Archives pour la catégorie MERCOSUR

Accord commercial avec le Mercosur : l’agriculture européenne est-elle en danger ?

Agriculture

Accord commercial avec le Mercosur : l’agriculture européenne est-elle en danger ?

Un échange passé entre l’UE et les pays du Mercosur prévoit que 92% des taxes sur les produits sud-américains importés par l’Europe disparaîtront. De quoi inquiéter les agriculteurs européens. 

Eco Menanteau Christian MenanteauITUNESRSS

Accord commercial avec le Mercosur : l’agriculture européenne est-elle en danger ?Crédit Image : Christof STACHE / AFP | Crédit Média : RTL | Date : 01/07/2019

La page de l’émission

Christian Menanteau
Christian Menanteauédité par Cassandre Jeannin

PUBLIÉ LE 01/07/2019 À 10:29

La Commission européenne de Bruxelles vient, in extremis, de signer un accord commercial de grande ampleur avec les pays du Mercosur c’est-à-dire d’Amérique du Sud. L’encre n’est pas sèche que les polémiques enflent déjà. Cet accord historique concerne une centaine de milliards d’échanges entre les deux blocs et prévoit que 91% des taxes sur les produits européens vers le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay disparaîtront. 

Pour l’Union européenne, cela concerne prioritairement l’automobile allemande, les machines industrielles allemandes, la chimie allemande et l’habillement français avec un volet agricole en faveur des vins et alcools ou du chocolat par exemple. Le tout sera couronné par une promesse de protection de 357 appellations d’origine contrôlée, principalement sur les produits français et italiens. En échange, 92% des taxes qui frappent les exportations de ces quatre pays vers l’Union européenne seraient effacées.

La grosse aspérité de ce dossier ce sont les secteurs concernés par cet échange. L’UE s’ouvre en grand aux productions agricoles sud-américaines qui touchent des filières extrêmement sensibles : bovin, volaille et sucreCe sont des secteurs en grande difficulté, surtout en France. Ces pays piétinent l’accord de Paris sur le climat, déforestent sans état d’âme et ne répondent pas aux mêmes normes sociales et sanitaires que l’Union. Importer des viandes blanches et rouges produites à 10.000 kilomètres avec forces antibiotiques et grains arrosés de chimie, ne va pas encourager nos paysans à se lancer dans une agriculture plus vertueuse. 

Les agriculteurs français sont-ils les plus pénalisés ?

À lire aussi

Des vignes (illustration)

Ce n’est pas un sujet simplement franco-français mais l’agriculture française reste très parcellisée et ses éleveurs sont les plus mal lotis du secteur agricole avec seulement 12 à 15.000 euros de revenus annuels. Les consommateurs français privilégient toujours le prix et nos circuits n’ont pas assez de race de viande noble. Ceci explique qu’ils aient des difficultés à monter en gamme. 

L’irruption de la viande argentine risque d’être difficile à digérermême si la Commission prévoit 1 milliard d’euros pour étaler le choc. Le dossier a été engagé sous la première présidence de Jacques Chirac et aujourd’hui on se demande s’il faut se féliciter de la constance ou déplorer l’aveuglement de la Commission parce que tout change autour de nous. 

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/accord-commercial-avec-le-mercosur-l-agriculture-europeenne-est-elle-en-danger-7797956882

Publicités

Le rapprochement entre l´Alliance du Pacifique et le Mercosur

Le rapprochement entre l´Alliance du Pacifique et le Mercosur

Les pays membres de l´Alliance du Pacifique (Mexique, Colombie, Pérou et Chili) viennent de signer conjointement avec les Etats du Mercosur (Argentine, Brésil, Uruguay et Paraguay)  un plan  d´actions concrètes. Celui-ci vise à renforcer l´intégration régionale et le libre-échange entre ces deux espaces. Ce rapprochement pourrait à terme créer un marché regroupant 79% de la population d´Amérique Latine et 85% de son PIB. Pour le moment, les négociations engagées entre les deux organisations restent embryonnaires. Malgré un contexte favorable dû à une convergence politique entre les 8 pays, les divisions idéologiques intrinsèques des deux structures ralentissent ce processus d´intégration.     

mercosur alliance du pacifique
Une future alliance continentale ?

L´Alliance du Pacifique (2011) et le Mercosur (1991) sont les deux organisations d´intégrations régionales les plus dynamiques du continent sud-américain. Ces dernières ont longtemps été opposées. La première reprochait à la seconde son côté trop politisé et son manque de dynamisme économique. Tandis que le Marché commun du sud considérait l´Alliance comme trop proche des positions nord-américaines. Paradoxalement, le contexte macroéconomique actuel est particulièrement favorable au rapprochement de ces deux entités. En effet, la guerre commerciale dans laquelle s´est engagée le président américain Donald Trump, a poussé les pays sud-américains à adopter diverses stratégies pour dépasser les conséquences du recul protectionniste. L´une d´entre elle est justement de renforcer ses liens de libre-échange et diversifier ses partenaires commerciaux. L’accommodement entre ces deux communautés s´inscrit dans ce mouvement.

Parmi les 8 pays engagés dans ces négociations, seul l´Uruguay est actuellement présidé par un gouvernement ouvertement socialiste. Andres Manuel Obrador, le président mexicain de gauche récemment élu ne prendra ses fonctions qu´en décembre prochain. Par ailleurs, celui-ci n´est pas opposé au  libre-échange, ce qui rompt avec la tradition anti-libérale de la gauche sud-américaine. Le Mercosur et l´Alliance du Pacifique expérimentent ainsi  pour la première fois une convergence politique. L´ouverture commerciale du marché commun sud-américain avaient été longtemps bloquée au nom du protectionnisme latino-américain prôné par l’Argentine de la Présidente Kirchner et le Brésil de la Présidente Rousseff. Or, les deux géants sud-américains, désormais présidés par Macri et Temer, embrassent des doctrines plus libérales. Ces derniers souhaitent attirer de nouveaux  investisseurs et diversifier leurs partenaires commerciaux afin de relever leurs économies en pleine crises structurelles.

Des avancées mais des limites idéologiques

Le document signé par les deux blocs est un plan d´action qui soutient le commerce des biens, la mobilité des personnes et les débouchés des start-ups et des entreprises moyennes. Celui-ci préconise notamment la suppression des barrières douanières et non douanières et davantage de coopération en matière de réglementation. Les négociations tournent actuellement autour de la question de l´abaissement des droits de douanes dans les secteurs sensibles du continent : l´agroalimentaire et l´automobile. L’objectif de ces discussions reste néanmoins clair,  il s´agit de renforcer le libre-échange et le multilatéralisme en Amérique latine.

Pour autant, les deux communautés ont encore beaucoup de chemin à faire pour parvenir à un accord total qui aboutirait à la création d´une zone de libre-échange commune. En effet, les deux blocs ne possèdent pas la même structure et ne se sont pas formées selon les mêmes paradigmes idéologiques. D´un côté l´Alliance du Pacifique est une entité apolitique fondée sur la promotion du libre-échange. Les pays qui composent cette communauté possèdent des accords commerciaux avec plus de 50% des pays du monde. D´un autre côté, le Mercosur est construit selon une idéologie protectionniste et possède des traités avec seulement 15% des Etats du monde. Cette communauté dispose d´une forte identité politique axée sur la défense des intérêts sud-américains. Ce manque de complémentarité intrinsèque pourrait ralentir ce processus de régionalisation. Malgré ces nombreux défis, les 8 Etats ont promis de se réunir tous les 6 mois pour se tenir au courant de leurs avancées et planifier de nouveaux plans. A terme, une zone d´intégration commune  réunissant la majorité des pays sud-américains pourrait voir le jour.

About Vincent VEAUCLIN

Vincent Veauclin est étudiant à Sciences Po Saint Germain en Laye. Passionné par la géopolitique latino-américaine. Il est rédacteur aux Yeux du Monde depuis 2018.