Archives pour la catégorie GRANDE- BRETAGNE

LES ETATS-UNIS ET L’OTAN POUSSENT À LA MILITARISATION DE L’EUROPE DE L’EST

LES ETATS-UNIS ET L’OTAN POUSSENT À LA MILITARISATION DE L’EUROPE DE L’EST

 37 15 0Share0 0

 52 Faire un donUS-NATO Push For Militarization Of Eastern Europe

Les tensions entre l’OTAN et la Russie s’accentuent, notamment entre les États-Unis et la Russie. Les deux côtés s’accusent mutuellement de se renforcer militairement. L’INF échoue, les deux parties accusant l’autre de ne pas s’y conformer depuis le début.

Du côté de l’OTAN, elle ne fait que donner suite à sa présence avancée renforcée (eFP), qui visait à dissuader l’agression, à ce point mythique, de la Russie. Alors que Moscou maintient qu’il est obligé de rassembler des forces, en réponse aux Etats-Unis et Cie.

Le 19 novembre, l’OTAN a adopté une résolution intitulée «Renforcer la dissuasion de l’OTAN à l’est». Cette résolution est due à la reconnaissance par l’OTAN du fait que «les territoires et les populations de l’OTAN font face à d’importantes menaces classiques et hybrides, notamment à l’est».

À savoir, certaines des menaces mentionnées sont:

  1. Consciente du fait que les relations entre l’OTAN et la Russie sont au plus bas depuis la fin de la guerre froide, compte tenu de l’agression militaire de grande ampleur commise par la Russie contre la Géorgie en 2008;
  2. Alarmée par les comportements de plus en plus agressifs et irresponsables de la Russie sous la forme de cyber-attaques, l’usage de la force contre ses voisins, l’utilisation illégale d’agents neurotoxiques pour la tentative de meurtre sur le territoire allié, ainsi que la sournoiserie insidieuse des institutions démocratiques et principes par le biais de son utilisation des campagnes d’ingérence électorale et de désinformation;
  3. Reconnaissant que le changement de doctrine de la Russie de 2010 à 2014 a réaffirmé que l’OTAN était son concurrent de facto et qu’elle considérait ses activités en Europe centrale et orientale comme des menaces directes aux intérêts nationaux russes;
  4. Préoccupé par le déploiement par la Russie de systèmes modernes anti-accès / refus de zone (A2 / AD) le long du flanc est de l’OTAN, qui pourraient entraver la liberté de circulation de l’Alliance;

À cette fin, le PAE en Pologne et dans les pays baltes est plus important que jamais pour protéger le flanc est de l’OTAN des exemples d’agression russe, dont la plupart, sinon tous, ne sont étayés par aucune preuve.

La Géorgie est félicitée pour son engagement dans les discussions stratégiques avec l’OTAN et ses efforts pour renforcer la sécurité dans la mer Noire.

Au moins, l’OTAN reconnaît que la nécessité du programme eFP tient à son expansion à l’est , mais uniquement parce que l’Europe de l’Est et les pays baltes sont encore relativement nouveaux dans le discours de «l’agression russe» et qu’ils doivent simplement «améliorer» leur infrastructure pour pour un déploiement rapide de troupes:

« Reconnaître que l’élargissement de l’OTAN vers l’est a nécessité des améliorations stratégiques, en particulier en ce qui concerne les infrastructures obsolètes et les réglementations bureaucratiques, ce qui pourrait retarder le mouvement rapide des troupes et des fournitures. »

Un grand nombre de ces problèmes découlent également du couloir Suwalki, entre Kaliningrad et la Biélorussie, qui pourrait constituer un point d’étranglement entre les pays baltes et le reste de l’OTAN.

En outre, le comité de coordination des transports de l’UE a été félicité pour son investissement de 1,9 milliard d’euros dans les infrastructures stratégiques en Europe de l’Est et pour d’autres améliorations majeures. En conséquence, l’impulsion doit maintenant être donnée à l’OTAN et à l’UE qui travaillent ensemble pour réaliser l’objectif commun qui est de pouvoir déplacer les forces de l’OTAN (des États membres de l’UE et des pays non membres de l’UE) à travers l’Europe le plus rapidement possible.

Parce que le déploiement rapide des troupes et l’absence de formalités administratives sont la raison même de la dissuasion.

L’exercice Trident Juncture 2018 a été salué parce que la simulation d’invasion de la Norvège par la Russie offrait une chance à la Force opérationnelle interarmées à disponibilité très élevée (VJTF) de se former.

Trident Juncture 2018 a rassemblé environ 50 000 participants de l’OTAN et des pays partenaires, environ 250 aéronefs, 65 navires et jusqu’à 10 000 véhicules. Elle s’est déroulée du 25 octobre au 7 novembre 2018.

« Trident Juncture montrera au monde que l’OTAN est pertinente, unie et prête à se défendre dans le scénario de l’Article 5, mettant à l’épreuve notre défense collective », a déclaré l’amiral James G. Foggo, commandant du commandement de la force interarmées alliée à Naples. L’article 5 est un pays allié en train d’être envahi et la Norvège est idéalement enneigée, à l’instar d’une grande partie de la Russie.

La formation a également permis à l’OTAN de retourner à sa mission principale.

«L’OTAN doit organiser des exercices à grande échelle. Ce n’est qu’ainsi que nous pourrons tester tous les niveaux de l’alliance: des troupes sur le terrain jusqu’à un niveau stratégique », déclare le général Denis Mercier, commandant suprême de la transformation alliée (SACT) à l’OTAN.

«L’OTAN a besoin d’une formation réaliste permettant de combiner des opérations aériennes, navales et terrestres. En Norvège, nous avons tout. C’est l’un des meilleurs endroits pour s’entraîner en Europe », a déclaré Mercier. «Le climat froid présente également des défis supplémentaires pour les soldats, qui affinent leurs compétences.»

En outre, la résolution «Renforcer la dissuasion de l’OTAN à l’Est» appelle à une militarisation encore plus poussée de l’Europe de l’Est.

«Continuer à assurer la pérennité et la disponibilité de la présence renforcée de l’OTAN dans les États baltes et en Pologne, ainsi que de la région de la mer Noire, de la force de frappe au feu, et de la force de réaction renforcée de l’OTAN»,

Et

« S’assurer que l’Alliance dispose des moyens nécessaires pour renforcer les Alliés dans un environnement A2 / AD, éventuellement via l’acquisition d’appareils de combat perfectionnés, de systèmes de brouillage et de systèmes de missiles de précision à longue portée. »

Immédiatement après la fin de Trident Juncture, du 7 au 16 novembre, la Pologne et les États baltes ont organisé leur plus grand exercice militaire de l’OTAN, « Anakonda ».

  • Environ 17 500 soldats de 10 États membres de l’OTAN ont participé aux exercices militaires. Parmi eux, 12 500 étaient des soldats polonais. Les 5 000 autres venaient de divers membres de l’OTAN en Estonie, en Lituanie et en Lettonie.
  • Les exercices comprenaient des manœuvres navales dans la mer Baltique.

Globalement, en 2018, l’OTAN a mené 103 exercices, dont 51 ouverts à des partenaires. En 2019, un total de 102 sont prévus, dont 39 seulement sont ouverts aux pays partenaires.

Les exercices dirigés par l’OTAN et les alliés en 2019 comprennent environ 25 exercices principalement axés sur le domaine terrestre, 27 exercices axés sur le domaine aérien et 12 exercices principalement axés sur les opérations maritimes. De nombreux autres exercices entraînent des fonctions ou des compétences spécifiques telles que la cyberdéfense, la prise de décision en cas de crise, la défense nucléaire chimique, biologique et radiologique, la logistique, les communications et le médical.

La plupart des exercices «clés» ont lieu dans les pays suivants: mer Noire, Géorgie, Estonie, États baltes, Pologne et Norvège. Un seul aura lieu en Bulgarie et en Roumanie, ainsi qu’en Hongrie.

Fait à noter, l’exercice de «Cyber ​​Coalition» se concentrera sur la cyberdéfense et se déroulera en Estonie, qui a déclaré à plusieurs reprises avoir des preuves d’activités de piratage en Russie, mais n’en a encore fourni aucune.

La militarisation de la région devient encore plus évidente en se concentrant sur certains pays situés à la frontière russe.

Lettonie

Le 8 mars, le ministère de la Défense letton a annoncé que le pays, avec l’Estonie et le Danemark, avait ouvert le quartier général de la division nord de l’OTAN à Adazi, près de Riga.

La Division du Nord aura pour tâche principale de gérer les opérations militaires dans sa zone de responsabilité. Le nouveau quartier général commencera à planifier et à gérer les opérations militaires, ainsi qu’à planifier et à intégrer les activités des unités de l’OTAN afin de renforcer la sécurité de la région et d’organiser des entraînements conformes aux plans de défense de l’alliance.

Il doit être accepté dans la structure de l’OTAN en juin 2019.

Le 8 février , 13 hélicoptères UH-60 et HH-60 Black Hawk sont arrivés en Lettonie, ainsi que 150 soldats du 3e bataillon de la 1re Brigade d’aviation de combat pour soutenir l’armée lettone.

Cela faisait partie de l’opération Atlantic Resolve, qui est décrite comme une démonstration de l’engagement des États-Unis envers la sécurité collective dans la région.

Au 31 mars, environ 1 400 soldats de l’OTAN étaient stationnés en Lettonie.

US-NATO Push For Militarization Of Eastern Europe

En avril, le service de sécurité de la Lettonie, le Bureau de la protection de la constitution (SAB), a publié son bilan public annuel de ses activités en 2018.

Une grande partie du rapport se concentre sur la situation intérieure de la Russie et les conséquences de la politique du Kremlin sur la Lettonie ne sont présentes qu’après le point médian du document.

«Les actions contre la Lettonie sont menées par des services spéciaux de plusieurs pays. Les activités agressives des services de renseignement et de sécurité russes constituent une grave menace pour la sécurité collective de l’OTAN et de l’UE, ainsi que pour la sécurité nationale de la Lettonie, tandis que les activités menées par des services spéciaux d’autres pays au cours de l’année écoulée sont considérées comme modérées et sérieuses. ne pas avoir directement menacé la sécurité nationale de la Lettonie. Les activités des services spéciaux russes contre la Lettonie entrent dans le cadre de leurs activités générales contre l’Occident », a déclaré le rapport du Conseil consultatif, en s’appuyant sur les principaux médias.

«En octobre 2018, les médias ont annoncé que Roman Tatarka, un employé de l’ambassade de Russie à Riga, fréquentait la même académie militaire qu’Anatoly Chepiga, impliqué dans l’empoisonnement de Sergei Skripal. Tatarka a été rappelé de Lettonie au début de 2019 », explique SAB.

«SAB a prédit le fort intérêt de la Russie pour les élections législatives de 2018 en Lettonie. Aucune campagne ciblée influant sur les résultats des élections n’a été observée », a-t-il ajouté, ajoutant que les services russes« utilisaient principalement des sources ouvertes pour collecter des informations sur les élections et le processus de formation du gouvernement qui a suivi ».

En termes de cybersécurité, la Lettonie est particulièrement menacée par la Russie, indique le rapport, mais donne peu de détails ou de chiffres.

«Selon les informations dont dispose le SAB, des attaques informatiques contre la Lettonie ont été perpétrées par GU et FSB au cours des dernières années. Les attentats sont liés à l’espionnage et, dans la plupart des cas, sont dirigés contre des institutions gouvernementales ou des responsables individuels travaillant dans les domaines des affaires intérieures, des affaires étrangères et de la défense. ”

À peu près au même moment , la Rand Corporation, un groupe de réflexion basé aux États-Unis et parrainé par le gouvernement, a également donné des indications à la Lettonie et à d’autres États baltes pour leur permettre de mieux lutter contre la Russie.

Le rapport indique: « Ces trois pays sont vulnérables aux attaques à basse altitude, hybrides et à grande échelle menées par les opérations spéciales russes et les forces militaires régulières déployées près de leurs frontières », et soulignant le « déséquilibre existant entre les forces russes et conventionnelles déployées de l’OTAN ». dans la région baltique. « 

Il se concentre principalement sur la défense totale et la guerre non conventionnelle.

«Les capacités de la TD et de l’UW pourraient retarder et perturber l’agression militaire russe contre les États baltes et rendre l’occupation d’un État balte très coûteuse pour les forces d’invasion, renforçant ainsi la dissuasion. Ces techniques et ces forces pourraient également soutenir une campagne de libération de l’OTAN et faciliter la transition vers une paix durable après la fin des opérations militaires en soutenant les activités de stabilisation, de démobilisation et de reconstruction », conclut le rapport.

Lituanie

En Lituanie, 1055 soldats de l’OTAN sont déployés dans le pays.

US-NATO Push For Militarization Of Eastern Europe

Le bataillon de l’OTAN en Lituanie comprend un quartier général et une compagnie de quartier général, une compagnie de soutien logistique, trois à quatre compagnies de combat et différentes unités de soutien au combat. Des renforts au bataillon de présence avancée de l’OTAN seront déployés si nécessaire, c’est-à-dire lors de la tenue d’exercices ou en cas de menace.

Il est basé à Rukla.

Depuis le sommet de l’OTAN à Varsovie en juin 2016 , environ 8 000 soldats alliés de neuf alliés de l’OTAN ont servi dans l’unité à tour de rôle.

En février , l’ Allemagne s’est engagée à investir plus de 110 millions d’euros d’ici 2021 pour améliorer les bases militaires en Lituanie.

«Nous voulons préciser que la Lituanie n’est pas seule et ne restera jamais seule. Il ne devra plus jamais sacrifier sa liberté et son indépendance », a déclaré à la presse Ursula von der Leyen lors d’une visite aux forces allemandes.

« Nous resterons ici avec la Bundeswehr (forces armées allemandes) aussi longtemps que nous aurons besoin de nous et tant que la situation de sécurité le nécessitera. »

La Lituanie se sent très menacée par les complexes de missiles russes Iskander situés à Kaliningrad, en Russie, juste de l’autre côté de sa frontière.

Mais Vilnius affirme que ce n’est rien de nouveau et simplement, rien d’extraordinaire.

Le ministre lituanien de la Défense, Raimundas Karoblis, a souligné « nous sommes [déjà] visés par des armes nucléaires tactiques d’une portée maximale de 500 km », faisant référence aux Iskanders. « Donc pour nous, la situation n’est pas nouvelle du tout », a-t-il ajouté.

Le Conseil atlantique financé par l’OTAN a également affirmé que certains diplomates européens souhaitaient même davantage d’armes nucléaires placées en Europe par les États-Unis afin de garantir la sécurité.

«Certains gouvernements européens aimeraient entendre exactement le contraire: que l’Occident ne recule devant rien pour combattre l’agression russe, y compris en combattant le système de missiles 9M729 anti-INF de Moscou avec plus d’armes nucléaires sur le territoire européen. Des diplomates baltes ont déclaré en privé qu’ils estimaient qu’écarter un tel déploiement était une erreur stratégique. « 

Récemment, à partir du 17 avril , le groupement tactique de l’OTAN a commencé l’exercice Eager Leopard à Pabrade.L’exercice a mobilisé près de 650 soldats et consistait en trois séquences d’entraînement de 36 heures, mettant à l’épreuve des tactiques offensives et défensives.

«Cet exercice est l’occasion idéale pour les entreprises allemandes, néerlandaises et tchèques d’accroître leur préparation et leurs capacités. Ceci est particulièrement important pour préparer l’exercice d’entraînement sur le terrain de niveau 3 Iron Wolf, que nous organiserons avec nos partenaires lituaniens en juin », a déclaré le lieutenant-colonel Peer Papenbroock, commandant du groupement tactique en Lituanie.

Estonie

L’Estonie abrite un contingent de 1 073 soldats de l’OTAN, originaires pour la plupart du Royaume-Uni.

US-NATO Push For Militarization Of Eastern Europe

En avril 2018 , le président estonien Kersti Kaljulaid a appelé à l’installation de missiles Patriot américains et à l’envoi de troupes supplémentaires en Estonie.

«Nous voulons nous assurer que le territoire et les soldats de l’OTAN sont bien protégés», a-t-elle déclaré. «Nous devons nous assurer qu’il existe une défense aérienne et un appui aérien pour ces forces, le cas échéant. Nous avons besoin que notre dissuasion soit crédible. « 

Dans nos relations, nous avons dépassé le stade où vous venez à Washington avec un sac vide, puis un sac rempli de choses », a-t-elle déclaré. « Il y a un débat permanent entre les gouvernements des deux pays. »

Selon le président estonien, les pays occidentaux ont payé pour leurs erreurs lorsqu’elles traitent avec la Russie et qu’elles ne devraient pas être répétées, soulignant la question de la Géorgie en 2008 et la Crimée.

«Nous assumons une partie de la responsabilité de la situation actuelle», a-t-elle déclaré. «Cela commence en 2008 en Géorgie. Notre réaction à l’occupation partielle de la Géorgie a été faible et la situation a été rétablie assez rapidement.

«Cela fait partie de la raison pour laquelle la Crimée est arrivée, la Russie a mal interprété ce qui va se passer, ce qui va devenir une réaction. Nous nous sommes bien entendus et avons arrêté l’avalanche.

Kaljulaid a déclaré que l’Occident devait faire preuve de « patience stratégique », notamment en soutenant les sanctions économiques contre la Russie et peut-être en les renforçant.

Le 20 mai 2019, l’agence de presse nationale estonienne a déclaré qu’un avion de combat militaire russe Tu-154 avait violé son espace aérien pendant moins d’une minute.

L’ exercice Spring Storm 2019 s’est déroulé du 6 au 17 mai dans le nord-est de l’Estonie.

Plus de 9 000 soldats, parmi lesquels des milliers de conscrits, réservistes et soldats en activité estonienne, ainsi que des centaines de véhicules en provenance de 15 pays de l’OTAN et de leurs partenaires, ont été impliqués.

« La tempête de printemps montre que l’OTAN est capable de se défendre contre tous les adversaires », a déclaré le porte-parole adjoint de l’OTAN, Piers Cazalet. « Il teste le bon fonctionnement de nos forces et constitue une expression forte de la solidarité des Alliés ». L’exercice permettra de tester la capacité des forces de l’OTAN à réagir à une crise fictive.

En novembre 2018 , le colonel Riho Uhtegi, chef des forces spéciales estoniennes, a déclaré que si la Russie envahissait la ville, «ils mourraient à Tallinn».

«Il y a toujours ces discussions. Ouais. Les Russes peuvent se rendre à Tallinn en deux jours. … Peut être. [La capitale estonienne est à environ 125 miles de la frontière russe.] Mais ils ne peuvent pas avoir toute l’Estonie en deux jours. Ils peuvent se rendre à Tallinn et derrière eux, nous couperons leurs lignes de communication, leurs lignes de ravitaillement et tout le reste. »Ce regard fixe de la Baltique me fixe à nouveau. «Ils peuvent arriver à Tallinn en deux jours. Mais ils mourront à Tallinn. Et ils le savent. … Ils vont faire feu de tous les coins, à chaque pas. ”

Aux yeux d’Uhtegi, la nouvelle Estonie est déjà en conflit avec la Russie. « Tous les conflits entre l’Estonie et la Russie ont été des conflits hybrides – 1924 était identique à 2014. »

Selon lui, toute la Russie a agi en Géorgie et l’Ukraine devait les empêcher de rejoindre l’OTAN. Selon certains , la Russie aurait tenté d’assassiner le Premier ministre du Monténégro pour obtenir le même résultat, mais sans succès.

Plus récemment, le 16 mai, le détachement de la Royal Air Force britannique à la base aérienne d’Ämari, en Estonie, a été brouillé par le Commandement des opérations aériennes combinées (COOC) à Uedem, en Allemagne, les 14 et 15 mai.

«Le CAOC a bousculé l’avion de combat de la RAF Typhoon pour identifier plusieurs avions de l’armée de l’air de la Fédération de Russie volant dans l’espace aérien international contrôlé par les agences de contrôle du trafic aérien des trois États baltes. Certains des avions non-membres de l’OTAN n’ont pas transmis de signal de transpondeur valide indiquant leur position aux contrôleurs aériens civils et n’ont pas été en contact avec le contrôle de la circulation aérienne local, respectivement », selon le communiqué.

Les typhons de la RAF ont été appuyés par l’armée de l’air hongroise JAS-39 Gripens, basée à la base aérienne de Šiauliai, en Lituanie, qui a également mené sa deuxième bataille d’alerte dans les deux jours. La Hongrie est actuellement le pays chef de file du maintien de l’ordre dans la Baltique.

Au début de l’année 2019, la Pologne menait l’alerte en frôlant les frontières russes.

Pologne

La Pologne est vraisemblablement l’État qui se fait concurrence pour être le représentant des États-Unis en Europe, le meilleur des autres États membres de l’OTAN.

Il abrite un contingent de 1 218 soldats de l’OTAN.

US-NATO Push For Militarization Of Eastern Europe

Le 28 mars, il a été annoncé que des responsables de l’OTAN s’apprêtaient à mettre sur pied le plus grand projet de construction de construction d’un site de stockage de véhicules de combat américains en Pologne.

«Le dépôt est censé contenir du matériel de guerre américain dans ce pays d’Europe orientale, au cas où une confrontation avec la Russie voisine deviendrait une possibilité. Les responsables du Pentagone considèrent que les futures installations de Powidz, dans le centre-ouest de la Pologne, font partie d’un réseau mondial de coffres matériels destinés à servir d’armoiries lointaines aux soldats américains lorsque des combats sont à mener. « 

Il en coûte 260 millions de dollars, le mécanisme de financement du site de Powidz est remarquable. L’argent provient du soi-disant programme d’investissement dans la sécurité de l’OTAN, ou NSIP, auquel contribuent les 29 membres de l’alliance.

Des sources de la défense américaine ont déclaré que le site de stockage de Powidz ne signifiait pas que l’administration Trump envisageait d’imposer une empreinte de troupes permanente en Pologne.

L’administration Trump a demandé 144 millions de dollars pour le programme NSIP pour l’exercice 2020, contre 171 millions de dollars pour 2019.

« Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’OTAN ont reconnu que l’Alliance de l’Atlantique Nord est à un moment crucial pour la sécurité de nos nations et de nos populations et que l’Alliance était prête à réagir rapidement et fermement aux nouveaux défis en matière de sécurité », ont écrit des responsables de la défense Demande de budget pour l’AF-20. « Les actions agressives de la Russie ont fondamentalement remis en cause notre vision d’une Europe entière, libre et en paix. »

Par ailleurs, la Pologne est sur le point de conclure un accord avec les États-Unis pour établir une base militaire américaine dans l’ancien pays du bloc communiste, selon des personnes familières du sujet – un avant-poste que les Polonais considèrent comme un moyen de dissuasion à l’agression russe et que le Kremlin envisagerait probablement provocation « , a déclaré Bloomberg.

«Si un accord est conclu, le président Donald Trump envisage de se rendre en Pologne à l’automne, en partie pour commémorer l’accord. Mais on ne sait pas s’il soutient totalement cette idée, même après avoir déclaré lors d’une réunion avec le président polonais Andrzsej Duda, en septembre, que les États-Unis cherchaient «très sérieusement» à établir une base. Duda, qui a dit en plaisantant qu’il pourrait s’appeler «Fort Trump», reste engagé à contribuer 2 milliards de dollars à sa construction. »

Les Etats-Unis et la Pologne doivent également discuter de l’achat de chasseurs F-35, selon la secrétaire de l’US Air Force, Heather Wilson.

« Ils veulent approfondir leurs relations avec les États-Unis d’Amérique en partie grâce à l’interopérabilité d’équipements de pointe », a déclaré M. Wilson après un événement organisé par le Meridian International Center à Washington. «Ces discussions se poursuivent. Nous leur fournissons les informations dont ils pourraient avoir besoin pour prendre une décision. « 

« Le gouvernement polonais a décidé de choisir le F-35 et est en pourparlers avec les États-Unis », a déclaré M. Wilson.

La Pologne, l’un des plus grands prédicateurs de «l’agression russe» après les États-Unis, reçoit également des éloges pour avoir dépensé plus de 2% de son PIB en défense.

En mars 2018, la Pologne a signé un contrat de 4,75 milliards de dollars avec les États-Unis pour l’achat de systèmes de défense antimissile Patriot, qui n’ont pas encore été livrés.

La Pologne a promis de défendre la Lituanie de la Russie avec son système de défense antimissile si le besoin s’en faisait sentir.

En janvier, la Pologne a signé un contrat portant sur la livraison de 4 hélicoptères S-70i Black Hawk d’ ici à fin 2019.

En février, la Pologne a signé un contrat de 144 millions de dollars pour l’achat du système de roquettes à haute mobilité, HIMARS.

A peu près au même moment, l’ambassadeur des Etats-Unis en Pologne, Georgette Mosbacher, a déclaré que davantage de troupes seraient déployées dans le pays.

Le Pentagone veut un « plus agile, plus rotatif, plutôt que d’avoir des hôpitaux physiques, des maisons et de faire venir ses familles », a déclaré Mosbacher à un journal local. «Mais en termes de présence indéniable et d’un grand nombre de soldats américains ici, c’est acquis. Et je pense que les Polonais vont obtenir le maximum de ce qu’ils veulent.

Aucun chiffre précis n’a été fourni, mais le contingent américain de 4 000 personnes en Pologne serait augmenté «par centaines».

«Les Polonais sont un allié important. Ils investissent leurs 2% sans même convaincre. La modernisation de leurs forces armées s’élève à 40 milliards de dollars. Nous respectons cela », a-t-elle déclaré.

Et d’autres

Séparément, il y a sans aucun doute un autre développement des pays baltes et de la Pologne.

La Norvège envisage de doubler son contingent d’armées américaines dans le pays et a accueilli Trident Juncture, une simulation d’invasion du pays par la Russie. Il a même récemment affirmé que la Russie avait envoyé un « espadon-baleine dans le pays ».

La Roumanie héberge le système de défense antimissile Aegis Ashore, qui peut être utilisé pour lancer des missiles Tomahawk. Il a également récemment reçu THAAD, tandis que l’Aegis Ashore fait l’objet de mises à niveau régulières.

En mars, les États-Unis ont déployé des bombardiers B-52 au Royaume-Uni et ont même participé à leurs premières patrouilles au-dessus de l’Europe , des pays baltes et de la frontière russe pour se familiariser avec le théâtre.

Les SAS britanniques ont commencé à surveiller officiellement la frontière russe pour la première fois depuis la guerre froide . Des troupes des 21 et 23 SAS, les deux bataillons de réserve du régiment d’élite, ont été mobilisées pour des opérations sur la frontière estonienne avec la Russie.

«Les troupes mènent des opérations HERA (Environnement humain, Reconnaissance et Analyse), dans lesquelles elles surveillent le mouvement d’un ennemi potentiel et analysent leurs intentions.

Il est entendu qu’en cas d’attaque russe sur l’Estonie, les troupes du SAS resteraient derrière les lignes ennemies, où elles renverraient des rapports chiffrés sur les mouvements de troupes. « 

Leurs homologues américains se trouvent autour de la frontière russe depuis 2017 . Le nombre de membres des forces spéciales déployés en Europe en 2017 a quadruplé par rapport à l’année précédente. L’année 2016 a été celle du Sommet de Varsovie et de l’adoption du programme eFP.

Les plans d’expansion constants de l’OTAN vers l’est aggravent encore la situation . À la fin de 2017, le Monténégro est devenu le 29 e pays de l’Alliance et Trump a affirmé qu’il pourrait en fait déclencher la «troisième guerre mondiale», car les Monténégrins sont un «peuple très agressif».

Le New York Times a fait l’éloge de l’ajout futur de la Macédoine du Nord à l’OTAN, affirmant qu’elle « comble un autre fossé dans ce qui était autrefois la cour de l’ex-Union soviétique ».

L’extension va totalement à l’encontre des promesses verbales de l’OTAN de ne pas encercler la Russie, lors de la chute de l’URSS.

Des plans sont en cours pour intégrer l’Ukraine et la Géorgie, mais on ne sait toujours pas si et comment cela se produira.

L’OTAN est considérée comme un facteur de paix, à «quelques exceptions près». Telle l’intervention menée par les États-Unis en Yougoslavie, au cours de laquelle la radio-télévision serbe a été délibérément bombardée, l’ambassade de Chine à Belgrade a également été prise pour cible.

La militarisation n’est pas encore terminée . En février , le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que l’Alliance prévoyait d’accroître sa présence sur la mer Noire, car « l’agression de la Russie » est devenue une nécessité.

En décembre 2018 , la Russie a accusé le Royaume-Uni de tester ses capacités de guerre psychologique en Ukraine.L’ambassade de Russie a déclaré dans un communiqué que, dans un premier temps, des spécialistes britanniques formaient du personnel ukrainien à la conduite d’opérations spéciales contre les civils à Donetsk et à Louhansk, mais avaient ensuite déployé leurs propres experts pour mener des opérations de psychologie et d’information.

Enfin, la campagne de propagande contre la Russie n’est pas un secret. Il existe de nombreux exemples dans diverses parties du monde:

Ce sont quelques-uns des exemples notables, il y en a tellement.

Conclusion

Le cercle vicieux semble en train de tourner, la Russie et l’OTAN s’accusant mutuellement de provoquer l’autre partie pour la construction d’armes et de troupes.

Le fait est que des troupes sont positionnées le long de la frontière russe et que celle-ci doit clairement réagir d’une manière ou d’une autre. Cependant, il se peut que cela ne soit qu’une question de temps avant qu’un faux drapeau ou un incident inattendu et indésirable déclenche une chaîne d’événements sur lesquels il est impossible de récupérer.

Depuis la politique de l’OTAN selon laquelle si un membre est attaqué, c’est comme si l’ensemble de l’Alliance était attaqué, et son expansion constante rendrait un conflit ouvert beaucoup plus plausible.

En outre, certains membres ont un peu d’animosité à cause de la réalité historique vis-à-vis de la Russie, ce qui pourrait, en fin de compte, être la fissure qui ouvre les portes de la barrière.

https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://southfront.org/&prev=search

 37 

Publicités

Les parties britanniques avec les États-Unis face à la montée des tensions menacent l’Iran de « représailles »

Lun 20 mai 2019 15:14 [Mise à jour: lun 20 mai 2019 17:29]
Le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Jeremy Hunt, fait une déclaration en marge de l'Assemblée mondiale de la santé, le 20 mai 2019, aux bureaux des Nations Unies à Genève.  (Photo AFP)

00:00

02:12

haute définition

Le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Jeremy Hunt, fait une déclaration en marge de l’Assemblée mondiale de la santé, le 20 mai 2019, aux bureaux des Nations Unies à Genève. (Photo AFP)

Le gouvernement britannique, qui a à plusieurs reprises endossé la rhétorique anti-iranienne de Washington face à l’intensification des tensions entre les deux pays, a une nouvelle fois pris parti pour Washington en menaçant effrontément la République islamique d’invoquer les intérêts des États-Unis dans la région. représailles.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a averti lundi la République islamique de ne pas provoquer les États-Unis alors que la tension montait entre Téhéran et Washington à propos du déploiement par les Etats-Unis d’un porte-avions, d’un groupe de travail sur les bombardiers et d’un navire d’assaut dans le golfe Persique pour contrer les menaces présumées. par l’Iran.

« Je dirais aux Iraniens: Ne sous-estimez pas la détermination du côté américain », a déclaré Hunt aux journalistes en marge de l’Assemblée mondiale de la Santé à Genève lundi, ajoutant: « Ils ne veulent pas d’une guerre avec l’Iran. Mais si Les intérêts américains sont attaqués, ils vont riposter. Et c’est une chose à laquelle les Iraniens doivent réfléchir très, très attentivement. « 

L’administration du président américain Donald Trump a déclaré que le déploiement des forces américaines au Moyen-Orient était une action «défensive» contre l’Iran, affirmant avoir reçu des preuves dignes de confiance de diverses sources montrant que Téhéran conspirait pour attaquer les intérêts américains et ceux de ses voisins. alliés de la région.

Également dimanche soir, Trump s’est rendu sur sa page Twitter officielle, menaçant de  détruire la République islamique s’il attaquait les intérêts des États-Unis.

« Si l’Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l’Iran. Ne menacez plus jamais les Etats-Unis », a-t-il ajouté.

Ailleurs dans son discours, le ministre britannique des Affaires étrangères a déclaré que la solution pour éviter les conflits était que l’Iran s’abstienne de ce qu’il a décrit comme « des activités déstabilisatrices dans toute la région ».

Les autorités iraniennes ont fréquemment annoncé que les allégations soulevées par Washington concernant la menace de l’Iran de mener des attaques contre les intérêts des États-Unis et de causer des ravages dans la région étaient fondées sur de «faux renseignements».

Le ministre britannique des Affaires étrangères avait noté plus tôt cette semaine que son pays « partageait la même évaluation de la menace accrue posée par l’Iran ».

Le déploiement de forces spéciales américaines dans le golfe Persique a eu lieu à la suite d’une série d’attaques contre des pétroliers au large des Émirats arabes unis.

L’Iran a averti qu’une telle opération de sabotage pourrait faire partie d’un stratagème général visant l’Iran dans un contexte de tensions régionales croissantes.

Plusieurs responsables politiques américains ont prévenu que les faucons iraniens de l’équipe de Trump préparaient des informations afin de convaincre Trump que l’Iran était vraiment une menace, plaçant ainsi Washington sur la même voie qui avait conduit à l’invasion de l’Irak en 2003.

L’Iran a  écarté toute  possibilité de guerre malgré le déploiement de l’armée américaine dans le golfe Persique. Le président américain aurait également ordonné à son administration d’éviter un affrontement militaire avec l’Iran.

Depuis son entrée en fonction, l’administration Trump mène une politique de «pression maximale» contre l’Iran.

Selon la politique, le secrétaire d’État Mike Pompeo serait le cerveau présumé et le conseiller en matière de sécurité nationale, John Bolton, la personne qui s’efforce de faire de son mieux pour qu’il dégénère en conflit militaire.

Dans le cadre de cette politique, les États-Unis ont conclu un accord nucléaire multilatéral avec l’Iran, qui a également signé le Royaume-Uni et d’autres pays, l’année dernière. Washington a également essayé de réduire à zéro les exportations de pétrole iranien.

L’ONU s’inquiète de la montée des tensions américano-iraniennes

Les Nations Unies ont également exprimé lundi leur inquiétude face à la montée des tensions entre les Etats-Unis et l’Iran, appelant les deux parties à atténuer leurs propos.

« Nous sommes inquiets de la montée de la rhétorique », a déclaré le porte-parole de l’ONU, Stephane Dujarric, avant d’ajouter: « Nous demanderions à toutes les parties de baisser le discours et d’abaisser également le seuil d’action ».

M. Dujarric a également indiqué que des responsables de l’ONU entretenaient des contacts avec les États-Unis et l’Iran à différents niveaux pour tenter de calmer la situation, mais il n’a pas fourni de détails sur ces entretiens.

https://www.presstv.com/Detail/2019/05/20/596438/Britain-Jeremy-Hunt-heightened-tensions-US-interests-Middle-East

Syrie : évaluation technique de l’OIAC…

Syrie : évaluation technique de l’OIAC…


…l’« attaque à l’arme chimique » sur Douma n’était bien qu’une mise en scène


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 13 mai 2019

Le 7 avril 2018, des « rebelles » syriens prétendaient que le gouvernement syrien avait utilisé du chlore gazeux et du sarin dans une attaque contre la banlieue assiégée de Douma, une banlieue de Damas, la capitale syrienne. Ils ont publié même une série de vidéos montrant des cadavres de femmes et d’enfants pour la plupart.

L’accusation d’« attaque chimique » a été formulée peu de temps après que le président américain Trump eut annoncé qu’il voulait que les troupes américaines quittent la Syrie. Elle a été conçue dans l’intention de le faire revenir sur sa décision,  c’est ce qui c’est passé. En « représailles », les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont illégalement tiré un certain nombre de missiles de croisière contre la Syrie. La plupart d’entre eux n’ont pas atteint leurs objectifs.

Il est apparu évident, dès les premières déclarations d’« attaque chimique », que ce n’était pas la vérité. Le gouvernement syrien n’avait aucune raison d’utiliser une arme chimique ou un irritant comme le chlore à Douma. Il avait déjà gagné la bataille. L’incident a manifestement été organisé, comme d’autres avant lui, pour entraîner les États-Unis dans une nouvelle attaque contre la Syrie.

Sur les lieux de l’incident, deux bouteilles de gaz ont été photographiées et filmées près de l’endroit où les cadavres ont été retrouvés, ce qui a suscité un intérêt particulier. Les bouteilles auraient été larguées depuis des hélicoptères de l’armée syrienne et se seraient écrasées sur des toits en béton. Une bouteille aurait « rebondi » après avoir traversé un toit et se serait immobilisée sur un lit. L’autre bouteille aurait traversé un autre toit et se serait immobilisée sur un balcon.

Pour tous ceux qui ont un peu de connaissance du comportement physique du béton et du métal, il était évident que les dommages causés sur le béton et sur les bouteilles étaient incompatibles l’un avec l’autre. Le béton, renforcé avec de l’acier, a été complètement transpercé alors que les bouteilles ne présentaient que des dommages minimes. Les toits ont probablement été percés par l’impact de l’artillerie, tandis que les bouteilles ont probablement été placées à la main.


Agrandir


Agrandir


Agrandir


Agrandir

Peu après l’incident, Bellingcat, le groupe de propagande aligné sur l’OTAN, affirmait que les bouteilles avaient été larguées depuis les hélicoptères. En juin 2018, le New York Times publiait une analyse virtuelle de la scène de crime de l’incident plutôt risible. Ni l’un ni l’autre n’évaluait techniquement les forces d’impact et les dommages connexes sur les bouteilles et les toits. Ni l’un ni l’autre ne s’étaient rendus sur les lieux. En observant des indices visuels superficiels, les deux ont conclu à tort que les bouteilles de gaz avaient été larguées par des hélicoptères.

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), qui a envoyé une mission d’établissement des faits sur place pour enquêter sur l’affaire, a procédé à une analyse technique détaillée de l’impact et des dommages. Mais les résultats de cette évaluation technique n’ont pas été pris en compte dans le rapport final (pdf).

Le Groupe de travail sur la Syrie, la propagande et les médias ont maintenant reçu une copie de l’évaluation technique de 15 pages de l’OIAC sur ces deux bouteilles de gaz concernées dans l’incident de Douma – 27 février 2019 (pdf).
Après avoir testé diverses hypothèses au moyen d’expériences, de simulations et d’analyses des éléments fournis, le sous-groupe technique de l’enquête de l’OIAC a conclu (non souligné dans l’original) :

32. À ce stade, la sous-équipe technique du FFM ne peut être certaine que les bouteilles sont arrivées à l'un ou l'autre endroit parce qu'elles ont été larguées d'un avion. Les dimensions, les caractéristiques et l'apparence des bouteilles ainsi que la scène environnante des incidents n'étaient pas conformes à ce à quoi on aurait pu s'attendre si l'une ou l'autre des bouteilles avait été larguée d’un aéronef. Dans chaque cas, l'autre hypothèse permet la seule explication plausible des observations sur les lieux.

33. En résumé, les observations faites sur les lieux des deux emplacements, ainsi que les analyses subséquentes, donnent à penser qu'il est plus probable que les deux bouteilles ont été placées manuellement à ces deux endroits plutôt que larguées par avion.

L’évaluation technique confirme notre conclusion antérieure. Toute l’histoire présentée par les « rebelles » et autres organes de propagande n’a été qu’une mise en scène. Les plus de 34 morts trouvés sur les lieux ont été assassinés ailleurs dans des circonstances inconnues.

Dans son examen de l’évaluation technique de l’OIAC et sa suppression par la direction de l’OIAC, le Groupe de travail déclare :

Les nouvelles informations dont nous disposons lèvent tout doute sur le fait que l'organisation a été influencée à sa tête par la France, le Royaume-Uni et les États-Unis. Nous ne doutons pas que la plupart des membres du personnel de l'OIAC continuent de faire leur travail de façon professionnelle et que certains de ceux qui ne sont pas convaincus de l'orientation prise par l'organisation souhaitent néanmoins protéger sa réputation. Mais ce qui est en jeu ici, c'est plus que la réputation de l'organisation : l'incident organisé à Douma a provoqué, le 14 avril 2018, une attaque de missiles par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France qui aurait pu conduire à une guerre totale. 

Le camouflage de la preuve que l'incident de Douma a été monté n'est pas simplement une faute. Comme la mise en scène de l'incident de Douma a entraîné des massacres de civils, les membres de l'OIAC qui ont supprimé les preuves d’une mise en scène sont, involontairement ou non, complices de ces massacres.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker Francophone.

https://lesakerfrancophone.fr/syrie-evaluation-technique-de-loiac-lattaque-a-larme-chimique-sur-douma-netait-bien-quune-mise-en-scene

Européennes : le Parti du Brexit dépassera-t-il le score cumulé des conservateurs et travaillistes ?

Européennes : le Parti du Brexit dépassera-t-il le score cumulé des conservateurs et travaillistes ?

Européennes : le Parti du Brexit dépassera-t-il le score cumulé des conservateurs et travaillistes ?© Hannah McKay Source: Reuters
Un drapeau britannique flotte devant le Big Ben (image d’illustration).

A l’approche des européennes, la formation pro-Brexit de Nigel Farage serait en passe d’humilier les partis traditionnels britanniques. Cauchemar à venir pour les pro-UE n’ayant toujours pas digéré le résultat du référendum de 2016 ?

Selon une récente enquête d’opinion réalisée outre-Manche pour l’hebdomadaire The Observer à l’approche des élections européennes, le Brexit Party continue son ascension dans les sondages, atteignant 34% des intentions de vote, soit plus que celles cumulées par le parti travailliste (21%) et le parti conservateur (11%). Comme le rapporte l’AFP, cette formation anti-Union européenne (UE), qui a vu le jour au mois de janvier 2019, a ainsi doublé son avance sur le Parti travailliste par rapport au précédent sondage.

Mené par Nigel Farage, ancien leader du Ukip qu’il a quitté en décembre 2018, le Brexit Party porte comme principale ambition de sauver le projet de Brexit – la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

Bien qu’il bénéficie de la légitimité des urnes depuis la consultation populaire du 23 juin 2016, lors de laquelle 51,89 % des votants, soit 17 410 742 de citoyens Britanniques, s’étaient prononcés en sa faveur, le Brexit est aujourd’hui contesté par un certain nombre de Britanniques et personnalités médiatiques. La nette avance dans les sondages dont bénéficie aujourd’hui le Parti du Brexit s’inscrit, ainsi, à rebours d’une campagne de remise en cause du Brexit menée par certains responsables politiques et figures du monde des affaires depuis près de trois ans outre-Manche.

Fabien Rives@Fabien_Rives

Depuis le référendum du 23 juin 2016, une imposante campagne pro- suit son cours au

Mais les citoyens britanniques qui ont voté pour le n’ont pas disparu https://francais.rt.com/international/60421-pas-besoin-ue-britanniques-qui-entendent-faire-valoir-legitimite-urnes 

«Pas besoin de l’UE» : ces Britanniques qui entendent faire valoir la légitimité des urnes

A l’approche de la date officielle de sortie du Royaume-Uni de l’UE, la campagne des anti-Brexit se poursuit. Toutefois, cette initiative largement médiatisée ne saurait résumer l’état d’esprit…

francais.rt.com

Voir les autres Tweets de Fabien Rives

Humiliations en chaîne pour les partis traditionnels ?

Lors des dernières élections locales, qui se sont tenues le 2 mai, les partis britanniques traditionnels, travailliste et conservateur, essuyaient une défaite cinglante, tandis que le nouveau paysage politique britannique semble plus que jamais se cliver autour de la question du Brexit. Au sein du parti conservateur, les «hard Brexiters» ont contribué au rejet au parlement britannique, à trois reprises, du projet d’accord sur la sortie du Royaume-Uni, approuvé par les négociateurs britanniques et européens en novembre dernier. Ces partisans conservateurs d’un «Brexit dur» jugeaient en effet que l’accord ne permettrait pas une rupture suffisante des liens entre le Royaume-Uni et l’UE. Du côté des travaillistes, le chef de parti, Jeremy Corbyn, semble souffler le chaud et le froid sur la question, se déclarant favorable en février dernier à la tenue d’un nouveau référendum sur le Brexit dans le cas où les parlementaires refuseraient l’idée d’une union douanière avec l’UE.

Après deux reports, la nouvelle date limite du Brexit a été fixée au 31 octobre, sans que personne ne sache encore quelle forme il prendra. Dans ce contexte, le scrutin européen à venir sera-t-il interprété comme un second référendum sur la question, celui-là même tant souhaité par les «Remainers», les partisans du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne ?

Fabien Rives

https://francais.rt.com/international/61987-europeennes-parti-brexit-depassera-t-il-score-cumule-conservateurs-travaillistes

[Documentaire] La Toile d’Araignée: le Second Empire Britannique, VOSTFR

[Documentaire] La Toile d’Araignée: le Second Empire Britannique, VOSTFR

paradis, fiscaux, Caïman, blanchiment, terrorisme, Guerre, Vietnam, de Gaulle, désindustrialisation, finance, City, Londres, Royaume-Uni, Grande Bretagne, lanceurs, alerte, évasion, fiscale, capitalisme, Eva, Joly,

Comment les machines à blanchiment d’argent et les paradis fiscaux des îles Caïman et autres places financières extraterritoriales sont-ils nés ? D’où viennent les financements du terrorisme ? Comment la transparence bancaire peut-elle bénéficier à l’argent sale ? Pourquoi le Royaume-Uni est-il l’un des principaux fournisseurs de services financiers mondiaux ? Pourquoi les pays émergents restent-ils émergents et ne réussissent jamais à remonter la pente ? Quel a été l’impact financier de la Guerre du Vietnam sur le monde et quelle a été la réaction de de Gaulle ? Quels sont les mécanismes financiers de la désindustrialisation des pays de la zone atlantique ? Comment fait-on taire les lanceurs d’alerte, sommes-nous toujours en en démocratie ou n’est-ce plus qu’un mot décoratif ? Quels sont les effets des déclarations vertueuses des politiciens libéraux qui jurent, main sur le cœur, de lutter contre l’évasion fiscale, notamment en Grèce et en France ? Le capitalisme admet-il réellement la concurrence « libre et non faussée » ailleurs que dans les rapports rassurants des « think tanks » à destination des médias et du grand public ? Dans quelle mesure le contribuable lambda – vous et moi – subventionnons le secteur privé ? Comment ledit secteur privé arrive-t-il à générer des profits à partir d’entreprises typiquement étatiques comme les écoles, les routes et les ponts ? Quelle proportion des richesses mondiales est cachée dans les paradis fiscaux ?

C’est toute la face cachée de la corruption financière internationale qui va défiler devant vos yeux avec ce documentaire primé… et cette toile d’araignée englobe la France au même titre que de multiples autres pays.


Titre original The Spider’s Web, An investigation into the world of Britain’s secrecy jurisdictions and the City of London
Réalisation Michael Oswald
Production exécutive Simeon P. Roberts
Produit par Michael Oswald et John Christensen
Site officiel du film : The Spider’s Web


Synopsis du film

La Toile d’Araignée: Le Second Empire Britannique est un film documentaire qui montre comment la Grande-Bretagne est passée du statut de puissance coloniale à puissance financière mondiale.À la fin de l’empire britannique, les intérêts financiers de la City de Londres ont créé un réseau de juridictions extraterritoriales qui ont capté des richesses du monde entier et les ont cachées derrière des structures financières obscures dans un réseau de paradis fiscaux offshore. Aujourd’hui, jusqu’à la moitié de la richesse mondiale est possiblement cachée dans les juridictions offshore britanniques, et la Grande-Bretagne, avec les paradis fiscaux de ses juridictions extraterritoriales, est l’un des principaux acteurs du monde de la finance internationale. Comment cela s’est-il structuré, et quel en est l’impact sur le monde d’aujourd’hui ? C’est ce que le film se propose d’analyser.

Avec des contributions d’experts [dont notre Éva Joly nationale, Ndt] , d’universitaires, d’anciens acteurs du monde de la finance et de militants pour la justice sociale, l’utilisation de prises de vue stylisés et des images d’archives, La Toile d’Araignée révèle comment, dans le monde de la finance internationale, la corruption et le secret ont prévalu sur la réglementation et la transparence. Et le Royaume-Uni se tient au centre même de cette toile.

Traduction du synopsis et note d’introduction Entelekheia

Une fois votre vidéo lancée, cliquez sur le carré en bas à droite de l’image pour accéder au mode plein écran.

Lanceurs d’alerte et journalistes: la vague collaborative lancée par Assange a dépassé Wikileaks

Lanceurs d’alerte et journalistes: la vague collaborative lancée par Assange a dépassé Wikileaks

Lanceurs d'alerte et journalistes: la vague collaborative lancée par Assange a dépassé Wikileaks
portrait

Des montagnes de données qui se transforment en vagues de révélations: Wikileaks et son fondateur Julian Assange ont transformé ces dernières années le travail des journalistes avec les lanceurs d’alerte.

Le principe de l’ONG, fondée en 2006 par l’Australien Julian Assange, est simple: elle permet de mettre en ligne des documents compromettants, sans que la source soit identifiée.

Ces documents ont permis à Wikileaks de révéler des scandales sur une bavure de l’armée américaine en Irak ou sur les dessous de la diplomatie américaine.

Depuis, de nombreuses plateformes protégeant les lanceurs d’alerte ont éclos à travers le monde, sans atteindre l’envergure de Wikileaks. Et rares sont les grands médias qui n’ont pas une adresse où « Anne O’Nyme » peut déposer des documents brûlants.

Ces révélations en masse, correspondant à l’exigence de transparence totale du fondateur de Wikileaks, posent pourtant de sérieuses questions éthiques et pratiques aux journalistes.

Jeudi, les journalistes à travers le monde étaient partagés sur ce que signifiait l’arrestation du fondateur de Wikileaks à Londres, après 2.487 jours dans l’ambassade d’Equateur.

Hacker dans sa jeunesse, activiste pour la liberté d’information, se présentant comme journaliste ou rédacteur en chef, Julian Assange est à l’image de ces contradictions.

Les Etats-Unis, qui demandent son extradition, lui reprochent d’avoir aidé Bradley Manning –qui a depuis changé d’identité sexuelle pour devenir Chelsea Manning– à obtenir un mot de passe du ministère de la Défense: une accusation qui pourrait être portée contre de nombreux journalistes d’investigation.

Reporters sans frontières a d’ailleurs demandé au Royaume-Uni de ne pas extrader Assange vers les Etats-Unis pour des demandes qui « viseraient à sanctionner ses activités liées au journalisme ».

Pour Edward Snowden, « l’arrestation de cet éditeur -que ça vous plaise ou non- de journalisme multiprimé finira dans les livres d’histoire », a tweeté cet ex-employé de la NSA à l’origine de révélations sur des programmes de surveillance de masse.

-« Répercussions partout »-

« Ils ont changé le journalisme », a déclaré à l’AFP Stefania Maurizi du journal italien La Repubblica, qui travaille sur les dossiers de Wikileaks depuis 2009. « Leurs méthodes, leurs intuitions, ont été copiées partout ».

Dès 2011, des journaux travaillant avec Wikileaks avaient pourtant estimé que les documents publiés étaient susceptibles de « mettre certaines sources en danger ». La critique sera également formulée par le lanceur d’alertes Edward Snowden.

La publication d’emails internes au parti démocrate aux Etats-Unis, qui ont facilité l’élimination d’Hillary Clinton, ou celle de mails internes de la campagne d’Emmanuel Macron, ont notamment semé le doute. Des informations personnelles sensibles ont aussi été révélées, sans intérêt pour la société.

« Jamais aucun document faux n’a été révélé », souligne Stefania Maurizi. « Et ils sont publiés au moment le plus adapté pour leur donner de l’impact ».

Les services de renseignements américains ont depuis établi que les emails démocrates avaient été piratés par des hackeurs russes dans le cadre d’une campagne de Moscou pour influencer la présidentielle américaine.

Avec ces énormes volumes de données, les journalistes ont surtout appris à collaborer pour leurs enquêtes, au-delà de leurs rivalités personnelles ou de celles de leurs titres.

Le scandale des « Panama Papers » a pu être révélé en avril 2016 grâce au travail d’une centaine de journaux rassemblés dans le Consortium international des journalistes d’investigation. « Les faits ont désormais des répercussions partout. Nous avons besoin de plateformes globales », souligne Stefania Maurizi.

De plus en plus de journalistes ont aussi appris à travailler avec ces lanceurs d’alertes qui, s’ils sont aussi vieux que la presse, apportent désormais avec eux des milliers de pages de preuves de ce qu’ils avancent.

Le Parlement européen doit d’ailleurs voter lundi des mesures de protection accrue des lanceurs d’alerte face aux représailles économiques ou aux guerres d’usure juridiques lancées par leurs employeurs.

Ces fuites d’informations sont devenues « l’élément d’un contre-pouvoir citoyen face aux multinationales », notamment en matière fiscale, souligne Virginie Rozière, députée européenne (Socialists and Democrats, gauche) et rapporteure du projet de directive.

Plus largement, l’ensemble de ces affaires a poussé de plus en plus de journalistes à communiquer via des messageries cryptées, comme Signal ou Wire. Et à garder leurs documents sur des serveurs sûrs pour éviter une surveillance informatique généralisée dont ils sont maintenant conscients.

https://pro.orange.fr/actualites/lanceurs-d-alerte-et-journalistes-la-vague-collaborative-lancee-par-assange-a-depasse-wikileaks-CNT000001eUr0b.html

Julian Assange a été arrêté par la police britannique, « illégalement » selon WikiLeaks

Julian Assange a été arrêté par la police britannique, « illégalement » selon WikiLeaks

BELGA ET AFP Publié le – Mis à jour le 

13034
INTERNATIONALLe fondateur de WikiLeaks Julian Assange, réfugié depuis sept ans dans l’ambassade d’Equateur à Londres, a été arrêté, a annoncé jeudi Scotland Yard.

« Julian Assange, 47 ans, a été arrêté aujourd’hui, jeudi 11 avril, par des agents du service de la police métropolitain (MPS) à l’ambassade d’Équateur », a annoncé Scotland Yard, expliquant que l’arrestation a été menée en vertu d’un mandat de juin 2012 délivré par le tribunal londonien de Westminster, pour non présentation au tribunal.

M. Assange a été placé en garde à vue dans un commissariat londonien et sera « présenté au tribunal de Westminster dès que possible ».

Cheveux et barbe blanche, Julian Assange a été porté hors de la représentation diplomatique équatorienne peu après 09H00 GMT par six policiers habillés en civil jusqu’à un fourgon de police, selon une vidéo de son arrestation.

L’arrestation a été confirmée par le ministre britannique de l’Intérieur, Sajid Javid. « Près de 7 ans après être entré à l’ambassade équatorienne, je peux confirmer que Julian Assange est actuellement en garde à vue et fera face à la justice au Royaume-Uni », a tweeté M. Javid, ajoutant « personne n’est au-dessus des lois ».

WikiLeaks a réagi sur le même réseau social en accusant l’Equateur d’avoir « illégalement mis fin à l’asile politique d’Assange, en violation du droit international » et avoir « invité » la police britannique dans l’enceinte de l’ambassade.

De son côté, Moscou a rapidement réagi en accusant Londres d' »étrangler la liberté ».

Décision « souveraine »

Le président équatorien a défendu sur Twitter le retrait du statut d’asile à Julian Assange, une décisions présentée comme « souveraine » et prise « après ses violations répétées des conventions internationales et des protocoles de la vie quotidienne ».

Le gouvernement du président Lenin Moreno a récemment dénoncé des atteintes répétées de la part de Julian Assange aux règles régissant ses conditions d’asile dans l’ambassade équatorienne.

Depuis octobre, Quito appliquait au fondateur australien de WikiLeaks un protocole qui régule notamment ses visites et ses communications à l’intérieur de la légation, et prévoyait aussi que son non-respect implique un retrait de l’asile.

Julian Assange s’est réfugié dans l’ambassade en 2012 pour éviter d’être extradé vers la Suède, où il était accusé de viol, un dossier depuis classé.

L’Australien de 47 ans, naturalisé équatorien en 2017, était sous le coup d’un mandat d’arrêt britannique pour violation de ses conditions de liberté surveillée. Ses soutiens redoutent avec cette arrestation qu’il soit extradé vers les Etats-Unis pour la publication en 2010 sur son site de milliers de documents confidentiels du département d’Etat et du Pentagone.

Julian Assange a fondé en 2006 WikiLeaks, qui s’est fait connaître du grand public trois ans plus tard avec la publication de centaines de milliers de messages de bipeurs envoyés aux Etats-Unis le 11 septembre 2001.

L’ONG est ensuite allée crescendo dans ses révélations, publiant la vidéo d’une bavure de l’armée américaine en Irak, puis des milliers de documents militaires sur l’Afghanistan.

Au total, le site revendique avoir publié « plus de 10 millions de documents » concernant la finance, le divertissement ou la politique.

© AFP
Belga et AFP

En Grande-Bretagne, l’incroyable détournement d’argent public qui aurait financé Al Qaida

  1. Home
  2. Économie 
  3. Conjoncture

En Grande-Bretagne, l’incroyable détournement d’argent public qui aurait financé Al Qaida

En Grande-Bretagne, l’incroyable détournement d’argent public qui aurait financé Al Qaida

Selon une enquête du Sunday Times, des gangs étrangers auraient organisé pendant plusieurs années une gigantesque fraude sociale et fiscale dans le pays, notamment pour financer Al Qaida. Plusieurs milliards de livres auraient été détournés. Et pendant toutes ces années, le fisc britannique se serait abstenu d’informer le MI5.

L’enquête est glaçante et révoltante. Après deux ans de travail, le Sunday Times a révélé samedi dernier un scandale d’escroquerie par des gangs pakistanais et indiens, avec un détournement d’environ huit milliards de livres sterling d’argent public, sans compter les différentes escroqueries visant les entreprises ou les personnes.

» LIRE AUSSI – Le Conseil de sécurité de l’ONU s’attaque au financement du terrorisme

Préparez-vous, évaluez les impacts, activez un plan d’actions. Brexit.gouv.fr

EN SAVOIR PLUS

Après la révélation, l’année dernière, des viols collectifs perpétrés par des gangs indo-pakistanais, l’affaire écorne une nouvelle fois l’image des services publics britanniques. À l’époque des viols collectifs, les services d’enquête avaient en effet renoncé à certains dossiers pour éviter toute prolifération de xénophobie. Cette fois, c’est le fisc britannique qui a refusé de transmettre ses informations aux services de renseignement, ceci afin de «protéger les données fiscales» des dangereux fraudeurs qu’il avait pourtant identifiés.

Une gigantesque fraude qui aurait bénéficié directement à Oussama Ben Laden

Le Sunday Times évoque un gang aux ramifications à Londres et sa périphérie, à Birmingham, et dans le nord-ouest de l’Angleterre jusqu’en Écosse. Sur au moins décennies à partir du début des années 1990, l’organisation aurait monté différents types de fraudes. Une grande partie des bénéfices viendrait de détournements d’argent public (huit milliards de livres sterling), à l’aide de faux numéros de sécurité sociale (et exploitations de travailleurs non déclarés), de fraude aux allocations mais aussi de fraudes de grande ampleur comme la fraude carrousel à la TVA. Celle-ci aurait rapporté au moins 1 milliard de livres. Concernant le secteur privé, les compétences du réseau n’étaient pas moindres: ventes de contrefaçon, arnaque à l’assurance automobile, aux prêts immobiliers, aux cartes de crédits, etc.

» LIRE AUSSI – Birmingham à l’heure islamiste

Selon le journaliste Tom Harper, qui a eu accès à plusieurs documents dont une enquête interne du fisc britannique, Her Majesty’s Revenue and Customs (HMRC), le réseau avait des liens importants avec des groupes terroristes. Environ 80 millions d’euros auraient été directement transférés à Al Qaida au Pakistan et en Afghanistan, qui aurait utilisé les fonds pour créer des camps d’entraînement et financer d’autres activités. D’autres fonds seraient partis ailleurs au Pakistan, ou encore vers Hong-Kong et Dubai. Selon le MI5, le contre-espionnage britannique, une partie de l’argent a même atteint le refuge d’Oussama Ben Laden au Pakistan, avant sa neutralisation en 2011. Le recruteur d’Al Qaida Abou Hamza, condamné en 2015 à la prison à vie aux États-Unis, aurait aussi participé aux activités du gang. Selon le journaliste, plusieurs informations auraient d’ailleurs été trouvées directement dans l’ordinateur d’un comptable du réseau, récupéré en Afghanistan par la CIA et le MI6 (renseignements extérieurs).

Le fisc britannique n’a pas transmis ses informations avant plusieurs années

Pour autant, il semblerait que les nécessaires recoupements entre services et transferts d’informations n’aient pas été faits avant plusieurs années. Les premières enquêtes sur le gang par le HMRC auraient eu lieu il y a 24 ans, après un témoignage alarmant. Plusieurs personnes auraient été arrêtées, mais la lenteur des enquêtes aurait ensuite permis à de nombreux autres membres du gang de partir vers le Moyen-Orient, et d’échapper aux poursuites.

Pire, les informations recueillies par le HMRC n’auraient pas été transmises aux services de renseignement et de sécurité du pays, alors qu’elles étaient de la plus grande importance. Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, un responsable alertait déjà sur la valeur des informations que détenait l’administration fiscale. Dès 2003, les enquêteurs internes repéraient les activités de l’islamiste Shehzad Tanweer… deux ans avant qu’il ne participe aux attentats de Londres, qui ont tué 52 personnes le 7 juillet 2005. Un responsable du HMRC a déclaré à ce sujet qu’il s’était vu plusieurs fois refuser le droit de communiquer avec le MI5, car son organisation souhaitait préserver «la confidentialité des informations fiscales des suspects de terrorisme». Selon le Sunday Times, au moins quatre responsables du HMRC ont imploré leurs supérieurs de lancer des poursuites. Leurs demandes auraient été rejetées «en raison de leur nature complexe et de leur manque de ressources».

Le HMRC aurait néanmoins rappelé quelques résultats sur d’autres dossiers de crime organisé pour montrer sa capacité à dialoguer avec les autres services. Mais depuis la sortie de l’article, plusieurs voix s’élèvent logiquement pour demander la vérité sur ce silence. Meg Hillier, député travailliste, réclamait dimanche dernier la tenue d’une enquête parlementaire, et déclarait que «le HRMC partage régulièrement des informations avec d’autres agences, et je trouve donc extraordinaire qu’il ne l’ait pas fait dans ce dossier».

Plusieurs politiciens corrompus, le parti travailliste impliqué?

Le Sunday Times avance pourtant quelques hypothèses – déconcertantes – pour expliquer ce silence. Les escrocs auraient, d’après le journal, infiltré de nombreuses agences gouvernementales, et corrompu des politiciens pour protéger et assurer les détournements. Le journal cite ainsi des «milliers de livres» donnés au Parti Travailliste, qui gouvernait alors le pays. L’enquête interne du HRMC cite «de nombreux membres du gang impliqués dans des thinks tanks, et des cercles d’affaires, qui les mettaient en contact avec d’importants politiciens britanniques». L’enquêteur dit même avoir «vu un membre du gang aux côtés de Tony Blair à au moins deux reprises, après la guerre en Irak».

» LIRE AUSSI – Terrorisme: la dangerosité sous-estimée des femmes djihadistes

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/en-grande-bretagne-l-incroyable-detournement-d-argent-public-qui-aurait-finance-al-qaida-20190404

» Dans la guerre USA-Chine sur la 5G, l’Europe est incapable d’inventer son indépendance face à Huawei

ATLANTICO-BUSINESS
Dans la guerre USA-Chine sur la 5G, l’Europe est incapable d’inventer son indépendance face à Huawei

Dans le domaine de la 5G, dont tous les experts nous expliquent qu‘elle va être incontournable pour le pilotage des objets connectés, la concurrence pour le contrôle des équipements s’annonceplus que redoutable. D’un côté, les Chinois de chez Huawei qui ont une avance technologique et des moyens considérables pour déployer des réseaux dans tous les pays du monde, de l’autre, l’Amérique de Donald Trump qui considère que les Chinois ont une stratégie politique d’hégémonie sur le monde occidental en prenant le contrôle de la gestion des données.

Cette semaine, l’ambassadeur des Etats-Unis à Berlin a transmis au ministère de l’industrie allemande une lettre obligeant le gouvernement allemand à choisir entre les équipements que propose le chinois Huawei et son maintien au partage d’informations sensibles que les Etats-Unis livrent à leurs alliés.Au terme de ce chantage, si l’Allemagne continue de travailler avec Huawei pour s’équiper en 5G,l‘Allemagne ne sera plus considérée comme un allié loyal. Comme l’écrit le WallStreetJournal, ce sera les antennes Huawei ou les câbles du Pentagone.

Donald Trump, qui a semble-t-il,décidé d’entamer une campagne auprès de tous ses alliéseuropéens, n’y va pas par quatre chemins.

La Grande Bretagne est depuis quelques jours également plongée dans l’incertitude la plus totale quant à la mise en œuvre de sa prochaine stratégie digitale. Selon le Times, Gavin Williamson, le ministre de la défense de Theresa May,se déclaretrès inquiet de l’influence du chinois Huawei dansl’architecture du prochain réseau 5G au Royaume-Uni.Son homologue américain, informé par les services de contre-espionnage,l’a mis en garde des risques d’espionnage que présentait le géant chinois dans une technologie aussi sophistiquée et stratégique que la 5G, et surtout dans la gestion des réseaux mobiles. Mais, réponse du gouvernement britannique : « il n’y a pas d’autres industrielsque les Chinois dans le monde, capables de mener à bien un tel projet d’équipement et notamment l’installation du premier réseau britannique ».

La France n’aurait pas officiellementreçu d’avertissement de Washingtonà propos de la 5G …mais il faut dire que la France est en retard dans le déploiement du réseau.Alors que l’on n’a pas fini de déployer le 4G sur l’ensemble du territoire,on ne fait qu’entamerles études administratives pour permettre aux opérateurs privés de commencer des expérimentations.Du coup, SFR semble travailler avec Nokia et a réalisé unepremière liaison très symbolique.

Bouygues Télécom collabore avec Huawei avec des tests àBordeaux, où les résultats sont satisfaisants.

Orange travaille sur plusieurs tests àMarseille,Lille et Douai ainsi qu’à Paris avec une technologie propre. Mais le montant des investissements n’est pas connu.Tout cela démontre qu’il existe un grand retard ou alors une grande prudence.

En Europe, le pays le plus en avance est la Finlande avec Nokia. L’opérateur Elisaa proposé une offre commerciale en 5G, avec différents forfaits, mais la performance doit encore faire des progrès. Le problème pour Elisa et Nokia, c’est qu’il n’y a pas de téléphone portable compatible. Ils ont donc dû faire les tests et les premières offres avec des mobiles prototype de chez Huawei qui va les mettre en commercialisation avant cet été. Mais Huawei, en Finlande comme ailleurs,soulève beaucoup d’interrogations.

Saint-Marin, micro Etat du nord-est de l’Italie, a indiqué qu’il était le premier Etat à se doter entièrement de la 5G en 2018. Mais Saint Marin est plus petit que Monaco.

L‘Italie auraitdéployé un réseauexpérimental dans les Pouilles fin 2018, mais l’Italie n’en a pas fait de publicité. Compte tenu de ses finances, l’Italie n’aguère les moyens d’aller plus loin.

La Belgiquedoit être capable de commercialiser et se lancer dans la course, mais pas avant 2020. Avec une interrogation, tout est possible mais avec quel équipement ?

 

Partout en Europe, on s’inquiète finalement de la pression américaine.Tout se passe comme si les Etats-Unis avaient déclaré la guerre àHuawei. Personne ne va donc pouvoir faire des affaires avec le Chinois.

Les services d’informationsaméricainsauraient acquis la conviction que la Chine utilisait les réseaux, les mobiles et la technologie Huaweià des fins d’espionnage.D’où les embargos et les arrestations de cadres de Huawei afin d’enquêter pour débusquer d’éventuels agissements malveillants.

Au delà de ce risque, l’Amérique s’avèretrès en retard dans la mise au point de la 5G.Alors même que l’Amérique a toujours été jusqu’alors leader mondial dans ce type de recherche. D‘où peut être la peur d’êtredépassé et déstabilisé.Toujours est-il que les patrons des Gafam sont en lien avec le Pentagone pour essayer de préparer une riposte.

 

La 5G prépare une deuxième révolution digitale qui aura des impacts sur l’ensemble de la vie quotidienne.

La 5G offre une vitesse remarquable de connectivité,à peine une seconde.Cette vitesse est absolument indispensablepour développer les objets autonomes et connectés.Lesvoitures sans chauffeur d’abord, mais tous les objets de mobilité, les bus, les avions, les bateaux, les engins de chantiers, les outils chirurgicaux,etc.Tous ces objets doivent réagir au « quart de seconde”, pour des raisons de performance et de sécurité.

Mais l’inquiétude se cristallise surtout sur le mode de gestion des réseaux et des serveurs.Comment imaginer ne pas être sur et certain à 100% de la bienveillance des systèmes lorsqu’il s’agira de réguler la circulation automobile dans une ville ou le contrôle aérien d’un aéroport ?

Sans tomber dans la science-fiction, les services américains ne sont pas loin d’imaginer qu’un système puisse tomber dans les mains d’une puissance étrangèreanimée de sentiments hostiles.Lesservices l’imaginent encore plus facilement si les équipements sont d’origine chinoise.

Tant qu’il n’y aura pas de systèmes concurrents àceux proposés par Huawei, le géant chinois sera toujours suspecté.

L’Europe, dans tout cela, n’a pas, une fois de plus, de plan B à soumettre à ses partenaires et clients.  Comme les Américains, les opérateurs de l’Union européenne sont assez désarmés.

Alors, faute de s’entendre, de mobiliser des fonds d’investissements colossaux et créer des géants de la 5G, les pays de l’Union européenne sont coincés entre les méthodes d’intimidation et de chantage américain et les pouvoirs hégémoniques ou démoniaques pour certains de Huawei.

Refroidissement climatique sur l’Atlantique

Refroidissement climatique sur l’Atlantique (éditorial paru dans l’édition du 26/02/19)

Conférence de Munich sur la sécurité

Février 2019, Munich. La 55ème édition de la Conférence annuelle sur la Sécurité a laissé beaucoup de participants occidentaux désemparés. Jamais les tensions entre alliés de part et d’autre de l’Atlantique n’avaient paru aussi fortes.

Il y a d’abord la guerre commerciale que le président américain entend mener contre l’Europe, contre l’Allemagne en particulier. Ensuite, sur le plan diplomatico-militaire, les défenseurs d’une « autonomie stratégique » du « pilier européen » au sein de l’Alliance atlantique se sont une nouvelle fois confrontés aux partisans d’un monopole de l’OTAN. Autre empoignade : Washington voudrait contraindre Paris, Berlin et Londres à dénoncer l’accord nucléaire signé en 2015 avec Téhéran. Par ailleurs, le bras de fer se poursuit entre dirigeants américains et allemands sur le doublement du gazoduc Nord Stream qui fournit du gaz russe à l’économie d’outre-Rhin. Enfin, les Etats-Unis jettent aux orties le traité signé avec Moscou en 1987 interdisant les missiles à moyenne portée en Europe. Les dirigeants européens reprennent certes l’argument américain accusant la Russie de violer ledit accord, mais trouvent tout de même saumâtre d’être mis devant le fait accompli alors même qu’il s’agit de la sécurité du Vieux continent.

A Munich, Angela Merkel a choisi un ton peu diplomatique pour mettre en cause la politique de la Maison-Blanche. Pour sa part, le vice-président Michael Pence a affiché une ostensible arrogance : « aujourd’hui, l’Amérique est plus forte qu’elle ne l’a jamais été, et est redevenue le leader mondial ». Le caractère de Donald Trump, provocateur et imprévisible, donne à ces contradictions une virulence inédite. Les responsables européens vivent dans la frayeur du prochain Tweet présidentiel.

Qui plus est, les oppositions ne se situent pas seulement entre les deux rives de l’Atlantique, mais au sein même de chaque camp. Plusieurs pays orientaux de l’UE, par exemple, se rangent plus volontiers dans le camp de Washington que dans celui de Bruxelles. A l’inverse, Joseph Biden, le prédécesseur démocrate de M. Pence, également présent dans la capitale bavaroise, a rêvé d’organiser avec l’UE « le monde des cinquante prochaines années ».

Entre les deux rives de l’Atlantique, il y n’y a pas de contradiction idéologique, mais bien choc des intérêts

En réalité, entre Occidentaux, les contradictions ne sont pas idéologiques. Tous accusent Moscou d’être la cause des malheurs du monde (du reste, sans la Russie, comment pourrait-on justifier l’OTAN ?). Tous redoutent l’émergence de la Chine. Tous communient dans le culte du marché et de la gouvernance globale faisant fi des souverainetés des Etats. Tous s’inscrivent dans une logique de domination mondiale incluant le « droit d’ingérence » (aujourd’hui brandi contre Caracas). En revanche, il y a bel et bien choc des intérêts dans de nombreux domaines. Dans deux en particulier : les marchés d’armements, et l’énergie.

Les marchands de canons européens veulent accroître leur part du gâteau sonnant et trébuchant face à leurs homologues américains peu enclins à laisser mettre en cause leur suprématie. C’est à cette aune qu’il faut comprendre les affrontements en matière d’« Europe de la Défense ». Les projets et marchés des systèmes d’armes du futur se chiffrent en milliers de milliards de dollars.

Le secteur de l’énergie n’est pas moins considérable, d’autant qu’il joue un rôle crucial dans les dépendances de demain. Ce n’est peut-être pas un hasard si se trouvent aujourd’hui dans l’œil du cyclone l’Iran et le Venezuela, membres fondateurs de l’OPEP ; si le gazoduc Nord Stream II oppose si violemment Washington et Berlin ; si les dirigeants américains et européens s’écharpent à propos du combat contre le réchauffement climatique (une « bataille » pour laquelle les élites européennes mobilisent des milliers d’« idiots utiles ») : alors que l’Oncle Sam a atteint l’autosuffisance pétrolo-gazière, c’est loin d’être le cas pour le Vieux continent dont les dirigeants souhaitent donc réduire leur dépendance aux hydrocarbures.

En toile de fond, un dernier facteur torture les chefs de l’Union européenne et les médias qui leur sont fidèles : la « montée des populismes », terme convenu qui recouvre les insurrections populaires latentes ou tâtonnantes contre la régression sociale et la mise en cause toujours plus drastique des souverainetés (Brexit, Gilets jaunes, tsunami électoral italien…). De fait, si les dirigeants européens voient des rivaux à Washington, leurs véritables ennemis n’avaient pas été invités à Munich – mais étaient dans toutes les têtes.

Les peuples.

Partager :
Publicités

Revue de presse nationale et internationale.

Publicités