Archives pour la catégorie F.M.I

Le FMI tente d’empêcher les Îles Marshall d’adopter une cryptomonnaie

Le FMI tente d’empêcher les Îles Marshall d’adopter une cryptomonnaie

+

Le Parlement des Îles Marshall a adopté, le 26 février 2018, le principe d’une cryptomonnaie (Declaration and Issuance of the Sovereign Currency Act 2018). Elle devrait être mise en œuvre par une société israélienne, Neema, sous le nom de Sovereign (SOV).

Les Îles Marshall, qui n’ont pas d’armée et dont la Défense est assurée par les États-Unis, n’ont pas de monnaie propre et utilisent le Dollar.

Selon le Fonds monétaire international, le projet de Sovereign n’offre aucune garantie en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Il pourrait donc ne pas obtenir la convertibilité en Dollar.

Affolé par cette perspective, le Parlement des Îles Marshall devra se prononcer le 12 novembre sur sa mise en application et, éventuellement, censurer le gouvernement d’Hilda Heine.

Actuellement, le Venezuela est le seul État au monde à disposer d’une crypto-monnaie, le Petro. Cependant, celle-ci n’est pas fixée sur le marché, mais sur les réserves naturelles du pays. Ce système a permis de mettre fin à la dépréciation abyssale du Nouveau Bolivar.

Depuis le début 2018, le Royaume-Uni, le Canada, Singapour, la Turquie et l’Iran étudient la possibilité de créer leur propre cryptomonnaie.

Documents joints

IMF Report
See page 6 : « Protecting fincial stability ».
(PDF – 1.4 Mo)

 

http://www.voltairenet.org/article203813.html

Publicités

La Turquie jure de sortir « plus forte », écarte toute aide du FMI

La Turquie jure de sortir « plus forte », écarte toute aide du FMI

Le ministre turc des Finances et gendre de Recep Tayyip Erdogan, Berat Albayrak, à Istanbul le 10 août 2018. / © AFP / Yasin AKGUL

Le puissant ministre turc des Finances s’est efforcé jeudi de rassurer les investisseurs étrangers, assurant que la Turquie n’avait pas besoin de l’aide du Fonds monétaire international pour sortir « encore plus forte » de la crise monétaire qu’elle traverse.

Berat Albayrak, qui est aussi le gendre du président Recep Tayyip Erdogan, s’est adressé dans l’après-midi à quelques milliers d’investisseurs originaires des Etats-Unis, d’Europe et d’Asie lors d’une téléconférence inédite qui s’annonçait comme un test de crédibilité.

« Nous sortirons encore plus forts de ces turbulences », a déclaré le ministre, selon des propos rapportés par la télévision d’Etat TRT.

Affirmant que la Turquie n’envisageait pas d’avoir recours au FMI, il a ajouté que son gouvernement s’efforcerait d’attirer des investissements directs de l’étranger.

La livre turque, qui s’est effondrée la semaine dernière sur fond de crise diplomatique avec les Etats-Unis, a réagi positivement à ces déclarations, rebondissant jeudi pour le troisième jour de suite.

Elle gagnait ainsi environ 3,9% de sa valeur face au dollar à 14H10 GMT par rapport à la séance de changes précédente, s’échangeant à 5,72 livres contre un billet vert, même si elle était loin d’effacer l’importante perte de ces derniers jours.

La livre semble s’être stabilisée depuis mardi sous l’effet de mesures prises par la banque centrale et de nouvelles barrières dressées par le régulateur turc des banques (BDDK) pour limiter la spéculation sur la devise turque.

– Risque de contraction –

Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d’un rassemblement public dans la région d’Unye. Le 11 août 2018. / © TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE/AFP / Cem OKSUZ

Cette dernière, qui a perdu 40% de sa valeur cette année, a connu la semaine dernière une spectaculaire débâcle qui a fait souffler un vent de panique sur les places boursières mondiales redoutant un effet contagieux.

Cet effondrement a été accéléré par l’escalade des tensions entre la Turquie et les Etats-Unis qui ont pris des sanctions réciproques et augmenté leurs tarifs douaniers respectifs pour certains produits.

Malgré le rebond de la livre de ces derniers jours, les économistes restent préoccupés par la dispute entre Ankara et Washington, liée notamment à la détention d’un pasteur américain en Turquie, et par la mainmise de M. Erdogan sur l’économie.

Les marchés ont sévèrement sanctionné le refus de la banque centrale de relever ses taux d’intérêt le mois dernier, en dépit de la chute de la livre et d’une inflation galopante. M. Erdogan, partisan de la croissance à tout prix, s’y oppose fermement.

M. Albayrak a promis jeudi que son gouvernement aurait deux priorités : combattre l’inflation, qui a atteint près de 16% en glissement annuel en juillet, et la discipline budgétaire.

– Entretien avec Macron –

Dans la tourmente financière, la Turquie a reçu un soutien de poids mercredi : l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a promis lors d’un entretien avec M. Erdogan à Ankara que son pays investirait 15 milliards de dollars dans ce pays.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan reçoit l’émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani / © TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE/AFP / Kayhan OZER

Signe que la crise avec Washington incite par ailleurs Ankara à renouer avec l’Europe, M. Erdogan s’est entretenu au téléphone mercredi avec la chancelière allemande Angela Merkel et avec son homologue français Emmanuel Macron jeudi.

Selon Ankara, MM. Erdogan et Macron ont souligné, au cours de cet échange, « l’importance de renforcer davantage (leurs) relations économiques ».

M. Albayrak s’est lui entretenu jeudi avec son homologue allemand, Olaf Scholz, et les deux ministres sont convenus de se rencontrer le 21 septembre à Berlin, selon Ankara.

Par ailleurs, la justice turque a ordonné mardi la libération de deux soldats grecs et mercredi du président d’Amnesty International en Turquie, des développements inattendus dans deux affaires qui ont contribué à tendre les rapports entre Ankara et l’Europe.

« Ces libérations ne sont évidemment pas une coïncidence », remarque une source diplomatique européenne.

« Mais les causes sous-jacentes (de la défiance) sont toujours là: on n’a toujours pas de garantie sur l’indépendance de la banque centrale ou de la justice », poursuit cette source. « Cela montre juste qu’Erdogan est très pragmatique quand il est sous pression économique ».

(©AFP / (16 août 2018 17h46)

https://www.romandie.com/news/ZOOM-La-Turquie-jure-de-sortir-plus-forte–carte-toute-aide-du-FMI/945985.rom

Le FMI estime qu’il n’y a « aucune preuve » que la Chine manipule sa monnaie

Le FMI estime qu’il n’y a « aucune preuve » que la Chine manipule sa monnaie

Washington – Il n’y a « aucune preuve » que la Chine manipule sa devise, a estimé mardi Maurice Obstfeld, chef économiste du Fonds monétaire international (FMI), répondant à une accusation du président américain Donald Trump.

En dépit des mouvements de devises constatés récemment, « il n’y a pas de preuve de manipulation », a-t-il déclaré lors d’un entretien avec la chaîne américaine CNBC.

Maurice Obstfeld a également relevé qu’un rapport du Trésor était parvenu à « la même conclusion ».

Mi-avril, le Trésor américain avait estimé que la Chine ne manipulait pas sa monnaie mais avait placé sous surveillance ce pays de même que la Corée du Sud, l’Allemagne, le Japon, la Suisse et l’Inde.

« La Chine, l’Union européenne et les autres manipulent leurs monnaies en baissant leurs taux d’intérêt », a accusé vendredi le président américain.

Mardi, la devise chinoise a touché un plus bas depuis juin 2017 face au billet vert.

La semaine dernière, Donald Trump a accusé la Chine de dévaluer sa monnaie afin de favoriser ses exportations de marchandises sur le marché américain et de permettre ainsi de compenser en partie les nouvelles taxes douanières américaines.

(©AFP / 24 juillet 2018 15h23)

https://www.romandie.com/news/Le-FMI-estime-qu-il-n-y-a-aucune-preuve-que-la-Chine-manipule-sa-monnaie/939317.rom

 

 

 

La guerre commerciale inquiète le FMI

La guerre commerciale inquiète le FMI

Par Grégoire Normand  |   |  797  mots
La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde.
La directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde. (Crédits : Michele Tantussi)
Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé ce lundi avoir maintenu sa prévision de croissance mondiale à 3,9% pour 2018 mais l’escalade des tensions commerciales constitue « un risque de dégradation important. »

Selon les dernières projections du Fonds monétaire international (FMI), la croissance mondiale devrait atteindre 3,9% en 2018 et 2019. Ce qui reste conforme aux dernières prévisions du mois d’avril dernier. La croissance mondiale devrait rester solide, mais elle apparaît moins équilibrée que par le passé. Selon l’institution internationale, la croissance du PIB pourrait rapidement accuser le coup si les menaces sur le commerce mondial se concrétisent. Après la Commission européenne la semaine dernière, les craintes se multiplient dans les institutions internationales.

> Lire aussi : Guerre commerciale : Bruxelles abaisse ses prévisions de croissance

Craintes des tensions commerciales

Les projections du FMI sont assombries par l’escalade des tensions commerciales et l’affaiblissement du soutien à l’intégration économique mondial dans certains pays avancés. La politique économique et commerciale de Donald Trump remplie d’incertitudes suscitent des inquiétudes chez les économistes du Fonds :

« Une escalade des tensions commerciales pourrait miner la confiance des entreprises et des marchés financiers, ce qui nuirait à l’investissement et au commerce. Au-delà de son impact immédiat sur l’état d’esprit des marchés, la prolifération de mesures commerciales pourrait accroître l’incertitude entourant la portée potentielle des mesures commerciales. »

Ils estiment que cette montée des tensions pourrait freiner l’investissement tandis que la multiplication des obstacles pourrait rendre les biens échangeables moins abordables, perturbant « les chaînes d’approvisionnement mondiales et ralentirait la propagation des nouvelles technologies, ce qui réduirait la productivité. » Dans ce contexte, les auteurs de la dernière note de prévisions indiquent que le volume du commerce mondial de biens et services pourrait baisser de rythme passant d’une croissance exceptionnelle de 5,1% en 2017 à 4,8% en 2018 et 4,5% en 2019.

> Lire aussi : La guerre commerciale pourrait coûter près d’un Smic à chaque Français

Coup de frein pour la zone euro

Après avoir connu une croissance très favorable en 2017 (2,4%), la zone euro devrait connaître un ralentissement de son activité en 2018 (2,2% et 1,9% en 2019) . Parmi les grandes économies de l’union monétaire, la France devrait voir son PIB sérieusement ralentir dans les deux prochaines années (1,8% en 2018 et 1,7% en 2019) contre 2,3% en 2017. En Allemagne, le coup de frein devrait être moins marqué. La première économie européenne devrait voir sa croissance ralentir à 2,2% en 2018 et 2,1% en 2019 contre 2,5% en 2019.

Dans l’Europe du Sud, la croissance devrait également marquer le pas pour l’Italie (1,2% en 2018 et 1% en 2019 contre 1,5% en 2017). Au Royaume-Uni, les incertitudes qui pèsent autour du Brexit ont amené les économistes du FMI à prévoir une croissance moindre en 2018 (1,4% en contre 1,7% en 2017) avant de légèrement se redresser en 2019 à 1,5%. Du côté des Etats-Unis, la croissance américaine devrait connaître un pic de croissance en 2018 à 2,9% (contre 2,3% en 2018) avant de retomber à 2,7% en 2019 laissant penser que l’économie outre-Atlantique devrait arriver en fin de cycle cette année.

Pour les pays émergents et les pays en développement, les experts de l’institution basée à Washington anticipent une croissance de 4,9% pour 2018 et 5,1% pour 2019 avec le pétrole plus cher, la hausse des taux d’intérêt américains, les tensions commerciales et les pressions des marchés sur les devises des pays dont les fondamentaux sont les plus faibles.

Si le PIB de la Chine devrait ralentir dans les deux années à venir (6,6% en 2018 et 6,4% en 2019 contre 6,9% en 2017, la croissance de l’Inde devrait accélérer à 7,3% en 2018 et 7,5% en 2019). Enfin, concernant l’évolution des prix à la consommation, il existe de fortes divergences entre les grandes régions du monde. L’inflation devrait passer de 1,7% en 2017 à 2,2% en 2018 et se maintenir à ce taux en 2019 sans les pays avancés. Dans les pays émergents, la hausse des prix devrait se maintenir à 4,4% sur les deux prochaines années.

Incertitudes politiques

Outre les facteurs économiques, l’organisation internationale note que l’incertitude politique liée à des échéances électorales à venir, comme les élections de mi-mandat aux Etats-Unis en novembre prochain ou les élections européennes au printemps 2019, pourrait décourager l’investissement privé et freiner l’activité économique. La situation politique italienne préoccupe particulièrement l’institution de Bretton Woods :

« les ventes massives d’obligations italiennes à la fin du mois de mai ont de nouveau mis en évidence les profonds problèmes structurels et les maigres volants de sécurité au niveau national, ce qui représente un risque considérable pour les perspectives. »

Ils évoquent également la montée des risques géopolitiques, la remise en cause du multilatéralisme et les troubles internes qui pèsent sur les projections de plusieurs pays en particulier au Moyen-Orient ou en Afrique Subsaharienne. Enfin, le dérèglement climatique pourrait encore accroître les flux migratoires et les risques économiques et humanitaires alors que les divisions en Europe sur ces sujets sont particulièrement sensibles actuellement.

https://www.latribune.fr/economie/international/la-guerre-commerciale-inquiete-le-fmi-785315.html#xtor=EPR-2-[l-actu-du-jour]-20180717

 

 

Les malheurs de l’empire (I)

Les malheurs de l’empire (I)

24 Mai 2018 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Asie centrale, #Chine, #Moyen-Orient, #Russie, #Sous-continent indien, #Gaz, #Pétrole, #Ukraine, #Economie, #Amérique latine

Paniqués, on le serait à moins à Washington. Pour l’empire, c’est 2016 qui recommence…

L’Eurasie se rapproche inexorablement, encouragée en ce sens par les gesticulations américaines. Un accord préliminaire en vue de la création d’une zone de libre échange a été paraphé entre l’Union Economique Eurasienne (UEE) et l’Iran, ce qui permettra d’adoucir les éventuelles sanctions US. Inutile de dire que les échanges ne se feront pas en dollars mais en roubles.

Chose intéressante, la signature a eu lieu quelques jours après la décision unilatérale de Donaldinho sur le nucléaire iranien. On a là un énième exemple du savoir-faire de Vladimirovitch : sans bruit, sans vagues, prendre une décision susceptible d’aider considérablement un allié tout en déminant les effets de l’agitation impériale.

De leur côté, après deux ans de négociations, les Chinois ont signé avec cette même UEE un accord économique et commercial qui devrait entrer en vigueur dès l’année prochaine. A mettre en relation avec les Nouvelles routes de la Soie qui gagnent déjà quotidiennement en importance bien que le pharaonique projet ait à peine débuté. Le commerce entre les pays concernés – Chine, Russie, Inde, Asie centrale – a considérablement augmenté, pas toujours dans le sens que l’on croit d’ailleurs. Ainsi, les importations du dragon ont bondi de 20% (666 Mds d’équivalents dollars) tandis que ses exportations ont crû de 8,5% (774 Mds). Nous étions plutôt habitués à l’inverse…

Après une avantageuse visite en Chine fin avril, où les différends frontaliers près du Bhoutan n’ont pas été publiquement abordés, le premier ministre indien Modi a fait un petit tour à Sochi pour rencontrer Poutine afin de « renforcer la relation stratégique spéciale » entre Moscou et New Delhi. Entre autres sujets abordés, la coopération militaire (S-400, Sukhois…)

Tout ce joli monde se retrouvera à Qingdao le mois prochain pour, non pas boire la délicieuse bière locale, mais inaugurer le nouveau format de l’Organisation de Coopération de Shanghai, la structure qui monte, qui monte… L’Inde et le Pakistan en faisant désormais pleinement partie, l’OCS regroupe la moitié de la population mondiale – dont les deux pays les plus peuplés de la planète -, s’étend sur près de 40 millions de km², compte quatre puissances nucléaires et bénéficie des ressources énergétiques fabuleuses de la Russie et de l’Asie centrale.

L’hôte a déjà dévoilé l’un des thèmes majeurs, avançant le concept d’une « sécurité commune, globale, coopérative et durable », et la promotion d’un « modèle de gestion de la sécurité résolvant à la fois les symptômes et les causes principales afin de porter la coopération de l’OCS sur la sécurité à un nouveau niveau ». Si l’empire maritime américain ne peut plus mettre le continent-monde à feu et à sang afin de le maintenir divisé, où va-t-on ma bonne dame… L’intégration eurasiatique semble inarrêtable, ce qui ne surprendra pas le fidèle lecteur de nos Chroniques (entre autres ici, ici, ici ou encore ici).

Cela sans compter la bourde stratégique impériale de se retirer de l’accord sur le nucléaire iranien. Si la décision a sa logique interne – plaire aux derniers clients de l’hégémon déclinant : Arabie saoudite et Israël -, elle risque fort de se révéler à terme catastrophique pour Washington.

L’objectif réel de Barack à frites en signant l’accord de 2015 n’avait rien de pacifique ou de noble ; il s’agissait de rendre les dirigeants iraniens plus malléables aux concessions (quitter la Syrie ou cesser le soutien au Hezbollah par exemple), et surtout d’éloigner l’Iran du couple sino-russe. La décision donaldienne et les sanctions qui en découlent vont au contraire pousser Téhéran dans les bras de l’Eurasie. L’alliance naturelle Russie-Chine-Iran en sortira renforcée et Spykman doit se retourner dans sa tombe…

Moscou et Téhéran, qui ne commercent plus en dollars, continueront leurs échanges comme si de rien n’était. Et l’accord voulu par Poutine entre l’UEE et l’Iran, que nous avons évoqué plus haut, le démontre.

Pour bien signifier que les relations commerciales sino-iraniennes continueront elles aussi contre vents et marées, Pékin vient d’ouvrir une ligne ferroviaire de fret de 8 000 km reliant les deux pays et le mastodonte énergétique chinois CNPC est d’ors et déjà prêt à remplacer Total sur le gisement gazier South Pars. A ce titre, la réaction nounouille de Micron n’est guère surprenante vu le parcours du personnage :

« Les conséquences indirectes de la décision américaine vont favoriser les positions russes et chinoises dans la région et avantager leurs entreprises. Mais nous n’allons pas déclencher une guerre commerciale avec les Etats-Unis sur l’Iran ou contre-sanctionner des entreprises américaines ».

Trop émoustillé par ses caresses au Donald lors de son séjour à la Maison Blanche ? La soumission de l’occupant de l’Elysée contraste en tout cas avec la combativité allemande, déjà visible à propos du Nord Stream II. L’eurocratie va-t-elle franchir le Rubicon et abandonner le dollar dans ses transactions pétrolières avec l’Iran ? Connaissant la clique impuissante de Bruxelles, rien n’est moins sûr…

Mais cette affaire a au moins le mérite de renforcer encore un peu plus la méfiance vis-à-vis du billet vert et de compromettre le pétrodollar sur lequel l’empire base une grande partie de sa puissance. Les Chinois n’en demandaient pas tant, eux qui préparaient depuis longtemps et ont lancé fin mars en fanfare leurs contrats à terme sur le pétrole libellés en yuan :

Les dernières péripéties ne pourront qu’augmenter l’attrait du pétroyuan, que Pékin encourage vivement. Même si la route est encore relativement longue avant de le voir surpasser le pétrodollar, c’est une menace mortelle pour l’empire.

D’autant plus que, événement crucial totalement passé sous silence, le paiement des intérêts de la dette américaine va pour la première fois de l’histoire dépasser le budget militaire. Or, c’est grâce à l’utilisation planétaire du dollar, notamment le pétrodollar, que les Etats-Unis ont financé leur dette depuis 1944 comme nous le rappelions il y a trois ans :

Alors que la poussière du débarquement de Normandie venait à peine de retomber et que la guerre contre l’Allemagne était loin d’être terminée, les Etats-Unis réunirent une quarantaine de pays à Bretton Woods pour préparer leur domination future. Contrairement à la Première guerre, leur intervention dans le second conflit mondial n’avait rien de débonnaire. C’était décidé, ils allaient s’intéresser aux affaires du monde. Et pour ce pays pétri d’idéologie messianique, convaincu d’être « la nation indispensable », s’intéresser au monde équivalait à le dominer.

Ce 22 juillet 1944, les délégués signèrent ni plus ni moins la domination universelle du dollar pour les décennies à venir, organisant le système monétaire international autour du billet vert. Parmi les nouveautés, un FMI et une Banque mondiale prêtant tous les deux uniquement en dollars, obligeant ainsi les pays demandeurs à acheter de la monnaie américaine, donc indirectement à financer les Etats-Unis. Le dollar était la pierre angulaire de tout le système, intermédiaire unique et indispensable pour demander un prêt, acheter de l’or et bientôt acheter du pétrole (pétrodollar en 1973). De Gaulle s’élevait déjà contre cette capacité inouïe de l’Amérique à « s’endetter gratuitement », donc à faire financer sa domination sur les autres par les autres. Giscard, qui n’avait pourtant rien d’un marxiste anti-impérialiste, parlait de « privilège exorbitant ». Nixon répondait : « notre monnaie, votre problème ».

On ne peut certes pas résumer les causes de la domination états-unienne de l’après-guerre au seul statut de sa monnaie, mais celui-ci a joué un rôle crucial. C’est ce que Washington est en train de perdre…

Pour beaucoup, la chute du dollar est désormais inévitable, entraînant avec lui l’empire. Seule la date pose question et les Chinois pourraient avoir leur mot à dire en accélérant le processus. Qu’ils convainquent, comme ils essaient de le faire depuis des mois, les Saoudiens de « switcher » le pétrodollar contre le pétroyuan, ce que nous envisagions en 2015, et l’édifice impérial s’écroule.

En passant, posons une question audacieuse qui, précisons-le tout de suite, ne s’appuie sur rien d’autre qu’une vague intuition personnelle : y a-t-il un éventuel rapport avec la soudaine disparition du liderissimo de Riyad, le prince héritier MBS, aux abonnés absents depuis plusieurs semaines ? Fin de notre petite parenthèse/hypothèse.

Le grand mouvement de dédollarisation qui commence à toucher la planète est à mettre en parallèle avec le pari de l’or fait par – qui d’autre ? – l’infernal duo sino-russe qui accumule le métal précieux depuis des années. Objectif : créer un système financier solide basé sur l’or et détruire ainsi la domination du dollar et autres monnaies papier des pays occidentaux endettés jusqu’au cou.

Déjà, Pékin et Moscou s’entendent comme larrons en foire :

De fait, le mariage aurifère est assez poussé. La Chine paye en yuans le pétrole russe qu’elle importe. Avec ces yuans, Moscou se précipite… à Shanghai pour acheter de l’or ! Circuit autarcique dont le dollar est totalement absent.

Assistera-t-on bientôt à un échange direct pétrole contre or ? Nous y allons tout droit. Ce système parallèle s’étendra-t-il ? C’est ce qui se prépare doucement mais sûrement au sein des BRICS, de l’OCS, des banques chinoises, chez certains alliés (Venezuela etc.) Et ce n’est certes pas la frénésie américaine de sanctionner tout ce qui bouge, notamment l’Iran, qui arrangera la confiance dans le système financier impérial, bien au contraire.

La Turquie a d’ailleurs annoncé en avril le rapatriement de ses réserves d’or aux Etats-Unis, lors d’un discours assez dur d’Erdogan. Le sultan a vertement critiqué l’oppression du billet vert et souhaité que les emprunts soient basés sur l’or. Il y a quelques jours, il a remis une couche contre l’empire en soutenant ouvertement Maduro, la bête noire de Washington au Venezuela. Il paraît que la Turquie est membre de l’OTAN…

Les dirigeants russe, français, japonais et la DG du FMI seront présents au Forum économique international de Saint-Pétersbourg

JAPON

Les dirigeants russe, français, japonais et la DG du FMI seront présents au Forum économique international de Saint-Pétersbourg

© Chine Nouvelle (Xinhua), le 11/05/2018 05:23

Le président russe Vladimir Poutine, le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre japonais Shinzo Abe et la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde participeront le 25 mai à la session plénière du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF).

Le thème clé du SPIEF 2018 est la construction d’une économie de la confiance.

Le SPIEF est une plate-forme internationale d’échanges et de discussions des affaires économiques importantes. Le forum 2018 aura lieu du 24 au 26 mai.

https://chine.in/actualite/asie/les-dirigeants-russe-francais-japonais_18445.html

La finance mondiale est maintenant plus dangereuse qu’en 2008

La finance mondiale est maintenant plus dangereuse qu’en 2008


Par Ambrose Evans-Pritchard – Le 22 janvier 2018 – Source The Telegraph via brunobertez.com

Résultat de recherche d'images pour "forum davos caricature"
Le système  financier mondial est aussi dangereusement étiré aujourd’hui qu’il l’était au sommet de la grande dernière bulle,  mais cette fois les autorités sont prisonnières, prises dans un piège tendu par leur propre politique, ce qui fait que les moyens de se défendre ont quasi disparu.

Neuf années d’urgence monétaire ont eu une série d’effets pervers et ont attiré les marchés émergents vers la dépendance à la dette, sans s’attaquer aux causes structurelles du désordre mondial.

William White dit que les leçons de la GFC ont été oubliées.

« Tous les indicateurs du marché semblent très similaires à ce que nous avions vu avant la crise de Lehman, mais la leçon a été oubliée » a déclaré William White, chef de la commission d’examen de l’OCDE et ancien économiste en chef de la Banque des règlements internationaux.

Le professeur White a déclaré que des signes inquiétants de dégradation du crédit apparaissent presque quotidiennement. La dernière en date est la révélation que le groupe de construction britannique Carillion, en grande difficulté, a tranquillement levé 112 millions de £ (195 millions de dollars) par l’intermédiaire des obligations allemandes Schuldschein. Le détaillant sud-africain Steinhoff a également exploité ce marché obscur en empruntant 730 millions d’euros (1,11 milliard de dollars).

Les obligations Schuldschein étaient autrefois un exemple de prêts solides aux entreprises familiales du Mittelstand en Allemagne. La transformation de ce coin du marché en une forme de shadow banking à haut risque montre comment le système de crédit a été faussé par les assouplissements quantitatifs (QE) et les taux d’intérêt négatifs. Le professeur White a dit qu’il y avait un optimisme enivrant au sommet de chaque boom instable quand les gens se persuadent que le risque s’estompe, mais c’est alors que les pires erreurs sont commises. Les indicateurs de stress étaient également très calmes en 2007, juste avant la tempête.

Cette fois, les banques centrales tiennent un tigre particulièrement féroce par la queue. Les ratios de la dette mondiale ont augmenté de 51 points en pourcentage du PIB depuis la crise de Lehman, atteignant un record de 327% (données de l’IIF).

C’est un nouveau phénomène dans l’histoire économique qui peut être tracé par les fuites de liquidité venant des QE à l’Ouest, qui ont inondé l’Asie de l’Est, l’Amérique latine et d’autres marchés émergents, avec une énorme poussée de la Chine poursuivant sa propre aventure. « Les banques centrales ont déversé plus de carburant sur le feu » a-t-il déclaré au Telegraph, avant le Forum économique mondial de Davos.

« Les régulateurs devraient-ils vraiment se féliciter que le système soit désormais plus sûr ? Personne ne sait ce qui va se passer quand ils vont détricoter les QE. Les marchés feraient bien de faire très attention car il y a beaucoup de points de fracture » a-t-il déclaré.

« Les sociétés pharmaceutiques sont soumises à des lois qui les obligent à tester des conséquences inattendues avant de lancer un médicament, mais les banques centrales ont lancé l’énorme expérience sociale du QE avec peu de réflexion sur les effets secondaires » a-t-il déclaré.

La Réserve fédérale américaine a déjà annulé ses achats d’obligations – ignorant les avertissements de l’ancien président de la Fed, Ben Bernanke – et elle accélèrera le rythme avec une baisse d’achat jusqu’à 50 milliards de dollars américains par mois cette année. Cela entraînera une augmentation de l’offre en bons du Trésor américain, au moment où la campagne éclair sur les impôts et les dépenses de l’administration Trump va pousser le déficit budgétaire américain à 1 000 milliards de dollars américains. La Chine et le Japon réduisent aussi leurs avoirs en bons du Trésor.

Tout cela a l’étoffe d’une tempête parfaite. Au mieux, l’implication est que les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans – le prix de référence de l’argent dans le monde – seront assez élevés pour envoyer des secousses à travers les marchés du crédit.

L’édifice sur-gonflé des marchés d’actions et d’actifs repose sur le principe que les taux d’intérêt resteront épinglés au plancher. Le dernier rapport de stabilité de l’Office of Financial Research du Trésor américain a averti qu’une hausse de 100 points de base réduirait la valeur de l’indice Barclays US Aggregate Bond à 1200 milliards de dollars US, avec des pertes supplémentaires sur les bons pourris et les hypothèques à taux fixe. Les dérivés sont inclus.

Les retombées mondiales pourraient être violentes. Les crédits en dollars hors des États-Unis ont quintuplé en 15 ans pour atteindre plus de 10 000 milliards de dollars américains. « C’est un très gros chiffre. Dès que le monde aura des problèmes, beaucoup de gens auront de la difficulté à rembourser cette dette en dollars » a déclaré le professeur White. Les emprunteurs subiraient le double choc de la hausse du dollar et de la hausse des taux.

Tandis que les banques ont maintenant des amortisseurs élevés en capital, le risque a migré vers des fonds d’investissement concentrés dans les métiers surpeuplés de la finance. La part des actions négociées en « dark pools » en dehors des bourses s’est envolée à 33%.

On peut s’inquiéter de savoir ce qu’il adviendra des fonds « à parité de risque » lorsque le cycle de l’inflation tournera. RBI Capital a prévenu dans sa lettre aux investisseurs que ces fonds pourraient mener à un « crash de liquidité ». La Deutsche Bank a conseillé à ses clients de sortir des options « put » en juin 2018 sur le S&P500 – une couverture contre une baisse du marché – arguant que le rallye semble tendu et que les fonds sur les risques de parité vont amplifier toute correction.

Ces fonds gèrent le risque en faisant correspondre les obligations et les actions grâce à une pondération dynamique. La stratégie a fonctionné pendant la phase « Goldilocks » de faible inflation et de hausse des marchés boursiers. Les deux ailes de opération ont bien répondu. Le danger est que les deux puissent aller mal en même temps.

Que le cycle de l’inflation tourne vraiment, et à quelle vitesse, est la question élémentaire de ce marché haussier. Ce qui est clair, c’est que les États-Unis ont comblé l’écart de production et qu’ils ont des contraintes de capacité.

La grande désinflation de ces trois dernières décennies était essentiellement un « choc de l’offre » à l’échelle mondiale. L’ouverture de la Chine et la chute du mur de Berlin ont ajouté 800 millions de travailleurs à l’économie marchande, faisant baisser les salaires et déclenchant un tsunami de biens bon marché. L’effet « Amazon » de la technologie numérique provoque un plafonnement des hausses de prix. La démographie de l’ère du baby-boom a joué son rôle en stimulant la surabondance de l’épargne mondiale.

Mais il y avait une autre caractéristique qui est souvent négligée. Les banques centrales sont intervenues « de manière asymétrique » à chaque cycle, laissant les booms se succéder, mais intervenant avec des mesures de relance pour amortir les crises. La BRI affirme que l’un des résultats a été de maintenir en vie les entreprises « zombies » insolvables et de bloquer la destruction créatrice qui mène à une productivité croissante.

« Tout pourrait basculer : les baby-boomers sont partis ; la population chinoise en âge de travailler est en baisse ; et les entreprises zombies vont enfin être obligées de fermer leurs portes alors que les coûts d’emprunt augmentent » a déclaré le professeur White.

Bien qu’une inflation plus élevée soit nécessaire dans un certain sens pour redresser le navire mondial – puisqu’elle soulève le PIB nominal plus rapidement et réduit la dette – le danger est que le choc des taux plus élevés frappe en premier.

Les banques centrales sont désormais prises dans un « piège de la dette ». Elles ne peuvent pas maintenir des taux proches de zéro à mesure que les pressions inflationnistes se développent, mais elles ne peuvent pas non plus facilement augmenter les taux parce qu’elles risquent de faire exploser le système. « C’est franchement effrayant » a déclaré le professeur White.

Les autorités n’ont peut-être pas encore atteint le bout de la route, mais cette stratégie est clairement dangereuse. La finance mondiale est devenue si sensible à la politique monétaire que les banques centrales risquent de déclencher un ralentissement bien avant d’avoir accumulé un coussin de sécurité de 400 à 500 points de base pour réduire les taux d’intérêt nécessaires pour lutter contre les récessions.

« Nous manquons de munitions. J’ai peur qu’à un moment donné, cela se résoudra avec beaucoup de défauts de paiement. Et qu’avons-nous fait avec le dividende démographique ? Nous l’avons gaspillé » a-t-il dit.

Ambrose Evans-Pritchard

Note du Saker Francophone

Je ne saurais trop vous conseiller de suivre les analyses de Bruno Bertez.

« C’est lorsque la prise de conscience se fera clairement que ce système touchera ses limites internes et qu’il volera en éclats. Nous disons bien ses limites internes. C’est la dynamique bullaire qui le fera exploser. »

Son analyse est aussi intéressante que l'article. La question centrale reste : combien de temps le système va-t-il pouvoir monétiser les dettes ?

Dès cette prise de conscience par les élites intermédiaires puis rapidement par les peuples, on va voir se mettre en place des boucles de rétro-action, chacun cherchant à défendre ses intérêts, états, multinationales, peuples, individus. On reviendra sur ce sujet dans quelques semaines avec une traduction fort passionnante sur les constantes historiques des fins d'Empire.

Et si c'est la BRI qui le dit ...

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

http://lesakerfrancophone.fr/la-finance-mondiale-est-maintenant-plus-dangereuse-quen-2008

L’impérialisme économique de l’oligarchie étasunienne

L’impérialisme économique de l’oligarchie étasunienne


Par Michael Hudson – Le 29 novembre 2017 – Source Counterpunch

En théorie, le système financier mondial est censé aider tous les pays à être gagnants. L’enseignement traditionnel de la finance internationale, du commerce et de l’« aide étrangère » (définie simplement comme n’importe quel crédit gouvernemental) dépeint un système quasi utopique qui profiterait à tous les pays, au lieu de les dépouiller de leurs actifs et de leur imposer l’austérité. La réalité, depuis la Première Guerre mondiale, est pourtant que les États-Unis ont pris l’initiative de façonner le système financier international de manière à favoriser les gains pour leurs propres banquiers, leurs exportateurs agricoles, leur secteur pétrolier et gazier, leurs acheteurs de matières premières à l’étranger – et surtout, à recouvrer les créances qui leur sont dues.

Chaque fois que ce système mondial s’est effondré au cours du siècle dernier, la principale force déstabilisatrice a été l’emprise excessive des États-Unis et la volonté de leurs banquiers et de leurs détenteurs d’obligations de réaliser des gains à court terme. Le système financier centré sur le dollar laisse de plus en plus de pays industriels et de pays du Tiers Monde à la traîne. Ses trois piliers institutionnels – le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) – ont imposé une dépendance monétaire, budgétaire et financière, dont les derniers à en pâtir ont été les pays baltes, la Grèce et le reste de l’Europe méridionale. Les tensions qui en résultent atteignent maintenant un tel point qu’elles sont en train de rompre les arrangements mis en place après la Seconde Guerre mondiale.

La fiction la plus destructrice de la finance internationale est que toutes les dettes peuvent et doivent être payées, même si cela doit faire s’écrouler les économies en les forçant à l’austérité – pour sauver les créanciers, pas le travail et l’industrie. Pourtant, les pays européens, et en particulier l’Allemagne, se gardent bien de rechercher une économie mondiale plus équilibrée qui favoriserait la croissance pour tous les pays et éviterait le ralentissement économique actuel et la déflation de la dette.

Imposer l’austérité à l’Allemagne après la Première Guerre mondiale

Après la Première Guerre mondiale, le gouvernement des États-Unis s’est écarté de la politique européenne traditionnelle : annuler la dette du soutien militaire. Les responsables américains ont exigé le paiement des armes expédiées à leurs alliés dans les années qui ont précédé l’entrée des États-Unis dans la Grande Guerre, en 1917. Les Alliés se sont tournés vers l’Allemagne pour obtenir des dommages de guerre afin de payer ces dettes. Dirigés par John Maynard Keynes, les diplomates britanniques ont cherché à se débarrasser de la responsabilité des conséquences de cette dette en promettant que tout l’argent qu’ils recevraient de l’Allemagne serait directement retransmis au Trésor américain.

Les sommes étaient si astronomiques que l’Allemagne a été poussée à l’austérité et à l’effondrement économique. La nation a souffert d’hyperinflation quand la Reichsbank a imprimé des billets pour en inonder le marché des changes. Le Mark a alors baissé, les prix à l’importation ont grimpé en flèche, ce qui a également fait grimper les prix sur le marché intérieur. La déflation de la dette ressemblait beaucoup à celle des débiteurs du Tiers Monde, il y a une génération, et à celle des PIIGS du sud de l’Europe actuellement (Portugal, Irlande, Italie, Grèce et Espagne).

Prétendant que les réparations et l’enchevêtrement de dettes entre alliés pouvaient être rendus solvables, un flux triangulaire de paiements a été facilité par une politique alambiquée d’argent facile de la part des États-Unis. Les investisseurs américains recherchaient des rendements élevés en achetant des obligations locales allemandes ; les municipalités allemandes remettaient à la Reichsbank les dollars qu’elles recevaient en échange de monnaie nationale ; et la Reichsbank utilisait cette devise étrangère pour payer les dommages de guerre à la Grande-Bretagne et aux autres alliés, ce qui permettait à ces pays de payer aux États-Unis ce qu’ils demandaient.

Mais les solutions fondées sur des tentatives visant à maintenir en place des dettes d’une telle ampleur en prêtant aux débiteurs l’argent qu’ils doivent rembourser ne peuvent être que temporaires. La Réserve fédérale américaine a maintenu ce flux triangulaire en gardant les taux d’intérêt américains à un bas niveau. Il était donc intéressant pour les investisseurs américains d’acheter des obligations municipales allemandes et d’autres dettes à haut rendement. Cela a également dissuadé Wall Street de retirer des fonds de Grande-Bretagne, ce qui aurait poussé son économie plus profondément dans l’austérité après la grève générale de 1926. Mais sur le plan intérieur, la faiblesse des taux d’intérêt américains et la facilité du crédit ont stimulé une bulle immobilière, suivie d’une bulle boursière, qui ont éclaté en 1929. Le flux triangulaire de paiements s’est effondré en 1931, laissant un héritage de dettes dévaluées pesant sur les économies américaine et européenne. La Grande Dépression a duré jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, en 1939.

La planification de l’après-guerre a pris forme à mesure que la guerre approchait de sa fin. Les diplomates américains avaient appris une leçon importante. Cette fois, il n’y aurait ni dette militaire ni dommages et intérêts. Le système financier mondial serait stabilisé en s’appuyant sur l’or et des règles faites pour les créanciers. À la fin des années 1940, les États-Unis détenaient quelque 75 % du stock mondial d’or de garantie monétaire. Cela a établi le dollar américain comme la monnaie de réserve mondiale, librement convertible en or à la parité de 1933, soit 35 dollars l’once.

Cela impliquait également que, comme dans les années 1920, les déficits de la balance des paiements européenne devraient être financés principalement par les États-Unis. Le recyclage des crédits officiels du gouvernement devait être filtré par l’intermédiaire du FMI et de la Banque mondiale, où les diplomates américains avaient le droit de veto pour rejeter les politiques jugées contraires à leur intérêt national. La « stabilité » financière internationale est ainsi devenue un mécanisme de contrôle mondial, pour maintenir des règles faites pour les créanciers et centrées sur les États-Unis.

Pour obtenir de l’or ou des dollars en guise de garantie de leurs propres systèmes monétaires, les autres pays devaient se conformer aux règles commerciales et d’investissement établies par les États-Unis. Ces règles prévoyaient l’abandon du contrôle des mouvements de capitaux ou de la limitation des prises de contrôle des ressources naturelles et du domaine public par des entités étrangères, ainsi que sur l’industrie et les systèmes bancaires locaux.

En 1950, le système économique mondial fondé sur le dollar était devenu de plus en plus intenable. L’or continuait d’affluer vers les États-Unis, renforçant le dollar ; jusqu’ à ce que la guerre de Corée renverse les choses. De 1951 à 1971, les États-Unis ont vu le déficit de leur balance des paiements s’aggraver, entièrement imputable aux dépenses militaires à l’étranger. (Le commerce et l’investissement du secteur privé restaient en équilibre constant).

La dette du Trésor américain remplace l’étalon or

Les dépenses militaires étrangères qui ont aidé à ramener l’or américain en Europe se sont transformées en déluge pendant que la guerre du Vietnam s’étendait en Asie, après 1962. Le Trésor a maintenu la stabilité du taux de change du dollar en vendant de l’or via le London Gold Pool à 35 $ l’once. Enfin, en août 1971, le président Nixon a arrêté l’hémorragie en cessant la convertibilité du dollar en or.

Il n’existait pas de plan pour ce qui allait se passer ensuite. La plupart des observateurs ont considéré que la fin du lien entre le dollar et l’or était une défaite pour les États-Unis. Cela a certainement mis fin à l’ordre financier d’après-guerre tel qu’il avait été conçu en 1944. Mais ce qui s’est passé ensuite fut tout l’inverse d’une défaite. N’étant plus en mesure d’acheter de l’or après 1971 (sans susciter une forte désapprobation de la part des États-Unis), les banques centrales n’avaient plus qu’un seul actif dans lequel elles pouvaient conserver le surplus de leur balance des paiements : la dette du Trésor américain. Même si ces obligations n’étaient plus « aussi bonnes que de l’or », cela n’a pas empêché les États-Unis d’en émettre à volonté pour financer l’envolée de leur déficit budgétaire.

En passant de la garantie or à celle d’un dollar apporté par le déficit de la balance des paiements des États-Unis, les réserves monétaires mondiales ont continué d’être renforcées par les dépenses militaires américaines, qui ont continué d’inonder les banques centrales étrangères de dollars excédentaires. Le déficit de la balance des paiements américaine a donc fourni les dollars qui ont financé ses déficits budgétaires intérieurs et la création de crédit bancaire – par l’intermédiaire des banques centrales étrangères recyclant les dépenses extérieures américaines vers le Trésor américain.

En fait, les pays étrangers ont été imposés, sans un mot à dire sur la façon dont leurs prêts au gouvernement américain étaient employés. Les banques centrales européennes n’étaient pas encore prêtes à créer leurs propres fonds souverains pour investir leurs apports en dollars dans des actions étrangères ou dans la propriété directe d’entreprises. Elles ont simplement utilisé leurs excédents commerciaux et de paiements pour financer le déficit budgétaire américain. Cela a permis au Trésor de réduire les taux d’imposition intérieurs, surtout pour les tranches de revenus les plus élevées.

L’impérialisme monétaire américain a confronté les banques centrales européennes et asiatiques à un dilemme qui persiste encore aujourd’hui : si elles n’achètent pas d’actifs en dollars, leurs monnaies se renforceront par rapport au dollar. L’achat de titres du Trésor américain est le seul moyen pratique de stabiliser leurs taux de change et, ce faisant, d’empêcher que leurs prix à l’export en dollars n’augmentent et qu’elles ne soient exclues des marchés de la zone dollar.

Le système s’est peut-être développé, au début, sans en prévoir tous les effets, mais il est rapidement devenu délibéré. Mon livre « Super Imperialism » s’est le mieux vendu dans la région de Washington DC, et j’ai obtenu un important contrat de l’Institut Hudson pour expliquer au ministère de la Défense comment ce système financier extractif fonctionnait exactement. J’ai été amené à la Maison Blanche pour l’expliquer, et les géo-stratèges américains ont utilisé mon livre comme manuel pratique (ce qui n’était pas non plus mon intention initiale).

L’attention s’est rapidement concentrée sur les pays exportateurs de pétrole. Après que les États-Unis eurent quadruplé les prix de leurs céréales à l’exportation, peu après la suspension de la convertibilité en or de 1971, les pays exportateurs de pétrole ont quadruplé le prix de leur pétrole. Lors d’une réunion à la Maison Blanche, j’ai appris que les diplomates américains avaient fait savoir à l’Arabie saoudite et à d’autres pays arabes qu’ils pouvaient facturer autant qu’ils le voulaient pour leur pétrole, mais que les États-Unis traiteraient cela comme un acte de guerre s’ils ne conservaient pas les profits de leur activité pétrolière en actifs libellés en dollars américains.

C’est à ce moment-là que le système financier international est devenu explicitement extractif. Mais il a fallu attendre 2009 pour que la première tentative de retrait de ce système se produise. Une conférence a été organisée à Ekaterinbourg (Russie) par l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). L’alliance comprenait la Russie, la Chine, le Kazakhstan, le Tadjikistan, le Kirghizstan et l’Ouzbékistan, avec le statut d’observateur pour l’Iran, l’Inde, le Pakistan et la Mongolie. Des responsables américains ont demandé à participer en tant qu’observateurs, mais leur demande a été rejetée.

La réponse des États-Unis a été d’étendre la nouvelle guerre froide au secteur financier, de réécrire les règles de la finance internationale à leur profit et à celui de leurs satellites – et de dissuader les pays de chercher à se libérer de la domination financière étasunienne.

Le FMI modifie ses règles pour isoler la Russie et la Chine

Cherchant à isoler la Russie et la Chine, la diplomatie conflictuelle de l’administration Obama a placé les institutions de Bretton Woods sous le contrôle encore plus étroit des États-Unis et de l’OTAN. Ce faisant, elle a perturbé les liens mis en place après la Seconde Guerre mondiale.

Le plan américain prévoyait de tellement nuire à l’économie russe qu’elle serait mûre pour un changement de régime (« révolution de couleur »). Mais cela a eu pour effet de la pousser vers l’Est, loin de l’Europe occidentale pour consolider ses relations à long terme avec la Chine et l’Asie centrale. En pressant l’Europe de transférer ses achats de pétrole et de gaz à ses alliés américains, les sanctions américaines ont perturbé le commerce et les investissements de l’Allemagne et d’autres pays européens avec la Russie et la Chine. Elles ont également fait perdre des occasions aux agriculteurs européens, à d’autres exportateurs et investisseurs – et ont eu pour conséquence un afflux de réfugiés en provenance d’États post-soviétiques en déliquescence attirés dans l’orbite de l’OTAN, le plus récent étant l’Ukraine.

Pour les stratèges américains, ce qui a rendu urgent le changement des règles du FMI, est le paiement d’une  dette de 3 milliards de dollars que l’Ukraine devait au Fonds souverain russe en décembre 2015. Le FMI refusait depuis longtemps d’accorder des crédits aux pays refusant de rembourser d’autres gouvernements. Cette politique visait principalement à protéger les créances financières du gouvernement américain, qui jouait habituellement un rôle de premier plan dans les consortiums avec d’autres gouvernements et les banques américaines. Mais sous la pression américaine, le FMI a modifié ses règles en janvier 2015. Celui-ci a annoncé qu’il serait désormais disposé à accorder du crédit aux pays en retard de paiement envers d’autres gouvernements – implicitement la Chine (que les géo-stratèges américains considèrent comme leur principal adversaire à long terme), la Russie et d’autres pays que les guerriers financiers américains pourraient vouloir isoler pour imposer leurs politiques de privatisation néolibérales. 1.

L’article I de la charte fondatrice du FMI (1944-1945) lui interdit de prêter à un membre engagé dans une guerre civile ou en guerre avec un autre État membre, ou à des fins militaires en général. Une raison évidente de cette règle est qu’un tel pays a peu de chances de gagner suffisamment de devises étrangères pour rembourser sa dette. Par exemple, le bombardement par l’Ukraine de sa propre région, le Donbass, après le coup d’État de février 2014, a détruit son industrie d’exportation, principalement vers la Russie.

Un refus de crédit du FMI aurait pu servir de levier pour forcer l’adhésion aux accords de paix de Minsk, mais la diplomatie américaine a rejeté cette possibilité. Lorsque le chef du FMI, Christine Lagarde, a accordé un nouveau prêt à l’Ukraine au printemps 2015, elle a simplement exprimé un espoir verbal de paix. Le président ukrainien Porochenko a annoncé le lendemain qu’il intensifierait sa guerre civile contre la population russophone dans l’est de l’Ukraine. Un milliard et demi de dollars du prêt du FMI a été accordé au banquier Igor Kolomoiski et a disparu dans les paradis fiscaux, le reste ayant été utilisé pour financer une armée anti-Donbass. Un million de réfugiés ont été chassés vers la Russie ; d’autres ont fui vers l’ouest en passant par la Pologne, pendant que l’économie et la monnaie ukrainienne plongeaient.

Le FMI a enfreint quatre de ses règles en prêtant à l’Ukraine : (1) Ne pas prêter à un pays qui n’a visiblement pas les moyens de rembourser son emprunt  (la règle « No More Argentinas », adoptée après le désastreux prêt du FMI à ce pays en 2001). (2) Ne pas prêter à un pays qui renie sa dette envers des créanciers officiels (la règle initialement destinée à forcer au remboursement des institutions américaines). (3) Ne pas prêter à un pays en guerre – qui, en fait, détruit sa capacité d’exportation et, partant, la capacité de sa balance des paiements à rembourser le prêt. Enfin (4), ne pas prêter à un pays peu susceptible d’imposer les « conditions d’austérité » du FMI ; l’Ukraine a accepté de passer outre l’opposition démocratique et de réduire les retraites, mais sa junte s’est avérée trop instable pour imposer les conditions d’austérité sur lesquelles le FMI avait insisté.

Le néolibéralisme américain promeut la privatisation des pays débiteurs

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis se servaient du dollar comme monnaie de référence et de son rôle dominant au sein du FMI et de la Banque mondiale pour orienter le commerce et l’investissement dans le sens de leur propre économie. Mais maintenant que la croissance de l’économie mixte chinoise a dépassé toutes les autres et que la Russie commence enfin à se redresser, les pays ont la possibilité d’emprunter à la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) et à d’autres consortiums non américains.

L’enjeu est bien plus que de savoir quels pays obtiendront les contrats bancaires. La question est de savoir si la philosophie du développement suivra la voie classique fondée sur l’investissement dans les infrastructures publiques ou si le secteur public sera privatisé et la planification confiée à des sociétés d’investissement privés.

Ce qui a fait des États-Unis et de l’Allemagne les principaux pays industrialisés du XXe siècle – et plus récemment la Chine – c’est l’investissement public dans les infrastructures économiques. L’objectif était de faire baisser le coût de la vie et de stimuler le commerce en fournissant des services de base de manière subventionnée ou gratuitement. Au contraire, les investisseurs américains exercent une influence sur l’endettement des pays du Tiers Monde, des économies post-soviétiques et, plus récemment, de l’Europe du Sud pour forcer à la vente des biens publics. Les plans actuels visant à renforcer la politique néolibérale avec le Partenariat transpacifique (TPP), le Partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (TTIP) et l’Accord de libre-échange transatlantique (TAFTA) vont si loin qu’ils cherchent  à transférer le pouvoir de planification gouvernemental au secteur financier et privé.

De toute évidence, les stratèges américains espéraient que la menace d’isoler la Russie, la Chine et d’autres pays les mettrait au pied du mur s’ils essayaient de faire du commerce ou d’investir avec leur monnaie nationale. Leur choix serait soit de subir des sanctions comme celles imposées à Cuba et à l’Iran, soit d’éviter l’exclusion en acquiesçant au système financier et commercial dollarisé et à ses tentatives de placer leurs économies sous contrôle américain.

Le problème de la capitulation, c’est que ce Consensus de Washington ne fonctionne qu’à court terme, car il sème les germes de la dépendance financière, des bulles d’endettement, de la déflation et l’austérité qui en découle. Ce plan financier consiste à créer des occasions d’escroquerie sur les prix et de gros profits pour les entreprises. Les traités commerciaux parrainés par les États-Unis obligeraient les gouvernements à payer des amendes égales au montant que les réglementations sur l’environnement, les lois protégeant les consommateurs et d’autres politiques sociales ponctionnent les profits des entreprises. Les entreprises seraient en mesure d’exiger des compensations de la part des pays dont les politiques sanitaires, financières, environnementales et d’intérêt public portent atteinte à leurs intérêts, et de saisir les gouvernements devant des tribunaux extrajudiciaires. Ces tribunaux, organisés en vertu des règles de la Banque mondiale et des Nations Unies, auraient le pouvoir d’ordonner aux contribuables de verser un important dédommagement pour compenser une législation considérée comme portant atteinte aux « bénéfices futurs escomptés » d’une entreprise. 2.

Cette menace politique divise le monde entre les économies pro-américaines et celles qui maintiennent les investissements publics dans l’infrastructure, ce qui est considéré comme un capitalisme progressiste. Le néolibéralisme parrainé par les États-Unis, qui soutient ses propres intérêts financiers et corporatifs, a poussé la Russie, la Chine et d’autres membres de l’Organisation de coopération de Shanghai à former une alliance pour protéger leur autonomie économique plutôt que de devenir dépendants d’un crédit en dollars qui les noie dans une dette en devises étrangères.

Au centre de la fracture mondiale actuelle se trouvent les derniers siècles de réformes sociales et démocratiques occidentales. Cherchant à suivre la voie classique du développement occidental en conservant une économie mixte public / privé, la Chine, la Russie et d’autres nations trouvent plus facile de créer de nouvelles institutions telles que l’AIIB que de réformer le FMI et la Banque mondiale. Leur choix se situe entre des gains à court terme dont la face sombre est une dépendance menant à l’austérité, ou un développement à plus long terme mais en toute indépendance et à prospérité ultérieure.

Toute résistance implique le risque d’un renversement militaire ou d’un coup d’État clandestin. Bien avant la crise ukrainienne, les États-Unis avaient déjà abandonné la prétention de soutenir les démocraties. Les dés ont été jetés en 1953 avec le coup d’État contre le gouvernement laïc iranien et le coup d’État de 1954 au Guatemala pour s’opposer à la réforme agraire. Le soutien aux oligarchies clientes et aux dictatures en Amérique latine dans les années 1960 et 1970 a été mis en évidence par le renversement d’Allende au Chili et le programme d’assassinat de l’Opération Condor sur tout le continent. Sous la présidence de Barack Obama et de la secrétaire d’État Hillary Clinton, les États-Unis ont affirmé que le statut de « nation indispensable » des États-Unis d’Amérique leur a valu de soutenir les récents coups d’État au Honduras et en Ukraine et de parrainer l’attaque de l’OTAN contre la Libye et la Syrie, laissant l’Europe absorber les réfugiés.

Le choix de l’Allemagne

Ce n’est pas ainsi que les Lumières étaient censées évoluer. Le décollage industriel de l’Allemagne et d’autres nations européennes impliqua une longue lutte pour libérer les marchés des rentes foncières et des charges financières siphonnées par leurs aristocraties terriennes et leurs banquiers. C’était l’essence même de l’économie politique classique du XIXe siècle et de la social-démocratie du XXe siècle. Il y a un siècle, la plupart des économistes s’attendaient à ce que le capitalisme industriel produise une économie d’abondance et à ce que des réformes démocratiques appuient les investissements dans l’infrastructure publique et la réglementation pour contenir le coût de la vie. Mais la diplomatie économique américaine menace maintenant d’inverser radicalement cette idéologie économique en cherchant à démanteler le pouvoir de réglementation public et à imposer un programme de privatisation radical en vertu du TTIP et du TAFTA.

Les théories commerciales dépeignent le commerce et l’investissement comme aidant les pays pauvres à rattraper leur retard, les obligeant à s’en sortir en devenant plus démocratiques pour surmonter les avantages acquis de leurs oligarchies, selon les principes utilisés par les économies industrielles européennes et nord-américaines. Au lieu de cela, le monde a plutôt tendance à se polariser, et non pas à converger. La bulle financière transatlantique a éclaté en provoquant un passif d’austérité depuis 2008. Les économies endettées sont poussées à surmonter leur ralentissement économique en privatisant leur domaine public.

La question immédiate à laquelle sont confrontés l’Allemagne et le reste de l’Europe occidentale est de savoir encore combien de temps ils vont sacrifier leurs occasions commerciales et d’investissement avec la Russie, l’Iran et d’autres économies en adhérant aux sanctions américaines. L’intransigeance américaine menace de forcer un choix « avec ou contre nous » dans ce qui se profile comme un changement géopolitique systémique sur le rôle approprié des gouvernements : leurs secteurs publics doivent-ils fournir des services de base et protéger les populations contre les monopoles prédateurs, l’extraction de rentes et la polarisation financière ?

La crise financière mondiale actuelle remonte à la Première Guerre mondiale et à ses conséquences. Le principe qui devait être exprimé était le droit des nations souveraines à ne pas être forcées de sacrifier leur survie économique sur l’autel des exigences intergouvernementales et de la dette privée. Le concept de nation inscrit dans le Traité de Westphalie de 1648 a fondé le droit international sur le principe de la parité des États souverains et de la non-ingérence. Sans une solution de rechange globale pour éviter que les dettes ne polarisent les sociétés et ne déchirent les économies, l’impérialisme monétaire des pays créanciers est inévitable.

La fracture mondiale du siècle dernier entre l’économie des créanciers et celle des débiteurs a interrompu ce qui semblait être le destin démocratique de l’Europe de permettre aux gouvernements de prendre le pas sur les intérêts financiers des rentiers. Au lieu de cela, l’Occident suit l’hégémonie diplomatique des États-Unis pour un retour à l’époque où ces intérêts régnaient sur les gouvernements. Ce conflit entre créanciers et démocratie, entre oligarchie et croissance économique (et en fait, survie) restera la question déterminante de notre époque, pour la prochaine génération, et probablement pour le reste du XXIe siècle.

Michael Hudson

Cet article est adapté de l’édition allemande de « Super-Imperialism » (2017).

Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone.

Notes

  1. Je donne le contexte complet dans « The IMF Changes its Rules to Isolate China and Russia », 9 décembre 2015, disponible sur michael-hudson.com, Naked Capitalism, Counterpunch and Johnson’s Russia List
  2. Lori M. Wallach, « The corporation invasion », Le Monde Diplomatique, 2 décembre 2013, http://mondediplo.com/2013/12/02tafta. Elle ajoute : « Certains investisseurs ont une conception très large de leurs droits. Les entreprises européennes ont récemment intenté des actions en justice contre l’augmentation du salaire minimum en Égypte ; Renco s’est battu contre la politique de lutte contre les émissions toxiques au Pérou, en utilisant un accord de libre-échange entre ce pays et les États-Unis pour défendre son droit à polluer (6). Le géant américain du tabac Philip Morris a intenté des poursuites contre l’Uruguay et l’Australie au sujet de leur législation antitabac. » Voir aussi Yves Smith, « Germany Bucking Toxic, Nation-State Eroding Transatlantic Trade and Investment Partnership », Naked Capitalism, 17 juillet 2014, et « Germany Turning Sour on the Transatlantic Trade and Investment Partnership », Naked Capitalism, 30 octobre 2014

 

http://lesakerfrancophone.fr/limperialisme-economique-de-loligarchie-etasunienne