Archives pour la catégorie ONG

Norvège. La police enquête sur la disparition d’un co-fondateur de Wikileaks

Norvège

Norvège. La police enquête sur la disparition d’un co-fondateur de Wikileaks

L'ouvrage de Julian Assange sur Wikileaks, dans une bibliothèque de Quito, en Équateur, en 2016.
L’ouvrage de Julian Assange sur Wikileaks, dans une bibliothèque de Quito, en Équateur, en 2016. | RODRIGO BUENDIA / AFP

 

Le Néerlandais Arjen Kamphuis, un expert en cyber sécurité, a été vu pour la dernière fois en août dans le nord du pays. Depuis, plus de nouvelles.

Où est passé Arjen Kamphuis ? Cet expert en cyber sécurité néerlandais, co-fondateur de l’ONG Wikileaks, a été vu pour la dernière fois en août dans le nord de la Norvège. Mais depuis, il s’est volatilisé. Ce qui intrigue les autorités du pays. « Nous avons ouvert une enquête », a indiqué à l’AFP un porte-parole de la police, Tommy Bech, ajoutant n’avoir aucune idée du lieu où pouvait se trouver ce citoyen néerlandais. La police « se refuse à spéculer sur ce qui aurait pu lui arriver », a-t-il précisé.

Samedi, WikiLeaks a évoqué sur Twitter l’« étrange disparition » de Arjen Kamphuis, précisant qu’il avait été vu pour la dernière fois le 20 août quittant son hôtel de Bodo, dans le nord de la Norvège. Selon l’ONG, il avait un billet pour un vol le 22 août au départ de Trondheim, à plus de 700 kilomètres au sud de Bodo. « Le trajet en train entre les deux dure environ 10 heures », précisait WikiLeaks, favorisant l’éclosion de multiples théories conspirationnistes sur le réseau à l’oiseau.

À l’origine de Wikileaks, l’Australien Julian Assange est, lui, réfugié depuis 2012 dans l’ambassade d’Équateur à Londres pour échapper à la justice américaine qui veut le juger pour la publication par WikliLeaks en 2010 de documents militaires et de câbles diplomatiques américains.

https://www.ouest-france.fr/europe/norvege/norvege-la-police-enquete-sur-la-disparition-d-un-co-fondateur-de-wikileaks-5946865

Publicités

Lutte contre l’ombre: Soros a pris la tete du complot contre Trump

Lutte contre l’ombre: Soros a pris la tete du complot contre Trump

© AP Photo / Kevin Wolf
Lu dans la presse

URL courte
Gazeta.ru
Traduction de la presse russe (août 2018) (52)
23447

Le «shadow banning» des pages conservatrices sur les plus grands réseaux sociaux est directement lié à la stratégie visant à renverser Trump.Telle est la conclusion des médias américains qui ont pu consulter un document secret décrivant la coopération entre Facebook, Twitter et les forces politiques de gauche.

Le complot contre Trump est dirigé par le milliardaire George Soros, qui a déclaré la guerre au dirigeant américain immédiatement après la présidentielle de 2016, écrit jeudi le site d’information Gazeta.ru.

Les réseaux sociaux pour la gauche

Récemment, les plus grands réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et YouTube ont connu une vague de blocages des utilisateurs affichant des opinions politiques de droite. Les compagnies nient publiquement tout parti pris et affirment que les pages supprimées transgressaient les règles de conduite de leurs plateformes.Néanmoins, le blocage a été confirmé par les statistiques. Donald Trump s’en est plaint, et a accusé les réseaux sociaux de «shadow banning» (action d’empêcher un utilisateur d’accéder à un contenu sans qu’il ne s’en rende compte). Selon lui, «Twitter bloque les comptes des membres du parti républicain».

Le «shadow banning» est différent de la suppression d’un compte: l’utilisateur reste sur le réseau social comme si de rien n’était, mais toute son interaction avec la plateforme est cachée aux abonnés. Personne ne voit ses likes, partages et commentaires, ce qui conduit à un isolement de sa page.Le 6 août 2018, Facebook, YouTube et Apple ont bloqué le conspirationniste ultra-conservateur Alex Jones et son site InfoWars. Brad Parscale, chef du siège de campagne de Donald Trump et conseiller du Président dans le domaine digital, remarque que «la focalisation des grandes compagnies technologiques s’est nettement déplacée du côté des forces politiques de gauche».

Il s’avère que le «shadow banning» sur les réseaux sociaux correspond étrangement aux plans de la coalition financée par le milliardaire George Soros.Cette dernière regroupe les groupes politiques qui ont l’intention de priver Donald Trump du pouvoir à Washington. Le premier à en parler a été le site The Gateway Pundit.

Un document confidentiel de 49 pages sur la stratégie de «victoire contre Trump» a vu officiellement le jour en janvier 2017. Une copie de ce plan intitulé «Democracy Matters» (La démocratie compte) a été obtenue par un journaliste de Washington Free Beacon, qui l’a postée en ligne.

Le document parle d’une coopération étroite avec les grandes plateformes médiatiques afin d’éliminer la propagande de droite et les fake news sur internet.L’un des participants au complot contre Donald Trump est l’ONG Media Matters for America (MMfA), qui surveille, analyse et corrige la désinformation conservatrice dans les médias américains. La MMfA est notamment sponsorisée par le milliardaire George Soros, ainsi que les fondations qui lui appartiennent. Ce dernier est considéré comme l’un des plus fervents critiques de Donald Trump: il a investi près de 20 millions de dollars dans la campagne électorale d’Hillary Clinton, et a également subi de grandes pertes financières après la victoire de Trump à l’élection.

Le document rendu public souligne que MMfA et d’autres organisations de gauche ont accès aux données-source de Facebook, de Twitter et d’autres réseaux sociaux, ce qui leur permet de surveiller et d’analyser le contenu sur d’autres plateformes.

«Avec la nouvelle technologie dont nous disposons, nous pourrons suivre l’actualité en temps réel et identifier les publications mensongères avec une précision mathématique en créant un système de notification anticipée de fakes et de désinformation», indique la stratégie.De plus, Media Matters aurait déjà rencontré la direction de Facebook pour présenter la nouvelle technologie et évoquer la lutte contre les fake news.

Si ladite technologie existait réellement, elle devrait attirer l’attention de Facebook et d’autres réseaux sociaux qui n’arrivent pas à gérer le flux de désinformation qui s’abat quotidiennement sur les plateformes. Les autorités américaines ont critiqué plusieurs fois le site de Mark Zuckerberg pour son incapacité à stopper les fake news et la propagande politique.

Des critiques expérimentés

Après l’élection de Donald Trump, George Soros a perdu près d’un milliard de dollars à cause d’un mauvais placement dans les titres de valeur. Cette perte conséquente et ses liens étroits avec Clinton ont conduit à une déclaration de guerre ouverte au président américain.En janvier 2017, Soros a qualifié Trump de «menteur, malfaiteur et dictateur potentiel».

Selon lui, la politique du chef de l’État américain est vouée à l’échec à cause des divergences parmi ses conseillers. Néanmoins, Soros s’efforce d’accélérer le départ de Trump par tous les moyens, y compris les fondations financières prônant la destitution du dirigeant américain.

En début d’année, George Soros avait particulièrement critiqué Facebook et Google, compagnies avec lesquelles il cherche à présent à établir un dialogue. Le milliardaire accusait alors ces dernières de manipuler l’attention pour en tirer un profit financier. De plus, il a qualifié les compagnies technologiques de «menace à la démocratie moderne si elles décidaient de s’unir avec les gouvernements de certains pays».

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur de l’article repris d’un média russe et traduit dans son intégralité en français

http://www.citoyens-et-francais.fr/2018/08/lutte-contre-l-ombre-soros-a-pris-la-tete-du-complot-contre-trump.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Pourquoi les anglo-saxons haïssent-ils la Russie ?

Pourquoi les anglo-saxons haïssent-ils la Russie ?


Par Emmanuel Leroy − le 7 Juillet 2018

Résultat de recherche d'images pour "russie haine anglo-saxon"

Pour entrer directement dans le cœur du sujet, j’irai au fait et je dirai que si l’on ne prend pas conscience que la guerre en cours contre la Russie aujourd’hui est la même guerre que l’oligarchie anglo-saxonne a mené depuis l’époque élisabéthaine contre l’Espagne et le Portugal, puis contre la Hollande, puis contre la France, définitivement vaincue à Waterloo, puis contre l’Autriche-Hongrie vaincue en 1918 et enfin contre l’Allemagne vaincue en 1945, on ne peut comprendre intimement aucun des grands événements qui se sont déroulés sur le continent européen depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Tous ces peuples européens ont courbé la tête et leurs élites sont passées sous les fourches caudines de la City, aujourd’hui renforcée par Wall Street.


Dans cette lecture rapide de l’histoire de l’Europe des 5 derniers siècles, force est de constater qu’il ne reste qu’un peuple sur le continent eurasiatique qui n’a jamais été vaincu définitivement par les puissances anglo-saxonnes et c’est le peuple russe. Voilà pourquoi ce que les Anglais ont appelé « Le Grand jeu » continue et il continuera jusqu’à ce que la Russie s’incline à son tour ou jusqu’à ce que Mammon tombe de son piédestal.

Si l’on ne rentre pas dans cette logique, on ne peut rien comprendre à la chute du mur de Berlin en 1989, ni aux sécessions programmées des pays baltes, de la Biélorussie, de l’Ukraine et des régions d’Asie centrale ni aux révolutions de couleur en Yougoslavie ni à celle de Géorgie en 2008, ni bien sûr à la crise ukrainienne que nous connaissons aujourd’hui.

La crise ukrainienne

Dans une première analyse, on pourrait dire que la cause première de la guerre résulte de la chute du Président Viktor Yanoukovitch à la suite des manifestations de Maïdan qui a conduit à la mise en place d’un régime néo-bandériste à la solde de l’occident. Puis de manière concertée et volontariste, ce régime manipulé et tenu à bout de bras par le FMI, les USA et la Commission européenne, a créé délibérément les conditions d’une sécession dans l’est de l’Ukraine, comme si on avait voulu créer un abcès purulent aux frontières de la Russie.

Première question : l’agression contre la Russie en Ukraine est-elle une mesure de rétorsion consécutive aux défaites successives subies par les terroristes islamistes manipulés par l’occident sur le front syrien depuis l’intervention russe à l’automne 2015 ? Peut-être, sans doute même, mais cela n’a pas une grande importance dans l’analyse des causes profondes de cette guerre, car ceux qui font la guerre à la Russie aujourd’hui, je ne parle pas des marionnettes de Kiev bien entendu, la font depuis très longtemps et ils n’ont pas besoin d’un prétexte aussi futile qu’une défaite marginale au moyen-orient pour poursuivre inexorablement le but qu’ils poursuivent depuis des siècles. Nous reviendrons sur cet aspect en détail un peu plus loin.

Alors remontons plus avant dans l’analyse des causes de cette guerre. Le magazine russe Zavtra a publié le 15 mars 2015 le compte rendu d’une table ronde organisée autour de la situation actuelle en Russie et en Ukraine, de ses causes et de son impact pour l’avenir. Alexander Nagorny, Secrétaire exécutif du club d’Izborsk implique la perestroïka de Gobatchev dans la genèse de la guerre civile en Ukraine. Il a parfaitement raison d’intégrer cette période de l’histoire russe comme une des causes de la situation de crise qui existe aujourd’hui dans le Donbass, mais à la condition de ne pas oublier d’analyser la pérestroïka et la glasnost gorbatchévienne pour ce qu’elles étaient, à savoir des mesures de déstabilisation et de réorientation politique suscitées par l’occident.
Si l’on se refuse à admettre cette hypothèse, on ne peut rien comprendre aux conditions de la dislocation du régime soviétique et au pillage généralisé qui a suivi durant l’ère Eltsine.

Si l’on remonte encore plus loin dans le temps, on peut considérer que le financement pendant la première guerre mondiale de Trotsky par la City et certaines banques new-yorkaises d’une part et de Lénine par l’Allemagne de Guillaume II d’autre part, afin de renverser la dynastie des Romanov et d’établir un régime totalitaire et spécifiquement antichrétien constituent là encore, une cause ancienne mais probable de la guerre en Ukraine.

Et enfin, si l’on remonte encore un peu le fleuve de l’histoire, on peut considérer que la guerre de Crimée de 1853 s’inscrit aussi dans la même logique, avec les mêmes motivations, que la guerre d’Ukraine qui se déroule actuellement dans le bassin du Don. Que peut-on retenir de significatif dans cette guerre de Crimée menée au XIXème siècle, au-delà du prétexte fallacieux de la question des lieux saints de Jérusalem et du contrôle de la mer Noire pour lequel la France n’avait aucun intérêt stratégique ni même commercial ? Qu’il s’agit là de la première guerre que la France fit au service exclusif des intérêts anglo-saxons, car depuis Waterloo, une grande partie des élites françaises, aristocratie et bourgeoisie confondues, se sont progressivement détournées de l’intérêt national pour servir la cause du maître dominant de l’époque, hier Londres et aujourd’hui Washington.

D’une manière différente, mais toujours en poursuivant le même but, la finance anglo-saxonne, après avoir soutenu l’émergence du nazisme en Allemagne comme elle avait soutenu la révolution bolchevique en Russie, est parvenue à l’un de ses buts en brisant les reins de la puissance germanique, et là encore en amenant les élites allemandes à Canossa, à réduire un autre grand peuple européen au servage idéologique et à le priver de sa souveraineté.

Autrement dit, et pour résumer mon propos, depuis la fin du XVIème siècle au moins, l’oligarchie anglaise, c’est-à-dire aristocratie et finance réunies, a conçu le projet de dominer le monde par tous les moyens, y compris légaux : la guerre, le vol, la corruption, la subversion, le boycott, le blocus, les sanctions économiques, l’assassinat, le chantage, la désinformation… La liste n’est pas exhaustive.

Lorsque certains historiens qualifient de volonté d’équilibre entre grandes puissances la politique de Londres depuis Henry VIII jusqu’à la première guerre mondiale, ils n’ont que partiellement raison. Derrière le jeu des alliances successives avec l’Autriche, la Prusse, la Russie, la France, la Suède ou d’autres, se dessinait toujours la volonté de faire tomber l’une après l’autre toutes les puissances qui dominaient le continent européen et qui pouvaient compromettre le grand projet thalassocratique. D’abord il fallut briser l’empire de Charles Quint et sa suprématie maritime dans le commerce des Amériques, puis briser la puissance française qui domina l’Europe de la fin du XVIIème siècle jusqu’à Waterloo.

Puis il fallut à l’oligarchie anglo-saxonne deux guerres mondiales pour réduire à néant la puissance germanique en mobilisant pour cela toutes les énergies des nations qu’elle avait subjuguées. Pour abattre la puissance allemande, il était vital dans le plan des anglo-saxons que l’URSS s’oppose à l’Allemagne nazie et que ces deux géants de la scène européenne s’affrontent et s’épuisent dans une lutte mortelle ce qui advint. Cet éclairage permet avec le recul de mieux comprendre l’intelligence politique du pacte Molotov-Ribbentrop dont Hitler et les dirigeants nazis n’ont pas compris la réelle portée, ainsi que l’a montré l’expédition à Londres que fit Rudolf Hess en 1941.

Alors aujourd’hui où en est-on ?

L’oligarchie anglo-saxonne a gagné la guerre idéologique puisque depuis la fin de l’Union soviétique aucune puissance dans le monde n’offre d’alternative à son discours libéral et libertaire. Or, il s’agit d’une lutte à mort dont l’enjeu, le Grand Enjeu, est la domination mondiale, ce dont les néo-conservateurs américains ne se cachent même plus. Le monde unipolaire qu’ils souhaitent instaurer est celui que George Orwell dénonçait dans son roman 1984. Ces gens-là rêvent d’une humanité réduite en esclavage et dont ils seront les maîtres tous puissants.
La dernière forteresse qu’il leur reste à conquérir se trouve sur les rives de la Moskova. Et la guerre qu’ils feront, qu’ils font, pour conquérir le Kremlin est une guerre totale : Idéologique, culturelle, religieuse, économique, technologique et bien sûr militaire.

Ils se serviront des centaines d’organisations non-gouvernementales comme celles de Monsieur Soros et de ses amis, ils appliqueront la politique des sanctions, ils achèteront les esprits et les âmes et ils donneront leurs directives aux agents de la 5ème colonne afin de saboter et d’affaiblir la puissance slave. Ils paieront des Femen, des Pussy Riot ou des Navalny pour salir et faire tomber la Sainte Russie.

Face à cette volonté de conquête de la part du monde anglo-saxon et de son oligarchie financière, face à des êtres pour qui la Russie traditionnelle représente tout ce qu’ils haïssent et qu’ils veulent voir disparaître, les Russes ne peuvent se contenter de contester leurs mensonges à la tribune de l’ONU. La responsabilité de la Russie aujourd’hui est historique et l’enjeu va bien au-delà d’une Sainte Alliance telle que celle dont rêvait le Tsar Alexandre 1er, car si la Russie tombe demain, c’est toute l’humanité qui tombera avec elle sous la férule du monde abject de l’argent.

En conclusion, je dirais que le courage et la volonté ne suffiront pas pour gagner cette guerre. Cette fois-ci, il ne faudra pas compter sur le général Hiver pour l’emporter. Car l’arme principale utilisée par nos ennemis est l’arme culturelle et les batailles qu’ils sont en train de livrer se déroulent déjà depuis un quart de siècle de Pskov à Vladivostok. Le cinéma, la musique, les concerts de rock, la peinture, le théâtre, la littérature, l’enseignement, les médias, Internet, tous ces vecteurs sont utilisés pour transformer l’âme du peuple russe et le subvertir, comme ils sont toujours utilisés en occident pour maintenir les populations dans l’adoration de leurs maîtres et des régimes pseudo démocratiques qu’ils nous ont imposés.

Il découle de cela que le pragmatisme et le bon sens utilisés comme moyens de défense en réplique aux attaques que la Russie subit de manière croissante ne sont pas des armes suffisantes face à l’hégémonie idéologique et culturelle de notre adversaire commun. Contre l’idéologie des droits de l’homme et du libre marché il faut opposer une vision du monde alternative qui démontre la nocivité des buts poursuivis par l’oligarchie anglo-saxonne. Pour contrer cette idéologie mortifère qui se sert de l’individualisme pour tuer les peuples et les asservir, il faut promouvoir la liberté des peuples et la pluralité des cultures contre le totalitarisme rampant de l’hegemon anglo-saxon. Le conservatisme et le patriotisme sont sans doute des armes qu’il faudra utiliser, mais je ne suis pas certain qu’elles seront suffisantes pour l’emporter. C’est une guerre de religion que mène le Système et l’un de ses buts primordiaux est d’achever l’éradication de la religion chrétienne sur le continent européen. Et la Russie est l’un des lieux où renaît cette foi. Voilà un crime impardonnable.

Emmanuel Leroy

Président de l’association humanitaire
Urgence Enfants du Donbass

 

http://lesakerfrancophone.fr/pourquoi-les-anglo-saxons-haissent-ils-la-russie

 

 

Migrations : une crise, des crises, quelle crise ?

Migrations : une crise, des crises, quelle crise ?

(B2) Entre sommets, mini-sommets et rencontres extraordinaires, c’est bien la dixième fois en trois ans que les leaders de l’Union européenne se retrouvent ce jeudi (28 mai) avec, sur leur table, un des dossiers les plus chauds : les migrations

Une crise qui n’est pas que politique, elle est réelle

Certes les chiffres ne sont plus aussi alarmants qu’en 2015 ou 2016, où l’Europe devait faire face à un pic d’environ 1,2 million de demandeurs d’asile. Mais la situation n’est pas réglée pour autant. La Grèce fait toujours face à des arrivées continuelles de migrants (environ 2000 par mois). En Italie, on n’est plus au chiffre de 15 ou 20.000 arrivées par mois comme en 2015. Le flux a diminué environ de 75% selon les dernières estimations. Il continue cependant à raison de quelques milliers par mois et il devrait s’accélérer durant ces semaines d’été où la mer est plus calme.

Une arrivée concentrée de navires toujours possible

Si la tendance actuelle se poursuit, on pourrait donc se retrouver certains jours avec une petite dizaine de bateaux lancés à partir des côtes libyennes, et plusieurs milliers de personnes à secourir dans le même temps. C’est le même principe : entre juin et août, le nombre d’arrivées double ou triple par rapport aux mois d’hiver. Une série de naufrages, avec plusieurs dizaines de morts n’est pas à exclure. A cela il faut ajouter que l’Italie est à bout de souffle. Avec près de 700.000 personnes recueillies en mer (678.298 très exactement selon le dernier chiffre OIM) depuis 2012, dont près des 2/3 par les navires des garde-côtes, de la Guardia di Finanza et de la marine italienne, l’effort n’est pas négligeable. Accueillir des dizaines de milliers de migrants ou de réfugiés n’est pas une aubaine.

Une politique de tête dans le sable

Dire qu’il y a une crise politique est donc plutôt réducteur, et trop facile. C’est, une nouvelle fois, se mettre la tête sous le sable. Oui, il y a une crise politique qui est latente, celle d’un lent repli sur soi, de petits nationalismes, mais elle n’a pas commencé au printemps 2018 avec l’arrivée au pouvoir de la Ligue du nord en Italie (article à suivre). Mais il y a aussi un vrai problème non pas tant de flux, mais de déséquilibre migratoire en Europe, de désorganisation du secours en mer, de la gestion et de la répartition des personnes récupérées ensuite, et d’un manque de solidarité patent. Et ceci ne date pas d’une dizaine de jours et d’un ou deux bateaux (Aquarius et Lifeline) laissés à la dérive. La réalité, honteuse, c’est qu’on a laissé l’Italie (et la Grèce) se dépatouiller tous seuls avec le problème. On peut ne pas être d’accord avec l’idéologie de Matteo Salvini. Mais l’impétueux ministre italien de l’Intérieur a une qualité : il a réussi à mettre les pieds dans le plat et a obligé les Européens à se pencher sur le problème. Il serait temps !

L’alarme donnée depuis quatre ans

Depuis plusieurs années, les différents dirigeants qui se sont succédé à Rome (qu’ils s’appellent Enrico Letta, Matteo Renzi, Paolo Gentiloni) ont sonné l’alarme et appelé à l’aide les Européens (Lire : Ne laissez pas l’Italie seule en Méditerranée (Letta)). Les Européens ont bougé mais à leur manière, lentement, sans se presser.

Les Italiens ont fait le job

L’Italie a pris en charge les secours dans le no man’s land — normalement la zone libyenne. Jusqu’à aujourd’hui, le centre MRCC de Rome a géré les appels, réparti les navires et coordonné tous les secours bien au-delà de sa zone légale de secours. Personne ne s’est jamais plaint. L’Italie est même allé au-delà de ses responsabilités en autorisant tous les navires à débarquer les rescapés ainsi récupérés. Il existe d’autres ports sûrs à proximité des côtes libyennes (en Tunisie notamment). Mais tout le monde trouvait cela bien, sans chercher à combler ce vide ou pallier les carences.

Une impéritie de quelques États

C’est cette impéritie, non pas des institutions européennes, qui ont plutôt bien fait leur travail, présenté des idées, des plans, des propositions (1), mais de l’ensemble des États européens qui fait qu’il y a crise aujourd’hui. Outre la solidarité naturelle qui devrait jouer entre tous les pays, deux pays en particulier ont une responsabilité particulière dans cette crise. La France et le Royaume-Uni notamment — ainsi que l’OTAN — ont joué en 2011 un jeu dangereux non pas vraiment dans l’intervention militaire (à ses débuts) mais dans sa poursuite et sa transformation dans un objectif de faire tomber le régime Kadhafi (2).

Quelles solutions mettre en place à court terme ?

Ce ne sont pas les plate-formes de débarquement ou autres hotspots qui vont résoudre la question.

Réagir dans les 24h ou 48h

La crise d’aujourd’hui mérite une réponse rapide non pas d’ici quelques semaines ou quelques mois, mais dans les 24 ou 48 heures qui viennent. Les navires vont continuer de partir de Libye ou de Tunisie, de déjouer les (éventuels) blocages des garde-côtes, et arriver au large. Il faudra bien alors venir en aide aux naufragés. Si ce ne sont les navires des ONG, ce seront (comme avant que les ONG arrivent) les navires marchands ou les navires de guerre qui croisent nombreux au large qui devront s’y coller. Droit de la mer oblige. Une règle de fer obligeant à répondre à tout SOS.

Avoir une structure de gestion de crise des navires

Actuellement, la répartition des responsabilités en cas de prise en charge d’un navire par l’Italie ou Malte se fait un peu au petit bonheur, au niveau politique, ou par les diplomaties directement entre elles. Il n’existe pas de structure dédiée à cette coordination et répartition européenne. On pourrait penser à Frontex pour être dotée de ce rôle. Mais des solutions provisoires peuvent être trouvées.

Renforcer le MRCC italien

La solution la plus simple et la plus rapide, c’est de renforcer le MRCC italien avec des officiers venant de différents pays et des agents en charge de l’asile pour permettre la coordination de l’accueil des navires et la répartition de leur ‘cargaison’ humaine. L’idée des plate-formes de débarquement (hors UE) ou des centres contrôlés (semi-fermés) dans l’Union européenne est une solution à moyen terme, pas une solution d’urgence.

Quelles solutions mettre en place à moyen terme ?

Le moyen terme ce n’est pas trois quatre ans mais plutôt dans les six prochains mois.

Soutenir les garde-côtes libyens

On ne peut pas se cacher les yeux. Il est nécessaire de remettre sur pied une force de garde-côtes bien dotée, bien payée. Cela nécessite de fournir les vedettes et bateaux demandés (une bonne dizaine), et de mettre en place un plan de formation plus important. Seuls 213 marins ont été formés. Ce n’est pas suffisant. Cela nécessite de former plusieurs centaines de personnes.

Mettre en place un MRCC à Tripoli ou en Libye

Il importe, si on veut avoir une zone de secours libyenne conséquente, d’avoir un centre de coordination des secours en mer, reconnu comme tel et doté de moyens conséquents. Une expertise européenne pourrait être bienvenue. NB : Un tel soutien avait été procuré au centre de gestion de crise en Égypte et dans le Golfe.

Conclure un accord avec les Tunisiens

Une bonne partie des flux (qui s’est monté à un cinquième récemment) arrive désormais de Tunisie, avec des Tunisiens. En cause sûrement la situation économique. Car il est difficile de considérer qu’il y a une situation générale impliquant un droit d’asile quasi-automatique (comme pour les Syriens). Il importe de mettre en place un accord avec Tunis, avec financements et soutiens matériels à la clé.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Pour essayer de mieux gérer les flux, la Commission a présenté en 2016 une réforme globale du système d’asile européen, mettant sur la table des législateurs européens plusieurs textes, parfois ambitieux. Elle a débloqué des financements, par l’intermédiaire de l’agence Frontex, permettant en quelque sorte de financer l’action en mer des Italiens. La Haute représentante a mis sur pied (avec certains États membres) une opération (EUNAVFOR Med Sophia) dont les résultats ne sont peut-être pas faramineux mais qui a le mérite d’exister. Etc.
  2. Les Européens et les Italiens avaient passé avec la Libye, sous l’impulsion de Romano Prodi, un accord assez semblable dans l’esprit avec celui passé avec la Turquie.

Guerre au Yémen : la France appelée par les ONG à cesser son double jeu

Guerre au Yémen : la France appelée par les ONG à cesser son double jeu

Guerre au Yémen : la France appelée par les ONG à cesser son double jeu© ABDO HYDER / AFP Source: AFP
Un travailleur yéménite évacue des sacs de nourriture alors que le feu envahit l’entrepôt du Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) dans la ville côtière de Hodeidah le 31 mars 2018.

Riyad et ses alliés ont attaqué le 13 juin le port d’Hodeida, au Yémen, par lequel arrive la nourriture destinée à la population. Des ONG enjoignent Paris à annuler une conférence co-organisé avec l’Arabie saoudite et à faire pression sur celle-ci.

Ce 13 juin, des forces pro-gouvernementales yéménites, appuyées par les Emiratis et les Saoudiens, ont lancé leur offensive sur le port stratégique de Hodeida, par lequel entre l’essentiel des importations du pays et de l’aide internationale.

Le même jour, une quinzaine d’organisations humanitaires, dont la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), ont écrit une lettre au président français pour l’exhorter à faire pression sur les Saoudiens et les Emiratis, membres de la coalition arabe impliquée dans la guerre au Yémen, au sujet de la situation dramatique de la population de ce pays. Pour ces organisations, il est «inconcevable de maintenir» la conférence humanitaire sur le Yémen prévue le 27 juin à Paris et co-organisée avec l’Arabie saoudite, alors même que le royaume wahhabite et ses alliés mènent une attaque sur le port d’Hodeida.

Lire aussi : Trois ans de guerre au Yémen : la France confrontée à ses propres contradictions

La France et ses contradictions

Qualifiant d’un côté la situation au Yémen de «drame humain» et signant de l’autre main des contrats d’armement juteux avec l’Arabie saoudite, la France joue, pour nombre de commentateurs, un double jeu dans cette guerre aux conséquences humaines tragiques. Dans un rapport de mars 2018, Amnesty International avait mis en cause les livraisons d’armes françaises à l’Arabie saoudite, à l’origine, selon elle, de graves violations des droits de l’Homme dans le cadre de ce conflit. Selon un rapport parlementaire de 2017 sur les exportations d’armement de la France, le royaume wahhabite était entre 2007 et 2016 le second client des fabricants d’armes français.

Guerre au Yémen : la France appelée par les ONG à cesser son double jeu© ministère des Armées

L’attaque nouvelle de la coalition menée par l’Arabie saoudite sur Hodeida vient aggraver la crise humanitaire extrême dans laquelle le pays en guerre est plongé. Ce port, indispensable à la sécurité alimentaire du Yémen, a été sous blocus de la coalition pendant plusieurs mois pour, officiellement, empêcher les rebelles houthis d’importer des armes. Sous la pression internationale, l’Arabie saoudite avait levé le blocus, mais renforcé les inspections de navires, ce qui ralentissait le fonctionnement du port. A tel point que des aliments pourrissaient avant même d’atteindre la terre ferme.

Le 25 mai, l’ONU exhortait la coalition dirigée par l’Arabie saoudite à accélérer les importations de nourriture et de carburant, avertissant que 10 millions de Yéménites supplémentaires pourraient être menacés de famine avant la fin de l’année. Des exigences auxquelles ne se sont pas pliés les Saoudiens et leurs alliés.

La pire crise humanitaire au monde

Depuis 2015, un conflit fait rage entre d’une part le gouvernement yéménite, soutenu par la coalition de Riyad, armée et soutenue, notamment, par les Etats-Unis et la Royaume-Uni, et d’autre part des combattants rebelles houthis, proches de l’Iran. La coalition est intervenue militairement au Yémen en 2015 pour restaurer le gouvernement qui avait été chassé de la capitale Sanaa par les rebelles. Les bombardements saoudiens ont fait près de 10 000 morts et plus de 55 000 blessés, selon l’Organisation mondiale de la santé. Plus de 2 200 autres personnes sont mortes du choléra. Ces derniers mois, les Houthis ont intensifié les tirs de missiles contre l’Arabie saoudite qui accuse Téhéran, son grand rival régional, de leur fournir ce type d’équipement. L’Iran reconnaît soutenir politiquement les Houthis mais nie tout appui militaire.

Sans craindre les contradictions, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a rappelé le 11 juin que l’aide internationale au Yémen devait continuer à passer par le port de Hodeida, mais il n’a pas mis en garde les Emiratis et les Saoudiens contre une éventuelle offensive sur la ville, alors que l’offensive était imminente. Martin Griffiths, le médiateur de l’ONU pour le Yémen, menait pour sa part début juin d’«intenses négociations» avec les Houthis, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis afin d’«éviter une confrontation militaire à Hodeida».

Selon les Nations unies, la situation qui a cours actuellement au Yémen est la pire crise humanitaire au monde. Quelque 8,4 millions de personnes sont à court de nourriture et risquent de mourir de faim. Entre la guerre et les épidémies, le Yémen est l’un des pays les plus pauvres du monde et l’ONU affirme que plus de 22 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire sur une population d’environ 25 millions d’habitants.

Lire aussi : Yémen : les ventes d’armes françaises à l’Arabie saoudite facilitent-elles les crimes de guerre ?

https://francais.rt.com/international/51573-yemen-france-appelee-cesser-son-double-jeu

Yémen: violents combats près de Hodeida, l’ONU inquiète pour l’approvisionnement des civils

Yémen: violents combats près de Hodeida, l’ONU inquiète pour l’approvisionnement des civils

Une colonne de véhicules blindés de forces progouvernementales yéménites arrive dans la localité d’al-Douraïhimi, à quelque neuf km du port de la ville de Hodeida, tenue par les rebelles et cible d’une offensive, le 13 juin 2018 / © AFP / NABIL HASSAN

De violents combats ont fait 39 morts jeudi parmi les rebelles et les forces progouvernementales aux portes de Hodeida, dans l’ouest du Yémen, au deuxième jour de l’offensive qui vise cette importante ville portuaire et fait craindre une interruption de l’aide humanitaire.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a demandé que le port de la ville, par où transite l’essentiel des marchandises importées, reste ouvert pour éviter que s’aggrave une crise humanitaire déjà considérée comme la « pire au monde ».

Selon des sources militaires et médicales, les combats se sont déroulés à 2 kilomètres de l’entrée de l’aéroport de Hodeida, à la sortie sud de cette ville dont le port est crucial pour l’acheminement de l’aide humanitaire dans le pays.

« Nous ne sommes pas en train de nous approcher du port » et « nous n’avons pas l’intention de détruire l’infrastructure », a dit le ministre yéménite des Affaires étrangères Khaled Alyemany lors d’une conférence de presse à New York. « Nous sommes dans une zone proche de l’aéroport, mais pas du port. Le port est totalement en dehors des opérations, aujourd’hui », a-t-il insisté.

Trois hélicoptères d’assaut Apache de la coalition militaire menée par l’Arabie saoudite en soutien au gouvernement yéménite sont intervenus notamment contre les insurgés, ont indiqué des sources militaires.

Les rebelles Houthis ont opposé, selon ces sources, une résistance farouche aux forces progouvernementales. Leurs tireurs embusqués ont tué ou blessé de nombreux soldats, selon des secouristes.

Dans ce contexte, le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi s’est rendu jeudi à Aden (sud), la capitale provisoire de l’autorité internationalement reconnue, lors de sa première visite publique dans le pays en guerre en plus d’un an.

Selon l’agence de presse officielle Saba, la visite de M. Hadi –qui vit en exil à Ryad– a pour but de « superviser » les opérations militaires dans la province de Hodeida.

Un correspondant de l’AFP à Al-Douraïhimi, au sud de l’aéroport de Hodeida, a vu des ambulances évacuer des morts et des blessés progouvernementaux et des renforts loyalistes se diriger vers la ligne de front.

Hodeida, port clé du Yémen / © AFP / Cecilia SANCHEZ

Selon le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), les habitants de Hodeida restent confinés chez eux alors que le bruit des bombardements semble de plus en plus proche.

– Port ouvert –

La coalition dirigée par Ryad intervient au Yémen depuis mars 2015 pour aider le pouvoir du président Hadi à stopper la progression des rebelles Houthis qui occupent de vastes régions dont la capitale Sanaa.

Dans cette guerre qui a fait près de 10.000 morts en plus de trois ans, la bataille de Hodeida est la plus importante depuis l’offensive de l’été 2015 qui avait permis aux forces progouvernementales de reprendre aux rebelles plusieurs régions du sud du pays dont Aden, la deuxième ville du pays.

Hodeida, grand port sur la mer Rouge, est le point d’entrée d’une bonne partie des importations et de l’aide humanitaire en territoire yéménite, et constitue un enjeu stratégique.

Le port reste ouvert en dépit de l’assaut, a indiqué à l’AFP son directeur Daoud Fadhel.

Mercredi, les Houthis ont affirmé via leur chaîne de télévision Al-Massirah avoir touché un navire de la coalition avec deux missiles au large de Hodeida. Cette information n’a pas pu être confirmée de source indépendante.

Cette coalition menée par Ryad a, elle, indiqué jeudi que la défense antiaérienne saoudienne avait intercepté dans le sud du royaume un missile balistique tiré d’une zone rebelle au Yémen. Aucune victime n’a été signalée.

Des hommes déchargent une cargaison d’aide humanitaire dans le port de Hodeida, au Yémen, le 27 janvier 2018 / © AFP/Archives / ABDO HYDER

– Appel de l’ONU –

A New York, le Conseil de sécurité de l’ONU a « répété son appel à laisser ouverts les ports de Hodeida et Salif », au nord de la ville de Hodeida, pour assurer la continuité de l’approvisionnement, a déclaré à l’issue d’une réunion de deux heures l’ambassadeur russe Vassily Nebenzia. Une proposition de la Suède, qui souhaitait que l’ONU appelle à la suspension immédiate des hostilités pour laisser une chance aux négociations sur un retrait des rebelles, n’a toutefois pas été retenue.

Auparavant, les deux piliers de la coalition –l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis– ont tenté d’apaiser les craintes sur l’aide humanitaire.

Des « ponts aérien, maritime et terrestre » ont été prévus pour assurer l’acheminement de cette aide, ont-ils affirmé mercredi à Ryad lors d’une conférence de presse conjointe d’Abdallah al-Rabeeah, qui dirige le Centre roi Salmane d’aide et de secours, et Rim al-Hachémi, ministre d’Etat émiratie à la Coopération internationale.

L’émissaire de l’ONU pour le Yémen, Martin Griffiths, a lui appelé à « la retenue » en soulignant être en contact avec « toutes les parties concernées pour négocier des arrangements ».

Il a reçu le « soutien vigoureux » du secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, pour qu’il amène « à la table des négociations toutes les parties du conflit », selon un porte-parole du Pentagone.

Mercredi, des ONG internationales ont estimé que l’assaut sur Hodeida « aurait probablement des conséquences catastrophiques sur la population civile », dans une lettre au président français Emmanuel Macron.

Elles ont dans ce contexte jugé « inconcevable » de maintenir une conférence humanitaire sur le Yémen prévue fin juin à Paris. Mais la France a réaffirmé son souhait de l’organiser.

(©AFP / 14 juin 2018 23h35)

https://www.romandie.com/news/ZOOM-Y-men-violents-combats-pr-s-de-Hodeida-l-ONU-inqui-te-pour-l-approvisionnement-des-civils/927788.rom

Lafarge – Daech : un scandale d’Etat ? – JT TVL 18 mai 2018

Lafarge – Daech : un scandale d’Etat ? – JT TVL 18 mai 2018

1) International / Lafarge – Daech : un scandale d’Etat ?

Lafarge accusée de financement du terrorisme. Le cimentier aurait accepté des transactions financières avec plusieurs groupes armés en Syrie, dont l’Etat Islamique, afin de maintenir l’activité de l’usine de Jalabiya, dans le nord-est du pays. L’ancien N°2 de la DGSE, Alain Juillet, revient sur l’affaire pour TV Libertés

2) Europe / La Hongrie débarrassée de George Soros

Victoire symbolique pour Viktor Orban ! Grâce à une campagne contre les ONG favorables à l’immigration clandestine, le premier ministre hongrois a poussé l’Open Society de George Soros à l’exil.

3) Economie / L’âge de la retraite naturellement repoussé

Crise économique, allongement de la durée de vie, hausse de la CSG… le monde du travail des plus de soixante ans est à l’aube de changements profonds. Plus de 40 % des futurs retraités envisagent de continuer à travailler tout en touchant leur pension.

4) Technologie / Suède : la mode des puces intégrées

5) L’actualité en bref

https://www.tvlibertes.com/2018/05/18/23092/lafarge-daech-scandale-detat-jt-tvl-18-mai-2018

Anwar Gargash : «L’idée d’une zone grise dans laquelle on peut tolérer du terrorisme en défense de certaines causes a disparu»

Anwar Gargash : «L’idée d’une zone grise dans laquelle on peut tolérer du terrorisme en défense de certaines causes a disparu»

Rate This

Anwar Gargash : «L’idée d’une zone grise dans laquelle on peut tolérer du terrorisme en défense de certaines causes a disparu»:

Secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Anwar Gargash participe au nom des Émirats arabes unis à la conférence internationale de Paris sur le financement du terrorisme.

LE FIGARO.- Les États du Golfe ont longtemps été accusés de fermer les yeux sur le financement du terrorisme. Où en êtes-vous aujourd’hui?

Anwar GARGASH.-Les États du Golfe ont sous-estimé ce phénomène. Les terroristes se sont nourris d’événements comme la guerre en Afghanistan et la révolution en Iran pour peser sur les discours publics. Et de nombreux pays avaient accepté ces
discours. Mais aujourd’hui, l’idée d’une zone grise dans laquelle on peut tolérer du terrorisme en défense de certaines causes a disparu. Des groupes extrémistes, comme les Frères musulmans qui surfaient sur cette ambiguïté, sont dans une position de faiblesse. Ce qui ne veut pas dire que nous avons gagné cette guerre contre le terrorisme. Mais nous sommes désormais en meilleure posture. Aux
Émirats, nous avons très tôt insisté pour que la lutte antiterroriste comporte ce volet financier pour assécher le flot d’argent qui parvient aux terroristes, mais le combat inclut aussi une réponse aux contenus des messages djihadistes sur les
réseaux sociaux. Sur le plan international, nos alliances contre le terrorisme sont également plus fortes, mais nous devons continuer nos efforts. C’est pourquoi cette conférence qui traite aussi du financement de l’extrémisme au sens large est
importante.

«Récemment, le Qatar a publié une liste de financiers du terrorisme, mais on a vu le premier ministre assister au mariage du fils de l’un de ces principaux financiers»

Des ONG du Golfe financent des projets en Europe ou en Afrique sous couvert d’aide caritative. L’Europe est-elle consciente de certaines dérives?

C’est un grand problème, ces ONG ou ces organisations proches de gouvernements qui financent en fait des extrémistes, des mosquées radicales ou qui influencent des groupes, comme la branche syrienne d’al-Qaida. C’est un de nos différends avec le Qatar.
Nous devons parvenir à un plus grand contrôle de cet argent prétendument privé. Nous savons que certaines de ces ONG sont liées aux gouvernements. N’oublions pas que de l’argent privé parvient jusqu’en Europe, où la menace extrémiste est forte.

» LIRE AUSSI – Lutter contre le financement du terrorisme, l’immense défi des États

Le Qatar a fait des efforts en matière de contrôle de financement du terrorisme.

Oui et non. Le Qatar sait qu’il est sous la pression de ses voisins. Il a pris des engagements. Il doit les respecter. Récemment, le Qatar a publié une liste de financiers du terrorisme, mais on a vu le premier ministre assister au mariage du fils
de l’un de ces principaux financiers. Le Qatar ne doit pas se servir de la conférence de Paris comme d’un exercice de relations publiques pour faire croire qu’il a fait ce qu’on lui demandait.

Aux Émirats, des banques sont accusées d’être laxistes avec de l’argent qui est sale ou qui alimente le terrorisme?

Nos réglementations sont strictes et nous les appliquons. Mais notre économie est ouverte, notre société est cosmopolite. Nous pouvons avoir des failles. Mais, lorsque des preuves sont apportées, nous combattons ces transferts frauduleux ou suspects.

from Tumblr https://reseau-actu.tumblr.com/post/173360821649

https://eldorhaan.wordpress.com/2018/04/27/anwar-gargash-lidee-dune-zone-grise-dans-laquelle-on-peut-tolerer-du-terrorisme-en-defense-de-certaines-causes-a-disparu/

Publicités

Revue de presse nationale et internationale.

Publicités