Archives pour la catégorie France

Pour la députée LREM Sira Sylla, «si l’Afrique sombre dans le terrorisme, l’Europe sombrera aussi»

RECHERCHESur les lieux de l'explosion d'un terroriste-kamikaze au Niger, archives

Pour la députée LREM Sira Sylla, «si l’Afrique sombre dans le terrorisme, l’Europe sombrera aussi»

© AFP 2019 BOUREIMA HAMAAFRIQUE15:38 15.01.2020(mis à jour 15:39 15.01.2020)URL courtePar Christine H. Gueye444S’abonner

Cheville ouvrière de la politique africaine d’Emmanuel Macron, s’appuyant sur l’implication des diasporas, Sira Sylla, députée LREM, estime que le sommet de Pau représente un tournant au Sahel. Invitée de Sputnik France, elle revient sur le Sommet G5 Sahel, le rôle de la France et de la Russie dans la région et sur son action pour la Francophonie.

«Ce sommet [à Pau, ndlr] a constitué un temps fort, puisque les États du G5 Sahel ont réaffirmé la nécessité de la force Barkhane. On peut aussi saluer la création de la Coalition Sahel qui va s’organiser autour de quatre piliers», s’est félicitée la députée LREM, Sira Sylla, au micro de Sputnik France.

Lors d’un entretien dans nos locaux le mardi 14 janvier, la parlementaire En Marche de la 4e circonscription de Seine Maritime a détaillé ces quatre piliers, avant d’expliquer son action avec les diasporas et dans le cadre de la Francophonie.

«La lutte contre le terrorisme, la formation des militaires sur place –donc le renforcement des capacités militaires–, la nécessité d’un retour de la présence de l’État –puisqu’il n’y en a plus– et le développement. Les États du G5 Sahel et la France ont réussi à s’unir sur ces quatre piliers et cela, c’est un signe encourageant.»

Réagissant aux décisions annoncées lors du sommet des chefs d’État du G5 Sahel, réunis à Pau le 13 janvier à la demande du président Emmanuel Macron, Sira Sylla, qui est d’origine sénégalaise, mais née à Rouen, s’est félicitée de la «remobilisation» des Etats du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) autour de la France sur ces quatre piliers.

Initialement prévu le 16 décembre pour «clarifier» la volonté des États sahéliens d’accueillir des troupes françaises chez eux, après les discours anti-français qui se sont fait entendre, notamment au Mali, ce sommet avait été reporté. Depuis l’attaque d’Inatès, au Niger, le 10 décembre, ayant causé la mort de 71 militaires nigériens, de nouveaux assauts des djihadistes se sont produits, provoquant à nouveau de nombreuses victimes dans la zone sensible, dite des trois frontières.

«Concernant le sentiment anti-français, c’est vrai [qu’il existe, ndlr], mais je préfère, pour ma part, répondre par la pédagogie. Il faut expliquer sur place ce que fait Barkhane, ce que font les différentes forces internationales. Il faut aussi que les Etats et les élus, là-bas, s’engagent sur le terrain [pour dire à quoi sert Barkhane, ndlr]. On ne peut pas laisser les pays du G5 Sahel dans une telle situation. Car si l’Afrique sombre dans le terrorisme, l’Europe sombrera aussi», a déclaré Sira Sylla au micro de Sputnik France.

Marine Le Pen et Emmanuel Macron

© REUTERS / ERIC FEFERBERGMarine Le Pen soutient Macron sur ce pointCertains médias français répètent à l’envi que la Russie serait derrière les demandes de départ des troupes françaises du Mali. Moscou attiserait donc le sentiment anti-français grandissant au Sahel, parce qu’il viserait à prendre la place de Paris dans la région. Des allégations qui laissent Sira Sylla sceptique.

«Je ne prends pas pour argent comptant ce que les médias racontent sur les Russes. Je constate par rapport à ce que je vois et par rapport à ce que disent des ONG sérieuses qui se rendent souvent sur le terrain. On ne peut pas tout mettre sur le dos des Russes. Il vaut mieux être concret, aller sur le terrain et que tous les États avancent ensemble. Or, la Coalition Sahel, ça, c’est du concret», répond Sira Sylla sans détour.

S’unir pour contrer les djihadistes

Dans un communiqué publié lundi 13 janvier soir par l’Élysée à l’issue de la conférence de presse donnée par le Président de la République aux côtés de ses homologues du G5 Sahel, ceux-ci ont surtout insisté sur le besoin d’une «plus grande coordination dans la mise en œuvre des initiatives en cours au Sahel» et d’un «engagement international renforcé» afin de combattre plus efficacement les groupes armés terroristes actifs dans cette zone.

Sira Sylla, députée de la République en marche (LRM) est chargée des diasporas africaines et de la Francophonie.

© PHOTO. ASSEMBLÉENATIONALEFRANÇAISESira Sylla, députée de la République en marche (LRM) est chargée des diasporas africaines et de la Francophonie.

«À cette fin, un nouveau cadre politique, stratégique et opérationnel appelé Coalition pour le Sahel, rassemblant les pays du G5 Sahel et la France à travers l’opération Barkhane et ses autres formes d’engagements, les partenaires déjà engagés ainsi que tous les pays et organisations qui voudront y contribuer, est organisé autour de quatre piliers», précise le communiqué de l’Élysée.

Mali, opération Barkhane

© PHOTO. DAPHNE BENOITSahel: Macron annonce l’envoi de 220 soldats supplémentaires pour renforcer la force BarkhaneSur la base des décisions qui ont été arrêtées à Pau, c’est dans la région des trois frontières (Burkina Faso, Mali, Niger) que les efforts vont désormais se concentrer «sous le commandement conjoint de la Force Barkhane et de la Force conjointe du G5 Sahel, en ciblant en priorité l’EIGS*.»

De surcroît, toujours selon ce communiqué, le commandement conjoint de cette coalition accueillera «progressivement» l’ensemble des pays volontaires et partenaires, dont les contributions militaires rejoindront l’opération Barkhane, comme le futur groupement de forces spéciales européennes, baptisé «Task Force Takuba», s’inscrivant dans ce premier pilier, celui de la lutte antiterroriste.

Sortir des liens néocolonialistes

Revenant sur l’annonce récente à Abidjan (Côte d’Ivoire), où elle a accompagné Emmanuel Macron, de la fin du franc CFA en faveur de l’ECO, Sira Sylla s’est également réjouie que ce soit des États africains qui aient demandé de mettre un terme au franc CFA. «Nous ne pouvons que nous féliciter de ce que la France sorte des instances de décision», a-t-elle ajouté, se déclarant très fière d’avoir pu assister à ce moment «historique» empreint d’émotion.

Du coup, elle comprend mal les critiques dont le Président de la République continue de faire l’objet de la part de militants anti-CFA.

«Le handicap de la relation entre la France et l’Afrique, c’est que nous restons enlisés dans un passé post-colonialiste. Les Africains doivent prendre leur destin en main. Or, j’ai toujours l’impression qu’il y a un peu de schizophrénie. On voulait la fin du franc CFA. On l’a et c’est même annoncé. Mais on continue de pointer du doigt en direction d’Emmanuel Macron. Il n’est quand même pas tout seul dans cette affaire. Il y a bien une autre partie en face, qui est celle des chefs d’État africains de la zone franc», s’insurge la parlementaire LREM.

Même si elle ne nie pas que des questions «sensibles», comme l’augmentation subite des frais de scolarité pour les étudiants étrangers, la Loi Asile et immigration ou la présence omnipotente de grands groupes français tels que Bolloré, voire Auchan, peuvent empoisonner la relation entre la France et l’Afrique, elle rejette catégoriquement les accusations d’hypocrisie à l’encontre de «son» Président.

Le plus important, pour elle, est de conserver intacte sa détermination à faire bouger les lignes en poursuivant son combat auprès des diasporas africaines, qu’elle veut de plus en plus impliquer dans la nouvelle politique africaine de la France et au sein de la Francophonie:

«C’est en tous cas le sens de mon engagement aux côtés d’Emmanuel Macron pour que les diasporas africaines s’impliquent davantage dans la co-construction de relations apaisées», confie Sira Sylla.

*L’État islamique au Grand Sahel (EIGS) est une organisation terroriste interdite en Russie

https://fr.sputniknews.com/afrique/202001151042908570-pour-la-deputee-lrem-sira-sylla-si-lafrique-sombre-dans-le-terrorisme-leurope-sombrera-aussi/

Sortir du brouillard sahélien

Sortir du brouillard sahélien

Partager sur

09 janvier, 2020
Note

Leslie Varenne

Le 4 décembre dernier, lors du sommet de l’OTAN, Emmanuel Macron avait convoqué de manière très peu diplomatique ses homologues du G5 Sahel en les appelant à clarifier leurs positions sur la présence de la force Barkhane dans la Bande sahélo-saharienne, une présence fortement décriée par leurs opinions publiques. Après un report, des remous, des tensions et des conciliabules, le sommet aura donc bien lieu le 13 janvier à Pau, les cinq chefs d’Etat ayant fini par accepter de s’y rendre. Ironie de l’histoire, si au départ, dans l’esprit du président français, cette réunion devait obliger les présidents du G5 Sahel à apporter des « réponses claires et assumées » sur la présence de Barkhane, finalement, ce sera à la France de se livrer à un nécessaire exercice de clarification pour sortir de sa confusion stratégique (1). Toutes les parties devront également jouer cartes sur table pour essayer, autant que faire se peut, de sortir le Sahel de la zone rouge dans laquelle il se trouve. 

Financement du terrorisme

Le financement du terrorisme est bien évidemment la première question qui doit être mise sur le tapis de Pau, si celle-ci n’est pas traitée, toutes les autres seront nulles et non avenues. En novembre dernier, le ministre nigérien de la Défense, Issoufou Katembé a déclaré : « Nous savons d’où viennent les financements des groupes terroristes. Il faut que les Etats qui sont derrière ces financements arrêtent » (2). Cette injonction à cesser d’alimenter les djihadistes de la zone n’a pas porté ses fruits, bien au contraire. Selon des informations obtenues par l’IVERIS, un émir d’AQMI basé dans la zone ouest du Mali, qui vient de quitter son organisation pour intégrer l’Etat Islamique dans le Grand Sahara (EIGS), recrute actuellement à tour de bras, en distribuant des sommes conséquentes, 500 000 CFA et une Kalachnikov à toute personne qui rejoint ses rangs. A tel point que cette organisation est en train de supplanter AQMI et s’installe durablement dans la zone dite des trois frontières, où la présence de djihadistes étrangers est de plus en plus visible. A terme, l’instauration d’un califat dans cette région est à redouter, même si pour des raisons tactiques il n’est pas proclamé officiellement.

Cette augmentation de la capacité de nuisance des groupes armés terroristes n’est possible que grâce aux moyens conséquents dont ils disposent. Or comment gagner une guerre lorsque des Etats, qui, au passage sont vos alliés, sponsorisent vos ennemis ? Cette question concerne la France mais également tous les pays du G5 Sahel qui acceptent des fonds de la part de pays qui, dans le même temps, alimentent les responsables des drames quotidiens que subissent les populations et causent des pertes considérables dans les rangs des armées nationales (3).

En outre, un des plus grands dangers qui guette le Sahel actuellement est la mise en place d’une économie de guerre, avec en prime le narcotrafic, qui profite aux terroristes comme à certaines élites de ces Etats ; ce qui, compte tenu des dividendes engrangés, pourrait « éterniser » le conflit.

 Clarification française

 L’opération Takouba

Pour sortir de sa solitude sahélienne, la France a tenté de sonner le rappel des troupes en Europe en créant une nouvelle force militaire, une unité de forces spéciales, baptisée Takouba, qui aurait dû être opérationnelle ce mois. Problème, peu d’Européens se sont montrés enthousiastes. Les Allemands ont refuséla Belgique a accepté de dépêcher trois militairesles Estoniens enverront, eux, une quinzaine de membres de leur force spéciale, mais pas avant le deuxième trimestre 2020Reste la République tchèque qui se propose de déployer soixante hommes prochainement…

Que va faire la France ? Renoncer à cette mauvaise idée d’un empilement de forces, (il en existe déjà six, Takouba serait la septième) ? Revoir sa politique d’un tout sécuritaire qui a montré ses limites puisque les résultats ne sont pas au rendez-vous et que les groupes terroristes ne cessent de prendre de l’ampleur, tant par le nombre de combattants que par les attaques de plus en plus sophistiquées et meurtrières ? Va-t-elle enfin se doter d’une vision stratégique et politique de long terme au lieu de réagir au coup par coup, en créant à chaque fois de nouveaux mécanismes inutiles, comme Takouba ou le P3S ?

Désengagement des Etats-Unis dans le Sahel ?

Fin décembre, le New York Times a annoncé une réduction importante des troupes américaines en Afrique, notamment dans le Sahel. Le Pentagone aurait demandé à l’Africom de proposer un plan de retrait des troupes au cours du mois de janvier. Cette information a été reprise par de nombreux médias et considérée comme un fait déjà établi. Mais, compte tenu du grand désordre qui règne à Washington et des divergences de vues entre la Maison Blanche, le Pentagone, le Département d’Etat et la CIA, rien n’est moins sûr. A cette heure, aucun signe de désengagement n’est visible sur le terrain. Par ailleurs, ce retrait paraît assez peu envisageable, d’une part pour des raisons géopolitiques, les USA laisseraient un espace vacant qui pourrait être avantageusement occupé par la Chine et/ou la Russie ; d’autre part, à cause des investissements déjà réalisés, notamment avec la création de la base de drone d’Agadez qui devrait être inaugurée avant la fin du mois de janvier.

Cependant, si Donald Trump décidait réellement de se désengager du Sahel, au moins pendant le temps de sa campagne pour rassurer ses électeurs auxquels il avait promis de ramener les « boys » à la maison, que pourrait faire Barkhane, rester ou partir ? Faute de moyens et de volonté politique l’armée française n’est plus autonome pour ses opérations extérieures, au Sahel comme au Moyen-Orient, elle dépend du Pentagone en termes de logistique, de renseignement et de surveillance. Cette annonce est tombée à point nommé pour faire plier Paris, après les velléités d’Emmanuel Macron lors du sommet de l’OTAN. Ceci explique, peut-être, pourquoi le Président français a rappelé sa solidarité sans faille avec Washington après l’assassinat du Général iranien Qassem Soleimani en Irak.  

En attendant de se désengager ou pas, les Etats-Unis s’apprêtent à nommer un émissaire pour le Sahel. Le profil de cet envoyé spécial pourrait rassurer, ou pas, la France sur la stratégie des USA dans la zone.

Stratégie régionale

Si désormais les Européens affichent une unité de façade pour dénoncer l’arrivée des forces militaires turques en Libye et les multiples ingérences extérieures, alors qu’ils y interviennent beaucoup eux-mêmes, ils n’en restent pas moins profondément divisés et se contentent de déclarations d’intentions inefficaces. Par ailleurs, il est intéressant de noter que les Européens n’ont même pas pris la peine de mentionner que le prochain débarquement de forces turques en Libye a été précédé de combattants affiliés à l’Armée syrienne libre (ASL) en provenance d’Idlib, faisant ainsi craindre une invasion du Sahel par des djihadistes de Syrie, dont Recep Tayyip Erdogan ne sait plus quoi faire. 

Sur ce dossier encore, la France doit clarifier sa position. Selon Kader Abderrahim : « Si officiellement, la France soutient le gouvernement Sarraj, reconnu par la communauté internationale, dans les faits, elle soutient le général Haftar. » En outre, ce chercheur à l’IRIS, spécialiste du monde arabe et de l’islamisme, note « la France devrait s’employer à faire respecter le droit international et appliquer un contrôle strict de l’embargo sur les armes, cela limiterait les combats. » (4) Il ajoute : « Depuis un siècle, toutes les résonnances violentes sont venues du Proche Orient, le Maghreb est resté assez stable. C’est la première fois qu’il y a un étau qui se resserre dans tout le monde arabe avec l’Iran à l’Est et la Libye à l’Ouest et qui pourrait provoquer l’instabilité dans toute la Méditerranée. »  Autant dire que la situation libyenne est grave et qu’elle pourrait embraser encore un peu plus le Sahel, car ces deux crises sont interdépendantes.

 L’Afrique aux Africains…

Si la France doit clarifier ses positions vis-à-vis des pays du Sahel, c’est à l’Afrique elle-même de donner ses orientations. Jusqu’à présent, en guise d’unité africaine, ont coexisté plusieurs clubs de dirigeants s’auto-congratulant et demandant aux pays des autres continents des fonds et des armes. Mais les visées de la Turquie sur la Libye changent la donne, et il faut espérer que cela provoquera une réaction commune et forte de tous les pays africains. L’Union Africaine pourrait saisir l’occasion, le moment est opportun. C’est à cette organisation d’envoyer un émissaire auprès du président Erdogan pour lui dire de s’occuper de son pays et de ne pas changer de continent. C’est encore à elle de taper du poing sur la table des Etats qui remplissent les caisses des djihadistes…

Finalement, cette réunion de Pau, tant décriée, pourrait s’avérer utile si les vrais sujets y étaient évoqués.

Leslie Varenne

(1)https://www.iveris.eu/list/notes/474-cote_divoire_sahel__deux_rendezvous_a_hauts_risques
(2)https://www.agenceecofin.com/securite/2811-71576-nous-savons-d-o-viennent-les-financements-des-groupes-terroristes-ministre-de-la-defense-du-niger
(3)Selon l’ONU en 3 mois entre octobre et décembre 2019, 193 militaires maliens sont morts au combat.

 https://www.elwatan.com/edition/international/sahel-lonu-alerte-sur-linsecurite-croissante-au-mali-06-01-2020(4)Le Conseil de Sécurité n’a pas réussi à faire voter une seule résolution pour faire respecter l’embargo sur les armes mis en place en 2011. 
La semaine prochaine aura lieu la conférence de Berlin à laquelle les Algériens, qui sont tout de même parmi les premiers impactés par la crise libyenne n’avaient pas été conviés. Les Allemands ont récupéré in extrémis leur faute majeure…

https://www.iveris.eu/list/notes/479-sortir_du_brouillard_sahelien

Paris, Berlin et Londres déclenchent un mécanisme pour contraindre l'Iran sur le nucléaire

urgent

Paris, Berlin et Londres déclenchent un mécanisme pour contraindre l’Iran sur le nucléaire

© Sputnik .INTERNATIONAL12:29 14.01.2020(mis à jour 12:52 14.01.2020)URL courte18650S’abonner

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont annoncé, mardi 14 janvier, leur décision de saisir la commission mise en place dans le cadre du mécanisme de résolution des différends créé par l’accord de Vienne, afin de contraindre l’Iran à respecter ses engagements.

La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont annoncé, mardi 14 janvier, leur décision de saisir la commission mise en place dans le cadre du mécanisme de résolution des différends créé par l’accord de Vienne, afin de contraindre l’Iran à respecter ses engagements.

«Nous n’avons plus d’autre choix, étant donné les mesures prises par l’Iran, que de faire part aujourd’hui de nos préoccupations quant au fait que l’Iran ne respecte pas ses engagements au titre du JCPoA et de saisir la Commission conjointe dans le cadre du mécanisme de règlement des différends, conformément aux dispositions du paragraphe 36 du JCPoA», indique un communiqué commun des ministères français, allemand et britannique des Affaires étrangères.

Le communiqué souligne que, malgré cette décision, les pays «ne rejoignent pas la campagne visant à exercer une pression maximale contre l’Iran»:

«Nous agissons en toute bonne foi avec l’objectif primordial de préserver l’accord et dans l’espoir sincère de trouver une solution pour sortir de l’impasse par le biais d’un dialogue diplomatique constructif, tout en restant dans son cadre. Nous espérons ramener l’Iran au plein respect de ses engagements au titre du JCPoA».

https://fr.sputniknews.com/international/202001141042901242-paris-berlin-et-londres-declenchent-un-mecanisme-pour-contraindre-liran-sur-le-nucleaire/

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine s'inquiètent d'une aggravation des tensions au Moyen Orient

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine s’inquiètent d’une aggravation des tensions au Moyen Orient 3 janv. 2020, 18:56 © CHARLES PLATIAU Source: Reuters Le président français Emmanuel Macron et son homologue russe Vladimir Poutine. Les dirigeants russe et français, qui se sont joints par téléphone, partagent la même analyse de la situation suite à l’assassinat du général iranien Soleimani qui fait selon eux peser un sérieux risque d’escalade des tensions dans la région. Quelques heures à peine après l’annonce de la mort du général iranien Qassem Soleimani, le chef de la force al-Qods (branche des Gardiens de la Révolution chargée des opérations extérieures), dans un raid américain mené sur l’aéroport de Bagdad, le président français Emmanuel Macron et son homologue russe Vladimir Poutine se sont entretenus par téléphone. Lire aussi «Lâche agression», «aventurisme» : le monde réagit à l’assassinat de l’Iranien Qassem Soleimani Initiée par la partie française, cette conversation a été l’occasion pour les deux chefs d’Etat de partager leurs analyses de la situation, qui se recoupent sur un point essentiel : cet assassinat fait peser un sérieux risque d’aggravation des tensions au Moyen Orient. «Il a été constaté que cette action peut sérieusement aggraver la situation dans la région», a ainsi indiqué le Kremlin dans un communiqué, précisant que les présidents russe et français avaient tous deux exprimé leur «préoccupation» après la mort du général iranien. Emmanuel Macron a pour sa part assuré qu’il allait rester en «contact étroit» avec le président russe sur la situation en Irak afin d’«éviter une nouvelle escalade dangereuse des tensions et appeler toutes les parties à la retenue», selon l’Elysée. Lors de son entretien avec son homologue russe, le président français a en outre tenu à rappeler «l’attachement de la France à la souveraineté et à la sécurité de l’Irak et à la stabilité de la région». Un message qu’il est possible de lire de différentes manières, alors que Donald Trump tient Téhéran pour responsable de la prise d’assaut de l’ambassade américaine à Bagdad le 31 décembre. Au cours de sa conversation avec Vladimir Poutine, le président français a d’ailleurs «souligné la nécessité que les garants de l’accord de 2015 restent étroitement coordonnés pour appeler l’Iran à revenir rapidement au plein respect de ses obligations nucléaires et à s’abstenir de toute provocation». Un message qu’a également fait passer le Quai d’Orsay : «La France appelle chacun à la retenue et l’Iran à éviter toute mesure susceptible d’aggraver l’instabilité régionale, ou de conduire à une grave crise de prolifération nucléaire. Les parties à l’accord de Vienne [sur le nucléaire iranien de 2015] doivent en particulier rester étroitement coordonnées pour appeler l’Iran à revenir rapidement au plein respect de ses obligations nucléaires et à s’abstenir de toute nouvelle action contraire», a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Lire aussi : Les Etats-Unis tuent le général iranien Soleimani dans une frappe à Bagdad, Téhéran crie «vengeance» International Raconter l’actualité

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/69683-poutine-macron-sinquietent-d-aggravation-tensions-moyen-orient

https://francais.rt.com/international/69683-poutine-macron-sinquietent-d-aggravation-tensions-moyen-orient

Une attaque au couteau fait un mort et deux blessés graves à Villejuif, près de Paris

FRANCE

Une attaque au couteau fait un mort et deux blessés graves à Villejuif, près de Paris

Par Euronews • Dernière MAJ: 03/01/2020 – 17:49
Une attaque au couteau fait un mort et deux blessés graves à Villejuif, près de Paris

Tous droits réservésAFP

PARTAGER CET ARTICLE

TAILLE DU TEXTEAaAa

Une attaque à l’arme blanche a fait au moins un mort et deux blessés, qui sont touchés grièvement, ce vendredi en France. En début d’après-midi, vers 14 heures, un homme muni d’un couteau s’en est pris à des promeneurs qui marchaient dans le Parc des Hautes-Bruyères, situé sur la commune de Villejuif, dans le département du Val-de-Marne, en région parisienne.

Service graphique Euronews
Carte montrant les lieux de l’attaque au couteau du 3/01/2020Service graphique Euronews

L’individu s’est enfui mais a été rattrapé par des policiers de la Brigade anti-criminalité dans la localité voisine de l’Haÿ-les-Roses, où il a été abattu par balles. Les motifs de son acte meurtrier ne sont pas encore établis.

Le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Laurent Nunez, s’est rendu sur les lieux du drame. Cette attaque intervient à un moment sensible en France, à trois jours seulement du triste anniversaire – le cinquième – des attentats contre le journal satirique Charlie Hebdo, puis dans un magasin cacher à Paris, en janvier 2015.

https://fr.euronews.com/2020/01/03/une-attaque-au-couteau-fait-un-mort-et-deux-blesses-graves-a-villejuif-pres-de-paris

Furieux comme Dieu en France

Furieux comme Dieu en France

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   vendredi 27 décembre 2019

   Forum

Il y a 2 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer 3489

Furieux comme Dieu en France

27 décembre 2019 –  L’autre jour (tiens, ce devait être le 23 décembre), je regardais mon réseau favori, – LCI et ses audacieux aventuriers, meilleur des réseaux pour ressentir ce qu’il en est de l’état d’esprit de nos élites, de nos zombieSystème ; donc, suivant LCI, il y était une fois de plus question de la question de la retraite et des retraites. Il y avait Serge Rafi, de L’Obs, le socialiste-PS Kalfon, Anne-Elizabeth Moutet, du Daily Telegraph, absolument parisiannisée, l’impayable Bernard Guetta devenu député européen du Macron’s Band. Ils étaient tous là, discutant retraite, humeurs françaises, feuille de route et éléments de langage, avec Guetta dans ses petits souliers, très inhabituel chez lui, parce que représentant le Macron’s Banddont tout le monde à la fois se gaussait et disait pis que pendre quant à sa maladresse pleine de fausses notes vis-à-vis du bon peuple.

Mais surtout, vous me croirez ou pas (croyez-moi, c’est plus simple et plus court), il y avait une masse pesante, un poids considérable qui les écrasait tous. Tous plus ou moins, une fois crié “Haro” sur le macroniste de service (l’indicible Guetta), tous avaient en commun un air catastrophé, une expression d’impuissance, confusion et anxiété mêlées, justement peinant sous cette masse qui les écrasait… En même temps s’égrenaient les signes de l’incompréhensible soutien dont bénéficiaient les grévistes qui, en faisant grève, rendaient si pénible la vue des quidams ; et pourtant non, cagnottes, sondages, etc., tout dans le public tendait à leur être plutôt favorable, et cela aussi était un grand motif d’angoisse et d’incompréhension des débatteurs autour de la table.

Bien sûr, je prends un exemple, je pourrais en prendre dix, cinquante, que mon sentiment et mon commentaire seraient semblables.

Mais ce dont je ne reviens pas et qui me met dans de grandes et graves incertitudes, c’est essentiellement ce contraste qui devrait à chaque seconde soulever toutes les interrogations du monde à propos de ce dont ils débattent… Contraste entre, d’une part, l’incroyable et complexe technicité que prend souvent et nécessairement ce débat sur les retraites, dans une tournure qui devrait m’en détourner à jamais ;et d’autre part, pourtant et en même temps, cette façon faite pour me fasciner dont ce même débat exsude une angoisse presque palpable chez les intervenants, qui ne concerne certainement pas les seules retraites mais un climat général, non seulement du pays, mais de l’époque et du monde. Cela vient par bribes furieuses, par éclairs éblouissants, au sortir d’un échange épuisant sur les points et les âges-pivots, soudain une remarque sur ce désordre, cette marée sans fin de la colère, cet entêtement dans la bataille de chaque instant !

Dans une autre occurrence voici ces deux débatteurs adversaires-complices, avec l’un qui tente de séparer sinon d’opposer Gilets-Jaunes et grévistes, parce que “les Gilets-Jaunes se révoltaient pour pouvoir travailler tandis que les grévistes se révoltent en arrêtant de travailler” ; et son interlocuteur de lui répondre, un peu gênés de devoir le contredire parce qu’au fond les deux sont dans la même galère des élites : “Bien sûr, vous avez raisons, mais vous savez bien que l’important c’est la révolte”… Et le premier, piteux, en convint.

Exactement, tout ce qui flotte dans l’air du temps est là pour nous le suggérer et nous en convaincre ; on le sent sans trop en dire, on le clame ou bien l’on n’en parle pas sans songer un instant à dire non, c’est selon, mais la chose est là, qui ne se déprend de rien. C’est  le Sapir  de « l’Acte II de la colère sociale », d’une « immense colère sociale[montant] des tréfonds du pays, bien au-delà de la question des retraites». C’est d’une telle évidence que toutes les réflexions, toutes les tournures, toutes les humeurs évoluent “sous influence”, sous l’influence de cette terrible humeur du monde qui se débat furieusement. Nul ne peut dire où cela mènera, ni même d’ailleurs d’où cela vient précisément car l’on vous démontrerait aisément que, même si  Dieu n’est plus si heureux en France, les Français, eux, par comparaison avec d’autres bien plus malheureux, devraient l’être.

Mais balivernes que tout cela ! L’humeur subsiste, et avec elle le poids énorme qui écrase ces malheureuses épaules de nos commentateurs-débatteurs, qui contraignent ces esprits zombifiés-élites et habitués à chanter le bonheur du temps présent qu’il ne faut surtout pas changer, et qui sont poussés dans leurs tout-derniers retranchements : “Eh oui, on en revient à la même sempiternelle question : d’où vient cette colère ? Où nous mène-t-elle ? Quand s’arrêtera-t-elle ? Que signifie-t-elle ? Quo Vadis ?”

On ne parvient même plus à désigner un coupable. Certes, les Macron’s Boyssont mauvais comme des cochons, mais les autres ne valent guère mieux, à droite, au centre-extrême, en arrière et en avant, à gauche toute, partout le navire tangue et rebondit de récif en récif sans que personne ne parvienne à jeter l’ancre. Cela est dit, ce n’est pas ici même, dans la France où Dieu était si heureux d’être, que l’on trouvera une réponse. D’ailleurs, ceux qui ont l’idée originale de regarder comment se porte le reste du monde après avoir grogné que la France est incapable de faire comme tout le monde et d’être heureuse avec l’hyper-purge postmoderne du Système, finissent par découvrir que Dieu n’est pas plus heureux ailleurs qu’en France, et que c’est même pire, que c’est la Terre entière, le cosmos qui grogne de fureur, qui fume de rage, qui hurle de dépit, qui ne se supporte plus, qui n’y comprend plus rien.

2020, dit-on, sera un grand millésime. Qu’est-ce qu’on en sait donc ! Rien, sauf que les dieux m’ont dit, – on a les sources qu’on peut, – que “le Patron”, Là-Haut, n’en avait pas fini avec nous. C’est le grand déballage, la mise en plat, l’audit universel. On a été un peu trop loin, une histoire de “ligne rouge à ne pas dépasser”, vous voyez ? On a perdu la trace de cette ligne marquée dans le feu grondant de l’histoire à partir de laquelle il importe de ne plus aller trop loin.

Ainsi les choses rentrent-elles dans l’ordre de la métahistoire. Les événements vus de cette façon, la France est à sa place et tient son rang. Sa catastrophe intérieure, son chaos sans fin, ses hoquets de fureur et de désordre, tout cela autant de signes du Ciel. Dieu n’est plus heureux en France, désormais Dieu est furieux en France.

https://www.dedefensa.org/article/furieux-comme-dieu-en-france

UNE EUROPE CONVALESCENTE ?

UNE EUROPE CONVALESCENTE ?


François CHAUVANCY

FRANÇOIS CHAUVANCY9 JUILLET 2019

François CHAUVANCY

ABOUT THE AUTHOR

FRANÇOIS CHAUVANCY

Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014.
Il est expert des questions de doctrine sur l’emploi des forces, sur les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, à la contre-insurrection et aux opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012.
Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone.
Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence dans plusieurs universités.
Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d’influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque.
Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale.
Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde depuis août 2011, il a rejoint depuis mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.

DES DISPARITIONS

Helmut Kohl, un des symboles de la construction européenne, est décédé le 16 juin 2017. Il rappelait fréquemment l’anecdote suivante. Jeune écolier au lendemain de la guerre, il arrachait les poteaux frontières entre le Palatinat et la France ! Le couple franco-allemand Mitterrand-Kohl se créa donc aisément notamment sur la question de la défense de l’Europe et sur son unité.

Helmut Kohl défendra la position américaine dans la crise des euromissiles, c’est à dire du déploiement de missiles de croisière et de fusées Pershing-II en réponse à l’installation des missiles SS-20 soviétiques pointés sur l’Europe occidentale. En janvier 1983, à l’occasion du 20ème anniversaire du traité de l’Elysée, François Mitterrand lui apporte son soutien et déclare : « Les missiles sont à l’Est et les pacifistes à l’Ouest ». En 1984, F. Mitterrand saisit la main d’Helmut Kohl à l’ossuaire de Douaumont devant un cercueil recouvert des drapeaux français et allemand. La photo restera gravée dans les mémoires.

Le 9 novembre 1989, survient un autre événement : la chute du Mur de Berlin. La question de l’unité allemande est de nouveau d’actualité. Le 28 novembre, H. Kohl présente au Bundestag un programme en dix points pour le dépassement de la division de l’Allemagne et de l’Europe. Malgré la défiance de ses alliés européens, il obtient le soutien des Douze au Conseil européen de Strasbourg présidé par François Mitterrand. En contrepartie, il accepte la mise en route de l’Union économique et monétaire qui débouche sur la création de l’euro. Helmut Kohl a été donc au cœur de la construction de l’Europe d’aujourd’hui.

Le 30 juin 2017, Simone Veil disparaissait à son tour. Figure emblématique de la classe politique française, rescapée des camps de la mort, première présidente du parlement européen, elle a été un exemple pour les Français et leur classe politique. La France lui a rendu hommage aux Invalides par une cérémonie digne de la République. Son entrée au Panthéon accompagnée de son époux a été décidée par le président Macron. Enfin, une décision rapide sans polémique, lourdeurs administratives, débats sans fin …

UNE EUROPE FRÉMISSANTE ?

Cependant, qu’en-est-il aujourd’hui de l’Europe ? Une étude de l’institut Chatham House, « L’avenir de l’Europe. Une comparaison des positions du public et des élites », a été menée dans dix pays (Autriche, Belgique, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Italie, Pologne, Espagne et Royaume-Uni) en décembre 2016 et en janvier 2017, en interrogeant séparément un échantillon de 10 000 personnes représentatives et un autre échantillon de près de 2 000 personnes représentatives des « élites ».

Publiée le 20 juin 2017 (Le Monde du 21 juin), elle montre de nouvelles lignes de fracture et une frustration certaine quant aux bénéfices tirés de la construction européenne mais aussi une communauté de vues sur sa nécessaire fonction de solidarité, son caractère démocratique, l’existence d’une identité européenne. Cependant, une proportion équivalente de citoyens est opposée à l’avènement d’Etats-Unis d’Europe, dotés d’un gouvernement central soit pour 47% des élites et 41% du public.

Ce consensus se brise sur la perception des bénéfices que tirent les citoyens de leur appartenance à l’Union européenne. Les élites sont à 71% conscientes des bénéfices qu’elles ont tirés de l’intégration européenne contre un tiers des personnes représentatives alors qu’un autre tiers des personnes représentatives considère que cela ne lui a apporté aucun bénéfice. Près de la moitié (47%) des personnes représentatives estime que l’élargissement de l’Union européenne est allé trop loin alors que 58% des élites soutiendraient l’adhésion de nouveaux membres. La question de l’adhésion de la Turquie, en revanche, ne recueille la majorité ni auprès des élites (opposées à 49%) ni au sein du public (62%).

UNE EUROPE QUI PROTÈGE

Une possible convalescence de l’Europe a été engagée par le Conseil européen du 22 juin à Bruxelles avec cette ligne politique défendue par le président Macron d’une « Europe qui protège » pour répondre à l’inquiétude des peuples.

Concernant la sécurité intérieure et le terrorisme, la coopération sera renforcée pour combattre la propagation de la radicalisation en ligne, prévenir et combattre « l’extrémisme violent », lutter contre l’idéologie qui le sous-tend. L’effort sera fait pour protéger le cyberespace mais aussi combattre la protection que celui-ci offre aux terroristes et aux criminels.

Je remarque que l’islamisme radical n’est pas évoqué et comme d’habitude les gouvernements européens ont repris le terme relativement neutre « extrémisme violent » pour l’évoquer. On évite de dire ce qui est et on se voile la face … presque intégralement devant la réalité. Or, la radicalisation et le terrorisme sont bien aujourd’hui les expressions de l’islamisme radical et non d’un quelconque mouvement armé « extrémiste violent »

La finalisation avant fin 2017 d’un système européen d’information et d’autorisation concernant les voyages (ETIAS) renforcera le contrôle des frontières extérieures et la sécurité intérieure. Surtout, le Conseil a appelé à gérer la menace par un meilleur partage du renseignement sur « les combattants terroristes étrangers » et les « individus radicalisés qui ont grandi à l’intérieur de nos frontières ».

Concernant la sécurité extérieure et la défense, la relation transatlantique et la coopération entre l’Union européenne et l’OTAN restent fondamentales pour une sécurité globale que ce soit contre les cybermenaces, les menaces hybrides ou le terrorisme. Un « centre d’excellence » européen pour la lutte contre les menaces hybrides a été créé à Helsinki et salué par le Conseil européen.

Surtout, le Conseil a soutenu la création par la Commission du Fonds européen de la défense. Il comporte un volet « recherche » et un volet « capacités ». L’objectif est en particulier de doter l’industrie de défense européenne d’une base compétitive, innovante et équilibrée à l’échelle de l’Union européenne, y compris par une coopération transnationale et une participation des PME.

Enfin, une coopération structurée permanente a été jugée nécessaire. A cet effet, les Etats membres devraient établir dans un délai de trois mois une liste commune de critères et d’engagements contraignants. Pour renforcer le dispositif de réaction rapide de l’Union européenne, peu concluant à ce jour car il n’a jamais servi, le déploiement des groupements tactiques (un groupement correspond à 1500 hommes) devrait être pris en charge de façon permanente en tant que coût commun par le mécanisme Athéna.

POUR CONCLURE

Triste ironie de l’histoire, deux grands européens nous ont quittés alors que l’Europe semble se réveiller. Le couple franco-allemand se recrée après une longue absence avec l’objectif de revenir à « l’esprit de coopération qui existait jadis entre Mitterrand et Kohl », dans la poursuite de cette volonté de réconciliation prônée très tôt par Simone Veil.

https://theatrum-belli.com/une-europe-convalescente/

CyberguerreEurope de la DéfenseGuerre hybrideHistoireOTANsondage

Sommet au «format Normandie» : les quatre dirigeants s'engagent à stabiliser l'est ukrainien 9 déc. 2019

Sommet au «format Normandie» : les quatre dirigeants s’engagent à stabiliser l’est ukrainien 9 déc. 2019, 23:53 © REUTERS/Charles Platiau/Pool Les quatre dirigeants du sommet au format Normandie, le soir du 9 décembre à Paris.

Les dirigeants de la France, de l’Allemagne, de la Russie et de l’Ukraine ont convenu ce 10 décembre, de mettre en œuvre des mesures de soutien au cessez-le-feu pour l’est de l’Ukraine, afin de «stabiliser» la région d’ici la fin de l’année. A l’issue du sommet au «Format Normandie» qui s’est tenu ce 9 décembre à Paris, les dirigeants de la France, de l’Allemagne, de la Russie et de l’Ukraine ont convenu, via un communiqué, des mesures pour stabiliser la situation dans la zone de conflit dans l’est de l’Ukraine.

Dans le détail, il s’agit de «mesures de soutien au cessez-le-feu» pour l’est de l’Ukraine afin de «stabiliser» la région d’ici la fin de l’année. Le retrait de forces dans trois zones disputées devrait être opéré d’ici fin mars 2020.  «Nous avons avancé sur le désengagement, les échanges de prisonniers, le cessez-le-feu et l’évolution politique» et «nous avons demandé pour les quatre mois à venir à nos ministres de travailler […] en vue d’organiser des élections locales, avec l’objectif d’un nouveau sommet dans quatre mois», a précisé le président français, Emmanuel Macron, lors de la conférence de presse avec les trois autres dirigeants qui concluait le sommet parisien.

Un «pas important» pour Vladimir Poutine Ce sommet au format Normandie constitue un «pas important» vers une désescalade, s’est félicité le chef d’Etat russe Vladimir Poutine, affirmant que des bases avaient été posées pour «croire en un processus de paix qui va dans la bonne direction». Le président russe a insisté à de nombreuses reprises sur le fait que l’Ukraine devait modifier sa Constitution afin d’accorder un statut spécial pour le Donbass, conformément aux accords de Minsk.

Interrogé par la presse sur une possible souplesse sur les accords de Minsk, le chef d’Etat russe a fait valoir qu’il convenait de ne pas toucher aux engagements déjà adoptés par les parties du format Normandie. C’est d’ailleurs l’un des points de divergence bien palpable lors de ce sommet. Sous pression de l’opinion publique dans son pays, le président Volodymyr Zelensky a déclaré que l’Ukraine n’accepterait pas une «fédéralisation» et ne permettra à personne d’«influer son vecteur de développement».  Ne pas oublier «les gens ordinaires» «Nous devons nous assurer qu’il n’y a pas de queues interminables, que les milliers de gens ordinaires qui vivent dans cette zone puissent passer aisément», a également déclaré Vladimir Poutine, à propos de la ligne de contact entre les territoires sous contrôle des rebelles est-ukrainiens et le reste de l’Ukraine. «N’oublions pas les gens ordinaires qui y vivent. Tous nos accords doivent améliorer leurs vies, non pas dans le futur, mais maintenant.»

En outre, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé un important échange de prisonniers avec les rebelles de l’Est ukrainien en décembre. Il a également fait savoir son accord sur un élargissement du mandat de l’OSCE dans le processus de règlement du conflit et lui a accordé un accès total à la zone de conflit. Le chef d’Etat ukrainien a pour autant jugé les avancées issues de ce sommet trop limitées : «Beaucoup de questions ont été abordées, mes homologues ont dit que c’est un très bon résultat pour une première rencontre. Pour moi, je le dis honnêtement, c’est très peu : je voudrais résoudre un plus grand nombre de problèmes», a-t-il déclaré. Un nouveau sommet dans quatre mois

Enfin, la chancelière allemande Angela Merkel et Emmanuel Macron ont annoncé qu’un autre sommet devrait se tenir dans quatre mois entre les représentants des quatre pays.

Le chef d’Etat français a d’ailleurs rappelé, lors de la conférence de presse, que le «format Normandie» constituait le seul format diplomatique permettant de mettre en œuvre les accords de paix de Minsk. Le «format Normandie» a été conçu en 2014 pour tenter d’arrêter le conflit dans l’est de l’Ukraine. Les combats entre les autorités ukrainiennes et deux républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk ont ​​éclaté après un coup d’Etat à Kiev, qui a renversé le président Victor Ianoukovitch. Les pourparlers ont finalement abouti à un plan de paix, connu sous le nom d’«accords de Minsk», début 2015. Lire aussi : «Format Normandie» à Paris : un sommet pour tenter de mettre fin au conflit ukrainien  International

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/68821-sommet-format-normandie-dirigeants-engagent-stabiliser-est-ukraine?utm_source=browser&utm_medium=push_notifications&utm_campaign=push_notifications

La France manipulée

« SOUS NOS YEUX » (9/25)

La France manipulée

par Thierry Meyssan

Nous poursuivons la publication du livre de Thierry Meyssan, Sous nos yeux. Dans cet épisode, l’auteur montre que la France post-coloniale a été recrutée par le Royaume-Uni et les États-Unis pour se joindre aux guerres contre la Libye et la Syrie, sans que ces deux puissances l’informent sur leur projet de « printemps arabe ». Accaparés par les détournements de fonds auxquels ils se livraient, les dirigeants français n’ont rien vu venir. Lorsqu’ils ont réalisé être tenus à l’écart de la planification, leur réaction a été purement communicationnelle : ils ont tenté d’apparaître comme les amiraux de l’opération, sans se préoccuper des conséquences des agissements de leurs partenaires.RÉSEAU VOLTAIRE | DAMAS (SYRIE) | 6 DÉCEMBRE 2019 TÜRKÇEITALIANO

+

Cet article est extrait du livre Sous nos yeux.
Voir la Table des matières.

JPEG - 33.1 ko

Le Royaume-Uni a manipulé la France en l’entraînant dans ses aventures au Moyen-Orient élargi sans lui révéler l’opération qu’elle y préparait avec les États-Unis depuis 2005.

18— La préparation des invasions
de la Libye et de la Syrie

Avant même sa confirmation par le Sénat, la future secrétaire d’État Hillary Clinton contacte Londres et Paris pour mener une double opération militaire au «  Moyen-Orient élargi  ». Après le fiasco irakien, Washington considère comme impossible d’utiliser ses propres troupes pour ce genre d’aventure. D’un point de vue états-unien, le moment est venu de remodeler la région, c’est-à-dire de redessiner les États dont les frontières avaient été fixées en 1916 par les empires anglais, français et russe (la «  Triple entente  ») et d’imposer des lignes favorables aux intérêts US. Cet accord est connu sous le nom des délégués britannique et français Sykes et Picot (le nom de l’ambassadeur Sazonov a été oublié du fait de la révolution russe). Mais comment convaincre Londres et Paris de ruiner leur héritage, sinon en leur promettant de les laisser recoloniser la région  ? D’où la théorie du «  leadership par l’arrière  ». Cette stratégie est confirmée par l’ancien ministre mitterrandien des Affaires étrangères, Roland Dumas, qui attestera à la télévision avoir été contacté par des Britanniques et des États-uniens, en 2009, pour savoir si l’opposition française soutiendrait un nouveau projet colonial.

JPEG - 60.9 ko

À l’instigation des États-Unis, la France et le Royaume-Uni signent les accords de Lancaster House. Une clause secrète prévoit de conquérir la Libye et la Syrie. L’opinion publique ignore cependant l’accord entre Londres et Washington sur les futurs « printemps arabes ».

En novembre 2010, c’est-à-dire avant le début du prétendu «  Printemps arabe  », David Cameron et Nicolas Sarkozy signent à Londres les Traités de Lancaster House [1]. Il s’agit officiellement de mettre en commun des éléments de Défense, y compris nucléaires, de manière à réaliser des économies d’échelle. Bien que ce soit une idée stupide au regard de la différence d’intérêts des deux pays, l’opinion publique ne comprend pas ce qui se trame. L’un des Traités unit les «  forces de projection  » (comprendre les forces coloniales) des deux nations.

JPEG - 37.1 ko

Opération « Southern Mistral » : l’étrange logo du Commandement des opérations aériennes. Le rétiaire ne protège pas l’oiseau de la liberté, mais le fait prisonnier dans son filet.

Une annexe de ces Traités indique que la Force expéditionnaire franco-britannique réalisera les plus importantes manœuvres militaires conjointes de l’histoire des deux pays du 15 au 25 mars 2011, sous le nom de «  Southern Mistral  ». Le site Internet de la Défense précise que le scénario du jeu de guerre sera un bombardement à très grande distance pour venir en aide aux populations menacées par «  deux dictateurs de la Méditerranée  ».

C’est précisément le 21 mars que l’US AfriCom et l’US CentCom – les commandements régionaux des Forces états-uniennes – ont choisi comme date pour que la France et le Royaume-Uni attaquent à la fois la Libye et la Syrie [2]. Cela tombe bien, les Forces franco-britanniques sont prêtes. Comme les choses ne se passent jamais comme prévu, la guerre contre la Syrie est remise à un peu plus tard, et Nicolas Sarkozy qui veut frapper en premier ordonne à son armée d’attaquer seule la Libye dès le 19 mars, lors de l’opération «  Harmattan  » (traduction française de Southern Mistral).

JPEG - 11.4 ko

L’ex compagnon de Kadhafi, Nouri Massoud El-Mesmari, a fait défection le 21 octobre 2010. Il s’est placé sous protection des services secrets français prétendant connaître les secrets du Guide.

La France croit disposer d’un atout maître  : le chef du protocole libyen, Nouri Massoud El-Mesmari, a fait défection et a demandé asile à Paris. Sarkozy est persuadé que l’homme était le confident du colonel Kadhafi et peut l’aider à identifier ceux qui sont prêts à le trahir. Malheureusement, ce beau parleur tenait l’agenda du Guide, mais n’assistait pas aux réunions [3].

Quelques jours après la signature des Traités de Lancaster House, une délégation commerciale française se rend à la Foire de Benghazi avec des fonctionnaires du ministère de l’Agriculture, des dirigeants de France Export Céréales et de France Agrimer, des managers de Soufflet, de Louis Dreyfus, de Glencore, de Cani Céréales, de Cargill et de Conagra. Sur place, les agents de la DGSE qui les accompagnent rencontrent secrètement des militaires pour préparer un coup d’État.

Prévenu par les États-Unis, Tripoli arrête les traîtres, le 22 janvier 2011. Les Libyens s’imaginent protégés par leur nouvelle alliance avec Washington, alors qu’il se prépare à leur apporter la mort. Les Français, quant à eux, doivent retourner dans l’ombre du Grand frère US.

Pendant que les Français s’occupent de préparer l’invasion de la Libye, les États-uniens lancent leur opération avec les Britanniques. Elle est beaucoup plus vaste que ce qu’ils en ont dit à leur agent Sarkozy. Il ne s’agit pas simplement de renverser Mouammar el-Kadhafi et Bachar el-Assad, comme ils le lui ont fait croire, mais tous les gouvernements laïcs et de les remplacer par les Frères musulmans. Ils commencent donc avec les États amis (Tunisie et Égypte), laissant les Britanniques et les Français s’occuper des ennemis (Libye et Syrie).

Le premier coup part en Tunisie. En réponse à la tentative de suicide d’un marchand de rue, Mohamed el-Bouzazi, le 17 décembre 2010, des manifestations se succèdent contre les abus de la police, puis contre le gouvernement. La France qui croit à leur spontanéité se propose pour équiper la police tunisienne en matériel anti-émeute.

JPEG - 40.4 ko

Nicolas Sarkozy et Michèle Alliot-Marie, ignorant le projet anglo-saxon des « printemps arabes », négocient avec la famille du président Ben Ali la vente d’un avion officiel qu’ils ont détourné, pendant que la « révolution de jasmin » débute en Tunisie.

Nicolas Sarkozy et sa ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, ont toute confiance en Ben Ali avec qui ils font des «  affaires  » personnelles. Après s’être fait construire et équiper un Airbus A330 comme super avion présidentiel, ils ont revendu les deux anciens aéronefs destinés aux voyages officiels. L’un des A319 CJ a été discrètement retiré des inventaires et cédé à la société tunisienne Karthago Airlines, propriété d’Aziz Miled et de Belhassen Trabelsi (frère de Mme Ben Ali) [4]. Nul ne sait quel est l’heureux bénéficiaire de cette transaction. Après la fuite du Président Ben Ali, l’avion sera récupéré et vendu à une société de jeux à Singapour, puis à la Turquie.

Tout occupés à protéger leur receleur, Nicolas Sarkozy et Michèle Alliot-Marie tombent des nues lorsque le Président Ben Ali demande à atterrir à Paris et à s’y réfugier. L’Élysée a juste le temps d’annuler l’envoi d’un avion-cargo transportant le matériel de maintien de l’ordre promis qui patiente sur le tarmac en raison de lenteurs dans les formalités de dédouanement et de renvoyer l’appareil du Président déchu hors de son espace aérien.

Pendant ce temps, en Égypte, l’ingénieur informatique Ahmed Maher et la bloggeuse islamiste Israa Abdel Fattah appellent à manifester contre le Président Hosni Moubarak, le 25 janvier 2011, «  jour de colère  ».

Immédiatement soutenus par la télévision qatarie Al-Jazeera et par les Frères musulmans, ils lancent un mouvement qui, avec l’aide des «  ONG  » de la CIA, déstabilise le régime. Les manifestations se succèdent chaque vendredi à la sortie des mosquées à partir du 28 janvier, encadrées par les Serbes que Gene Sharp, le faiseur de «  révolutions colorées  », a formés. En définitive Nicolas Sarkozy apprend le 11 février par un coup de téléphone de son beau-père, l’ambassadeur US Frank Wisner Jr que, sur instruction de la Maison-Blanche, il a convaincu le général Moubarak de se retirer.

JPEG - 35.8 ko

Venu participer au Caire à la réunion de lancement des printemps arabes en Libye et en Syrie par la CIA, le lobbyiste Bernard-Henri Lévy (dit « BHL ») prend la pose sur la place Tahrir.

La CIA organise alors une réunion secrète au Caire à laquelle le Président Sarkozy envoie une délégation incluant le lobbyiste Bernard-Henri Lévy, un ancien amant de Carla Bruni et de Ségolène Royal. Le Frère musulman Mahmoud Jibril, qui est le n°2 du gouvernement libyen en entrant dans la pièce, devient le leader de «  l’opposition au tyran  » en sortant. Parmi les Syriens présents, se trouvent notamment Malik Al-Abdeh (un ancien de la BBC qui créa BaradaTV avec l’argent de la CIA et du département d’État) et Ammar Qurabi (membre d’une kyrielle d’associations de défense des Droits de l’Homme et créateur d’OrientTV) [5].

Les guerres contre la Libye et contre la Syrie viennent de commencer.

JPEG - 30.7 ko

Apparaissant sur la place verte, le 25 février 2011, Mouammar Kadhafi dénonce une attaque de son pays par les terroristes d’Al-Qaïda. Lyrique, il proclame fièrement qu’il se battra jusqu’au bout contre eux avec son peuple, quitte à faire couler des « rivières de sang » et à se sacrifier lui-même. Il annonce une distribution d’armes aux citoyens pour défendre la patrie en danger. La propagande atlantiste va l’accuser de vouloir faire couler le sang de son peuple.

19— Le début de la guerre contre la Libye

La presse occidentale assure que la police libyenne a dispersé une manifestation à Benghazi, le 16 février 2011, en tirant sur la foule. Depuis, le pays se soulève, poursuit-elle, et les autorités tirent sur tout ce qui bouge. Pressentant le possible retour de l’esclavage, 200 000 travailleurs immigrés tentent de fuir le pays et les télévisions les montrent attendant aux postes frontières. Mouammar Kadhafi apparaît trois fois à l’écran. Il dénonce une opération mise en œuvre par Al-Qaïda et déclare être prêt à mourir en martyr. Puis, il annonce la distribution d’armes à la population pour faire couler des «  rivières de sang  », exterminer ces «  rats  » et protéger le pays. Sorties de leur contexte, les phrases du Guide sont diffusées par les chaînes occidentales qui les interprètent comme annonçant non pas la lutte contre le terrorisme, mais la répression d’une hypothétique révolution.

JPEG - 89.2 ko

Pris de panique, les ouvriers noirs de l’Est de la Libye tentent de fuir avant que la Jamahiriya soit renversée. Ils sont persuadés que si les Occidentaux rétablissent l’Ancien régime, ils seront réduits en esclavage. Selon l’Onu ils sont des dizaines de milliers à se précipiter aux frontières.

À Genève, le 25 février, le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU écoute avec effroi les témoignages de la Ligue libyenne des Droits de l’Homme. Le dictateur est devenu fou et «  massacre son propre peuple  ». L’ambassadeur du Pakistan dénonce l’abus de la force. Soudain, la délégation officielle libyenne entre dans la salle, valide les témoignages entendus et se déclare solidaire de ses concitoyens face au dictateur. Une résolution est adoptée et transmise au Conseil de sécurité [6]. Celui-ci adopte immédiatement la Résolution 1970 [7] – sous le chapitre VII de la Charte qui autorise l’emploi de la force – étrangement prête depuis plusieurs jours. Il saisit la Cour pénale internationale et place la Libye sous embargo. Cette dernière mesure est immédiatement reprise et élargie par l’Union européenne. Allant plus loin que les autres Occidentaux, le Président Sarkozy déclare  : «  Kadhafi doit partir  !  »

JPEG - 46.3 ko

L’ancien ministre de la Justice, Moustafa Abdel Jalil (ici avec BHL) , qui avait fait torturer les infirmières bulgares, devient chef du Gouvernement provisoire.

Le 27 février, les insurgés de Benghazi fondent le Conseil national libyen de transition (CNLT), tandis que quittant Tripoli le ministre de la Justice, Moustafa Abdel Jalil, crée un Gouvernement provisoire. Ces deux instances, contrôlées par les Frères musulmans, fusionnent donnant l’impression d’une unité nationale. Immédiatement, des drapeaux de l’ancien roi Idriss fleurissent à Benghazi [8]. Depuis Londres, son fils, S.A. Mohamed Senussi, se déclare prêt à régner.

Abdel Jalil ne parvenant pas à convaincre tous les membres du CNLT de faire appel aux Occidentaux, il fait nommer un Comité de crise disposant des pleins pouvoirs et présidé par l’ancien numéro 2 du gouvernement de Kadhafi, Mahmoud Jibril, de retour du Caire.

À Paris, on admire la manière dont Washington gère les événements. Pourtant, contredisant les informations en provenance de Benghazi et des Nations Unies, les diplomates et les journalistes présents à Tripoli assurent ne rien voir qui évoque une révolution. Mais peu importe la vérité, pourvu que les apparences soient favorables. Ainsi, le «  philosophe  » Bernard-Henri Lévy persuade les Français de la justesse de la cause en assurant avoir convaincu lui-même le Président de la République de s’engager pour la liberté après avoir rencontré des «  révolutionnaires  » libyens.

L’armée française vient chercher Mahmoud Jibril et l’amène à Strasbourg où il plaide pour une intervention «  humanitaire  » occidentale devant le Parlement européen. Le 10 mars, Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron écrivent au Président de l’Union européenne pour lui demander de reconnaître le CNLT à la place du «  régime  » et pour instaurer une zone d’exclusion aérienne [9]. Parfaitement coordonnés, le député écologiste français Daniel Cohn-Bendit (l’agent d’influence de Mai 68) et le libéral belge Guy Verhofstadt font adopter le même jour par le Parlement européen une résolution dénonçant le «  régime  » de Kadhafi et appelant à prendre le contrôle de l’espace aérien libyen pour protéger la population civile de la répression du dictateur [10]. Le même jour encore, le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, annonce travailler sur les moyens techniques nécessaires pour mettre en œuvre cette exclusion aérienne.

Le 12 mars, la Ligue arabe vote en faveur de la zone d’exclusion aérienne malgré l’opposition de l’Algérie et de la Syrie.

Seules fausses notes dans ce concert d’unanimité  : la Bulgarie, qui se souvenant qu’Abdel Jalil a couvert les tortures des infirmières bulgares et du médecin palestinien, refuse de reconnaître le CNTL. De son côté, l’Union africaine s’oppose vivement à toute intervention militaire étrangère.

JPEG - 17.8 ko

Le Livre vert de Mouammar Kadhafi

La Jamahiriya arabe libyenne est organisée selon les principes du Livre vert de Mouammar Kadhafi. Celui-ci est un admirateur des socialistes libertaires français du XIXe siècle, Charles Fourier et Pierre-Joseph Proudhon. Il a donc imaginé un État minimal qui s’avère incapable de défendre son peuple face aux armées impérialistes. En outre, il a donné à l’État la mission de répondre aux aspirations des Bédouins  : gratuité d’un moyen de locomotion, d’une habitation et de l’eau. Chacun dispose donc de sa voiture, les transports collectifs étant de facto réservés aux immigrés. À son mariage, chacun reçoit un appartement, mais il faut parfois attendre trois ans que la maison soit construite pour pouvoir se marier. De gigantesques travaux ont été réalisés pour puiser l’eau dans des nappes phréatiques millénaires, très profondément sous le désert. Le pays est devenu prospère. Son niveau de vie est le plus élevé de tout le continent africain. Mais peu de choses ont été faites en matière d’éducation. Bien que les universités soient gratuites, la plupart des jeunes arrêtent précocement leurs études. Mouammar Kadhafi a sous-estimé le poids des traditions tribales. Trois millions de Libyens coulent des jours paisibles, tandis que deux millions d’immigrés africains et asiatiques les servent.

Le 19 mars, 18 États (Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, Émirats arabes unis, Espagne, États-Unis, France, Grèce, Italie, Irak, Jordanie, Maroc, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Qatar et Royaume-Uni) et 3 organisations internationales (Ligue arabe, Union européenne et ONU) se réunissent à Paris pour annoncer l’imminence de leur intervention militaire [11]. Quelques heures plus tard, la France double ses partenaires et attaque en premier.

Les choses tardent par contre à se concrétiser en Syrie. Les appels à manifester des 4, 11, 18 et 25 février et ceux des 4 et 11 mars à Damas ne donnent rien. Au contraire, c’est au Yémen et au Bahreïn que le Peuple descend dans la rue, sans y être invité.

Au Yémen, les Frères musulmans – dont la jeune Tawakkol Karman, qui recevra le Prix Nobel de la paix – lancent une «  révolution  ». Mais, comme la Libye, ce pays est organisé de manière tribale de sorte qu’il n’est pas possible d’avoir une lecture exclusivement politique des événements.

JPEG - 18.5 ko

Nicolas Sarkozy donne instruction à Alain Bauer pour contrer la révolution au Bahreïn.

À la requête du souverain bahreïni, l’armée saoudienne vient «  rétablir l’ordre  » dans le minuscule royaume qui abrite la Ve Flotte états-unienne. Le Royaume-Uni envoie le tortionnaire Ian Anderson, qui avait fait merveille en dirigeant la répression à l’époque coloniale (c’est-à-dire avant 1971). Tandis que, pour réorganiser la police, la France envoie Alain Bauer, conseiller en sécurité du Président Sarkozy et à la fois ancien responsable de la NSA états-unienne pour l’Europe et ancien grand-maître du Grand Orient de France [12].

Le désordre se propage par contagion, reste à faire croire qu’il est initié par les peuples et qu’il vise à établir des démocraties.

(À suivre …)Thierry Meyssan

<img src="https://www.voltairenet.org/rien.gif" alt="
Facebook
Twitter
Delicious
Seenthis
Digg
RSS

Ce livre est disponible en français en version papier.

[1] « Déclaration franco-britannique sur la coopération de défense et de sécurité », Réseau Voltaire, 2 novembre 2010.

[2] « Washington regarde se lever « l’aube de l’odyssée » africaine », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 19 mars 2011.

[3] “Sarkozy manovra la rivolta libica”, di Franco Bechis, Libero, 23 marzo 2011. Version française : « La France préparait depuis novembre le renversement de Kadhafi », par Franco Bechis, Traduction Marie-Ange Patrizio, Réseau Voltaire, 24 mars 2011.

[4] « Un avion présidentiel dans la 4e dimension », par Patrimoine du Peuple, Comité Valmy , Réseau Voltaire, 6 mars 2011.

[5] Rapport des services de Renseignement extérieurs libyens.

[6] « Résolution du Conseil des droits de l’homme sur la situation en Libye », Réseau Voltaire, 25 février 2011.

[7] « Résolution 1970 et débats sur la Libye », Réseau Voltaire, 26 février 2011.

[8] « Quand flottent sur les places libyennes les drapeaux du roi Idris », par Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Réseau Voltaire, 1er mars 2011.

[9] « Lettre conjointe de Nicolas Sarkozy et David Cameron à Herman Van Rompuy sur la Libye », par David Cameron, Nicolas Sarkozy, Réseau Voltaire, 10 mars 2011.

[10] « Résolution du Parlement européen sur le voisinage sud, en particulier la Libye », Réseau Voltaire, 10 mars 2011.

[11] « Déclaration du Sommet de Paris pour le soutien au peuple libyen », Réseau Voltaire, 19 mars 2011.

[12] « La France impliquée dans la répression des insurrections arabes », Réseau Voltaire, 3 mars 2011.

https://www.voltairenet.org/article206775.html

Les prévisions de la RATP et de la SNCF jusqu'à lundi

Les prévisions de la RATP et de la SNCF jusqu’à lundi

Par AFP le 06.12.2019 à 18h38

La RATP et la SNCF prévoient des trafics perturbés en raison de la grève contre la réforme des retraites.

ratp

Au lendemain d’une première journée de mobilisation massive, les syndicats opposés au projet de réforme du système des retraites ont appelé vendredi à de nouvelles grèves le 10 décembre.ERIC GAILLARD

La RATP prévoit un trafic « extrêmement perturbé » pour samedi et dimanche, puis « très perturbé » lundi, avec une offre « similaire » à celle de vendredi sur le métro et le RER, du fait du mouvement contre la réforme des retraites. Le trafic ferroviaire restera quant à lui « très perturbé » samedi et dimanche, a annoncé vendredi la direction de la SNCF, avec 5 TGV sur 6 et de nombreux TER annulés, ainsi que 85% des Transilien supprimés.

Par ailleurs, « lundi 9 décembre le trafic restera fortement perturbé », indique la SNCF en recommandant « aux voyageurs qui le peuvent d’annuler ou de reporter leurs déplacements ».

Dans le détail, seul un TGV sur six en moyenne roulera ce week-end. La SNCF prévoit pour samedi un train sur six pour les axes Est, Nord, Sud-Est et pour les Ouigo, un train sur cinq pour l’axe Atlantique et deux allers-retours province-province. Dimanche, il n’y aura qu’un train sur dix sur l’axe Est, un sur six sur les axes Atlantique et Sud-Est, pour les Ouigo et les liaisons intersecteurs, et un train sur cinq pour l’axe Nord.

Peu d’amélioration sur le trafic international

Sur les lignes TER, seule une circulation sur dix en moyenne samedi -contre trois sur dix vendredi- et deux sur dix en moyenne dimanche seront assurées, essentiellement par bus, avec des différences selon les régions. En Occitanie, il n’y aura quasiment aucune circulation au cours du week-end.Ouverture dans 0Sponsorisé par JeepJEEP RENEGADE QUIKSILVER EDITIONDÉCOUVREZ-LA >

En région parisienne, la SNCF fera circuler 15% des Transilien (RER SNCF et trains de banlieue) en moyenne, comme vendredi. Ainsi, le RER A comptera samedi et dimanche trois trains par heure entre 12H00 et 18H00 sur la branche allant à Cergy, et le RER B (portion nord) proposera un train sur trois mais cessera de fonctionner après 22H00.PUBLICITÉinRead invented by Teads

Le trafic international connaîtra peu d’amélioration, avec un Eurostar sur deux en circulation samedi (trois sur cinq dimanche), deux Thalys sur trois tout le week-end, et des liaisons au compte-gouttes voire absentes entre Paris et la Suisse (Lyria), l’Italie (SVI), l’Espagne (Ellipros) et l’Allemagne (Alleo).

Vendredi matin, le taux de grévistes mesuré par la SNCF était de 31,8% en moyenne, en recul par rapport à jeudi (55,6%), avec toutefois une mobilisation plus prononcée des conducteurs (87,2%) et contrôleurs (80%) contre la réforme des retraites, a annoncé la direction du groupe ferroviaire.

Les trois premiers syndicats représentatifs de la SNCF, CGT, Unsa et SUD, ont lancé un appel unitaire à une grève illimitée, reconductible par période de 24 heures, contre la réforme des retraites et pour le maintien du régime spécial des cheminots. Ils doivent se retrouver samedi à 10H00 au siège de la CGT à Montreuil.

https://www.challenges.fr/entreprise/transports/les-previsions-de-la-ratp-et-de-la-sncf-jusqu-a-lundi_688407#xtor=CS4-92[Les+pr%C3%A9visions+de+la+RATP+et+de+la+SNCF+jusqu%27%C3%A0+lundi]-688407

RATP SNCF