Archives pour la catégorie GREVE

Les prévisions de la RATP et de la SNCF jusqu'à lundi

Les prévisions de la RATP et de la SNCF jusqu’à lundi

Par AFP le 06.12.2019 à 18h38

La RATP et la SNCF prévoient des trafics perturbés en raison de la grève contre la réforme des retraites.

ratp

Au lendemain d’une première journée de mobilisation massive, les syndicats opposés au projet de réforme du système des retraites ont appelé vendredi à de nouvelles grèves le 10 décembre.ERIC GAILLARD

La RATP prévoit un trafic « extrêmement perturbé » pour samedi et dimanche, puis « très perturbé » lundi, avec une offre « similaire » à celle de vendredi sur le métro et le RER, du fait du mouvement contre la réforme des retraites. Le trafic ferroviaire restera quant à lui « très perturbé » samedi et dimanche, a annoncé vendredi la direction de la SNCF, avec 5 TGV sur 6 et de nombreux TER annulés, ainsi que 85% des Transilien supprimés.

Par ailleurs, « lundi 9 décembre le trafic restera fortement perturbé », indique la SNCF en recommandant « aux voyageurs qui le peuvent d’annuler ou de reporter leurs déplacements ».

Dans le détail, seul un TGV sur six en moyenne roulera ce week-end. La SNCF prévoit pour samedi un train sur six pour les axes Est, Nord, Sud-Est et pour les Ouigo, un train sur cinq pour l’axe Atlantique et deux allers-retours province-province. Dimanche, il n’y aura qu’un train sur dix sur l’axe Est, un sur six sur les axes Atlantique et Sud-Est, pour les Ouigo et les liaisons intersecteurs, et un train sur cinq pour l’axe Nord.

Peu d’amélioration sur le trafic international

Sur les lignes TER, seule une circulation sur dix en moyenne samedi -contre trois sur dix vendredi- et deux sur dix en moyenne dimanche seront assurées, essentiellement par bus, avec des différences selon les régions. En Occitanie, il n’y aura quasiment aucune circulation au cours du week-end.Ouverture dans 0Sponsorisé par JeepJEEP RENEGADE QUIKSILVER EDITIONDÉCOUVREZ-LA >

En région parisienne, la SNCF fera circuler 15% des Transilien (RER SNCF et trains de banlieue) en moyenne, comme vendredi. Ainsi, le RER A comptera samedi et dimanche trois trains par heure entre 12H00 et 18H00 sur la branche allant à Cergy, et le RER B (portion nord) proposera un train sur trois mais cessera de fonctionner après 22H00.PUBLICITÉinRead invented by Teads

Le trafic international connaîtra peu d’amélioration, avec un Eurostar sur deux en circulation samedi (trois sur cinq dimanche), deux Thalys sur trois tout le week-end, et des liaisons au compte-gouttes voire absentes entre Paris et la Suisse (Lyria), l’Italie (SVI), l’Espagne (Ellipros) et l’Allemagne (Alleo).

Vendredi matin, le taux de grévistes mesuré par la SNCF était de 31,8% en moyenne, en recul par rapport à jeudi (55,6%), avec toutefois une mobilisation plus prononcée des conducteurs (87,2%) et contrôleurs (80%) contre la réforme des retraites, a annoncé la direction du groupe ferroviaire.

Les trois premiers syndicats représentatifs de la SNCF, CGT, Unsa et SUD, ont lancé un appel unitaire à une grève illimitée, reconductible par période de 24 heures, contre la réforme des retraites et pour le maintien du régime spécial des cheminots. Ils doivent se retrouver samedi à 10H00 au siège de la CGT à Montreuil.

https://www.challenges.fr/entreprise/transports/les-previsions-de-la-ratp-et-de-la-sncf-jusqu-a-lundi_688407#xtor=CS4-92[Les+pr%C3%A9visions+de+la+RATP+et+de+la+SNCF+jusqu%27%C3%A0+lundi]-688407

RATP SNCF

Réforme des retraites: plus de 450.000 manifestants en régions

Réforme des retraites: plus de 450.000 manifestants en régions

Par Challenges.fr le 05.12.2019 à 14h25

Plus de 450.000 personnes ont manifesté dans une cinquantaine de villes en France contre la réforme des retraites, selon les comptages transmis par la police ou les préfectures.

La manifestation à Marseille

Plus de 450.000 personnes ont manifesté dans une cinquantaine de villes en France contre la réforme des retraites, sans compter la manifestation à Paris.AFP – CLEMENT MAHOUDEAUAu moins 33.000 personnes à Toulouse, 25.000 à Marseille, 20.000 à Lyon, Montpellier et Bordeaux : plus de 450.000 personnes ont manifesté dans une cinquantaine de villes en France contre la réforme des retraites, selon les comptages transmis par la police ou les préfectures.Ce décompte provisoire effectué par l’AFP ne prend pas en compte la manifestation parisienne. Comme souvent, les estimations des syndicats et des préfectures divergeaient parfois fortement – à Marseille, la CGT annonçait ainsi 150.000 manifestants, soit six fois plus que l’estimation de la police -, mais les chiffres, même de source policière, sont élevés, y compris dans de petites agglomérations. Au total, 245 manifestations étaient prévues partout en France. 

Forte mobilisation dans les villes moyennes

 « On n’a pas vu ça depuis la mobilisation contre la réforme des retraites en 2010 », s’est enthousiasmé Dominique Holle, militant CGT rencontré dans le cortège à Clermont-Ferrand. Parmi les mobilisations les plus importantes, les services de police ont dénombré 19.000 personnes à Nantes, 15.000 à Clermont-Ferrand, 13.000 à Lille et Rouen, au moins 10.000 à Tours, Rennes, Brest, Saint-Etienne, Bayonne et Pau, au moins 9.000 à Strasbourg, Perpignan, Limoges, Saint-Nazaire ou Caen. Dans la ville normande, les syndicats évoquent « une première historique ». A Nice, on a compté 4.500 personnes selon la préfecture, 9 à 10.000 selon la CGT. A Guéret, petite préfecture de la Creuse, police et syndicats s’accordaient sur le chiffre de 2.000 participants, un chiffre inédit depuis des années. A Saint-Denis de la Réunion, les autorités ont compté 3.000 manifestants, mais selon la CGT ils auraient même été plus nombreux si les « gilets jaunes » n’avaient pas organisé des opérations escargot sur les routes de l’île. Partout, les manifestants de tous âges rivalisaient d’imagination dans leurs slogans, souvent brandis sur des pancartes. « Plus de retraite, plus de planète, qu’est-ce qu’il nous reste? », ou « Retraite par points, retraite très loin, retraite sans rien », pouvait-on lire à Rennes. « Pas contents pour nos parents », affirmaient des enfants sur leur pancarte brandie à Nantes. Les jeunes étaient nombreux dans les cortèges. « Les retraites, pour le moment, ça ne nous touche pas, mais on n’a aucune envie de devoir travailler jusqu’à 67 ans. A nos âges on a déjà l’angoisse des fins de mois », explique Paola Stinvilla, 20 ans, qui manifestait à Toulouse. 

Un projet « qui ne convient à personne »

 A Montpellier, parmi la foule impressionnante, des centaines d’avocats en robe et des soignants en blouse de bloc opératoire ont pris part au défilé, ainsi que plusieurs dizaines de gilets jaunes. A Bordeaux également, près de 400 avocats se sont dressés sur les marches de la cour d’appel pour dénoncer un projet « qui ne convient à personne ». « Nous n’avons pas les mêmes logiques de contestation mais vous voyez aujourd’hui, nous défilons côte à côte avec la CGT. On est d’accord sur les désaccords », a expliqué à l’AFP le bâtonnier de Bordeaux Jérôme Dirou. « Je suis professeur des écoles en petite section. Je ne sais pas ce que je vais apporter à des enfants de 2 ans quand j’aurai 65 ans », s’interroge Anne Audier-L’Epingle, une enseignante rencontrée à Belfort.

Face au mouvement, le président Emmanuel Macron est « calme et déterminé à mener cette réforme, dans l’écoute et la consultation », a indiqué l’Élysée, précisant que « le Premier ministre s’exprimerait vers le milieu de la semaine prochaine sur l’architecture générale de la réforme ».

A l’origine de la mobilisation, le futur « système universel » de retraites par points, censé remplacer les 42 régimes existants (général, des fonctionnaires, privés, spéciaux, autonomes, complémentaires). L’exécutif promet un système « plus lisible » et « plus juste », quand les opposants s’attendent à une « précarisation » des retraités.

Un mouvement prêt à durer?

Plusieurs récents sondages ont montré que le mouvement, à l’appel de la CGT, FO, la FSU et Solidaires ainsi que plusieurs organisations de jeunesse, était majoritairement soutenu par les Français.PUBLICITÉinRead invented by Teads

Pour Pierre Malige, 42 ans, professeur à l’université manifestant à Nantes, « on ouvre la voie à la capitalisation, parce qu’on va avoir une baisse des pensions et que donc le réflexe pour beaucoup de collègues, ça va être de jouer en individuel et moi j’ai envie qu’on continue à jouer collectif pour les retraites ».

Dans les transports, on comptait 90% de TGV et 80% de TER annulés, et 10 lignes du métro parisien fermées. Des grèves illimitées sont prévues à la RATP et à la SNCF, où le taux de grévistes a atteint 55,6% en moyenne, et 85,7% parmi les conducteurs, selon la direction.

Sept des huit raffineries françaises étaient en grève, sans impact pour l’instant sur les stations-service.

Les compagnies aériennes ont été priées de réduire de 20% leur programme.

EN SAVOIR PLUS

Nombre d’écoles sont aussi restées closes. Le ministère de l’Éducation nationale a recensé 51,15% d’enseignants grévistes dans le primaire et 42,32% dans le secondaire. Au total, un fonctionnaire sur cinq était en grève (21,2%), selon le secrétaire d’Etat Olivier Dussopt.

Éboueurs, avocats, retraités ou transporteurs routiers appelaient également à l’action. De même que des « gilets jaunes », le PS, LFI, le RN ou le PCF.

« Se mettre un peu sur la figure » 

Des syndicats peu coutumiers des manifestations sont de la partie, dont des fédérations de l’Unsa. Quelque 200 personnes se sont rassemblées à l’appel de ce syndicat aux abords du ministère des Finances, a constaté une journaliste de l’AFP. « Nous, on a les deux fers de l’action au feu », a expliqué son secrétaire général, Laurent Escure: « La négociation parce qu’on ne veut pas laisser les salariés tout seuls » et « la mobilisation pour les secteurs en colère ».

Des syndicats de la CFTC et la CFE-CGC ont aussi appelé à manifester.

Seule la CFDT continue de soutenir l’idée d’une réforme « universelle ». Mais son secrétaire général, Laurent Berger, a regretté jeudi que « la logique qui prévaut, c’est quand même de se mettre un peu sur la figure avant de commencer à discuter ».

Pour décider de la suite du mouvement, des assemblées générales sont prévues en fin de journée, ainsi qu’une réunion vendredi matin des organisations à l’initiative du mouvement.

« On ne pense pas qu’il y aura une amélioration significative demain » dans les transports publics, a déclaré la ministre des Transports, Élisabeth Borne, tout en assurant ne pas se mettre « dans l’idée qu’on s’installe dans un conflit long ». A la RATP, la reconduction du mouvement a été votée en assemblées générales jusqu’au lundi 9.

La grève sera « reconductible pour un certain nombre de secteurs, c’est certain », a estimé jeudi le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

A Paris, le ministère de l’Intérieur s’attend à la présence de « quelques centaines » de « black blocs » et « gilets jaunes radicaux », une situation quasi habituelle depuis la loi travail de 2016. La préfecture de police a mobilisé près de 6.000 policiers et gendarmes. A 13H00, la préfecture de police signalait 6.333 personnes contrôlées et 28 interpellations.

Les syndicats n’ont pas obtenu de recul sur une réforme décriée depuis 2006, avec le Contrat première embauche.

(Avec AFP et Reuters)

https://www.challenges.fr/france/retraites-plus-de-180-000-manifestants-dans-une-trentaine-de-villes-a-la-mi-journee_688158#xtor=CS4-92[R%C3%A9forme+des+retraites%3A+plus+de+450.000+manifestants+en+r%C3%A9gions]-688158

TENSIONS PERSISTANTES À PARIS Des incidents éclatent à Pars lors de la mobilisation contre la réforme des retraites 5 déc. 2019, 16:58 ©

TENSIONS PERSISTANTES À PARIS Des incidents éclatent à Pars lors de la mobilisation contre la réforme des retraites 5 déc. 2019, 16:58 © Zakaria Abdelkafi Source: AFPIMAGES

Des manifestants renversent une remorque lors d’une manifestation contre la réforme des retraites, à Paris, le 5 décembre 2019, dans le cadre d’une grève à l’échelle nationale. Alors que la grande partie des manifestants défile dans le calme contre la réforme des retraites ce 5 décembre à Paris, de premiers incidents ont éclaté vers 16 heures en tête de cortège.

Des individus ont notamment renversé et incendié une remorque. De premiers incidents ont éclaté ce 5 décembre peu avant 16h à Paris, en tête de la manifestation contre la réforme des retraites qui rassemble des milliers de personnes dans la capitale.  Une remorque de chantier a été retournée, rue du Château-d’Eau à Paris, non loin de la place de la République. Source: RT France

Un feu tricolore a également été incendié, boulevard Magenta, comme on le voit sur des images rapportées par un étudiant en journalisme. Affrontements avec les forces de l’ordre et gaz lacrymogène En outre, plusieurs vitrines ont été été brisées et les forces de l’ordre, qui ont essuyé des jets de projectiles, ont répliqué par des tirs de lacrymogène dans la capitale.

L’AFP rapporte que dans une atmosphère tendue, des Black blocks ont avancé sur le boulevard Magenta derrière une banderole «Marx ou crève» avant d’être repoussés vers la place de la République par l’arrivée de brigades de la police nationale. Notre reporter Lucas Léger a filmé des scènes de tensions près de la place de la République dans l’après-midi. De même, notre reporter Jonathan Moadab a constaté, aux alentours de 16h30, des échanges de grenades lacrymogènes et de projectiles entre contestataires et forces de l’ordre place de la République.

Aux alentours de 17h, la situation restait très tendue place de la République. A quelques centaines de mètres de là, vers gare de l’Est, le cortège officiel rassemblait, lui, des dizaines de milliers de personnes dans le calme et se dirigeait vers Nation, sa destination finale. Quelque 6 000 membres des forces de l’ordre ont été déployés dans la capitale pour faire face aux risques d’incidents et de dégradations, rapporte l’AFP. 

Lire aussi : Grève du 5 décembre : qui est mobilisé et pourquoi ? France

En savoir plus sur RT France :

 https://francais.rt.com/france/68659-incidents-eclatent-pars-lors-mobilisation-contre-reforme-retraites

Grève du 5 décembre : TGV, TER, Intercités, Transilien… Retrouvez toutes les prévisions de trafic de la SNCF pour demain

Grève du 5 décembre : TGV, TER, Intercités, Transilien… Retrouvez toutes les prévisions de trafic de la SNCF pour demain

La SNCF a fait le point sur vos conditions de circulation pour cette grande journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Un Transilien en gare du Nord à Paris, le 4 décembre 2019. 
Un Transilien en gare du Nord à Paris, le 4 décembre 2019.  (EDOUARD RICHARD / HANS LUCAS / AFP)
avatar

franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le 04/12/2019 | 18:29
publié le 04/12/2019 | 17:31PartagerTwitterEnvoyerLA NEWSLETTER ACTUNous la préparons pour vous chaque matinFrance Télévisions utilise votre adresse email afin de vous adresser des newsletters. Pour exercer vos droits, contactez-nous. Pour en savoir plus, cliquez ici.il y a 26 minutesGrève du 5 décembre : environ 260 manifestations recensées en France métropolitaine et dans les DOM-TOM

Une France à l’arrêt. C’est ce qui se profile, mercredi 4 décembre, à la veille de la grande journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Franceinfo fait le point sur vos conditions de circulation sur le réseau SNCF : 

>> Grève du 5 décembre : 6 000 policiers et gendarmes mobilisés pour encadrer le cortège parisien. Suivez la situation en direct

• Pour les TGV : la SNCF annonce un train sur dix, avec un léger mieux sur le Nord et l’Est, où un train sur six devrait circuler.

• Pour les TER : de fortes perturbations sont à prévoir sur tout le territoire. Il y aura 3 à 5% de trafic, complété par des cars (20-23% de trafic, au-delà de 40% dans certaines régions).

• Pour le Transilien : il y aura un train sur dix avec une priorité en heure de pointe. Pour les lignes A et D, il y aura deux trains par heure, mais aucun train sur les lignes R et U.

• Pour les Intercités : il n’y aura pas de train de nuit. En journée, seul un train sur dix circulera. Vers la Normandie par exemple, la SNCF n’assurera que deux allers-retours entre Paris, Rouen et Le Havre. La compagnie a annoncé mercredi qu’elle maintenait également un aller-retour vers l’Auvergne et un aller-retour vers la Corrèze.A LIRE AUSSI