalides par une cérémonie digne de la République. Son entrée au Panthéon accompagnée de son époux a été décidée par le président Macron. Enfin, une décision rapide sans polémique, lourdeurs administratives, débats sans fin …

UNE EUROPE FRÉMISSANTE ?

Cependant, qu’en-est-il aujourd’hui de l’Europe ? Une étude de l’institut Chatham House, « L’avenir de l’Europe. Une comparaison des positions du public et des élites », a été menée dans dix pays (Autriche, Belgique, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Italie, Pologne, Espagne et Royaume-Uni) en décembre 2016 et en janvier 2017, en interrogeant séparément un échantillon de 10 000 personnes représentatives et un autre échantillon de près de 2 000 personnes représentatives des « élites ».

Publiée le 20 juin 2017 (Le Monde du 21 juin), elle montre de nouvelles lignes de fracture et une frustration certaine quant aux bénéfices tirés de la construction européenne mais aussi une communauté de vues sur sa nécessaire fonction de solidarité, son caractère démocratique, l’existence d’une identité européenne. Cependant, une proportion équivalente de citoyens est opposée à l’avènement d’Etats-Unis d’Europe, dotés d’un gouvernement central soit pour 47% des élites et 41% du public.

Ce consensus se brise sur la perception des bénéfices que tirent les citoyens de leur appartenance à l’Union européenne. Les élites sont à 71% conscientes des bénéfices qu’elles ont tirés de l’intégration européenne contre un tiers des personnes représentatives alors qu’un autre tiers des personnes représentatives considère que cela ne lui a apporté aucun bénéfice. Près de la moitié (47%) des personnes représentatives estime que l’élargissement de l’Union européenne est allé trop loin alors que 58% des élites soutiendraient l’adhésion de nouveaux membres. La question de l’adhésion de la Turquie, en revanche, ne recueille la majorité ni auprès des élites (opposées à 49%) ni au sein du public (62%).

UNE EUROPE QUI PROTÈGE

Une possible convalescence de l’Europe a été engagée par le Conseil européen du 22 juin à Bruxelles avec cette ligne politique défendue par le président Macron d’une « Europe qui protège » pour répondre à l’inquiétude des peuples.

Concernant la sécurité intérieure et le terrorisme, la coopération sera renforcée pour combattre la propagation de la radicalisation en ligne, prévenir et combattre « l’extrémisme violent », lutter contre l’idéologie qui le sous-tend. L’effort sera fait pour protéger le cyberespace mais aussi combattre la protection que celui-ci offre aux terroristes et aux criminels.

Je remarque que l’islamisme radical n’est pas évoqué et comme d’habitude les gouvernements européens ont repris le terme relativement neutre « extrémisme violent » pour l’évoquer. On évite de dire ce qui est et on se voile la face … presque intégralement devant la réalité. Or, la radicalisation et le terrorisme sont bien aujourd’hui les expressions de l’islamisme radical et non d’un quelconque mouvement armé « extrémiste violent »

La finalisation avant fin 2017 d’un système européen d’information et d’autorisation concernant les voyages (ETIAS) renforcera le contrôle des frontières extérieures et la sécurité intérieure. Surtout, le Conseil a appelé à gérer la menace par un meilleur partage du renseignement sur « les combattants terroristes étrangers » et les « individus radicalisés qui ont grandi à l’intérieur de nos frontières ».

Concernant la sécurité extérieure et la défense, la relation transatlantique et la coopération entre l’Union européenne et l’OTAN restent fondamentales pour une sécurité globale que ce soit contre les cybermenaces, les menaces hybrides ou le terrorisme. Un « centre d’excellence » européen pour la lutte contre les menaces hybrides a été créé à Helsinki et salué par le Conseil européen.

Surtout, le Conseil a soutenu la création par la Commission du Fonds européen de la défense. Il comporte un volet « recherche » et un volet « capacités ». L’objectif est en particulier de doter l’industrie de défense européenne d’une base compétitive, innovante et équilibrée à l’échelle de l’Union européenne, y compris par une coopération transnationale et une participation des PME.

Enfin, une coopération structurée permanente a été jugée nécessaire. A cet effet, les Etats membres devraient établir dans un délai de trois mois une liste commune de critères et d’engagements contraignants. Pour renforcer le dispositif de réaction rapide de l’Union européenne, peu concluant à ce jour car il n’a jamais servi, le déploiement des groupements tactiques (un groupement correspond à 1500 hommes) devrait être pris en charge de façon permanente en tant que coût commun par le mécanisme Athéna.

POUR CONCLURE

Triste ironie de l’histoire, deux grands européens nous ont quittés alors que l’Europe semble se réveiller. Le couple franco-allemand se recrée après une longue absence avec l’objectif de revenir à « l’esprit de coopération qui existait jadis entre Mitterrand et Kohl », dans la poursuite de cette volonté de réconciliation prônée très tôt par Simone Veil.

https://theatrum-belli.com/une-europe-convalescente/

CyberguerreEurope de la DéfenseGuerre hybrideHistoireOTANsondage

Multilatéralisme ou Droit international ?

Multilatéralisme ou Droit international ?

par Thierry Meyssan

Contrairement à ce que l’on pense, le multilatéralisme que promeuvent les Européens ne s’oppose pas au bilatéralisme pratiqué aujourd’hui par les États-Unis, mais au Droit international. Le « Forum de Paris sur la paix », organisé par le président Emmanuel Macron, n’a pas permis de dégager de méthode pour prévenir les conflits, juste de tenter de sauver ce qui reste de quatre siècles d’hégémonie européenne.RÉSEAU VOLTAIRE | DAMAS (SYRIE) | 3 DÉCEMBRE 2019 ESPAÑOLITALIANOPORTUGUÊSРУССКИЙROMÂNĂ

+
JPEG - 53.7 ko

Le Forum de Paris sur la paix : comme toujours, excellentes mise en scène et prestation du président Emmanuel Macron, mais pour quel contenu ?

La France vient d’organiser à Paris le « IIème Forum de Paris sur la paix » [1]. Selon le président Emmanuel Macron, il s’agit de promouvoir le multilatéralisme que son homologue US, le président Donald Trump, serait en train de détruire.

Cela est-il vrai ? Est-ce le problème ?

Les faits portent au contraire à penser que les Occidentaux, dont la France, mènent depuis la dislocation de l’URSS une action de fond contre le Droit international et les Nations-Unies ; ce Forum n’étant qu’une occasion de sauver le pouvoir qu’ils exercent depuis quatre siècles sur le reste du monde.

Pour comprendre ce qui se passe, revenons en arrière :

Le président Bill Clinton et sa secrétaire d’État, Madeleine Albright, ont patiemment réécrit, un à un, toutes sortes de traités onusiens en abandonnant le langage du Droit international pour celui du Droit anglo-saxon. Cette « modernisation » n’était pas une simple traduction. C’est en réalité l’application de la « doctrine Korbel » visant à faire évoluer toute jurisprudence en faveur des anglo-saxons. Cette stratégie a été poursuivie par le président George Bush Jr et sa secrétaire d’État, Condoleezza Rice, fille adoptive du professeur Korbel et à ce titre sœur de Madeleine Albright [2].

Le même Bill Clinton a accepté un compromis favorable à Israël et l’a fait valider par le Conseil de sécurité. On ne parle plus d’un seul État en Palestine sur le principe égalitaire « Un homme, une voix », mais de deux sur le modèle des bantoustans de l’apartheid sud-africain.

Toujours sous l’impulsion du président US Bill Clinton et aussi du Premier ministre britannique Tony Blair, l’Alliance atlantique s’est auto-proclamée « défenseur des persécutés », a condamné la Méchante Serbie, et lui a livré une « guerre humanitaire » (sic). La morale s’était substituée au Droit permettant à l’Otan de le violer.

C’est ce même raisonnement qui a été utilisé depuis contre l’Afghanistan, contre l’Iraq, contre la Libye et contre la Syrie. Laura Bush assurait qu’il fallait attaquer l’Afghanistan parce que les petites filles n’avaient pas le droit de mettre de vernis à ongles ; Colin Powell qu’il fallait renverser le président Saddam Hussein parce qu’il était mêlé aux attentats du 11-Septembre ; Nicolas Sarkozy qu’il devait renverser Mouamar Kadhafi parce qu’il allait tuer son propre peuple ; et Laurent Fabius qu’il fallait chasser le président Bachar el-Assad parce qu’il n’avait pas « le droit de vivre sur Terre ».

L’argument humanitaire ou le recours aux Droits de l’homme masquent mal le profond mépris occidental pour l’Humanité et les Droits de l’homme. Rappelons que la Déclaration universelle des Droits de l’homme reconnait une hiérarchie entre eux [3]. Elle proclame que les trois droits principaux sont « la vie, la liberté et la sûreté de la personne » (art. 3). C’est pourquoi, elle place comme première application concrète la lutte contre l’esclavage (art. 4) et seulement après la lutte contre la torture (art. 5). Or, les Occidentaux ont rétabli l’esclavage en Libye et soutiennent des États esclavagistes comme l’Arabie saoudite. Ils ont aussi le pire bilan en matière de torture si l’on se souvient des 80 000 personnes enlevées et torturées par l’US Navy sur des bateaux stationnés en eaux internationales au début de ce XXIème siècle [4].

La rhétorique humanitaire, le « droit-de-l’hommisme », n’est pas sans rappeler la manière dont le Royaume-Uni attaqua l’Empire ottoman, prétendument pour sauver les Grecs de son oppression, en réalité pour contrôler leur pays : Londres invita Saint-Pétersbourg et Paris à reconnaître l’indépendance de la Grèce, en 1827, puis, sur la base de cette reconnaissance et en violation des règles du Congrès de Vienne, organisa une guerre devenue « légitime » contre Constantinople pour concrétiser cette « indépendance » : toujours maintenir les apparences du respect du droit quand on le viole !

Depuis la guerre de l’Otan contre la Yougoslavie, l’Onu s’est progressivement effacée. L’Otan n’a plus rien à faire de ce que pensent le Conseil de sécurité et l’Assemblée générale. En quelques années, en violation de la Charte, les « forces d’interposition » de l’Onu sont devenues des « forces de maintien de la paix ». Il ne s’agit plus de surveiller la mise en application d’un cessez-le-feu conclu entre belligérants, mais d’imposer une solution aux belligérants —pis encore, parfois entre partis politiques d’un même pays. Et, à ce jour, l’Otan est la seule alliance militaire à avoir été invitée à « maintenir la paix ».

L’administration de l’Onu elle-même est passée du service de ses membres à celui de l’Otan. Ainsi a-t-on pu voir son Directeur des Affaires politiques, Jeffrey Feltman, promouvoir un plan de capitulation sans condition de la République arabe syrienne au lieu d’œuvrer à la paix [5].

Les membres occidentaux du Conseil de sécurité se disent Protecteurs du Droit international, mais loin de montrer l’exemple, ils manifestent sans vergogne leur dédain quand ce Droit leur est défavorable. Ainsi le Royaume-Uni qui vient de déclarer exercer sa souveraineté sur les îles Chagos, dont la base de Diego Garcia, malgré le recours des habitants légitimes, l’avis de la Cour internationale de Justice et l’injonction de l’Assemblée générale [6].

Le Droit international actuel trouve son origine dans la conférence de La Haye de 1899. Convoquée par le tsar Nicolas II, elle réunit diverses puissances de l’époque pour envisager un traité de désarmement. Mais, le Français Léon Bourgeois y proposa de régler les différends entre États en établissant une chambre d’arbitrage ; le seul moyen de prévenir des guerres étant de trouver des arrangements qui respectent les intérêts des parties comme on le fait entre individus civilisés. À la différence d’un tribunal, une chambre d’arbitrage ne s’impose pas. Elle n’est compétente que si les deux parties la reconnaissent préalablement comme telle.

Cette Chambre d’arbitrage a été incorporée à la Société des Nations (SDN), puis à l’Onu. Elle existe toujours et fonctionne bien comme le montre l’actuelle procédure sur la résolution du conflit en mer d’Azov entre l’Ukraine et la Russie.

Progressivement la SDN puis l’Onu ont été formées. Contrairement à une idée reçue, l’échec de la Société des Nations n’est pas imputable aux régimes impérial japonais, fasciste italien et nazi allemand, mais au refus des États-Unis d’y siéger et au refus de l’Empire britannique de reconnaître l’égalité des peuples (malgré la proposition japonaise soutenue par Léon Bourgeois).

À titre d’exemple, l’abandon du Droit international a été poussé un peu plus loin avec la réforme de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) proposée par la France [7]. Désormais, dans un apparent « souci d’efficacité », les décisions seront prises à la majorité simple et l’Organisation pourra désigner des coupables à l’issue de ses enquêtes techniques.

Or, l’OIAC est à l’origine une agence technique chargée de vérifier le respect par ses signataires du Traité interdisant les armes chimiques. Elle a le pouvoir d’enquêter selon des procédures très strictes, approuvées par tous les signataires, et d’établir les faits pour que l’assemblée des signataires en juge. En droit criminel, aucun pays au monde n’admet que les policiers s’instituent en juges et en bourreaux que, seuls, ils enquêtent, désignent les coupables et les punissent. Pourtant c’est très exactement le pouvoir aberrant que la réforme française donne à l’OIAC. Et comme cette même réforme valide les décisions à la majorité simple des signataires du Traité, cette agence devient un instrument de la politique occidentale.

Depuis plusieurs années déjà, les Occidentaux ont retiré toute référence au Droit international dans leurs déclarations et communiqués. Ils s’expriment au contraire en faveur du « multilatéralisme fondé sur des règles ». Quelles règles ? Celles des plus forts.

Au demeurant, ce second Forum sur la paix (et non pas pour la paix) n’a pas fait recette. Ils étaient deux fois moins de chefs d’État et de gouvernement à y participer que pour sa première édition [8].Thierry Meyssan

<img src="https://www.voltairenet.org/rien.gif" alt="

[1] Paris Peace Forum, site officiel.

Facebook

[2] « La fulgurante intégration de Condoleezza Rice », par Arthur Lepic, Paul Labarique, Réseau Voltaire, 8 février 2005.

Twitter

[3] « Théorie et pratique des Droits de l’homme », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 1er octobre 2019.

[4] « 17 prisons secrètes ont déjà remplacé Guantanamo », Réseau Voltaire, 3 juin 2008. « Le secret de Guantánamo », par Thierry Meyssan, Оdnako (Russie) , Réseau Voltaire, 28 octobre 2009.

Delicious

[5] « L’Allemagne et l’Onu contre la Syrie », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie) , Réseau Voltaire, 28 janvier 2016.

[6] « Le Royaume-Uni défie l’AG de l’Onu et son tribunal », Réseau Voltaire, 23 novembre 2019.

[7] « La France propose de changer les statuts de l’OIAC », Réseau Voltaire, 6 mai 2018.

[8] « Emmanuel Macron au Forum de Paris sur la Paix », par Emmanuel Macron, Réseau Voltaire, 12 novembre 2019.

https://www.voltairenet.org/article208454.html

Seenthis
Digg
RSS

SCÉNARIO RÉEL DE GRANDE GUERRE EN EUROPE DE L’EST


#EU #RUSSIA 27.11.2019 – 52 vues    0 ( 0 votes)

SCÉNARIO RÉEL DE GRANDE GUERRE EN EUROPE DE L’EST

 2 40Partager00       6 faire un don

3 jours restés jusqu’à la fin du mois de novembre. Depuis le 1er octobre, SouthFront a collecté 2 576 USD. Cela représente environ 55% du budget minimum mensuel [4 700 USD]. Si vous pensez que notre contenu est une source d’information intéressante et précieuse, veuillez soutenir SouthFront par des dons:  PayPal: southfront@list.ru,  http://southfront.org/donate/  ou via:  https: //www.patreon. com / front sud

***

Scénario réel de grande guerre en Europe de l'Est

Cliquez pour voir l’image complète

L’OTAN envisage d’approuver un plan militaire de défense de la Pologne, de la Lituanie, de la Lettonie et de l’Estonie en cas de prétendue attaque russe.

Ce plan est une étape logique dans le cadre de la militarisation de l’Europe de l’Est par l’ OTAN et l’OTAN, sous prétexte de dissuader la prétendue menace russe et sous le couvert d’une longue histoire de MSM au détriment de « méchants Russkies ». L’OTAN cherche à obtenir l’approbation officielle de ce plan par les 29 États membres lors de son sommet du 70e anniversaire à Londres début décembre.

Conformément aux dispositions du Traité de l’Atlantique Nord de 1949, une attaque armée contre l’un des signataires du pacte équivaut à une attaque contre tous les pays de l’OTAN. Par conséquent, le nouveau plan vise uniquement à obtenir un prétexte juridique supplémentaire pour les préparatifs de guerre contre la Russie.

Jusqu’à présent, la Turquie semble être le seul État à refuser de soutenir ce plan. Cependant, selon Reuters , la raison ne tient pas à « l’amitié » avec la Russie, mais à la volonté d’Ankara d’obtenir davantage de soutien politique dans le combat qu’il mène contre la milice kurde YPG dans le nord de la Syrie.

« Ankara a dit à son envoyé de l’OTAN de ne pas approuver le plan et adopte une ligne dure lors de réunions et de conversations privées, demandant à l’alliance de reconnaître l’YPG en tant que terroriste dans le libellé officiel, ont indiqué des sources.

La délégation turque de l’OTAN n’était pas immédiatement disponible pour commenter. Les ministères turcs de la défense et des affaires étrangères n’ont pas répondu aux demandes de commentaires », a rapporté l’agence Reuters.

L’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne sont déjà à l’avant-garde de la campagne médiatique, diplomatique, économique et militaire soutenue par les États-Unis contre la Russie. Ces États, en tant qu’agents de l’establishment anglo-saxon en Europe, alimentent la confrontation régionale, font des déclarations et des actions agressives à l’égard de la Russie et ne ménagent aucun effort pour soutenir le comportement agressif du régime de Kiev contre la résistance du peuple à Ukriane, sapant ainsi les efforts. désamorcer le conflit armé.

Récemment à Tallinn, les ministères de la Défense estonien et ukrainien ont signé un mémorandum dans lequel l’Estonie avait promis d’aider l’Ukraine à renforcer sa sécurité.

«Dans le cadre de la visite du ministre ukrainien de la Défense en Estonie le 26 novembre, Andriy Zagorodnyuk a rencontré à Tallinn le ministre de la Défense estonien, Juri Luik. Les parties ont discuté des domaines de coopération actuels entre les départements de la défense des deux pays et ont présenté les prochaines étapes de la coopération. Après la réunion, la déclaration d’intention de coopérer dans le domaine de la défense territoriale a été signée », a rapporté le ministère ukrainien de la Défense.

Le document définissait la coopération dans le domaine du développement du concept de défense territoriale de l’Ukraine et la mise en œuvre pratique d’un projet pilote dans ce domaine au sein des unités administratives et territoriales désignées de l’Ukraine. Le ministre ukrainien de la Défense a également visité le centre d’excellence sur la cyberdéfense coopérative, où il a discuté avec des collègues estoniens des domaines prometteurs pour une coopération bilatérale accrue et un échange d’expérience dans le domaine de la cyberdéfense.

En outre, les ministres des Affaires étrangères d’Estonie, de Lituanie, de Suède et de l’Ukraine elle-même ont publié une déclaration commune en faveur du régime de Kiev.

«Nous exhortons la Russie à respecter le droit international et ses principes fondamentaux, ainsi que les renversements contraires à ces principes. Nous condamnons fermement la violation flagrante de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine par des actes d’agression commis par les forces armées russes depuis février 2014, ainsi que l’annexion illégale de la République autonome de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie, que nous ne reconnaîtrons pas. Nous resterons engagés à mettre en œuvre la politique de non-reconnaissance, y compris par le biais de mesures restrictives », a déclaré le communiqué.

L’intensification de la coopération entre l’Ukraine et les représentants européens de l’établissement mondial s’est faite dans le cadre d’une nouvelle vague d’escalade dans l’est de l’Ukraine. La semaine dernière, les forces pro-Kiev ont repris le bombardement quotidien des positions des forces d’autodéfense des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk. Le RPD et le LPR ont déjà fait état de deux douzaines d’incidents de ce type.

L’intensification de l’activité militaire ukrainienne a été consécutive au retrait des forces dans les régions de Petrovskoe, Zolotie et Stanica Luganskaya sur la ligne de contact entre l’armée ukrainienne et les forces de la RPD / LPR. En vertu de l’accord visant à désamorcer la situation, ces zones ont été transformées en une « zone neutre ». Une offensive de l’armée ukrainienne et de groupes armés illégaux fidèles au régime de Kiev menace maintenant cette zone neturale.

Dans le même temps, les forces favorables à la RPD et à la LPR signalent une augmentation de l’activité d’instructeurs étrangers aux positions de l’armée ukrainienne proches de la ligne de contact.

L’offensive ukrainienne dans la région du retrait des forces pourrait entraîner une nouvelle vague d’escalade à grande échelle dans la région. L’un des scénarios possibles de l’escalade est le suivant:

Sous un prétexte formel, l’armée ukrainienne reprend son offensive et s’empare de la zone démilitarisée du fait que des unités de la RPD et de la LPR en ont été retirées.

Les forces ukrainiennes accompagnées d’instructeurs étrangers et d’unités d’appui des États baltes ou de la Pologne (qui sont de plus en plus actives en Ukraine) commencent à renforcer leurs positions. Il est peu probable que du personnel étranger soit déployé directement sur la ligne de front. Toutefois, comme toujours, les conseillers étrangers seront présentés dans les quartiers généraux et fourniront une assistance clé en matière de logistique, de renseignement, de cyberguerre et de propagande. L’avancée ukrainienne fait l’objet d’une vaste campagne de propagande menée par les principaux médias et les diplomates occidentaux.

Les forces de la RDP et de la LPR répondent à l’agression et lancent une contre-offensive pour reprendre la zone capturée. La reprise des hostilités dans l’est de l’Ukraine met en danger, voire même endommage, le personnel de l’OTAN déployé dans le cadre de la mission «d’assistance et de conseil». Sous prétexte de cela, l’OTAN (qui a déjà préparé un nouveau « plan » de « défense » de l’Ukraine, de la Pologne et des États baltes) fournit à l’Ukraine une aide supplémentaire pour « lutter contre l’agression russe ». Du personnel supplémentaire de l’OTAN (composé principalement de forces polonaises et de pays baltes) est déployé dans l’est de l’Ukraine. Ce personnel soutient l’armée ukrainienne combattant les forces de la RPD et de la LPR.

Après cela, les forces armées ukrainiennes ouvertement soutenues par l’OTAN lancent une offensive à grande échelle visant à éliminer la RDP et le LPR. Sans le soutien de la Russie, les forces d’autodéfense locales ne seront probablement pas en mesure de repousser une telle attaque pendant une longue période. La Russie a deux options de réponse:

  • réagir à l’agression de l’OTAN uniquement dans les domaines diplomatique et médiatique, accepter des millions de réfugiés de l’est de l’Ukraine et fermer la frontière afin d’empêcher l’infiltration d’unités OTAN-ukrainiennes en Russie;
  • commencer à soutenir activement la RDP et la LPR avec des fournitures militaires, des conseillers et peut-être même une action militaire limitée. Ce scénario conduira éventuellement à un conflit ouvert entre l’OTAN et la Russie qui se transformera en une grande guerre régionale ou, dans le pire des cas, une guerre mondiale.

Le nouveau cycle d’escalade sera probablement synchrone avec certains développements politiques et diplomatiques importants, tels que l’élection présidentielle de 2020 aux États-Unis, les élections législatives russes de 2021 ou une nouvelle crise liée au transit du gaz russe en Ukraine. Les pourparlers à venir sur le format normand visant à régler le conflit en Ukraine ne déboucheront probablement pas sur une percée. Les parties peuvent convenir de mesures concrètes pour désamorcer la situation et réintégrer, dans un format donné, le RPD et le LPR en Ukraine en tant qu’autonomie. Néanmoins, la mise en œuvre de ces mesures se heurtera, comme toujours, à des obstacles notables, à commencer par l’attitude agressive du régime de Kiev et de ses sponsors étrangers.

Les chances d’une nouvelle vague de tensions dans la région seront particulièrement élevées entre avril-mai 2020 et mars-mai 2021. Cette nouvelle crise jouera entre les mains des élites financières occidentales et de l’establishment de Washington qui sont à la recherche d’opportunités éviter un impact dévastateur attendu de la crise économique mondiale à venir. Ils sont intéressés par les nouveaux marchés qui pourraient apparaître sur le territoire de la Russie en cas de désintégration, de pillage de ses ressources naturelles et de destruction des économies d’États européens dotés d’industries puissantes susceptibles de défier la domination américaine sur le terrain.

PLUS SUR LE SUJET:

Les EAU organisent une mission navale dirigée par l’Europe pour sécuriser les eaux du Golfe

Les EAU organisent une mission navale dirigée par l’Europe pour sécuriser les eaux du Golfe

Image de profil pour l'utilisateur Tyler Durden

par Tyler DurdenLun., 25/11/2019 – 02:450ACTIONSTwitterFacebookRedditEmailPrint

La France a annoncé dimanche qu’une mission de patrouille dans le Golfe Persique dirigée par l’Europe serait basée sur une base navale française récemment établie à Abou Dhabi, et que la patrouille navale deviendrait bientôt « opérationnelle » dans un climat de tension accrue entre Téhéran et Washington.

Paris a lancé des efforts pour faire décoller la mission européenne de sécurité maritime, en concurrence avec les efforts américains pour établir une mission dirigée par les États-Unis, ce que l’Iran et certains alliés européens craignent de provoquer une guerre, les dirigeants iraniens ayant condamné tout effort américain  » police « le détroit vital d’Hormuz .

« Ce matin, nous avons annoncé officiellement que le poste de commandement serait basé sur le territoire émirati », a déclaré à la presse la ministre de la Défense, Florence Parly , dans la capitale des Émirats arabes unis.

Un Rafale-M français atterrit à bord du USS George HW Bush, via la marine française.

«Nous espérons… contribuer à une navigation aussi sûre que possible dans une zone contestée et où il y a déjà eu un certain nombre d’incidents graves», a-t-elle expliqué.

La patrouille maritime devrait commencer au début de l’année prochaine et impliquer une dizaine de pays européens et non européens.

Parly a en outre condamné les dernières annonces iraniennes confirmant qu’il dépasse les limites de l’enrichissement d’uranium précédemment convenues dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015.

L’initiative maritime depuis sa première proposition en juillet a reçu un large soutien en Europe, y compris au Royaume-Uni, à la suite des « guerres de pétroliers » qui ont duré tout l’été et qui ont abouti à la capture d’un navire battant pavillon britannique, qui a été relâchée pendant plusieurs mois.

NEVER MISS THE NEWS THAT MATTERS MOST

ZEROHEDGE DIRECTLY TO YOUR INBOX

Receive a daily recap featuring a curated list of must-read stories.

Source de l’image: E PA / BGNES

Un diplomate occidental anonyme a précédemment déclaré à Reuters le sentiment général selon lequel les Européens devraient prendre les devants et non les Américains: « Les Américains veulent créer une » alliance de volontaires « confrontés à de futures attaques », mais ont affirmé que « Personne ne veut être sur cette voie de confrontation et une partie d’une poussée américaine contre l’Iran « .

Dimanche également, le ministère français de la Défense a confirmé l’envoi d’un équipement de défense saoudien pour faire face aux attaques à basse altitude faisant suite aux attaques d’Aramco du 14 septembre, que Riyad et ses alliés ont imputées à l’Iran, mais que les responsables de Téhéran ont démenti.

https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.zerohedge.com/&prev=search

Six projets contradictoires d’ordre mondial

Six projets contradictoires d’ordre mondial

par Thierry Meyssan

Les six principales puissances mondiales abordent la réorganisation des relations internationales en fonction de leurs expériences et de leurs rêves. Prudemment, elles entendent d’abord défendre leurs intérêts avant de promouvoir leur vision du monde. Thierry Meyssan décrit leurs positions respectives avant que la lutte ne commence.RÉSEAU VOLTAIRE | DAMAS (SYRIE) | 19 NOVEMBRE 2019 عربيΕΛΛΗΝΙΚΆENGLISHESPAÑOLITALIANOPORTUGUÊSROMÂNĂРУССКИЙTÜRKÇEDEUTSCH

+
PNG - 920.2 ko

Le retrait US de Syrie, même si celui-ci a été immédiatement corrigé, indique avec certitude que Washington n’entend plus être le gendarme du monde, l’« Empire nécessaire ». Il a déstabilisé sans attendre toutes les règles des relations internationales. Nous sommes entrés dans une période de transition au cours de laquelle chaque grande puissance poursuit un nouvel agenda. En voici les principaux.

Les trois « grands »

JPEG - 62.9 ko

Les États-Unis d’Amérique

L’effondrement de l’Union soviétique aurait pu provoquer celui des USA dans la mesure où les deux Empires étaient adossés l’un à l’autre. Il n’en fut rien. Le président George Bush Sr s’assura avec l’opération « Tempête du désert » que Washington devienne le leader incontesté de toutes les nations, puis il démobilisa 1 million de soldats et proclama la recherche de la prospérité.

Les sociétés transnationales scellèrent alors un pacte avec Deng Xiaoping pour faire fabriquer leurs produits par des ouvriers chinois, vingt fois moins payés que leurs homologues états-uniens. Il s’en suivit un développement considérable des transports internationaux de marchandises, puis la disparition progressive des emplois et des classes moyennes aux USA. Le capitalisme industriel était supplanté par un capitalisme financier.

À la fin des années 90, Igor Panarine, professeur à l’Académie diplomatique russe, analyse l’effondrement économique et psychologique de la société états-unienne. Il émit l’hypothèse de l’éclatement de ce pays sur le modèle de ce qui était advenu de l’Union soviétique avec l’apparition de nouveaux États. Pour repousser l’effondrement, Bill Clinton affranchit son pays du droit international avec l’agression de la Yougoslavie par l’Otan. Cet effort s’avérant insuffisant, des personnalités US imaginent d’adapter leur pays au capitalisme financier et d’organiser, par la force, les échanges internationaux pour que la période à venir soit un « nouveau siècle américain ». Avec George Bush Jr., les États-Unis abandonnèrent leur position de nation leader et tentèrent de se transformer en un pouvoir unipolaire absolu. Ils lancèrent la « guerre sans fin » ou « guerre au terrorisme » pour détruire une à une toutes les structures étatiques du « Moyen-Orient élargi ». Barack Obama poursuivit cette quête en y associant une kyrielle d’alliés.

Cette politique porta ses fruits, mais seul un très petit nombre en profita, les « super-riches ». Les États-uniens réagirent en élisant Donald Trump à la présidence de l’État fédéral. Celui-ci rompit avec ses prédécesseurs et, comme Mikhaïl Gorbatchev en URSS, tenta de sauver les USA en les allégeant de leurs engagements les plus coûteux. Il relança son économie en encourageant les industries nationales contre celles qui avaient délocalisé leurs emplois. Il subventionna l’extraction de pétrole de schiste et parvint à prendre le contrôle du marché mondial des hydrocarbures malgré le cartel formé par l’OPEP et la Russie. Conscient que son armée est d’abord une énorme bureaucratie, gaspillant un budget colossal pour des résultats insignifiants, il cessa le soutien à Daesh et au PKK, négociant avec la Russie une voie pour en terminer avec la « guerre sans fin » en y perdant le moins possible.

Dans la période à venir, les États-Unis seront prioritairement mués par la nécessité d’économiser sur toutes leurs actions à l’étranger, jusqu’à les abandonner si nécessaire. La fin de l’impérialisme n’est pas un choix, mais une question existentielle, un réflexe de survie.

JPEG - 37.4 ko

La République populaire de Chine

Après la tentative de coup d’État de Zhao Ziyang et le soulèvement de Tienanmen, Deng Xioping entreprit son « voyage vers le Sud ». Il annonça que la Chine continuerait sa libéralisation économique en nouant des contrats avec les multinationales US.

Jiang Zemin poursuivit sur cette voie. La côte se transforma en « atelier du monde », provoquant un gigantesque développement économique. Progressivement il nettoya le Parti communiste de ses caciques et veilla à ce que les emplois bien rémunérés s’étendent à l’intérieur des terres. Hu Jintao, soucieux d’une « société harmonieuse », abroge les impôts que payaient les paysans dans les régions intérieures toujours pas touchées par le développement économique. Mais il ne parvint pas à maîtriser les pouvoirs régionaux et sombra dans une affaire de corruption.

Xi Jinping se proposa d’ouvrir de nouveaux marchés en construisant un projet titanesque de voies commerciales internationales, les « routes de la soie ». Cependant ce projet arriva trop tard car, à la différence de l’antiquité, la Chine ne propose plus de produits originaux, mais ce que vendent les sociétés transnationales en moins chers. Ce projet fut accueilli comme une bénédiction par les pays pauvres, mais redouté par les riches qui se préparent à le saboter. Xi Jinping reprend position dans tous les îlots que son pays avait abandonnés en mer de Chine, lors de l’effondrement de l’Empire Qing et de l’occupation par les huit armées étrangères. Conscient de la puissance de destruction des Occidentaux, il fait alliance avec la Russie et s’interdit toute initiative politique internationale.

Dans la période à venir, la Chine devrait affirmer ses positions dans les instances internationales en conservant à l’esprit ce que les Empires coloniaux lui infligèrent au XIXème siècle. Mais elle devrait s’interdire d’intervenir militairement et rester une puissance strictement économique.

JPEG - 7.7 ko

La Fédération de Russie

Lors de l’effondrement de l’URSS, les Russes ont cru qu’ils allaient se sauver en adhérant au modèle occidental. En fait, l’équipe de Boris Eltsine, formée par la CIA, organisa le pillage des biens collectifs par quelques individus. En deux ans, une centaine d’entre eux, à 97 % issus de la minorité juive, s’accaparèrent tout ce qui était disponible et devinrent milliardaires. Ces nouveaux oligarques se livrèrent une bataille sans merci à coup de mitraillettes et d’attentats en plein Moscou, tandis que le président Eltsine faisait bombarder le parlement. Sans réel gouvernement, la Russie n’était plus qu’une épave. Des chefs de guerre et des jihadistes armés par la CIA organisèrent la sécession de la Tchétchénie. Le niveau de vie et l’espérance de vie s’effondrèrent.

En 1999, le directeur du FSB, Vladimir Poutine sauva le président Eltsine d’une enquête pour corruption. En échange, il fut nommé président du Conseil des ministres ; poste qu’il utilisa pour contraindre le président à la démission et se faire élire sa place. Il mit en place une vaste politique de restauration de l’État : il mit fin à la guerre civile en Tchétchénie et abattit méthodiquement tous les oligarques qui refusèrent de se plier devant l’État. Le retour de l’ordre fut aussi la fin du fantasme occidental des Russes. Le niveau de vie et l’espérance de vie se redressèrent.

Ayant rétabli l’état de droit, Vladimir Poutine ne se représenta pas à l’issue de deux mandats consécutifs. Il soutint un pâle professeur de droit, adulé par les États-Unis, Dmitry Medvedev, pour lui succéder. Mais n’ayant pas l’intention de laisser le pouvoir dans des mains faibles, il se fit nommer Premier ministre jusqu’à sa réélection comme président, en 2012. Croyant à tort que la Russie allait s’effondrer à nouveau, la Géorgie attaqua l’Ossétie du Sud, mais trouva instantanément le Premier ministre Poutine sur son passage. Celui-ci constata alors l’état pitoyable de l’armée rouge, mais parvint à vaincre grâce à l’effet de surprise. Réélu à la présidence, il s’attacha à réformer la Défense. Il mit à la retraite des centaines de milliers d’officiers, souvent désabusés et parfois ivrognes, et plaça le général tuvan (turcophone de Sibérie) Sergueï Choïgou au ministère de la Défense.

Reprenant un mode de gestion russe traditionnel, Vladimir Poutine sépara le budget civil d’une partie du budget militaire. Le premier est voté par la Douma, le second est secret. Il restaura la recherche militaire, tandis que les États-Unis imaginaient ne plus avoir à investir dans ce domaine. Il testa quantité d’armes nouvelles —dont des armes hypersoniques qui bouleversèrent la stratégie— avant de déployer la nouvelle armée rouge au secours de la Syrie. Il expérimenta ses nouvelles armes en situation de combat et décida celles qui seraient produites et celles qui seraient abandonnées. Il organisa une permutation trimestrielle de ses troupes afin que toutes, les unes après les autres, s’aguerrissent. La Fédération de Russie qui, en 1991, n’était plus rien est devenue en dix-huit ans la première puissance militaire mondiale.

Simultanément, il utilisa le coup d’État nazi en Ukraine pour récupérer la Crimée, un territoire russe administrativement rattaché à l’Ukraine par Nikita Khrouchtchev. Il affronta alors une campagne de sanctions agricoles de l’Union européenne qu’il utilisa pour créer une production intérieure autosuffisante.

Il noua une alliance avec la Chine et lui imposa de modifier son projet de routes de la soie en intégrant les besoins de communication du territoire russe pour fonder un « Partenariat de l’Eurasie élargie ».

-
-

Durant les années à venir, la Russie va tenter de réorganiser les relations internationales sur deux bases :
 séparer les pouvoirs politiques et religieux ;
 restaurer le droit international sur les bases formulées par le Tsar Nicolas II.

Les Européens de l’Ouest

JPEG - 24.1 ko

Le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord

Lors de la chute de l’URSS, le Royaume-Uni souscrivit avec des réserves au Traité de Maastricht. Le Premier ministre conservateur John Major entendait profiter de l’État supranational en construction tout en tenant sa monnaie à l’écart. Il se réjouit donc lorsque George Soros attaqua la Livre et la contraignit à sortir du SME (« serpent monétaire »). Son successeur, le travailliste Tony Blair redonna sa pleine indépendance à la Banque d’Angleterre et envisagea de quitter l’UE pour rejoindre l’ALENA. Il transforma la défense des intérêts de son pays en substituant des références aux Droits de l’homme au respect du Droit international. Il se fit le promoteur des politiques US de Bill Clinton, puis de George Bush Jr, encourageant et justifiant l’élargissement de l’Union européenne, la « guerre humanitaire » contre le Kosovo, puis le renversement du président iraquien Saddam Hussein. En 2006, il élabora le plan du « printemps arabe » et le soumit aux USA.

Gordon Brown hésita à poursuivre cette politique et tenta de retrouver une marge de manœuvre, mais son énergie fut happée par la crise financière de 2008, qu’il parvint pourtant à traverser. David Cameron mit en œuvre, avec Barack Obama, le plan Blair-Bush de « printemps arabe », notamment la guerre contre la Libye, mais à terme il ne parvint que partiellement à placer les Frères musulmans au pouvoir au Moyen-Orient élargi. En définitive, il démissionna après le vote par les électeurs du Brexit alors que le projet de rejoindre l’ALENA n’était plus à l’ordre du jour.

Theresa May se proposa d’appliquer le Brexit en ce qui concerne la sortie de l’État supranational du Traité de Maastricht, mais pas en ce qui concerne la sortie du marché commun antérieur à Maastricht. Elle échoua et fut remplacée par le biographe de Winston Churchill, Boris Johnson. Celui-ci décida de sortir totalement de l’Union européenne et de réactiver la politique étrangère traditionnelle du royaume : la lutte contre tout État concurrent sur le continent européen.

Si Boris Johnson reste au pouvoir, le Royaume-Uni devrait dans les prochaines années tenter de dresser l’Union européenne et la Fédération de Russie l’une contre l’autre.

JPEG - 7.5 ko

La République française

François Mitterrand n’a pas compris la dislocation de l’URSS, allant jusqu’à soutenir le putsch des généraux contre son homologue russe, Mikhaïl Gorbatchev. Quoi qu’il en soit, il y a vu une opportunité pour construire un État supranational européen, suffisamment grand pour rivaliser avec les USA et la Chine dans la continuité de la tentative napoléonienne. Aussi a-t-il promu, avec le chancelier Helmut Kohl, l’unification allemande et le Traité de Maastricht. Inquiet de ce projet d’États-Unis d’Europe, le président Bush Sr, convaincu de la « doctrine Wolfowitz » de prévenir le surgissement d’un nouveau challenger du leadership US, le contraignit à accepter la protection de l’UE par l’Otan et son élargissement aux ex-membres du Pacte de Varsovie. François Mitterrand utilisa la cohabitation et le ministre gaulliste de l’Intérieur, Charles Pasqua, pour combattre les Frères musulmans que la CIA lui avait fait accepter en France et que le MI6 utilisait pour évincer la France d’Algérie.

Jacques Chirac développa la dissuasion française en terminant les essais nucléaires aériens dans le Pacifique avant de passer aux simulations et de signer le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE). Simultanément, il adapta les armées aux besoins de l’Otan en mettant fin au service militaire obligatoire et en intégrant le comité militaire (planification) de l’Alliance. Il soutint l’initiative de l’Otan contre la Yougoslavie (guerre du Kosovo), mais —après avoir lu et étudié L’Effroyable imposture [1]— prit la tête de l’opposition mondiale à l’agression contre l’Iraq. Cet épisode lui permit de se lier avec le chancelier Schröder et de faire avancer l’État supranational européen qu’il concevait toujours comme un outil d’indépendance autour du couple franco-allemand. Déstabilisé par l’assassinat de son partenaire en affaires, Rafic Hariri, il se retourna contre la Syrie que les États-Unis désignaient comme le commanditaire du meurtre.

Préconisant une politique radicalement différente, Nicolas Sarkozy plaça l’armée française sous commandement US via le Commandement intégré de l’Otan. Il tenta d’élargir la zone d’influence française en organisant l’Union pour la Méditerranée, mais ce projet ne fonctionna pas. Il fit ses preuves en renversant Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire et, bien qu’il ait été dépassé par les printemps arabes en Tunisie et en Égypte, il prit la tête de l’opération de l’Otan contre la Libye et contre la Syrie. Cependant par réalisme, il constata la résistance syrienne et se retira du théâtre d’opération. Il poursuivit la construction des États-Unis d’Europe en faisant adopter le Traité de Lisbonne par le Parlement alors que les électeurs avaient rejeté le même texte sous le nom de « Constitution européenne ». En réalité, la modification des institutions, censées devenir plus efficaces avec 27 États-membres, transforme en profondeur l’État supranational qui peut désormais imposer sa volonté aux États-membres.

Arrivé au pouvoir sans y être préparé, François Hollande s’inscrit de manière un peu rigide dans les pas de Nicolas Sarkozy ce qui le conduit à en adopter l’idéologie. Il signe tous les traités que son prédécesseur avait négociés —y compris le Pacte budgétaire européen permettant de sanctionner la Grèce— en y ajoutant chaque fois, comme pour s’excuser de son revirement, une déclaration reprenant son propre point de vue, mais sans valeur contraignante. Ainsi autorise-t-il l’installation de bases militaires de l’Otan sur le sol français, mettant un terme définitif à la doctrine gaulliste d’indépendance nationale. Ou encore poursuit-il la politique d’agression contre la Syrie, se livrant à une surenchère verbale avant de ne rien faire sur ordre la Maison-Blanche. Il assigne à l’armée de Terre française une mission au Sahel, en faisant la supplétive au sol de l’AfriCom. Enfin, il justifie la Bourse d’échange des droits d’émission de CO₂‎ par l’Accord de Paris sur le climat.

Élu grâce au fonds de placement états-unien KKR, Emmanuel Macron est d’abord un défenseur de la globalisation selon Bill Clinton, George Bush Jr et Barack Obama. Cependant, il adopte rapidement la vision de François Mitterrand et de Jacques Chirac selon laquelle seul un État supranational européen permettra à la France de continuer à jouer un rôle international conséquent, mais dans sa version Sarkozy-Hollande : l’Union permet la contrainte. Ces deux lignes le conduisent parfois à des contradictions, notamment face à la Russie. Cependant elles se rejoignent dans une condamnation du nationalisme des États membres de l’Union européenne, un Brexit court, ou encore une volonté de rétablir le commerce avec l’Iran.

Dans les années à venir, la France devrait mesurer ses décisions en regard de leur impact sur l’édification de l’Union européenne. Elle cherchera en priorité à s’allier toute puissance œuvrant en ce sens.

JPEG - 8.1 ko

République fédérale d’Allemagne

Le chancelier Helmut Kohl perçoit la dislocation de l’Empire soviétique comme une opportunité pour réunir les deux Allemagnes. Il obtient le feu vert de la France en échange du soutien allemand au projet de monnaie unique de l’Union européenne, l’euro. Il obtient aussi l’accord des États-Unis qui y voient un moyen détourné de faire entrer l’armée est-allemande dans l’Otan malgré la promesse faite à la Russie de ne pas y faire adhérer la République démocratique allemande.

Une fois la réunification allemande réalisée, le chancelier Gerhard Schröder pose la question du rôle international de son pays, toujours sous le coup de sa défaite lors de la Seconde Guerre mondiale. Si l’Allemagne n’est plus militairement occupée par les quatre grandes puissances, elle n’en héberge pas moins d’énormes garnisons US et les sièges de l’EuCom et bientôt de l’AfriCom. Gerhard Schröder utilise la guerre « humanitaire » contre le Kosovo pour déployer légalement, pour la première fois depuis 1945, les troupes allemandes hors du pays. Mais il refuse de reconnaître ce territoire conquis par l’Otan comme un État. De même, il s’engage très fortement aux côtés du président Chirac contre la guerre états-uno-britannique en Iraq soulignant que rien ne prouve l’implication du président Saddam Hussein dans les attentats du 11-Septembre. Il tente d’influer sur la construction européenne de manière pacifique. Aussi renforce-t-il les liens énergétiques avec la Russie et propose-t-il une Europe fédérale (incluant à terme la Russie) sur le modèle allemand, mais il rencontre l’opposition de la France très attachée au projet d’État supranational.

La chancelière Angela Merkel revient à la politique de son mentor Helmut Kohl qui l’a fait passer en une nuit de ses responsabilités aux Jeunesses communistes d’Allemagne démocratique au gouvernement d’Allemagne fédérale. Surveillée étroitement par la CIA qui ne sait trop comment la définir, elle renforce les liens de l’Allemagne avec Israël et le Brésil. En 2013, sur proposition d’Hillary Clinton, elle demande à Volker Perthes d’étudier la possibilité de développer l’armée allemande pour jouer un rôle central au CentCom si les États-Unis déplacent leurs troupes vers l’Extrême-Orient. Elle commande alors des études sur la manière dont les officiers allemands pourraient encadrer les armées d’Europe centrale et orientale et demande à Volker Perthes de rédiger un plan pour la capitulation de la Syrie. Très attachée aux structures atlantistes et européennes, elle prend ses distances avec la Russie et soutient le coup d’État nazi en Ukraine. Par souci d’efficacité, elle exige que l’Union européenne puisse imposer sa volonté aux petits États-membres (Traité de Lisbonne). Elle se montre très dure lors de la crise financière grecque et place patiemment ses pions dans la bureaucratie européenne jusqu’à l’élection d’Ursula von der Leyen à la présidence de la Commission européenne. Lorsque les États-Unis se retirent du Nord de la Syrie, elle réagit immédiatement en proposant à l’Otan d’envoyer l’armée allemande la remplacer conformément au plan de 2013.

Dans les années à venir, l’Allemagne devrait privilégier les possibilités d’intervention militaire dans le cadre de l’Otan, particulièrement au Moyen-Orient, et se méfier du projet d’État supranational européen centralisé.

Faisabilité

Il est très étrange d’entendre parler aujourd’hui de « multilatéralisme » et d’« isolationnisme » ou d’« universalisme » et de « nationalisme ». Ces questions ne se posent pas dans la mesure où chacun sait depuis la conférence de La Haye (1899) que le progrès des techniques rend toutes les nations solidaires. Cette logorrhée cache mal notre incapacité à admettre les nouveaux rapports de force et à envisager un ordre du monde le moins injuste possible.

Seules les trois Grandes puissances peuvent espérer avoir les moyens de leur politique. Elles ne peuvent parvenir à leurs fins sans guerre qu’en suivant la ligne russe fondée sur le Droit international. Toutefois, le danger d’une instabilité politique intérieure aux USA fait planer plus que jamais un risque d’affrontement généralisé.

En quittant l’Union, les Britanniques se sont mis dans l’obligation de rejoindre les États-Unis (ce que Donald Trump refuse) ou de disparaître politiquement. Tandis que l’Allemagne et la France, en perte de vitesse, n’ont pas d’autres choix que de construire l’Union européenne. Or pour le moment, ils évaluent très différemment le temps disponible et l’envisagent de deux manières incompatibles ce qui pourrait les amener eux-mêmes à disloquer l’Union européenne.Thierry Meyssan

<img src="https://www.voltairenet.org/rien.gif" alt="

https://www.voltairenet.org/article208269.html

Facebook
Twitter

[1L’Effroyable imposture, Thierry Meyssan, Réédition : Demi-Lune.

http://Six projets contradictoires d’ordre mondial

Delicious
Seenthis
Digg
RSS

OTAN et Europe : Caroline Galactéros sur Radio Courtoisie

OTAN et Europe : Caroline Galactéros sur Radio Courtoisie

Posted on  14 novembre 2019 by  admin

Caroline Galactéros était l’invitée du Grand Entretien de la Matinale du 14 novembre 2019 de Radio Courtoisie.

Retrouvez son intervention en intégralité sur ce lien : https://www.radiocourtoisie.fr/2019/11/14/matinale-du-14-novembre-2019/

Pays membres de l’OTAN en 2019
https://www.radiocourtoisie.fr/2019/11/14/matinale-du-14-novembre-2019/

Partager cet article :

http://geopragma.fr/index.php/2019/11/14/otan-et-europe-caroline-galacteros-sur-radio-courtoisie/

L’Allemagne portera ses dépenses militaires à 2% du PIB d’ici 2031, promet Mme Kramp-Karrenbauer

L’Allemagne portera ses dépenses militaires à 2% du PIB d’ici 2031, promet Mme Kramp-Karrenbauer

PAR LAURENT LAGNEAU · 8 NOVEMBRE 2019

En 2014, en partie en réaction à l’annexion de la Crimée par la Russie, les alliés de l’Otan s’étaient mis d’accord sur l’objectif d’augmenter leurs dépenses militaires à un niveau équivalent à 2% de leur PIB d’ici dix ans. Et de consacrer 20% de cette somme à l’acquisition de nouveaux équipements ainsi qu’à la R&D [recherche et développement].

Actuellement, seuls sept pays membres de l’Otan ont déjà atteint – voire dépassé – cet objectif, dont les États-Unis, la Grèce, le Royaume-Uni, la Pologne, l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie. D’autres s’en approchent peu à peu et devraient être « dans les clous » en 2024. La France est également dans cette logique. Mais il lui faudra consentir d’importantes hausses de ses dépenses militaires après 2023 pour tenir l’engagement pris il y a cinq ans [environ 3 milliards d’euros par an, ndlr].

Le cas de l’Allemagne est plus compliqué… Et ce qui lui a valu – et vaut encore – des critiques acerbes du président américain, Donald Trump, qui a fait de cette règle des 2% au sein de l’Otan l’un de ses chevaux de bataille. Et le sommet de l’Otan organisé à Bruxelles, en juillet 2018, avait été particulièrement houleux quand il s’était agi d’aborder la question des dépenses militaires…

Quoi qu’il en soit, il est déjà acquis que l’Allemagne ne dépensera pas l’équivalent de 2% de son PIB pour ses forces armées [Bundeswehr] en 2024, l’objectif qu’elle s’est fixé étant de seulement 1,5% du PIB. Et encore, il n’est pas certain qu’elle y arrive, notamment en raison des tiraillements à ce sujet entre chrétiens-démocrates de la CDU/CSU et sociaux-démocrates du SPD au sein de la « grande coalition » dirigée par la chancelière Angela Merkel.

En effet, le ministre fédéral des Finances, Olaf Scholz [SPD] s’attache à contre-carrer les plans de son homologue à la Défense. Ainsi, Ursula von der Leyen, appelée à diriger la Commission européenne, avait dû engager un bras de fer avec son collègue… et consentir à quelques concessions.

En effet, et dans un contexte marqué par une dégration de la situation économique allemande, la trajectoire budgétaire actuelle de la Bundeswehr prévoit un budget – en baisse – correspondant à 1,24% du PIB en 2023.

Arrivée à mi-mandat, la coalition gouvernementale allemande est en train de redéfinir ses priorités et ses objectifs pour les deux prochaines années. Et, là encore, il y a des tiraillements au sujet de la politique de défense.

Ainsi, selon les médias d’outre-Rhin, M. Scholz et Annegret Kramp-Karrenbauer, la présidente de la CDU qui a remplacé à Mme Von der Leyen cet été, se sont affrontés au sujet des 2% du PIB. Pour le premier, il est absolument hors de question de porter les dépenses militaires allemandes à un tel niveau étant donné que cela signifierait que la Bundeswehr disposerait, à terme, d’un budget de 65 milliards d’euros. Ce qui, selon lui, ne correspondrait pas à ses besoins.

Or, Mme Kramp-Karrenbauer entend que cet objectif ne soit pas remis en cause… Finalement, d’après Der Spiegel, la grande coalition s’est donné pour objectif de porter les dépenses militaires à 1,5% à l’horizon 2024 « dans les limites des possibilités budgétaires ». Et d’indiquer que, par la suite, le budget de la Bundeswehr « continuerait à augmenter ».

Cependant, le 7 novembre, lors d’un discours prononcé devant des officiers de la Bundeswehr réunis à Munich, Mme Kramp-Karrenbauer a plaidé pour que l’Allemagne soit plus active au niveau militaire pour lutter contre le terrorisme et protéger « ses propres intérêts ». Pour cela, elle a proposé de mettre en place un « Conseil de sécurité nationale » et dit souhaiter vouleur accélérer les décisions parlementaires [le Bundestag a toujours le dernier mot dans ce domaine, ndlr].

« Un pays de notre taille, avec notre puissance économique et technologique, notre position géostratégique et nos intérêts mondiaux, ne peut pas simplement rester à l’écart et regarder. L’Allemagne doit participer aux débats internationaux et les faire avancer », a affirmé la ministre allemande.

Puis, en présence du secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, la ministre allemande a évoqué le sujet des dépenses militaire.

« L’Otan demeure et demeurera l’ancre de la sécurité européenne. Mais il est également évident que l’Europe doit augmenter ses propres capacités complémentaires à agir », a fait valoir Mme Kramp-Karrenbauer. « Cela commence par le budget de la défense. Nous devons atteindre 1,5% d’ici 2024 et 2% d’ici 2031 au plus tard », a-t-elle ajouté. Et, selon elle, ce niveau de dépenses ne vise pas à donner satisfaction au président Trump étant donné qu’il correspond « à notre propre intérêt de sécurité. »

En attendant, le compte n’y est pas pour M. Stoltenberg. « La légère tendance à la hausse des dépenses militaires allemande ne suffit pas. D’autres étapes sont nécessaires », aurait-il dit lors de la dernière réunion de l’Otan, à Bruxelles. Et justement, le prochain sommet de l’Alliance, qui se tiendra à Londres, en décembre, fera du « partage du fardeau » entre alliés l’un des sujets principaux.

http://www.opex360.com/2019/11/08/lallemagne-portera-ses-depenses-militaires-a-2-du-pib-dici-2031-promet-mme-kramp-karrenbauer/