Archives pour la catégorie MYANMAR

Le Bangladesh se félicite de l’accord avec le Myanmar sur le rapatriement des Rohingyas

MYANMAR

Le Bangladesh se félicite de l’accord avec le Myanmar sur le rapatriement des Rohingyas

© Chine Nouvelle (Xinhua)Ba Lifenshe, le 25/11/2017 20:38

Le ministre bangladais des Affaires étrangères, Abdul Hassan Mahmood Ali, qui a signé jeudi un accord avec le Myanmar sur le rapatriement des Rohingyas, s’est félicité de cet accord bilatéral.

Samedi, à son retour du Myanmar, le chef de la diplomatie bangladaise a tenu un point de presse à Dacca où il a déclaré que les deux parties sont convenues de chercher à obtenir l’aide du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) afin de mettre en oeuvre le processus de rapatriement.

Le chef de la diplomatie bangladaise a dit qu’un Groupe de travail conjoint devra être créé dans les trois semaines suivant la date de l’accord afin de surveiller le processus de rapatriement.

M. Mahmood Ali et le ministre de la République de l’Union du Myanmar, U Kyaw Tint Swe, ont signé l’accord au bureau du Conseiller d’État, au Myanmar, jeudi.

Selon le ministre, le Myanmar acceptera uniquement ses ressortissants déplacés depuis le 9 octobre 2016, une fois achevé le rapatriement des Rohingyas qui ont récemment franchi la frontière.

Il a en outre déclaré que 622 000 Rohingyas se sont à ce jour réfugiés au Bangladesh après les violences qui ont éclaté au Myanmar le 25 août.

Conformément à l’accord, les deux gouvernements mettront en place le retour volontaire, dans le respect de la  »sûreté, de la sécurité et de la dignité et avec la possibilité de retrouver des moyens de subsistance » lorsque les autorités auront vérifié qu’il s’agit bien de résidents rohingyas.

À cet égard, M. Mahmood Ali a dit samedi aux journalistes que le Myanmar placera les Rohingyas dans des camps temporaires, près de leurs maisons abandonnées, après leur retour dans leur pays.

https://chine.in/actualite/asie/bangladesh-felicite-accord-avec_17839.html

Publicités

Palestine: Amnesty International s’engage à prendre en considération l’apartheid israélien

Palestine: Amnesty International s’engage à prendre en considération l’apartheid israélien

Des hommes palestiniens passent devant le mur d’apartheid israélien pour franchir un poste de contrôle afin d’aller prier à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, le quatrième vendredi du Ramadan, au poste de contrôle de Qalandia, entre Ramallah et Jérusalem, en Cisjordanie, le 10 juillet 2015. (AP/Majdi Mohammed)
Les « Pratiques de l’apartheid » sont énumérées comme des violations graves du droit international humanitaire et des crimes de guerre

By Ben White

Les activistes et analystes palestiniens décrivent depuis longtemps les politiques israéliennes comme une forme d’apartheid, et l’ONG israélienne de défense des droits de l’homme B’Tselem a comparé le « régime de ségrégation » d’Israël dans les territoires occupés au « régime de l’apartheid en Afrique du Sud ».

Dans le cadre d’un développement sans précédent, Amnesty International s’est engagée à examiner si le gouvernement israélien commet le crime d’apartheid dans le territoire palestinien occupé.

C’est la première fois que l’ONG mondiale de défense des droits humains a déclaré qu’elle enquêterait sur les pratiques israéliennes en particulier pour déterminer si elles répondent à la définition internationale de l’apartheid.

La déclaration a été publiée aujourd’hui alors qu’Amnesty a publié un nouveau rapport dans lequel le groupe accuse le Myanmar d’avoir pratiqué l’apartheid dans l’État de Rakhine, décrivant « un système institutionnalisé de ségrégation et de discrimination des communautés musulmanes ».

Pour les Rohingya, Amnesty International a conclu que ce système « est si grave et si étendu qu’il constitue une attaque généralisée et systémique contre une population civile… clairement liée à son identité ethnique (ou raciale) ce qui constitue un crime contre l’humanité au regard du droit international ».

Le rapport décrit en détail un certain nombre de mesures prises par les autorités du Myanmar pour imposer aux Rohingya la ségrégation et la discrimination parrainées par l’État, y compris la violence, le refus de la citoyenneté, les restrictions aux déplacements et d’autres formes d’exclusion sociale, politique et économique.

L’ouvrage « Caged Without a Roof: Apartheid in Myanmar’s Rakhine State » dévoile le fondement juridique international de sa revendication principale d’apartheid, à commencer par la référence à la définition des crimes contre l’humanité dans le Statut de Rome de la Cour pénale internationale – qui inclut l’apartheid.

Prenant acte de la façon dont le terme apartheid trouve son origine dans  » un système politique imposé par les dirigeants nationalistes sud-africains entre 1945 et 1994 « , le rapport d’Amnesty International décrit comment, suite à la condamnation de ce système, » l’apartheid est expressément interdit en droit international « .

Les « Pratiques de l’apartheid » sont énumérées comme des violations graves du droit international humanitaire et des crimes de guerre à l’article 85 (4)(c) du Protocole additionnel aux Conventions de Genève du 12 août 1949 relatif à la protection des victimes des conflits armés internationaux, adopté en 1977.

En outre, »trois traités internationaux interdisent ou criminalisent explicitement l’apartheid, indiquant clairement que la communauté internationale entendait non seulement condamner et criminaliser l’apartheid tel qu’il est pratiqué en Afrique australe, mais partout où il pourrait être reproduit » (je souligne).

L’argumentation juridique du rapport concernant l’apartheid est étonnamment similaire à l’argument selon lequel Israël commet également un tel crime, tel que défini dans la Convention sur l’apartheid et le Statut de Rome. Par conséquent, à l’avenir, Amnesty peut-elle décrire les politiques israéliennes à l’égard des Palestiniens en ces termes ?

Un porte-parole d’Amnesty International a souligné que l’organisation  » a longtemps mis en lumière les lois, politiques et pratiques discriminatoires d’Israël, qui violent les obligations du pays à l’égard des Palestiniens en vertu du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme « .

En particulier, la déclaration a ajouté qu’Amnesty International soulignait  » la politique discriminatoire d’Israël qui consiste à installer des civils juifs dans le territoire palestinien – elle-même une violation du droit international humanitaire – et le système de contrôle des terres et autres ressources palestiniennes, ce qui a entraîné des violations généralisées des droits de l’homme, y compris le droit à un niveau de vie suffisant, le droit à l’eau, à une nourriture et à un logement adéquats, le droit au travail et le droit à la santé « .

Amnesty a également cité  » la discrimination institutionnelle à l’encontre du peuple palestinien en ce qui concerne l’accès à la justice et aux garanties juridiques « , notant que  » les Israéliens, y compris les colons en Cisjordanie occupée, jouissent de la protection du droit civil israélien, tandis que les Palestiniens sont poursuivis par le système judiciaire militaire en l’absence de garanties élémentaires de procès équitable.

Mais dans la partie la plus importante de ses remarques, le porte-parole a affirmé que « si on regarde vers l’avenir – dans toute recherche future sur la discrimination raciale institutionnelle, nous examinerons si la situation en Israël et dans les territoires palestiniens occupés répond à la définition internationale de l’apartheid « , un processus qui « nécessitera une recherche approfondie et un examen juridique rigoureux des preuves « .

Amnesty International dispose d’un nombre croissant de ressources sur lesquelles elle peut s’appuyer dans le cadre d’une telle entreprise, y compris les rapports et la documentation de l’ONU. Il y a dix ans encore, le rapporteur spécial de l’ONU d’alors, le juriste sud-africain John Dugard, déclarait que les « éléments » de l’occupation militaire israélienne « constituent des formes de colonialisme et d’apartheid ».

Entre-temps, en 2012, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) des Nations Unies a exhorté Israël à mettre fin aux politiques ou pratiques violant l’interdiction de la « ségrégation raciale et de l’apartheid », un rapport décrit à l’époque par un expert comme « la reconnaissance et la condamnation les plus frappantes d’un système juridique de ségrégation depuis l’apartheid en Afrique du Sud ».

Les activistes et analystes palestiniens décrivent depuis longtemps les politiques israéliennes comme une forme d’apartheid, et l’ONG israélienne de défense des droits humains B’Tselem a comparé le  » régime de ségrégation » d’Israël dans le territoire palestinien occupé « au régime d’apartheid en Afrique du Sud ». Le prix Nobel de la paix Desmond Tutu et l’ancien président étatsunien Jimmy Carter sont deux des personnalités les plus éminentes qui ont accusé Israël d’apartheid.

Le rapport d’Amnesty International sur le Myanmar est, bien entendu, significatif en soi, car il décrit un système horrible de discrimination auquel est confrontée la population Rohingya. Pour Israël, cependant – qui a refusé de cesser de vendre des armes à l’armée du Myanmar -, le rapport a des implications inquiétantes.

L’affaire détaillée et soigneusement présentée contre les autorités du Myanmar est, en fait, un précédent; bien que ce nouveau rapport soit la première fois depuis l’Afrique du Sud que l’amnistie a porté une accusation détaillée d’apartheid contre un État, il se peut fort bien qu’elle ne soit pas la dernière.

La pertinence d’une telle conclusion pour Israël et les Palestiniens n’est confirmée que par les remarques du porte-parole d’Amnesty International.

Pour comprendre les dangers auxquels est confronté le gouvernement israélien, examinez les conclusions d’Amnesty International en ce qui concerne la fin du régime d’apartheid au Myanmar et l’obligation de rendre des comptes à cet égard.

En exhortant la communauté internationale à  » utiliser tous les outils diplomatiques disponibles  » pour faire pression sur le Myanmar afin qu’il mette fin à sa discrimination systémique, Amnesty International propose au Conseil de sécurité un  » embargo général sur les armes  » et des  » sanctions ciblées contre les individus responsables de crimes et de violations « .

Si Israël devenait la cible d’exigences de responsabilité tout aussi ciblées et sévères, condamnées pour le crime d’apartheid par le plus grand groupe de défense des droits de l’homme au monde, il marquerait une étape importante sur la voie qui mènera les Palestiniens à la réalisation des droits qui leur sont refusés depuis longtemps.

le-blog-sam-la-touch.over-blog.com

Source MintPress News

Traduction SLT

Ben White est un journaliste et activiste britannique qui écrit principalement sur le conflit israélo-palestinien.

 

https://infosdanyfr.wordpress.com/2017/11/23/palestine-amnesty-international-sengage-a-prendre-en-consideration-lapartheid-israelien/

Publicités

Revue de presse nationale et internationale.

Publicités